Version classiqueVersion mobile

Diriger une grande entreprise au XXe siècle

 | 
Hervé Joly

Partie II. Trajectoires des dirigeants

Chapitre VI. Reproduction, reconversions et ascensions sociales

Texte intégral

  • 1 Le vocable « managers » suggère une qualité de professionnels des affaires que tous les non-hériti (...)
  • 2 Thomas Philippon, Le Capitalisme d’héritiers : la crise française du travail, Paris, Le Seuil, 200 (...)
  • 3 On cherche vainement dans leur article un tableau récapitulatif des origines sociales. On doit se (...)

1Il y a deux manières d’appréhender l’origine sociale des dirigeants qui ne sont pas des héritiers du capital, ou du moins de leur fonction (supra chapitre II), qu’on peut regrouper pour faire simple dans la catégorie des « managers1 ». On peut d’abord considérer qu’ils devraient, dans une société égalitaire et méritocratique, avoir des origines qui se répartiraient équitablement dans les différents milieux sociaux de la société de leur époque… et donc être issus majoritairement des milieux populaires, minoritairement des couches moyennes et marginalement des milieux supérieurs. Le résultat est attendu : ce schéma ne correspond pas du tout à la pratique et il est alors très facile, dans un registre de déploration sur les inégalités sociales, de constater les écarts considérables entre l’idéal et la réalité. Une autre approche, moins pessimiste ou négative, consiste à se dire que les entreprises ne sont après tout soumises à aucune contrainte légale, voire même politique ou morale, quant à l’ouverture sociale de leur recrutement : dans la mesure où il s’agit de sociétés privées pour lesquelles il est admis que la propriété, qu’elle soit concentrée ou dispersée, se transmet par héritage, l’héritage des fonctions de mandataires de ces actionnaires pourrait aussi être la norme. Or, nous avons constaté que l’héritage stricto sensu, s’il restait un facteur important dans la dévolution de fonctions dirigeantes même dans de grandes entreprises aux origines souvent anciennes et à forte intensité capitalistique, n’expliquait pas la majorité des recrutements (seulement 63 sur 193 titulaires – en comptant les héritages par l’intermédiaire d’entreprises tierces, supra chapitre III). L’héritage pourrait toutefois ne jouer qu’un rôle indirect : les autres dirigeants seraient des héritiers au sens élargi de Pierre Bourdieu ou plus récemment de l’économiste Thomas Philippon2. Pour ces auteurs, on n’a pas seulement transmission directe des fonctions au sein d’une même famille – ce qui peut s’avérer non fonctionnel au regard des exigences économiques de l’entreprise (absence possible de descendants par le sang ou par alliance en âge, compétents ou intéressés à reprendre la fonction) –, mais un simple brassage au sein d’une même « classe dominante ». On ne privilégie pas nécessairement les seuls descendants, mais, en tenant mieux compte des disponibilités, des compétences et des intérêts, on se transmet les fonctions au sein d’un même « petit monde » qui habite les mêmes quartiers, envoie ses enfants dans les mêmes établissements scolaires ou fréquente les mêmes cercles mondains. Le brassage s’effectue d’abord dans le champ économique : les dirigeants sont simplement des héritiers de familles déjà implantées dans le monde des affaires, à défaut de l’être dans leur entreprise. Mais l’échange peut se faire aussi avec d’autres élites, dans le cadre notamment d’une circulation entre les fonctions étatiques et privées, non plus pour une même personne comme dans le chapitre précédent, mais entre deux générations. Le père est par exemple un haut fonctionnaire civil ou militaire, appartenant éventuellement aux grands corps, et le fils n’a effectué qu’une réorientation au sein de la classe dominante, par simple reconversion de capitaux sociaux hérités. C’est en gros le tableau que dressent – au-delà des résultats statistiques sommaires qu’ils fournissent3 – Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin dans leurs analyses sur le recrutement d’un « patronat français » (les PDG des grandes entreprises en fait) des années 1950 à 1970 très largement issu d’une « classe dominante », à la définition il est vrai extensive. Dans ce cas, l’opposition héritiers-managers n’a effectivement qu’une portée sociale limitée : elle n’est qu’une répartition technique de la dévolution des fonctions dirigeantes au sein de la classe dominante, entre transmission directe aux descendants et délégation à d’autres prétendants d’un même « petit monde ». On associe des compétences nouvelles sans pour autant ouvrir le jeu socialement. Si l’on considère cet héritage élargi comme la norme du recrutement dirigeant, tout ce qui peut s’en éloigner plus ou moins apparaît alors comme une forme d’ouverture sociale. Le bilan pourrait alors être plus nuancé, à condition d’adopter une définition plus restrictive de la « classe dominante ». Il convient donc de distinguer les simples reconversions dans les élites, qu’elles soient au sein du monde des affaires ou en provenance d’autres sphères sociales, des autres origines, populaires, moyennes et même supérieures, qui impliquent toutes une part plus ou moins grande d’ascension sociale.

  • 4 La variable origine sociale n’avait pas pu être traitée de manière systématique dans H. Joly, Patr (...)
  • 5 Les mormons américains ont financé à des fins religieuses depuis une cinquantaine d’années un micr (...)

2Un traitement empirique sur l’origine sociale pose quelques difficultés pour les populations étudiées. Les effectifs assez faibles, surtout si l’on raisonne par générations pour mesurer les évolutions dans le temps, font que le classement, nécessairement en partie arbitraire, de tel ou tel dirigeant dans une catégorie ou une autre peut faire varier sensiblement les pourcentages obtenus. L’indicateur généralement utilisé parce que le plus disponible, la profession du père, n’est pas toujours très satisfaisant. À la différence de l’Allemagne où elle n’est guère accessible4, cette variable peut être connue à peu près systématiquement en France par l’accès aux actes de naissance, facilité par la multiplication récente des mises en ligne de l’état-civil par les archives départementales ou municipales que l’historien doit aux mormons5 et à la vogue de la généalogie ; depuis la nouvelle loi sur les archives du 15 juillet 2008, le délai a été réduit de 100 à 75 ans, sans même de restriction pour les personnes vivantes. Mais l’indication fournie peut être assez vague (« employé », « commerçant », « rentier », etc.), et surtout ne pas refléter l’ascension professionnelle ultérieure du père. Ce n’est qu’avec d’autres sources, comme la base de données en ligne « La famille polytechnicienne » pour les nombreux anciens élèves de cette école, ou la notice dans le Who’s who in France pour les plus jeunes, qu’on peut avoir une information plus tardive. Si, en dehors des milieux populaires, la mère est généralement mentionnée comme « sans profession » dans les actes de naissance, les données manquent pour appréhender son niveau socio-culturel souvent déterminant dans la formation d’un enfant. De manière générale, il serait important, au-delà de la seule profession du père, de raisonner sur la position sociale de l’ensemble de la lignée, à partir d’informations sur la profession des grands-pères, ou éventuellement d’oncles par exemple. Mais, à l’exception de familles aristocratiques ou bourgeoises répertoriées dans des généalogies, on ne peut la connaître facilement que lorsque ceux-ci figurent comme témoins dans l’acte de naissance. La diversité des origines géographiques à l’échelle nationale et le nombre des personnes concernées ne permettent pas de faire les nombreuses recherches qui seraient nécessaires pour avoir des informations plus complètes (actes d’état-civil des ascendants, contrats de mariage, déclarations de succession des parents, etc.). Enfin, la comparaison avec des études d’origine sociale sur d’autres populations est souvent difficile dans la mesure où les données amalgamées présentées se réfèrent à des catégories qui ne sont pas construites de la même manière selon les auteurs.

3La question de l’origine sociale ne se pose par définition pas pour les héritiers qui ont hérité leur fonction généralement de leur père, ou du moins d’un membre de leur famille. Il faut insister sur l’importance qu’il y a, à l’encontre de nombreuses études antérieures comme celles aussi opposées par ailleurs de Maurice Lévy-Leboyer et de Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin, à dissocier dans les traitements les populations d’héritiers de l’entreprise des autres dirigeants : même s’il ne faut bien sûr pas en faire des catégories étanches, il est tout de même possible de considérer qu’un nombre donné de postes est occupé par des non-héritiers de leur fonction principale, et que la question de l’origine sociale, de même que celle de la formation et la carrière, se pose pour eux de manière spécifique.

  • 6 Notice dans Roland Drago, Jean Imbert, François Monnier, Jean Tulard (dir.), Dictionnaire biograph (...)
  • 7 Notice Dictionnaire de biographie française, vol. VII, p. 323. Voir également Jean Rivoire, Le Cré (...)
  • 8 Il n’entre pas dans mon propos de faire le tri entre « vraie » et « fausse noblesse » comme le fai (...)
  • 9 D’après l’acte de naissance dont il est témoin.

4Il faut juste faire un sort à part aux héritiers par alliance (13 cas) pour lesquels l’héritage n’intervient qu’à l’occasion du choix du conjoint ; la question de leurs origines sociales à la naissance peut là se poser. Mais leur marché matrimonial apparaît très étroit… Le cas le plus net est celui du comte Emmanuel de Mitry, gendre de François de Wendel, qui appartenait déjà à la dynastie de Wendel par sa mère née de Gargan et épouse une cousine au troisième degré ; son père était polytechnicien et capitaine de régiment d’artillerie. Fernand de Saintignon (Aciéries de Longwy), qui épouse la petite-fille du fondateur de Longwy et de la Sauvage, dispose aussi d’un titre nobiliaire (comte). Le baron Georges Brincard (Châtillon-Commentry), gendre du fondateur du Crédit lyonnais Henri Germain, est le fils d’un maître des requêtes au Conseil d’État suspendu en 18706, descendant en ligne paternelle d’un militaire anobli pour ses états de service sous le Premier Empire7. Deux gendres Pavin de Lafarge appartenaient au moins à une noblesse plus (Jean Waubert de Genlis) ou moins (René Peschart d’Ambly) d’apparence8, avec des pères officiers, lieutenant de chasseurs à Saumur à la naissance pour le premier – le grand-père maternel étant notaire9 –, polytechnicien et chef d’escadron d’artillerie pour le second – le grand-père paternel également polytechnicien étant, lui, membre du corps des Mines, avec le grade d’inspecteur général à la fin de sa carrière.

  • 10 Avec 164 titres sur 2 925 ; Alain Baudant, « Propriété, direction et idéologie de l’entreprise Pon (...)
  • 11 Sur Donat Agache (1804-1857), voir Frédéric Barbier, Le Patronat du Nord sous le Second Empire : u (...)
  • 12 Sur la dynastie des Barrois, voir ibid., p. 83-85.
  • 13 Michel Hau, Nicolas Stoskopf, Les Dynasties alsaciennes, Paris, Perrin, 2005.

5Le père de Marcel Paul, gendre de Camille Cavallier depuis 1906, était lui-même très lié comme notaire à Nancy à l’entreprise Pont-à-Mousson : c’est lui qui aurait enregistré les statuts des sociétés et il est devenu un actionnaire important (5,6 % en 190110) Autres alliances à forte endogamie sociale dans le Nord, Édouard Agache, fils du fondateur de la dynastie textile de Lille (filatures de lin et tissage de toiles11) épouse une fille du chimiste Frédéric Kuhlmann ; le médecin Théodore Barrois, héritier d’une autre dynastie du coton et fils d’un filateur de Fives, membre de la chambre de commerce et adjoint au maire de Lille12, qui épouse une petite-fille du même. En Alsace, Émile Dollfus (Alsacienne), fils d’un grand industriel de Mulhouse (lui-même héritier de l’entreprise textile Dollfus, Mieg & Cie fondée par son grand-père, dirigeant de sa propre filature Dollfus & Mantz, inamovible président de la Société industrielle de Mulhouse de 1864 à 1911 et à la tête du Syndicat des industries cotonnières de l’Est à partir de 1869) est également classé comme héritier pour avoir épousé la nièce de l’un de ses prédécesseurs à la présidence, Camille de Lacroix, elle-même fille d’un assureur de Mulhouse13. Richard Baumgartner, fils d’un grand chirurgien parisien issu d’une famille industrielle, était déjà ingénieur depuis deux ans de la filiale Nord-Lumière lorsqu’il a épousé la fille du patron du groupe, Ernest Mercier en 1935, comme l’avait fait cinq ans plus tôt son frère aîné Wilfrid avec la sœur.

  • 14 Sur Pierre Puiseux (1855-1928), voir notamment la notice dans E. Curinier, Dictionnaire national d (...)
  • 15 Sur Victor Puiseux (1820-1883), voir notamment la biographie consultable en ligne, scienceworld.wo (...)
  • 16 A. Jemain, Michelin…, op. cit., p. 102-103.

6Plus surprenante est l’alliance en 1921 d’une fille d’Édouard Michelin avec Robert Puiseux, fils d’un astronome de renom à l’Observatoire de Paris, auteur d’un atlas photographique de la lune14 et petit-fils du mathématicien et astronome également15, tous deux membres de l’Académie des sciences. Le gendre aurait comme ses ascendants – son grand-père a laissé son nom à une pointe dans le massif du mont Pelvoux – une passion pour la montagne qui serait à l’origine de sa rencontre avec la famille Michelin16. Enfin, Frédéric-Georges Herr (Peugeot) et Émile Heurteau (Marine) sont plus banalement des enfants de la bourgeoisie moyenne de province – un père médecin dans le Haut-Rhin pour le premier, un avocat d’Orléans pour le second – qui doivent surtout leurs alliances avec respectivement une fille Peugeot et Solacroup (Paris-Orléans) à leur statut de polytechniciens, artilleur pour le premier et mineur pour le second.

  • 17 De son vrai nom Liliane Chapiro-Volpert ; voir la brève notice biographique dans René Jeanne, Char (...)

7De manière plus anecdotique, la veuve Schneider qui succède en 1960 à son défunt mari à la gérance était bien issue d’un mariage « hors norme » dans ce milieu en tant qu’ancienne actrice de cinéma, vedette du cinéma muet (Lilian Constantini17) – Charles l’avait rencontrée alors que, chassé par son père de l’entreprise familiale, il dirigeait la Gaumont –, mais elle n’est pas issue d’un milieu populaire : son père serait un ingénieur russe réfugié en France et sa mère la fille de Jules Guesde…

  • 18 Dans un cas, Georges Vésier (CFM), l’acte de naissance comme l’acte de mariage indique « né de pèr (...)

8Qu’en est-il des non-héritiers ? De quels milieux sont-ils issus ? La diversité est-elle plus grande que chez les gendres ? L’entreprise est-elle socialement plus ouverte que les familles patronales ? Quel chemin ont-ils parcouru pour arriver au sommet de la hiérarchie patronale ? La profession du père est connue pour l’ensemble des dirigeants non-héritiers d’origine française (124 individus18 résultat exceptionnel dans ce type d’études rendu possible par le caractère restreint du corpus. En plus d’une répartition classique entre les catégories sociales habituelles – milieux populaires (ouvriers, employés subalternes, paysans sans propriété importante, artisans, boutiquiers, etc.), classes moyennes (employés de bureau, instituteurs, commerçants, petits entrepreneurs, etc.) et classes supérieures –, une répartition plus fine a donc été établie au sein de ces dernières, dont le poids serait sinon écrasant. On y distingue ceux dont le parcours représente une certaine ascension sociale de ceux qui ne font guère plus que reproduire le statut paternel (père appartenant déjà aux élites des affaires comme dirigeant manager ou propriétaire d’une entreprise importante) ou reconvertir son statut élevé dans un autre domaine (père appartenant à d’autres élites administratives, militaires, politiques, libérales, artistiques, etc. et doté d’une certaine notoriété dans son milieu). Entre la catégorie « simplement supérieure » et la catégorie « reconversion », le clivage peut traverser des professions identiques : au fils d’un grand professeur de médecine s’oppose celui d’un médecin de ville ou de campagne, à celui d’un avocat parisien d’origine aristocratique celui d’un avocat de province, à celui d’un polytechnicien celui d’un ingénieur des Arts et Métiers, à celui d’un général celui d’un capitaine, etc. La répartition entre les catégories présente parfois un caractère inévitablement arbitraire.

Origine sociale des dirigeants non-héritiers du capital selon leurs générations

Catégorie d’origine

1880 et avant

1881-1900

Après 1900

Total

Reproduction

6 (10 %)

6 (14 %)

4 (17 %)

16 (13 %)

Reconversion

8 (14 %)

13 (30 %)

4 (17 %)

25 (20 %)

Supérieure

14 (24 %)

11 (26 %)

7 (30 %)

32 (26 %)

Moyenne

18 (31 %)

11 (26 %)

8 (35 %)

37 (30 %)

Populaire

12 (21 %)

2 (5 %)

0 (0 %)

14 (11 %)

Total

58 (100 %)

43 (100 %)

23 (100 %)

124 (100 %)

9Les résultats peuvent être lus de deux manières. D’un côté, la part de ceux qui relèvent d’une reproduction ou reconversion à l’intérieur des élites, c’est-à-dire qui sont issus d’une fraction très étroite de la population (de l’ordre de 1 %) est importante, avec plus d’un tiers des managers (41 sur 124). À l’inverse, ceux issus des milieux populaires (soit, pour les générations concernées, au moins 90 % de la population) représentent moins d’un manager sur huit (14). Mais, d’un autre côté, la grande entreprise reste, d’une part, un univers d’ascensions sociales possibles, d’une ampleur souvent importante, des milieux populaires ou moyens jusqu’au sommet de la hiérarchie sociale. D’autre part, à l’intérieur des élites, il existe un fort brassage, avec de nombreuses reconversions en provenance de champs étrangers au monde des affaires.

La reproduction au sein du monde des affaires

  • 19 Sa sœur, Marie, avait épousé Victor de Lacroix, frère de Camille, président du conseil de surveill (...)
  • 20 Notamment Édouard père et fils et Gustave en 1900 et Rodolphe en 1911 ; actes de société Peugeot, (...)
  • 21 M. Hau, N. Stoskopf, Les Dynasties alsaciennes, op. cit., p. 275-277.

10La reproduction au sein du monde des affaires n’est, avec 16 cas relevés, pas si fréquente, hors les cas de transmission directe des fonctions. La frontière entre les deux n’est d’ailleurs pas toujours très nette. Pierre Schweisguth (administrateur délégué de l’Alsacienne) ne peut certes pas être considéré comme un héritier direct : son père était un ancien manufacturier, administrateur de sociétés d’assurances, mais il appartenait aussi à une grande famille alsacienne alliée à plusieurs dirigeants de l’entreprise comme Camille de Lacroix ou Émile Dollfus19. De même, Isaac Koechlin, fils d’un industriel tisseur d’Audincourt (Doubs), près de Montbéliard, n’est pas un héritier stricto sensu des Automobiles Peugeot, mais ces deux familles protestantes de l’Est sont associées de longue date. Il y a eu plusieurs alliances matrimoniales, dont celle d’Eugène Peugeot, le père des trois frères qui reprennent l’entreprise à leur oncle Armand, avec une Koechlin d’une autre branche (Marie-Hélène). Plusieurs Koechlin sont actionnaires minoritaires dès l’origine20 ; d’autres font des carrières de cadres chez Peugeot21.

  • 22 Renseignements transmis par Serge Chassagne. L’acte de naissance de René-Paul indique comme profes (...)
  • 23 Sur l’entreprise Daum, voir Christophe Bardin, Daum, 1878-1939 : une industrie d’art lorraine, Met (...)

11Ces « reproductions » n’excluent pas une certaine ascension professionnelle : les dirigeants étudiés ont des positions plutôt plus élevées que leur père. Celui-ci pouvait n’avoir qu’une activité économique d’importance locale ou régionale. Le père de Théodore Laurent (patron de Marine) était banquier et négociant en gros de cognac à Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime). René-Paul Duchemin (président de Kuhlmann) était issu de la bourgeoisie d’affaires rouennaise : son père était un filateur marié à Henriette Powell, une famille de constructeurs de machines à vapeur d’origine anglaise22. Le père de Léon Daum (directeur général de Marine) était gérant à Nancy des cristalleries éponymes fondées par le grand-père, ancien notaire. L’entreprise est très célèbre, mais n’a pas une importance économique comparable à celle d’un grand groupe sidérurgique23. Auguste Daum (1853-1909) était un notable local président du tribunal de commerce de la ville ; son fils Léon était, même s’il est resté le second de l’inamovible Théodore Laurent, une figure importante du patronat national, devenu en 1952 le représentant français à la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA).

  • 24 Centre des archives de l’armement, Châtellerault, 210 00 03 16 4 (carton no 511), notice nécrologi (...)
  • 25 En 1933, il est directeur de la Société des minerais lorrains ; Association amicale des anciens él (...)
  • 26 Voir sa biographie dans Christophe Charle, Eva Telkès, Les Professeurs de la faculté des Sciences (...)
  • 27 Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, Paris, éd. 1924.
  • 28 Voir les nombreuses évocations dans Alya Aglan, Michel Margairaz, Philippe Verheyde (dir.), La Cai (...)
  • 29 Anne de Caumont, Un prince des affaires, Paris, Grasset, 1997, p. 14-17.
  • 30 Alain Plessis, « Au service des “intérêts généraux du commerce” (de 1848 à la fin des années 1880) (...)

12D’autres pères ont détenu des positions de responsabilité dans des grandes entreprises sans appartenir toutefois au premier cercle des grands patrons. Celui de Jacques Level (administrateur délégué d’AFC), était à la naissance de son fils, à l’âge de 38 ans, « chef du contentieux aux chemins de fer de Lyon », une fonction importante qui n’en a pas fait ensuite un dirigeant de la grande Compagnie des chemins de fer du PLM. Le père de Régis Payan (directeur général de Rhône-Poulenc) avait, en tant qu’ancien capitaine d’artillerie de marine, fait carrière dans le groupe Thomson, et notamment dans la filiale Société financière électrique. C’est d’ailleurs dans ce groupe ingénieur où son père « comptait de nombreux amis24 » que Régis commence, à son départ de l’administration des Poudres, sa carrière en entreprise. Mais, en 1941, il rejoint Rhône-Poulenc pour devenir le principal collaborateur de Marcel Bô, directeur général adjoint à l’époque. Le père de Jean-Paul Tannery (directeur général de Lorraine-Escault), ingénieur civil des Mines de Paris comme lui (promotion 1903), a fait une carrière de son second rang dans les mines de fer de Lorraine25. Son grand-père paternel, Jules (1848-1910), ancien élève de l’école normale supérieure (ENS), était en revanche un mathématicien de renom, professeur à la faculté des sciences de Paris et sous-directeur de l’ENS26. Son oncle paternel, Jean-Samson (1878-1939), conseiller référendaire à la Cour des comptes, a été directeur de la Comptabilité publique au ministère des Finances27, puis directeur général de la Caisse des dépôts de 1925 à 193528. Le père d’Ambroise Roux (PDG de la CGE), André (1886-1969), issu d’une famille de fonctionnaires, avait commencé sa carrière avant la première guerre mondiale comme administrateur du journal L’Auto, avant de devenir le principal collaborateur de Jean Prouvost à la tête de ses affaires de presse : le jeune Ambroise connaissait ainsi « le nom de ceux qui font le Tout-Paris de la fin des années 3029 ». Il disposait par ailleurs d’autres atouts : sa famille maternelle, les Marcilhacy, appartenait à la bourgeoisie parisienne aisée. L’arrière-grand-père, marchand de soieries en gros, était secrétaire de la chambre de commerce de Paris et président de l’Association générale du commerce et de l’industrie des tissus et matière textiles30. Les Marcilhacy étaient également doublement apparentés aux Poulenc : deux grands-tantes d’Ambroise avaient épousé Gaston et Camille Poulenc, fils et dirigeants du fondateur de l’entreprise pharmaceutique. C’est d’ailleurs à la présence maintenue de descendants Poulenc à la direction de Rhône-Poulenc qu’Ambroise doit en 1950 une première brève expérience en entreprise, avant de retourner quatre ans dans l’administration comme directeur de cabinet de Jean-Marie Louvel au ministère de l’Industrie. Au-delà de la seule carrière paternelle, il pouvait donc y avoir un ancrage plus large dans les élites.

13Il n’y a véritablement que deux cas où, à l’inverse, la position de l’ascendant est au moins équivalente à celle du descendant. Le père de Henri Sévène, Louis-Charles (1823-1883), a été directeur général de l’importante compagnie de chemins de fer du Paris-Orléans ; son fils a dirigé de 1907 à sa mort en 1917 ce qui n’était alors qu’une grosse entreprise régionale, la Société des usines du Rhône. Le père de Philippe Coste (éphémère directeur général des produits chimiques de Saint-Gobain en 1944-1945), Émile Gustave Alfred (1864-1945), était le directeur en titre et directeur général de fait, aux côtés du président Henry Darcy, des importantes Mines de Blanzy. Le fils, ingénieur du corps des Mines également, devient ensuite, après un passage comme ingénieur-conseil au gouvernement militaire de la zone française d’occupation en Allemagne, directeur général de la société minière Le Nickel. Cette exceptionnelle stabilité au plus haut niveau d’une génération à l’autre dans l’échelle professionnelle en entreprise s’appuie dans les deux cas sur une reproduction polytechnicienne dans les grands corps : le père Sévène était du corps des Ponts et Chaussées, le fils du corps des Manufactures de l’État (Tabacs) – les deux étaient d’ailleurs sortis au même rang de Polytechnique (28e) – ; les deux Coste appartiennent au corps des Mines.

Des reconversions entre déclassements et ascensions

  • 31 Voir sa notice dans Nath Imbert, Dictionnaire général des contemporains, Paris, Éditions Lajeuness (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 AP, 072-13-29961, PV CA AFC, séance du 30 juin 1924.

14Les reconversions à partir d’autres élites ne sont nombreuses (25 cas recensés) que si l’on en adopte une définition large. Si on se limitait aux personnalités importantes dans leur milieu, bénéficiant d’une grande notoriété à leur époque, on ne trouverait que quelques cas. Dans ce premier cercle, le personnage le plus important est probablement le père de Jean Matter (1894-1975, directeur général de Pechiney de 1958 à 1960), Paul, qui a terminé sa carrière au sommet de la hiérarchie des magistrats du Parquet, comme procureur général près la Cour de cassation31. Lui-même était issu d’une lignée prestigieuse : son père, né à Strasbourg, était pasteur à Paris et professeur à la faculté de théologie protestante ; son grand-père, inspecteur général de l’instruction publique, était membre de l’Institut. Paul Matter, docteur en droit, diplômé et lauréat de l’École libre des sciences politiques, a commencé sa carrière comme avocat à Paris en 1887, avant de rejoindre la magistrature quelques années plus tard. Il est successivement substitut à Dreux, Melun (où son fils Jean né en 1894), Versailles, au tribunal de la Seine (1902) et à la cour d’appel de Paris (1911). En 1912, il devient directeur du Contentieux et de la Justice militaire au ministère de la Guerre, a en charge pendant la guerre le suivi au Parlement de toute l’organisation de la guerre et dirige l’administration de la justice militaire aux armées. Conseiller d’État en service extraordinaire, il est nommé en 1917 avocat général à la Cour de cassation. Passé à la chambre criminelle, à celle des requêtes puis à la chambre civile, dont il devient le président en 1928, il est désigné procureur général en décembre 1929. Il préside l’année suivante la commission de révision de la législation pénale. Comme juriste, il a, après une « thèse remarquée » de droit privé, mené une étude de droit public sur la dissolution des assemblées parlementaires et collabore régulièrement au Recueil Dalloz. Il se fait également connaître comme historien : il professe à l’École libre des sciences politiques le cours d’histoire constitutionnelle de l’Europe continentale à partir de 1913, et surtout publie plusieurs livres sur La Prusse et la Révolution de 1848 (1903), Bismarck et son temps (3 volumes, 1905-1908) ou Cavour et l’unité italienne (3 volumes, 1922-1927), ainsi qu’une biographie de Gambetta (1923). Ces ouvrages lui valent d’entrer à l’Académie des sciences morales et politiques. En 1936, le Dictionnaire général des contemporains estime que ce grand officier de la Légion d’honneur de 71 ans est « arrivé au faîte des honneurs32 ». Son fils Jean est entré chez Alais & Camargue en 1920 au laboratoire de Salindres (Gard). Ce jeune polytechnicien n’avait pas nécessairement besoin eu besoin de l’appui de son père pour, au lendemain de la guerre, obtenir un poste aussi ordinaire dans une grande entreprise française. Il est remarqué dès 1924 du conseil d’administration pour de « nombreux travaux sur les alliages d’aluminium33 », ce qui lui vaut d’être nommé attaché à la direction, puis directeur général de la filiale Société du duralumin.

  • 34 Notice dans Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, op. cit., éd. 1924.
  • 35 Portrait sur le site des Annales des Mines : www.annales.org/archives/x/mauricelevy.html.

15À un rang un peu moins prestigieux dans la magistrature se trouve le père de Raymond Berr (1888-1944, ingénieur du corps des Mines et directeur général de Kuhlmann) : Louis, docteur en droit et ancien bâtonnier, a terminé sa carrière comme conseiller à la cour d’appel de Paris34. Il avait été successivement procureur à Châteaudun, Melun, substitut et juge à Paris. Là encore, pas de lien direct entre la carrière juridique de l’un et la carrière technique de l’autre. C’est plutôt du côté maternel qu’il faut trouver un prolongement, avec un grand-père, Maurice Lévy (1838-1910), ingénieur des Ponts et Chaussées, mathématicien, auteur de travaux importants en géométrie et en mécanique, professeur au Collège de France et à l’École centrale et membre de l’Académie des sciences qu’il a présidée35.

  • 36 Voir sa biographie sur un site consacré à la flûte : etoileb.free.fr/flute/. Une thèse de musicolo (...)
  • 37 AN, Fontainebleau, 19771390, art. 168, dossier de carrière du corps des Mines.

16D’autres formes de reconversion complète sont celles de deux descendants d’artistes assez célèbres à leur époque. Jacques Taffanel (1875-1946, directeur général de Châtillon-Commentry de 1924 à sa mort accidentelle) était issu d’une famille de musiciens. Son grand-père était professeur de musique à Bordeaux. Son père, Claude-Paul (1844-1908), a pris ses premières leçons avec son père et donné son premier concert à l’âge de 10 ans. Il étudie ensuite au Conservatoire de Paris avec Louis Dorus qui introduisit en France la flûte de Boehm. En 1860, il obtient un premier prix de flûte au Conservatoire. Il devient premier flûtiste (1864-1896) puis chef d’orchestre (1890-1906) à l’Opéra de Paris, ainsi qu’à la Société des concerts du Conservatoire (1892-1901). Il a été professeur au Conservatoire, président de l’Association des artistes musiciens et est connu comme compositeur d’œuvres pour flûte et piano. Il est considéré aujourd’hui comme « le fondateur de l’école de flûte française qui sera à son apogée au milieu du xxe siècle36 ». Ses œuvres sont encore régulièrement éditées et jouées aujourd’hui. À sa mort en 1908, son fils était encore un jeune ingénieur du corps des Mines qui avait quitté l’année précédente le sous-arrondissement minéralogique de Saint-Étienne pour être détaché dans le Pas-de-Calais au service du Comité central des houillères de France : à la suite de la catastrophe de Courrières, il est chargé d’une « mission d’étude scientifique et pratique des questions concernant la sécurité dans les mines » et met en place la station d’essais de Liévin37. C’est à ce poste qu’il se fait connaître avant d’être chargé de diverses missions techniques pendant la guerre et de commencer en 1919 une carrière industrielle qui a échappé à son père.

  • 38 C.E. Curinier, Dictionnaire national des contemporains, Paris, Office général d’édition de librair (...)

17Le père d’Étienne Périlhou (1887-1978, PDG de Kuhlmann de 1946 à 1957) est un musicien de la même génération : Albert (1846-1936), élève de Saint-Saëns à l’école Niedermeyer, est organiste à Pézenas, professeur de piano au conservatoire de Lyon, avant, deux ans après la naissance de son fils, de devenir organiste à l’église Saint-Séverin à Paris. Ce proche de Gabriel Fauré se fait connaître comme compositeur de concertos et de morceaux pour orchestre. Ses œuvres, exécutées aux concerts Lamoureux et Colonne, rencontrent le grand public avec leurs mélodies populaires38.

  • 39 Who’s Who in France, op. cit., éd. 1969-1970.
  • 40 Références dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France (BnF).
  • 41 Voir également le catalogue de la BnF.

18On peut aussi relever trois cas de reconversion en provenance du monde universitaire ou scientifique. Le père de Jacques Dontot (1915-2001, directeur général de Thomson de 1960 à 1969), René, était normalien et agrégé de mathématique. Après une carrière en lycée, et notamment à Louis Le Grand, il est devenu en 1940 inspecteur général de l’instruction publique et a présidé de 1953 à 1961 le jury de l’agrégation de mathématiques39. Son fils, ancien élève de Louis Le Grand et d’Henri IV, n’était pas le plus mal placé pour réussir le concours de l’École polytechnique ; en revanche, il est probable que sa carrière industrielle ne doit pas grand-chose aux relations paternelles. Il en est de même pour Georges Hua (1893-1972, directeur général de la CGE de 1939 à 1958), fils de Henri, sous-directeur au Muséum d’histoire naturelle et auteur de différentes publications scientifiques en botanique40, ou pour Charles-Albert de Boissieu (1896-1981, gérant de Schneider de 1960 à 1965), fils d’un autre Henri, également botaniste, auteur à la même époque de travaux sur la flore chinoise ou indochinoise41, dont la carrière académique, non connue précisément, ne semble pas avoir été de premier plan.

  • 42 Voir, entre autres, Dictionnaire biographique français contemporain, 2e éd., Paris, Pharos, 1954.
  • 43 Non comptabilisé ici, car considéré, du fait de sa carrière préalable dans l’électricité et de la (...)
  • 44 Notices dans Dictionnaire biographique français contemporain et Who’s Who in France, éd. 1959-1960 (...)
  • 45 De manière étonnante, alors que sa carrière n’a rien en apparence d’exceptionnelle, il a, comme so (...)
  • 46 Olivier Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis des finances à la croisée des pouvoirs (190 (...)

19Deux pères appartenaient aux élites médicales. Le père de Jacques Moulonguet (DG de CFM), lui-même fils d’un avoué de Pau, oto-rhino-laryngologiste, chef de service à l’hôpital Boucicaut, est l’auteur de nombreuses publications scientifiques et membre de l’Académie de médecine42. Ses trois fils se sont répartis entre carrières médicale (médecin des hôpitaux de Paris), militaire (chef d’escadron) et industrielle. De même, le père des frères Wilfrid (PDG de Rhône-Poulenc de 1963 à 1973) et Richard (PDG de l’Alsacienne en 196543) Baumgartner, Amédée (1875-1973), était un chirurgien de renom44. Après des études de médecine dans la capitale, il était devenu chirurgien des hôpitaux de Paris. Auteur notamment d’un fascicule du Traité de chirurgie clinique et opératoire en 1913, il s’est particulièrement intéressé à la chirurgie pulmonaire. Membre de l’Académie de médecine et de l’Académie de chirurgie, il a présidé l’Association française de chirurgie. Là encore, il n’y a pas de lien direct entre cette brillante carrière médicale et la trajectoire professionnelle de ses deux fils, entrés l’un et l’autre dans deux grands corps administratifs (l’inspection des Finances et le Génie maritime) après leurs études à l’École libre des sciences politiques et l’École polytechnique. Leur passage dans les affaires, alors qu’un troisième frère, Philippe, reste dans la médecine comme généraliste consultant à Aix-les-Bains45, renoue toutefois avec la génération précédente : le père d’Amédée, d’une famille d’origine mulhousienne, était en effet filateur ; son beau-père, Paul Clamageran, figurait parmi les principaux armateurs du port de Rouen46 ; d’autres branches éloignées des Baumgartner étaient d’ailleurs par plusieurs mariages apparentées aux Koechlin, la famille du fondateur de l’Alsacienne.

  • 47 Voir la longue notice Marius Audin, Eugène Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Ly (...)

20Léon Molinos (président de Marine) s’inscrit dans une double filiation d’architectes. Son grand-père Jacques (1743-1831), architecte de la ville de Paris et inspecteur des bâtiments civils de la Seine, est le plus connu, comme auteur de divers bâtiments dans la capitale tels que le muséum d’histoire naturelle ou le marché Saint-Germain. Il a été élu membre de l’Académie des Beaux-Arts en 182947. Son fils Auguste s’est illustré dans la construction d’églises comme Saint-Marie-des-Batignolles (1929) ou Saint-Pierre et Saint-Paul à Fontenay-aux-Roses (1931).

  • 48 Titres relevés dans le catalogue de la BnF, qui en comporte 8 autres de 1900 à 1914.
  • 49 A. Jemain, Peugeot…, op. cit., p. 100.
  • 50 Odette Hardy-Hémery, Industries, patronat et ouvriers du Valenciennois pendant le premier xxe sièc (...)

21Deux patrons sont également des fils d’officiers supérieurs qui n’ont pas atteint le sommet de la hiérarchie militaire. Le père de Georges Desbrière (directeur général en 1938, PDG de 1956 à 1967 de la CFM devenue Tréfimétaux en 1962), Édouard, était chef d’escadron de cavalerie puis colonel. Il s’est surtout fait connaître par de nombreux travaux d’histoire militaire sur Le Blocus de Brest de 1793 à 1805 (1902), La Campagne maritime de 1805, Trafalgar (1907), La Cavalerie sous le Directoire (1910), etc48. Le père de Maurice Jordan (directeur général en 1941 puis PDG de Peugeot de 1964 à 1972), Eugène-Jules-Charles (1873-1964), était général de brigade, devenu aide de camp de Weygand49. Son grand-père, Samson Jordan, professeur titulaire du cours de métallurgie à l’École centrale pendant 37 ans50, était aussi administrateur de Denain-Anzin de 1873 à 1900, président de la filiale minière, vice-président du Comité des forges et membre de l’Institut. Son oncle, Robert, ingénieur civil des Mines de Paris (promotion 1898) également, était secrétaire général de Denain-Anzin.

  • 51 A. Jemain, Peugeot…, op. cit., p. 101.
  • 52 Daniel Henri, « Comptes, mécomptes et redressement d’une gestion industrielle : les Automobiles Pe (...)

22Tous ces hommes sont des héritiers au sens que le statut familial a bien entendu pesé sur leur réussite scolaire puis professionnelle. Mais ils sont des centaines voire des milliers chaque année dans le même cas. En l’état des informations recueillies, on ne repère pas, comme pour les héritiers du capital, un coup de pouce familial direct qui puisse expliquer que l’un plutôt que l’autre ait émergé au sommet d’une grande entreprise. Ce serait bien sûr les conseils du docteur Marcel Duvernoy, de Valentigney, beau-frère de Robert Peugeot, avec qui il est apparenté, que Maurice Jordan aurait présenté sa candidature à l’usine de Sochaux à sa sortie de l’École des mines en 192451. Mais cette ressource, si elle peut être à l’origine de l’embauche dans cette entreprise plutôt qu’une autre, n’explique pas à elle seule l’ascension rapide de ce jeune diplômé recruté comme ingénieur des prix de revient à la carrosserie, promu directeur de la comptabilité des usines du Doubs en 1927, secrétaire général adjoint de la Société anonyme des Automobiles Peugeot l’année suivante et directeur général adjoint dès 193352. De manière générale, son ascendance dans la grande bourgeoisie, marquée notamment par une scolarité à l’École des Roches, et son nom connu dans l’industrie ont dû l’aider à se faire remarquer et à se donner une légitimité pour l’exercice précoce de fonctions de responsabilité.

  • 53 Le vice-président est le véritable « chef du corps », le président étant le ministre de tutelle.
  • 54 Voir la longue notice nécrologique que lui consacre Maurice d’Ocagne, ingénieur des Ponts et Chaus (...)

23Plus directs sont les héritages entre polytechniciens membres des grands corps. De manière générale, la proportion de pères polytechniciens est spectaculairement élevée parmi les managers, avec onze dirigeants, alors que la probabilité statistique, avec des promotions d’environ 300 élèves par an, est très faible. Huit de leurs fils sont eux-mêmes polytechniciens, ce qui montre que le phénomène concerne autant le recrutement de l’École polytechnique en lui-même que celui du grand patronat. Parmi ces pères polytechniciens, on trouve des militaires, un du génie ayant fait ensuite une carrière d’ingénieur civil, et un autre de l’artillerie, au grade de chef d’escadron à son décès à 51 ans, mais aussi deux démissionnaires ayant fait carrière en entreprise. Il s’en trouve aussi six à avoir intégré les grands corps civils, les Mines (3), les Ponts et Chaussées (3) et les Manufactures de l’État (1). Si certains d’entre eux relèvent plutôt de la reproduction dirigeante examinée précédemment, ayant rejoint le monde des affaires pour y exercer des fonctions dirigeantes – cas déjà évoqués de l’ingénieur du corps des Mines Coste aux Mines de Blanzy, de l’ingénieur du corps des Ponts Sévène devenu directeur général de la Compagnie d’Orléans, de Georges Painvin, ingénieur du corps des Manufactures de l’État devenu industriel à Nantes (directeur des Ateliers et chantiers de la Loire), père de Georges-Jean, PDG d’Ugine –, d’autres ont fait toute leur carrière dans la haute administration de leur corps ; le « pantouflage » n’intervient qu’à la génération suivante avec leur fils… Le père d’André Vicaire (lui-même ingénieur du corps des Mines, directeur général de Schneider de 1930 à 1948), Eugène (1839-1901), a terminé sa carrière au sommet du corps des Mines, comme inspecteur général et vice-président du Conseil général des Mines de 1898 à sa mort53. Ingénieur en poste à Saint-Étienne puis à Paris, il a assuré le cours de chemins de fer à l’École des mines. Il s’est aussi fait connaître par ses travaux scientifiques dans des domaines divers de la mécanique et de l’astronomie notamment54. Le fils était encore ingénieur élève quand son père est décédé en 1901. Lui a fait le choix de quitter l’administration pour le privé très tôt, à 33 ans en 1909. Le père de Jacques Aguillon (président de Châtillon, lui-même « seulement » ingénieur civil des Mines de Paris), Louis (1842-1935), a lui aussi terminé sa carrière au sommet du corps des Mines comme inspecteur général et vice-président du Conseil général de 1903 à 1911. Il était également professeur de législation à l’École des mines de Paris depuis 1882. Deux autres dirigeants ont des pères qui ont fait carrière dans le corps des Ponts et Chaussées, finissant leur carrière au plus haut grade, comme inspecteurs généraux (Marie-Charles Xavier Boutteville, père de Roger, lui-même devenu ingénieur des Ponts quatre ans avant la mort en activité de son père, PDG de l’Alsacienne, et Antoine Perrin, père de Tony, juriste et directeur général des glaceries de Saint-Gobain). Ces reproductions-reconversions concernent donc surtout le recrutement de l’École polytechnique et des grands corps ; leur effet sur le recrutement des dirigeants d’entreprise n’est qu’indirect ; aucun lien précis ne peut être établi entre fonction paternelle et carrière du fils.

24On peut ajouter à cette liste de reconversions élitaires les cas, moins nets, de descendants de la noblesse dont les pères n’avaient pas des positions sociales de premier plan : outre le comte Charles-Albert de Boissieu, fils déjà évoqué d’un botaniste, on relève :

  • Amaury, comte Villardy de Montlaur (cofondateur et président de l’Électro-chimie), d’une famille de rentiers propriétaires de Montpellier ;
  • Henry de Nanteuil de la Norville (PDG de Denain-Anzin), fils d’un receveur particulier des Finances à Cherbourg, et petit-fils d’un administrateur adjoint des messageries royales, lequel grand-père portait, à la différence semble-t-il de ses descendants, un titre de baron ;
  • Raoul, comte de Vitry d’Avaucourt (PDG de Pechiney), fils du comte Marie-Hyacinthe-Fernand, « officier de cavalerie » (grade non connu) et de Marie-Elisabeth-Louise de Louvencourt ;
  • Étienne, baron de Lassus-de-Saint-Geniès (PDG de Thomson), fils du baron Henri, avocat, et d’Alice Boissonnet de la Touche.

25La présence de l’aristocratie parmi ces managers, sans être massive, est donc non négligeable ; elle illustre ainsi les reconversions possibles d’élites traditionnelles dans le monde des affaires.

  • 55 Alphonse Jouven n’apparaît pas ni dans les différents dictionnaires des architectes ni dans la bas (...)

26Par ailleurs, dans la bourgeoisie, d’autres cas sont à la frontière entre reconversion au sein des élites et relative promotion sociale : on peut citer ainsi les fils d’un magistrat, qui ne semble pas avoir atteint les sommets de la hiérarchie judiciaire (Paul Toinet, directeur général des produits chimiques de Saint-Gobain), d’un commissaire-priseur parisien (Louis Marlio, administrateur délégué d’AFC) ou d’un architecte parisien qui ne semble pas compter parmi les grands noms de sa profession (Pierre Jouven, PDG de Pechiney55) Même sans prendre en compte le décalage évident en termes de revenus, leurs enfants devenus dirigeants de grandes entreprises ont réalisé, en termes de notoriété ou de prestige social, à une échelle certes très réduite, une certaine ascension par rapport à leurs pères. Mais ils disposaient bien sûr par leur naissance, avec le capital social et culturel dont ils ont hérité, d’atouts qui restaient exceptionnels.

27Avec une frontière pas toujours très nette avec les catégories précédentes, 32 autres dirigeants sont issus de milieux qui, sans appartenir aux élites de la société à l’échelle nationale, relèvent des classes supérieures. Ils ont hérité d’un capital économique et/ou culturel important, même s’il leur restait pas mal de chemin à faire avant d’accéder à une élite aussi étroite que celle des dirigeants des grandes entreprises françaises. Ce phénomène s’inscrit bien sûr dans la reproduction sociale au sens large que lui donne Pierre Bourdieu, mais il reflète aussi un certain brassage dans la mesure où leur trajectoire de la moyenne bourgeoisie à l’élite des affaires implique une ascension sociale. Il serait abusif de les considérer comme issus de la « classe dominante ».

  • 56 Sa famille aurait toutefois exploité des forges en Bourgogne dès le xviiie siècle, mais elle aurai (...)
  • 57 La mère était « aide-receveuse » ; AN, F14 11549, dossier de carrière d’ingénieur des Ponts, deman (...)
  • 58 Source : fiche matricule en ligne de l’École polytechnique du fils ; l’acte de naissance mentionne (...)
  • 59 Source : fiche matricule en ligne de l’École polytechnique du fils ; le père n’est que « lieutenan (...)
  • 60 Source : Who’s Who in France du fils, éd. 1965-1966.
  • 61 Source : fiche matricule en ligne de l’École polytechnique du fils.

28Sur les 32 classés dans cette catégorie supérieure résiduelle (mais dont le vivier est beaucoup plus large que celui des élites), deux cinquièmes (13) sont issus du monde des affaires, avec des pères mentionnés comme « industriel » ou « négociant », sans que leur entreprise soit connue, « ingénieurs » ou, pour celui d’Eugène Roy (Longwy) « chef de service aux Aciéries de la Marine56 », alors qu’il n’était que simple « contremaître aux forges » à sa naissance. Six autres sont issus d’un milieu de professions libérales plutôt associées à la bourgeoisie provinciale : avoué à la cour d’appel de Caen (Jean-Jacques Desportes, PDG de Kuhlmann), « ancien huissier » (Eugène Mathieu, PDG d’Ugine, né en Savoie), notaire (René Marcassin, directeur général des usines de produits chimiques de Saint-Gobain, né dans la Somme), médecin (Pierre Epron, directeur général de Lorraine-Escaut, né en Vendée), médecin à Saint-Étienne où il a laissé son nom à une rue (Gabriel Cordier, président d’AFC), architecte sans notoriété particulière dans sa profession (André Legendre, DG de Marine). On retrouve aussi le monde de l’administration, qu’elle soit civile (6) ou militaire (6). Dans le premier cas, on a des pères receveur municipal (Pierre Dauchy, directeur général de TLH), « receveur des Postes et Télégraphes de bureau simple » avec un traitement mensuel de 2 000 F en 1880 (Eugène de Fages de Latour, directeur général de Thomson57) inspecteur de l’enseignement primaire (Jules Aubrun, directeur général de Schneider), percepteur (Joseph Desbordes, PDG de TLH), inspecteur des contributions directes (Jean-Marie Louvel, PDG de la CGE). Dans l’armée, on retrouve des pères officier d’administration d’artillerie (Louis Jaudeau, PDG de TLH58) capitaine (Edmond Delage, directeur général des usines de produits chimiques de Saint-Gobain59) officier de marine (Marcel Bô, PDG de Rhône-Poulenc60) officier d’artillerie coloniale (Roger Gaspard, gérant de Schneider61) etc. De manière générale, ces origines supérieures ne traduisent pas une grande ouverture sociale, mais elles n’excluent pas une ascension significative.

Des origines possibles dans la classe moyenne62

  • 62 Auxquels s’ajoutent deux cas d’employés de secteur privé ou public indéterminé : « caissier » (Léo (...)
  • 63 AN, F14 11482, ingénieur des Ponts et Chaussées, dossier de carrière.

29Ils sont tout de même plus d’un quart des dirigeants (37) à pouvoir, par la profession connue de leur père, être associés aux classes moyennes. On relève des fils de commerçants ou de petits entrepreneurs, comme un « marchand de liqueurs à Saint-Omer » (Auguste Detoeuf, vice-président délégué de Thomson), un « imprimeur et marchand de papiers en détail » (Robert Hecker, directeur général de Thomson), un « marchand de chevaux » (Jules Bernard, administrateur délégué de Nord-Est), un « fabricant de tapis » (Maurice Saurel, directeur général de Thomson), un « commerçant de chaussures » (Maurice Borgeaud, PDG d’Usinor), un « entrepreneur de menuiserie » à Paris (Florent Guillain, président de Marine et Thomson), un « négociant en marbres » (Jules Canard, directeur général de Nord-Est), etc. Pour les deux premiers cas, les revenus paternels (3 000 F annuels pour Detœuf en 1902 et même 12 000 F pour Hecker la même année) ne sont pas incompatibles avec l’obtention d’une bourse pour l’entrée à l’École polytechnique. Le père de Guillain est en revanche décédé prématurément et l’enfant a été élevé par sa mère « sans ressources », demeurant chez les grands-parents à Boulogne-sur-Mer ayant « un peu d’aisance63 ». À son entrée à Polytechnique, sa mère justifie sa demande de bourse et de trousseau en indiquant qu’elle « a consacré sa modique fortune à donner une éducation libérale [à son fils] » qui « a épuisé toutes ses ressources maintenant qu’il touche presque au but ». Comme dans la catégorie supérieure, le poids des enfants d’indépendants est important. Même si c’était à un niveau modeste, leur famille était déjà « dans les affaires ».

  • 64 D’après l’acte de mariage en 1883 à Paris 3e valant reconnaissance de l’enfant déclaré de père inc (...)
  • 65 Acte de naissance, archives municipales de Lyon, consulté en ligne, www.archives-lyon.fr.
  • 66 Indication portée dans le recensement de 1906, 110 avenue de Saxe, archives départementales du Rhô (...)

30Mais on trouve aussi des enfants d’« employés de commerce » (Lucien Delloye, directeur général des glaceries de Saint-Gobain ; Lucien Lefol, président de Marine), « de chemins de fer » (Adrien Badin, administrateur délégué d’Alais & Camargue), d’un « représentant de commerce » (Pierre Lalanne, directeur général de la CGE), d’un « agent des charbonnages » (Pierre Blanchet, directeur général de Thomson), d’un « commis principal64 » (Gabriel Boreau, également directeur général de Thomson), de « comptable » (Pierre Le Bourhis, PDG de l’Alsacienne), etc. L’indication exceptionnelle pour ce dernier d’une profession pour la mère confirme cet ancrage dans les classes moyennes : celle-ci était à 39 ans à la naissance de l’enfant – son mari en ayant 51 – « directrice de l’école communale ». Le père de Louis Clouzeau (1903-1996), directeur général de Rhône Poulenc, était ainsi à sa naissance contremaître mécanicien à Lyon65 ; il travaillait chez un fabricant de vélocipèdes, Christy, Médecet & Cie66. En 1906, la famille habitait dans un immeuble collectif aujourd’hui disparu, plus proche du quartier populaire de la Guillotière que de celui, bourgeois, des Brotteaux, au 110, avenue de Saxe (3e arrondissement), dans un ménage composé du père, de la mère couturière à son compte, du fils unique Louis, et de la belle-famille originaire de Beaune (Côte-d’Or) ; le beau-père était corroyeur, la belle-mère également couturière et le beau-frère de 19 ans employé au Crédit lyonnais. Ils n’avaient aucun domestique. On est bien là en présence d’une famille type d’une petite classe moyenne en phase d’ascension sociale par son labeur. D’autres sont issus de la petite fonction publique, avec des fils de commis principal à la préfecture de la Seine (Paulin Grandel, directeur général de Kuhlmann), d’instituteur public (Léon Bureau, directeur général de Châtillon-Commentry), d’« économe » employé de l’Assistance publique (Jean Dupuis, également directeur général de Châtillon-Commentry), de « facteur au télégraphe » (Félix Lavaste, directeur général des produits chimiques de Saint-Gobain), de douanier (Émile Marterer, président de la CGE), etc. Pour les intéressés, rejoindre le grand patronat en une génération représentait une importante ascension sociale, même s’ils ne partaient pas complètement du bas de l’échelle sociale.

Des origines populaires déclinantes

  • 67 AN, F14 11635, ingénieur des Mines, dossier de carrière.

31Il reste une catégorie dont on jugera l’importance (14 sur 124) faible ou au contraire étonnamment élevée selon la perspective dans laquelle on se place, celle des dirigeants d’origine populaire. Elle est bien sûr beaucoup plus faible que s’il y avait égalité des chances entre tous les individus, mais elle n’était pas non plus nécessairement attendue à ce niveau pour des élites aussi étroites. Ce sont surtout les milieux paysans, employés ou surtout artisanaux qui sont représentés, peu le monde ouvrier. Raymond Jarry (administrateur délégué des TLH) est issu d’une famille de cultivateurs de la Sarthe. Alexandre Dreux (président délégué de Longwy) est le fils d’un « bûcheron » également de la Sarthe. Le père de François Villain (administrateur délégué de Nord-Est) est bien déclaré « propriétaire » à sa naissance en 1863, alors que le grand-père paternel témoin est « cultivateur ». Mais, à son entrée à Polytechnique en 1881, le fils est orphelin de père et mère et ses revenus annuels seraient seulement de faibles rentes sur l’État (300 F à 3 % et 200 F à 5 %), ce qui lui vaut de ne payer aucune contribution67. Le patrimoine foncier familial devait donc être restreint. Ernest Cuvelette (président de Nord-Est) était également le fils d’un cultivateur de l’Aisne, dont les parents étaient tisseur et fileuse.

  • 68 En 1872, un an après la naissance de N. Grillet, la famille vit à Écully (Rhône) en ménage avec la (...)
  • 69 Charles-Albert Lucas, Trajectoire d’un entrepreneur. François Albert-Buisson ou la construction d’ (...)

32Dans les milieux d’employés subalternes, on trouve notamment du personnel de maison. René Damien (PDG d’Usinor) est le fils d’un valet de chambre et d’une cuisinière travaillant à Paris. Il est né chez son grand-père paternel, charpentier de bateaux à Condé-sur-Escaut (Nord) ; l’oncle qui fait la déclaration exerce la même profession et les deux cousins témoins sont verriers. Georges Roché (administrateur délégué de Rhône-Poulenc) est le fils d’un cuisinier. Les parents de Camille Cavallier (président délégué de Pont-à-Mousson) sont garde forestier dans l’administration des Eaux et forêts et cuisinière aux gages ; sa mère se trouve avoir travaillé chez Xavier Rogé, son prédécesseur à la tête de l’entreprise. Parmi les origines dans les milieux artisans, on trouve René Robard (président délégué de TLH), fils d’horloger, Nicolas Grillet (DG de Rhône-Poulenc), fils d’un menuisier et d’une repasseuse issue d’une famille de cultivateurs68, Raoul Dautry (administrateur délégué de la CGE), descendant de vignerons du Berry et fils d’un ébéniste décédé trois ans après sa naissance, Jules Barut (administrateur délégué d’Ugine), fils d’un charpentier, etc. Le père et le grand-père de François Albert-Buisson (président de Rhône-Poulenc) étaient de modestes sabotiers d’Issoire, la mère étant issue d’une famille de cultivateurs69. Sa condition d’enfant unique a dû favoriser la poursuite d’études secondaires et supérieures.

33Aucun dirigeant ne semble être issu d’un milieu ouvrier de cette industrie qu’ils vont diriger. Qu’il s’agisse des cadres, ingénieurs, contremaîtres ou ouvriers, cette faible présence des descendants de salariés de grandes entreprises est frappante, surtout pour les générations nées après la seconde industrialisation. Une forte ascension sociale est donc possible, mais plutôt en provenance d’autres milieux.

34Même s’il est probable qu’aucun des dirigeants issus d’une catégorie considérée comme populaire n’ait véritablement connu la misère dans leur enfance, on a là des origines qui sont à l’évidence modestes. Leur accès aux élites dirigeantes économiques représente une ascension sociale remarquable. Ils sont plutôt un peu moins bien titrés scolairement que la moyenne, avec notamment une proportion beaucoup plus faible de polytechniciens (4 sur 14). Si la classe moyenne est représentée à peu près à l’identique parmi les dirigeants diplômés de cette école, la catégorie supérieure est légèrement surreprésentée et la catégorie « reconversion » ne l’est pas moins que les autres (tableau ci-après p. 339). Polytechnique permet donc plus à d’anciennes élites de se réorienter vers le monde des affaires et à des couches déjà favorisées de se hisser jusqu’au sommet de l’échelle sociale qu’à des milieux modestes de réaliser de fortes ascensions. À l’inverse, trois anciens élèves d’écoles d’ingénieurs spécialisées sur quatre sont issus des milieux populaires (Joseph Frossard, École supérieure de chimie de Mulhouse) ou moyens (Gabriel Boreau, École de physique et de chimie de la ville de Paris ; Louis Clouzeau, École de chimie industrielle de Lyon). Il en est de même :

  • de l’unique ancien élève de l’École centrale de Lyon (Nicolas Grillet), une institution au recrutement jusqu’au milieu du xxe siècle beaucoup moins exigeant scolairement que son homonyme parisienne ;
  • de deux des trois anciens élèves des écoles d’Arts et Métiers qui ne sont, pour les générations concernées, pas vraiment des établissements d’enseignement supérieur ;
  • et des deux dirigeants n’ayant qu’une formation primaire (A. Dreux et J. Barut70)

35Moins qu’une fermeture sociale de l’entreprise en tant que telle, la sous-représentation des milieux populaires parmi les dirigeants semble donc largement renvoyer aux inégalités sociales considérables pour l’accès à l’enseignement supérieur, et en particulier aux grandes écoles les plus prestigieuses. Comme les grandes entreprises recrutent très largement leurs dirigeants parmi ces écoles, la difficulté est double pour les milieux populaires : ils doivent surmonter leurs handicaps à la fois sociaux et scolaires. Il est à cet égard remarquable que les origines populaires se concentrent presque toutes dans les générations les plus anciennes : deux dirigeants seulement (François Albert-Buisson et René Damien) sont nés peu après 1880 (1881 et 1893). Le développement de l’enseignement supérieur semble donc plutôt leur fermer des portes que leur en ouvrir. Le phénomène peut aussi s’expliquer par le fait que plusieurs ascensions sociales spectaculaires correspondent à des carrières commencées à des stades peu avancés du développement des entreprises, à un moment où les jeux étaient plus ouverts : elles n’avaient peut-être pas encore une reconnaissance sociale suffisante pour attirer les enfants de la grande bourgeoisie et/ou les élèves des meilleures écoles. Jules Barut (1857-1929) est ainsi devenu administrateur délégué de l’Électro-chimie après sa fusion en 1919 avec l’entreprise qu’il avait fondée, l’Électro-chimique du Giffre. Camille Cavallier (1854-1926) a débuté chez Pont-à-Mousson à une époque, en 1874, où cette firme était encore une modeste entreprise métallurgique ; proche par sa mère cuisinière de la famille du patron Xavier Rogé, il est rapidement devenu le principal collaborateur de celui-ci. Alexandre Dreux (1853-1939) a pris la direction dès 1888 des Aciéries de Longwy à un moment où l’entreprise fondée quelques années plus tôt, en 1880, était plutôt mal en point financièrement. Il en est de même aux TLH lorsque René Robard (1864-1946) en devient administrateur délégué en 1903. Nicolas Grillet (1871-1947) est entré en 1894 dans l’encore modeste société en nom collectif qui donne naissance l’année suivante à la SA Société chimique des usines du Rhône, dont il devient ingénieur en chef et directeur technique respectivement dès 1899 et 1905. De manière générale, des entreprises plus « jeunes » comme Rhône-Poulenc ou Thomson apparaissent longtemps socialement un peu plus ouvertes. Lorsque les entreprises s’institutionnalisent, les filières se ferment.

Origines sociales et formations d’élite

Catégorie d’origine

Polytechniciens

dont X-Mines

Autres formations

Total

Reproduction

9 (13 %)

4

7 (13 %)

16 (13 %)

Reconversion

15 (21 %)

8

10 (18 %)

25 (20 %)

Supérieure

22 (31 %)

6

10 (18 %)

32 (26 %)

Moyenne

20 (29 %)

5

17 (31 %)

37 (30 %)

Populaire

4 (6 %)

2

10 (18 %)

14 (11 %)

Total

70 (100 %)

25

54 (100 %)

124 (100 %)

  • 71 Cinq sont nés dans les colonies de l’époque (deux en Algérie, Madagascar, Guadeloupe, Guyane) et t (...)
  • 72 Définies ici par les actuelles régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyré (...)

36Les origines géographiques pour ces dirigeants tous en poste à Paris – à l’exception des dirigeants de Michelin à Clermont-Ferrand – confirment une relative ouverture : parmi ces managers d’origine française, ils ne sont que 27 % (34) à être nés dans le département (la Seine) où ils exerceront leurs fonctions ; quatre autres s’ajoutent pour les deux départements de l’époque (Seine-et-Oise et Seine-et-Marne) de l’actuelle région parisienne. Parmi les 116 qui sont nés en France métropolitaine71, une bonne moitié (48) des départements de l’époque sont représentés, dans une grande diversité : 22 d’entre eux n’ont donné naissance qu’à un dirigeant, et, parmi les mieux placés, le Rhône (6), le Haut-Rhin (5) et l’Allier, le Finistère, Gard et le Nord (3) suivent de très loin la Seine. Si l’Alsace est remarquablement représentée (7) alors que, pendant une bonne partie de la période concernée, la région est annexée par l’Allemagne, de grandes régions industrielles comme l’actuelle Lorraine (5), le Nord-Pas-de-Calais (4) ou la Haute-Normandie (1), avec Rouen et Le Havre, le sont beaucoup moins. De manière générale, comme souvent pour des élites nationales, la France méridionale72 est peu représentée, avec 11 dirigeants ; les origines toulousaine et bordelaise sont absentes, alors qu’il y a deux Marseillais. Le brassage par Polytechnique en particulier fait que les origines dans les petites villes ou les zones rurales sont fréquentes. Les grandes entreprises étudiées permettent au moins à des enfants de la petite ou moyenne bourgeoisie provinciale d’accéder aux élites économiques nationales, c’est-à-dire parisiennes (carte ci-après p. 338).

37Il reste que les entreprises n’ont, au moins pendant longtemps, pas été un univers fermé aux ascensions sociales, malgré les inégalités scolaires qu’elles entérinent largement sans y être il est vrai formellement contraintes. Il n’est pas certain que d’autres élites soient plus ouvertes, aussi bien lorsque le recrutement obéit à des exigences scolaires précises, comme c’est le cas pour les élites administratives recrutées à peu près exclusivement par les filières des grandes écoles et des grands corps, que lorsqu’il est supposé très libre, obéissant en principe à de simples exigences de « dons » supposés personnels, comme c’est le cas pour les élites artistiques. Le monde de l’entreprise est susceptible d’être ouvert là où il y a de l’innovation, de la création, parce que les valeurs ne sont pas encore établies, même si, dès le départ, ceux qui détiennent des capitaux aussi bien financiers que sociaux importants sont les mieux placés pour les reconvertir rapidement. Au fur et à mesure que les entreprises s’institutionnalisent, préalables scolaires et exigences sociales de présentation se combinent nécessairement pour accentuer une certaine tendance à la fermeture. Mais il faut souligner que les reproductions au sein de l’élite des affaires ou même des élites en général restent minoritaires. Pour les autres, les origines, qu’elles soient supérieures, moyennes ou populaires, impliquent une part plus ou moins grande d’ascension sociale. La grande entreprise n’est pas qu’un univers de reproduction.

Lieux de naissance métropolitains des dirigeants non-héritiers (1828-1923)

Lieux de naissance métropolitains des dirigeants non-héritiers (1828-1923)

[© LARHRA – UMR 5190 – C. Butez – H. Joly]

Notes

1 Le vocable « managers » suggère une qualité de professionnels des affaires que tous les non-héritiers, lorsqu’ils sont à titre annexe présidents de conseil d’administration comme Paul Doumer ou Eugène Étienne (supra chap. III), n’ont pas.

2 Thomas Philippon, Le Capitalisme d’héritiers : la crise française du travail, Paris, Le Seuil, 2007.

3 On cherche vainement dans leur article un tableau récapitulatif des origines sociales. On doit se contenter (p. 14) de l’indication que 7 patrons sur 216 seraient des fils d’ouvriers et d’employés, presque tous dans des entreprises de second rang, auxquels s’ajouteraient des enfants de petits entrepreneurs indépendants, artisans ou commerçants (7) ou de cadres moyens (9) comme exceptions au recrutement dans la « classe dominante » définie très largement puisqu’elle intègre l’ensemble des catégories supérieures, simples ingénieurs ou enseignants du secondaire compris par exemple ; P. Bourdieu, M. de Saint Martin, « Le Patronat », op. cit., p. 3-82.

4 La variable origine sociale n’avait pas pu être traitée de manière systématique dans H. Joly, Patrons d’Allemagne…, op. cit.

5 Les mormons américains ont financé à des fins religieuses depuis une cinquantaine d’années un microfilmage massif des archives d’état-civil qui facilite aujourd’hui leur mise en ligne par les centres publics.

6 Notice dans Roland Drago, Jean Imbert, François Monnier, Jean Tulard (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État, 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 170.

7 Notice Dictionnaire de biographie française, vol. VII, p. 323. Voir également Jean Rivoire, Le Crédit lyonnais. Histoire d’une banque, Paris, Le Cherche Midi, 1989, p. 78 sur la famille, qui se trompe toutefois en attribuant à Georges Brincard la paternité de son oncle Louis Ernest, député conservateur de Seine-et-Oise.

8 Il n’entre pas dans mon propos de faire le tri entre « vraie » et « fausse noblesse » comme le fait un scrupuleux « gardien du temple » nobiliaire comme Pierre-Marie Dioudonat dans ses nombreuses publications telles que l’Encyclopédie de la fausse noblesse et de la noblesse d’apparence, régulièrement rééditée. Il signale ainsi que les Waubert de Genlis seraient une famille de l’ancienne bourgeoisie picarde, « branche demeurée non noble de la famille de Waubert », et que « certains de ses représentants, possédant des privilèges de noblesse personnelle, portèrent néanmoins les qualifications nobiliaires » ; Paris, Sedopols, 1994, p. 665. En revanche, la famille lorraine Peschart d’Ambly aurait été anoblie en 1605, une branche héritant même d’un titre de baron en 1735 ; Dominique de la Barre de Raillicourt, Les Titres authentiques de la noblesse en France. Dictionnaire raisonné, Paris, Perrin, 2004, p. 239. Noblesse ou pas, ce qui importe ici est que l’origine sociale relève dans un cas comme dans l’autre des milieux supérieurs.

9 D’après l’acte de naissance dont il est témoin.

10 Avec 164 titres sur 2 925 ; Alain Baudant, « Propriété, direction et idéologie de l’entreprise Pont-à-Mousson 1919-1939 », dans François Caron (dir.), Entreprises et entrepreneurs xixe-xxe siècles, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), 1983, p. 271.

11 Sur Donat Agache (1804-1857), voir Frédéric Barbier, Le Patronat du Nord sous le Second Empire : une approche prosopographique, Genève, Droz, 1989, p. 75-78. D. Agache exploite aussi une fabrique de sucre de betterave à Anappes.

12 Sur la dynastie des Barrois, voir ibid., p. 83-85.

13 Michel Hau, Nicolas Stoskopf, Les Dynasties alsaciennes, Paris, Perrin, 2005.

14 Sur Pierre Puiseux (1855-1928), voir notamment la notice dans E. Curinier, Dictionnaire national des contemporains, Paris, Office général d’édition, 1901-1918, reprise dans ABF, et la nécrologie dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 89, 1989, p. 327-328, consultable en ligne, adsabs.harvard.edu//full/seri/MNRAS/0089//0000327.000.html.

15 Sur Victor Puiseux (1820-1883), voir notamment la biographie consultable en ligne, scienceworld.wolfram.com/biography/PuiseuxVictor.html.

16 A. Jemain, Michelin…, op. cit., p. 102-103.

17 De son vrai nom Liliane Chapiro-Volpert ; voir la brève notice biographique dans René Jeanne, Charles Ford, Dictionnaire du cinéma universel, Paris, Robert Laffont, 1970, p. 501.

18 Dans un cas, Georges Vésier (CFM), l’acte de naissance comme l’acte de mariage indique « né de père inconnu » ; aucune profession n’est indiquée pour la mère. Son dossier à l’École centrale indique que son « frère » Ernest, « employé de commerce », serait son tuteur ; c’est donc ce statut qui est ici pris en compte pour la détermination de l’origine sociale.

19 Sa sœur, Marie, avait épousé Victor de Lacroix, frère de Camille, président du conseil de surveillance puis d’administration de l’Alsacienne de 1919 à 1924 ; leur fille, Élisabeth de Lacroix, a épousé Émile Dollfus, président de 1932 à 1940.

20 Notamment Édouard père et fils et Gustave en 1900 et Rodolphe en 1911 ; actes de société Peugeot, archives départementales de Paris (ADP), D31U3/894, 25 mai 1900, no 537 et D31U3/1349, 24 juillet 1911, no 1208.

21 M. Hau, N. Stoskopf, Les Dynasties alsaciennes, op. cit., p. 275-277.

22 Renseignements transmis par Serge Chassagne. L’acte de naissance de René-Paul indique comme profession pour son père âgé de 45 ans à sa naissance « négociant ». L’un des témoins, probablement son oncle paternel, Paul Émile Duchemin, 47 ans, est entrepreneur de transport par eau et adjoint au maire de Rouen. Sur les Powell, voir Serge Chassagne, « Les constructeurs mécaniciens à Rouen au xixe siècle », dans Denis Woronoff (dir.), L’Homme et l’industrie en Normandie : du néolithique à nos jours, Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, 1990, p. 289-293.

23 Sur l’entreprise Daum, voir Christophe Bardin, Daum, 1878-1939 : une industrie d’art lorraine, Metz, Serpenoise, 2004.

24 Centre des archives de l’armement, Châtellerault, 210 00 03 16 4 (carton no 511), notice nécrologique rédigée par le service des Poudres, 1963, dossier personnel.

25 En 1933, il est directeur de la Société des minerais lorrains ; Association amicale des anciens élèves de l’École nationale supérieure des mines, 63e annuaire, éd. 1933-1934.

26 Voir sa biographie dans Christophe Charle, Eva Telkès, Les Professeurs de la faculté des Sciences de Paris. 1901-1939, Paris, INRP-CNRS, 1989 et sa biographie sur un site britannique d’histoire des mathématiques : www-groups.dcs.st-and.ac.uk/~history/Biographies/Tannery_Jules.html.

27 Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, Paris, éd. 1924.

28 Voir les nombreuses évocations dans Alya Aglan, Michel Margairaz, Philippe Verheyde (dir.), La Caisse des dépôts et consignations, La Seconde Guerre mondiale et le xxe siècle, Paris, Albin Michel, 2003.

29 Anne de Caumont, Un prince des affaires, Paris, Grasset, 1997, p. 14-17.

30 Alain Plessis, « Au service des “intérêts généraux du commerce” (de 1848 à la fin des années 1880) », dans La Chambre de commerce et d’industrie de Paris. 1803-2003. Histoire d’une institution, Genève, Droz, 2003, p. 95. Voir également les généalogies familiales sur le site GeneaNet. L’autre Marcilhacy membre de la chambre de commerce de Paris, Léon, administrateur de magasins de nouveautés comme Au bon marché, appartient en revanche à une branche plus éloignée.

31 Voir sa notice dans Nath Imbert, Dictionnaire général des contemporains, Paris, Éditions Lajeunesse, 1936.

32 Ibid.

33 AP, 072-13-29961, PV CA AFC, séance du 30 juin 1924.

34 Notice dans Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, op. cit., éd. 1924.

35 Portrait sur le site des Annales des Mines : www.annales.org/archives/x/mauricelevy.html.

36 Voir sa biographie sur un site consacré à la flûte : etoileb.free.fr/flute/. Une thèse de musicologie lui a récemment été consacrée en Grande-Bretagne : Edward Blakeman, Paul Taffanel (1844-1908) and His Significance in French Musical Life, Ph. D. diss., University of Birmingham, 1993.

37 AN, Fontainebleau, 19771390, art. 168, dossier de carrière du corps des Mines.

38 C.E. Curinier, Dictionnaire national des contemporains, Paris, Office général d’édition de librairie et d’impression, 1919.

39 Who’s Who in France, op. cit., éd. 1969-1970.

40 Références dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France (BnF).

41 Voir également le catalogue de la BnF.

42 Voir, entre autres, Dictionnaire biographique français contemporain, 2e éd., Paris, Pharos, 1954.

43 Non comptabilisé ici, car considéré, du fait de sa carrière préalable dans l’électricité et de la présence de son beau-père Ernest Mercier au conseil d’administration de l’Alsacienne, comme un héritier.

44 Notices dans Dictionnaire biographique français contemporain et Who’s Who in France, éd. 1959-1960 ; nécrologie de J. Brehant, Nouvelle presse médicale, 5 janvier 1974, vol. 3 (1), p. 36.

45 De manière étonnante, alors que sa carrière n’a rien en apparence d’exceptionnelle, il a, comme son père et ses frères, une notice dans l’édition 1969 du Who’s Who in France.

46 Olivier Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis des finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, p. 38.

47 Voir la longue notice Marius Audin, Eugène Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Lyonnais, Paris, t. II, 1919. Voir aussi les fiches de Jacques et Auguste Molinos dans la rubrique « Personnes » de la base de données internationale d’ouvrages d’art : fr.structurae.de/persons/index.cfm.

48 Titres relevés dans le catalogue de la BnF, qui en comporte 8 autres de 1900 à 1914.

49 A. Jemain, Peugeot…, op. cit., p. 100.

50 Odette Hardy-Hémery, Industries, patronat et ouvriers du Valenciennois pendant le premier xxe siècle, Paris, Messidor, 1985, vol. 1, p. 552.

51 A. Jemain, Peugeot…, op. cit., p. 101.

52 Daniel Henri, « Comptes, mécomptes et redressement d’une gestion industrielle : les Automobiles Peugeot de 1918 à 1930 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXXII, janvier-mars 1985, p. 30-74, ici p. 73.

53 Le vice-président est le véritable « chef du corps », le président étant le ministre de tutelle.

54 Voir la longue notice nécrologique que lui consacre Maurice d’Ocagne, ingénieur des Ponts et Chaussées et président de la Société mathématique de France, dans les Annales des Mines, 9e série, t. 20, 1901, accessible en ligne, www.annales.org/archives/x/vicaire.html.

55 Alphonse Jouven n’apparaît pas ni dans les différents dictionnaires des architectes ni dans la base de données citée supra Structurae. On a simplement pu le repérer par une recherche sur internet comme constructeur en 1921 du casino de Perros-Guirec ; voir le site des archives départementales des Côtes-d’Armor : archives. cotesdarmor.fr/asp/inventaire/perros/Geoviewer/Data/HTML/IA22006142.html.

56 Sa famille aurait toutefois exploité des forges en Bourgogne dès le xviiie siècle, mais elle aurait dû les abandonner après les traités de commerce de 1860 ; J-M. Moine, Les Barons du fer…, op. cit., p. 87.

57 La mère était « aide-receveuse » ; AN, F14 11549, dossier de carrière d’ingénieur des Ponts, demande de bourse à l’entrée à Polytechnique.

58 Source : fiche matricule en ligne de l’École polytechnique du fils ; l’acte de naissance mentionne vingt ans plus tôt une situation plus modeste de « garde d’artillerie ».

59 Source : fiche matricule en ligne de l’École polytechnique du fils ; le père n’est que « lieutenant au 94e de ligne » à la naissance.

60 Source : Who’s Who in France du fils, éd. 1965-1966.

61 Source : fiche matricule en ligne de l’École polytechnique du fils.

62 Auxquels s’ajoutent deux cas d’employés de secteur privé ou public indéterminé : « caissier » (Léopold Pralon, administrateur délégué de Denain-Anzin) et « dessinateur » (Léon Dardel, administrateur délégué de l’Alsacienne).

63 AN, F14 11482, ingénieur des Ponts et Chaussées, dossier de carrière.

64 D’après l’acte de mariage en 1883 à Paris 3e valant reconnaissance de l’enfant déclaré de père inconnu à sa naissance trois ans auparavant, archives de Paris, consulté en ligne, canadp-archivesenligne.paris.fr ; la mère est « fleuriste ».

65 Acte de naissance, archives municipales de Lyon, consulté en ligne, www.archives-lyon.fr.

66 Indication portée dans le recensement de 1906, 110 avenue de Saxe, archives départementales du Rhône (ADR), consulté en ligne, archives.rhone.fr. Ils n’y habitent plus au recensement suivant en 1911.

67 AN, F14 11635, ingénieur des Mines, dossier de carrière.

68 En 1872, un an après la naissance de N. Grillet, la famille vit à Écully (Rhône) en ménage avec la grand-mère paternelle, une veuve « rentière » de 71 ans, la belle-sœur du père, également veuve, tailleuse de métier et le fils de celle-ci âgé de 14 ans. Dans la maison voisine vivent les beaux-parents, cultivateurs ; ADR, recensement 1872, Écully, lieu-dit de la Demi-Lune, consulté en ligne, archives.rhone.fr

69 Charles-Albert Lucas, Trajectoire d’un entrepreneur. François Albert-Buisson ou la construction d’une carrière. 1881-1961, thèse de doctorat d’histoire contemporaine (dir. Christophe Bouneau), Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 2006, p. 23-27.

70 Par ailleurs, le parcours scolaire de Lucien Rosengart n’est pas connu précisément, mais il semble avoir débuté tôt dans l’usine familiale avant de créer sa propre affaire dès 1902, à 22 ans.

71 Cinq sont nés dans les colonies de l’époque (deux en Algérie, Madagascar, Guadeloupe, Guyane) et trois à l’étranger (deux en Suisse et un aux États-Unis).

72 Définies ici par les actuelles régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Aquitaine et Corse.

Table des illustrations

Titre Lieux de naissance métropolitains des dirigeants non-héritiers (1828-1923)
Légende [© LARHRA – UMR 5190 – C. Butez – H. Joly]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search