Version classiqueVersion mobile

Cadastres et fiscalité dans l’Antiquité tardive

 | 
Gérard Chouquer

Chapitre 4. La structure fondiaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En restant toujours au niveau de l’exposé des principes qui guident la réforme cadastrale et fiscale de l’Antiquité tardive, il reste à exprimer quels ont été les principes retenus pour passer du terrain au Trésor.

L’obligation ou attache fiscale

Les sections tardives du corpus gromatique livrent une information considérable, bien que difficile à interpréter dans le détail. À partir de la réforme de Dioclétien, et pendant un temps qui a dû être important, la réalisation des recensements cadastraux s’est accompagnée d’une opération de codification dont le but était de tenter de réaliser une information cadastrale qui serait permanente et qui ne varierait pas, alors que la charge fiscale, elle, connaîtrait des fluctuations. Autrement dit, on a vu jusqu’ici dans la réforme fiscale, et avec raison, la constitution des unités fiscales abstraites que sont les iuga et les capita (également nommées dans d’autres lieux millenae, etc.). Mais on n’a pas vu que pour passer du terrain aux unités f...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search