Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires des migrations, temps de l’histoire

 | 
Laure Teulières
, 
Hélène Bertheleu
, 
Marianne Amar

Partie I. Dits et non-dits de la mémoire

Chapitre 5. Les prostituées juives peuvent-elles parler ?

Mémoire, migration et archive

Tony Kushner

Texte intégral

  • 1 Kushner Tony, Knox Katharine, Refugees in an Age of Genocide, Londres, Frank Cass, 1999, chapitre (...)
  • 2 Kushner Tony, Remembering Refugees : Then and Now, Manchester, Manchester University Press, 2006, (...)
  • 3 bell hooks, « Representing Whiteness », dans Grossberg L., Nelson C. et Treichler P. (dir.), Cultu (...)
  • 4 Voir les articles de Cyril Orolowitz, archives de l’Université du Cap.

1Atlantic Park hostel fut, dans l’Europe des années 1920, l’un des principaux camps pour les migrants en transit, témoignant d’un monde d’après-guerre fondé sur les contrôles migratoires et les quotas racialisés1. L’aéroport international de Southampton a, depuis, été construit sur le même emplacement, mais on n’y trouve qu’une seule référence historique : le Spitfire qui décolla de cet endroit pour la première fois en 1937 et qui allait devenir, pendant la seconde guerre mondiale, le symbole de « l’Angleterre seule contre tous ». En dépit d’une campagne de longue haleine, l’aéroport refuse toujours de reconnaître l’existence passée d’Atlantic Park2. Ce site où les victimes des pogroms, de la guerre civile et de la famine pouvaient attendre dix années, avant de pouvoir bouger, n’est sans doute pas le passé le plus facile à utiliser dans un aéroport débordant d’activité. Les aéroports sont censés renvoyer aux voyages, à la recherche du plaisir, de la prospérité, et non à l’immobilité forcée, la mise à l’écart et la souffrance humaine. Pour cette raison, bell hooks, intellectuelle et féministe noire américaine, reproche à l’anthropologue James Clifford d’« évoquer avec un ton taquin une atmosphère de voyage ». « Le voyage, souligne-t-elle, n’est pas le mot qui convient pour désigner le Passage du Milieu, la Piste des Larmes, l’arrivée des migrants chinois à Ellis Island, la réinstallation forcée des Japonais-Américains, la détresse de ceux qui n’ont pas de toit3 ». Il n’y a pas de place ici pour les sœurs Schleimowitz, par exemple, qui avaient assisté au viol et à l’assassinat de leur mère en Ukraine. Après un séjour prolongé à Atlantic Park, elles allaient être dispersées à travers le monde, et pour l’une d’entre elles au moins, devenir victime de la traite des femmes4.

  • 5 Spivak Gayatri Chakravorty, « Can the subaltern speak ? », dans Nelson C. (dir.), Marxism and the (...)

2Ce texte confronte la migration et ses archives, aux processus d’oubli et de mémoire. Il met en résonance le malaise ancien, à bien des égards toujours à l’œuvre, attaché au personnage du migrant et le travail de mémoire contemporain conduit par les musées qui cherchent à récupérer la migration pour vanter les bienfaits de sa présence. Ce que nous entendons discuter ici, c’est la question du silence présent dans les archives, et autour d’elles. Quelle part de l’expérience migrante demeure non dite, dans les archives et, plus tard, dans ses représentations, au musée ou ailleurs ? Comment ces silences pèsent-ils, dans les narrations nationales et transnationales du passé, et dans le travail de mémoire mené au sein des minorités ethniques ? Quels rapports entretiennent les silences de l’archive, la mémoire et le pouvoir ? À travers une étude de cas, liée à la prostitution de migrantes juives, ce texte s’interroge sur la possibilité de rendre à ces « subalternes » leur capacité d’agir. Et donc, sur la façon dont l’histoire des migrations et le patrimoine abordent ces passés gênants. Pour paraphraser Gayatri Chakravorty Spivak, « les prostituées juives peuvent-elles parler ?5 » En conclusion, nous nous demanderons si, dans la construction de récits majoritaires et minoritaires, quels que soient les risques liés au souvenir de passés qui dérangent, l’oubli peut être une option moralement valide dans le travail de mémoire à venir.

  • 6 Manning Patrick, Migration in World History, New York, Routledge, 2005, p. xiii.
  • 7 Voir par exemple David Goodhart, The British Dream : Successes and Failures of Post-war Immigratio (...)

3« Le mouvement migratoire, nous rappelle Patrick Manning, est une habitude humaine » et il a fallu attendre l’apparition des États bureaucratiques, pour que soit menée une action concertée contre ce comportement naturel6. Dans ce contexte, les migrations du passé ont posé problème à ceux qui entendaient construire des narrations fermées de l’appartenance nationale. À une extrémité, elles ont été traitées par le déni, afin de donner du passé une représentation racialement ou ethniquement pure. Mais le plus souvent, elles ont fait l’objet d’un traitement sélectif, où certains groupes étaient idéalisés, et d’autres dénigrés ou ignorés. Nous aborderons ici le cas de la Grande-Bretagne, où les processus d’inclusion et d’exclusion apparaissent de manière particulièrement clairs. Voici un pays dont la population a été constituée de vagues successives d’immigration, et qui se perçoit et se représente comme homogène et tolérant. Selon sa mythologie, elle aurait connu un flux important d’immigration à partir de 1945 seulement7.

  • 8 Home Office, Life in the United Kingdom : A Journey to Citizenship, Londres, HMSO, 2004, p. 43-44.
  • 9 Kushner Tony, The Battle of Britishness : Migrant Journeys 1685 to the Present, Manchester, Manche (...)

4Si l’on se penche sur les migrants et les réactions qu’ils suscitent, c’est l’oubli qui l’emporte dans « l’histoire insulaire » britannique, officielle ou populaire. Au Royaume-Uni, les déclarations récentes du Home Office (ministère de l’Intérieur) et la documentation officielle qui accompagne les tests de citoyenneté insistent fortement sur l’accueil favorable qui a été fait dans le passé aux demandeurs d’asile : « La Grande-Bretagne est fière de sa tradition qui est d’offrir un havre à ceux qui fuient la persécution et les conflits ». Ce récit fondé sur la générosité tire un fil à travers l’histoire, en partant des « Protestants huguenots de France [fuyant] la persécution religieuse » aux xvie et xviie siècles, pour remonter jusqu’à nos jours8. à cet égard, les réfugiés huguenots sont devenus un modèle pour les réfugiés : dans la mythologie, là encore officielle et populaire, ils en possèdent les caractéristiques idéales. Dans le travail de mémoire qui se fera ultérieurement, ils apparaissent à la fois comme les victimes d’un État catholique intolérant (la France), ennemi héréditaire de l’Angleterre, et comme un groupe bien intégré, devenu des membres loyaux de la société, à laquelle ils ont apporté des compétences inédites, notamment dans le commerce et la science. Toutes les ambiguïtés qui avaient cours à leur propos, qu’il s’agisse de l’accueil, de leur intégration et de leur loyauté, ont été aplanies pour créer un scénario qui les flatte comme il flatte la société d’accueil. Les juifs d’Europe orientale, arrivés au début du xxe siècle, qui constituent paradoxalement notre sujet d’étude, mais aussi les réfugiés fuyant le nazisme dans les années trente, notamment les enfants venus via les Kindertransport ou, plus récemment, les Asiatiques expulsés d’Ouganda dans les années 1970, ont été à leur tour inclus dans ce récit rassurant et partial qui fait coïncider la « britannicité » avec ce que Gordon Brown, Chancelier de l’échiquier puis Premier ministre, appelait en 2004 un engagement intrinsèque en faveur de « la tolérance et du fair play »9.

  • 10 Stevens Mary, Stories old and new : migration and identity in the UK heritage sector. A report for (...)
  • 11 Brochure du Musée de l’Immigration de Melbourne, « Moving stories », avril 2012, visite de l’auteu (...)

5Barbara Roche, ancienne ministre de l’Intérieur travailliste en charge de l’immigration et des réfugiés, a récemment fait campagne pour la création d’un musée de l’immigration à Londres, en Grande-Bretagne10. Sur ce point, le pays apparaît sans aucun doute à la traîne, derrière la France, l’Allemagne et les pays d’immigration comme l’Amérique ou l’Australie. Par ailleurs, si un musée de ce type voit finalement le jour, il n’aura sans doute pas le tranchant critique du musée de l’immigration de Melbourne. Dans sa publicité, ce dernier l’affirme : « plus de 9 millions de gens ont migré en Australie depuis 1788. D’autres, innombrables, ont essayé et ont échoué » et la brochure invite les visiteurs à découvrir « pourquoi11 ».

  • 12 Barbara Roche citée par Louise London, « Whitehall and the refugees : the 1930s and the 1990s’ », (...)

6En tant que femme politique, B. Roche a justifié la politique d’asile « ferme mais juste » – l’accent étant mis sur « ferme » – du gouvernement du New Labour, en affirmant que « ce pays est fier de sa tradition d’accueil des réfugiés depuis plusieurs siècles ». Comme présidente du Migration Museum Working Group, elle affirmait, en 2009, que ce musée : « signalerait avec force que le Royaume-Uni reconnaît le rôle central des migrants dans notre vie nationale. L’émigration et l’immigration sont partie intégrante de ce que Britannique veut dire. […] Si nous étions en mesure de le comprendre, de l’accepter et de le célébrer, nous aurions une société plus forte et un avenir plus lumineux12 ».

  • 13 Stevens M., Stories old and new …, op. cit., p. 29.

7Si le Musée de l’immigration est créé, il mettra, sans aucun doute, en avant la contribution des migrants à la Grande-Bretagne et l’hospitalité britannique envers les nouveaux arrivants. Il reprendra à son compte le ton de célébration dont font usage nombre de sites patrimoniaux liés aux minorités ethnico-religieuses, et que l’on retrouve aussi dans le musée décrit comme « le plus ambitieux en Europe à ce jour : la Cité nationale de l’histoire de l’immigration », ouverte à Paris en 2007. Le Musée d’Ellis Island, le Tenement Museum à New York, et bien d’autres musées de ce type s’inscrivent également dans cette démarche13. Mais il n’est pas certain que le projet de B. Roche laisse place à des récits alternatifs, tant est grand le besoin d’une construction rassurante et ouverte à tous de « l’histoire insulaire ».

  • 14 London L., « Whitehall and the refugees… », art. cit., p. 17.

8Historienne, ancienne avocate spécialiste des questions d’immigration, Louise London est l’une des rares chercheuses à proposer une version plus contrastée de l’attitude britannique vis-à-vis des nouveaux arrivants, à travers une étude détaillée et complexe des procédures de contrôle de l’immigration pendant et juste après la période nazie. En réponse à B. Roche et à la mythologie d’une Grande-Bretagne « fière de sa tradition », elle écrit : « Je me suis soudain demandé quel adjectif B. Roche proposerait […] pour écrire l’histoire d’une Grande-Bretagne qui n’accueillerait pas les réfugiés : est-ce qu’elle parlerait également de fierté ? Ou serait-ce son contraire ? Honteuse ? Dissimulée ? Déniée ? Refoulée ? » Si L. London insiste tant sur le refus d’entrée, la ségrégation et l’expulsion, c’est aussi, dit-elle, « parce que même si ce n’est pas brillant, même si cela ne cadre pas avec le message politique, ce pays a aussi une longue tradition de rejet des réfugiés14 ».

  • 15 Cohen Steve, Deportation is Freedom ! The Orwellian World of Immigration Controls, Londres, Jessic (...)

9Non sans ironie, ceux qui reconnaissent la contribution des migrants à la Grande-Bretagne soutiennent néanmoins l’idée d’un contrôle « raisonnable » et « modéré » de l’immigration, indispensable au bien-être de tous. à leurs yeux, sans une surveillance des entrées et de l’activité des nouveaux venus, ces derniers risqueraient de susciter la peur et une hostilité bien compréhensibles. L’idée d’un abandon des contrôles – situation qui dominait dans le monde jusqu’à la fin du xixe siècle – apparaît désormais comme un affront, dans les discours publics comme privés. Ainsi, feu Steve Cohen, avocat de l’immigration qui croyait au slogan « Personne n’est illégal », notait que « l’opposition de principe aux contrôles est, en réalité, devenu un programme qui n’ose plus dire son nom15 ».

  • 16 « Le peuplement de Londres : 15 000 ans d’immigration venus d’au-delà des mers » (1993).
  • 17 « Appartenance : les voix des réfugiés de Londres ».
  • 18 Frow Mayerlene, Roots of the Future : Ethnic Diversity in the Making of Britain, Londres, Commissi (...)

10En Grande-Bretagne, le travail de mémoire associé à l’immigration apparaît de plus en plus dominé, chez les progressistes, par cette position « raisonnable », dès lors qu’il s’agit de décrire la générosité envers les migrants (en se limitant à quelques groupes soigneusement choisis dans le passé), les contrôles intelligents, les réussites et l’intégration des nouveaux arrivants. Témoignent de cette approche prudente fondée sur l’intégration, des publications comme le Roots of the future : ethnic diversity in the making of Britain (1996) éditée par la Commission for Racial Equality, ou le travail du Musée de Londres, et notamment deux de ses expositions : « The Peopling of London : 15,000 years of settlement from overseas16 » en 1993, et « Belonging : voices of London’s refugees17 », en 2006-200718. Cette approche va de pair avec un « retour » vers l’archive, pour y trouver trace de la présence des migrants, mais aussi avec la collecte de nouveaux matériaux susceptibles d’enrichir les fonds existants, notamment à travers des récits de vie oraux ou vidéo. À l’arrivée, la narration apparaît le plus souvent rédemptrice et progressiste, même si elle évite d’être trop simpliste :

Être un réfugié est dévastateur et traumatisant. Les réfugiés affrontent d’énormes obstacles pour construire leur nouvelle vie à Londres, et leurs réussites sont le fruit d’un âpre travail. Pourtant, leurs contributions à la capitale sont décisives – tant sur le plan politique qu’économique et culturel. Ils contribuent à modeler la ville que nous connaissons aujourd’hui.

  • 19 Site internet de l’exposition : www.museumoflondon.org.uk/English/EventsExhibitions/Special/Belong (...)
  • 20 Greg Philo, Emma Briant et Pauline Donald, Bad News for Refugees, Londres, Pluto Press, 2013.

11La construction délibérée d’une nouvelle archive – dans l’exposition « Belonging… », elle inclut « des récits de vie de réfugiés d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Europe, d’Asie et d’Amérique Latine » – doit être remise en perspective, dans un pays où de nombreux hommes et femmes politiques, et la plupart des médias, stigmatisent les demandeurs d’asile et, plus récemment, les migrants originaires d’Europe de l’Est19. Les expositions et les publications patrimoniales, à vocation progressiste, donnent souvent des nouveaux arrivants et des réactions qu’ils suscitent, une représentation trop favorable. Mais elles témoignent aussi d’un effort compréhensible et louable pour restaurer l’équilibre face à un discours dominant qui met en avant la criminalité, la maladie et le danger (surtout celui du terrorisme) représentés par les migrants, et l’animosité, réelle ou potentielle, de la société d’accueil20. Reste néanmoins le risque de passer sous silence les divisions internes au sein des différentes communautés, et de laisser à l’écart les voix des migrants restés en marge, souvent accablés par l’expérience de la perte et de la séparation.

  • 21 Kahn D., « Diversity and the Museum of London », art. cit., p. 247.

12En s’interrogeant sur l’exposition « The Peopling of London… », et plus généralement sur les musées dédiés à la diversité, David Kahn a posé le dilemme en ces termes : « Doit-on, pour légitimer un groupe et, peut-être, construire des modèles, présenter l’histoire de ce groupe en mettant l’éclairage sur des individus à la réussite exceptionnelle ? Ou faut-il, au contraire, insister plutôt sur l’expérience des hommes et des femmes ordinaires ?21 ». À cette première interrogation, s’ajoute une autre question : qui décide de ceux que l’on inclut et de ceux que l’on exclut ? L’exposition « Belonging… », au Musée de Londres, a été créée en partenariat avec 25 organisations communautaires. D’un côté, cette coopération permet de donner la parole aux réfugiés, refusant ainsi de les traiter comme des victimes dépourvues de toute capacité d’agir. Mais d’un autre côté, au sein de ces communautés, ce sont surtout les « passeurs ethniques » qui choisissent et modèlent les histoires qu’il convient de raconter. De fait, l’archive n’a rien de naturel : c’est une construction, qui reflète les rapports de pouvoir politiques, sociétaux et culturels.

  • 22 Skinner Patricia (dir.), Jews in Medieval Britain, Woodbridge, Boydell, 2003 ; Rees Jones Sarah et (...)

13Un pays qui s’enorgueillit de son sens inné de la tolérance et de l’homogénéité de son passé, aura du mal à accepter que sa tradition se nourrisse aussi de déportations et d’expulsions d’étrangers, à titre individuel ou collectif. Dans ses formes extrêmes, cette tradition a conduit à déplacer des communautés entières, comme lors de l’expulsion des juifs anglais en 1290. Petit à petit, l’industrie patrimoniale a fini par affronter et représenter – au moins partiellement – cet acte violent par lequel tous les juifs, sauf ceux qui s’étaient convertis au christianisme, furent expédiés sur le continent22. Il semble que la distance chronologique et le travail de mémoire associé à l’Holocauste aient finalement permis de prendre conscience des événements de 1290. D’autres exemples, plus récents, de nettoyage ethnique sur le sol britannique ont cependant provoqué une attention moindre. De fait, il semble y avoir une corrélation entre la proximité relative du présent et la position sur l’échelle de l’amnésie.

  • 23 Boyarin Jonathan, Storm from Paradise : The Politics of Jewish Memory, Minneapolis, University of (...)
  • 24 Holmes Colin, A Tolerant Country ? Immigrants, Refugees and Minorities in Britain, Londres, Faber (...)

14Selon Jonathan Boyarin, la mémoire et l’oubli ne sont pas « de simples contraires ». à ses yeux, « il ne s’agit pas de les séparer, mais de comprendre que l’oubli peut être, de manière surprenante, une technique utilisée par les dominés pour autoriser la mémoire23 ». Se souvenir de la Grande-Bretagne comme d’une nation tolérante à l’égard des minorités – à l’inverse de ses anciens ennemis, qu’il s’agisse de la France de Louis XIV, de l’Allemagne d’Hitler ou même de son alliée récente, l’Amérique ségrégationniste – exige un oubli collectif du racisme populaire (par exemple, les émeutes racistes et antisémites de 1919, 1947 et 1958), mais aussi étatique, comme celui qui aboutit à l’expulsion de plusieurs centaines de Tziganes allemands en 1905 et 1906. Comme le note avec ironie Colin Holmes « ce petit groupe faible et en réalité impuissant n’a jamais fait l’expérience de la fameuse tolérance britannique24 ».

  • 25 National Archives, Kew, dossiers d’expulsion, HO 372/3.
  • 26 Aliens Act, 1905 (5 EDW.7) ; Pellew Jill, « The Home Office and the Aliens Act, 1905 », Historical (...)

15Aux récits troublants du racisme et de l’exclusion britanniques, font écho certaines histoires de migrants qui cadrent mal avec le mythe de la nation. À cet égard, la traite des femmes juives, de la fin du xixe siècle au premier xxe siècle, s’est avérée particulièrement problématique. On peut, en premier lieu, citer le cas de Jane Cohen, une juive russe d’une vingtaine d’années qui, en décembre 1908, à Londres, fut déclarée coupable de « prostitution et trouble à l’ordre public », ce qui lui valut d’être expulsée pour Varsovie. Elle réapparut huit mois plus tard dans le port de Southampton, où elle fut déclarée coupable des mêmes faits et condamnée à une peine d’un mois d’emprisonnement avant d’être à nouveau expulsée25. Ces quelques détails sont glanés dans les registres d’expulsion du Home Office, créés après l’Aliens Act de 1905 et qui permettait au ministère de l’Intérieur d’expulser les étrangers jugés indésirables26.

  • 27 Southampton Times, 28 août 1909.

16En dehors de ces archives administratives laconiques, on trouve quelques indications sur le sort de Jane Cohen dans le compte-rendu de sa comparution devant le tribunal de Southampton en août 1909. Le Southampton Times rapporte que c’était « une jeune femme mariée, qui apparut sur le banc des accusés avec un bébé dans les bras ». Alors qu’elle risquait trois mois de prison pour n’avoir pas respecté l’ordre d’expulsion la concernant, elle fut « simplement » condamnée à un mois de travaux forcés. Il semble qu’ici, la migrante ait fait preuve d’une certaine capacité d’agir, puisqu’elle expliqua au tribunal que « son mari l’avait ramenée dans le pays », indiquant que ce dernier avait peut-être exercé une forme de coercition à son égard27.

17Pour la communauté juive bien établie, les migrantes juives pratiquant la prostitution constituaient un sérieux embarras. Elle pouvait se saisir du problème ou au contraire, détourner la tête en espérant qu’il disparaîtrait de lui-même. La communauté choisit finalement la première solution et en 1885, ses élites créèrent la Jewish Ladies’ Society for Preventive and Rescue Work (qui allait devenir la Jewish Association for the Protection of Women and Children, puis la Jewish Association). En 1902, Claude Montefiore, l’un de ses dirigeants, notait :

  • 28 Minutes du Conseil de la Jewish Association for the Protection of Women and Children, 11 février 1 (...)

Il était devenu de notoriété publique que les trafiquants de filles et de femmes étaient, dans leur majorité, des juifs et des juives. On jugea toutefois que si des juifs et des juives faisaient de leur mieux pour combattre cet horrible commerce, ce serait le meilleur antidote à l’antisémitisme et aux accusations proférées par les ennemis des juifs contre l’ensemble de la communauté.28

  • 29 Conseil de la Jewish Association, 12 décembre 1904, MS 173/2/3/1, SUA. Voir aussi Edward Bristow, (...)
  • 30 Annual Report of the Jewish Association for the Protection of Girls and Women, 1899, p. 32, Collec (...)
  • 31 Official Report of the Jewish International Conference on the Suppression of the Traffic in Girls (...)

18À l’instar des registres d’expulsion du Home Office, les dossiers de la Jewish Association ne font guère entendre la voix des femmes soumises à son contrôle. Dans bien des cas, la réaction du Home Office et des organisations juives était la même : expulsion du « problème » vers l’Europe orientale. Si elles n’étaient pas rapatriées, ces « filles » juives étaient rééduquées par la Jewish Association, en général comme domestiques29. Ce serait une erreur de prétendre qu’il n’y a pas de place, dans ces archives, pour la parole des prostituées juives. Mais leurs mots, quand on les laisse entendre, construisent un discours empreint de gratitude, adressé à leurs coreligionnaires de l’élite, pour le soutien qu’elles ont reçu. Ainsi, le Rapport annuel de la Jewish Association de 1899 citait, en s’en félicitant, une lettre envoyée à sa mère, par l’une des « filles étrangères » qui avait été « sauvée » : « Ne vous inquiétez pas pour moi […] Je suis dans une bonne maison, avec de bonnes dames juives. Le vendredi soir et le jour du shabbat sont comme à la maison, la dame nous lit la Bible30 ». Plus dramatique apparaît l’histoire tirée de la Jewish International Conference on the Suppression of the Traffic in Girls and Women, qui se tint à Londres en 1927. Le représentant de la Jewish Association raconta comment une jeune fille avait été piégée à Buenos Aires, dans la traite des femmes. Elle avait envoyé à l’agent de la Jewish Association de cette ville une lettre écrite « d’une main tremblante », et qui disait simplement : « Je suis prisonnière, je cours un grand danger. Au secours ». La jeune fille avait été sauvée et ceux qui la détenaient arrêtés par la police31. Cette histoire de rédemption est toutefois la seule où l’on entend la voix de la prostituée. En 1910, une première conférence sur la traite des femmes avait été organisée à Londres et ses comptes rendus ne laissent aucune place au point de vue de la « victime ».

  • 32 Voir, par exemple Vivian David Lipman, A Century of Social Service 1859-1959 : The Jewish Board of (...)
  • 33 Kushner Tony et Ewence Hannah (dir.), Whatever Happened to British Jewish Studies ?, Londres, Vall (...)
  • 34 Kushner Tony, « The end of the ‘Anglo-Jewish Progress Show’ : representations of the Jewish East E (...)
  • 35 Walkowitz Judith, Prostitution and Victorian Society : Women, class and the state, Cambridge, Camb (...)

19Dans le travail de mémoire des juifs britanniques mené jusqu’à la fin du xxe siècle, les activités de la Jewish Association, quand elles sont mentionnées, sont toujours présentées sur un ton d’autosatisfaction32. Pour en reprendre l’étude, il a fallu mener un travail historiographique et patrimonial renouvelé, plus assuré et plus ouvert33. Sur la question du genre, dominent les travaux de Rickie Burman – longtemps directeur du London Jewish Museum et ancien curateur du Manchester Jewish Museum – et de Lara Marks. Cette dernière a publié un article sur les prostituées juives dans un numéro spécial de Jewish Quarterly. Cette publication s’inscrivait dans une célébration plus large de l’East End juif, marquée par l’avènement d’approches plus radicales dans le champ des études juives britanniques34. Dans son travail sur les rapports de pouvoir entre classe, ethnicité et genre, L. Marks souligne qu’il était « très difficile pour les réformateurs de la classe moyenne de comprendre pourquoi les femmes se livraient à la prostitution et souhaitaient vendre leur corps ». Par ailleurs, à la suite du travail pionnier de Judith Walkowitz sur le sexe tarifé dans la société victorienne, L. Marks ajoute que « la prostitution juive n’était pas une simple affaire de proxénètes piégeant d’innocentes jeunes femmes en Europe de l’Est, comme l’ont souvent décrit les contemporains et plus tard, les historiens juifs ». Si elle ne nie pas que « des jeunes femmes innocentes aient pu être contraintes », elle affirme, dans sa conclusion, que « l’image de la prostituée comme pure victime ignore les conditions économiques et sociales auxquelles étaient confrontées les femmes, et le fait que, pour certaines d’entre elles, la prostitution ait pu être un choix35 ».

  • 36 Marks Lara, « Race, class and gender : the experience of Jewish prostitutes and other Jewish women (...)
  • 37 Ballhatchet Kenneth, Race, Sex and Class under the Raj, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1980, p. (...)
  • 38 Minute book of the Jewish Association, 15 juillet 1900, dans SUA MS 173/2/2/5.
  • 39 Jewish Chronicle, 30 octobre 1908.
  • 40 Zangwill Israel dans Official Report of the Jewish International Conference on the Suppression of (...)

20L. Marks prend également l’exemple de Fanny Epstein, née à Varsovie et installée à Londres avec ses parents, où elle travaillait dans le commerce de la fourrure. Toujours sur la brèche, elle s’enfuit avec un homme impliqué dans la prostitution internationale et finit par devenir tenancière d’une maison close à Bombay36. Son père la croyait enlevée par des agents de la traite des blanches, mais quand la police interrogea F. Epstein, cette dernière affirma qu’elle « était venue à Bombay de son propre chef ». Dans son rapport, le commissaire de police fit ce constat : « Elle m’a donné l’impression d’être une jeune femme assez déterminée et fort capable de s’occuper d’elle-même37 ». Les dossiers de la Jewish Association sont pleins de commentaires acerbes sur ces jeunes femmes, comme Rachel Pokarerw, qui « persiste à mener une vie d’immoralité », ou Taube Segal « qui persiste à mener une vie immorale38 ». Il demeure toutefois difficile de déterminer si la personne a, ou non, choisi sa profession. Seuls les dossiers d’organisations comme la Jewish Association, ou, dans le cas de Fanny Epstein, des dossiers de police et des archives judiciaires, permettent de révéler certains pans de leurs vies. Le cas de F. Epstein montre, par ailleurs, qu’il peut être dangereux de diaboliser les hommes impliqués dans ce commerce. Dans un éditorial intitulé « La terrible honte d’un horrible scandale », la Jewish Chronicle, les traitait ainsi de « vampires humains » ayant des « pratiques infâmes39 ». Mais la plupart des hommes et des femmes engagés dans la traite n’étaient ni des malades, ni des gens aussi moralement corrompus. Lors de la conférence internationale de 1910, prenant position contre l’opinion dominante, le romancier et commentateur juif Israël Zangwill fit remarquer que la question relevait prosaïquement de la complexité et du traumatisme liés aux migrations de masse, et non du déchaînement des forces du mal40.

  • 41 Hyman Paula, « The Modern Jewish Family : Image and Reality » dans Kraemer D. (dir.), The Jewish F (...)

21Pour en revenir à Jane Cohen, l’archive ne nous dit rien des conditions exactes de sa pratique de la prostitution. En raison même du statut « illégal » de sa famille en Grande-Bretagne, elle est absente des documents officiels comme le recensement, et il semble impossible de savoir ce qu’il est advenu des Cohen. Mais les informations contenues dans les dossiers officiels permettent néanmoins de révéler la plasticité des formes de la migration juive avant 1914. Ce cas nous rappelle par ailleurs brutalement que l’idéal de la famille juive comme lieu de stabilité et de respectabilité – ce que même les xénophobes acceptaient à contrecœur – ne résiste pas toujours à un examen approfondi41.

22Considérons maintenant une autre version du passé juif, proposée dans la remarquable psycho-biographie de Joseph Silver, publiée par Charles Van Onselen et présentée lors d’une exposition au South African Jewish Museum. Le biographe résume ainsi le curriculum vitae de son sujet :

  • 42 Van Onselen Charles, The Fox & the Flies : The World of Joseph Silver, Racketeer & Psychopath, Lon (...)

Incendiaire, braqueur de banque, barbier, bigame, propriétaire de bordel, voleur, escroc, agent de détective, gangster, voleur de chevaux, tenancier d’hôtel, mouchard, voleur de bijoux, commerçant, pickpocket, maquereau, policier, violeur, restaurateur, briseur de coffres, contrebandier, sodomite, agent spécial, espion, épicier, courtier, veuf professionnel, fabricant de perruques et pratiquant de la traite des femmes.42

23Ce dernier qualificatif apparaît à la fois comme le thème dominant et le plus troublant dans l’étude de C. Van Onselen. De ce trafiquant de femmes et de sa vie, en Europe occidentale et orientale, en Afrique du Sud et aux Amériques, l’auteur construit un portrait à plusieurs dimensions. En six pages, le déroulement de l’intrigue passe de l’Afrique du Sud à Londres et à Southampton. Ce port de la côte sud de l’Angleterre ne vient pas immédiatement à l’esprit lorsque l’on se réfère à la cartographie mentale du crime international, ou dans ce cas précis, de l’histoire des migrations contemporaines, juives et au-delà. Or, pour C. Van Onselen, le site occupe au contraire une position clef dans le monde complexe du commerce, des migrations et des communications transatlantiques, monde sur lequel règnent Joseph Silver et d’autres trafiquants juifs de la « traite des blanches » :

  • 43 Ibid, p. 155-156.

À l’aide de codes télégraphiques connus des marchands de la traite des femmes, ils importaient des prostituées d’Europe pour répondre à la demande des maisons closes locales. Les lignes de paquebots Union and Castle, dont les navires faisaient le trajet Southampton-Le Cap, en étaient des bénéficiaires indirects, tandis que les maquereaux et les tenancières de maison escortaient de la « chair fraîche » et des « remontes » vers le Sud.43

  • 44 Ibid, p. 6. Voir aussi l’Annual Report of the Jewish Association for the Protection of Girls and W (...)

24Le 8 juin 1898, le Iionic quittait Southampton avec Joseph Silver, ses collègues et un groupe de femmes juives. Le secrétaire de la Jewish Association et un officier de Scotland Yard montèrent à bord avant son départ, mais ne parvinrent pas à faire descendre les femmes du bateau : « Ils durent débarquer sous les bruyantes bordées de rires et de sarcasmes […] des maquereaux alignés sur le pont44 ».

25À l’opposé de son portrait de Joseph Silver, C. Van Onselen donne des prostituées juives une image en « noir et blanc » et les présente, une fois encore, comme de simples victimes, contrairement au point de vue nuancé de Lara Marks. Cette dernière a indiscutablement raison lorsqu’elle demande que l’on rende à ces femmes leur capacité d’agir. Reste que l’archive les a bel et bien rendues muettes : les documents qui nous sont parvenus ne permettent pas, en effet, aux subalternes de parler au-delà des limites des archives philanthropiques ou légales.

  • 45 Visite de l’auteur, avril 2012.
  • 46 L’exposition a eu lieu au Centre de l’Émigration de Bremerhaven du 27 août 2012 au 28 février 2013 (...)
  • 47 Voir une critique de la nouvelle exposition permanente du Jewish Museum, Kushner Tony et Ewence Ha (...)

26La représentation des migrants en transit, proposée par le SeaCity Museum de Southampton apparaît également incomplète. Le musée, ouvert en avril 2012 pour coïncider avec le 100e anniversaire du naufrage du Titanic, accorde, certes, plus de places à cette question que ne le font les expositions patrimoniales des autres villes portuaires en Grande-Bretagne. Il fait notamment référence à Atlantic Park et à d’autres sites comparables dans les environs du port. Mais la prostitution n’est pas mentionnée une seule fois45. Or, elle est présente dans toute ville de marins et, paradoxalement, Southampton constitue l’un des deux cas étudiés dans le travail pionnier de Judith Walkowitz. Ainsi, au plus haut niveau, le rôle de Joseph Silver ou les tribulations plus ordinaires de Jane Cohen apparaissent trop troublants pour être offerts à la consommation populaire, et trop provocants pour contribuer à la construction d’un passé utilisable de la ville. Tout cela contraste avec les approches patrimoniales de Bremerhaven, en Allemagne, et de son Centre de l’émigration allemande. L’exposition de 2012-2013, intitulée « Le billet jaune : trafic de jeunes filles de 1860 à 1930 », abordait notamment la question de leur capacité d’agir (agency) : « Étaient-elles enlevées de force, tentées par des promesses fantastiques ? Est-ce qu’elles partaient volontairement ? ». À l’aide d’« images, de textes, de cartes, de lettres et de documents audio », l’exposition cherchait à donner « une vision plus complète de la vie de ces “migrantes non accompagnées”46 ». Que sa tentative ait, ou non, totalement abouti, l’exposition essayait au moins de donner voix à ces migrantes oubliées. En revanche, le Jewish Museum de Londres, qui a rouvert en 2010 grâce à un important financement de l’Heritage Lottery Fund (HLF) et d’associations juives, passe totalement sous silence la prostitution, comme SeaCity47.

Conclusion

27Les historiens des minorités ethniques ont souvent utilisé des modèles positifs pour conforter, dans leurs communautés, la confiance et l’estime de soi. Cela ne surprend pas dans un monde où le discours dominant tend de plus en plus à transformer les minorités en cas pathologiques, mettant l’accent sur la criminalité (surtout sexuelle) des communautés de migrants. Il peut donc y avoir un désir partagé, chez ceux qui construisent une « histoire insulaire » nationale aseptisée et ceux qui pratiquent le « cheerleading ethnique », d’éviter de dévoiler les archives difficiles ou de révéler les connexions globalisées, les loyautés multiples et la fluidité des groupes migrants. Mais est-ce forcément un problème ?

  • 48 « What Use Our Work ? », Ripper Street, BBC 1, 24 février 2013.

28En 2013, la série policière de la BBC, Ripper Street, située dans l’East End en 1889 – un an après les abominables meurtres de Whitechapel – a conclu sa première saison sur une histoire de traite des blanches. Le méchant et charmeur Victor Trumper attire des jeunes filles marginales et solitaires, en plaçant des annonces dans le courrier du cœur, avant de les enlever et de les expédier en Argentine. Il s’agit peut-être de Jack l’éventreur, en tout cas, on apprend plus tard que son véritable nom est Victor Silver. Manifestement inspiré du personnage de Charles Van Onselen, qui soutient que Joseph Silver était bien Jack l’éventreur, le personnage de Ripper Street diffère de son modèle sur un point crucial : il s’agit d’un aristocrate anglais, et non juif. Alors que la série compte de nombreux personnages juifs, et qu’elle n’hésite pas à les dépeindre avec leurs ombres et leurs lumières, elle évite néanmoins de faire de son démon, maquereau et meurtrier, un juif48.

  • 49 Englander Nathan, The Ministry of Special Cases, Londres, Faber and Faber, 2007, p. 4-7. Sur l’his (...)
  • 50 Voir par exemple des sites web comme « Four Winds 10 » ou « Jewish Tribal Review ». Voir http://ww (...)

29The Ministry of Special cases (Le Ministère des affaires spéciales) de Nathan Englander, publié en 2007, se situe dans le Buenos Aires des années 1970, à l’époque des « disparues ». Les juifs commencent à craindre que leur passé collectif ne les rattrape dans ce monde de persécutions arbitraires et hors de contrôle. Son anti-héros Kaddish Poznan trouve un emploi, consistant à effacer sur les tombes les noms de ceux qui ont été mêlés à la prostitution juive – un élément important dans l’histoire des migrations est-européennes. « Les clients de Kaddish étaient ceux qui avaient quelque chose à perdre, la part respectable et prospère de leur communauté, dont le passé familial apparaissait moins respectable. En des temps moins troublés, il avait suffi de les ignorer et de les nier ». Mais conscient qu’« être accepté un jour ne signifie pas qu’on le sera encore le lendemain », Kaddish supprime, la nuit, toute forme d’identification sur les tombes juives. Peu assuré de ce qu’il fait, il s’entend dire par un ami, porteur lui aussi d’un « passé douteux », que « dans l’histoire de chaque peuple, il y a des périodes qu’il est préférable d’oublier. C’est la nôtre, Poznan, allons-y49 ». Ces dilemmes ne se posent pas seulement dans le monde de la fiction. Les antisémites, y compris ceux du xxie siècle, ont utilisé l’histoire de la traite des femmes comme preuve, pour affirmer que les juifs sont tout-puissants et constituent une menace sexuelle pour l’ensemble de la société, abusant ainsi des recherches universitaires critiques menées sur cette question50. Vaut-il mieux alors « oublier » l’histoire de la prostitution et de la « traite des blanches » juives, ou l’aseptiser comme dans Ripper Street ?

  • 51 Della Sala Sergio (dir.), Forgetting, Hove, Psychology Press, 2010.
  • 52 Ricoeur Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 652.
  • 53 Ibid., p. 654.

30La mémoire doit être sélective, ou alors, elle croulerait sous le simple poids de sa matière première51. Mais le processus de sélection n’est pas arbitraire, et ce qui est oublié a souvent une dimension éthique. Comme le dit Paul Ricoeur, « les stratégies d’oubli […] consistent en interventions plus ou moins actives52 ». […] Et il ajoute qu’il « ne peut y avoir un oubli heureux comme on peut rêver d’une mémoire heureuse53 ». Les archives à notre disposition sont fragmentaires, partiales, et elles permettent rarement, voire jamais, d’entendre « les subalternes parler », ou parler librement. Mais, aussi troublantes soient-elles, il est malsain de les ignorer. Les juifs ont participé à la prostitution organisée de la fin du xixe siècle à la première partie du xxe, parce qu’ils vivaient au temps des migrations de masse, une époque qui fut à la fois exceptionnelle, extrêmement stressante et difficile. Ces mouvements, forcés ou volontaires, et avec eux l’industrie du sexe, continuent d’exister de nos jours, à une échelle peut-être plus large encore et vraiment mondialisée. Si l’on aborde de manière critique le passé juif, les raisons qui ont mené hier des hommes et des femmes à la prostitution, et les efforts entrepris pour les en empêcher, peuvent éclairer le présent. Par ailleurs, manié avec délicatesse, le cas juif peut révéler les dangers qui existent, de moraliser et de généraliser sans nuance l’attitude des migrants et les dilemmes de la migration. Et, comme le souligne la fiction de Nathan Englander, il est assez naïf d’espérer effacer les passés qui dérangent.

  • 54 Ibid., p. 655.

31Ricoeur conclut en posant cette question : « N’y aurait-il pas dès lors une forme suprême d’oubli, en tant que disposition et manière d’être au monde, qui serait l’insouciance, ou pour mieux dire l’insouci ?54 ». Il ne peut répondre par l’affirmative :

  • 55 Ibid., p. 655-656.

Sous peine de retomber dans les pièges de l’amnistie-amnésie, cet ars oblivionis ne saurait constituer un règne distinct de la mémoire, par complaisance à l’usure du temps. […] Il mettrait seulement une note gracieuse sur le travail de mémoire et le travail de deuil. Car il ne serait plus du tout travail.55

32Pour affronter le racisme et expliquer la complexité de la condition de migrant, hier, aujourd’hui et demain, il reste à mener un vaste travail de mémoire et de remises en question.

Notes

1 Kushner Tony, Knox Katharine, Refugees in an Age of Genocide, Londres, Frank Cass, 1999, chapitre 3.

2 Kushner Tony, Remembering Refugees : Then and Now, Manchester, Manchester University Press, 2006, p. 78-79.

3 bell hooks, « Representing Whiteness », dans Grossberg L., Nelson C. et Treichler P. (dir.), Cultural Studies, New York, Routledge, 1992, p. 343 ; Clifford James, « Traveling Cultures », dans Clifford J., Travel and Translation in the Late Twentieth Century, Cambridge MA, Harvard University Press, 1997, p. 39.

4 Voir les articles de Cyril Orolowitz, archives de l’Université du Cap.

5 Spivak Gayatri Chakravorty, « Can the subaltern speak ? », dans Nelson C. (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Basingstoke, Macmillan, 1988, p. 294. [Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2006].

6 Manning Patrick, Migration in World History, New York, Routledge, 2005, p. xiii.

7 Voir par exemple David Goodhart, The British Dream : Successes and Failures of Post-war Immigration, Londres, Atlantic, 2013.

8 Home Office, Life in the United Kingdom : A Journey to Citizenship, Londres, HMSO, 2004, p. 43-44.

9 Kushner Tony, The Battle of Britishness : Migrant Journeys 1685 to the Present, Manchester, Manchester University Press, 2012, chapitre 1.

10 Stevens Mary, Stories old and new : migration and identity in the UK heritage sector. A report for the Migration Museum Working Group, Londres, Institute for Public Policy Research, 2009, p. 13-35.

11 Brochure du Musée de l’Immigration de Melbourne, « Moving stories », avril 2012, visite de l’auteur.

12 Barbara Roche citée par Louise London, « Whitehall and the refugees : the 1930s and the 1990s’ », Patterns of Prejudice, vol. 34, no 3, 2000, p. 17 ; et dans Foreword, Migration Museum Working Group, « A moving story : is there a case for a major museum of migration in the UK ? A discussion paper », Londres, Institute for Public Policy Research, 2009, p. 2.

13 Stevens M., Stories old and new …, op. cit., p. 29.

14 London L., « Whitehall and the refugees… », art. cit., p. 17.

15 Cohen Steve, Deportation is Freedom ! The Orwellian World of Immigration Controls, Londres, Jessica Kingsley, 2006, p. 10.

16 « Le peuplement de Londres : 15 000 ans d’immigration venus d’au-delà des mers » (1993).

17 « Appartenance : les voix des réfugiés de Londres ».

18 Frow Mayerlene, Roots of the Future : Ethnic Diversity in the Making of Britain, Londres, Commission for Racial Equality, 1996 ; Kahn David, « Diversity and the Museum of London », Curator : The Museum Journal, vol. 37, no 4, 1994, p. 240-250.

19 Site internet de l’exposition : www.museumoflondon.org.uk/English/EventsExhibitions/Special/Belonging/, consulté le 21 février 2007 et brochures de l’exposition.

20 Greg Philo, Emma Briant et Pauline Donald, Bad News for Refugees, Londres, Pluto Press, 2013.

21 Kahn D., « Diversity and the Museum of London », art. cit., p. 247.

22 Skinner Patricia (dir.), Jews in Medieval Britain, Woodbridge, Boydell, 2003 ; Rees Jones Sarah et Watson Sethna (dir.), Christians and Jews in Angevin England : The York Massacre of 1190, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2013.

23 Boyarin Jonathan, Storm from Paradise : The Politics of Jewish Memory, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1992, p. 1, 4.

24 Holmes Colin, A Tolerant Country ? Immigrants, Refugees and Minorities in Britain, Londres, Faber & Faber, 1991, p. 19.

25 National Archives, Kew, dossiers d’expulsion, HO 372/3.

26 Aliens Act, 1905 (5 EDW.7) ; Pellew Jill, « The Home Office and the Aliens Act, 1905 », Historical Journal, vol. 32, no 2, 1989, p. 369-381.

27 Southampton Times, 28 août 1909.

28 Minutes du Conseil de la Jewish Association for the Protection of Women and Children, 11 février 1902, Archives de l’Université de Southampton (SUA), MS 173/2/3/1.

29 Conseil de la Jewish Association, 12 décembre 1904, MS 173/2/3/1, SUA. Voir aussi Edward Bristow, Prostitution and Prejudice : The Jewish Fight Against White Slavery, 1870-1939, Oxford, Oxford University Press, 1982 ; Gartner Lloyd, « Anglo-Jewry and the Jewish international traffic in prostitution 1885-1914 », American Jewish Studies Review, vol. 7-8, 1982-1983, p. 129-178 ; Knepper Paul, « ‘Jewish Trafficking’ and London Jews in the Age of Migration », Journal of Modern Jewish Studies, vol. 6, no 3, 2007, p. 231-256.

30 Annual Report of the Jewish Association for the Protection of Girls and Women, 1899, p. 32, Collection Claude Montefiore, London Library, M131.

31 Official Report of the Jewish International Conference on the Suppression of the Traffic in Girls and Women, Londres, Jewish Association, 1927, p. 11, Collection Claude Montefiore, London Library, M528.

32 Voir, par exemple Vivian David Lipman, A Century of Social Service 1859-1959 : The Jewish Board of Guardians, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1959, p. 247-255.

33 Kushner Tony et Ewence Hannah (dir.), Whatever Happened to British Jewish Studies ?, Londres, Vallentine Mitchell, 2012.

34 Kushner Tony, « The end of the ‘Anglo-Jewish Progress Show’ : representations of the Jewish East End, 1887-1987 », dans Kushner T. (dir.), The Jewish Heritage in British History : Englishness and Jewishness, Londres, Frank Cass, 1992, p. 78-105.

35 Walkowitz Judith, Prostitution and Victorian Society : Women, class and the state, Cambridge, Cambridge University Press, 1980 ; Marks Lara, « Jewish women and prostitution in the East End of London », Jewish Quarterly, vol. 34, no 2, 1987, p. 6-10.

36 Marks Lara, « Race, class and gender : the experience of Jewish prostitutes and other Jewish women in the East End of London at the turn of the century », dans Grant J. (dir.), Women, Migration and Empire, Stoke, Trentham Books, 1996, p. 45.

37 Ballhatchet Kenneth, Race, Sex and Class under the Raj, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1980, p. 127.

38 Minute book of the Jewish Association, 15 juillet 1900, dans SUA MS 173/2/2/5.

39 Jewish Chronicle, 30 octobre 1908.

40 Zangwill Israel dans Official Report of the Jewish International Conference on the Suppression of the Traffic in Girls and Women, Londres, Jewish Association, 1910, p. 68, coll. « Claude Montefiore », London Library, M528.

41 Hyman Paula, « The Modern Jewish Family : Image and Reality » dans Kraemer D. (dir.), The Jewish Family : Metaphor and Memory, New York, Oxford University Press, 1989, p. 179-193.

42 Van Onselen Charles, The Fox & the Flies : The World of Joseph Silver, Racketeer & Psychopath, Londres, Jonathan Cape, 2007, p. 11.

43 Ibid, p. 155-156.

44 Ibid, p. 6. Voir aussi l’Annual Report of the Jewish Association for the Protection of Girls and Women, 1898, p. 20, Collection Claude Montefiore, London Library, M124.

45 Visite de l’auteur, avril 2012.

46 L’exposition a eu lieu au Centre de l’Émigration de Bremerhaven du 27 août 2012 au 28 février 2013, et à la Nouvelle Synagogue de Berlin, Centrum Judaicum Foundation, du 19 août 2012 au 30 décembre 2012. Voir http://www.dah-bremerhaven.de/en.neu2.php, consulté le 5 mars 2014. De façon plus générale, voir Laurajane Smith, Uses of Heritage, Londres, Routledge, 2006.

47 Voir une critique de la nouvelle exposition permanente du Jewish Museum, Kushner Tony et Ewence Hannah, « Whatever Happened to British Jewish Studies ? In Search of Contexts », dans Kushner T. et Ewence H. (dir.), Whatever Happened…, op. cit., p. 11-16.

48 « What Use Our Work ? », Ripper Street, BBC 1, 24 février 2013.

49 Englander Nathan, The Ministry of Special Cases, Londres, Faber and Faber, 2007, p. 4-7. Sur l’histoire locale spécifique, voir Nora Glickman, The Jewish White Slave Trade and the Untold Story of Raquel Liberman, New York, Garland, 2000.

50 Voir par exemple des sites web comme « Four Winds 10 » ou « Jewish Tribal Review ». Voir http://www.fourwinds10.net/sirerun_data/health/abuse/slavery/news.php?q=13618946 et http://www.rense.com/general32jewsandwhiteslavery.htm, consultés le 6 mars 2014.

51 Della Sala Sergio (dir.), Forgetting, Hove, Psychology Press, 2010.

52 Ricoeur Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 652.

53 Ibid., p. 654.

54 Ibid., p. 655.

55 Ibid., p. 655-656.

Auteur

University of Southampton

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540