Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Mémoires des migrations, temps de l’histoire

 | 
Laure Teulières
, 
Hélène Bertheleu
, 
Marianne Amar

Partie I. Dits et non-dits de la mémoire

Chapitre 4. Repartir et revenir…

De l’usage réversible du passé dans les dynamiques migratoires. Un exemple diasporique

Anouche Kunth

Full text

1Que le temps long des circulations familiales contribue à renouveler le récit des origines est bien ce qu’il s’agit de vérifier par l’étude des trajectoires sinueuses d’un groupe de réfugiés arméniens. Leur périple migratoire a mis en relation trois pôles principaux : la terre natale (ou terre d’origine), la terre d’accueil (ou terre de refuge) et la « mère-patrie » identifiée à la République socialiste soviétique d’Arménie (RSSA) – portion de territoire où, après la Grande Guerre, avait subsisté un État-nation arménien.

  • 1 En arménien, deux termes désignent le rapatriement de 1947 : nerkaght, traduit par immigration, et (...)
  • 2 Soit 10 % des Arméniens vivant alors en diaspora. L’expression « Grande diaspora » marque le chang (...)
  • 3 Sur ce concept, voir Anderson Benedict, L’imaginaire national. Réflexion sur l’origine et l’essor (...)
  • 4 Sur ce thème : Laycock Joanne, « Armenian Homelands and Homecomings, 1945-1949 : The Repatriation (...)

2La vaste opération de rapatriement en Arménie soviétique (nerkaght)1 organisée entre 1945 et 1948 sous l’égide de Moscou, offre une entrée pertinente pour aborder l’histoire de ces migrations recommencées. En effet, suite au décret du soviet des commissaires du peuple (21 novembre 1945) qui les autorisait à immigrer en RSSA, près de cent mille Arméniens de la « Grande diaspora2 » prirent leurs dispositions pour partir, déterminés à quitter les pays de refuge où ils vivaient depuis le début des années vingt. Séduits par les promesses d’une intense propagande, tous prêtaient au rassemblement sur le sol de la patrie une vertu rédemptrice, un pouvoir de résorption des malheurs du passé, sans ignorer bien sûr que leurs régions d’origine se trouvaient plus au sud, dans l’ancien Ermenistan ottoman, intégré en 1923 à la République de Turquie, où, depuis lors, il était interdit aux Arméniens de retourner. Autrement dit, parler de « retour » dans la patrie, ou de « rapatriement », ne va pas sans considérer ce glissement de l’imaginaire national3 vers l’Arménie caucasienne, nouvel horizon d’attente pour ces exilés issus d’une autre Arménie4. Toutefois, cette translation ne devait pas se réaliser dans l’oubli des provinces sises en Turquie, mais bien dans l’espoir d’obtenir à terme leur réunion à la RSSA. En attendant, la réalité soviétique à laquelle ils se heurtèrent plongea nombre de rapatriés dans le regret, allant jusqu’à susciter colère, révolte ou dépression : à la faveur du Dégel, des milliers d’entre eux émigrèrent en sens inverse.

  • 5 Une centaine de dossiers de rapatriés revenus en France a pu être consultée à l’OFPRA, sur dérogat (...)
  • 6 Sur les enjeux qui s’attachent à ce type d’écriture, se reporter à Noiriel Gérard, La Tyrannie du (...)

3S’appuyant sur une documentation en partie inédite, la réflexion permettra d’affiner la connaissance des déçus de la « mère-patrie », et plus spécifiquement de ceux qui se réinstallèrent en France après l’avoir quittée en 1947. Il s’avère, en effet, que pour réintégrer leur statut initial de réfugié, ces derniers s’adressèrent aux services de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), où sont conservés aujourd’hui leurs dossiers nominatifs5. Tous recèlent une pièce majeure, le formulaire de demande d’asile où sont consignées les informations personnelles du requérant, à savoir : l’état civil, la religion, la profession, le niveau de formation scolaire, la ou les langue(s) parlée(s), les lieux de résidence antérieurs à la France, les raisons qui motivent la demande d’asile, le trajet effectué jusqu’en France, etc. En outre, le formulaire comporte de précieuses données sur les parents du premier degré. L’ensemble délivre le résumé d’une vie migrante, où sont notées les ruptures consécutives à chaque déplacement. Grâce aux éléments familiaux, il est possible d’étendre l’histoire migratoire aux autres générations, à la grande satisfaction du chercheur souhaitant privilégier la longue durée. Enfin, les dossiers contiennent une pièce essentielle, le « récit de vie » qui, loin d’être laissé à l’inspiration personnelle, remplit une visée informative lourde d’enjeux6. D’après l’échantillon examiné à l’OFPRA, les rapatriés revenus en France se sont efforcés de clarifier leur parcours à la géographie fragmentée, pour mieux rendre raison de leurs choix et revirements successifs. La présente contribution s’intéressera tout particulièrement au trajet narratif venu doubler l’itinéraire migratoire ; ce faisant, elle interrogera l’articulation conflictuelle de différents territoires au sein d’une mémoire familiale labile, remaniée au fil de l’expérience migratoire. La réflexion tentera également de montrer qu’au-delà d’un rapport à la terre d’origine, le « retour » en Arménie a mis en jeu un certain rapport à l’histoire et à ses temps fracturés.

Hériter dans l’exil d’un temps fragmenté

4À la veille de la première guerre mondiale, une triple frontière internationale traversait les territoires que peuplaient traditionnellement les Arméniens. Répartis entre les Empires ottoman, russe et perse, ces derniers relevaient ici et là de statuts juridiques spécifiques, cohabitaient avec des groupes ethno-confessionnels variés, connaissaient des conditions plus ou moins propices à leur développement économique et culturel. Aussi le monde arménien d’avant l’exil peut-il faire songer à un patchwork, dont les coutures nous gardent de le dépeindre sous les traits d’un ensemble homogène et unifié. Ce rappel permettra de comprendre, dans un second temps, pourquoi en 1945 un rapatriement devint possible côté soviétique, quand, côté turc, l’Arménie avait été effacée.

  • 7 Au Caucase, la révolution d’Octobre avait incité les peuples non russes à s’émanciper du pouvoir c (...)
  • 8 Akçam Taner, From Empire to Republic. Turkish nationalism & the Armenian genocide, Londres, New-Yo (...)

5Durant la Grande Guerre, habiter le Caucase russe plutôt que les vilayets ottomans fut pour les Arméniens le lieu d’une terrible différence. La séparation politique conduisit à préserver, en Russie, le groupe ethnique qu’un crime génocidaire anéantit dans les provinces ottomanes. De plus, les circonstances avaient voulu qu’en 1918, une petite République indépendante d’Arménie surgisse au Caucase des décombres de la guerre et de la révolution d’Octobre7, ce qui ne manqua pas d’accentuer l’évolution contrastée des deux Arménies. Puis, l’apparition de l’Armée rouge dans la région en 1920 sonna le glas de l’indépendance : les fondateurs de la République furent bientôt contraints de s’exiler, entraînant dans leur sillage les élites libérales (entrepreneurs, intellectuels, etc.) qui, par leur anti-bolchevisme, et plus largement, par leur vécu au sein de l’empire tsariste disloqué, formeraient une composante à part entière de l’exil russe. De l’autre côté de la frontière, la victoire des kémalistes en Turquie, consacrée par le traité de Lausanne (1923), devait s’opposer au retour des réfugiés arméniens : ces anciens citoyens ottomans s’étaient enfuis d’Anatolie pour échapper aux persécutions commanditées par le gouvernement jeune-turc, ou avaient survécu aux déportations. Le nouveau régime kémaliste leur refusa le droit de se réinstaller dans leurs foyers, et ce faisant, les exclut de la citoyenneté turque, tout en procédant à la nationalisation, au profit de l’État turc, de leurs biens dits « abandonnés8 ».

  • 9 Ceci, en contradiction avec le modèle « centré » d’analyse du fait diasporique, qui postule une un (...)

6Les déchirements de l’histoire léguèrent aux communautés de l’exil une vision clivée du passé9. En témoignent notamment les positions divergentes concernant le rattachement de la République arménienne à l’Union soviétique : protection salutaire du « grand frère » russe pour les uns, aliénation des libertés nationales pour les autres. Aussi schématique soit cet aperçu des dissensions internes, il invite à se demander comment les diverses composantes de l’exil arménien en viendraient à métaboliser leurs expériences multiformes en une mémoire unifiée. Résorber les frontières héritées du passé supposerait, de la part des élites communautaires, une remise en ordre du temps historique. Ainsi par exemple, l’analyse des discours et des pratiques commémoratives montre que les bâtisseurs de l’Indépendance – membres du parti dachnak, anti-bolcheviques – s’efforcèrent de donner au fait d’être « Arménien » un sens précis, orienté dans l’histoire, mais aussi dans l’espace, puisqu’au présent de la dispersion s’opposait la promesse d’un retour dans la patrie « libre et réunifiée ». En revanche, l’utopie nationale trouvait les partisans de Moscou – adversaires des dachnaks – sur des positions inverses, exhortant leurs compatriotes à rejoindre sans attendre la patrie soviétique. Dans ce contexte, donc, le nerkaght peut s’appréhender comme l’aboutissement, et la mise à l’épreuve, d’une logique unificatrice intervenant sur le temps et l’espace.

Partir en Arménie soviétique, ou triompher des affres du passé

  • 10 Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 80. La traduction du décret de novembre 1945 est d (...)
  • 11 Sur ces accords bilatéraux : Polian Pavel M., « Le rapatriement des citoyens soviétiques depuis la (...)
  • 12 Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 85.
  • 13 Sur ce décret et ses conséquences au sein de la diaspora russe, voir Gousseff Catherine, « Les mut (...)

7Autorisée par décret, l’immigration des Arméniens en RSSA relevait d’une décision unilatérale de Moscou10 ; elle ne dépendait pas des accords diplomatiques bilatéraux entre l’URSS et les Alliés occidentaux sur le rapatriement des personnes déplacées11 – bien que le gouvernement soviétique ait tenté d’assimiler les Arméniens du nerkaght à cette catégorie, dans l’idée de forcer les éventuels obstacles à leur immigration12. D’autre part, le décret du Soviet Suprême (14 juin 1946)13 destiné à regagner la confiance des émigrés antibolcheviques – Russes, Ukrainiens, etc., partis lors de la Révolution – en leur donnant la possibilité d’acquérir la citoyenneté soviétique et, par conséquent, de revenir au pays, fut étendu aux rapatriés arméniens pour leur permettre de s’installer en URSS. Autrement dit, ces derniers reçurent la citoyenneté soviétique au titre dudit décret, bien qu’ils fussent originaires des anciens vilayets ottomans, et non de l’Empire russe. Par un curieux détour de l’histoire, le nerkaght vint donc se greffer à un dispositif d’ouverture plus spécifique aux relations entre l’État soviétique, successeur de l’État tsariste, et sa diaspora.

  • 14 Sur le cas spécifique des rapatriés venus du village de Kessab, en Syrie, voir Pattie Susan, « Fro (...)
  • 15 Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 86-87.
  • 16 La difficulté des chercheurs à arrêter un chiffre précis tient à la présence des passagers clandes (...)
  • 17 Pour parer à un tel argument et réfréner ce désir d’immigration, les autorités françaises commencè (...)
  • 18 Graziosi Andrea, Histoire de l’URSS, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2010, p. 183.

8Sur un total d’environ cent mille rapatriés arméniens, venus (par ordre d’importance décroissante) des pays du Moyen-Orient14, des Balkans, d’Europe occidentale, d’Argentine et des États-Unis15, cinq à sept mille avaient quitté la France16, soit un dixième de la communauté installée dans l’Hexagone. La précarité des conditions de vie en exil ne fut pas étrangère au choix de partir, tout comme la promesse de troquer un statut de réfugié peu enviable contre celui de citoyen soviétique à part entière17. Mais il convient d’insister sur ce point : en participant au nerkaght, les rapatriés croyaient pouvoir triompher des affres du passé. Bien sûr, il s’est compté parmi eux de nombreux sympathisants communistes. En outre, il est indiscutable que le prestige de Staline, grand vainqueur du « nazi-fascisme18 », a pu fasciner les esprits les moins politisés. Mais pour l’écrasante majorité des candidats au départ en RSSA, la perspective de fouler une terre arménienne, fût-elle résiduelle et soviétique, l’emportait sur la coloration des convictions idéologiques. Ou, pour le dire autrement, le patriotisme était une conviction en soi. Dans sa demande d’asile déposée à l’OFPRA en 1973, une femme âgée de cinquante ans explique : « C’était un patriotisme qui nous a amenés vers un pays – nommé Arménie – où nous avons cru trouver au moins la liberté culturelle, la fraternité et un lien humain entre des citoyens nommés Arméniens. Nous avons cru aussi que les non-communistes pourraient également vivre sur la terre de nos ancêtres. »

  • 19 Expression empruntée à Albert Andonian qui évoque le « patriotisme aveugle » de ses parents : Ando (...)
  • 20 Sur cette plateforme de revendications, Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 79-80 ; Su (...)
  • 21 Pour rappel, un groupe national de l’Union soviétique pouvait être élevé au rang de république s’i (...)
  • 22 En 1947, Anastase Mikoyan (1895-1978) était un proche de Staline. Membre du Politburo depuis 1935, (...)
  • 23 Sur l’élaboration d’une « mythologie » de l’URSS par ses propres propagandistes : Cœuré Sophie, La (...)

9Pour beaucoup, il s’était agi d’assouvir un « patriotisme aveugle19 » qu’exacerbait un violent sentiment de nostalgie. La propagande soviétique l’avait d’ailleurs bien compris. Dans l’intérêt de voir réussir l’opération, elle s’appliqua à faire vibrer la fibre patriotique, en développant trois arguments principaux. Celui consistant, tout d’abord, à présenter l’Arménie soviétique comme le dernier bastion de la culture arménienne – l’unique rempart contre la menace d’assimilation qui pesait sur les membres de la diaspora. Plus audacieux était l’engagement à porter devant la communauté internationale la question des territoires perdus : en effet, pour que justice soit faite, Moscou se disait prêt à réclamer une révision des frontières, à condition toutefois que l’immigration en masse des Arméniens de diaspora vers la RSSA permît de contraindre la Turquie20. Il ne pouvait se trouver plus convaincant que cet argument territorialiste. Pour preuve, il parvint même à lever les réticences des dachnaks, qui, tout en se gardant d’adouber le régime soviétique, encouragèrent le rapatriement dans l’idée, précisément, qu’il permettrait l’élargissement des frontières de l’Arménie. Enfin, l’idée d’une responsabilité morale envers la patrie fut avancée. Une rumeur se répandit en diaspora selon laquelle l’Arménie soviétique, insuffisamment peuplée après la saignée de la guerre, allait bientôt déchoir du rang suprême de république21. Or ce statut administratif, obtenu en 1936, apparaissait comme l’expression même de la souveraineté nationale, sauf dans les milieux dachnaks où était dénoncé son caractère formel et subordonné à Moscou. Ailleurs, on se félicitait de la survivance, à travers lui, d’un État arménien. L’énumération des noms de compatriotes propulsés au sommet de la vie politique, militaire et artistique de l’Union soviétique – Anastase Mikoyan22 en tête – achevait de convaincre les indécis des bienfaits du régime en faveur du peuple arménien23. En comparaison, les possibilités de promotion sociale en France paraissaient étroites. L’enjeu méritait bien de partir, de se mobiliser pour la sauvegarde et le développement du pays.

  • 24 Ter Minassian Taline, Erevan, la construction d’une capitale à l’époque soviétique, Rennes, Presse (...)
  • 25 L’image des fontaines de lait émaille le récit des Der Sarkissian, notamment, Der Sarkissian J. et (...)

10La « mère-patrie » saurait se montrer digne de cet élan d’amour collectif. Généreuse et nourricière, elle comblerait le ventre creux de ses enfants chéris. Grappes de raisins stylisées, chapiteaux ornés de grenades, épis de blé coulés dans le bronze, Taline Ter Minassian a relevé les traces d’une « mythologie de l’abondance » dans l’architecture d’Erevan24. La voix du vieux Nechan, rencontré en 2004, résonnait encore des promesses qui lui avaient vanté les charmes d’un pays « où coulent le lait et le miel25 », selon la métaphore biblique de la terre promise. Que la Genèse (8,4) mentionne l’Amarrât comme le mont où vint se poser l’arche de Noé permettait de croire que l’Arménie fut le berceau d’où la nouvelle humanité, après avoir reçue la bénédiction de Dieu, se répandit sur terre (Gen. 9,1).

11À ce stade de la réflexion, il convient de retenir que les partisans du nerkaght ont cru pouvoir se soustraire à l’autorité de l’histoire. Ils lui préféraient les fictions du roman national, qui intégrait des éléments de la vulgate marxiste, mâtinés de références bibliques, de sorte que la RSSA devait offrir aux réfugiés l’horizon d’une terre promise où vivre Arménien et libre.

Quitter l’Arménie soviétique : l’empreinte persistante d’un passé désaccordé

  • 26 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 7W 94. Sur les aspects pratiques du départ, voir Mo (...)

12Le 6 septembre 1947, environ quatre mille Arméniens de France embarquèrent à bord du Rossia, imposant bâtiment de la flotte soviétique venu les chercher à Marseille26. La scène devait se répéter le 23 décembre, avec un vapeur aux dimensions plus modestes, le Pobeda (Victoire), chargé tout de même de deux mille personnes. La suite déroule un trajet jusqu’à Batoum, port géorgien de la mer Noire. Notre intention n’est pas de retracer les points de passage, mais de réfléchir à la portée métaphorique des récits de la traversée. Tous s’appuient sur des motifs bien réels, mais si fortement encodés par la mémoire collective qu’ils ouvrent sur un registre symbolique. L’un d’eux n’est autre que ce pain blanc, puis noir, que les autorités soviétiques distribuèrent aux passagers durant le transfert de Marseille à Batoum.

  • 27 La référence au « Paradis soviétique » apparaît pratiquement dans tous les textes étudiés.
  • 28 Andonian A., À chacun …, op. cit., p. 16.
  • 29 Rengaine xénophobe citée dans de nombreux mémoires, cf. Der Sarkissian J. et L., Pommes rouges …, (...)
  • 30 Ibid., p. 35.

13Dans les récits, le « Paradis soviétique27 » que l’on s’apprête à rejoindre est associé à la saveur d’un pain blanc, « croustillant et léger, s’ouvrant comme la fleur du cotonnier28 ». Les témoins l’assurent : personne n’avait rien mangé de pareil depuis des années, misère et pénurie ayant longtemps troublé la couleur des miches. Alors que les Français étaient encore astreints aux cartes de rationnement pour se procurer du pain, on mesure ce que la blancheur de la mie avait d’éblouissant, plus encore aux yeux de l’étranger, de l’apatride, de l’« Arménien, tête de chien, mange ta soupe et dis plus rien !29 ». Chose remarquable, ce pain était offert, premier cadeau reçu de Staline alors même que le Rossia stationnait toujours à quai. En cet instant, Jean Der Sarkissian se souvient d’avoir entendu crier : « Vous verrez ! […] en Arménie, ce sera chaque jour ainsi30 ». Et parmi les vivats qui fusèrent à cette annonce, on put entendre : « Vive l’Union soviétique ! Vive le Petit père des peuples ! ». Bienheureuse reconnaissance du ventre, instinctivement convaincue de la justesse de ses vues politiques.

  • 31 Ter Minassian Taline, Colporteurs du Komintern. L’Union soviétique et les minorités au Moyen-Orien (...)
  • 32 Dans Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 80, lire la lettre adressée en 1945 au « Gran (...)
  • 33 Il est intéressant de comparer la figure messianique de Staline avec celle de l’empereur Hailé Sel (...)

14Il ne paraît pas déplacé de proposer une lecture religieuse de cet épisode, plus exactement, d’en relever les connivences avec les courants d’inspiration messianique. Comme l’a montré Taline Ter Minassian, le pouvoir soviétique savait opportunément jouer la carte des nationalités pour adresser à l’extérieur un discours messianique et révolutionnaire31. Dans ce cas précis, il était effectivement question de libérer un peuple de la misère, morale et matérielle, par l’action d’un homme providentiel qui le ramène en son pays32. En mangeant le pain, tous acquirent la certitude que le projet national avait bel et bien ressuscité, sous l’égide du communisme et par la grâce de Staline33.

  • 34 Comme le relève également Lehmann M., « A Different Kind of Brothers… », art. cit., p. 187-188.
  • 35 Nechan, entretien, Erevan, juillet 2004.
  • 36 Indjéyan L., Mirage…, op. cit., p. 20 ; Der Sarkissian J. et L., Pommes rouges…, op. cit., p. 36-3 (...)

15Survint la traîtrise. En guise de Judas, un abominable pain noir. Pas un récit qui ne l’évoque34. Près d’un demi-siècle plus tard, Nechan s’étranglait encore à ce souvenir : « Sitôt que nous traversâmes Istanbul et nous entrons [sic] dans la mer Noire, immédiatement le pain blanc changea en pain noir. Un pain affreux, immangeable, irrespirable. Abominable !35 ». Ici, comme dans la totalité des témoignages disponibles, la métamorphose du pain advint dans une géographie précise : juste après les Dardanelles, lorsque le navire mit le cap sur la mer Noire, entrant dans les eaux territoriales de l’Union soviétique. Autrement dit, ce passage du pain blanc au pain noir coïncide avec l’entrée dans un monde inconnu qui, en une bouchée, se révéla d’une hostilité absolue. Spongieux, amer et malfaisant, le pain noir donna un avant-goût des souffrances à venir. Pire encore, jouant sur une symbolique exactement inverse à celle du pain blanc, il annonça la perversion du projet socialiste par le régime soviétique. Les témoins concordent à raconter qu’il fut jeté par-dessus bord dans un mouvement de révolte36 : aussi sûrement que l’on avait communié autour du pain blanc et de ses promesses de félicité collective, on voua au pain noir une détestation unanime.

16La « parabole » du pain enseigne qu’en certaines circonstances, un aliment, un goût laissé en bouche, renferme une vision idéologique du monde. En outre, elle illustre pleinement le renversement des imaginaires qui devait déterminer les rapatriés (c’est-à-dire rapatriés « français ») à entreprendre un long combat solitaire pour repartir en sens inverse, non sans projeter de nouvelles attentes sur la France.

  • 37 Sur la précarité des structures d’accueil et l’impossibilité des pouvoirs publics à satisfaire la (...)
  • 38 Entretien avec Jean Khatchadour (alias Jacques Parvanian), Alfortville, janvier 2005.
  • 39 Graziosi A., Histoire…, op. cit., p. 189.
  • 40 La politique économique avait désorganisé l’appareil de production et les circuits de distribution (...)

17À l’arrivée, en effet, la déconvenue fut totale. En pleine crise du logement, les rapatriés furent conduits dans des baraquements minables, dépourvus d’eau courante et d’électricité, sinon de vitres aux fenêtres. Il fallut parfois se contenter d’une cave37. À voir les magasins vides, les « mines patibulaires38 » des habitants locaux et les infrastructures élémentaires en souffrance, il devint évident que le petit pays n’était guère disposé à accueillir 100 000 personnes. Plus généralement, l’URSS sortait exsangue de la guerre. Elle avait connu la famine en 1946. La population vivait, selon les mots d’Andrea Graziosi, dans un « enfer organisé39 ». Avant cela, les années trente l’avaient secouée de traumatismes collectifs dont elle ne s’était pas encore remise40. Il n’y avait que pénurie et système D à partager.

  • 41 Le thème des différences entre autochtones et rapatriés fait l’objet d’une réflexion spécifique da (...)
  • 42 Originaires de l’ancien Empire ottoman, les rapatriés ne parlaient pas le même arménien que leurs (...)
  • 43 Sur les innombrables vols commis à l’encontre des nouveaux venus, jusque sur leur lieu de travail, (...)
  • 44 Dossier OFPRA, 1973, extrait.

18Sur place, les autochtones manifestaient aux nouveaux venus mépris et incompréhension41 : mépris pour ceux qu’ils surnommaient aghpars (frangins) et dont tout – habillement, manière d’être, dialecte42 – trahissait qu’ils n’étaient pas du même monde ; et incompréhension des nostalgies qui les avaient poussés à venir. Indésirables, les aghpars avaient néanmoins apporté dans leurs caisses en bois des denrées occidentales que les gens du pays ne tardèrent pas à leur voler43, ou à leur échanger contre des produits de première nécessité, introuvables hors des circuits officieux du troc. Au début, avant que les aghpars ne fassent l’apprentissage des stratégies de survie et de débrouille, les transactions se soldaient toujours à leurs dépens, offrant un cinglant démenti à la prétendue unité de la « famille » arménienne, toute rhétorique : « Malheureusement, nous avons trouvé une patrie utopique où l’impérialisme russe, sous le masque de communisme, a transformé le peuple arménien en des individus solitaires qui n’avaient aucune foi entre eux et aussi en Dieu. Quant à la culture arménienne, elle est toujours sous la pression de la culture russe. Ce sont les causes qui nous ont obligés à quitter la terre de nos ancêtres.44 »

  • 45 Sur les bouleversements introduits par la soviétisation, voir notamment Matossian Mary K., The Imp (...)
  • 46 Il est possible de tracer un parallèle avec l’illusion des Russes vozvraščency, convaincus qu’ils (...)
  • 47 Panossian Razmik, The Armenians. From Kings and Priests to Merchants and Commissars, New York, Col (...)

19Dans cet extrait, la déception de découvrir un monde sans Dieu, d’où ont disparu des solidarités tenues pour essentielles à l’identité arménienne, signale à coup sûr l’univers mental des réfugiés de la première génération. Nés dans l’Empire ottoman, issus de communautés villageoises d’Anatolie qu’ils ont vu anéantir, condamnés dans l’exil à en porter le deuil, ils sont partis en RSSA avec l’illusion que la vie reprendrait son cours d’autrefois. Comme identique à l’existence menée avant la Catastrophe (Aghed), sinon meilleure, puisque l’on faisait foi aux communistes d’avoir engagé le pays sur la voie du progrès dans le respect des valeurs traditionnelles : ici réside un cruel malentendu. La soviétisation s’était précisément fait un devoir d’éradiquer ce qu’elle tenait pour des archaïsmes sociaux. Depuis le « grand tournant » de 1929, l’urbanisation à marche forcée, l’industrialisation planifiée, les mesures autoritaires de collectivisation des terres avaient remodelé le profil socio-économique du pays. Bien que le processus demeurât imparfait et les résistances nombreuses, il avait fortement ébranlé les fondements de l’identité collective45. Les rapatriés, nostalgiques d’une société révolue, bercés par des promesses de renaissance nationale, n’avaient pu se représenter cette autre série de ruptures, imputables à la révolution bolchevique. Ils pensaient retrouver une Arménie éternelle, ils découvrirent la RSSA46. Un autre motif de déception fut de constater l’ignorance de l’histoire arménienne (génocide compris) dans laquelle se trouvaient les autochtones, instruits sous Staline47. Face à un tel écart, la fiction de souveraineté nationale en matière culturelle se voyait durement écornée.

  • 48 Le nombre de rapatriés victimes de la répression stalinienne, notamment des déportations de 1949, (...)
  • 49 Pour le témoignage d’un rapatrié sur son arrestation en 1948 et sur son expérience concentrationna (...)
  • 50 Jean Der Sarkissian, par exemple, raconte que son attachement à la France déplaisait à un officiel (...)
  • 51 Martin Terry, The Affirmative Action Empire. Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-193 (...)

20Beaucoup disent avoir compris peu à peu le fonctionnement répressif d’un régime qu’ils avaient cru fraternel. L’arrivée des rapatriés en URSS coïncida, il est vrai, avec l’entrée du pays dans une nouvelle phase de terreur de masse, après la relative accalmie de la Grande Guerre patriotique. Entre 1948 et 1950, la police politique éclaircit leurs rangs, procédant, la nuit, à l’arrestation de familles entières48. Des peines de camp étaient prononcées sans preuve ni jugement, au titre de l’article 58 sur les « délits politiques49 ». Durant les périodes plus clémentes, les rapatriés demeuraient soumis à une surveillance constante, ayant le tort pour certains d’entre eux de provenir d’un pays capitaliste, origine discriminante dont ils ne pouvaient se défaire50. Ils redoutaient alors d’être poursuivis pour non-conformité idéologique, ou de se voir reprocher une fidélité sournoise au monde extérieur du fait même de leurs attaches familiales. L’historien Terry Martin, l’un des spécialistes de la question nationale en URSS, considère que le régime soviétique était atteint de « xénophobie idéologique51 », cherchant à combattre toute influence étrangère et a fortiori celle des pays capitalistes. Cette hostilité se répercutait sur les nationalités de diaspora vivant en URSS, plus encore sur les minorités des régions frontalières. Les rapatriés cumulaient donc les handicaps, en tant que membres d’un peuple de diaspora, anciens habitants (pour certains) d’un pays capitaliste et nouveaux résidents d’une zone frontalière stratégique.

  • 52 Kéhayan Jean, « L’Arménie “sans retour possible” », dans Combe S. (dir.), Le livre du retour. Réci (...)

21L’écrivain communiste Jean Kéhayan dit des rapatriés qu’« ils avaient mis quatre jours pour se rendre en Arménie et quarante ans pour revenir52 ». De fait, les tribulations administratives rencontrées pour obtenir l’autorisation de quitter l’URSS donnent à cette licence poétique un sens étonnamment réaliste, le régime soviétique s’opposant à l’émigration volontaire. Du vivant de Staline, les rapatriés désireux de repartir ne purent entreprendre la moindre démarche en ce sens. Outre qu’à leur arrivée, ils avaient dû remettre leurs papiers d’identité aux autorités soviétiques, le rideau de fer interdisait toute circulation vers l’Ouest. À partir de Khrouchtchev toutefois, certains groupes nationaux – Juifs, Arméniens, Allemands – reçurent l’autorisation de s’expatrier, à condition de justifier d’un attachement familial à l’étranger.

  • 53 Arnoux R., Arménie 1947…, op. cit., p. 146.

22Le processus de réémigration vers la France commença en 1956, suite à la visite officielle en URSS du ministre des Affaires étrangères de la France, Christian Pineau53. Le rapprochement franco-soviétique permit d’arranger, quoique difficilement et au coup par coup, l’émigration des rapatriés « français », à commencer par ceux qui avaient été naturalisés avant 1947. Mais l’échantillon de dossiers constitué à l’OFPRA émane moins de personnes en mesure de prouver leur nationalité française, que de ressortissants soviétiques obligés de batailler longuement avant d’être autorisés à quitter l’URSS. Par conséquent, la chronologie se décale et situe la majorité des départs dans les années 1960-1970.

23Parvenus en France, ceux qui souhaitèrent être réadmis dans leur précédent statut de réfugié durent se présenter à l’OFPRA et expliquer les raisons de leur requête. Sans revenir sur la nécessaire prudence vis-à-vis de réponses parfois rédigées par un tiers, et toujours adressées à une institution qui a le pouvoir de délivrer un statut protecteur, il convient de sérier les arguments avancés afin de réfléchir à l’un d’eux, arguant d’une « inadaptation » fondamentale à la vie en URSS. Autre précaution, les désillusions des « Français » ne peuvent refléter le sentiment éprouvé par l’ensemble des rapatriés dans la mesure où la majorité provenait en réalité du Moyen-Orient, où l’existence n’avait pas été de celles que l’on regrette avec nostalgie.

  • 54 Ce motif ne doit pas surprendre, dès lors que le regroupement familial constituait la seule voie l (...)

24Les dossiers nominatifs consultés à l’OFPRA (une centaine) ont été constitués entre 1964 et 1982. Plus de la moitié des requérants ont donné pour motivation principale à leur demande d’asile le regroupement de famille54. Le souhait de faire allégeance à la France – « pays des libertés » et/ou pays de naissance du requérant – apparaît fréquemment, davantage que les raisons d’ordre strictement politique. Enfin, un quart des déclarations mentionnent une profonde « inadaptation » à la société quittée. L’occurrence est suffisamment importante pour indiquer une cause d’expatriation spécifique, détachée le plus souvent de tout autre argumentaire que celui-ci : en raison d’origines extérieures au monde russe, il fut impossible de se faire à la vie en Arménie soviétique.

  • 55 Cette discrimination par les « origines » se rapproche de ce que Goffman E., Stigmate…, op. cit., (...)

25« Nous sommes des Arméniens occidentaux originaires de Turquie », martèle M. en 1980. Sa demande d’asile repose essentiellement sur ce point. Il est vrai que les rapatriés éprouvèrent à leurs dépens la pleine capacité d’une origine à discriminer55. La séparation ancienne, évoquée plus haut, entre Arméniens occidentaux et Arméniens orientaux fut réactivée en RSSA. Or dans l’esprit des rapatriés, Arméniens occidentaux pour la plupart, le « retour » en Arménie orientale devait signer l’abolition des divisions passées. À leurs yeux, le « miracle arménien » que leur avaient tant loué les organisateurs du nerkaght, tenait justement à la possibilité de retrouvailles fraternelles. La réalité se révéla plus âpre. Même si une partie des autochtones était d’anciens Ottomans venus se réfugier au Caucase pendant le génocide, les recompositions récentes, nées à la fois du stalinisme et de la dispersion, rendaient les uns comme étrangers aux autres. Le partage d’une même citoyenneté ne suffisait pas, dans les débuts du moins, à atténuer l’altérité des mémoires qui découlait d’un rapport différent à l’histoire nationale ; mise sous le boisseau en URSS au profit du grand récit soviétique, celle-ci était perçue en diaspora comme un vecteur identitaire de premier ordre.

  • 56 Un bilan assez proche concernant les rapatriés russes est dressé par Gousseff C., « Les mutations… (...)
  • 57 Voir l’étude urbaine de Ter Minassian T., Erevan…, op. cit., p. 103-105.
  • 58 Au sujet des discriminations hiérarchiques, des secteurs interdits de facto aux rapatriés (police, (...)
  • 59 Tel un artiste de music-hall dont on taira le nom. Parti en URSS en 1956, il reconnaît y avoir con (...)

26L’argument de l’« inadaptation » renvoie en outre à une situation bien tangible : la difficile insertion des rapatriés56. Leur place dans l’espace urbain d’Erevan suffit pour en convaincre, les nouveaux venus ayant été rejetés dans des quartiers périphériques et sous équipés57. La forte « endogamie » des rapatriés, se mariant entre eux, constitue un autre critère de repli, apparu dans les fiches de renseignements destinées à l’OFPRA ; dans l’idéal, il faudrait pouvoir confronter ces données avec les registres soviétiques de mariage, afin de corriger les effets de source liés au fait que les personnes revenues en France furent sans doute les moins bien intégrées des rapatriés, ceci renforçant mécaniquement la part des mariages « endogames ». Enfin, tandis que les autochtones tenaient les postes-clés, sachant où se placer et comment accéder aux privilèges que réservait le système soviétique, les rapatriés n’accédèrent que difficilement aux fonctions supérieures, souvent exclus des réseaux indispensables, à commencer par ceux du parti communiste dont ils étaient écartés58. Hormis des cas de réussite individuelle, cités en exemple par la presse soviétique, voire mentionnés dans le « récit de vie » destiné à l’OFPRA59, il est évident que les « Français » et leurs enfants n’ont pas connu en URSS d’ascension sociale comparable à celle des Arméniens restés en France durant les Trente Glorieuses. L’échec de cette transplantation en URSS va donc bien au-delà d’un simple désenchantement.

  • 60 Voir Kévonian Dzovinar, Réfugiés et diplomatie humanitaire. Les acteurs européens et la scène proc (...)

27Se référer au passé familial permet encore d’évoquer les persécutions de 1915 et de jouer cette carte pour plaider une réintégration à l’asile. Ici, la requête a impliqué de remonter le cours du temps jusqu’à atteindre ce point de l’histoire qui avait ouvert les premiers droits. Évoquer ses origines permet, en effet, de remémorer le drame fondateur du génocide, que le requérant surimpose à la contingence de sa malheureuse expérience soviétique et dont il tire la justification véritable à sa condition de victime. Il arrive que l’événement de référence ait été vécu par les parents, voire les grands-parents, sans que cet écart générationnel ne change rien à l’argumentaire. Le fait est d’autant plus remarquable qu’en principe, la protection asilaire ne s’obtient qu’après avoir démontré l’actualité d’une menace pesant sur sa propre personne, non sur ses ancêtres. Or dans ces récits, l’argument de l’origine apparaît bien comme le point d’orgue d’un plaidoyer destiné à obtenir, au nom de la « grande histoire », une (ré)admission au statut de réfugié. De fait, l’échec à s’implanter en RSSA confrontait de nouveau le rapatrié à l’apatridie, car en abandonnant la citoyenneté soviétique, de quels droits pouvait-il jouir désormais, sinon de ceux que la communauté internationale avait octroyés aux Arméniens dans l’entre-deux-guerres, pour toute réponse à la Question arménienne60 ?

28Au terme de cette étude, il convient de s’interroger sur le sens que revêt l’articulation du parcours individuel au temps long de la persécution collective. Le repli sur la mémoire du génocide n’est pas, semble-t-il, seulement affaire de stratégie narrative. Il peut avant tout s’interpréter comme l’expression d’une rencontre manquée avec les « frères » d’Arménie soviétique, bien que sur la durée, les revendications communes pour la reconnaissance du génocide réduiraient l’écart initial. De leur côté, les rapatriés restés en URSS s’attribuèrent le mérite d’avoir éduqué les autochtones à l’histoire nationale, et partant, d’avoir contribué à la fusion des mémoires. Enfin, les trajectoires singulières des rapatriés éclairent le rôle moteur de la mémoire dans les dynamiques migratoires, en montrant que la référence au passé, d’une grande plasticité, peut autant justifier une action (un départ en Arménie soviétique) que son contraire (un départ d’Arménie soviétique).

Notes

1 En arménien, deux termes désignent le rapatriement de 1947 : nerkaght, traduit par immigration, et hayrénatarz, signifiant littéralement « le retour dans la patrie ». Le terme de nerkaght sera ici employé, car il s’est imposé dans la littérature scientifique. Celle-ci s’est longtemps limitée au travail pionnier de Mouradian Claire, « L’immigration des Arméniens de la Diaspora vers la R.S.S. d’Arménie, 1946-1962 », Cahiers du Monde russe et soviétique, 20-1, 1979, p. 79-110. Parmi les travaux récents sur la question : Arnoux Robert, Arménie 1947. Les Naufragés de la terre promise, Aix-en-Provence, Édisud, 2004 ; Laycock Joanne, « The Repatriation of Armenians to Soviet Armenia, 1945-49 », dans Gatrell Peter et Baron Nick (dir.), Warlands. Population Resettlement and State Reconstruction in the Soviet-East European Borderlands, 1945-50, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2009, p. 141-161 ; Lehmann Maike, « A Different Kind of Brothers : Exclusion and Partial Integration After Repatriation to a Soviet ‘Homeland’ », Ab Imperio, 3, 2012, p. 171-210.

2 Soit 10 % des Arméniens vivant alors en diaspora. L’expression « Grande diaspora » marque le changement d’échelle qui s’est produit, dans l’histoire ancienne de la dispersion arménienne, lors de l’exil massif des Arméniens chassés de Turquie au début des années 1920 par le régime kémaliste.

3 Sur ce concept, voir Anderson Benedict, L’imaginaire national. Réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme [1983], Paris, La Découverte, 1996.

4 Sur ce thème : Laycock Joanne, « Armenian Homelands and Homecomings, 1945-1949 : The Repatriation of Diaspora Armenians to the Soviet Union », Cultural and Social History, 9-1, p. 103-123.

5 Une centaine de dossiers de rapatriés revenus en France a pu être consultée à l’OFPRA, sur dérogation et sous couvert de respecter l’anonymat des personnes. L’OFPRA n’étant pas un centre d’archives, mais une administration publique, les extraits cités ne seront pas identifiés par une cote. Pour une description détaillée des éléments matériels que contient un dossier de demande d’asile : Office français de protection des réfugiés et apatrides, Au cœur de l’OFPRA. Demandeurs d’asile et réfugiés en France, rédigé par Myriam Djegham, Paris, La Documentation française, 2011, p. 94-100.

6 Sur les enjeux qui s’attachent à ce type d’écriture, se reporter à Noiriel Gérard, La Tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe (1793-1993), Paris, Calmann-Lévy, 1991, en particulier la section « La persécution et l’art d’écrire », p. 247 sq. Durant la guerre froide néanmoins, les ressortissants soviétiques n’étaient pas suspectés d’abus comme le sont aujourd’hui les demandeurs d’asile ; leur crainte d’être déboutés était donc relativement faible, ce dont témoignent leurs dossiers quand l’argumentaire, très succinct, se limite à une déclaration vague sur la vie en URSS.

7 Au Caucase, la révolution d’Octobre avait incité les peuples non russes à s’émanciper du pouvoir central, donnant ainsi naissance en mai 1918 à quatre petites républiques nationales : la République montagnarde du Nord-Caucase (11 mai), la République de Géorgie (le 26), enfin, les Républiques d’Azerbaïdjan (le 27) et d’Arménie (le 28).

8 Akçam Taner, From Empire to Republic. Turkish nationalism & the Armenian genocide, Londres, New-York, Zed Books, 2004 ; Üngör Uğur U. et Polatel Mehmet, Confiscation and Destruction : The Young Turk Seizure of Armenian Property, Londres, New York, Continuum, 2011.

9 Ceci, en contradiction avec le modèle « centré » d’analyse du fait diasporique, qui postule une unité antérieure à l’exil. Safran William, « Diasporas in Modern Societies : Myths of Homeland and Return », Diaspora. A Journal of Transnational Studies, 1-1, 1991, p. 83-99.

10 Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 80. La traduction du décret de novembre 1945 est donnée par l’auteur p. 102, note 8.

11 Sur ces accords bilatéraux : Polian Pavel M., « Le rapatriement des citoyens soviétiques depuis la France et les zones françaises d’occupation en Allemagne et en Autriche », Cahiers du Monde russe, 41-1, 2000, p. 165-190.

12 Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 85.

13 Sur ce décret et ses conséquences au sein de la diaspora russe, voir Gousseff Catherine, « Les mutations de la communauté russe de Paris après la Seconde Guerre mondiale », dans Marès Antoine et Milza Pierre (dir.), Le Paris des étrangers après 1945, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 195.

14 Sur le cas spécifique des rapatriés venus du village de Kessab, en Syrie, voir Pattie Susan, « From the Centers to the Periphery : ‘Repatriation’ to an Armenian Homeland in the Twentieth Century », dans Markowitz Fran et Stefansson Anders H. (dir.), Homecomings. Unsettling Paths of Return, Lanham, Lexington Books, 2004, p. 109-124.

15 Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 86-87.

16 La difficulté des chercheurs à arrêter un chiffre précis tient à la présence des passagers clandestins à bord des deux navires soviétiques qui, en 1947, vinrent chercher les rapatriés à Marseille (voir infra).

17 Pour parer à un tel argument et réfréner ce désir d’immigration, les autorités françaises commencèrent à octroyer massivement la nationalité aux Arméniens, leur reconnaissant en outre le prix du sang versé pendant la guerre. Elles agirent de la sorte, et pour les mêmes raisons, envers la communauté russe apatride.

18 Graziosi Andrea, Histoire de l’URSS, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2010, p. 183.

19 Expression empruntée à Albert Andonian qui évoque le « patriotisme aveugle » de ses parents : Andonian Albert, À chacun son destin [1992], Paris, Éditions des Écrivains, 2000, p. 16.

20 Sur cette plateforme de revendications, Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 79-80 ; Suny Ronald G., Looking toward Ararat. Armenia in the Modern History, Bloomington, Indiana University Press, 1993, p. 163 sq. ; Laycock J., « The Repatriation… », art. cit., p. 144-147.

21 Pour rappel, un groupe national de l’Union soviétique pouvait être élevé au rang de république s’il atteignait un certain seuil démographique : sa population devait être supérieure à un million d’habitants. Or, en raison des pertes subies pendant la guerre, la population de la RSSA ne comptait plus, en 1945, que 1 186 900 habitants. Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 87, tableau II.

22 En 1947, Anastase Mikoyan (1895-1978) était un proche de Staline. Membre du Politburo depuis 1935, il avait intégré le Comité de Défense d’État pendant la seconde guerre mondiale.

23 Sur l’élaboration d’une « mythologie » de l’URSS par ses propres propagandistes : Cœuré Sophie, La grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union soviétique, 1917-1939, Paris, Seuil, 1999.

24 Ter Minassian Taline, Erevan, la construction d’une capitale à l’époque soviétique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 92 et 111.

25 L’image des fontaines de lait émaille le récit des Der Sarkissian, notamment, Der Sarkissian J. et L., Pommes rouges…, op. cit., p. 22. Tirée de l’Ancien Testament (Exode 3, 8), elle caractérise la terre promise où Moïse conduit les Hébreux.

26 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 7W 94. Sur les aspects pratiques du départ, voir Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 85.

27 La référence au « Paradis soviétique » apparaît pratiquement dans tous les textes étudiés.

28 Andonian A., À chacun …, op. cit., p. 16.

29 Rengaine xénophobe citée dans de nombreux mémoires, cf. Der Sarkissian J. et L., Pommes rouges …, op. cit., p. 16.

30 Ibid., p. 35.

31 Ter Minassian Taline, Colporteurs du Komintern. L’Union soviétique et les minorités au Moyen-Orient, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 47.

32 Dans Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 80, lire la lettre adressée en 1945 au « Grand Staline » pour qu’il organise le retour du peuple arménien dans sa patrie (réunifiée) et s’illustre ainsi, une fois encore, comme le « Sauveur des Peuples ».

33 Il est intéressant de comparer la figure messianique de Staline avec celle de l’empereur Hailé Sellassié Ier, promoteur du « retour en Éthiopie » des Noirs du monde entier : les rapatriés rastafariens voyaient Dieu en sa personne. Bonacci Giulia, Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Éthiopie, Paris, Scali, 2007, p. 602 notamment.

34 Comme le relève également Lehmann M., « A Different Kind of Brothers… », art. cit., p. 187-188.

35 Nechan, entretien, Erevan, juillet 2004.

36 Indjéyan L., Mirage…, op. cit., p. 20 ; Der Sarkissian J. et L., Pommes rouges…, op. cit., p. 36-37 ; Andonian A., À chacun…, op. cit., p. 19.

37 Sur la précarité des structures d’accueil et l’impossibilité des pouvoirs publics à satisfaire la promesse d’un logement par famille, voir Ter Minassian T., Erevan…, op. cit., p. 104 ; Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 91-93.

38 Entretien avec Jean Khatchadour (alias Jacques Parvanian), Alfortville, janvier 2005.

39 Graziosi A., Histoire…, op. cit., p. 189.

40 La politique économique avait désorganisé l’appareil de production et les circuits de distribution. Sans compter que durant les purges, les catégories sociales les mieux formées avaient été liquidées.

41 Le thème des différences entre autochtones et rapatriés fait l’objet d’une réflexion spécifique dans Lehmann M., « A Different Kind of Brothers… », art. cit., p. 187-203.

42 Originaires de l’ancien Empire ottoman, les rapatriés ne parlaient pas le même arménien que leurs compatriotes du Caucase.

43 Sur les innombrables vols commis à l’encontre des nouveaux venus, jusque sur leur lieu de travail, voir par exemple Der Sarkissian J. et L., Pommes rouges…, op. cit., p. 47-48.

44 Dossier OFPRA, 1973, extrait.

45 Sur les bouleversements introduits par la soviétisation, voir notamment Matossian Mary K., The Impact of Soviet Policies in Armenia, Leyde, E. J. Brill, 1962 ; Mouradian Claire, L’Arménie. De Staline à Gorbatchev. Histoire d’une république soviétique, Paris, 1990. Sur la fabrique de l’homo sovieticus et les résistances de la population, voir Blum Alain, Naître, vivre et mourir en URSS, Paris, Payot & Rivages, 2004 (rééd.).

46 Il est possible de tracer un parallèle avec l’illusion des Russes vozvraščency, convaincus qu’ils allaient retrouver une Russie éternelle. Voir Gousseff C., « Les mutations… », art. cit., p. 199.

47 Panossian Razmik, The Armenians. From Kings and Priests to Merchants and Commissars, New York, Columbia University Press, 2006, p. 363-365 ; Lehmann M., « A Different Kind of Brothers… », art. cit., p. 201-203.

48 Le nombre de rapatriés victimes de la répression stalinienne, notamment des déportations de 1949, reste à déterminer. Voir cependant Mamoulia Georges, « Les premières fissures de l’URSS d’après-guerre. Le cas de la Géorgie et du Caucase du Sud, 1946-1956 », Cahiers du Monde russe, 46-3, 2005, p. 600-601. Sur les rafles nocturnes, lire dans Arnoux R., Arménie 1947…, op. cit., p. 110 sq., l’exemple de la déportation en Sibérie de la famille Hovivian.

49 Pour le témoignage d’un rapatrié sur son arrestation en 1948 et sur son expérience concentrationnaire, voir Maloumian Armand, Les Fils du Goulag, Paris, Presses de la Cité, 1976. Du même auteur : texte intitulé « L’internationale concentrationnaire », paru dans la revue dissidente Continent, 6, 1980 (pour la version française), p. 239-258.

50 Jean Der Sarkissian, par exemple, raconte que son attachement à la France déplaisait à un officiel du parti qui le taxa un jour de « valet du capitalisme » et de « vipère » : Der Sarkissian J. et L., Pommes rouges…, op. cit., p. 63.

51 Martin Terry, The Affirmative Action Empire. Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2001, p. 313-315.

52 Kéhayan Jean, « L’Arménie “sans retour possible” », dans Combe S. (dir.), Le livre du retour. Récits du pays des origines, Paris, Autrement, 1997, p. 167.

53 Arnoux R., Arménie 1947…, op. cit., p. 146.

54 Ce motif ne doit pas surprendre, dès lors que le regroupement familial constituait la seule voie légale pour quitter l’URSS, concédée à certaines nationalités ayant une diaspora à l’étranger.

55 Cette discrimination par les « origines » se rapproche de ce que Goffman E., Stigmate…, op. cit., p. 14, définit comme les stigmates « tribaux » dans sa typologie des stigmates (physiques, psychologiques, tribaux), à la différence notable qu’ici la stigmatisation s’impose au sein même de la « tribu » de référence.

56 Un bilan assez proche concernant les rapatriés russes est dressé par Gousseff C., « Les mutations… », art. cit., p. 199, qui ne fait pas état, cependant, d’un problème d’ostracisme.

57 Voir l’étude urbaine de Ter Minassian T., Erevan…, op. cit., p. 103-105.

58 Au sujet des discriminations hiérarchiques, des secteurs interdits de facto aux rapatriés (police, armée, diplomatie, parti communiste), voir Mouradian C., « L’immigration… », art. cit., p. 93-94 ; Panossian R., The Armenians…, op. cit., p. 363.

59 Tel un artiste de music-hall dont on taira le nom. Parti en URSS en 1956, il reconnaît y avoir connu le succès : « Par miracle, j’ai eu un succès inespéré et fulgurant sur le plan professionnel. En quelques mois j’étais très populaire et très aimé dans toute l’Union Soviétique ». Ses difficultés provinrent des commissions de contrôle idéologique.

60 Voir Kévonian Dzovinar, Réfugiés et diplomatie humanitaire. Les acteurs européens et la scène proche-orientale pendant l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004.

Author

Migrinter-CNRS, Université de Poitiers

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540