Version classiqueVersion mobile

Cadastres et fiscalité dans l’Antiquité tardive

 | 
Gérard Chouquer

Annexe 2. Évolution des interprétations sur la fiscalité tardo-antique et la capitation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1 – Selon Accurse (1re moitié du xiiie siècle), Bartole (xive siècle) et Cujas (xvie siècle), la capitation est uniquement un impôt personnel, continuateur du tributum capitis du Haut-Empire et ces auteurs ne voient pas du tout son aspect foncier (Déléage 1945, p. 5).

2 – Selon Hérauld (1650), la capitation est un impôt foncier que paie chaque propriétaire en fonction de ses têtes d’esclaves et de bétail, le grand propriétaire payant pour autant de capita qu’il a de familles colonaires et d’esclaves ; tandis que le paysan propriétaire paie pour son propre caput (Didier Hérauld, Quaestionum quotidianarum tractatus, Paris 1650 ; Déléage 1945, p. 5).

3 – Selon Godefroy, au xviie siècle, dans les commentaires de son édition du Code Théodosien, il s’agirait uniquement d’un impôt foncier (et non pas d’un impôt personnel qui aurait disparu), mais divisé en plusieurs cédules : la jugatio ou descriptio terrena = capitation des champs ; la capitatio humana = impôt des paysans ; la capitatio ani...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search