Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires des migrations, temps de l’histoire

 | 
Laure Teulières
, 
Hélène Bertheleu
, 
Marianne Amar

Partie II. Construction collective et usages publics

Chapitre 8. Identité collective et construction politique d’une diaspora

Usages du passé dans la migration portugaise

Irène Dos Santos

Texte intégral

  • 1 Ville du département de la Seine et Marne (94), région parisienne.
  • 2 Ayant mis fin, le 25 avril 1974, à près de cinquante années de dictature au Portugal.

1« On ne joue pas avec l’histoire. respectez les portugais ». Ce « carton jaune » collé début mars 2014 sur les panneaux d’affichage électoral de Saint Maur-des-Fossées1 dénonce la « récupération politique » par le maire sortant des commémorations des 40 ans de la révolution des Œillets2 une semaine avant le premier tour des élections municipales. Cette dénonciation, reprise ensuite collectivement par d’autres Portugais, est celle d’un jeune conseiller municipal opposant au maire :

  • 3 LusoJornal (hebdomadaire franco-portugais), 160, 12 février 2014, p. 2.

Monsieur le Maire […] en tant que Français, né de parents Portugais, je dois vous avouer la surprise qui a été la mienne de découvrir que les 40 ans du 25 avril seront fêtés à Saint Maur au mois de mars […]. Après 6 ans de mandat vous semblez découvrir que la Diaspora portugaise représente une part importante de vos administrés (environ 18 % de la population de Saint Maur). Dans ce cas, je vous saurais gré de nous expliquer pourquoi alors les avez-vous autant méprisés jusqu’à ce jour en reniant par exemple votre promesse de 2008 de bâtir à Saint Maur une « Maison du Portugal » ?3

  • 4 Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003.
  • 5 Hartog François, Revel Jacques (dir.), Les usages politiques du passé, Paris, EHESS, 2001.
  • 6 Gensburger Sarah, Lavabre Marie-Claire (dir.), « D’une “mémoire européenne” à l’européanisation de (...)
  • 7 Hily Marie-Antoinette, Poinard Michel, « Un million de silencieux, les Portugais », Politique Aujou (...)
  • 8 Taux d’inscription de 15,7 % du total des personnes en âge de voter (inférieur à la moyenne de l’en (...)
  • 9 Département du Val-de-Marne (94), région parisienne.

2L’épisode illustre à la fois la fièvre commémorative de nos sociétés en mal d’historicité4, les usages politiques du passé5 et la « croyance en l’efficacité de l’instrument “mémoire” » dans la construction des « communautés imaginées6 », et peut-être reflète-t-il une rupture avec l’« invisibilité » des Portugais et leur non-reconnaissance institutionnelle dénoncées par des militants associatifs depuis les années 19807. En 2001 les Portugais, comme tous les autres étrangers ressortissants de l’Union Européenne, ont pu participer pour la première fois aux élections municipales françaises. Ce droit a suscité l’intérêt des partis politiques français pour ce nouveau segment électoral à capter8, dont ils se sont rapprochés cherchant à tenir compte des revendications de reconnaissance avec l’aide de leaders associatifs et des élus qui en étaient les interlocuteurs. Ainsi le mémorial de Champigny-sur-Marne9 situé sur l’emplacement de l’ancien bidonville, a été inauguré après de nombreuses tergiversations en 2008, une année d’élections municipales en France.

3L’existence de ce monument va dans le sens du phénomène mémoriel observé par l’historienne Marie-Christine Volovitch-Tavares :

  • 10 Volovitch-Tavares Marie-Christine, « Du temps des baraques au temps de la mémoire retrouvée », Homm (...)

[…] l’une des grandes nouveautés du regard porté actuellement sur les Portugais de France est justement le retour sur l’un des éléments les plus douloureux de leur passé, les années vécues dans les bidonvilles, les années de boue.10

  • 11 Auxquels participent aussi les chercheurs et notamment les historiens, dont M.-C. Volovitch-Tavares (...)
  • 12 Volovitch-Tavares M.-C., « Du temps des baraques… », art. cit. ; Dos Santos Irène, « Entre mémoire (...)
  • 13 Voir par exemple : Teulières Laure, Toux Sylvie (dir.), Migrations, Mémoires, Musées, Toulouse, Édi (...)
  • 14 Baussant Michèle, « Exils et construction de la mémoire généalogique : l’exemple des Pieds-Noirs, P (...)
  • 15 Ibid.

4Mais il soulève néanmoins de nombreuses questions quant à la définition des « mémoires collectives des migrations » et sur l’articulation entre les différents acteurs de ces processus11. Début 2000, la volonté de faire de la migration « mémoire collective » – entendue comme mise en sens partagée dans l’espace public d’un passé faisant explicitement référence à l’expérience migratoire vécue – n’était pas manifeste au sein de la population étudiée. Bien que les premières initiatives remontent à la fin des années 198012, les demandes de reconnaissance ne se sont pas exprimées par le biais de la revendication mémorielle. Depuis, le processus de patrimonialisation de la migration en France13 a engendré l’apparition dans certains espaces associatifs des tentatives d’élaboration de récits mémoriels, ou encore des dépôts d’archives associatives et privées auprès d’institutions publiques : association Génériques, Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine. Mais l’analyse de ce processus montre la difficulté à construire « une définition et une compréhension partagées de ce passé14 » migratoire, qui semble se constituer difficilement en une « ressource identificatoire15 », et ce pour plusieurs raisons.

  • 16 Dos Santos Irène, Les brumes de la mémoire : expérience migratoire et quête identitaire de descenda (...)
  • 17 Lepoutre David, Cannoodt Isabelle (dir.), Souvenirs de familles immigrées, Paris, Odile Jacob, 2005
  • 18 Qui prennent le plus souvent la forme d’un va-et-vient ; en France, les Portugais constituent le pl (...)
  • 19 Marques José Carlos, Góis Pedro, « Pratiques transnationales des Capverdiens au Portugal et des Por (...)
  • 20 « […] quand tout cela entre dans le passé, quand le “parcours” de l’immigrant est achevé, alors, et (...)
  • 21 Bruneau Michel, « Les territoires de l’identité et la mémoire collective en diaspora », L’espace gé (...)
  • 22 La question de la distance est à relativiser puisqu’une grande partie de ces migrants sont originai (...)
  • 23 Assmann Jan, « Kollektives Gedächtnis und Kulturelle Identität », dans Assmann J. et Holsscher T. ( (...)

5Dans l’espace privé, au niveau des familles, l’expérience migratoire n’a pas fait l’objet d’une mise en récit valorisée et transmise entre les générations. L’étude des récits de vie des descendants de migrants portugais montre que les souvenirs de l’expérience migratoire vécue et transmise apparaissent sous forme de bribes : la misère sous la dictature, l’expérience de la guerre coloniale des pères, l’émigration clandestine, l’habitat précaire en France, le racisme, le projet de retour, la pratique associative, etc.16 Elle rejoint l’analyse proposée par d’autres chercheurs sur la faible valeur du passé migratoire dans les familles immigrées17. Une autre raison tiendrait à la temporalité de cette migration intra-européenne. La nature instrumentale de celle-ci, considérée comme une source de financement des projets individuels et familiaux, ainsi que les retours effectifs des grands-parents et/ou des parents à l’âge de la retraite18, ont jusqu’à présent constamment réactivé la distinction entre le présent (le temps de la migration) et l’avenir (le temps du retour)19. Or, une des définitions historiques proposées de la mémoire collective des migrations sous-entend l’idée d’une rupture temporelle (mais aussi territoriale) entre un avant (un passé) migratoire et un présent (qui ne serait plus migratoire)20. Si « la mémoire des lieux est un élément clé de la mémoire collective d’une diaspora, qui cherche à représenter ou reproduire son espace d’origine pour conserver un lien solide avec lui21 », qu’en est-il de cette mémoire lorsque l’expérience migratoire est toujours en cours à travers le réinvestissement continuel du lieu d’origine du fait des allers et venues ? Contrairement aux contextes migratoires portugais outre atlantique (USA, Canada, Brésil, Venezuela) marqués par éloignement du territoire d’origine et le non-retour22, dans le cas européen la transmission intergénérationnelle – de la langue et de l’histoire nationale, de la religion catholique populaire, du folklore, de la cuisine, etc. – a été envisagée non pas comme une « mémoire culturelle23 », qui serait associée de manière nostalgique à un passé à perpétuer en situation diasporique, mais comme une identité culturelle dont l’appropriation garantirait le succès d’un retour familial au pays d’origine.

  • 24 Lacroix Thomas, « Mémoire diasporique, mémoire exilique : réflexions à partir des exemples marocain (...)
  • 25 Green Nancy L., Weil François (dir.), Citoyenneté et émigration. Les politiques du départ, Paris, É (...)

6La réflexion proposée a pour objectif d’interroger la notion de « mémoire des migrations » à partir des différentes manières dont les individus se représentent collectivement l’expérience migratoire vécue et transmise et se réfèrent au territoire d’origine. L’analyse articule les constructions identitaires et mémorielles observées dans des d’associations créées par différentes générations de descendants de migrants, avec la politique de l’identité menée par l’État portugais à destination de sa diaspora, mais aussi à sa réappropriation par ces associations. Le milieu associatif est ici considéré comme un lieu de production d’identités et de mémoires collectives plurielles24, un lieu d’interaction entre les individus et les politiques publiques des États d’origine menées envers leurs populations migrantes25, qui donne aussi à voir au chercheur la capacité créatrice de ces « héritiers ».

La continuité historique de la « présence du Portugal dans le monde »

  • 26 Cunha Luís, A nação nas malhas de sua identidade : O estado Novo e a construção da identidade nacio (...)
  • 27 À travers notamment la création en 1996 d’une Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP) à l’i (...)

7Tout au long du xxe siècle, le Portugal a cherché à réinventer sa présence dans le monde à travers une politique de l’identité nationale d’abord focalisée sur son empire colonial26, puis sur l’espace lusophone27, mais aussi, et en parallèle, sur sa diaspora.

  • 28 Léonard Yves, « Le Portugal et ses “sentinelles de pierre”. L’exposition du monde portugais en 1940 (...)
  • 29 Léonard Y., « Le Portugal et ses “sentinelles de pierre”… » art. cit. : 3. Le mythe d’un Portugal « (...)
  • 30 Le lusotropicalisme a été formalisé dans les années 1950 par le sociologue brésilien Gilberto Freir (...)
  • 31 Voir par exemple : Cahen Michel, « ’Portugal Is in the Sky’ : Conceptual Considerations on Communit (...)

8Dans les années 1930 sous la dictature salazariste (1926-1974), par le biais d’une propagande intense, le nationalisme impérial ancre dans l’imaginaire collectif portugais l’idée selon laquelle « la grandeur et le rayonnement du Portugal seraient consubstantiels de la possession d’un vaste empire et de l’accomplissement de sa mission civilisatrice28 ». L’Estado Novo a cherché à se projeter comme une nation « multiraciale » et « pluricontinentale » qui « s’étend sur plus de deux millions de km2 et qui unit plus de quinze millions d’habitants29 ». Aujourd’hui encore, quarante ans après la chute de la dictature et la perte de l’empire (1975), la colonisation et sa mythologie qui l’inscrit dans la continuité des « découvertes » maritimes et le « lusotropicalisme », continuent de faire partie intégrante de l’identité et de l’imaginaire nationaux portugais30. Sans nier l’existence d’un anticolonialisme et d’un anti-impérialisme issus de la révolution des Œillets, le rapport au passé colonial et les liens postcoloniaux construits avec l’espace et les populations dites lusophones continuent de porter l’empreinte du mythe fondateur de l’expansion portugaise dans le monde et une forte « nostalgie impériale31 ».

  • 32 Sur les contradictions de l’Estado Novo face à l’émigration intra-européenne, voir : Pereira Victor (...)
  • 33 « Le Portugal n’est pas un petit pays » (Portugal não é um país pequeno) étant la légende des carte (...)
  • 34 Antunes da Cunha Manuel, Les Portugais de France face à leur télévision : médias, migrations et enj (...)
  • 35 Rarement consulté. Notons qu’il existe un important décalage entre les attentes pragmatiques des ém (...)
  • 36 Cf. l’article de Bruno Tur, dans ce même ouvrage : « Les lois mémorielles ou l’histoire au parlemen (...)
  • 37 Glick Schiller Nina, Fouron Georges Eugene, Georges Woke Up Laughing : long-distance nationalism an (...)

9Entrant en concurrence avec le projet de peuplement – et de « blanchiment » – des colonies africaines et quasi ignorée sous la dictature32, l’émigration, structurelle depuis le milieu du xixe siècle, va à partir des années 1980 être un élément central de la continuité historique de la présence du Portugal dans le monde. En 1974, le Portugal se redécouvre un « petit pays » à la périphérie de l’Europe33. Les départs massifs d’émigrants se sont alors considérablement réduits, mais le pays compte environ un tiers de sa population « déterritorialisée ». À partir des années 1980, une politique étatique est menée par le secrétariat d’État aux communautés portugaises (sous la tutelle du ministère des affaires étrangères) afin de réinventer la « communauté imaginée », fondée non plus sur le territoire (modèle impérial) mais sur la population dispersée à travers le monde (modèle diasporique) : loi autorisant la double nationalité en 1981 ; droit de vote aux élections législatives et présidentielles accordé respectivement en 1975 et 2001 ; enseignement de la langue et de l’histoire portugaises ; chaîne de la télévision publique destinée aux émigrants34 ; création d’un Conseil des Communautés Portugaises, organe consultatif ayant pour fonction de sensibiliser le gouvernement aux problèmes des émigrés35. Il ne s’agit pas pour l’État portugais de réintégrer à la nation des émigrants considérés historiquement comme victimes d’une société inégalitaire, de difficultés économiques et de la dictature, à l’instar des lois mémorielles spécifiquement destinées aux Républicains espagnols de l’exil36. Au Portugal, cette politique vise à garantir le maintien de liens de loyauté avec les ressortissants établis à l’étranger, afin aussi de ne pas tarir l’envoi de devises (3 % du PIB portugais), par la stimulation d’un « nationalisme de longue distance37 ».

Ralentissement de l’émigration et continuité diasporique : l’invention de la lusodescendance

  • 38 Dont 30 % établis dans divers pays d’Europe et 57 % en Amérique du Nord, du Sud, et au Canada ; la (...)
  • 39 Que descende de Português. Dicionário da Língua Portuguesa Contemporânea, 2001.
  • 40 Les Lusitanos, exhumés par les anthropologues portugais à la fin du xixe siècle, sont considérés co (...)
  • 41 La luso-descendance renvoie au fondement racial « des liens du sang » des États-nation transnationa (...)

10Estimées à quatre millions d’individus entre les années 1980 et le début des années 1990, les « Communautés Portugaises », composées des émigrants et de leurs descendants − les « lusodescendants » − ont augmenté de manière accélérée, endehors d’une reprise significative de l’émigration : 5,7 millions d’émigrants et de lusodescendants à la fin des années 199038. La « lusodescendance » devient alors une métaphore généalogique utilisée par l’État pour signifier à la partie déterritorialisée de la population son appartenance à la nation portugaise. Cette appartenance est singulière car si étymologiquement le « lusodescendant » est celui « qui descend de Portugais39 », son usage désigne exclusivement celui qui descend de l’émigrant. L’enjeu est de désigner, par une appellation commune qui renvoie à des ancêtres mythiques d’origine européenne − les Lusitaniens, à l’image de « Nos ancêtres les Gaulois40 » −, des centaines de milliers d’individus éparpillés à travers le monde, nés et socialisés dans des pays et des cultures très diverses, et de conférer une continuité transgénérationnelle à la diaspora quels que soient la nationalité effective et les sentiments d’appartenance des individus41.

  • 42 Au Brésil, au Venezuela, en Afrique du Sud, les Portugais sont à la tête d’activités commerciales e (...)
  • 43 Du point de vue de l’État d’origine, l’idée (idéologie) de l’invisibilité des émigrants et de leurs (...)

11Cette politique diasporique s’appuie sur des acteurs sociaux particuliers, censés incarner des figures positives de la diaspora : l’« émigrant à succès » et surtout, dans le contexte intra-européen de plus lente mobilité socioprofessionnelle42, les lusodescendants « visibles » dans les sociétés de résidence et potentiels « ambassadeurs » du Portugal à l’étranger43. Les mouvements associatifs jouent un rôle indispensable, dans la mesure où ils permettent aux gouvernements successifs d’identifier des interlocuteurs, de canaliser leurs actions et de multiplier les effets de ces initiatives, de manière à toucher le plus grand nombre possible de destinataires.

  • 44 Aníbal Cavaco Silva, Palais national de Belém, Lisbonne, 23 mai 2006.

12À partir des années 2000, plusieurs évènements sont organisés par l’État et des collectivités locales (dans des régions d’émigration) au Portugal et, dans les sociétés d’installation, par les institutions portugaises en lien avec des associations. Le secrétariat d’État aux Communautés Portugaises organise annuellement une rencontre mondiale de jeunes lusodescendants, en provenance des cinq continents [Illustration]. La centaine de lusodescendants rassemblés à l’occasion de ces rituels politiques diasporiques sont de jeunes adultes, diplômés et « visibles » en tant que Portugais dans les sociétés de résidence. Entre les visites officielles (Présidence de la République, Premier ministre, Assemblée nationale) et touristiques, des conférences thématiques sont proposées, dont bon nombre portant sur la situation économique du Portugal et sur l’« identité portugaise ». En 2006, dans un contexte de crise économique nationale, à l’occasion de la cinquième rencontre mondiale, le président de la République appelle les lusodescendants « à aider le Portugal à dépasser les difficultés que le pays traverse et à divulguer son image à l’étranger » : ils constituent « un nouveau potentiel pour le Portugal […] une contribution indiscutable à l’affirmation d’une nouvelle image du Portugal à l’étranger, faite de modernité et de développement44 ».

  • 45 Luíz Vaz de Camões, poète portugais du xvie siècle et héros national, auteur des Lusíadas, poème ép (...)
  • 46 Carreira Teresa Pires, Tomé Maria-Alice, « Emigração, Identidade, Educação : mitos, arte e símbolos (...)
  • 47 Musée municipal situé dans la ville de Fafe, au nord du pays : http://www.museu-emigrantes.org/.
  • 48 Feldman-Bianco Bela, « A criação de uma nação (portuguesa) desterritorializada e a transnacionaliza (...)

13La rhétorique diasporique − « Communautés Portugaises », « Lusodescendants » − se substitue progressivement à celle de l’émigration considérée comme un stigmate de pays européen semi-périphérique. L’expérience migratoire vécue par des centaines de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants est absente de la narration diasporique et, de manière générale, des commémorations qui ont lieu dans le cadre de la politique des Communautés Portugaises, notamment dans les discours officiels adressés chaque année à la diaspora lors de la fête nationale du 10 juin, devenue en 1980 : Jour du Portugal, de Camões45 et des Communautés Portugaises. Lors des rencontres mondiales de lusodescendants, aucune référence n’est faite au village d’origine et à la mémoire familiale ancrée dans ces lieux où se rendent les participants avant ou après la rencontre. Au niveau local, dès les années 1980, de nombreux monuments ont été construits en l’honneur de l’émigrant, dans les localités touchées par des départs massifs. Ces monuments relèveraient de la « nécessité de transformer l’émigrant en héros, en mythe moderne46 ». Au niveau national, malgré le label « patronage présidentiel » octroyé au Musée des Migrations et des Communautés47 et les hommages officiels rendus aux émigrants, le passé mobilisé dans la narration diasporique continue d’illustrer la « constante (ré)invention du rôle légendaire accompli par les navigateurs portugais à l’époque des grandes explorations maritimes48 ».

Revendications collectives et ressources mémorielles chez les descendants de migrants

  • 49 Ou « Tos », auto-désignation tirée d’une forme argotique française (le verlan) qui consiste à inver (...)

14Étudier les affirmations identitaires des descendants de migrants portugais militants associatifs permet d’analyser les modes d’appropriation de cette politique de l’identité adressée à la diaspora. Dans le cas français, l’approche comparée entre deux générations successives, celle arrivée en France dans les années 1960 au cours de l’enfance et celle déjà née en France dans les années 1970 − la génération dite « thos49 » et celle des « lusodescendants » − est particulièrement éclairante pour comprendre les différentes ressources identitaires, dont celles mémorielles, mobilisées dans les revendications de reconnaissance qui relèvent de contextes sociohistoriques propres. Cette approche permet d’interroger les temporalités, les différentes formes et différents acteurs des « mémoires des migrations » sur les quatre dernières décennies.

Les témoins de l’expérience migratoire (années 1980)

  • 50 Pingault Jean-Baptiste, « Jeunes issus de l’immigration portugaise : affirmations identitaires dans (...)
  • 51 Pour une analyse approfondie du mouvement « thos » et ses liens avec l’« immigritude » des jeunes d (...)

15Le premier groupe générationnel correspond aux enfants de migrants venus en France dans les années 1960 et qui ont atteint l’âge adulte au cours des années 1980. Cette génération a vécu sous la dictature salazariste, a suivi l’avènement de la démocratie en 1974, fait l’expérience de l’émigration et de l’installation en France, souvent dans des conditions très précaires voire dans les bidonvilles. Une minorité accède aux études supérieures et se forme, en dehors des associations dites traditionnelles créées par leurs aînés, au militantisme à la fois dans des associations françaises comme la Fédération des Associations de Solidarités avec les Travailleurs Immigrées (FASTI), la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) et des associations portugaises engagées à gauche50. Ces jeunes militants se rallient à la cause immigrée menée par leurs aînés, des exilés et militants antisalazaristes (dont des déserteurs et réfractaires à la guerre coloniale), et par d’autres jeunes issus de l’immigration. Certains d’entre eux prennent part au mouvement de lutte contre le racisme et les discriminations vécues par les jeunes issus de l’immigration, participent à la « Marche pour l’égalité et contre le racisme » en 1983 et à « Convergence 84 », ainsi qu’à l’exposition « Les enfants de l’immigration » au Centre George Pompidou51.

  • 52 Pingault J.-B., « Jeunes issus… », art. cit.
  • 53 Les « 3 F » : Fatima, Fado, Football. En émigration, un quatrième « F » pour : folklore, issu du mo (...)
  • 54 La saudade « se traduit à peu près par “mal du pays”, “nostalgie”, “absence regrettée de quelqu’un (...)
  • 55 Problématique dont se sont emparées les jeunes femmes du collectif Centopeia (mille pattes, en port (...)

16Leurs idées et revendications véhiculées à travers un ensemble de productions artistiques et intellectuelles (pièces de théâtre, films, articles, livres) diffusées dans les associations portugaises sont restées très marginales par rapport à d’autres minorités et notamment celle des « beurs », mais aussi par rapport à la grande majorité des jeunes de même origine de leur génération52. Elles portent à la fois sur des aspects culturels propres aux migrants portugais et sur des aspects sociaux liés à leur intégration à la société française. Pour ce qui concerne l’aspect culturel, il s’agit avant tout de dénoncer le nationalisme des Portugais immigrés et leurs pratiques culturelles imprégnées d’idéologie salazariste53 et de la fameuse saudade du pays d’origine qui alimentent le projet de retour (qui lui-même aurait retardé l’intégration)54, ou encore aussi le patriarcat vécu dans les familles55.

  • 56 Une structure créée en 1982 par des dirigeants associatifs et des chercheurs souhaitant faire évolu (...)
  • 57 Association pour la gestion d’un Centre d’animation culturelle, créée en 1974, extérieure au réseau (...)

17Il s’agit pour ces jeunes militants de défendre un modèle d’intégration qui préserve la culture des migrants, dans une posture internationaliste qui s’oppose au nationalisme, à ses héros, à l’idée de caractère national (auquel renvoie la saudade), tout en dénonçant l’invisibilité des Portugais dans la société française, comme le montre notamment le titre d’une brochure publiée par le collectif Centopeia : Thos : chuchotements dans l’arrière-cour (1985), et les activités du Centre d’étude et de dynamisation de l’émigration (CEDEP)56. De manière générale, leurs prises de position se rapportent à leur inscription dans une histoire sociale et une expérience de vie, celle de l’immigration. Une expérience retracée dans une exposition : « Le rêve portugais, 25 ans d’immigration portugais en France », produite en 1989 par le CEDEP. La première exposition qui a eu lieu à Paris dans le iie arrondissement dans les locaux de l’AGECA57, deviendra par la suite itinérante à travers la France. La sociologue Marie-Claude Muñoz qui la visite à l’époque, la décrit comme :

  • 58 Muñoz Marie-Claude, « Le rêve portugais. Portrait d’une exposition », Hommes et Migrations, 1123 (L (...)

[…] un formidable travail sur la mémoire, auprès des témoins et dans les archives de la presse française et de la presse portugaise de l’immigration. Lutte contre l’oubli de la tragédie du « Salto », l’oubli du fascisme, des guerres coloniales, du bidonville, du 25 avril 1974, des luttes.58

18Une « lutte contre l’oubli » qui n’est pas partagée par tous :

  • 59 Volovitch Marie-Christine, « Du village au bidonville : les immigrés portugais dans les bidonvilles (...)

Ils [les auteurs] déclaraient en présentant cette exposition : « Certains auraient aimé que notre histoire, comme peuple et comme nation, efface de son parcours les périodes les plus sombres… Cela n’est pas notre avis. Personne n’a le droit d’effacer de l’histoire de l’immigration portugaise ces années terribles que furent les années 1960-1970 ».59

19Ce travail contre l’oubli sera repris au début des années 2000 par José Vieira, coscénariste de l’exposition, et celle-ci à nouveau exposée, vingt ans plus tard, en 2008, au Musée des Migrations et des Communautés, au Portugal. Mais entretemps, c’est bien la volonté d’oubli d’une histoire jugée trop misérabiliste qui semble s’être imposée avec le déclin du mouvement « thos » à la fin des années 1980 et l’émergence dans les années 1990 de nouvelles associations de jeunes étudiants d’origine portugaise qui ne se sont pas inscrites dans la continuité de cet héritage lié aux luttes immigrées.

Émancipation de l’histoire migratoire et loyauté diasporique des jeunes élites (1990-2000)

  • 60 La Barre Jorge de, Jeunes d’origine portugaise en association : on est européen sans le savoir, Par (...)
  • 61 Sobral José Manuel, « Da Casa à nação : passado, memória, identidade », Etnográfica, 1/3, p. 71-86.
  • 62 Les descendants de Portugais considèrent moins souffrir de discriminations que les autres descendan (...)
  • 63 Villanova Roselyne, « La langue du “retour” ou le retour de la langue. Les pratiques d’alternance l (...)

20Si la révolution des Œillets a permis une prise de conscience politique et servi de ressource historique d’identification positive à la génération « thos » pour revendiquer une reconnaissance dans la société française, pour la génération suivante, celle des « lusodescendants », c’est l’adhésion du Portugal à la CEE en 1986 qui sert de référence : « le Portugal n’est plus un pays arriéré mais un partenaire pouvant discuter sur un pied d’égalité avec la France60 ». L’adhésion européenne a fait naître une nouvelle narration répandue entre les élites portugaises sur la « modernité et la capacité des Portugais à réaliser la même chose que les autres [grandes nations européennes…]61 » reprise par les associations de jeunes étudiants créées au cours des années 1990-2000. L’objectif affiché par l’une des plus grandes et plus visibles d’entre elles, l’association parisienne Cap Magellan, est, comme pour la génération précédente, de promouvoir dans la société française une plus grande visibilité de la population portugaise et française d’origine portugaise et de lutter, non pas contre des discriminations62, mais contre les « clichés » qui relèvent d’une double infériorisation, sociale et culturelle de l’immigration portugaise en France [Illustration]. L’association n’est dès lors plus l’espace d’affirmation collective d’une « portugalité » traditionnelle (une culture populaire rurale) dans un entre-soi mais d’une ethnicité renouvelée, fondée sur une culture portugaise moderne, urbaine et savante, et véhicule une image nouvelle du pays d’origine. En tant que « troisième langue européenne la plus parlée dans le monde après l’anglais et l’espagnol », la « lusophonie » devient une ressource mobilisée sur le plan professionnel, et non plus seulement la « langue du retour63 » valorisée au niveau familial.

  • 64 On voit ainsi apparaître l’existence d’ethnicités et de communautarismes plus légitimes que d’autre (...)
  • 65 Goffman Erving, Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit, 1975 [1963]
  • 66 L’anthropologue Eugeen Roosens parle de « la nature primordiale des origines » dans l’ethnicité mig (...)

21La réinvention du lien au pays d’origine va de pair avec ses transformations socioéconomiques et son projet d’État-nation transnational, avec la mobilité socioprofessionnelle de cette génération, ainsi qu’avec un certain discours politique en France qui valorise l’origine européenne de ces descendants de migrants et, de manière insidieuse, l’exemplarité de l’intégration de l’immigration portugaise dans la société française64. En s’appropriant la catégorie « lusodescendants », ces individus, majoritairement binationaux, affichent aussi leur volonté d’effacer les stigmates de la migration (contrairement à l’autodénomination « thos » qui constitue une illustration du « retournement du stigmate65 » et non pas son effacement), tout en renforçant une conception de l’« origine portugaise » en tant qu’identité « naturelle66 », partagée par l’ensemble de la diaspora. Chaque année plusieurs membres de ces associations participent aux rencontres mondiales de lusodescendants organisées par l’État portugais et, avec ceux du Brésil, du Canada, des États-Unis, etc., contribuent à la construction d’une unité diasporique au sein de laquelle ils assument la fonction d’« ambassadeurs » du pays d’origine.

22Ces constructions identitaires collectives fondées sur les transformations du pays d’origine : démocratisation, course à la modernisation, réinvention de sa présence dans le monde à travers la « diaspora » et la « lusophonie », ne mobilisent pas de manière explicite l’expérience migratoire vécue et les causes d’une émigration structurelle au Portugal depuis le xixe siècle. Cette expérience de la migration est réinscrite de manière a-historique dans le continuum de l’histoire nationale des « glorieuses “découvertes” maritimes » et de l’empire portugais ainsi créé, comme l’évoquent d’ailleurs les noms choisis par ces associations : Cap Magellan, Caravelle d’Orphée, Lusomundo…

  • 67 Ou encore, en dehors de Paris, à Neuilly, pose d’une statue du consul portugais de Bordeaux Aristid (...)

23La manière dont la problématique mémorielle a été temporairement investie au milieu des années 2000, à travers des tentatives de recueil des mémoires familiales, montre comment la « mémoire des migrations » a pu constituer une ressource politique permettant à certaines de ces associations d’être visibles dans l’espace public français, notamment en participant à la mission de préfiguration de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (juillet 2003-juin 2004). Mais le caractère très éphémère de cet investissement mémoriel, la trajectoire du président de l’association Cap Magellan élu entre temps conseiller municipal à Paris (en 2008) et son rôle joué dans l’apparition d’un autre type de patrimoine, constitué autour de figures importantes de la culture portugaise (inauguration courant 2011 à Paris d’un square Amalia Rodrigues, pose en 2013 d’une plaque en hommage au peintre Maria Helena Vieira da Silva67) laissent apparaître un modèle de « mémoire des migrations » qui ne puise pas explicitement dans une expérience migratoire vécue comme douloureuse et stigmatisante. Ce modèle rejoint l’idée selon laquelle pour certains enfants d’immigrants :

  • 68 Guénif-Souilamas Nacira, « L’idée de mémoire : Table ronde avec Marie-Claire Lavabre, Alain Seksig (...)

[…] la mémoire ne peut exister qu’au prix de l’oubli. Un oubli au sens d’un souvenir apaisé et qui n’a pas toujours lieu d’être au cœur de l’expérience. C’est une forme de liberté de s’inventer tel qu’on voudrait être, et de mettre le passé à distance. […] Il faudrait oublier ce que l’autre voudrait qu’on soit. Pour devenir soi-même.68

L’émergence d’une mémoire de la migration et d’acteurs mémoriels transnationaux (2000)

  • 69 Ricœur Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 46.

24Un autre modèle mémoriel émerge au même moment, proposé par d’autres : l’idée d’une mémoire collective de la migration (au sens restreint, précédemment évoqué) prend corps au début des années 2000 avec la sortie de « La photo déchirée. Chronique d’une émigration clandestine » (2001), film documentaire réalisé par le cinéaste portugais José Viera, militant de la génération « thos ». Le film est fondé sur des témoignages de migrants clandestins et sur des coupures de la presse de l’époque du salto (émigration clandestine à travers les Pyrénées). Les projections suivies de débats organisés à travers la France, dans l’espace associatif portugais, ont déclenché ce processus « qui consiste à faire revivre le passé en l’évoquant à plusieurs69 », fonctionnant comme des supports de rappel et de mise en récit collective de souvenirs partagés, mais passés sous silence jusqu’alors. En effet, nombreux sont les hommes et les femmes qui prennent la parole, non pas pour commenter le film, mais pour raconter leur propre histoire de migrant. Le support documentaire sert de déclencheur de la mise en récit d’une mémoire restée enfouie, douloureuse, honteuse.

25C’est de cette expérience liée à la réception de « La photo déchirée… » que nait le projet de l’association Mémoire Vive/Memória Viva. Au printemps 2003, José Vieira réunit une dizaine de personnes, des amis du mouvement militant « thos » ainsi que des chercheurs qui travaillent sur la migration portugaise, autour d’un objet principal : la création d’un centre virtuel de recueil de l’histoire et de la mémoire de l’émigration/immigration portugaise.

  • 70 Projet d’activités de l’association Mémoire Vive/Memória Viva, 2005 (polycopié).

L’immigration portugaise n’a pas de lieu qui témoigne de son histoire, des enjeux qui la traversent, des débats qui l’animent, des livres ou images qui la racontent. Plus de quarante ans se sont écoulés depuis les débuts de la plus grande émigration clandestine dans l’Europe de l’après-guerre : des hommes, des femmes, des enfants fuyaient la misère, la dictature salazariste, les guerres coloniales. Des villages entiers se sont vidés dans le silence et dans la peur, des hommes ont déserté pour ne pas combattre en Afrique, des intellectuels, des artistes, des êtres épris de liberté de parole et d’action ont quitté, pour la majorité, clandestinement un pays. Or très peu de choses existent sur cette histoire […]. Cette absence, ou ce silence, donne lieu à bien des préjugés, des images statufiées, des incompréhensions, des refoulements, des replis parfois.70

26Il s’agit pour ces militants de lutter contre la représentation de l’immigré portugais « invisible mais intégré », de témoigner, dans les sociétés française et portugaise, que l’histoire de l’émigration/immigration portugaise n’est pas « une histoire sans histoires », d’écrire aussi une contre-mémoire aux mémoires officielles :

  • 71 Lopes Cardoso Isabel, « Mémoire Vive/Memória Viva et son site www.sudexpress.org un an après », Lat (...)

[…] rendre indigeste ce bon immigré portugais avalé presque sans bruit par le corps français ; lui permettre de raconter sa propre histoire à travers des récits, des images, des documents d’archives et des objets, inscrire son vécu individuel dans le vécu d’une masse de gens qui sont les principaux acteurs du plus grand exode que l’Europe de l’après-guerre ait connu ; ne pas reléguer entièrement cette tâche à des tiers, mais fabriquer son propre discours et ses propres représentations afin non pas de les opposer à ceux des scientifiques, des politiciens ou de la société civile en général, mais d’en faire des interlocuteurs de plain-pied.71

  • 72 www.memoria-viva.fr.

27L’association agit essentiellement à partir de cet espace virtuel, et quelques évènements « hors les murs » sont organisés, tels des projections de films, notamment le 25 avril, jour commémoratif de la Révolution des Œillets. L’association Mémoire Vive a poursuivi ses activités, malgré plusieurs changements dans son équipe dirigeante qui aboutissent finalement à la création d’un nouveau site début 2014, dans lequel l’ancien site est archivé72.

  • 73 Catalogue de l’exposition : Por uma vida melhor/Pour une vie meilleure, O olhar de/le regard de Gér (...)

28Entretemps, plusieurs projets délocalisés ont vu le jour à travers ses membres qui circulent entre la France et le Portugal, tels la participation à l’élaboration de l’exposition de Gérald Bloncourt au Musée d’art moderne (Museu colecção Berardo) à Lisbonne en 2008, réalisée autour de photographies montrant la vie des immigrés portugais dans les bidonvilles de la région parisienne dans les années 196073 [illustration]. C’est cette même exposition qui a été inaugurée à Paris, à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration en avril 2013 pour la « saison portugaise ». Déjà, l’exposition « Le rêve portugais… » (1989) avait-elle été reprise par le Musée de l’émigrant et des communautés portugaises, à Fafe, après être restée stockée durant vingt ans dans les locaux de la Fédération des associations portugaises de France, dont un des dirigeants était depuis reparti vivre au Portugal (dans une ville située à proximité de Fafe), où il collabore aux activités du musée.

29À l’image de ces expositions, les mémoires des migrations circulent d’un pays à l’autre mettant en lumière différentes manières de vivre la migration : l’une relevant d’une expérience sociale historiquement contextualisée (fuite de la misère, de la dictature salazariste, des guerres coloniales, Trente Glorieuses), l’autre relevant d’une expérience « naturelle » et a-temporelle, celle diasporique du peuple portugais.

Les différentes composantes des mémoires des migrations et l’impact des nouveaux flux migratoires

  • 74 Chivallon C., « L’émergence récente de la mémoire… », art. cit.
  • 75 Au sens classique de la notion de diaspora définie par William Safran : « Diaspora in Modern Societ (...)

30L’exemple portugais permet de confronter différentes représentations et plusieurs rapports au passé migratoire, qui correspondent à des processus distincts de construction d’identités collectives, à différents acteurs et niveaux de production. Deux « postures mémorielles74 » se dégagent de l’analyse. L’une nationale, fondée sur la représentation de la migration comme expérience diasporique75, ancrée dans le modèle diffusé par l’État portugais à destination des « Communautés Portugaises » qui s’inscrit dans une sorte de nostalgie impériale censée effacer le stigmate de l’émigration et les représentations négatives de l’émigrant dans l’imaginaire collectif. L’autre sociale et transnationale, récusant l’hégémonie des identités et des mémoires officielles, dénonçant à la fois le caractère structurel de l’émigration portugaise et la condition d’immigré dans la société d’installation. Ce second modèle souligne l’intérêt pour le champ des études transnationales de se saisir de la problématique mémorielle qui se pose, on le voit, en dehors des seules questions de construction des « communautés imaginées », d’intégration et de cohésion sociale/nationale pour les États-nations d’origine et/ou d’accueil.

  • 76 Legrand Caroline, « Tourisme des racines et confrontations identitaires dans l’Irlande des migratio (...)
  • 77 Dos Santos Irène, « L’émigration au Portugal. Avatars d’un pays “semi-périphérique”, métropole post (...)
  • 78 Première de couverture de l’hebdomadaire portugais Visão : « Portugueses à conquista do mundo : as (...)

31Il paraît peu probable que le Portugal développe un « tourisme des racines76 » construit sur une mémoire migratoire, à l’instar de l’Irlande. La reprise des flux, qui se sont accélérés avec la crise économique77, pourrait cependant avoir des impacts sur la manière dont le pays s’imagine comme pays d’émigration et sur les migrants de la diaspora confrontés à l’arrivée de nouveaux compatriotes. Pour le moment semblent persister au Portugal les représentations qui associent l’émigration à « la conquête du monde78 », essentialisant la capacité des Portugais à émigrer. La persistance de ces représentations illustre la difficulté des élites du pays à interroger les causes profondes d’une émigration structurelle séculaire. Du côté des « anciens » migrants et de leurs descendants, les solidarités mises en place dans les sociétés d’installation pour accueillir les « nouveaux » migrants pourront engendrer des processus de réflexivité sur leur propre vécu migratoire auxquels le chercheur devra rester attentif, montrant par ailleurs l’importance d’étudier ces phénomènes mémoriels non seulement au fil des générations mais aussi dans la longue durée.

32Enfin, le vent de rébellion observé en 2006 lors de la cinquième rencontre mondiale de lusodescendants à Lisbonne où des participants du Brésil, rejoints par des « Français », ont refusé de participer au dépôt d’une gerbe au pied de la statue de Camões, figure de l’épopée nationale et de la langue portugaise, laisse entrevoir des pratiques de résistance au modèle diasporique luso-centré qui a prévalu jusqu’à présent. Cela pose la question de la possible émergence d’un nouveau modèle diasporique influencé par le renversement des rapports nord-sud postcoloniaux au sein de l’espace lusophone, notamment autour de la définition des normes linguistiques ou de l’écriture de l’histoire commune, et avec lui de nouvelles postures mémorielles.

Notes

1 Ville du département de la Seine et Marne (94), région parisienne.

2 Ayant mis fin, le 25 avril 1974, à près de cinquante années de dictature au Portugal.

3 LusoJornal (hebdomadaire franco-portugais), 160, 12 février 2014, p. 2.

4 Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003.

5 Hartog François, Revel Jacques (dir.), Les usages politiques du passé, Paris, EHESS, 2001.

6 Gensburger Sarah, Lavabre Marie-Claire (dir.), « D’une “mémoire européenne” à l’européanisation de la “mémoire” », dossier, Politique Européenne, 37, 2012 ; concernant la problématique migratoire plus spécifiquement, voir : Kleist J. Olaf, Glynn Irial, History Memory and Migration. Perceptions of the past and politics of incorporation, Basingstoke, NY, Palgrave Macmillan, 2012.

7 Hily Marie-Antoinette, Poinard Michel, « Un million de silencieux, les Portugais », Politique Aujourd’hui, 4, 1984, p. 87-98 ; Cordeiro Albano, « Les Portugais, une population “invisible” », Immigration et intégration : l’état des savoirs, éd. par P. Dewitte, Paris, La Découverte, p. 106-111. Cette problématique de l’invisibilité n’est pas spécifique aux immigrés portugais.

8 Taux d’inscription de 15,7 % du total des personnes en âge de voter (inférieur à la moyenne de l’ensemble des ressortissants européens : 20 %) : Portugal Branco Jorge, « Autarcas de nacionalidade e origem portuguesa : ponto da situação em dezembro de 2013 », LusoJornal (hebdomadaire franco-portugais), 8 janvier 2014, dossier spécial, p. 11-14.

9 Département du Val-de-Marne (94), région parisienne.

10 Volovitch-Tavares Marie-Christine, « Du temps des baraques au temps de la mémoire retrouvée », Hommes et migrations, 1210 (Portugais de France), 1997, p. 18-31 : 18.

11 Auxquels participent aussi les chercheurs et notamment les historiens, dont M.-C. Volovitch-Tavares qui a joué un rôle actif pour la concrétisation du projet du mémorial.

12 Volovitch-Tavares M.-C., « Du temps des baraques… », art. cit. ; Dos Santos Irène, « Entre mémoire institutionnelle et mémoire personnelle », Diasporas. Histoire et sociétés, 6 (Migrations en mémoire), 2005, p. 84-95.

13 Voir par exemple : Teulières Laure, Toux Sylvie (dir.), Migrations, Mémoires, Musées, Toulouse, Éditions Méridiennes, 2008.

14 Baussant Michèle, « Exils et construction de la mémoire généalogique : l’exemple des Pieds-Noirs, Pôle sud, 24, 2006, p. 29-44.

15 Ibid.

16 Dos Santos Irène, Les brumes de la mémoire : expérience migratoire et quête identitaire de descendants de migrants portugais de France, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00770184.

17 Lepoutre David, Cannoodt Isabelle (dir.), Souvenirs de familles immigrées, Paris, Odile Jacob, 2005.

18 Qui prennent le plus souvent la forme d’un va-et-vient ; en France, les Portugais constituent le plus important groupe d’immigrants choisissant de vivre la retraite sur le mode du va-et-vient : Attias-Donfut Claudine, L’enracinement. Enquête sur le vieillissement des immigrés en France, Paris, Armand Colin, 2006, p. 300.

19 Marques José Carlos, Góis Pedro, « Pratiques transnationales des Capverdiens au Portugal et des Portugais en Suisse », Revue européenne des migrations internationales, 2/24, 2008, p. 147-165. Cette recherche porte sur l’immigration portugaise en Suisse ; pour les contextes allemand et français, voir : Klimt Andrea, « Returning ‘Home’ : Portuguese Migrant Notions of Temporariness Permanence and Commitment », New German Critique, 46, 1989, p. 47-70 ; Charbit Yves, Hily Marie-Antoinette, Poinard Michel, Le va-et-vient identitaire. Migrants portugais et village d’origine, Paris, PUF/INED, 1997.

20 « […] quand tout cela entre dans le passé, quand le “parcours” de l’immigrant est achevé, alors, et alors seulement, la mémoire collective peut se recomposer, proposer sa vérité, écarter ou mettre en exergue tel ou tel souvenir » : Milza Pierre, Témime Émile, « Préambule » à la série « Français d’ailleurs, peuple d’ici. Les lieux de mémoire de l’immigration en France », éd. par P. Milza et É. Temime, 10 volumes, Paris, Éditions Autrement, 1995, p. 4-7.

21 Bruneau Michel, « Les territoires de l’identité et la mémoire collective en diaspora », L’espace géographique, 4/35, 2006, p. 328-333 : 329.

22 La question de la distance est à relativiser puisqu’une grande partie de ces migrants sont originaires des Açores, ce qui conduit à prendre aussi en considération l’impact des modèles des sociétés d’installation et l’organisation sociale (communautaire ou non) de ces populations sur les constructions identitaires et mémorielles ; voir par exemple : Chivallon Christine, « L’émergence récente de la mémoire de l’esclavage dans l’espace public : enjeux et significations », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 89, 2002, p. 41-60.

23 Assmann Jan, « Kollektives Gedächtnis und Kulturelle Identität », dans Assmann J. et Holsscher T. (dir.), Kultur und Gedächtnis, Frankfort, Suhrkamp, p. 9-19.

24 Lacroix Thomas, « Mémoire diasporique, mémoire exilique : réflexions à partir des exemples marocains et polonais », dans Baussant M., Dos Santos I., Ribert E. et Rivoal I. (dir.), Logiques mémorielles et temporalités migratoires, Nanterre, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2015.

25 Green Nancy L., Weil François (dir.), Citoyenneté et émigration. Les politiques du départ, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2006 ; Dufoix Stéphane, Guerassimoff Carine, de Tinguy Anne (éd.), Loin des yeux, près du cœur. Les États et leurs expatriés, Paris, Presses de Sciences Po, 2010 ; Collyer Michael (dir.), Emigration Nations : the ideologies and policies of emigrant engagement, Houndmills, Palgrave Macmillan, 2013.

26 Cunha Luís, A nação nas malhas de sua identidade : O estado Novo e a construção da identidade nacional, Porto, Edições Afrontamentos, 2001.

27 À travers notamment la création en 1996 d’une Communauté des Pays de Langue Portugaise (CPLP) à l’initiative du Portugal et du Brésil, rejoints ensuite par l’ensemble des autres anciennes colonies portugaises devenues indépendantes en 1974-1975 : Angola, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Mozambique, São Tomé-et-Principes et Timor Est.

28 Léonard Yves, « Le Portugal et ses “sentinelles de pierre”. L’exposition du monde portugais en 1940 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 62, 1999, p. 27-37 : 36 ; notons qu’il s’agit d’une idée dont les élites étaient fortement imprégnées depuis la fin du xixe siècle, mais pas l’ensemble de la population.

29 Léonard Y., « Le Portugal et ses “sentinelles de pierre”… » art. cit. : 3. Le mythe d’un Portugal « multiracial » – « Plusieurs races, une nation » − est venu légitimer sa mission civilisatrice, cette dernière reposant sur l’assertion que les Portugais seraient plus tolérants que les autres peuples européens et la colonisation portugaise aurait été meilleure que celle des autres puissances coloniales européennes. Sur l’actualité de ces représentations, voir : Pereira Bastos Susana, Pereira Bastos José, « ‘ Our Colonisers Were Better Than Yours’ : Identity Debates in Greater London », Journal of Ethnic an Migration Studies, 1/31, 2005, p. 79-98.

30 Le lusotropicalisme a été formalisé dans les années 1950 par le sociologue brésilien Gilberto Freire et désigne la propension – supposée unique – des Portugais à se mélanger aux autres cultures, illustrée par le « métissage » à l’origine de la civilisation luso-brésilienne.

31 Voir par exemple : Cahen Michel, « ’Portugal Is in the Sky’ : Conceptual Considerations on Communities, Lusitanity and Lusophony », dans Cahen M. et Morier-Genoud E. (dir.), Imperial migrations : colonial communities and diaspora in the Portuguese world, Basingstoke, Hampshire, New York, Palgrave Macmillan, 2012, p. 297-315.

32 Sur les contradictions de l’Estado Novo face à l’émigration intra-européenne, voir : Pereira Victor, La dictature de Salazar face à l’émigration. L’état portugais et ses migrants en France (1957-1974), Paris, Les Presses Sciences Po, 2012.

33 « Le Portugal n’est pas un petit pays » (Portugal não é um país pequeno) étant la légende des cartes éditées par la propagande, à la fin des années 1930, qui faisait « apparaître en couleur vive, superposés au Reich allemand, à la France, à l’Espagne et à l’Europe centrale, les territoires du vaste empire colonial portugais » : Léonard Y., « Le Portugal et ses “sentinelles de pierre”… », art. cit., p. 36.

34 Antunes da Cunha Manuel, Les Portugais de France face à leur télévision : médias, migrations et enjeux identitaires, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

35 Rarement consulté. Notons qu’il existe un important décalage entre les attentes pragmatiques des émigrants et les moyens financiers que l’État alloue à sa politique des communautés portugaises. Un décalage qui s’est encore accru à la suite à la restructuration consulaire qui a entraîné la fermeture de nombreux consulats (une dizaine en France).

36 Cf. l’article de Bruno Tur, dans ce même ouvrage : « Les lois mémorielles ou l’histoire au parlement : la "dette historique" de l’Espagne et ses émigrants des années 1960 ».

37 Glick Schiller Nina, Fouron Georges Eugene, Georges Woke Up Laughing : long-distance nationalism and the search for home, Durham, Londres, Duke University Press, 2001.

38 Dont 30 % établis dans divers pays d’Europe et 57 % en Amérique du Nord, du Sud, et au Canada ; la « communauté » de France étant la deuxième la plus importante (553 663 nationaux et 235 074 bi-nationaux) après celle établie au Brésil : Rocha-Trindade Maria Beatriz, « Réseaux de transnationalité : le cas portugais », Ethnologie française, 2/XXIX, 1999, p. 255-262. Il s’agit de chiffres officiels fondés sur des bases de données disparates, diffusés par le réseau consulaire portugais dans le monde.

39 Que descende de Português. Dicionário da Língua Portuguesa Contemporânea, 2001.

40 Les Lusitanos, exhumés par les anthropologues portugais à la fin du xixe siècle, sont considérés comme les ancêtres mythiques des Portugais. Comme le topos gaulois, qui constitue un élément essentiel de la définition de l’identité française, « luso » renvoie aux mythes fondateurs des communautés nationales.

41 La luso-descendance renvoie au fondement racial « des liens du sang » des États-nation transnationaux : Glick Schiller Nina, Fouron Georges Eugene, « “Laços de sangue” : os fundamentos do estado-nação transnacional », Revista Crítica de Ciências Sociais, 48, 1997, p. 33-66.

42 Au Brésil, au Venezuela, en Afrique du Sud, les Portugais sont à la tête d’activités commerciales et de réseaux de distribution et se positionnent plutôt dans la partie supérieure sur l’échelle sociale.

43 Du point de vue de l’État d’origine, l’idée (idéologie) de l’invisibilité des émigrants et de leurs descendants dans les sociétés d’installation renvoie à un discours d’exclusion et de marginalisation des individus et des groupes qui ne s’alignent pas à la performance officielle de cette « portugalité » diasporique. D’autres chercheurs ont mis en évidence cette figure « d’ambassadeurs » chez les ressortissants à l’étranger, voir par exemple : Baeza Cecilia, « Des exilés aux globes-trotteurs. La redéfinition du statut de l’expatrié dans la transition démocratique chilienne (1990-2006) », dans Dufoix S. et al., Loin des yeux…, op. cit., p. 285-304.

44 Aníbal Cavaco Silva, Palais national de Belém, Lisbonne, 23 mai 2006.

45 Luíz Vaz de Camões, poète portugais du xvie siècle et héros national, auteur des Lusíadas, poème épique qui retrace l’histoire du Portugal jusqu’aux découvertes maritimes.

46 Carreira Teresa Pires, Tomé Maria-Alice, « Emigração, Identidade, Educação : mitos, arte e símbolos lusitanos », dans Passados recentes Futuros próximos, Actes du IV Congresso Português de Sociologia, Coimbra, Université de Coimbra, 2000 [version cd-rom, 13 p.]

47 Musée municipal situé dans la ville de Fafe, au nord du pays : http://www.museu-emigrantes.org/.

48 Feldman-Bianco Bela, « A criação de uma nação (portuguesa) desterritorializada e a transnacionalização de famílias », Cadernos CERU, 6, 1995, p. 89-104 : 90.

49 Ou « Tos », auto-désignation tirée d’une forme argotique française (le verlan) qui consiste à inverser des syllabes d’un mot, abrégé de « Portos », un terme à connotation péjorative par lequel en France étaient désignés les Portugais (créé sur le même modèle que « Beurs », verlan d’« Arabes »).

50 Pingault Jean-Baptiste, « Jeunes issus de l’immigration portugaise : affirmations identitaires dans les espaces politiques nationaux », Mouvement Social, 209/4, 2005, p. 71-89.

51 Pour une analyse approfondie du mouvement « thos » et ses liens avec l’« immigritude » des jeunes d’origine maghrébine, voir : Pingault J.-B., « Jeunes issus… », art. cit. ; voir aussi : Cordeiro Albano, « Convergence 84 : retour sur un échec », Plein droit, 65-66, 2005, p. 60-63, l’auteur revient sur la question de l’invisibilité des jeunes portugais (et des Portugais, en général, dans la société française) qui ont pourtant été très actifs dans le mouvement.

52 Pingault J.-B., « Jeunes issus… », art. cit.

53 Les « 3 F » : Fatima, Fado, Football. En émigration, un quatrième « F » pour : folklore, issu du monde rural, a pris l’ascendant sur le fado d’origine urbaine.

54 La saudade « se traduit à peu près par “mal du pays”, “nostalgie”, “absence regrettée de quelqu’un ou de quelque chose que l’on aime”, “souvenir (et nostalgie) d’un état de bien-être passé”, est l’une des principales figures utilisées aujourd’hui pour parler des prétendues particularités de “l’âme nationale” portugaise » ; pour les émigrants, la notion « devint une métaphore de leur appartenance au Portugal » : Leal João, « Saudade, la construction d’un symbole : “Caractère national” et identité nationale », Ethnologie française, 2/XXIX, 1999, p. 177-189 : 177 ; 184. Ces questions ont été traitées par le cinéaste José Vieira dans ses films : « Week-end en Tosmanie » (1984) ; « L’évangile selon sainte nostalgie » (1986) ; « Fado blues » (1987).

55 Problématique dont se sont emparées les jeunes femmes du collectif Centopeia (mille pattes, en portugais), auteur du film « Portugaises d’origine » (1984), et celles de la compagnie de théâtre bilingue Cá e lá (Ici et là-bas, ici est ailleurs).

56 Une structure créée en 1982 par des dirigeants associatifs et des chercheurs souhaitant faire évoluer le mouvement associatif portugais resté en marge de la société française ; voir par exemple : Collectif pour l’étude et la dynamisation de l’émigration portugaise, Enfermement et ouvertures : les associations portugaises en France, Paris, Édit 71, 1986.

57 Association pour la gestion d’un Centre d’animation culturelle, créée en 1974, extérieure au réseau communautaire.

58 Muñoz Marie-Claude, « Le rêve portugais. Portrait d’une exposition », Hommes et Migrations, 1123 (L’immigration portugaise en France), 1989, p. 22-24 : 22-23.

59 Volovitch Marie-Christine, « Du village au bidonville : les immigrés portugais dans les bidonvilles de la région parisienne (1956-1974) », dans Brunet J.-P. (dir.), Immigration, vie politique et populisme (fin xixe-xxe siècles), Paris, L’Harmattan, 1995, p. 173-196 : 173. Lors de son inauguration, l’Ambassadeur du Portugal, indigné par « l’image misérabiliste véhiculée », aurait quitté les lieux. D’autres épisodes sont relatés qui évoquent cette volonté d’oubli d’une histoire honteuse que cristallise l’expérience des bidonvilles : Volovitch Marie-Christine, Portugais à Champigny, le temps des baraques, Paris, Éditions Autrement (Français d’ailleurs, peuple d’ici, 86), 1995.

60 La Barre Jorge de, Jeunes d’origine portugaise en association : on est européen sans le savoir, Paris, CIEMI/L’Harmattan, 1997, p. 91.

61 Sobral José Manuel, « Da Casa à nação : passado, memória, identidade », Etnográfica, 1/3, p. 71-86.

62 Les descendants de Portugais considèrent moins souffrir de discriminations que les autres descendants d’immigrants, ceux d’origine turque, du Maghreb ou des pays africains : INSEE, Immigrés et descendants d’immigrés en France, Paris, Insee Références, 2012.

63 Villanova Roselyne, « La langue du “retour” ou le retour de la langue. Les pratiques d’alternance linguistique dans la famille portugaise émigrée en France », dans Abou-Sada G. et Milet H. (dir.), Générations issues de l’immigration : « mémoires et devenirs », Paris, Arcantère, p. 169-179.

64 On voit ainsi apparaître l’existence d’ethnicités et de communautarismes plus légitimes que d’autres. Cette figure du « bon immigré » restée implicite dans les discours d’affirmation identitaire (le racisme des Portugais envers les populations maghrébines, conséquence des hiérarchies dans l’organisation du travail et de l’intériorisation des stéréotypes coloniaux, reste une question sensible), est par contre largement mobilisée par les politiques français lors des rencontres d’élus municipaux portugais et d’origine portugaise organisées dans les années 2000 par l’ambassade du Portugal à Paris (au palais du Luxembourg).

65 Goffman Erving, Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit, 1975 [1963].

66 L’anthropologue Eugeen Roosens parle de « la nature primordiale des origines » dans l’ethnicité migrante : Roosens Eugeen, « A natureza primordial das origens na etnicidade migrante », dans Vermeulen H. et Govers C. (dir.), Antropologia da Etnicidade. Para além de « Ethnic groups and boundaries », Lisbonne, Fim de Século (antropológica), 2003 [1994], p. 101-127.

67 Ou encore, en dehors de Paris, à Neuilly, pose d’une statue du consul portugais de Bordeaux Aristides de Sousa Mendes, un « Juste parmi les nations ».

68 Guénif-Souilamas Nacira, « L’idée de mémoire : Table ronde avec Marie-Claire Lavabre, Alain Seksig et Benoit Falaize », Informations sociales, 89, 2001, p. 22-31 : 26-27.

69 Ricœur Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 46.

70 Projet d’activités de l’association Mémoire Vive/Memória Viva, 2005 (polycopié).

71 Lopes Cardoso Isabel, « Mémoire Vive/Memória Viva et son site www.sudexpress.org un an après », Latitudes – Cahiers lusophones, 31, 2007, p. 33-37 : 35.

72 www.memoria-viva.fr.

73 Catalogue de l’exposition : Por uma vida melhor/Pour une vie meilleure, O olhar de/le regard de Gérald Bloncourt, Lisbonne, Fundação de Arte Moderna e Contemporânea, Colecção Berardo, 2008.

74 Chivallon C., « L’émergence récente de la mémoire… », art. cit.

75 Au sens classique de la notion de diaspora définie par William Safran : « Diaspora in Modern Societies : Myth of Homeland and Return », Diaspora, 1/1, 1991, p. 83-99.

76 Legrand Caroline, « Tourisme des racines et confrontations identitaires dans l’Irlande des migrations », Diasporas : Histoire et sociétés, 8, 2006, p. 162-171.

77 Dos Santos Irène, « L’émigration au Portugal. Avatars d’un pays “semi-périphérique”, métropole postcoloniale », Hommes et Migrations, 1302, 2013, p. 157-161.

78 Première de couverture de l’hebdomadaire portugais Visão : « Portugueses à conquista do mundo : as vidas, as histórias e as ideias de quem está além-fronteiras », 21 mars 2013.

Auteur

Centro em Rede de Investigação em Antropologia (CRIA), Université Nouvelle de Lisbonne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540