Version classiqueVersion mobile

L’usine théâtre du pouvoir

 | 
Irène Favier

Partie II. Gouverner la « masse amorphe »

Gouverner la « masse amorphe »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sachez que le gouvernement ne peut se faire sans relais, et que, dans une équipe de Direction comme dans une équipe sportive, il faut une ligne d’avants et également des demis et des arrières. Le Président se doit de déléguer.

Dans sa lettre du 3 avril, Michel Grinberg s’adresse uniquement à Jean-Charles Violi qu’il nomme « monsieur le Secrétaire ». Si l’enjeu principal de ce courrier est la confrontation entre direction et syndicat, s’il s’agit avant tout de remettre chacun à sa place et de restaurer un ordre sous égide patronale, il y a aussi un ton de confidence qui transparaît, comme si leurs responsabilités respectives les plaçaient, un temps, d’égal à égal – comme si, de leader à leader, s’échangeaient des vues sur le gouvernement des hommes. C’est cette intuition qui anime cette partie, dans laquelle on souhaite souligner le rapport aux salariés, perçus comme « masse » ou comme « base », vis-à-vis de ceux qui ont prétendu les guider pendant le conflit.

On a bien conscience du c...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search