Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires des migrations, temps de l’histoire

 | 
Laure Teulières
, 
Hélène Bertheleu
, 
Marianne Amar

Partie II. Construction collective et usages publics

Chapitre 6. Réfugiés européens au xxe siècle

Mémoires publiques et chagrins privés

Patrizia Audenino

Texte intégral

  • 1 Ferrara Antonio, Pianciola Niccolò, L’età elle migrazioni forzate. Esodi e deportazioni in Europa 1 (...)

1Dans l’europe d’après 1945, des millions d’hommes et de femmes expulsés de leur pays cherchent tout à la fois un endroit où vivre, une compensation pour leurs pertes matérielles et morales, mais aussi le moyen de relier les souvenirs du passé à leur situation présente. Ce flux de réfugiés, venus de diverses régions du continent, apparaît comme le fruit de plusieurs explications historiques : deux guerres mondiales, une pulsion nationaliste héritée du xixe siècle, et la politique de revanche envers les minorités ethniques considérées comme potentiellement dangereuses pour l’État national1.

2Cet article traite des constructions mémorielles publiques et privées de deux groupes de réfugiés : les Souabes du Danube et les Italiens d’Istrie et de Dalmatie. Il explorera, dans une perspective comparative, les modalités de construction des mémoires publiques, leurs usages politiques et leur appropriation visant à nourrir une nouvelle identité collective pour les réfugiés et leurs descendants. Il questionnera ensuite les contenus des mémoires privées et leur variation dans le temps, relatives aux identités collectives investies par les familles et les groupes exilés. Il s’agira enfin de pointer les convergences et les différences des vécus de ces deux groupes, ainsi que dans les constructions publiques et privées de ces mémoires.

  • 2 Dragan Piero, « Donauschwaben, Svevi del Danubio. Dalla colonizzazione alla diaspora », Studi emigr (...)

3L’intérêt de comparer ces deux groupes tient à leur origine territoriale et à leur passé. Ils ont en commun quatre caractéristiques. En premier lieu, ils ont tous les deux hérité de siècles d’installation dans diverses régions de l’empire des Habsbourg. Les Allemands émigrèrent à la suite d’un programme de colonisation entamé après le siège de Vienne de 1683. Pour défendre la frontière sud du royaume contre le péril d’une nouvelle invasion ottomane, la première moitié du xviiie siècle vit la fondation de nouvelles colonies sur les rives du Danube, dans la province du Banat, qui est une partie de la Voïvodine, actuellement répartie entre la Serbie, la Roumanie et la Hongrie. Les Italiens, pour leur part, avaient peuplé la péninsule de l’Istrie et les villes principales de la côte dalmate au cours de la longue domination de Venise sur l’Adriatique. La chute de l’empire des Habsbourg et ses conséquences constituent le second point de comparaison : dans les deux cas, les populations furent intégrées au nouveau royaume de Yougoslavie. En troisième lieu, ces deux groupes furent soumis durant la seconde guerre mondiale à une propagande nationaliste intensive, par l’Italie fasciste d’un côté et par l’Allemagne nazie de l’autre. La plupart des jeunes crurent au nouvel ordre européen proposé par le fascisme et le nazisme. Le quatrième et dernier point commun réside dans leur conscience du caractère définitif de leur départ, et la perception finale de leur territoire ancestral comme une terre de non-retour2. En outre, ces deux groupes partagent aujourd’hui la mémoire d’un passé mythique, fait de magnifiques paysages et de rapports amicaux entre des populations aux origines ethniques diverses, et aux identités linguistiques et religieuses certes mêlées, mais non pas confondues.

  • 3 Schieder Theodor (dir.), Documents on the expulsion of the Germans from Eastern & Central Europe, v (...)
  • 4 Prauser Steffen, Rees Arfon (dir.), The expulsion of the « German » communities from Eastern Europe (...)

4Plus de 12 millions d’Allemands furent expulsés d’Europe de l’est après la seconde guerre mondiale, un nombre si considérable qu’il eut un impact à tous les niveaux de la vie sociale, économique et politique de la République fédérale. Dans leur effort pour reconstruire leur vie dans un nouveau pays, les expulsés devinrent une force politique influente par le biais de leurs associations, à commencer par la Charte approuvée en août 1950, issue du monumental travail collectif intitulé Documents sur l’expulsion des Allemands dont la publication commença à partir de 19533. Les associations de réfugiés jouèrent un rôle crucial dans les choix politiques et le développement économique de la République fédérale d’Allemagne. Aux élections de 1953, le BHE Bund der Heimat Bertriebenen und Entrechteten (Union des réfugiés et des gens privés de droits) obtint 9,2 % des voix après avoir fait alliance avec le Deutsche Reichspartei, un parti ouvertement nationaliste, nostalgique du passé impérial4. Mais après la guerre, cette mémoire de leurs souffrances entrait en conflit avec le poids du passé récent. L’ombre de l’Holocauste bannissait toute possibilité de compassion envers les souffrances de la population allemande, et le sentiment de culpabilité interdisait toute lamentation. En outre, leur revendication d’une révision des frontières orientales entra en conflit avec l’Ostpolitik de Willy Brandt, soulevant chez ces réfugiés des sentiments anti-communistes embarrassants.

  • 5 Grass Günter, Im Krebsgang, Gottingen, Steidi Verlag, 2002 (En crabe, Paris, Seuil, 2004). Voir aus (...)

5Ce problème s’est posé en des termes nouveaux avec la fin de la guerre froide. Dans le roman de Günter Grass intitulé En crabe, publié en 2002, le protagoniste découvre que de nombreux détails sur la tragédie du paquebot Wilhelm Gustloff, torpillé dans la mer Baltique alors qu’il ramenait des milliers de réfugiés en Allemagne, sont postés sur un site internet par son propre fils, qui s’est lié à un groupe politique d’extrême-droite cultivant la nostalgie de l’époque nazie. L’énorme succès du roman tenait à son empathie avec les sentiments de nombreux Allemands, enfin autorisés à rappeler leurs souffrances passées après la destruction du Mur de Berlin, la chute du communisme, et la fin de la partition de leur pays5.

  • 6 Demshuk Andrew, The lost German East. Forced Migration and the Politics of Memory 1945-1970, Cambri (...)
  • 7 Sevic Zeliko, « The Unfortunate Minority Group : Yugoslavia’s Banat Germans », dans WolffS. (dir.),(...)
  • 8 Documentation Project Committee, Genocide of the Ethnic Germans in Yugoslavia 1944-1948, op. cit., (...)
  • 9 Documentation Project Committee, Genocide of the Ethnic Germans in Yugoslavia 1944-1948, op. cit., (...)

6Parmi les nombreux groupes issus d’Europe de l’Est, le plus important venait de Silésie, qui fut transférée à la Pologne lors de la Conférence de Potsdam : selon les recherches les plus récentes, ils formaient environ un quart des 12 millions de réfugiés6. Les Donauschwaben, (Souabes du Danube) arrivant de la province du Banat, en Voïvodine, qui avait fait partie de l’Empire des Habsbourg jusqu’à la première guerre mondiale, forment un groupe bien plus restreint : selon l’étude de Zeliko Sevic publiée en 2000, 500 000 Allemands vivaient dans la région à la veille de la seconde guerre mondiale7. La plupart d’entre eux quittèrent le pays en octobre 1944, fuyant l’avancée de l’Armée rouge. Le Documentation Project Committee indique qu’environ 300 000 Allemands (ethniques) de Yougoslavie (soit 70 %) parvinrent en Allemagne, 67 000 s’installèrent en Autriche, 25 000 partirent aux États-Unis, 10 000 au Canada, 4 000 au Brésil et 2 000 en Argentine ; seuls 3 000 allèrent s’installer en Hongrie, et 1 000 choisirent l’Australie8. Ceux qui restèrent, soit environ 200 000 personnes, connurent le génocide, la déportation en Union soviétique et les camps de concentration, qui provoquèrent la mort de 64 000 d’entre elles9 (fig. 1).

7La population italophone expulsée d’Istrie et de Dalmatie connut une expérience similaire. Les réfugiés italiens étaient beaucoup moins nombreux : 350 000 selon leurs associations, 250 000 selon d’autres sources. Néanmoins, ils partageaient la même faute originelle d’être un groupe national né au sein d’une nation dirigée par un régime fasciste agressif. En outre, beaucoup appartenaient aux classes supérieures de la société, en tant que propriétaires fonciers et immobiliers, ou artisans et commerçants aisés. Ils n’étaient donc pas les bienvenus dans la nouvelle Italie traversée de sentiments antifascistes : souvent considérés comme fascistes, leur intégration a été marquée par l’humiliation. La quête d’une compensation financière pour les biens qu’ils avaient laissés derrière eux était essentiellement menée par des partis politiques nostalgiques du fascisme, comme Movimento sociale. Les conditions du traité de paix signé entre l’Italie et la Yougoslavie en 1947 furent pour eux une humiliation, et le gouvernement républicain fut accusé d’oublier les droits de ce groupe de ses citoyens.

Fig. 1 – Régions de résidence des populations d'origine allemande.

Mémoires publiques : en quête d’un passé utilisable pour les réfugiés allemands

  • 10 Dragan Piero, Gli Svevi del Danubio. Storia e identità di un popolo dalla colonizzazione alla diasp (...)
  • 11 Dragan P., Gli Svevi del Danubi…, op. cit., p. 1. Voir aussi Claudio Magris, Danubio, Milano, Garza (...)

8L’expérience des deux groupes considérés peut se comparer d’abord dans la construction de mémoires publiques et leur exploitation politique, et par l’évaluation du caractère et des objectifs de leurs associations, des actions publiques menées pour préserver la mémoire de leur passé perdu et gérer leur souffrance. Comment s’est bâtie la représentation de ces réfugiés comme un groupe distinct, par rapport à d’autres groupes bien plus nombreux comme les expulsés de Silésie ? Au contraire de ces derniers, les Souabes du Danube ne venaient pas d’un territoire situé dans l’ancien Empire romain germanique. Ils venaient d’une région de l’Empire austro-hongrois habitée par des populations très diverses : Serbes, Roumains, Hongrois et Italiens. Le résultat de ce mélange est que le nom même de « Souabes du Danube » est une relative nouveauté, puisqu’il n’apparut qu’après la fin de la première guerre mondiale pour distinguer les Allemands des autres groupes nationaux, quand les territoires sur lesquels ils vivaient furent répartis entre la Serbie, la Roumanie et la Hongrie. Ce nom qui réaffirmait l’unité du groupe rappelait aussi les liens transnationaux associant les Allemands à travers les frontières des nouveaux États, où ils étaient une minorité forcée subissant un processus général de nationalisation10. Face aux pratiques de dé-germanisation adoptées surtout par la Hongrie, mais aussi par la Serbie et la Roumanie, apparut cette désignation qui rappelait l’origine ancestrale des minorités allemandes et leur implantation dans la région du Danube11. L’invention de ce nom témoigne d’une forte identification des composants de l’héritage culturel des Souabes du Danube, soucieux de préserver leur ancien dialecte allemand, leurs traditions, leurs codes vestimentaires et culinaires. Au cours de la seconde guerre mondiale, l’occupation du territoire des Souabes du Danube par l’armée du IIIe Reich renforça leur identité allemande, tout en les plaçant au sommet de la hiérarchie ethnique de la population.

  • 12 Schieder T., Documents of the expulsion…, op. cit. ; voir notamment Das Schicksal der Deutschen in (...)
  • 13 Moeller Robert G., War Stories. The search for a usable past in the Federal Republic of Germany, Be (...)
  • 14 Ibid., p. 63.
  • 15 Demshuk A., The lost German East…, op. cit., p. 93. Voir aussi Alfred De Zayas, A terrible Revenge,(...)
  • 16 Dragan P., « Donauschwaben, Svevi del Danubio… », art. cit., p. 927-928.
  • 17 Feldtänzer Oskar, Donauschwäbische Geschichte. Das Jahrhundert der Ansiedlung 1689-1805, Munchen, V (...)

9Beaucoup plus douloureuse fut la construction d’une mémoire collective après la seconde guerre mondiale. La persécution, les massacres de masse et l’expulsion des minorités allemandes dans toute l’Europe ont été décrits en détail dans un vaste projet de recherche dont les résultats ont été publiés en plusieurs volumes à partir de 1953 ; le dernier volume, consacré à la population allemande de Yougoslavie, parut en 196112. Comme le rappelait Robert Moeller en 2001, « ce projet était aussi explicitement pensé comme une réfutation de la croyance […] que ce qui était arrivé aux Allemands en Europe de l’est à la fin de la guerre n’était jamais que ce qu’ils méritaient13 ». L’introduction de ce volume précisait d’ailleurs que les Allemands vivant en Europe de l’est « n’étaient ni des voleurs ni des pillards, mais des tenants de la culture qui avaient cohabité avec d’autres populations sur les mêmes territoires pendant des siècles14 ». Selon Moeller, l’objectif non dit du projet, plus que la reconnaissance des souffrances de millions d’Allemands, fut déterminé par le climat de guerre froide, et visait à établir que le communisme soviétique, responsable des persécutions, était fondamentalement mauvais. En 1949, une Fédération des Allemands de Yougoslavie fut créée. En 1950, une Charte des expulsés était ratifiée par un parlement d’expulsés à Stuttgart, déclarant le droit au Heimat comme l’un des droits fondamentaux garantis par Dieu15. L’année suivante, un Comité des Allemands ethniques d’Europe du sud-est fut créé à Bonn ; en 1954, le Bade-Wurtenberg offrit un financement aux Souabes du Danube, suivi en 1964 par la ville de Sindelfingen, qui reconnut officiellement les Souabes du Danube de Yougoslavie. Des instituts de recherche historique furent créés d’abord à Monaco en 1978, puis à Tübingen en 198716. Sur ce chemin menant à la construction d’une nouvelle identité intégrant le passé, pour la seconde fois au xxe siècle de nouveaux symboles furent créés et de nouvelles traditions découvertes ou inventées. Le plus important est sans doute leur emblème, construit en 1950 à l’aide d’un patchwork d’éléments évoquant le Danube, la victoire sur les musulmans, l’empire et le christianisme, la puissance militaire de la forteresse défendant la frontière nationale, avec ses six tours symbolisant les six régions de colonisation des Allemands dans la région danubienne17 [fig. 2].

Fig. 2 – Emblème des Suabes du Danube. Fondation culturelle danubo-souabe, Munich.

  • 18 Demshuk A., The lost German East…, op. cit.

10Dans une recherche récente sur les politiques de mémoire adoptées par les Silésiens, Andrew Pamshuk a identifié quatre étapes importantes dans la construction de la mémoire des réfugiés allemands18. La première a été la fuite d’une terre occupée par l’ennemi et bientôt radicalement transformée en un environnement étranger et hostile. La seconde a été le processus de réflexion privée menant à la quête d’un Heimat de substitution à l’ouest, à travers d’intenses activités de commémoration de groupe. La troisième s’est ouverte en 1956 avec la possibilité pour un nombre limité de personnes de visiter la Silésie, stimulant une confrontation de leurs souvenirs avec ce que leur Heimat était devenu en réalité. Il en est résulté une quatrième et dernière étape – la reconnaissance qu’ils ne pourraient plus jamais posséder la terre qu’ils aimaient que dans leurs souvenirs.

11Les résultats de cette recherche peuvent s’appliquer aussi aux Souabes du Danube. Selon Pamshuk, il est possible d’identifier au moins deux étapes : la première était le désir des réfugiés du Banat d’être rassemblés. Leur identité allemande, si fortement réaffirmée au cours des années précédentes, se révéla assez faible quand ils se trouvèrent confrontés à la société allemande moderne. Ils durent apprendre toute la signification d’être Danubien : seuls les gens venus des mêmes territoires pouvaient partager le même héritage d’une vie passée marquée par une intense expérience transnationale. Au quotidien, les Danubiens avaient coutume de parler indifféremment l’allemand, le serbe, le hongrois et le roumain, selon leurs activités publiques et privées. Leur cuisine était le résultat d’une fusion entre les traditions culinaires allemandes et balkaniques. La mémoire de ce passé multilingue et multiculturel ne pouvait être partagée que par des gens issus des mêmes territoires. En réalité, même les immigrants yougoslaves et roumains leur semblaient plus familiers que les Allemands.

  • 19 Voir http//:www.dzm-museum.de.

12La seconde étape survint après la fin de la guerre froide. Elle concernait l’usage de la mémoire de la terre ancestrale pour construire une nouvelle identité plus prometteuse dans l’Europe contemporaine. Une charte signée en 1994 établit une fondation consacrée à l’histoire des Souabes du Danube, financée par la ville d’Ulm, l’état fédéral du Bade-Wurtenberg et le gouvernement fédéral. Elle avait notamment pour fonction de construire un musée, qui fut fondé en 1998 et ouvert en 200019. Il est révélateur que le site internet du musée soit présenté en hongrois, en croate, en serbe et en roumain, en sus de l’allemand et de l’anglais. Le musée rappelle l’histoire des Souabes du Danube, en insistant sur un passé de « villages ethniques mixtes », illustrés par des personnages familiers – artisans et marchands ambulants en habits traditionnels hongrois ou roumains. Ce caractère transnational du site internet du musée se veut un exemple offert par l’ancienne société danubienne à la construction d’une nouvelle Europe, par-delà les États nationaux.

Mémoires publiques : la construction d’une nouvelle identité collective pour les réfugiés italiens

13En Italie, la construction d’un héritage commun de réfugiés peut être analysée à trois niveaux : d’abord l’élaboration d’une identité collective, puis le lobbying politique pour assurer à leurs souffrances une reconnaissance publique, et enfin la recherche historique et ses découvertes.

  • 20 Les foibe sont des cavités souterraines typiques des régions montagneuses de l’Istrie, traditionnel (...)
  • 21 Voir Crainz Guido, « Il difficile confronto fra memorie divise », dans Naufraghi della pace…, op. c (...)
  • 22 Voir xoomer.virgilio.it/histria/esuli/associazioni/associazionihtm.

14Le premier besoin fut de fournir une aide matérielle aux expulsés : comme les réfugiés allemands du Banat, les Italiens d’Istrie et de Dalmatie avaient spontanément quitté leurs foyers, leurs terres et leurs territoires, craignant d’abord les massacres de la guerre (les foibe)20, puis le nouveau régime et sa politique de dés-italianisation. Les premières associations pour une aide économique, juridique et culturelle apparurent peu après l’exode. Ces efforts pour offrir un secours rapide aux réfugiés furent essentiellement soutenus par des associations appartenant à la droite radicale, nostalgique du fascisme. Comme le disait l’historien Guido Crainz en 2008, « en Italie, le rappel douloureux et dramatique de la fuite et des foibe a été banni de la mémoire nationale pendant des années, demeurant longtemps la propriété des organisations de réfugiés et de la droite21 ». En conséquence, l’année 1945 fut choisie comme date originelle de la mémoire publique, évitant ainsi les années embarrassantes de la domination fasciste. Les associations ont continué à nourrir le sentiment d’identité collective des exilés, dispersés dans diverses régions d’Italie et à travers le monde. En rassemblant de la documentation et des histoires de persécutions individuelles et familiales, les exilés d’Istrie et de Dalmatie visaient à la construction d’une nouvelle identité, intégrant à la fois les souvenirs collectifs du trauma de la fuite et leur nouveau statut de réfugiés. Dépourvue de poids politique, cette activité fut menée par un nombre conséquent d’associations. Aujourd’hui, on compte sur internet quinze associations d’Istrie et de Dalmatie dispersées dans toute l’Italie, auxquelles s’ajoutent une quinzaine d’autres dispersées partout dans le monde – aux États-Unis, au Canada, en Amérique latine et en Australie22. La plus importante est l’Associazione Nazionale Venezia Giulia e Dalmazia (ANVGD), fondée en 1947 et réorganisée en 1956. Dotée de quarante bureaux locaux et de quatorze délégations majeures dans seize régions d’Italie, elle comptait 8 000 souscripteurs en 2012. Grâce aux efforts de ces associations, les réfugiés ont obtenu un statut juridique distinct leur assurant certains avantages, comme des compensations partielles pour la perte de propriétés et de biens, approuvées par le Parlement entre 1952 et 2001.

  • 23 De Luna Giovanni, La Repubblica del dolore. Le memorie di un’Italia divisa, Milano, Feltrinelli, 20 (...)
  • 24 Rocchi P. Flaminio, L’esodo dei 350 mila giuliani fiumani e dalmati, Roma, Edizioni Difesa Adriatic (...)
  • 25 Crainz G., « Il difficile confronto… », art. cit., p. 188.
  • 26 Voir Algostino Alessandra, Bertuzzi Gian Carlo, Ceccotti Franco et al, Dall’Imperoaustro-ungarico a (...)
  • 27 Ibid., p. 175-191.

15Le soutien politique aux revendications des réfugiés, financé essentiellement par les partis d’extrême-droite, constitue le second niveau d’intervention. La plus grande réussite de cette lutte politique a été l’établissement d’un Giorno del Ricordo (journée du souvenir) par une loi approuvée en mars 2004. Célébré le 10 février, il est dédié aux victimes des foibe et à l’expulsion des Italiens d’Istrie, de Dalmatie et de la Vénétie julienne. Le choix de cet intitulé est un rappel délibéré de la Journée du souvenir de l’holocauste. Cette loi fut l’émanation de la majorité de droite, et le signe de l’influence que possédait alors l’héritier politique du fascisme dans le parti au pouvoir Casa delle libertà, fondé en 2000 par l’union de Forza Italia et Alleanza nazionale. Cette célébration mit fin à un long combat politique, mené pendant plus de cinquante ans par les partis d’extrême-droite, et mis en lumière un profond changement dans le scénario politique de l’Italie. Le choix de la date est révélateur. Deux journées avaient été proposées : le 20 mars, anniversaire du départ du dernier bateau emportant des réfugiés italiens du port de Pola ; l’autre était l’anniversaire du traité déclarant l’annexion de l’Istrie à la Yougoslavie. C’est cette date rappelant la perte territoriale qui fut choisie. L’historien Giovanni De Luna situe cette célébration annuelle dans un contexte plus vaste de deuil public des victimes, qui semble être le seul sentiment encore partagé par la communauté italienne. Le regroupement de tous les morts des conflits engagés par le pays, surtout la guerre civile de 1943-1945, sous la catégorie de « victimes » a créé ce que De Luna a appelé « la république du chagrin23 ». Les recherches historiques, du côté italien comme yougoslave, constituent le troisième niveau d’intervention. La plupart des reconstitutions des premières années furent publiées par des sociétés d’édition liées aux associations de réfugiés, afin d’offrir une meilleure connaissance des persécutions subies par les Italiens d’Istrie et de Dalmatie. Ainsi, la reconstitution historique la mieux connue et la plus exhaustive fut publiée en 1970 par la maison d’édition Difesa Adriatica, éditeur officiel de l’association ANVGD, qui a fait l’objet d’une troisième édition en 1990 et d’une cinquième édition en 200724. Ce volume de 700 pages se divise en deux parties : Istria in history et The roots : cities and communities. La description des persécutions et des massacres à partir de 1943, qui ont provoqué la fuite ultime, est précédée du récit historique d’un passé séculaire de paisible cohabitation et de collaboration mutuelle. Il n’y a aucune mention de l’italianisation forcée préconisée par les fascistes dans les années 1920 et 1930. En 1993, l’institution d’une commission historique bilatérale composée d’historiens italiens et slovènes a marqué un tournant. Elle a permis de replacer l’expérience de la persécution et de la fuite dans un contexte historique plus vaste, incluant la politique nationaliste agressive adoptée par le gouvernement fasciste en Istrie25. Il est toutefois révélateur que le Rapport final, rédigé en slovène, en italien et en anglais, n’ait été publié en 2001 qu’en Slovénie et en Italie seulement en 200926. Aujourd’hui encore, la recherche historique est rendue difficile par le lourd fardeau des mémoires divisées : après l’institution par le parlement italien d’une journée du souvenir pour les victimes des foibe et les expulsés, la Slovénie et la Croatie ont déclaré des journées similaires, mais à des dates différentes. La journée italienne tombe le 10 février, anniversaire du Traité de paix de 1947 ; la Slovénie a choisi le 15 septembre, date de l’application du traité, et de la dévolution de la côte au pays ; la Croatie, pour sa part, a choisi le 25 septembre, date de l’intégration de l’Istrie27.

  • 28 Orlic Mila, « Poteri popolari e migrazioni forzate in Istria », dans Naufraghi della pace…, op. cit (...)

16Récemment, la recherche historique a tenté de nouvelles approches de ce sujet controversé. L’une concerne la politique de la nouvelle république de Yougoslavie née après la guerre, et sa gestion du problème des minorités nationales dans diverses régions du territoire. À ce propos, Mila Orlic a récemment pointé que l’expulsion concernait les minorités allemandes, mais pas les Italiens ; pour eux, la sélection se fit plutôt en fonction de critères politiques, considérant l’implication personnelle dans les activités fascistes, la situation économique et l’attachement à l’église. Cela n’empêcha pas néanmoins le flux incontrôlable des départs28.

  • 29 Tomasutti Massimo, Perasto 1797, Luogo di storia. Luogo di memoria, Padova, Il Poligrafo, 2007. Als (...)

17Une perspective à long terme a aussi été adoptée pour mieux expliquer la longue rivalité entre Italiens et Slaves. Une attention nouvelle a été portée à l’exploitation politique de l’ancienne domination vénitienne, et au passé impérial de Trieste et des villes dalmates. On a souvent insisté sur le passé vénitien pour donner une base historique aux revendications territoriales. Les souvenirs de la longue domination de la République de Venise sont une tradition dans le discours public depuis 1797, date de la défaite de la Sérénissime. Le rappel constant de la cérémonie qui eut lieu à Perast et à Zadar cette année-là, avec l’enfouissement de l’ancien drapeau vénitien sous l’autel de la cathédrale de la ville, a joué un rôle crucial pour réaffirmer l’identité italienne du territoire et les privilèges de la minorité italienne sous le nouveau régime29. Enfin, le souvenir de la période impériale a nourri récemment une nouvelle « nostalgie » pour son héritage cosmopolite.

Mémoires privées

18D’autres questions se posent sur l’usage privé de la mémoire. En quoi les mémoires privées diffèrent-elles des mémoires publiques ? Quels en sont les thèmes et en quoi ont-ils changé avec le temps ? Que reste-t-il de l’ancienne identité et en quoi l’exil a-t-il nourri une nouvelle identité ?

19Pour comprendre les mémoires privées, il convient de distinguer entre les réfugiés qui pouvaient rentrer au pays, même après des décennies, et ceux qui étaient partis sans espoir de retour. Cette dernière situation était celle des Souabes du Danube, qui ne purent pas revenir dans leurs pays d’origine pendant la longue période de la guerre froide. La distance géographique, mais aussi les restrictions dues au rideau de fer interdisaient les visites. Comment la mémoire privée a-t-elle traduit ces expériences douloureuses, et comment le souvenir du passé, de la persécution et de l’expulsion a-t-il été maintenu ou volontairement effacé par ces réfugiés ?

  • 30 De Zayas A., A terrible Revenge…, op. cit.

20On peut établir une première distinction entre les souvenirs liés à l’expulsion et aux persécutions, et les souvenirs collectés dans les années suivantes en vue de nourrir l’identité de groupe. Les premiers étaient de douloureuses histoires de massacres, de viols, de vols et de terreur, rappelés par les procès et la recherche menée par Alfred De Zayas30. En outre, à leur arrivée en Allemagne, les réfugiés subirent le choc d’une rencontre avec les citoyens d’un pays qui ne les reconnaissait pas comme de vrais Allemands. Depuis lors, il s’est agi pour eux de se construire un avenir ailleurs tout en conservant – ou plutôt en gagnant – une identité incluant le passé.

  • 31 Dragan P., « Donauschwaben, Svevi del Danubio… », art. cit., p. 155.

21La langue, en général le lien le plus fort avec un monde culturel, semble avoir joué un rôle complexe dans la construction du monde de souvenirs lié à l’expérience des Souabes du Danube. Piero Dragan remarque que la langue allemande a pris un sens différent pour les réfugiés selon leur destination finale. Chez ceux qui avaient quitté l’Europe, l’usage de l’allemand renforça leur identité et le sentiment de leur différence par rapport à leurs nouveaux voisins, mais pour la majorité qui atterrit en Allemagne, la langue ne marquait aucune différence. La différence tenait plutôt aux compétences linguistiques multiples qui caractérisaient les gens du Banat : la capacité à passer aisément de l’allemand au roumain, ou du serbo-croate au hongrois. En outre, ce qui les rendait nostalgiques était la perte de leur ancien territoire, la distance géographique, et la naissance d’une identité liée davantage à la terre perdue qu’à la langue commune31. Étant donné ce rôle équivoque joué par la langue, quels autres éléments ont contribué à marquer l’identité et à préserver dans les familles et chez les individus la mémoire du passé ?

22La réponse peut se trouver dans le rôle de la religion et des traditions culinaires. La place de la religion chrétienne tient au passé historique des Souabes du Danube comme défenseurs de la frontière chrétienne contre les Turcs. La congrégation religieuse a joué un rôle clé dans le maintien de l’identité de la diaspora après l’exil. Plus curieux est le rôle des traditions culinaires. Elles avaient le pouvoir suprême d’évoquer le passé des cultures mixtes du Banat, ses éléments pris aux recettes serbes, hongroises et roumaines portant la réminiscence de temps plus heureux. Le passé balkanique rappelé par des recettes familiales jalousement conservées a gagné le statut d’un paradis perdu, caractérisé par une cohabitation respectueuse et des rapports amicaux entre les différents groupes. En conséquence de cet itinéraire mental, l’identité s’est reconstruite sur une base déterritorialisée, tandis que le souvenir du Heimat perdu, qui s’estompait pour les gens âgés, n’a carrément jamais existé pour les générations nées après la guerre. En bref, après la tragédie et la perte irrévocable du Heimat, les individus et les familles d’un groupe qui s’était identifié pendant des siècles comme une minorité allemande semblent avoir trouvé une nouvelle identité par le biais de souvenirs et de comportements qui les reliaient à leurs territoires ancestraux plutôt qu’à leur pays d’émigration. Cette identité a induit un nouveau sentiment de fraternité avec les anciens voisins roumains, hongrois et serbes, capables eux aussi d’évoquer la saveur de leur monde balkanique perdu et son héritage ethnique mixte.

  • 32 Demshuk A., The lost German East…, op. cit., p. 122-160.

23Les réfugiés italiens d’Istrie et de Dalmatie pourraient se comparer plutôt aux Silésiens, qui ont une expérience similaire d’arrivée dans une région de populations mêlées située à la frontière orientale de leur pays, perdu après la guerre en faveur d’un pays communiste tendant à pratiquer le nettoyage ethnique. Le principal effet de cette contigüité territoriale a été la possibilité de revoir au bout de quelques années le pays qu’ils avaient quitté : dès la fin de 1956, certains Silésiens furent autorisés à entrer en Pologne, et à partir des années 1970, les Italiens purent entrer sans difficulté en Yougoslavie. Les visites, au lieu d’être un remède au mal du pays, étaient assez douloureuses, les réfugiés se trouvant confrontés à un environnement urbain bouleversé où tout ce qui pouvait rappeler la population précédente avait disparu. Les lieux familiers semblaient radicalement transformés, désorientant les visiteurs. Ce processus, selon Andrei Demshuk, a apporté aux Silésiens un nouvel Heimat : celui d’un pays construit par les souvenirs individuels, souvent illustré par des descriptions précises et des collections de peintures et de dessins32. Les réfugiés italiens d’Istrie et de Dalmatie furent souvent confrontés à ce même sentiment d’un pays nouveau et étranger alors qu’ils y vivaient encore, ce qui contribua à leur décision de s’exiler.

24L’arrivée en Italie de ces réfugiés, marquée par l’indifférence ou l’incompréhension de la part de la population italienne, se rapproche davantage de l’expérience des Souabes du Danube. Ils se virent souvent affublés de l’étiquette d’étrangers, voire de fascistes. D’autres caractéristiques de ces réfugiés italiens rappellent le sort des Souabes du Danube, notamment la mémoire d’un monde cosmopolite disparu.

  • 33 http://www.anvgd.it/notizie/12364-biblioteca-e-video-archivio.html.
  • 34 http://intranet.istoreto.it/esodo/.

25Le deuil privé de la perte qu’ont connu les réfugiés italiens peut se diviser en trois étapes. La première, à laquelle est consacré l’essentiel de la littérature des réfugiés, concerne la tragédie de la fuite, le souvenir des massacres, la brutalité de l’ordre nouveau et la peur. Des récits détaillés de ces violences ont été publiés au fil des années par des maisons d’édition liées aux organisations de réfugiés. Le site internet de l’ANVGD annonce encore la sortie de 42 heures de mémoires filmées de l’exode, collectées par l’association33. Le programme de recherche historique instauré par l’Istoreto (Istituto per la storia della Resistenza di Torino) en 2012, a posté en ligne un recueil de plus de 80 entretiens avec des réfugiés installés au Piémont34.

  • 35 Miletto Enrico, Con il mare negli occhi. Storia, luoghi e memorie dell’esodo istriano a Torino, Mil (...)
  • 36 Algostino A. et al., Dall’Impero austro-ungarico alle foibe…, op. cit. ; Verginella Marta, Il confi (...)
  • 37 Crainz Guido, Il dolore e l’esilio. L’Istria e le memorie divise d’Europa, Roma, Donzelli, 2005.
  • 38 Bettiza Enzo, Esilio, Milano, Mondadori, 1996.
  • 39 Ibid., p. 171.

26Puis vient le rappel des premières années d’installation en Italie, l’installation temporaire dans les camps des organisations internationales, les casernes de l’armée, puis dans des HLM. Ces histoires sont souvent axées sur la difficulté de reconstruire une nouvelle vie après la perte de tous leurs biens, avec l’aide des autres réfugiés. Elles disent le lent et graduel passage par une série d’étapes qui font renaître la confiance et l’espoir : le premier travail, le passage des camps et des baraques à de véritables logements, la réunion des familles35. Enfin, vient la comparaison entre l’expérience de ceux qui sont partis et de ceux qui sont restés sous le nouveau régime de Tito, montrant la tragédie d’une expérience historique marquée par une frontière jamais acceptée par les deux populations impliquées, par des reconstructions contradictoires des temps controversés de la guerre, et par des massacres et des persécutions de part et d’autre36. L’état d’esprit des réfugiés se reflète aussi dans les écrits d’historiens, de journalistes et d’écrivains qui ont tenté de comprendre et de décrire leurs sentiments mêlés au cours du temps, puis leur prise de conscience finale de la perte définitive de leur pays ancestral. Une analyse récente de cette littérature par l’historien italien Guido Crainz est éclairante37. Elle décrit d’abord le sentiment d’aliénation qui a poussé les gens à partir, ensuite la persistance de ce sentiment lors de leur arrivée en Italie, puis l’étiquette de « réfugié » ressentie comme une marque d’humiliation, et enfin la reconnaissance d’une scission permanente du soi, à la suite de la perte de tout caractère italien du territoire : les noms des rues, les bâtiments les églises, les écoles. L’autobiographie publiée sous le titre Esilio en 1986 par le journaliste et écrivain Enzo Bettiza, né à Split dans les années trente, est frappante à cet égard38. Bien que seule la fin concerne le départ, le livre tout entier est une description détaillée d’un monde disparu, constitué de cohabitations nationales, de mixité et de comportements cosmopolites. La famille de l’auteur en est la meilleure illustration : son père est le rejeton d’une dynastie italienne installée à Split depuis des générations et parfaitement bilingue, sa mère est croate, et ses enfants partagent la langue, l’héritage culturel et la disparition de ce monde cosmopolite. Le sentiment de perte qui imprègne le livre s’exprime notamment dans un passage sur Zadar, devenue après la guerre une ville tout autre, renvoyant à la destinée de la ville prussienne de Koenisberg, transférée à l’Union soviétique et renommée Kaliningrad39.

Conclusion

  • 40 Voir Cinotto Simone, « La cucina diasporica : il cibo come segno di identità culturale », dans Cort (...)

27À partir de l’expérience commune de la fuite et de l’expulsion, la construction publique de la mémoire comme les itinéraires privés du deuil des Allemands du Banat et des Italiens d’Istrie et de Dalmatie ont à la fois des aspects communs et des différences pertinentes. Du côté de la construction publique du passé, l’impossibilité du retour et la difficile relation, les premiers temps, avec les Allemands natifs de ce pays a contraint les Souabes du Danube à une nouvelle définition d’eux-mêmes qui intégrait toute leur expérience de migration circulaire dans une dimension chronologique portant sur plus de deux siècles. Les symboles inventés après la guerre, comme leur emblème, les ont aidés à regagner leur ancien Heimat, reliant le groupe au passé impérial de la région du Danube. L’histoire aventureuse de la première migration des pionniers et des colons, exposée au musée d’Ulm, concourt à la construction d’une narration historique intégrant leur expérience migratoire à double sens. Les mémoires privées ont construit une image positive de la vie passée au Banat, qui célèbre la cohabitation de différentes cultures et transforme cette expérience multiethnique en promesse d’une nouvelle Europe. Dans la dimension privée, les recettes de cuisine rappelant le passé balkanique ont tenu le rôle classique qu’a la nourriture familiale chez les migrants. Dans le nouvel environnement social, les plats traditionnels se sont révélés un outil utile pour réaffirmer l’identité sociale et les liens intergénérationnels dans les cérémonies les plus intimes de la vie familiale, reliant les membres de la famille et inventant une culture ethnique40.

  • 41 Paladini F. M., « Patrie ulteriori… », art. cit., p. 210-211.

28Pour les réfugiés italiens, la construction de souvenirs a connu une fin beaucoup moins paisible. Leur expérience préalable, marquée par la perte de deux patries, la domination vénitienne de 1797 et celle de l’État impérial en 1918, n’a pas trouvé de place dans la mémoire publique. Après des décennies d’indifférence politique, la reconnaissance publique de l’exode après la seconde guerre mondiale a été exhibée comme un triomphe de la droite. La blessure de la perte territoriale n’est toujours pas refermée. La recherche sur le passé s’est concentrée sur les années cruciales de la guerre, marquée par les massacres, les expulsions et l’exode de masse. Les historiens ont eu beau insister sur le besoin de situer les souffrances de ces Italiens dans la difficile relation à long terme entre les Italiens de la côte et les Slaves des territoires de l’intérieur, leurs recherches ont trouvé peu d’écho dans le discours public. Les politiques d’italianisation forcée adoptées par le fascisme ont été le plus souvent oubliées, et le mythe du passé vénitien souvent exploité. Les mémoires privées témoignent souvent d’une rancœur persistante, longtemps exprimée sous forme d’une condamnation morale du communisme yougoslave41.

  • 42 Wullschleger M., « Nostalgie asburgiche a Trieste », dans Nostalgia, op. cit., p. 213-236.
  • 43 Naimark N., Fires of Hatred…, op. cit. ; Bruneteau Bernard, Le siècle des génocides, Paris, Armand (...)

29Dans les dernières années du xxe siècle, après le traité d’Osimo de 1975, qui confirmait définitivement la frontière entre l’Italie et la Yougoslavie, un nouveau sentiment de nostalgie a surgi dans les cercles de réfugiés et avant tout dans la société de Trieste. Il se fondait sur la nostalgie du passé habsbourgeois, considéré comme un rêve d’autonomie et de bien-être. Il faut intégrer à ce courant nostalgique la reconstruction à Trieste du monument à l’impératrice Élisabeth 1re en 1997, inauguré la première fois en 1912 et supprimé après la première guerre mondiale42. Dans cette redécouverte du passé impérial, la société mixte ethnique et culturelle des villes dalmates a été souvent évoquée, rappelant de façon manifeste l’expérience des Souabes du Danube. Cet itinéraire parallèle, convergeant dans une nostalgie partagée pour l’empire des Habsbourg, laisse perplexe si l’on songe à l’image classique de « prison des nations » appliquée à l’empire au xixe siècle et aux interminables luttes pour l’indépendance nationale43.

30L’expérience tragique de nationalismes antagonistes du xxe siècle et la récente redécouverte de la sage tolérance adoptée par l’empire envers ses populations mêlées offre à la recherche historique de nouvelles opportunités. Il est désormais possible de mieux saisir les conséquences à long terme de la chute d’un empire austro-hongrois multiethnique et multiculturel. Parmi elles, la persistante intolérance nationaliste de la région des Balkans, reconsidérée sur une perspective chronologique beaucoup plus longue qui prendrait en compte toute l’histoire de la région depuis le xviiie siècle.

Notes

1 Ferrara Antonio, Pianciola Niccolò, L’età elle migrazioni forzate. Esodi e deportazioni in Europa 1853-1953, Bologne, il Mulino, 2012 ; Salvatici Silvia, Senza casa e senza paese : profughi europei nel secondo dopoguerra, Bologne, il Mulino, 2008 ; Ther Philipp, Siljak Ana (dir.), Redrawing Nations. Ethnic Cleansing in East-Central Europe, 1944-1948, Lanham-Oxford, Rowman & Littlefields Publishers, 2001.

2 Dragan Piero, « Donauschwaben, Svevi del Danubio. Dalla colonizzazione alla diaspora », Studi emigrazione, 180, octobre-décembre 2010, p. 913-931 ; Documentation Project Committee, Genocide of the Ethnic Germans in Yugoslavia 1944-1948, Munich, Verlag der Donauschwäbischen Kulturstiftung, 2006 (1re édition en anglais, 2003).

3 Schieder Theodor (dir.), Documents on the expulsion of the Germans from Eastern & Central Europe, vol. 1-8, Monaco, Deutscher Taschenbuch Verlag, 1953-1961 ; Voir aussi. Marrus Michael R, The Unwanted. European refugees from the First World War through the Cold War, Oxford, New York, Oxford University Press, 1985.

4 Prauser Steffen, Rees Arfon (dir.), The expulsion of the « German » communities from Eastern Europe at the end of Second World War, Florence, Institut Universitaire Européen, Département d’Histoire et de Civilisation, document de travail HEC, 2004/1, Introduction.

5 Grass Günter, Im Krebsgang, Gottingen, Steidi Verlag, 2002 (En crabe, Paris, Seuil, 2004). Voir aussi Aust Stefan, Burgdorff Stefan (dir.), Die flucht. Über die Vertreibung der Deutschen aus dem Osten, Stuttgart/Munich, et Spiegel-Buchverlag, Hamburg, Wetlbild, 2013.

6 Demshuk Andrew, The lost German East. Forced Migration and the Politics of Memory 1945-1970, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 2012, p. 53 ; voir aussi Artico Davide, « L’espulsione dei tedeschi dalla Polonia », dans Crainz G., Pupo R., Salvatici S. (dir.), Naufraghi della pace. Il 1945, i profughi e le memorie divise d’Europa, Rome, Donzelli, 2008, p. 59-74 ; Naimark Norman N., Fires of Hatred. Ethnic cleansing in Twentieth-Century Europe, Cambridge, Harvard University Press, 2001 (en italien : La politica dell’odio. La pulizia etnica nell’Europa contemporanea, Roma-Bari, Laterza, 2002, p. 128-162).

7 Sevic Zeliko, « The Unfortunate Minority Group : Yugoslavia’s Banat Germans », dans WolffS. (dir.), German Minorities in Europe. Ethnic Identity and Cultural Belonging, New York, Oxford, Berghahn Books, 2000, p. 143-163.

8 Documentation Project Committee, Genocide of the Ethnic Germans in Yugoslavia 1944-1948, op. cit., p. 161 ; à en croire Weber, les chiffres étaient beaucoup plus élevés. Voir Karl Weber, 300 Jahre Donaushwaben. Jubilaumssaugabe zum 50-jahringen Bestehen der Donaudeutschen Landsamannschaft in Rheinland-Pfalz 1951-2001, Munchen, Verlag der Donauschwäbischen Kulturstiftung, 2003.

9 Documentation Project Committee, Genocide of the Ethnic Germans in Yugoslavia 1944-1948, op. cit., p. 5. Voir aussi Müller Herta, Atemschaukel, München, Carl Hansser Verlag 2009 ; en version française : La bascule du souffle, Paris, Gallimard, 2010.

10 Dragan Piero, Gli Svevi del Danubio. Storia e identità di un popolo dalla colonizzazione alla diaspora, Thèse, Université de Milan, 2007-2008 ; Guy Hermet, Histoire des nations et du nationalisme en Europe, Paris, Seuil, 1996.

11 Dragan P., Gli Svevi del Danubi…, op. cit., p. 1. Voir aussi Claudio Magris, Danubio, Milano, Garzanti, 1986, p. 345-362.

12 Schieder T., Documents of the expulsion…, op. cit. ; voir notamment Das Schicksal der Deutschen in Yugoslawien, Munich, Deutscher Taschenbuch Verlag, 1961 (2e éd. 1984).

13 Moeller Robert G., War Stories. The search for a usable past in the Federal Republic of Germany, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 2001, p. 62.

14 Ibid., p. 63.

15 Demshuk A., The lost German East…, op. cit., p. 93. Voir aussi Alfred De Zayas, A terrible Revenge, New York, Martin’s Press, 1994, p. 172-177.

16 Dragan P., « Donauschwaben, Svevi del Danubio… », art. cit., p. 927-928.

17 Feldtänzer Oskar, Donauschwäbische Geschichte. Das Jahrhundert der Ansiedlung 1689-1805, Munchen, Verlag der Donauschwäbischen Kulturstiftung, 2006.

18 Demshuk A., The lost German East…, op. cit.

19 Voir http//:www.dzm-museum.de.

20 Les foibe sont des cavités souterraines typiques des régions montagneuses de l’Istrie, traditionnellement utilisées comme fosses ou décharges. En 1943 et 1945 plusieurs milliers d’Italiens ont été tués par les partisans de Tito et leurs corps ont été abandonnés dans les foibe. Voir : Pupo Raoul, Il lungo esodo. Istria : le persecuzioni, le foibe, l’esilio, Milano, Rizzoli, 2005.

21 Voir Crainz Guido, « Il difficile confronto fra memorie divise », dans Naufraghi della pace…, op. cit., p. 189.

22 Voir xoomer.virgilio.it/histria/esuli/associazioni/associazionihtm.

23 De Luna Giovanni, La Repubblica del dolore. Le memorie di un’Italia divisa, Milano, Feltrinelli, 2011, p. 74-81.

24 Rocchi P. Flaminio, L’esodo dei 350 mila giuliani fiumani e dalmati, Roma, Edizioni Difesa Adriatica, 1990 (3e éd.).

25 Crainz G., « Il difficile confronto… », art. cit., p. 188.

26 Voir Algostino Alessandra, Bertuzzi Gian Carlo, Ceccotti Franco et al, Dall’Imperoaustro-ungarico alle foibe. Conflitti nell’area alto-adriatica, Torino, Bollati Boringhieri, 2009, p. 241-274.

27 Ibid., p. 175-191.

28 Orlic Mila, « Poteri popolari e migrazioni forzate in Istria », dans Naufraghi della pace…, op. cit., p. 25-41.

29 Tomasutti Massimo, Perasto 1797, Luogo di storia. Luogo di memoria, Padova, Il Poligrafo, 2007. Also Paladini Filippo Maria, « Patrie ulteriori, nostalgia e rancori », dans Petri R. (dir.), Nostalgia, Roma-Venezia, Edizioni di storia e letteratura, Centro tedesco di studi veneziani, 2010, p. 179-212.

30 De Zayas A., A terrible Revenge…, op. cit.

31 Dragan P., « Donauschwaben, Svevi del Danubio… », art. cit., p. 155.

32 Demshuk A., The lost German East…, op. cit., p. 122-160.

33 http://www.anvgd.it/notizie/12364-biblioteca-e-video-archivio.html.

34 http://intranet.istoreto.it/esodo/.

35 Miletto Enrico, Con il mare negli occhi. Storia, luoghi e memorie dell’esodo istriano a Torino, Milano, Franco Angeli, 2005 ; Miletto Enrico, Istria allo specchio. Storia voci di una terra di confine, Milano, Franco Angeli, 2007 ; Lezzi Vito Antonio, Esposito Giulio (dir.), La Puglia dell’accoglienza. Profughi, rifugiati e rimpatriati nel Novecento, Bari, Progedit, 2006.

36 Algostino A. et al., Dall’Impero austro-ungarico alle foibe…, op. cit. ; Verginella Marta, Il confine degli altri, Roma, Donzelli, 2008 ; Oliva Gianni, Profughi, Milano, Mondadori, 2006 ; Pupo Raoul, Il lungo esodo. Istria : le persecuzioni le foibe, l’esilio, Milano, Rizzoli, 2005 ; Cattaruzza Marina, « L’esodo istriano : questioni interpretative », dans Cattaruzza M., Dogo Marco, Pupo Raoul (dir.), Esodi. Trasferimenti forzati di popolazione, Napoli, Edizioni scientifiche italiane, 2000, p. 210-236 ; Columni Cristiana, Ferrari Liliana, Nassisi Gianna, Trani Germano, Storia di un esodo. Istria 1945-1956, Trieste, Istituto regionale per la storia del movimento di liberazione del Friuli Venezia Giulia, 1980.

37 Crainz Guido, Il dolore e l’esilio. L’Istria e le memorie divise d’Europa, Roma, Donzelli, 2005.

38 Bettiza Enzo, Esilio, Milano, Mondadori, 1996.

39 Ibid., p. 171.

40 Voir Cinotto Simone, « La cucina diasporica : il cibo come segno di identità culturale », dans Corti P., Sanfilippo M. (dir.), « Migrazioni », Storia d’Italia, Annali 24, Turin, Einaudi, 2009, p. 653-672 ; Mussell Kay, Brown Linda Keller (dir.), Ethnic and Regional Foodways in the United States : the Performance of Group Identity, Knoxville, University of Tennessee Press, 1984.

41 Paladini F. M., « Patrie ulteriori… », art. cit., p. 210-211.

42 Wullschleger M., « Nostalgie asburgiche a Trieste », dans Nostalgia, op. cit., p. 213-236.

43 Naimark N., Fires of Hatred…, op. cit. ; Bruneteau Bernard, Le siècle des génocides, Paris, Armand Colin, 2004 ; Hermet G., Histoire des nations…, op. cit. ; Hobsbawm Eric, Nation and Nationalism since 1780. Program, myth, reality, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Régions de résidence des populations d'origine allemande.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 2 – Emblème des Suabes du Danube. Fondation culturelle danubo-souabe, Munich.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

Auteur

Dipartimento di Studi storici, Universïtà degli studi di Milano

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540