Version classiqueVersion mobile

Cadastres et fiscalité dans l’Antiquité tardive

 | 
Gérard Chouquer

Chapitre 3. Les principes de la réforme de Dioclétien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La proposition que je présente et tente de démontrer est la suivante : le système cadastral tardo-antique doit être envisagé à deux niveaux articulés. L’un, cadastral, où il s’agit de systématiser un recensement des exploitations dans des unités tendant à former un pavage ; l’autre, fiscal, bien mieux connu et étudié, qui consiste à inventer un système d’évaluation du potentiel contributif des unités, afin de permettre une comptabilité rapide au sommet de l’État. Le principe d’un cadastre couvrant l’ensemble des territoires cultivés peut être retenu. Sur cette base, le mode cadastral serait une création ou une généralisation d’un pavage dont les prémisses existeraient peut-être sous le Haut-Empire. Il s’agit de constituer, pour les nécessités de la gestion fiscale, le regroupement des différents fundi ou praedia, petits et grands, en unités différemment nommées selon les lieux. Il y a tendance au pavage puisque ces unités sont désignées par leurs confins et leurs voisins, les adfine...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search