Version classiqueVersion mobile

Diriger une grande entreprise au XXe siècle

 | 
Hervé Joly

Bibliographie

Texte intégral

1. Méthodes et sources

Charle Christophe, « Prosopography (collective biography) », dans International Encyclopedia of the Social and Behavioral Sciences, Oxford, Elsevier Science, vol. 18, 2001, p. 12236-12241.

Charle Christophe, « L’image sociale des milieux d’affaires d’après Qui êtes-vous ? », dans Lévy-Leboyer Maurice (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éditions ouvrières, 1979, p. 277-291.

Charle Christophe, Nagle Jean, Perrichet Marc, Richard Michel, et Woronoff Denis, Prosopographie des élites françaises (xvie-xxe siècles), Guide de recherche, Paris, Institut d’histoire moderne et contemporaine, 1980.

Daumas Jean-Claude, « Patrons de l’industrie : les formes du témoignage », dans Wolikow Serge et Poirrier Philippe (dir.), Territoires contemporains, Bulletin de l’Institut d’histoire contemporaine de l’université de Bourgogne, no 5, 1998, p. 63-76.

Duriez Bruno, « La bourgeoisie répertoriée : le Livre des Familles du Nord », Ethnologie française, vol. XX (1), 1990, p. 71-84.

Grafmeyer Yves, Quand Le Tout-Lyon se compte. Lignées, alliances, territoires, Lyon, PUL, 1992.

Grange Cyril, Les Gens du Bottin mondain, 1903-1987, Paris, Fayard, 1996.

Joly Hervé, « Une source importante d’accès problématique pour l’historien : le premier registre de commerce (1920-1954) », Entreprises et histoire, no 19, 1998, p. 159-164.

Joly Hervé, « L’exploitation des actes de sociétés pour l’histoire des entreprises : intérêts et difficultés », Entreprises et histoire, no 33, octobre 2003, p. 120-126.

Lewandowski Olgierd, « Différenciation et mécanismes d’intégration de la classe dirigeante. L’image sociale de l’élite d’après le Who’s Who in France », Revue française de sociologie, vol. XV, no 1, 1974, p. 43-73.

Malaval Catherine, La Presse d’entreprise française au xxe siècle : histoire d’un pouvoir, Paris, Belin, 2001.

Moine Jean-Marie, « Avis de recherche. Autobiographie et discours public des chefs d’entreprise au xxe siècle », dans Bergeron, Louis (dir.), La Révolution des aiguilles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996.

Zalc Claire, « L’analyse d’une institution : le registre du commerce et les étrangers dans l’entre-deux-guerres », Genèses. Sciences sociales et histoire, no 31, juin 1998, p. 99-118.

2. Les entreprises et le droit

Barbry Paul, Le régime actuel de l’administration des sociétés anonymes, thèse de doctorat en droit, faculté de droit de Lille, Lille, Impr. Douriez-Bataille, 1943.

Beau Roger, Étude comparative des organes de direction de la SA en droit français et en droit allemand, thèse de doctorat, faculté de droit de Paris, Paris, Domat-Montchrestien, 1944.

Czulowski Louis, La Notion de direction dans les sociétés anonymes et la législation de 1940, thèse de doctorat, faculté de droit de Toulouse, Toulouse, Impr. du Sud, 1943.

Droin Georges, Les Pouvoirs du conseil d’administration de la société anonyme, thèse de droit, faculté de Paris, Paris, E. Larose, 1912.

Durrenberger Carlos et Lapp Charles (textes et annotations), Présidents-directeurs généraux et administrateurs de sociétés anonymes. Leur statut juridique (lois du 16 novembre 1940 et 4 mars 1943), Strasbourg, Éditions P.H. Heitz, 1953.

Freedeman Charles E., Joint-stock Enterprise in France, 1807-1867 : From Privileged Company of Modern Corporation, Chapel Hill, University of North Carolina press, 1979.

Gontier Paul, Le Directeur et l’administrateur-délégué de la société anonyme, Paris, Giard & Brière, 2e éd., 1915.

Guinnane Timothy W., Harris Ron, Lamoreaux Naomi R. et Rosenthal Jean-Laurent, « Pouvoir et propriété dans l’entreprise. Pour une histoire internationale des sociétés à responsabilité limitée », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 63, no 1, 2008, p. 73-110.

Houpin Charles et Bosvieux Henry, Traité général théorique et pratique des sociétés civiles et commerciales et des associations, Paris, Sirey, 1935, t. 1.

Joly Hervé, « La direction des sociétés anonymes depuis la fin du xixe siècle : le droit entretient la confusion des pratiques », Entreprises et histoire, décembre 2009, no 57, p. 111-125.

Lamoreaux Naomi R. et Rosenthal Jean-Laurent, « Legal Regime and Contractual Flexibility : A Comparison of Business’s Organizational Choices in France and the United States during the Era of Industrialization », American Law and Economics Review, vol. 7, no 1, 2005, p. 28-61.

Lefebvre Jean, Le Président-directeur général. Loi du 16 novembre 1940, thèse de doctorat, faculté de droit de Paris, Paris, Domat-Montchrétien, 1941.

Lefebvre-Teillard Anne, La Société anonyme au xixe siècle : du Code de commerce à la loi de 1867, histoire d’un instrument juridique du développement capitaliste, Paris, PUF, 1985.

Maureil-Deschamps Pierre, De la situation respective du conseil d’administration et du directeur dans la société anonyme, thèse de doctorat, faculté de droit de Paris, Paris, Impr. des Facultés A. Michalon, 1909.

Paviot Adrien, La Réforme des sociétés anonymes. La loi du 16 novembre 1940 et ses antécédents, thèse de doctorat, faculté droit de Lyon, Lyon, Bosc frères M. & L. Riou, 1941.

Perregaux Gabriel de, La Direction de la société anonyme, construction juridique et responsabilité du directeur, Paris, R. Pichon & R. Durand-Auzias, 1925.

Stanziani Alessandro (dir.), Dictionnaire historique de l’économie-droit (xviiie-xxe siècles), Paris, LGDJ, 2007.

Vernin Jean, Les Tantièmes des administrateurs et directeurs, Paris, Les Presses modernes, 1926.

Vernon Guy, Le Président-directeur général dans les sociétés anonymes, thèse de doctorat, faculté de droit de Paris, LGDJ, 1952.

Villard Pierre, Des administrateurs dans les sociétés anonymes, Paris, F. Pichon, 1884.

3. Propriété, management, contrôle et performances des entreprises

Barker Theo C. et Lévy-Leboyer Maurice, « An Inquiry into the Buddenbrooks Effect in Europe », dans Hannah, Leslie (dir.), From Family Firm to Professional Management : Structure and Performance of Business Enterprise, Budapest, Akadémiai Kiado, 1982, p. 10-25.

Bauer Michel et Cohen Élie, Qui gouverne les groupes industriels ? Essai sur l’exercice du pouvoir du et dans le groupe industriel, Paris, Le Seuil, 1981.

Berle Adolf et Means Gardiner C., The Modern Corporation and Private Property, New York, Macmillan, 1932.

Burnham James, L’Ère des organisateurs, Paris, Calmann-Lévy, 1947 (éd. originale 1941).

Casson Mark, Enterprise and Leadership. Studies on Firms, Markets and Networks, Cheltenham, Edward Elgar, 2000.

Chadeau Emmanuel, « The Large Family Firm in Twentieth-Century France », Business History, vol. 35, no 4, octobre 1993, p. 184-205 – repris en traduction française sous le titre « La grande entreprise familiale en France au xxe siècle » dans Barrière Jean-Paul et Ferrière Le Vayer Marc de (dir.), Aéronautique, marchés, entreprises. Mélanges en mémoire d’Emmanuel Chadeau, Douai, Pagine, 2004, p. 171-188.

Chandler jr. Alfred D., Stratégies et structures de l’entreprise, Paris, Éditions d’organisation, 1989, 2e éd. avec une nouvelle préface de l’auteur (éd. originale 1962).

Chandler jr. Alfred D., La Main visible des managers, Paris, Économica, 1988 (éd. originale 1977).

Chandler jr. Alfred D., Organisation et performance des entreprises, Paris, Éditions d’organisation, 1992-1993, 3 tomes (éd. originale 1990).

Colli Andrea, The History of Family Business 1850-2000, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

Colli Andrea et Rose Mary, « Family Business », dans Jones Geoffrey, et Zeitlin Jonathan (dir.), The Oxford Handbook of Business History, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 194-218.

Daumas Jean-Claude (dir.), Le Capitalisme familial : logiques et trajectoires, Besançon, PUFC, 2003.

Fligstein Neil, The Transformation of Corporate Control, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Freeland Robert F., The Struggle for Control of the Modern Corporation. Organizational Change at General Motors, 1924-1970, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

Galbraith John K., Le Nouvel État industriel, Paris, Gallimard, 3e éd., 1989 (éd. originale 1967).

Hannah Leslie, « Survival and Size Mobility Among the World’s Largest Industrial Corporation, 1912-1995 », American Economic Review, vol. 88-2, 1998, p. 62-65.

Hannah Leslie, « The “Divorce” of Ownership from Control from 1900 Onwards : Re-calibrating Imagined Global Trends », Business History, vol. 49, juillet 2007, no 4, p. 404-438.

Hartmann Heinrich, Organisation und Geschäft. Unternehmensorganisation in Deutschland und Frankreich, 1890-1914, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2010.

Hautcoeur Pierre-Cyrille, Le Marché boursier et le financement des entreprises françaises (1890-1939), thèse de doctorat d’économie (dir. Christian de Boissieu), Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), 1994, 2 vol.

Hautcoeur Pierre-Cyrille, « Le financement des entreprises françaises de 1890 à 1936 : une approche micro-économique sur données boursières », Économie & Statistiques, 1993, no 268-269, p. 141-157.

Jacquemin Alexis et Ghellinck Élisabeth de, « Familial Control, Size and Performance in the Largest French Firms », European Economic review, 1980, vol. 13 (1), 1980, p. 81-91.

Jones Geoffrey et Rose Mary B. (dir.), Family Capitalism, Londres, F. Cass, 1993.

Landes David S., Dynasties. Fortunes and Misfortunes of the World’s Great Family Businesses, New York, Penguin books, 2006.

Landes David S., « French Entrepreneurship and Industrial Growth in the Nineteenth Century », Journal of Economic History, vol. IX, mai 1949, p. 45-61.

Lévy-Leboyer Maurice, « The Large Family Firm in the French Manufacturing Industry », dans Okochi Akio et Yasuoka Shigeaki (dir.), Family Business in the Era of Industrial Growth. Its Ownership and Management, Tokyo, University of Tokyo Press, 1984, p. 209-233.

Marseille Jacques (dir.), Les Performances des entreprises françaises au xxe siècle, Paris, Le Monde Éditions, 1995.

Pieper Torsten M., Mechanisms to Assure Long-Term Family Business Survival. A Study of the Dynamics of Cohesion in Multigenerational Family Business Families, Francfort/Main, Peter Lang, 2007.

Quennouëlle-Corre Laure, Pour une histoire de la place financière de Paris. Acteurs et marchés, dossier d’habilitation à diriger des recherches, université Paris-Sorbonne (Paris IV), 2012.

Whittington Richard et Mayer Michael, The European Corporation : Strategy, Structure and Social Science, Oxford, Oxford University Press, 2000.

Whittington Richard, Mayer Michael et Curto Francesco, « Chandlerism in Post-War Europe : Strategic and Structural Change in France, Germany and the UK », Industrial and Corporate Change, vol. 8 (3), 1999, p. 519-550.

4. Histoire générale des grandes entreprises et des groupes industriels français

Albert Michel, Capitalisme contre capitalisme, Paris, Le Seuil, 1991.

Allard Patrick, Beaud Michel, Bellon Bertrand, Lévy Anne-Marie, et Liénart Sylvie, Dictionnaire des groupes industriels et financiers en France, Paris, Le Seuil, 1978.

Batsch Laurent, La Croissance des groupes industriels, Paris, Économica, 1993.

Bellon Bertrand, Le Pouvoir financier et l’industrie en France, Paris, Le Seuil, 1980.

Chevalier Jean-Marie, L’Échiquier industriel, Paris, Hachette, 1980.

Freedeman Charles E., The Triumph of Corporate Capitalism in France, 1867-1914, New York, University of Rochester Press, 1993.

Fridenson Patrick, « France : The Relatively Slow Development of Big Business in the Twentieth-Century », dans Chandler Alfred D., Amatori Franco, et Hikino Takashi (dir.), Big Business and the Wealth of Nations, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 207-245.

Fridenson Patrick, « La multinationalisation des entreprises françaises publiques et privées de 1945 à 1981 », dans Lévy-Leboyer Maurice (dir.), L’Économie française dans la compétition internationale au xxe siècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, p. 311-335.

Bertrand Gille, Recherches sur la formation de la grande entreprise capitaliste (1815-1848), Paris, SEVPEN, 1959.

Houssiaux Jacques, Le Pouvoir de monopole. Essai sur les structures industrielles du capitalisme contemporain, Paris, Sirey, 1958.

Kogut Bruce, « Evolution of the Large Firm in France in Comparative Perspective », Entreprises et histoire, no 19, octobre 1998, p. 113-151.

Kuisel Richard F., Le Capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigismes au xxe siècle, Paris, Gallimard, 1984 (éd. originale 1981).

Lefebvre Philippe, L’Invention de la grande entreprise. Travail, hiérarchie, marché. France fin xviiie-début xxe siècle, Paris, PUF, 2003.

Lévy-Leboyer Maurice, « La grande entreprise : un modèle français ? » dans Lévy-Leboyer Maurice et Casanova Jean-Claude (dir.), Entre l’État et le marché : l’économie française des années 1880 à nos jours, Paris, Gallimard, 1991, p. 365-410.

Lévy-Leboyer Maurice (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996.

Maclean Mairi, Economic Management and French Business : from de Gaulle to Chirac, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2002.

Margairaz Michel, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion. 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol.

Morin François, La Structure financière du capitalisme français, Paris, Calmann-Lévy, 1974.

Moutet Aimée, Les Logiques de l’entreprise : la rationalisation dans l’industrie française de l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997.

Philippon Thomas, Le Capitalisme d’héritiers : la crise française du travail, Paris, Le Seuil, 2007.

Schmidt Vivier A., From State to Market ? The Transformation of French Business and Government, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Smith Michael S., « Putting France in the Chandlerian Framework : France’s 100 Largest Industrial Firms in 1913 », Business History Review, vol. 72, printemps 1998, p. 46-85.

Smith Michael S., The Emergence of Modern Business Enterprise in France, 1800-1930, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2006.

Woronoff Denis, Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, Paris, Le Seuil, 1994.

5. Histoire et sociologie des élites économiques et du patronat français

Barjot Dominique, Anceau Éric, Lescent-Giles Isabelle, et Marnot Bruno (dir.), Les Entrepreneurs du Second Empire, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2003.

Bauer Michel et Bertin-Mourot Bénédicte (coll.), Les 200. Comment devient-on un grand patron ?, Paris, Le Seuil, 1987.

Bauer Michel et Bertin-Mourot Bénédicte, Radiographie des grands patrons français. Les conditions d’accès au pouvoir, Paris, L’Harmattan, 1997.

Bergeron Louis, Les Capitalistes en France : 1780-1914, Paris, Gallimard-Julliard, 1978.

Bergeron Louis, « Permanence et renouvellement du patronat », dans Lequin Yves (dir.), Histoire des Français xixe-xxe siècles, t. 2, Paris, A. Colin, 1983, p. 153-292.

Birnbaum Pierre, Les Sommets de l’État. Essais sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Le Seuil, 1977.

Birnbaum Pierre, Barucq Charles, Bellaiche Michel, et Marié Alain, La Classe dirigeante française. Dissociation, interpénétration, intégration, Paris, PUF, 1978.

Boltanski Luc, Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Minuit, 1982.

Bourdieu Pierre, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989.

Bourdieu Pierre et Saint Martin Monique de, « Le Patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, no 20-21, 1978, p. 3-82.

Chadeau Emmanuel, L’Économie du risque : les entrepreneurs 1850-1980, Paris, O. Orban, 1988.

Charle Christophe, Les Élites de la République 1880-1900, Paris, Fayard, 1987 (rééd. 2006, revue avec une postface).

Chaussinand-Nogaret Guy (dir.), Histoire des élites en France du xvie au xxe siècle, Paris, Tallandier, 1996.

Danic-careil Dominique, Les Dirigeants des cent premières entreprises françaises, mémoire de diplôme d’études supérieures (DES), université Paris II, 1975.

Dard Olivier et Richard Gilles (dir.), Les Permanents patronaux : éléments de l’organisation du patronat en France dans la première moitié du XXe siècle, Metz, Centre de recherche Histoire et civilisation de l’université Paul Verlaine, 2005.

Daumas Jean-Claude (dir.), Chatriot Alain, Fraboulet Danièle, Fridenson Patrick et Joly Hervé (coll.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010.

Daumard Adeline, Les Bourgeois et la bourgeoisie en France, Paris, Aubier, 1987.

Delefortrie-Soubeyroux Nicole, Les Dirigeants de l’industrie française, Paris, A. Colin, 1961.

Dudouet François-Xavier et Grémont Éric, Les Grands Patrons et l’État en France. Du capitalisme d’État à la financiarisation, Paris, Lignes de repères, 2010.

Eck Jean-François, « Le patron », dans Sirinelli Jean-François et Rioux Jean-Pierre (dir.), La France d’un siècle à l’autre, 1914-2000, Paris, Hachette, 1999, p. 488-495.

Ehrmann Henry W., La Politique du patronat français (1936-1955), Paris, A. Colin, 1959.

Fombonne Jean, Personnel et DRH. L’affirmation de la fonction personnel dans les entreprises (France, 1830-1990), Paris, Vuibert, 2001.

Garrigues Jean, Le Patronat et la politique. De Schneider à Seillière, Paris, Perrin, 2002.

Hodeir Catherine, Stratégies d’Empire : Le Grand Patronat colonial face à la décolonisation, Paris, Belin, 2003.

Howorth Jolyon et Cerny Philip G. (dir.), Elites in France : Origins, Reproduction and Power, Londres, F. Pinter, 1981.

Jacquin François, Les Cadres de l’industrie et du commerce en France, Paris, A. Colin, 1955.

Jeanneney Jean-Noël, L’Argent caché. Milieux d’affaires et pouvoir politique dans la France du xxe siècle, Paris, Fayard, 1981 (2e éd., Points Seuil, 1984).

Joly Hervé, « Les études sur le recrutement du patronat : une tentative de bilan critique », Sociétés contemporaines, no 68, 2007, p. 133-154.

Joly Hervé, « Les dirigeants des grandes entreprises industrielles françaises au xxe siècle : des notables aux gestionnaires », Vingtième siècle, avril-juin 2012, no 114, p. 17-32.

Kolboom Ingo, La Revanche des patrons. Le patronat français face au Front populaire, Paris, Flammarion, 1986.

Kowalsky Wolfgang, Die Inszenierung eines positiven Unternehmerbildes in Frankreich, 1965-1982, Rheinfelden, Schäuble, 1991.

Lambert-Dansette Jean, Histoire de l’entreprise et des chefs d’entreprise en France, Paris, L’Harmattan, t. 1 : Entreprendre, 2000, t. 2 : Naissance du patronat, 2003, t. 3 : Des jalons d’existence, 2003, t. 4 : Le temps des pionniers (1830-1880), Condottiere et bourgeois, 2007.

Lévy-Leboyer Maurice, « Le Patronat a-t-il été malthusien ? », Le Mouvement social, no 88, juillet-septembre 1974, p. 3-49.

Lévy-Leboyer Maurice (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éditions ouvrières, 1979.

Lévy-leboyer Maurice, « Le patronat français, 1912-1973 », dans Lévy-Leboyer M. (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éditions ouvrières, 1979, p. 137-188.

Maclean Mairi, Harvey Charles et Press Jon, Business Elites and Corporate Governance in France and the UK, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006, p. 92.

Marnot Bruno, Les Ingénieurs au Parlement sous la IIIe République, Paris,

CNRS Éditions, 2000. Marseille Jacques (dir.), Créateurs et créations d’entreprises de la révolution industrielle à nos jours, Paris, ADHE, 2000.

Monjardet Dominique, « Carrière des dirigeants et contrôle de l’entreprise », Sociologie du travail, vol. 13, 1972, no 2, p. 131-144.

Palewski Jean-Paul, Le Rôle du chef d’entreprise dans la grande industrie (étude de psychologie économique), Paris, PUF, 1924.

Palewski Jean-Paul, Histoire des chefs d’entreprise, Paris, Gallimard, 1928.

Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, Grandes fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France, Paris, Payot, 1996.

Pinçon Michel et Pinçon-Charlot Monique, Nouveaux patrons, nouvelles dynasties, Paris, Calmann-Lévy, 1999.

Rochebrune Renaud de et Hazera Jean-Claude, Les Patrons sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1995 (2e éd. augmentée 2013).

Saint Martin Monique de, L’Espace de la noblesse, Paris, Métailié, 1993.

Savage Dean, Founders, Heirs and Managers. French Leadership in Transition, Beverly Hills, Calif., Sage Publications, 1979.

Swartz David, « French Corporate Leadership : a Class-Based Technocracy », Research in Political Sociology, vol. 2, 1986, p. 49-79.

Suleiman Ezra N., Les Élites en France. Grands corps et grandes écoles, Paris, Le Seuil, 1979.

Verley Patrick, Entreprises et entrepreneurs du xviiie siècle au début duxxe siècle, Paris, Hachette, 1994.

Villette Michel, et Vuillermot Catherine, Portrait de l’homme d’affaires en prédateur, Paris, La Découverte, 2e éd., 2007.

Vinen Richard C., The Politics of French Business 1936-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1991.

Weber Henri, Le Parti des patrons. Le CNPF 1946-1986, Paris, Le Seuil, 2e éd., 1991.

6. Histoire des régions, branches, entreprises et dirigeants du corpus

Histoires de branches

Ainval Henri d’, Deux siècles de sidérurgie française, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994.

Barjot Dominique, Morsel Henri, et Cœuré Sophie (dir.), Stratégies, gestion et management. Les compagnies électriques et leurs patrons, 1895-1945, Paris, Fondation Électricité de France, 2001.

Chauveau Sophie, L’Invention pharmaceutique. La pharmacie française entre l’État et la société au xxe siècle, Paris, Institut d’édition Sanofi-Synthélabo, 1999.

Fraboulet Danièle, Quand les patrons s’organisent : stratégies et pratiques de l’Union des industries métallurgiques et minières, 1901-1950, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007 (avec annexe biographique sur CD-Rom).

Fridenson Patrick, « Les ingénieurs et cadres de l’automobile en France au xxe siècle », dans Joutard Philippe, et Lecuir Jean (dir.), Histoire sociale, sensibilités collectives et mentalités. Mélanges Robert Mandrou, Paris, PUF, 1985, p. 431-448.

Lanthier Pierre, Les Constructions électriques en France : Financement et stratégies de six groupes industriels internationaux de 1880 à 1940, thèse de doctorat d’État d’histoire (dir. Maurice Lévy-Leboyer), université Paris X-Nanterre, 1988.

Lanthier Pierre, « Les dirigeants des grandes entreprises électriques en France, 1911-1973 », dans Lévy-Leboyer Maurice (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éditions ouvrières, 1979, p. 101-136.

Lanthier Pierre, « Dynasties patronales et construction électrique en France : une greffe qui n’a pas pris », Entreprises et histoire, no 9, septembre 1995, p. 13-24.

Lanthier Pierre, « Les entreprises du secteur électrique : la construction électrique », dans Lévy-Leboyer Maurice et Morsel Henri (dir.), Histoire générale de l’électricité en France, t. 2 : L’Interconnexion et le marché 1919-1946, Paris, Fayard, 1994.

Laux James M., In First Gear. The French Automobile Industry to 1914, Liverpool, Liverpool University Press, 1976.

Loubet Jean-Louis (éd.), L’Industrie automobile 1905-1971. Archives économiques du Crédit lyonnais, Genève, Droz, 1999.

Loubet Jean-Louis, Histoire de l’automobile française, Paris, Le Seuil, 2001.

Loubet Jean-Louis, « Capitalisme familial et industrie automobile : une autre exception française », dans Daumas Jean-Claude (dir.), Le Capitalisme familial : logiques et trajectoires, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2003, p. 161-177.

Mioche Philippe, La Sidérurgie et l’État en France des années 1940 aux années 1970, thèse de doctorat d’État d’histoire (dir. François Caron), université de Paris-Sorbonne (Paris IV), 1992.

Morsel Henri, « Le Patronat de l’électricité dans l’entre-deux-guerres », Bulletin d’histoire de l’électricité, no 18, décembre 1991, p. 31-60.

Histoires régionales ou locales

Americi Laurence et Daumalin Xavier, Les Dynasties marseillaises de la Révolution à nos jours, Paris, Perrin, 2010.

Angleraud Bernadette et Pélissier Catherine, Les Dynasties lyonnaises. Des Morin-Pons aux Mérieux du xixe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 2003.

Cayez Pierre, Crise et croissance de l’industrie lyonnaise : 1850-1950, Paris, CNRS Éditions, 1980.

Cayez Pierre, « Quelques aspects du patronat lyonnais pendant la deuxième étape de l’industrialisation », dans Lévy-Leboyer Maurice (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éditions ouvrières, 1979, p. 191-200.

Hardy-Hémery Odette, Industries, patronat et ouvriers du Valenciennois pendant le premier xxe siècle, Paris, Messidor, 1985, 5 vol.

Hardy-Hémery Odette, « Le pouvoir dans l’entreprise : actionnaires et dirigeants dans les sociétés du Nord, 1880-1960 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 4, octobre-décembre 2001, p. 77-101.

Hau Michel, L’Industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Strasbourg, Association des publications près les universités de Strasbourg, 1987.

Hau Michel, et Stoskopf Nicolas, Les Dynasties alsaciennes, Paris, Perrin, 2005.

Joly Hervé, Giandou Alexandre, Cailluet Ludovic, Dalmasso Anne, et Le Roux Muriel (dir.), Des barrages et des hommes. L’industrialisation des Alpes du Nord entre ressources locales et apports extérieurs, Grenoble, Presses universitaire de Grenoble, 2002.

Joly Hervé et Robert François, Entreprises et pouvoir économique dans la région Rhône-Alpes (1920-1954), Lyon, Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale (Cahiers no 4), 2003.

Labasse Jean, Les Capitaux et la région. Étude géographique. Essai sur le commerce et la circulation des capitaux dans la région lyonnaise, Paris, A. Colin, 1955.

Laferrère Michel, Lyon, ville industrielle. Essai d’une géographie urbaine des techniques et des entreprises, Paris, PUF, 1960.

Léon Pierre, « La région lyonnaise dans l’histoire économique de la France. Une esquisse (xvie-xxe siècles) », Revue historique, no 481, janvier-mars 1967, p. 31-62.

Lequin Yves (dir.), 500 années lumière : mémoire industrielle, Paris, Plon, 1991.

Malon Claude, Occupation, épuration, Reconstruction. Le monde de l’entreprise au Havre (1940-1950), Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012.

Moine Jean-Marie, Les Barons du fer. Les maîtres de forges en Lorraine du milieu du XIXe siècle aux années trente. Histoire sociale d’un patronat métallurgique, Metz-Nancy, Serpenoise-Presses universitaires de Nancy, 1989 (réédition en 2003 aux seules Éditions Serpenoise à Metz).

Morsel Henri, « Le patronat alpin français et la seconde révolution industrielle 1869-1939 », dans Lévy-Leboyer Maurice (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éditions ouvrières, 1979, p. 201-208.

Morsel Henri et Parent Jean-François, Les Industries de la région grenobloise, itinéraire historique et géographique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1991.

Morsel Henri (dir.), Rhône-Alpes, terre d’industries à la Belle Époque, Genève, Droz, 1998.

Pouchain Pierre, Les Maîtres du Nord du xixe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 1998.

Rochefort Michel, « La localisation du pouvoir de commandement économique dans la capitale : les sièges sociaux des entreprises dans Paris et la région parisienne », Revue de géographie alpine, vol. LX, 1972, p. 225-245.

Rousselier-Fraboulet Danièle, Les Entreprises sous l’Occupation. Le monde de la métallurgie à Saint-Denis, Paris, CNRS Éditions, 1998.

Sakudo Jun, Les Entreprises de la chimie en France de 1860 à 1932, Bruxelles, Peter Lang, 2011.

Monographies d’entreprises du corpus

Ambly Pierre d’, Naissance d’une entreprise. Les Pavin de Lafarge de l’armée du Roi à l’industrie de la République, Paris, François-Xavier de Guibert, 2000.

Anonyme, De la pyrite aux plastiques. 150 ans d’aventure humaine et industrielle à Saint-Fons, Saint-Fons, Atofina, 2003.

Anonyme, Historique Thomson. Le groupe de 1893 à 1977, Paris, Thomson-Brandt, 1979, 2 vol.

Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’Électro-chimie. 1889-1966, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1991.

Bal Marie-Françoise, Ugine au xxe siècle, itinéraire d’une ville industrielle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1993.

Barjot Dominique, « Lafarge : the Keys of a Successful Internationalisation Process (1946-1973) », dans Bonin Hubet et al. (dir.), Transnational Companies (19th-20th-Centuries), Paris, PLAGE, 2002, p. 663-680.

Batsch Laurent, « Le “décollage” de Schneider (1837-1875). Stratégie industrielle et politique financière », Entreprises et histoire, no 18, 1998, p. 23-55.

Baudant Alain, Pont-à-Mousson (1918-1939). Stratégies industrielles d’une dynastie lorraine, Paris, Publications de la Sorbonne, 1980.

Baudant Alain, « Propriété, direction et idéologie de l’entreprise Pont-à-Mousson 1919-1939 », dans Caron François (dir.), Entreprises et entrepreneurs xixe-xxe siècles, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1983, p. 269-289.

Baudant, Alain, « Culture d’entreprise, valeurs et pouvoirs à Pont-à-Mousson (1856-1939) », dans Fridenson Patrick, et Straus André (dir.), Le Capitalisme français, 19e-20e siècle. Blocages et dynamiques d’une croissance, Paris, Fayard, 1987, p. 367-380.

Beaucarnot Jean-Louis, Les Schneider. Une dynastie, Paris, Hachette, 1986.

Beaud Claude, « La stratégie de l’investissement dans la société Schneider & Cie. 1894-1914 », dans Caron François (dir.), Entreprises et entrepreneurs xixe-xxe siècles, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1983, p. 118-131.

Beaud Claude, « Les ingénieurs du Creusot à travers quelques destins du milieu du xixe siècle au milieu du xxe », dans Thépot André (dir.), L’Ingénieur dans la société française, Paris, Éditions ouvrières, 1985, p. 51-59.

Beaud Michel, Danjou Pierre, et David Jean, Une multinationale française : Pechiney Ugine Kuhlmann, Paris, Le Seuil, 1975.

Belot Robert et Lamard Pierre, Peugeot à Sochaux. Des hommes, une usine, un territoire, Panazo, Lavauzelle, 2007.

Bernard François, L’Alsacienne de constructions mécaniques. Des origines à 1965, Strasbourg, Presses universitaires de Starsbourg, 2000.

Bouvier Yves, La Compagnie générale d’électricité : un grand groupe industriel et l’État. Technologie, hommes et marchés (1898-1992), thèse de doctorat d’histoire (dir. Pascal Griset), université Paris-Sorbonne (Paris IV), 2005, 3 vol. (à paraître chez P. Lang).

Broise Tristan de la et Torres Félix, Schneider : l’histoire en force, Paris, Jean-Pierre de Monza, 1996.

Cailluet Ludovic, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney des années 1880 à 1971, thèse de doctorat d’histoire (dir. Henri Morsel), université Lumière Lyon 2, 1995, 3 vol.

Cailluet Ludovic, « Hiérarchies managériales chez Pechiney (1880-1960) : Chandler en pays alpin ? », dans Joly Hervé, Giandou Alexandre, et al. (dir.), Des barrages et des hommes. L’industrialisation des Alpes du Nord entre ressources locales et apports extérieurs, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002, p. 135-156.

Castellan Louis, L’Industrie caoutchoutière, thèse pour le doctorat politique et économique, Thiers, A. Favyé impr., 1915.

Cayez Pierre, Rhône-Poulenc. 1895-1975, Paris, A. Colin-Masson, 1988.

Chadeau Emmanuel, « Les Tréfileries et laminoirs du Havre de 1897 à 1930 », dans Cardot Fabienne (dir.), Des entreprises pour produire de l’électricité, Paris, AHEF, 1988, p. 285-303.

Choffel Jean, Saint-Gobain, du miroir à l’atome, Paris, Plon, 1960.

Clerc Sébastien, « La religion de la taille critique. Le groupe Thomson de 1944 à 1974 », Revue française de gestion, septembre-octobre 1988, p. 45-57.

Cochet Noëlle, Entre métallurgie et électricité : les Tréfileries et laminoirs du Havre des origines à 1912, mémoire de maîtrise (dir. Dominique Barjot), université Paris-Sorbonne (Paris IV), 2001.

Cohen Yves, Organiser à l’aube du taylorisme : la pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2001.

Colson Daniel, La Compagnie des fonderies, forges et aciéries de Saint-Étienne (1865-1914), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1998.

Croissant Pierre, « Quand deux sociétés Peugeot concurrentes construisaient des automobiles (1895-1910) », Bulletin et mémoires, Société d’émulation de Montbéliard, no 129, 2006, p. 225-296.

Dargaud Marius, « Les fondateurs de la Compagnie des forges de Châtillon-Commentry (1843-1862) », Actes du 84e Congrès national des sociétés savantes (Dijon, 1959, section d’histoire moderne et contemporaine), Paris, Éditions du CTHS-Imprimerie nationale, 1960, p. 267-294.

Dargaud Marius, « Les structures sociales, économiques et financières des sociétés métallurgiques de Commentry », Actes du 86e Congrès national des sociétés savantes (Montpellier, 1961, Section d’histoire moderne et contemporaine), Paris, Éditions du CTHS-Imprimerie nationale, 1962, p. 383-419.

Daviet Jean-Pierre, « Stratégie et structure chez Saint-Gobain : un modèle français dans les années 1930 ? », Entreprises et histoire, no 1, avril 1992, p. 42-60.

Daviet Jean-Pierre, « La direction des affaires de la Compagnie de Saint-Gobain : 1830-1872 », dans Caron François (dir.), Entreprises et entrepreneurs xixe-xxe siècles, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1983, p. 302-316.

Daviet Jean-Pierre, « Trajectoires d’une grande entreprise privée : Saint-Gobain (1945-1969) », dans Fridenson Patrick et Straus André (dir.), Le Capitalisme français, 19e-20e siècle. Blocages et dynamiques d’une croissance, Paris, Fayard, 1987, p. 135-150.

Davie Jean-Pierre, Un destin international. La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1988.

Daviet Jean-Pierre, Une multinationale à la française : histoire de Saint-Gobain, 1665-1989, Paris, Fayard, 1989.

Dubois Léon, Lafarge-Coppée. 150 ans d’industrie, Paris, Belfond, 1988.

Dumond Lionel, Bibendum, l’épopée Michelin : une entreprise à l’épreuve de l’histoire, Toulouse, Privat, 2002.

Frèrejean Alain, Les Peugeot. Deux siècles d’aventure, Paris, Flammarion, 2006.

Fridenson Patrick, Lévy-Leboyer Maurice, et Rostas Véronique, Une entreprise dans le siècle. Thomson, histoire du groupe, Jouy-en-Josas, Université Thomson, 1995.

Fritsch Pierre, Les Wendel, rois de l’acier français, Paris, R. Laffont, 1976.

Gavard-Perret Franck, Paul Girod d’Ugine. L’échec du fondateur d’une entreprise électrométallurgique durable et reconnue ?, mémoire de master 1 d’histoire (dir. Denis Varaschin), université de Savoie, 2008, 2 vol.

Gignoux Claude-Joseph, Histoire d’une entreprise française. La Compagnie Pechiney, Paris, Hachette, 1955.

Godelier Éric, Usinor-Arcelor. Du local au global, Paris, Hermès-Lavoisier, 2006.

Guéna Yves, Les Wendel : trois siècles d’histoire, Paris, Perrin, 2004.

Gueslin André (dir.), Michelin, les hommes du pneu : les ouvriers Michelin, à Clermont-Ferrand, de 1889 à 1940, Paris, Éditions de l’Atelier, 1993.

Gueslin André (dir.), Les Hommes du pneu : les ouvriers Michelin à Clermont-Ferrand de 1940 à 1980, Paris, Éditions de L’Atelier, 1999.

Hachez-Leroy Florence, L’Aluminium français : l’invention d’un marché, 1911-1983, Paris, CNRS Éditions, 1999.

Hamon Maurice, Du Soleil à la Terre : une histoire de Saint-Gobain, Paris, J.-C. Lattès, 1998.

Hardy-Hémery Odette, « Croissance et marché en sidérurgie : les avatars des Forges et aciéries du Nord-Est (1817-1948) », dans Fridenson Patrick, et Straus André (dir.), Le Capitalisme français, 19e-20e siècle. Blocages et dynamiques d’une croissance, Paris, Fayard, 1987, p. 119-133.

Harp Stephen L., Marketing Michelin : Advertising and Cultural Identity in Twentieth-Century France, Baltimore, John Hopkins University Press, 2001 (traduction française Michelin : Publicité et identité culturelle dans la France du xxe siècle, Paris, Belin, 2008).

Henri Daniel, « Comptes, mécomptes et redressement d’une gestion industrielle : les Automobiles Peugeot de 1918 à 1930 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXXII, janvier-mars 1985, p. 30-74.

James Harold, Family Capitalism : Wendels, Haniels, Falcks and the Continental European Model, Cambridge, Mass., Belknap Press of Harvard University Press, 2006.

Jemain Alain, Peugeot : vertiges et secrets d’une dynastie, Paris, J.-C. Lattès, 1987.

Jemain Alain, Michelin. Un siècle de secrets, Paris, Calmann-Lévy, 1982.

Joly Hervé, « La conclusion d’un accord franco-allemand dans l’industrie des colorants en 1940-1941 : rapports de force et formes juridiques », dans Bähr Johannes, et Banken Ralf (dir.), Das Europa des « Dritten Reichs ». Recht, Wirtschaft, Besatzung, Francfort/Main, Vittorio Klostermann, 2005, p. 141-175.

Langlinay Érik, Une entreprise chimique dans la Première Guerre mondiale, Kuhlmann (1914-1924), mémoire de DEA (dir. Patrick Fridenson), EHESS, 2002.

Léger Jean-Étienne, Une grande entreprise dans la chimie française. Kuhlmann 1825-1982, Paris, Debresse, 1988.

Le Menestrel Charles, Histoire des aciéries électriques d’Ugine, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1993.

Le Roux Muriel, Un siècle de recherche industrielle à Pechiney, Paris, Éditions Rive droite, 1998.

Lesclous René, Histoire des sites producteurs d’aluminium. Les choix stratégiques de Pechiney. 1892-1992, Paris, Presses de l’École des mines, 1999.

Lévy-Leboyer Maurice, « Hierarchical Structure, Rewards and Incentives in a Large Corporation : the Early Managerial Experience of Saint-Gobain, 1872-1912 », dans Horn Norbert et Kocka Jürgen (dir.), Law and the Formation of the Big Enterprises in the 19th and Early 20th-Centuries, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979, p. 451-475.

Lottman Herbert, Michelin. 100 ans d’aventure, Paris, Flammarion, 1998.

Loubet Jean-Louis, Automobiles Peugeot : une réussite industrielle, 1945-1974, Paris, Économica, 1990.

Loubet Jean-Louis, La Maison Peugeot, Paris, Perrin, 2009.

Marseille Jacques, Les Wendel 1704-2004, Paris, Perrin, 2004.

Marseille Jacques (dir.), Broder Albert, Torres Félix, et al., Alcatel-Alsthom, Histoire de la Compagnie générale d’électricité, Paris, Larousse, 1992.

Marcot François, « La direction de Peugeot sous l’Occupation : pétainisme, réticence, opposition et résistance », Le Mouvement social, no 189, octobre-décembre 1999, p. 27-46.

Miquel René, Dynastie Michelin, Paris, La Table ronde, 1962.

Passaqui Jean-Philippe, La Stratégie de Schneider : du marché à la firme intégrée (1836-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

Perrin Éric, FAM, CFAM, Creusot-Loire. Des années 30 à nos jours. Mémoires d’un demi-siècle d’industrie métallurgique en région saint-chamonaise, Saint-Étienne, Impr. Reboul, 1996.

Pezet Anne, La Décision d’investissement industriel : le cas de l’aluminium, Paris, Économica, 2000.

Rapp Jules, Histoire d’une entreprise d’électricité : la Compagnie générale d’électricité, thèse de 3e cycle de sciences économiques (dir. Maurice Lévy-Leboyer), université Paris X-Nanterre, 1985.

Roy Joseph-Antoine, Histoire de la famille Schneider et du Creusot, Paris, M. Rivière & Cie, 1962.

Schneider Dominique, Mathieu Caroline, et Clément Bernard (dir.), Les Schneider, Le Creusot, une famille, une entreprise, une ville (catalogue de l’exposition au musée d’Orsay), Paris, Fayard, 1995.

Sédillot René, 250 ans d’industrie en Lorraine. La Maison de Wendel, de 1704 à nos jours, Paris, Riss & Cie, 1958.

Sédillot René, Peugeot, de la crinoline à la 404, Paris, Plon, 1960.

Thépot André, « Un tournant dans l’histoire de la chimie française : la fusion Saint-Gobain–Perret-Olivier (1866-1871) », Bulletin de la société d’histoire moderne, vol. XIV, no 3, juillet-septembre 1967, p. 2-11.

Thépot André, « Frédéric Kuhlmann, industriel et notable du Nord. 1803-1881 », Revue du Nord, vol. LXVII, no 265, avril-juin 1985, p. 527-546.

Thiébaut Robert, Les Chevaux de labour. Petite chronique des hommes qui firent les Fonderies de Pont-à-Mousson, Metz, Serpenoise, 1994.

Torres Félix et Muller Martine, Lafarge-Coppée : de mémoire d’hommes. De 1946 à demain : un demi-siècle de croissance industrielle, Paris, Public Histoire, 1989.

Vindt Gérard, Les Hommes de l’aluminium. Histoire sociale de Pechiney, 1921-1973, Paris, Éditions de L’Atelier, 2006.

Vitoux Marie-Claire, et al., De la fonderie à l’université. Mulhouse 1826-2007. SACM. Quelle belle histoire !, Strasbourg, La Nuée bleue, 2007.

Biographies de dirigeants du corpus

Andurain Julie d’, « Réseaux politiques et réseaux d’affaires : le cas d’Eugène Étienne et d’Auguste d’Arenberg », dans Bonin Hubert, Hodeir Catherine, et Klein Jean-François (dir.), L’Esprit économique impérial (1830-1970). Groupes de pression et réseaux du patronat colonial en France et dans l’Empire, Paris, Publications de la SFOM, 2008, p. 85-102.

Avril Michel, Raoul Dautry : la passion de servir, Paris, France Empire, 1993.

Baudouï Rémi, Raoul Dautry, 1880-1951 : le technocrate de la République, Paris, Balland, 1992.

Chappuis Françoise, « Industriel et patron », dans Chappuis F. et Macouin Francis (dir.), D’Outremer et d’Orient mystique : les itinéraires d’Émile Guimet, Paris, Findakly, 2001.

Chauvin Jacques, Paul Doumer. Le Président assassiné, Paris, Éditions du Panthéon, 1994.

Darcy Paul, Henry Darcy, 1840-1926, Dijon, Impr. Darantière, 1960.

Feiertag Olivier, Wilfrid Baumgartner. Un grand commis des finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006.

Gordon David M., « Le libéralisme dans l’empire du fer : François de Wendel et la Lorraine industrielle 1900-1914 », Le Mouvement social, no 175, avril-juin 1996, p. 79-111.

Halpérin Vladimir, Raoul Dautry : du rail à l’atome : l’aventure sociale et technologique de la France dans la première moitié du xxe siècle, Paris, Fayard, 1997.

Jeanneney Jean-Noël, François de Wendel en République, L’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris, Le Seuil, 1976 (nouvelle éd. 2004).

Jeanson François-Paul et François-Jean, L. Rosengart 1881-1976 : coucou et bernard-l’ermite de l’industrie automobile, Nogent-L’Artaud, Éditions du centre de l’automobile ancienne, 1995.

Kent Carol H., Camille Cavallier and Pont-à-Mousson : an Industrialist of the Third Republic, PhD thesis, University of Oxford, 1972.

Lorin Amaury, Une ascension en République : Paul Doumer (1857-1932), d’Aurillac à L’Élysée, Paris, Dalloz-Sirey, 2013.

Lucas Charles-Albert, Trajectoire d’un entrepreneur. François Albert-Buisson ou la construction d’une carrière. 1881-1961, thèse de doctorat d’histoire (dir. Christophe Bouneau), université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 2006 (publiée sous le titre Albert-Buisson, un destin au xxe siècle (1881-1961). Essai sur une prodigieuse réussite sociale française, Paris, L’Harmattan, 2012).

Mioche Philippe et Roux Jacques, Henri Malcor. Un héritier des maîtres de forges, Paris, CNRS Éditions, 1988.

Morsel Henri, « Position idéologique et comportement politique d’un dirigeant d’une grande entreprise dans la première moitié du xxe siècle : Louis Marlio », dans Caron, François (dir.), Entreprises et entrepreneurs xixe-xxe siècles, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1983, p. 339-387 (article repris dans Cahiers d’histoire de l’aluminium, no 2, 1987-1988, p. 53-69).

Tissot Didier, Histoire de l’usine électrochimique du Giffre et de son fondateur Jules Barut (1897-1929), mémoire de maîtrise d’histoire (dir. Henri Morsel), université de Grenoble II, 1991.

Woronoff Denis, François de Wendel, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.

9. Les institutions d’enseignement supérieur et leurs débouchés

Barjot Dominique, « Les entrepreneurs polytechniciens : l’exemple des travaux publics (1883-1974) », dans Belhoste Bruno, Dahan-Dalmedico Amy, Pestre Dominique, et Picon Antoine (dir.), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Économica, 1995, p. 353-368.

Baruch Marc Olivier et Guigueno Vincent (dir.), Le Choix des X. L’École polytechnique et les polytechniciens, 1939-1945, Paris, Fayard, 2000.

Bauer Michel et Cohen Élie, « Politiques d’enseignement et coalitions industrialo-universitaires. L’exemple de deux “grandes écoles” de chimie, 1882-1976 », Revue française de sociologie, vol. XXII, 1981, p. 183-203.

Béguet Bruno, « Une école d’ingénieurs en province : l’École centrale lyonnaise de 1857 à 1947 », Cahiers d’histoire du CNAM, no 5, 1996, p. 93-113 ; republié dans Bourdelais Patrice et Bergeron Louis (dir.), La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, Belin, 1998, p. 305-327.

Belhoste Bruno, « Ingénieurs civils contre ingénieurs de l’État : la création de l’École centrale des arts et manufactures et le tournant de 1830 », dans Efthymios Nicolaïdis et Chatzis Konstantinos (dir.), Sciences, technologies et constitution de l’État au xixe siècle, Athènes, Institut de recherches néohelléniques-Fondation nationale de la recherche scientifique, 2000.

Belhoste Bruno, « L’élitisme polytechnicien : excellence scolaire et distinction sociale », dans Belhoste Bruno, Dahan-Dalmedico Amy, Pestre Dominique, et Picon Antoine (dir.), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Économica, 1995, p. 19-31.

Belhoste Bruno, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003.

Bidois Anne, « L’enseignement de la chimie à Rouen aux xixe et xxe siècles », dans Charmasson Thérèse (dir.), Formation au travail, enseignement technique et apprentissage, Paris, Éditions du CTHS, 2005, p. 123-139.

Birck Françoise, « De l’Institut électrotechnique de Nancy à l’ENS d’électricité et de mécanique (1900-1960) », dans Birck Françoise et Grelon André (dir.), Un siècle de formation des ingénieurs électriciens, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2006, p. 23-88.

Carbonaro Henri, « Naissance de l’automobile », Centraliens, no 498, septembre 1998, p. 32-36.

Carbonaro Henri, « L’automobile et les Centraliens de la guerre de 1914-1918 à celle de 1939-1944 », Centraliens, no 501, décembre 1998, p. 36-37.

Carbonaro Henri, « Les Centraliens et l’automobile pendant la guerre de 1939-1945 », Centraliens, no 504, mars 1999, p. 38-41.

Carbonaro Henri, « Les Centraliens et la reconstruction de l’automobile de 1945 à 1965 », Centraliens, no 516, mars 2000, p. 29-32.

Charle Christophe, « Savoir durer : la nationalisation de l’École libre des sciences politiques, 1937-1945 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 86-87, 1991, p. 99-105.

Charle Christophe, « Les polytechniciens dans les élites de la République. Méritocrates, hommes nouveaux et notables (1880-1914) », dans Belhoste Bruno, Dahan-Dalmedico Amy, Pestre Dominique et Picon Antoine (dir.), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Économica, 1995, p. 87-101.

Daviet Jean-Pierre, « Les Centraliens chez Saint-Gobain », dans Bordes Jean-Louis, Champion Annie, et Desabres Pascal (dir.), L’Ingénieur entrepreneur. Le centralien et l’industrie, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2011, p. 389-398.

Detrez Claude, « L’évolution de l’École nationale supérieure de chimie de Nancy vers le génie chimique », dans Birck Françoise, et Grelon André (dir.), Des ingénieurs pour la Lorraine, xixe-xxe siècles, Metz, Serpenoise, 1998, p. 239-249.

Dammame Dominique, « Genèse sociale d’une institution scolaire, l’École libre des sciences politiques », Actes de la recherche en sciences sociales, no 70, 1987, p. 31-46.

Day Charles R., Les Écoles d’arts et métiers. L’enseignement technique en France xixe-xxe siècle, Paris, Belin, 1991.

Day Charles R., « The Careers of Graduates of the “Écoles d’Arts et Métiers” in the French Automobile Industry, 1880-1940 », Canadian Journal of History/Annales canadiennes d’histoire, vol. XXIX, no 2, août 1994, p. 305-331.

Duval Nathalie, L’École des Roches, Paris, Belin, 2009.

Euriat Michel et Thélot Claude, « Le recrutement social de l’élite scolaire en France. Évolution des inégalités de 1950 à 1990 », Revue française de sociologie, vol. XXXVI, 1995, p. 403-438.

Fournas Patrice de, Quelle identité pour les grandes écoles de commerce françaises ? (HEC-ESSEC-ESCP), thèse de doctorat de gestion (dir. Michel Berry), École polytechnique, 2007, 3 vol.

Fox Robert et Weisz George (dir.), The Organization of Science and Technology in France 1808-1914, Cambridge-Paris, Cambridge University Press-Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1980.

Fridenson Patrick et Paquy Lucie, « Du haut enseignement commercial à l’enseignement supérieur de gestion (xixe-xxe siècles) », dans Lenormand Paul (dir.), La Chambre de commerce et d’industrie de Paris (1803-2003), t. II : Études thématiques, Genève, Droz, 2008.

Garçon Anne-Françoise, Entre l’État et l’usine : l’école des mines de Saint-Étienne au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

Greffe Jean-Louis, « L’École des mines de Nancy. I. De l’ingénieur des mines à l’ingénieur généraliste (1919-1956) », Le Pays lorrain, no 3, 2002, p. 193 sq.

Grelon André (dir.), Les Ingénieurs de la crise. Titre et profession entre les deux guerres, Paris, Éditions de l’EHESS, 1986.

Grelon André, « Les origines et le développement des écoles d’électricité Breguet, Charliat, Sudria et Violet avant la seconde guerre mondiale », Bulletin d’histoire de l’électricité, no 11, juin 1988, p. 121-143.

Grelon André, « Les universités et la formation des ingénieurs en France (1870-1914) », Formation-emploi, no 27-28, juillet-décembre 1989, p. 65-88.

Grelon André, « The Training and Career Structures of Engineers in France, 1880-1939 », dans Fox Robert et Guagnini Anna (dir.), Education, Technology and Institutional Performance in Europe. 1850-1939, Cambridge-Paris, Cambridge University Press - Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1993, p. 42-64.

Grelon André, « L’École polytechnique, une école d’ingénieurs ? », dans Belhoste Bruno, Dahan-Dalmedico Amy, et Picon Antoine (dir.), La Formation polytechnicienne 1794-1894, Paris, Dunod, 1994, p. 435-455.

Grelon André, « Formation et carrière des ingénieurs en France (1880-1939) », dans Bergeron Louis et Bourdelais Patrice (dir.), La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, Belin, 1998, p. 231-274.

Grelon André, « Les universités et la formation des ingénieurs électriciens : naissance d’une filière », dans Birck Françoise et Grelon André (dir.), Un siècle de formation des ingénieurs électriciens, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2006, p. 3-21.

Grelon André, « French Engineers : Between Unity and Heterogeneity », History and Technology, vol. 27, 2007, p. 107-124.

Guigueno Vincent, « Une figure contestée : l’officier-ingénieur (1920-1943) », dans Belhoste Bruno, Dahan-Dalmedic Amy et Picon Antoine (dir.), La Formation polytechnicienne 1794-1894, Paris, Dunod, 1994, p. 397-415.

Haas Pierre-Henri, Histoire de l’école supérieure de commerce de Lyon : 1872-1972, mémoire de DEA d’histoire (dir. François Caron), université Paris-Sorbonne (Paris IV), s.d.

Hatchuel Armand, « La naissance de l’ingénieur généraliste : l’exemple de l’École des Mines de Paris », Annales des mines. Réalités industrielles, novembre 2006, p. 13-24.

Joly Hervé, « La position dominée des chimistes à la direction des grandes firmes chimiques en France (années 1900-1960) », dans Lamard Pierre, et Stoskopf Nicolas (dir.), L’Industrie chimique en question, Paris, Picard, 2010, p. 67-87.

Jouret Auguste, École centrale lyonnaise. Un siècle d’une école d’ingénieurs (1857-1957), Lyon, Impr. Lescuyer & Fils, 1957.

Kindleberger Charles P., « Technical Education and the French Entrepreneur », dans Carter II Edward C., Forster Robert, et Moody Joseph N. (dir.), Enterprise and Entrepreneurs in 19th and 20th-Century France, Baltimore, John Hopkins University Press, 1976, p. 3-39.

Kosciusko-Morizet Jacques A., La « Mafia » polytechnicienne, Paris, Le Seuil, 1973.

Languille Valérie, « L’ESSEC, de l’école catholique des fils à papa à la grande école de gestion », Entreprises et histoire, no 14-15, juin 1997, p. 47-65.

Le Bras Hervé, « Les origines d’une promotion de polytechniciens », Population, vol. 38, no 3, 1983, p. 491-502.

Lecouteux Pierre, La Société industrielle de Rouen (1872-1939) : une société spécifique ?, thèse de doctorat d’histoire (dir. Serge Chassagne), université Lumière Lyon 2, 1996 (sur l’école de chimie de Rouen).

Lesourne Jacques (dir.), Les Polytechniciens dans le siècle. 1894-1994, Paris, Dunod, 1994.

Le Van-Lemesle Lucette, Le Juste ou le Riche. L’enseignement de l’économie politique. 1815-1950, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004.

Lévy-Leboyer Maurice, « La science mène-t-elle à l’action ? Les polytechniciens dans l’entreprise », dans Lesourne Jacques (dir.), Les Polytechniciens dans le siècle. 1894-1994, Paris, Dunod, 1994, p. 141-165.

Lhomer-Deslandes Claude, Étude sur les ingénieurs de l’École centrale des Arts et manufactures, mémoire de maîtrise (dir. Maurice Lévy-Leboyer), université Paris X-Nanterre, 1973.

Locke Robert R., The End of Practical Man : Entrepreneurship and Higher Education in Germany, France and Great-Britain, Greenwich, Jai Press, 1984.

Locke Robert R., Management and Higher Education since 1940. The Influence of America and Japan in West Germany, Great Britain and France, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

Loubet Jean-Louis, Peugeot Robert, « Peugeot et ses centraliens », dans Bordes Jean-Louis, Champion Annie, et Desabres Pascal (dir.), L’Ingénieur entrepreneur. Le centralien et l’industrie, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2011, p. 269-280.

Maffre Philippe, Les Origines de l’enseignement supérieur commercial français au xixe siècle, thèse de 3e cycle (dir. Charles Planche), université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1984, 3 vol.

Marceau Jane, A Family Business ? The Making of an International Business Elite, Cambridge-Paris, Cambridge University Press-Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1989 (sur l’INSEAD, Fontainebleau).

Mercié Claudie, Les Polytechniciens, 1870-1914. Recrutement et activités, mémoire de maîtrise d’histoire (dir. Maurice Lévy-Leboyer), université Paris X-Nanterre, 1972.

Mercié Claudie, « Profils polytechniciens des Trente Glorieuses, 1945-1975 », dans Belhoste Bruno, Dahan-Dalmedico Amy, Pestre Dominique, et Picon Antoine (dir.), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995, p. 369-385.

Meuleau Marc, Les HEC et l’évolution du management en France : 1881-années 1980, thèse de doctorat d’État d’histoire (dir. Maurice Lévy-Leboyer), université Paris X Nanterre, 1992, 4 vol.

Mieck Ilja, « Ingenieur-Ausbildung in Deutschland und Frankreich im 19. Jahrhundert im Vergleich », Francia. Forschungen zur Westeuropäische Geschichte, vol. 33/3, 2006, p. 1-27.

Noailles Patrice, L’École centrale de Paris, Paris, Ellipses, 1984.

Nouschi Marc, Histoire et pouvoir d’une grande école. HEC, Paris, Robert Laffont, 1988.

Ott Florence, La Société industrielle de Mulhouse, 1826-1876. Ses membres, son action, ses réseaux, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1999, (sur l’école de chimie de Mulhouse).

Ott Florence, La Société industrielle de Mulhouse au temps de l’Empire allemand, Mulhouse, Société industrielle de Mulhouse, 2004, (idem).

Paul Harry W., From Knowledge to Power. The Rise of the Science Empire in France. 1860-1939, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

Picon Antoine, « Les années d’enlisement. L’École polytechnique de 1870 à l’entre-deux-guerres », dans Belhoste Bruno, Dahan-Dalmedico Amy, et Picon Antoine (dir.), La Formation polytechnicienne 1794-1894, Paris, Dunod, 1994, p. 143-179.

Ramunni Girolamo, et Savio Michel, 1894-1994. Cent ans d’histoire de l’École supérieure d’électricité, Paris, Saxifrage, 1995.

Ribeill Georges, « Profils des ingénieurs civils au xixe siècle. Le cas des centraux », dans Thépot André (dir.) L’Ingénieur dans la société française, Paris, Éditions ouvrières, 1985, p. 111-125.

Ribeill Georges, « Des ingénieurs civils en quête d’un titre : le cas de l’École des Ponts et Chaussées (1851-1934) », dans Grelon André (dir.), Les Ingénieurs de la crise. Titre et profession entre les deux guerres, Paris, Éditions de l’EHESS, 1986, p. 197-209.

Ringer Fritz, Education and Society in Modern Europe, Bloomington, Indiana University Press, 1979.

Rollet Laurent, « L’ENSIC et ses partenaires industriels : le prisme de la Fondation scientifique des Industries chimiques (1920-1960) », dans Rollet Laurent, et Choffel-Mailfert Marie-Jeanne (dir.), Aux origines d’un pôle scientifique : faculté des sciences et écoles d’ingénieurs à Nancy du Second Empire aux années 1960, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2007, p. 165-232.

Shinn Terry, « The French Science Faculty System, 1808-1914 : Institutional Change and Research Potential in Mathematics and the Physical Sciences », Historical studies in the physical sciences, 1979, p. 271-332.

Shinn Terry, Savoir scientifique et pouvoir social. L’École polytechnique 1794-1914, Paris, Presses de la FNSP, 1980.

Shinn Terry, « From “Corps” to “Profession” : the Emergence and Definition of Industrial Engineering in Modern France », dans Fox Robert et Weisz George (dir.), The Organization of Science and Technology in France 1808-1914, Cambridge-Paris, Cambridge University Press-Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1980, p. 183-208.

Shinn Terry, « Des sciences industrielles aux sciences fondamentales. La mutation de l’École supérieure de physique et de chimie (1882-1970) », Revue française de sociologie, XXII, 1981, p. 167-182.

Sirinelli Jean-François (dir.), L’École normale supérieure. Le livre du bicentenaire, Paris, PUF, 1994.

Smith Robert J., « The Social Origins of Students of École libre and Institut d’études politiques, 1885-1970 », History of Education, no 3, 1988, p. 229-238.

Ternier Annick et Grelon André, « Chronologie des ingénieurs (1744-1985) », dans Grelon A. (dir.), Les Ingénieurs de la crise. Titre et profession entre les deux guerres, Paris, Éditions de l’EHESS, 1986, p. 343-436.

Vincent Gérard, Sciences-Po, histoire d’une réussite, Paris, O. Orban, 1987.

Weiss John H., The Making of Technological Man. The Social Origins of French Engineering education, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1982.

Weiss John H., « Les changements de structure dans la profession d’ingénieur en France de 1800 à 1850 », dans Thépot André (dir.), L’Ingénieur dans la société française, Paris, Éditions ouvrières, 1985, p. 19-38.

Weisz George, The Emergence of Modern Universities in France, 1863-1914, Princeton, Princeton University Press, 1982.

10. Les grands corps de l’État et leurs débouchés

Beltran Alain, « Le corps des Mines et l’industrie des années 50 aux années 80 », dans Beltran A., Bouneau Christophe, Bouvier Yves, Varaschin Denis, et Williot Jean-Pierre (dir.), État et énergie xixe-xxe siècle, Paris, CHEFF, 2009, p. 217-257.

Brunot André et Coquand Roger, Le Corps des Ponts et Chaussées, Paris, CNRS Éditions, 1982.

Cardoni Fabien, Carré de Malberg Nathalie, et Margairaz Michel (dir), Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances, Paris, CHEFF, 2012.

Carré de Malberg Nathalie, « Le recrutement des inspecteurs des Finances de 1892 à 1946 », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 8, octobre-décembre 1985, p. 67-91.

Carré de Malberg Nathalie, « Entre service de l’État et besoins du marché : les inspecteurs des Finances, 1918-1939 » dans Baruch Marc Olivier et Duclert Vincent (dir.), Serviteurs de l’État : une histoire politique de l’administration française, 1875-1945, Paris, La Découverte, 2000, p. 339-358.

Carré de Malberg Nathalie, Le Grand État-major financier : les inspecteurs des Finances 1918-1946, Paris, CHEFF, 2011.

Carré de Malberg Nathalie, « Les fonctionnaires (civils) sous Vichy : essai historiographique », Histoire@ Politique. Politique, culture, société, no 2, septembre-octobre 2007, revue en ligne non paginée.

Chadeau Emmanuel, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économique, Paris, Économica, 1986.

Chadeau Emmanuel, « Les inspecteurs des Finances et les entreprises (1869-1968) », dans Lévy-Leboyer Maurice (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éditions ouvrières, 1979, p. 247-262.

Chagnollaud Dominique, Le Premier des ordres. Les hauts fonctionnaires xviiie-xxe siècle, Paris, Fayard, 1991.

Chapon Jean, « Ingénieurs d’État : l’exception française », dans Lesourne, Jacques (dir.), Les Polytechniciens dans le siècle. 1894-1994, Paris, Dunod, 1994, p. 321-343.

Charle Christophe, « Naissance d’un grand corps. L’inspection des Finances à la fin du 19e siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, no 42, 1982, p. 3-17.

Charle Christophe, « Le pantouflage en France (vers 1880-vers 1980) », Annales Économies, sociétés et civilisations, no 5, septembre-octobre 1987, p. 1115-1137.

Chartier Roger, « Un recrutement scolaire au xviiie siècle : l’École royale du Génie de Mézières », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 20, juillet-septembre 1973, p. 353-375.

Chatzis Konstantinos et Ribeill Georges, « L’espace des carrières des ingénieurs de l’équipement dans le public et le privé (1800-2000) », Revue française d’administration publique, no 116, 2005, p. 651-670.

Cohen Élie, « Formation, modèles d’action et performance de l’élite industrielle : l’exemple des dirigeants issus du corps des Mines », Sociologie du travail, XXX-4, 1988, p. 587-614.

Friedberg Erhard et Desjeux Dominique, « Fonctions de l’État et rôle des grands corps : le cas du corps des Mines », Annuaire international de la fonction publique, 1971-1972, p. 567-585.

Garçon Anne-Françoise et Belhoste Bruno (dir.), Les Ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2012.

Gautier François, Les Ingénieurs du Génie maritime de 1810 à 1930, mémoire de maîtrise (dir. Maurice Lévy-Leboyer), université Paris X-Nanterre, 1973.

Grevet Jean-François, « Des turbines au Plan : la Marine au service de l’économie dirigée ou les ambitions des ingénieurs du Génie maritime à la direction des Industries mécaniques et électriques (1940-1944) », dans Barrière Jean-Paul et Ferrière Le Vayer Marc de (dir.), Aéronautique, marchés, entreprises. Mélanges en mémoire d’Emmanuel Chadeau, Douai, Pagine, 2004, p. 473-513.

Grunberg Gérard, « L’École polytechnique et “ses” grands corps », Annuaire international de la fonction publique, 1973-1974, p. 383-407.

Joly Hervé, L’Appartenance aux grands corps comme filière d’accès au sommet des grandes entreprises, mémoire de DEA (dir. Christophe Charle), EHESS/ENS, 1989.

Joly Hervé, « Die Ingénieurs du corps des Mines und die Bergassessoren. Ein Vergleich industrieller Eliten », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, no 1, 1993, p. 45-68.

Joly Hervé, « Les ingénieurs du corps des Ponts et chaussées dans les compagnies électriques : la nationalisation avant la nationalisation ? », dans Barjot Dominique et Morsel Henri (dir.), Stratégies, gestion, management. Les compagnies électriques et leurs patrons (1895-1945), Paris, Association pour l’histoire de l’électricité en France, 2001, p. 425-441.

Joly Hervé, « Les ingénieurs du corps des Mines dans les entreprises au xxe siècle », dans Garçon Anne-Françoise et Belhoste Bruno (dir.), Les Ingénieurs des Mines : cultures, pouvoirs, pratiques, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2012, p. 183-198.

Kessler Marie-Christine, Le Conseil d’État, Paris, A. Colin, 1968.

Kessler Marie-Christine, Les Grands Corps de l’État, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986.

Kessler Marie-Christine, « L’évasion des membres du Conseil d’État vers le secteur privé », dans Chevalier Jacques (dir.), Le Droit administratif en mutation, Paris, PUF-CURAP, 1993, p. 121-149.

Lalumière Pierre, L’Inspection générale des Finances, Paris, PUF, 1959, p. 67-91.

Langlet Gérard, Les Ingénieurs des Ponts et Chaussées, 1880-1930, mémoire de maîtrise (dir. Maurice Lévy-Leboyer), université Paris X-Nanterre, 1973.

Oppenheimer Ghislaine, Les Intouchables. Grandeur et décadence d’une caste : l’inspection des Finances, Paris, Albin Michel, 2004.

Picon Antoine, L’Invention de l’ingénieur moderne. L’École des Ponts et Chaussées 1747-1851, Paris, Presses de l’École nationale des Ponts et Chaussées, 1992.

Rongère Paulette, La Cour des comptes, thèse de 3e cycle d’études politiques, Fondation nationale des sciences politiques, 1963.

Rouban Luc, « L’Inspection générale des Finances 1958-2000. Quarante ans de pantouflage », Cahiers du CEVIPOF, no 31, septembre 2002.

Rouban Luc, « Les inspecteurs des Finances entre public et privé », dans Azimi Vida (dir.), Les Élites administratives en France et en Italie, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2007, p. 209-224.

Serman William, Les Origines des officiers français : 1848-1870, Paris, Publications de la Sorbonne, 1979.

Smit Jr. Cecil O., « The Longest Run : Public Engineers and Planning in France », American Historical Review, vol. 95, juin 1990, p. 657-692.

Thépot André, Les Ingénieurs des mines du xixe siècle. Histoire d’un corps technique d’État. 1810-1914, Paris, ESKA-IDHI, 1998.

Thépot André, « Les ingénieurs du corps des Mines, le patronat et la seconde industrialisation », dans Lévy-Leboyer Maurice (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éditions ouvrières, 1979, p. 237-247.

Weiss John H., « Les ingénieurs des Ponts et Chaussées et leurs subordonnés au xixe siècle », dans Belhoste Bruno, Dahan-Dalmedico Amy, Pestre Dominique, et Picon Antoine (dir.), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Economica, 1995, p. 75-86.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search