Version classiqueVersion mobile

Diriger une grande entreprise au XXe siècle

 | 
Hervé Joly

Partie II. Trajectoires des dirigeants

Chapitre IV. Un recrutement scolaire fermé

Texte intégral

  • 1 D’après une loi de 1941 qui précise pour les sociétés modernes les règles prévues par une loi du 2 (...)
  • 2 Paul Gontier, Le Directeur et l’administrateur délégué de la société anonyme, Paris, Giard & Brièr (...)
  • 3 André Grelon (dir.), Les Ingénieurs de la crise. Titre et profession entre les deux guerres, Paris (...)
  • 4 Steven M. Zdatny, Les Artisans en France au xxe siècle, Paris, Belin, 1999.

1Un médecin doit nécessairement être docteur en médecine, un avocat ou un notaire être titulaire d’une licence en droit ou un haut fonctionnaire recruté par concours être diplômé de l’enseignement supérieur. En revanche, pour diriger une entreprise, même très importante, aucun titre scolaire n’est en théorie exigé, en dehors du titre de pharmacien dans l’industrie pharmaceutique1. Selon le principe de la liberté d’entreprendre, les actionnaires sont libres de confier la gestion de leurs actifs à qui bon leur semble, sous réserve de menues contraintes légales (majorité civile, incompatibilités avec certains emplois publics, non-condamnation pour faillite, etc.) communes à tous les administrateurs de sociétés. Il n’existe aucune condition spéciale de capacité pour le directeur, l’administrateur délégué ou le PDG2. Aucune formation spécifique en particulier n’est exigée. Alors que les études sur la professionnalisation en France montrent que les professions tendent à s’organiser en cherchant, avec l’aide de l’État, à réglementer et à restreindre leur accès par des exigences de qualifications, comme c’est le cas par exemple pour les ingénieurs3 ou les artisans4, on ne retrouve pas le même phénomène pour les dirigeants d’entreprises. Les organisations patronales n’ont jamais cherché à jouer ce rôle, qui viendrait en contradiction avec leur défense de la liberté d’entreprendre.

  • 5 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français,… », op. cit., p. 141.
  • 6 P. Bourdieu, M. de Saint Martin, « Le Patronat »…, op. cit., p. 46.
  • 7 M. Bauer, B. Bertin-Mourot, Les 200…, op. cit., p. 180-181.

2Toutes les études déjà menées sur le recrutement patronal au xxe siècle ont cependant montré l’importance d’une formation supérieure, au moins pour les dirigeants des grandes entreprises. M. Lévy-Leboyer indique ainsi que, dans sa population d’administrateurs de sociétés industrielles de 1912 à 1973, moins de 1 % de ceux dont le cursus scolaire est connu aurait arrêté leurs études au sortir de l’école primaire et qu’un sur 10 se serait contenté d’une simple formation secondaire. La part de ceux qui ont réussi le concours d’une grande école ou terminé un cursus universitaire serait passée de 81,8 % en 1912-1929 à 94,9 % en 1939-1973 5. Parmi les PDG des 100 plus grandes entreprises en 1952, 1962 et 1972 étudiés par P. Bourdieu et M. de Saint Martin, ils ne seraient respectivement que 5 %, 3 % et 6 % à ne pas avoir dépassé les études secondaires, sous réserve toutefois que les données manquent pour 22 %, 12 % et 4 % d’entre eux. Une autre catégorie, « bac, université sans précision », représente 5 %, 3 % et 6 %6. Dans une période plus récente, Michel Bauer et Bénédicte Bertin-Mourot confirment cette tendance, avec seulement 27 autodidactes parmi les PDG des 200 plus grandes entreprises en 19857.

  • 8 Sur l’importance de la filière de l’apprentissage (Lehre) pour le recrutement des dirigeants allem (...)

3Ces résultats ne sont pas propres à la France, mais ils sont d’autant plus nets dans un pays où il n’existe pas de formation alternative interne à l’entreprise susceptible, comme en Allemagne, de représenter, même pour le sommet de la hiérarchie, une alternative à une formation universitaire8. Il est par ailleurs bien connu que, en France, cette exigence de formation supérieure se concentre largement sur un nombre restreint d’établissements, les « grandes écoles » les plus prestigieuses. Les données rassemblées ici sur le corpus étudié de dirigeants de grandes entreprises industrielles confirment ce phénomène. Elles permettent d’insister sur sa permanence historique et sa concentration autour notamment de l’École polytechnique. De manière inédite, une tentative de comparaison des taux de réussite des principales filières d’enseignement supérieur est menée, avec la mesure de la part respective de ceux devenant dirigeants parmi l’ensemble des diplômés d’une même école recrutés par chaque entreprise.

La concentration dans les établissements d’élite

  • 9 Sur l’histoire de cette école, voir les nombreux éléments chronologiques, statistiques et bibliogr (...)

4L’étude ne peut pas porter de manière globale sur les 193 détenteurs de fonctions dirigeantes identifiés dans les 21 groupes étudiés pendant la période considérée. Il convient d’abord de mettre à part le cas des quatre dirigeants d’origine étrangère – trois Suisses et deux Belges en l’occurrence – qui n’ont, à la différence de l’Égyptien d’origine Pierre Azaria (CGE) et du Belge Jules Canard (Nord-Est), pas été formés en France. Leur réussite doit d’abord à des logiques spécifiques à leur pays d’origine. On peut tout juste noter pour les Suisses l’importance de l’École polytechnique fédérale de Zurich, avec deux dirigeants. Mais celle-ci ne joue pas du tout le même rôle que l’École polytechnique en France : elle a été fondée en 1854 comme une école d’ingénieurs civils avec une référence universitaire forte, marquée notamment par l’importance de la recherche et par des spécialisations marquées des formations 9.

5Il convient surtout, parmi les 188 dirigeants formés et ayant fait carrière en France, de distinguer entre les héritiers (directs ou indirects, 63), les anciens fonctionnaires (68, dont 9 également héritiers) et les « hommes d’entreprise » (ni héritiers, ni anciens fonctionnaires, 67) pour lesquels la formation n’a pas joué le même rôle dans la réussite. Pour les premiers, le capital scolaire n’est pas supposé déterminant dans leur promotion, même s’il convient de faire une différence entre ceux qui sont, dans les entreprises strictement familiales, des héritiers quasi automatiques, sous réserve d’une concurrence restreinte au cercle familial, et ceux qui doivent aussi s’imposer face à une certaine concurrence, dans les entreprises sous contrôle familial partiel ou a fortiori pour les héritiers de managers (supra chapitre II). Il faut aussi distinguer entre les héritiers du sang et les héritiers par alliance, la formation pouvant être pour les seconds un argument de conquête matrimoniale. De manière générale, on peut cependant faire l’hypothèse que, pour les héritiers, la formation reçue contribue plus à la légitimation du dirigeant qu’à sa sélection, dans la mesure où il est par définition repéré d’avance par la direction en place comme susceptible d’être promu. Pour les anciens fonctionnaires, la formation a souvent été une condition de leur carrière administrative, les postes de la haute fonction publique au moins étant en principe soumis à de strictes exigences scolaires. Enfin, s’il n’existe aucune exigence scolaire légale pour ceux ayant fait toute leur carrière en entreprise, la formation initiale est susceptible de constituer une ressource pour la réussite de quelques-uns face à l’ensemble de leurs nombreux concurrents internes potentiels.

  • 10 Sous réserve qu’on ne sait pas si le « etc. » inclut ceux entrés dans les corps des « armes savant (...)

6Cette distinction systématique entre les différents types de dirigeants n’est pas habituellement pratiquée. P. Bourdieu et M. de Saint Martin ont ainsi, à partir de leur définition très large du concept d’héritier, récusé la pertinence de l’opposition classique avec les managers. Extraire de leurs données scolaires les nombreux enfants des « industriels, banquiers » ne résout pas le problème dans la mesure où cette sous-catégorie ne fait pas de différence selon qu’il y a ou non un lien entre les entreprises du père et du fils, donc entre le dirigeant héritier de la grande entreprise familiale et le descendant d’un petit industriel qui a eu besoin d’un titre scolaire élevé pour faire carrière dans une grande entreprise. Il n’est donc pas étonnant que les résultats comparés (tableaux ci-dessous) ne soient pas significativement différents ; on remarque cependant que la sous-population hors enfants d’industriels et de banquiers est un peu plus titrée scolairement, avec plus de polytechniciens, en particulier parmi ceux sortis dans les grands corps, et que la part des non diplômés du supérieur est un peu plus faible encore. Les patrons issus de l’État ne peuvent pas non plus être distingués, si ce n’est pour ceux issus des grands corps de Polytechnique « X-Mines, Ponts, etc.10 ».

7Les données pourraient être reconstituées dans les travaux de M. Bauer et B. Bertin-Mourot en distinguant en matière de formation les PDG « atout capital », « atout État » et « atout carrière », mais ils ne fournissent pas les effectifs précis, concentrés qu’ils sont à mettre l’accent sur les « atout État » pour lesquels le corps d’appartenance est plus déterminant que le seul titre scolaire (infra chapitre V). M. Lévy-Leboyer prend, lui, la peine de dégager très finement les différentes formes d’aides familiales, au risque de diluer la notion d’héritage stricto sensu (supra p. 130), mais il n’a pas systématiquement croisé les résultats avec la variable formation. Il relève toutefois de manière intéressante que,

  • 11 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français, 1912-1973 », op. cit., p. 159.

pour l’ensemble des années 1912-1973, les cadres qui ont fait des études courtes, sans dépasser le baccalauréat, ont été relativement plus nombreux dans les milieux favorisés : le taux atteint 31,8 % pour ceux qui ont hérité d’une entreprise ou d’une participation dans une société ; 17,4 % pour les fils de dirigeants ; il se situe presque au même niveau pour les membres des catégories défavorisées (24,1 %), ainsi que pour le patronat moyen. À l’inverse, plus de 90 % des sujets au milieu de l’échelle des classes (96,8 % de ceux qui n’ont pas reçu d’aide familiale) ont continué leurs études dans l’enseignement supérieur, avec du reste des succès marqués au concours des grandes écoles.11

  • 12 Les deux tableaux présentés ici sont tirés des tableaux à double entrée origines sociales/formatio (...)

Titres scolaires des PDG des 100 premières entreprises en 1952, 1 962 et 1 972 dans l’enquête de P. Bourdieu et M. de Saint Martin (en %, valeur identique à l’effectif brut)12

Titres scolaires

1952

1 962

1 972

Polytechnique (seul)

14 %

8 %

4 %

Polytechnique Mines, Ponts, etc.

19 %

26 %

19 %

Autre école d’ingénieurs

17 %

20 %

21 %

Droit

10 %

8 %

15 %

Lettres, sciences, médecine

4 %

5 %

3 %

Sciences Po

5 %

9 %

15 %

École de commerce

0 %

6 %

9 %

Bac, université sans précision

4 %

3 %

4 %

Études secondaires seulement

5 %

3 %

6 %

Non connu

22 %

12 %

4 %

Total

100 %

100 %

100 %

Titres scolaires des PDG des 100 premières entreprises en 1952, 1 962 et 1 972 dans l’enquête de P. Bourdieu et M. de Saint Martin, sous-catégorie enfants d’« industriels, banquiers » retirée (en %)

Titres scolaires

1952

1 962

172

Polytechnique (seul)

14 %

7 %

5 %

Polytechnique Mines, Ponts, etc.

25 %

35 %

25 %

Autre école d’ingénieurs

17 %

20 %

20 %

Droit

12 %

5 %

18 %

Lettres, sciences, médecine

3 %

2 %

0 %

Sciences Po

3 %

4 %

16 %

École de commerce

0 %

5 %

7 %

Bac, université sans précision

4 %

2 %

0 %

Études secondaires seulement

4 %

2 %

2 %

Non connu

17 %

18 %

7 %

Total

100 %

100 %

100 %

(Effectif total)

(69)

(55)

(56)

  • 13 Voir notamment ibid., p. 155 (« multiplication des démissions parmi les polytechniciens ») – un pa (...)

8De même, les données de M. Lévy-Leboyer ne distinguent pas les patrons issus de l’État des autres, et en particulier, parmi les polytechniciens démissionnaires pour entrer en entreprise, ceux qui l’ont fait dès la sortie de l’école de ceux de qui l’ont fait après une première carrière dans l’administration civile et militaire13.

  • 14 Who’s who in France, Recueil de notices biographiques, Paris, J. Laffite, 1re éd. 1953.
  • 15 Qui êtes-vous ?, Annuaire des contemporains, Paris Delagrave, 1908 et Paris, G. Ruffy, 1924.

9Les sources sur les formations des dirigeants, aisément disponibles pour les générations les plus récentes à partir des années 1950 grâce au Who’s Who in France14, dont les notices donnent à peu près systématiquement l’information, sont plus difficiles à réunir pour les générations antérieures. Les annuaires biographiques anciens de type Qui êtes-vous ?15 sont généralement moins bien renseignés. Par ailleurs, les diplômes universitaires ne se portent pas en titre précédant le nom en France comme en Allemagne (non seulement pour le doctorat, mais également pour le Diplom, équivalent de la licence). La recherche est cependant facilitée par la prédominance, surtout parmi les managers, des diplômés de quelques grandes écoles, répertoriés comme tels dans les annuaires des associations privées d’anciens élèves, qui comportent aujourd’hui des versions électroniques au moins en partie accessibles à des non-adhérents, incluant parfois les promotions anciennes (« éteintes »). La source permet ainsi de repérer à coup sûr le passage par une grande école. Une ambiguïté homonymique peut généralement être levée par les indications fournies sur l’activité professionnelle dans les éditions successives. Seule subsiste parfois une incertitude pour les élèves qui n’ont pas obtenu le diplôme, admis selon les cas ou non à figurer dans l’annuaire.

Des autodidactes souvent héritiers

  • 16 Rappelons que, même depuis la loi de 1934, seul le titre d’ingénieur diplômé est protégé, pas celu (...)

10L’information sur la formation supérieure ne manque que pour dix-huit dirigeants, treize héritiers et cinq hommes d’entreprise. Pour ces derniers, la lacune ne concerne que des représentants de la génération la plus ancienne. Trois d’entre eux sont présentés comme ingénieurs, mais ils n’ont pas pu être associés à une école précise16. Chez les héritiers, il est probable que, dans la mesure où il s’agit souvent de personnalités sur lesquelles on dispose par ailleurs d’indications biographiques assez riches, la plupart n’ont pas eu de formation supérieure significative, à l’image des deux fils d’Édouard Michelin nommés cogérants dans les années 1930 ; cette formation ne manquerait pas d’être mise en avant pour asseoir une légitimité contestée par certains actionnaires familiaux.

Formations de l’ensemble des dirigeants scolarisés en France selon la génération d’appartenance

Formations

Ensemble

1829-1880

1881-1900

1901-1926

Non connue

15

11

3

1

Sans formation sup. (ou assimilée)

18

12

5

1

Formations universitaires seulement

18

10

6

2

HEC

1

1

0

0

ELSP

5

0

4

1

Écoles supérieures des mines

13

4

5

4

Centrale Paris

24

13

8

3

Autres école d’ingénieur civil (ou assimilée)

12

8

2

2

Polytechnique

79

31

32

16

Autre grande école d’État

3

3

0

0

Total

188

93

65

30

Formations des dirigeants anciens fonctionnaires

Formations des dirigeants anciens fonctionnaires

Formations des dirigeants héritiers

Formations des dirigeants héritiers

* Non compris un diplômé également polytechnicien.

Formation des dirigeants « entreprises »

Formations

Ensemble

1828-1880

1881-1900

1901-1913

Non connue

5

5

0

0

Sans formation sup. (ou assimilée)

4

4

0

0

Formations universitaires seulement

7

4

3

0

Écoles supérieures des Mines

9

2

4

3

Centrale Paris

14

9

3

2

Autre école d’ingénieur civil (ou assimilée)

9

6

1

2

Polytechnique

18

8

9

1

Autre grande école d’État

1

1

0

0

Total

67

39

20

8

  • 17 À la seule exception de Fernand de Saintignon (Longwy), également héritier par alliance.
  • 18 Sur le parcours de Barut, voir Didier Tissot, Histoire de l’usine électrochimique du Giffre et de (...)

11Chez les anciens fonctionnaires, les formations sont logiquement très bien renseignées17. Celles-ci sont, il est vrai, très concentrées au sein des grandes écoles de l’État et plus précisément de l’École polytechnique (81 %), à un saint-cyrien et à un ancien élève de l’École navale près. Cette prédominance correspond la vocation normale de cette école qui forme les hauts fonctionnaires techniques, civils et militaires. Cette filière devient même exclusive pour les dirigeants nés après 1880, sous réserve de trois anciens élèves de l’École libre des sciences politiques entrés ensuite dans les corps administratifs. Ce n’est que pour les générations les plus anciennes qu’on trouve quelques parcours différents. Melchior de Vogüé (1829-1916) a ainsi pu entrer en 1849 dans la diplomatie dès l’âge de 20 ans, comme attaché à l’ambassade de France à Saint-Pétersbourg, avec l’appui du ministre des Affaires étrangères Alexis de Tocqueville, sans aller plus loin qu’une préparation secondaire à Saint-Cyr et Polytechnique. L’École libre des sciences politiques, fondée en 1871, n’existait pas encore lorsque Henry Darcy (1840-1926) et Gaston Griolet (1842-1934) ont été intégrés le Conseil d’État après des études à la seule faculté de droit de Paris. Théodore Barrois (1957-1920), professeur agrégé de médecine, est devenu administrateur de sociétés après avoir été député du Nord et son accès à la présidence de Kuhlmann repose sur son alliance matrimoniale (supra p. 85). L’accès de Paul Doumer (1857-1932) à la présidence de la CGE repose aussi beaucoup plus sur son parcours politique que sur sa brève première carrière d’enseignant de mathématiques dans un collège après une licence ès sciences. Le pharmacien docteur ès sciences Georges Roché (1866-1942) a été chef des travaux de zoologie au Museum puis inspecteur général des pêches maritimes avant de faire carrière chez Poulenc Frères puis Rhône-Poulenc. Le seul véritable autodidacte passé par l’administration est Jules Barut (1857-1929) qui, après des études seulement primaires, a commencé sa carrière au bas de l’échelle comme auxiliaire d’un conducteur de travaux des Ponts et Chaussées18.

  • 19 La possibilité introduite en 1907 n’a longtemps fonctionné qu’au compte-goutte ; André Thépot, Les (...)
  • 20 André Brunot, Roger Coquand, Le Corps des Ponts et Chaussées, Paris, CNRS Éditions, 1982, p. 242, (...)

12Ces résultats illustrent l’extraordinaire fermeture du recrutement scolaire de l’État, du moins pour les anciens fonctionnaires qui sont recrutés dans les entreprises et qui y font les carrières les plus accomplies. D’une part, les entreprises ne promeuvent à leur tête que d’anciens fonctionnaires issus des corps les plus prestigieux (infra chapitre V). D’autre part, ces « grands corps » sont extrêmement fermés aux promotions internes, comme le montrent les blocages à l’égard des contrôleurs des Mines19 ou des conducteurs des Ponts et Chaussées20 pour l’accès aux corps des ingénieurs correspondants. Les difficultés d’un Jules Barut dans sa carrière administrative sont révélatrices : s’il réussit à 22 ans à intégrer par concours le corps des conducteurs, il échoue en 1895 à entrer à l’École nationale des ponts et chaussées. Il n’accède aux cercles dirigeants qu’en développant sa propre affaire. Rattaché comme conducteur à l’arrondissement de Chambéry, il a créé en 1896 avec des industriels et des financiers locaux une société de tramway et de production électrique dont il devient le directeur après son départ de l’administration. L’année suivante, il se lance dans la fabrication de carbure de calcium avec la nouvelle Société électrochimique du Giffre dont il est l’administrateur délégué. Son absorption en 1919 par l’Électro-chimie lui permet de conserver la même fonction à la tête d’un grand groupe.

  • 21 Jean Jolly (dir), Dictionnaire des parlementaires français : notices biographiques sur les ministr (...)
  • 22 Brochure nécrologique citée par J.-M. Moine, Les Barons du fer…, op. cit., p. 98.
  • 23 Herbert Lottman, Michelin. 100 ans d’aventure, Paris, Flammarion, 1998, p. 279. Voir aussi ses mém (...)

13Même s’il n’existe pas les mêmes exigences scolaires formelles à l’entrée des entreprises, il n’y a guère que chez les héritiers qu’on trouve une proportion significative (10 sur 63) de dirigeants qui n’ont, de manière certaine, pas eu de formation supérieure, et qui s’ajoutent à ceux dont le parcours scolaire précis n’était pas connu. C’est le cas en particulier des cinq Schneider qui se succèdent à la gérance dans la période étudiée, Eugène, ses trois fils Paul-Henri, Charles et Jean et la veuve de Charles de manière intérimaire au début des années 1960. À la différence des Wendel ou de certains Peugeot, la famille du Creusot s’est toujours contentée d’une formation sur le tas. Eugène II (1868-1942) avait ainsi effectué d’« honorables études classiques21 » couronnées par un baccalauréat ès lettres et sciences et un titre de lauréat au concours général en grec qui auraient pu lui permettre de faire des études supérieures, mais, dès l’âge de 19 ans, il rejoint l’usine du Creusot pour un cursus de stages maison. Sept ans plus tard, en 1894, « son apprentissage terminé », il est nommé directeur. Les choses vont encore plus vite avec ses trois fils, nommés cogérants en 1915 pour Henri-Paul à 20 ans et Jean à 19 ans ; et en 1918 pour Charles à 20 ans également, après que la guerre les ait détournés des études. La veuve de Charles, nommée cogérante en 1960, était une ancienne actrice de cinéma sans formation académique. De même, à Longwy, « après de solides études scientifiques et pratiques [Paul Labbé (1871-1935)] devint très jeune l’élève de son grand-père et de son père. C’est d’eux et avec eux qu’il apprit le métier si difficile et si complexe de chef d’industrie22. » Son collègue Jean Raty (1894-1958) avait, lui, vu ses études programmées d’ingénieur compromises par la Grande Guerre : la mobilisation a interrompu sa scolarité en mathématiques spéciales et il doit, plutôt que la reprendre, se consacrer à l’entreprise familiale des Hauts-fourneaux de la Saulnes en 1919, un an avant le décès son père. Robert Puiseux (1892-1991) appartenait à la même génération mobilisée et, après ses études secondaires aux lycées Henri IV et Saint-Louis, il était officier d’artillerie lorsque la guerre a commencé. Son mariage en 1921 avec la fille d’Édouard Michelin lui a ouvert les portes de l’entreprise : « son université fut la place des Carmes [le siège de la société à Clermont-Ferrand], et il allait passer dix-neuf ans en “apprentissage” auprès […] d’Édouard Michelin – jusqu’à sa disparition23 ».

14Chez les hommes d’entreprise, ils ne sont en revanche que 4 – sur 67 – connus pour n’avoir suivi aucune formation supérieure et ils appartiennent tous aux générations les plus anciennes. L’intérêt de distinguer les différentes catégories apparaît ici nettement. La part est encore plus faible que lorsque, comme M. Lévy-Leboyer, on les confond : le pourcentage des non-diplômés du supérieur est dans son étude – sous réserve d’un nombre non négligeable de données manquantes et des 11 (environ 2 %) qui n’ont pas achevé leurs études – de 12,2 % pour l’ensemble de sa période.

  • 24 J.-M. Moine, Les Barons du fer…, op. cit., p. 80-81.

15Eugène Étienne (1844-1921) s’était contenté d’études secondaires lorsqu’il a commencé une modeste carrière d’employé à la Compagnie des messageries maritimes à Marseille. C’est son parcours politique ultérieur qui lui a permis une ascension sociale consacrée dans les affaires par la désignation à la présidence des TLH en 1910. Alexandre Dreux (1853-1939) n’avait qu’une formation primaire lorsqu’il est engagé, après des débuts modestes à Saint-Malo, à 18 ans comme employé au service commercial des fonderies Victor Doré au Mans24. Il y aurait reçu une formation à la comptabilité. Ses capacités et son travail l’auraient fait remarquer par Armand Chappée, le gendre du propriétaire, qui l’aurait nommé comptable d’une filiale à Redon créée pour produire de la fonte, mais dont les hauts-fourneaux sont bientôt arrêtés.

  • 25 Ibid.

C’est alors, en 1877, que Chappée [le] recommanda aux maîtres de forges du Pays-Haut qui cherchaient un directeur pour le Comptoir de Longwy, organisme de vente en commun de la fonte [dont Chappée était un gros client], récemment créé. Comme ils s’étonnaient qu’il ne conservât point un collaborateur dont il disait le plus grand bien, Chappée répondit que, désireux de limiter le développement de son affaire afin d’en conserver le contrôle, il ne pouvait garder un homme d’une telle envergure. […] [Dreux] s’installa donc à Longwy, d’abord comme agent comptable et fondé de pouvoir du Comptoir puis, moins d’un an après, directeur-gérant. Il passa dix ans à sa tête, apprécié des administrateurs, les Labbé, d’Adelswärd, Raty, de Saintignon, d’Huart…, de ces hommes qui, en 1880, créaient les Aciéries de Longwy.25

  • 26 L. Dubois, Lafarge-Coppée…, op. cit., p. 26-27.
  • 27 Patrick Fridenson, « Les ingénieurs et cadres de l’automobile en France au XXe siècle », dans Phil (...)
  • 28 Notice biographique, Jean-Louis Loubet, Histoire de l’automobile française, Paris, Le Seuil, 2001, (...)
  • 29 F.-P. et F.-J. Jeanson, L. Rosengart 1881-1976…, op. cit.

16À cette époque, la filière commerciale est ouverte aux autodidactes. En 1888, Dreux se voit confier par le conseil d’administration la direction générale des Aciéries en grave difficulté financière. Charles Daher a un parcours semblable : il a 18 ans lorsqu’il est embauché en 1872 dans une petite affaire de transit maritime et terrestre à Marseille, dont il devient l’associé dix ans plus tard avant de s’occuper comme cogérant en 1890 des affaires commerciales de Lafarge26. Lucien Rosengart (1880-1976) est lui aussi l’homme d’une industrie nouvelle, l’automobile, qui fait encore la part belle aux simples techniciens formés sur le tas27 : après avoir travaillé dans la petite entreprise familiale de son père, ce « technicien autodidacte28 » crée en 1902 un petit atelier à Belleville pour fabriquer avec deux ouvriers une vis à bois de son invention. Après avoir été le fournisseur exclusif en boulons puis un directeur de la SA André Citroën, il devient, entre 1923 et 1927, un éphémère administrateur délégué de Peugeot, avant de créer ensuite sa propre marque29.

17Ces hommes relèvent tous d’un stade antérieur à la grande entreprise organisée avec des hiérarchies structurées et hautement qualifiées. Un tel parcours n’est plus guère envisageable dans la deuxième moitié du xxe siècle. La probabilité de « doubler » tous les diplômés pour accéder à des fonctions dirigeantes lorsqu’on n’est pas un héritier devient infime.

18Près de neuf hommes d’entreprise sur dix et près des deux tiers des héritiers sont donc connus pour avoir fait des études supérieures, ou du moins des formations associées ensuite à l’enseignement supérieur, même si elles n’impliquaient pas nécessairement la possession d’un baccalauréat au moment où ils les ont faites. Ce résultat n’avait rien d’évident, surtout pour les générations les plus âgées formées dans le dernier tiers du xxe siècle, à une époque où l’enseignement supérieur ne rassemblait qu’une fraction très étroite d’une classe d’âge. Une très forte sélection préalable est donc faite par le système scolaire, aux résultats de laquelle l’entreprise soumet largement le recrutement de ses élites.

La faible représentation des formations techniques

  • 30 Statistiques tirées des tableaux de Jean-Baptiste Piobetta, Le Baccalauréat, Paris, J.-B. Baillièr (...)

19Parmi l’ensemble des formations suivies considérées aujourd’hui comme supérieures, il convient cependant d’établir une première distinction entre celles qui exigeaient déjà à l’époque le baccalauréat – l’université et quelques rares grandes écoles – et les autres. Le nombre de bacheliers était en effet faible pour les générations concernées, dans une remarquable stabilité d’ailleurs. Il y avait en moyenne 6 000 diplômes attribués chaque année dans les années 1870-1880, répartis entre environ 3 500 baccalauréats ès lettres et 2 500 ès sciences30. Entre 1892 et 1904, le nombre ne s’élève, avec la nouvelle distinction entre enseignements secondaires classique et moderne, qu’à un peu plus de 7 000, dont moins de 2 000 titres pour la seconde catégorie. La réunification en 1905 ne débouche sur une croissance sensible des effectifs qu’à partir des années 1920, à 10 000 à peine, pour atteindre 15 000 au début des années 1930. Mais on en reste à une part très faible d’une classe d’âge, de l’ordre de quelques pour cent, même en ne considérant que les garçons, longtemps très majoritaires chez les diplômés et qui sont alors les seuls susceptibles d’accéder aux fonctions dirigeantes dans les grandes entreprises. L’exigence du baccalauréat établit donc une sélection préalable très forte, qui a bien sûr (infra chapitre VI) des implications considérables en termes de recrutement social.

20Il existe cependant de nombreuses formations appartenant aujourd’hui à l’enseignement supérieur qui, souvent jusqu’à l’explosion des effectifs de bacheliers dans l’après-seconde guerre mondiale, n’ont pu se permettre d’exiger le baccalauréat, sous peine d’avoir un recrutement insuffisant. Leurs élèves pouvaient se contenter d’études secondaires inachevées, voire d’une formation primaire supérieure. Leur forte représentation dans le corpus abaisserait fortement l’obstacle scolaire.

  • 31 Charles R. Day, Les Écoles d’Arts et Métiers. L’enseignement technique en France xixe-xxe siècles, (...)
  • 32 Ibid., p. 162-163.
  • 33 Ibid., p. 9.
  • 34 Ibid., p. 148-150.
  • 35 Ibid., p. 162.
  • 36 Ibid., p. 167-168.
  • 37 Ibid., p. 180.
  • 38 Ibid., p. 190.
  • 39 Ibid., p. 186-187.
  • 40 Ibid., p. 192.
  • 41 Ibid., p. 199-200.

21C’est d’abord le cas des écoles d’Arts et Métiers, des établissements publics créés successivement dans un premier temps à Châlons-sur-Marne (1806), Angers (1815), Aix-en-Provence (1843), et dans une seconde à vague à Lille (1900), Cluny (qui obtient le statut en 1901) et enfin Paris (191231) Chaque école a un effectif annuel d’une centaine d’élèves, ce qui porte donc les promotions à 500 puis 600 diplômés (les « gadzarts ») au début du xxe siècle32. Le niveau scolaire de recrutement est longtemps très bas, avec des élèves d’une quinzaine d’années sortant du seul enseignement primaire. « Pendant leur premier siècle d’existence, les écoles d’Arts et Métiers furent officiellement définies comme des écoles pour la formation de contremaîtres et de personnel qualifié33. » À partir de 1885, les exigences d’admissions sont élevées au niveau des nouvelles écoles primaires supérieures techniques où elles comptaient recruter, ce qui les transforme en établissements secondaires techniques, capables de mener leurs meilleurs élèves vers une formation d’ingénieur et de scientifique34. Une nouvelle loi de 1899 élève le niveau des programmes en sciences et le couronnement de ces réformes est l’attribution en 1907 du diplôme d’ingénieur35. Il est obtenu, à l’issue d’un examen très complet après trois ans de scolarité, par environ 60 % des élèves, les autres devant se contenter du brevet traditionnel36. Mais, malgré ce nouveau titre, les écoles continuent d’être considérées comme second cycle du primaire. « La plupart des élèves entraient à 16 ou 17 ans pour en sortir à peu près au même âge que les bacheliers du secondaire. Vers 1900, 15 % environ d’entre eux poursuivaient des études supérieures à Centrale ou à l’École supérieure d’électricité. » En 1920, l’âge d’entrée est fixé de 16 à 19 ans, ce qui situe l’obtention du diplôme, qui devient un titre d’ingénieur pour tous, entre 19 et 21 ans37. Il équivaut au baccalauréat pour l’entrée à l’université, une apparente promotion qui cantonne cependant les Arts et Métiers dans l’enseignement secondaire à un moment où les sciences de l’ingénieur obtiennent définitivement leur place dans l’enseignement supérieur, en France et à l’étranger38. En 1933, face au chômage qui frappe aussi les « gadzarts », le nombre des élèves admis est réduit à la demande de la Société des anciens élèves de 600 à 36039. Mais les programmes ne changent pas et les élèves continuent d’avoir des difficultés en mathématiques aux concours d’entrée des grandes écoles. Ce n’est qu’en 1947, trop tard pour les générations étudiées donc, que les Arts et Métiers sont intégrés dans le supérieur. Une quatrième année d’étude à Paris est instaurée et l’âge d’admission passe à 18 ou 19 ans40. La longue quête de reconnaissance ne s’achève qu’en 1974 avec l’obtention du statut de grande école, tout candidat devant avoir désormais accompli deux années préparatoires dans un lycée après le baccalauréat41.

  • 42 Parmi les dirigeants diplômés de l’École centrale, il ne semble pas se trouver d’anciens « gadzart (...)
  • 43 Il est fait mention de son appartenance à l’entreprise dès l’édition 1903 de l’Annuaire de la Soci (...)

22On comprend ainsi mieux que les « gadzarts » soient, d’une part, très peu nombreux parmi les dirigeants : on n’en recense que trois parmi les hommes d’entreprise, Camille Cavallier (Châlons, promotion 1871), René Robard (Angers, 1879) et Alexandre Lemoine (Angers, 1889), auxquels s’ajoutent deux « héritiers », le frère cadet du premier, Henri Cavallier (Châlons, promotion 1884) – sa carrière chez Pont-à-Mousson s’étant faite dans le sillage de son aîné (supra p. 113) –, et son propre fils Jean (Cluny, 1916). D’autre part, il est frappant que cette petite implantation n’existe, au moins pour les non-héritiers, que pour les générations les plus anciennes formées bien avant l’obtention du titre d’ingénieur. Dès les années 1880, les écoles des Arts et Métiers disparaissent du paysage des formations pour les dirigeants, alors que leur niveau scolaire commence à s’élever42. La réussite de ces quelques « gadzarts » correspond donc plutôt, comme celle des autodidactes, à un stade antérieur à celui de la grande entreprise : Pont-à-Mousson n’était encore qu’une entreprise modeste quand Camille Cavallier y a débuté en 1874, et il s’est inscrit dans le sillage du « premier fondateur » Xavier Rogé, ancien élève des Arts et Métiers lui-même, sorti également de l’école de Châlons une vingtaine d’années plus tôt (promotion 1853). René Robard est devenu en 1903 (à 39 ans) administrateur délégué de TLH qui vient tout juste de s’émanciper de la personne de son fondateur Lazare Weiller. Alexandre Lemoine, recruté vers 190243, appartient à la première génération des serviteurs de la famille Peugeot dans l’automobile.

  • 44 Voir la chronologie établie par Annick Ternier, André Grelon, « Chronologie des ingénieurs (1744-1 (...)
  • 45 Telles qu’elles sont définies par leur appartenance à une association régie par la loi de 1901, la (...)
  • 46 Michel Hau, L’Industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Strasbourg, Association des publications (...)
  • 47 Sur la Société industrielle de Mulhouse et son rôle auprès de l’école de chimie, voir Florence Ott (...)
  • 48 Florence Ott, La Société industrielle de Mulhouse au temps de l’Empire allemand, Mulhouse, Société (...)
  • 49 Association amicale des anciens élèves de l’École supérieure de chimie de Mulhouse, Annuaire, 1re (...)

23La plupart des autres écoles techniques qui se créent au cours du xixe siècle44, et qui font partie aujourd’hui des « grandes écoles45 » d’ingénieurs, sont également loin d’exiger le baccalauréat à l’entrée. C’est le cas en 1822 à Mulhouse avec, à l’initiative de Nicolas Koechlin et Jean Dollfus, patrons des deux plus grandes indienneries de la ville, la construction d’un laboratoire et la création, en association avec la municipalité, d’une chaire de chimie appliquée à l’industrie textile46. Ce cours donne ensuite naissance à une école de chimie, subventionnée à la fois par la ville et la Société industrielle de Mulhouse47. Après son passage sous contrôle allemand, l’école n’obtient pas la reconnaissance du caractère supérieur de son enseignement : elle devient école municipale de chimie industrielle48. Le nombre d’élèves augmente rapidement pour atteindre 56 en 1882 et autour de 80 au tournant du siècle, pour des études qui durent sept semestres49. Après le retour à la France, les promotions annuelles se stabilisent au milieu des années 1920 à 35-40 élèves. En 1932, si les titulaires du baccalauréat mathématiques sont admis d’office en première année, il existe toujours une autre filière d’accès en passant un examen d’admission en mathématiques, physique et chimie. Les diplômés obtiennent le titre d’ingénieur en 1935. Cette école, sans concurrence dans le domaine de la chimie en France jusqu’aux années 1880, n’a formé qu’un dirigeant du corpus, d’ailleurs à l’époque allemande, l’Alsacien Joseph Frossard (promotion 1896), qui, après une première carrière dans l’industrie textile russe, a rejoint l’armée française en 1914 avant, à partir de 1919, de mettre en place la nouvelle industrie nationale des colorants intégrée ensuite à Kuhlmann.

  • 50 Bruno Béguet, « Une école d’ingénieurs en province : l’École centrale lyonnaise de 1857 à 1947 », (...)

24L’École centrale lyonnaise pour l’industrie et le commerce est fondée en 1857 à l’initiative d’une vingtaine d’industriels, négociants et banquiers qui cherchent à « offrir aux héritiers de la bourgeoisie industrielle locale une école de formation technique supérieure adaptée50 ». Les frais d’inscription sont assez élevés (700 francs par an en 1857) et l’école peine, malgré une exigence scolaire assez faible – recrutement sur examen qui ne se veut pas un concours sur les connaissances de la classe de mathématiques élémentaires, les bacheliers ès sciences étant admis sur la base d’une seule épreuve de dessin –, à recruter des élèves : les promotions annuelles de diplômés stagnent longtemps, avec un fort taux d’échec en cours de scolarité, entre 15 et 20, avant de s’élever dans les années 1920 à plus d’une centaine pour retomber à une vingtaine dans les années 1930, ce qui lui vaut de graves difficultés financières. Le conseil d’administration a pourtant longtemps refusé la reconnaissance par l’État, qui n’intervient qu’en 1929 par le biais d’une association avec l’université. À la Libération, l’école, compromise par la participation de son président Paul Charbin au gouvernement de Vichy, est mise sous séquestre et finalement cédée à l’État sans contrepartie en 1947. Ce n’est qu'ensuite qu’elle connaît son véritable essor et sa consécration comme grande école d’ingénieurs. Il n’est donc pas étonnant, malgré l’importance de l’industrie de la région lyonnaise dans le corpus, qu’on ne la retrouve qu’une fois, avec Nicolas Grillet (promotion 1890, directeur général de Rhône-Poulenc), parmi les dirigeants étudiés. Quant à son homologue lilloise, l’Institut industriel du Nord de la France (IDN, devenu École centrale de Lille en 1991), créé en 1872, à l’initiative de la municipalité et du département du Nord, il n’est pas représenté.

  • 51 George Weisz, The Emergence of modern universities in France, 1863-1914, Princeton, Princeton Univ (...)
  • 52 Sur les écoles de Lyon et de Nancy, voir Michel Bauer, Élie Cohen, « Politiques d’enseignement et (...)
  • 53 D’après A. Ternier, A. Grelon, « Chronologie des ingénieurs (1744-1985) », op. cit. Voir également (...)
  • 54 Sur cette école, voir Terry Shinn, « Des sciences industrielles aux sciences fondamentales. La mut (...)
  • 55 Pierre Lecouteux, La Société industrielle de Rouen (1872-1939) : une société spécifique ?, thèse d (...)
  • 56 H. Joly, « La position dominée des chimistes à la direction des grandes firmes chimiques en France (...)
  • 57 Anne Bidois, « L’enseignement de la chimie à Rouen aux xixe et xxe siècles » dans Thérèse Charmass (...)
  • 58 T. Shinn, « Des sciences industrielles aux sciences fondamentales… », op. cit., p. 169-170.
  • 59 M. Bauer, É. Cohen, « Politiques d’enseignement… », op. cit., p. 186.

25Après ces initiatives privées, ou du moins extra-universitaires, les années 1880-1910 sont marquées, au moins au plan institutionnel, par une spectaculaire diversification du paysage de l’enseignement supérieur scientifique, à partir des universités en premier lieu. Si la recherche fondamentale reste prédominante à la faculté des sciences de Paris, les facultés de province, confrontées à des difficultés de recrutement avec l’exigence du baccalauréat et à une pénurie de moyens, se tournent vers la recherche appliquée. Des instituts spécialisés sont créés à l’initiative de professeurs, en relation avec les milieux économiques locaux, pour former les cadres techniques des branches industrielles en développement. Les effectifs concernés s’élèvent lentement : 248 diplômes industriels seulement sont ainsi délivrés en 1908 et 479 en 191251. Respectivement, 93 et 122 sont attribués en chimie. Dans cette discipline, les créations d’instituts se sont multipliées à Lyon (1883), Nancy (188752) Bordeaux (1891), Lille (1894), finalement à Paris (1896), Toulouse (1906), Montpellier (1908), Caen et Besançon (1914), Rennes (1917), Poitiers et Strasbourg (1919), et Grenoble (192153) ; autant d’initiatives qui ont largement compensé la perte temporaire pour la France de l’école mulhousienne. Le baccalauréat n’est pas exigé au départ à l’entrée de ces instituts et les élèves n’obtiennent pas les grades universitaires classiques mais, comme une loi de 1895 le permet, un diplôme spécifique d’ingénieur chimiste de l’université (en 1902 à Nancy, en 1906 à Paris, en 1918 à Lyon, en 1934 à Bordeaux, etc.). Par ailleurs, toujours en chimie, d’autres créations se font en dehors des facultés des sciences, en 1882 avec l’École de physique et de chimie industrielle de la ville de Paris à l’initiative de la municipalité54, plus tardivement en province en 1911 à Clermont-Ferrand et en 1917 à Marseille à l’initiative de la chambre de commerce, et en 1918 à Rouen à celle d’une association, la Société industrielle locale55. Même si les effectifs concernés sont restés modestes, avec des promotions de quelques dizaines d’élèves par établissement dans l’entre-deux-guerres (dont de nombreux étrangers et des femmes)56, ce foisonnement institutionnel devrait se retrouver, du moins pour les générations nées à partir de la fin des années 1860, pour les entreprises étudiées ayant des activités chimiques, qui sont deux à titre exclusif (Kuhlmann, Rhône-Poulenc) et trois à titre partiel (Saint-Gobain, Pechiney, Ugine). Or, il n’en est presque rien. Seuls trois de leurs dirigeants sont issus de l’un de ces instituts. La plus ancienne, l’École supérieure de chimie industrielle de Lyon, n’a formé tardivement (promotion 1922) qu’un dirigeant de Rhône-Poulenc, Louis Clouzeau. André Borocco (né en 1913), directeur général des produits chimiques de Saint-Gobain, est, lui, diplômé de l’Institut de chimie de Strasbourg. Le président de Kuhlmann, René-Paul Duchemin (1875-1963), serait diplômé en chimie d’une « École des sciences de Rouen », qui, pour sa génération, ne peut correspondre à l’école créée en 1918. Il doit s’agir de l’« école préparatoire à l’enseignement supérieur des sciences et des lettres » qui, à défaut d’université, existait dans cette ville depuis 1855 et qui assurait des enseignements de chimie, son directeur Jean Girardin étant titulaire d’une chaire de chimie agricole et industrielle57. Les spécialistes n’ont pas, sous réserve d’une évolution ultérieure qu’annonceraient ces deux derniers cas, réussi à s’imposer à la tête des groupes chimiques. Ils ont probablement souffert longtemps de leur trop faible légitimité scolaire. Une école comme celle de Paris ne peut espérer recruter des élèves de lycées « qui manifestent peu d’intérêt pour les carrières techniques » ; son concours ne s’adresse donc qu’aux élèves des écoles supérieures techniques58. Ce n’est qu’en 1936 que l’école de Nancy aligne son programme de concours sur celui de Polytechnique, obligeant ainsi les candidats à passer par les classes préparatoires aux grandes écoles ; à Lyon, cette exigence apparaît encore plus tard, en 1951, avec l’assimilation aux écoles nationales supérieures d’ingénieurs (ENSI), alors qu’un recrutement parallèle au profit des élèves du technique subsiste jusqu’en 196859.

  • 60 Voir, de manière générale, André Grelon, « Les universités et la formation des ingénieurs électric (...)
  • 61 A. Grelon, « Les origines et le développement des écoles d’électricité Breguet, Charliat, Sudria e (...)

26Dans la branche de la construction électrique, les instituts universitaires spécialisés en électricité, de création il est vrai un peu plus tardive, comme l’Institut électromécanique de Lille et l’Institut électrotechnique de Nancy (190060) l’Institut électrotechnique de Grenoble (1901), l’Institut d’électrotechnique et de mécanique appliquée de Toulouse (1907) ou l’École de radioélectricité de Bordeaux (1920), ne sont pas du tout représentés parmi les dirigeants de Thomson ou de la CGE. Ces instituts ont pourtant délivré 101 diplômes dès l’année 1908, et 229 en 1913. L’impact est également nul pour les écoles privées qui se sont créées au même moment à Paris en particulier, avec l’École d’électricité industrielle dite Charliat (1901), l’École d’électricité et de mécanique industrielle dite Violet (1902), l’École Breguet (1904) et l’École spéciale de mécanique et d’électricité dite Sudria (1905) ; une École d’électricité industrielle apparaissant ensuite à Marseille (1908). Comme les instituts universitaires, leur recrutement se fait sans concours, après un simple avis du directeur vérifiant le niveau du postulant pour les titulaires du baccalauréat première partie ou du brevet d’enseignement primaire supérieur61, avec même un cours préparatoire de deux ans ouvert à ceux dont le niveau d’études est inférieur. Ces écoles obtiennent pourtant le droit de délivrer des diplômes d’ingénieur en 1926-1929.

  • 62 Sur l’histoire de Supélec, voir Girolamo Ramunni, Michel Savio, 1894-1994. Cent ans d’histoire de (...)
  • 63 C. R. Day, Les Écoles d’Arts et Métiers…, op. cit., p. 170.
  • 64 À l’École centrale de Paris comme à Polytechnique ou à HEC, des concours spécifiques sont organisé (...)
  • 65 Voir la généalogie en ligne de Gustave Noblemaire : www.USGenealogy.net.
  • 66 D’après la notice biographique très complète sur Wikipédia probablement rédigée par un proche anon (...)

27La seule école spécialisée en électricité représentée dans le corpus est une école particulière dans la mesure où elle ne joue longtemps qu’un rôle de formation complémentaire. L’École supérieure d’électricité (Supélec), créée à Malakoff(Seine) en 1894 dans un cadre privé, connaît certes un succès rapide, avec des promotions annuelles qui dépassent la cinquantaine d’élèves dès 1898, la centaine à partir de 1908 et les 200 après la première guerre mondiale62. Mais, avec une scolarité réduite à une année jusqu’à la fin des années 1930, elle permet au départ surtout à des diplômés d’autres écoles d’ingénieurs admis sur titre de bénéficier d’une spécialisation. De 1894 à 1925, sur 2 649 élèves français, 408 sont ainsi recrutés en tant que « gadzarts », 407 en tant qu’ingénieurs des corps de l’État et militaires, 361 comme licenciés ès sciences, 196 comme centraliens, 194 comme polytechniciens63, etc. Dans les groupes étudiés, quatre diplômés de Supélec sont justement passés au préalable par Polytechnique – Jean-Marie Louvel (X 1920 Normale, Supélec 1924, président de la CGE), Roger Gaspard (X 1920 Normale, Supélec 1926, gérant de Schneider), Ambroise Roux (X 1940, Supélec 1945, PDG de la CGE), les deux derniers étant préalablement passés par l’École d’application des ponts et chaussées – ou par l’École centrale des arts et manufactures – Georges Desbrière (Centrale 1922c64, Supélec 1923, PDG de la CFM). La part de l’entrée directe par concours n’augmente que lentement : ils ne sont qu’un gros tiers (937) à être recrutés ainsi jusqu’en 1925. Et il n’est qu’un dirigeant de Thomson, Étienne de Lassus de Saint-Geniès (promotion 1909), à être diplômé de Supélec sans avoir une formation antérieure connue. Et encore disposait-il d’autres atouts que son titre scolaire pour s’imposer : s’il n’est pas un héritier du capital, il a hérité de nombreuses ressources sociales. Deux de ses arrière-grands-pères en effet, son grand-père maternel et son frère aîné, étaient polytechniciens ; ses parents ont eu pour témoin de mariage Gustave Noblemaire, alors directeur des Chemins de fer algériens où travaille le marié et futur directeur général du PLM65, et ils étaient des musiciens « amis de César Franck, Henri Duparc, Gabriel Fauré et Vincent d’Indy66 ». En 1919, lui-même a épousé Madeleine Margot, fille de Maurice, directeur général du PLM et… petite-fille du prédécesseur de celui-ci, G. Noblemaire, resté très lié à sa famille. Il fallait visiblement un peu plus que des qualités professionnelles pour compenser l’échec initial à entrer à Polytechnique…

28Ils ne sont donc que neuf hommes d’entreprise et deux héritiers à avoir été formés dans ces établissements d’ingénieurs civils destinés pourtant à l’industrie privée. Leur part aurait dû croître avec le temps. Au contraire, sept des dirigeants concernés appartiennent aux générations les plus anciennes. Même si les effectifs scolarisés sont longtemps restés modestes et si la reconnaissance académique marquée par l’obtention du titre d’ingénieur est souvent arrivée tard pour les générations étudiées, le déclin ne semble pas avoir été remis en cause.

L’exclusion des formations commerciales

  • 67 Sur l’histoire de la formation des écoles supérieures de commerce en France au cours du xixe siècl (...)
  • 68 Marc Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France : 1881-années 1980, thèse de doctorat (...)

29Les formations commerciales sont totalement absentes du corpus pour les managers ; seul un héritier, Guy de Wendel (1878-1955), sort de HEC (promotion 1902). Cela pourrait s’expliquer pour les premières générations par leur création tardive. HEC n’apparaît qu’en 1881 et a été précédée des seules écoles supérieures de commerce de Paris (1819), du Havre et de Rouen (1871), de Lyon et de Marseille (1872) et de Bordeaux (1874) ; une deuxième vague suit dans les années 189067. Mais l’explication ne vaut pas pour le reste de la population. Ce négatif résultat confirme donc le constat de l’historien Marc Meuleau à propos d’HEC : pendant longtemps, cette école ne pourvoit pas aux fonctions de direction générale dans la grande industrie, du moins pour les managers68. HEC n’a longtemps été qu’une « petite grande école », qui attire avant 1914

  • 69 Marc Nouschi, Histoire et pouvoir d’une grande école. HEC, Paris, Robert Laffont, 1988, p. 89. L’é (...)
  • 70 Ibid., p. 80.

[…] les fils de la bourgeoisie parisienne trop heureux de réduire leurs obligations militaires69. Les candidats sont peu nombreux pour un nombre de places qui oscille autour de 50 par an entre 1882 et 1892, et une centaine par an jusqu’à la Première Guerre mondiale. HEC est alors une école facile, dans laquelle tout titulaire du baccalauréat est admis de droit. Les non-bacheliers doivent passer un examen et non un concours. […] Même après la mise en place d’un concours en 1892 [remise en cause en 1906, définitivement adoptée en 1922], le ratio candidats– nombre de places offertes est très différent de celui des écoles d’ingénieurs, X, Centrale, les Mines : en 1900, à peine 280 candidats briguent l’entrée à HEC pour 180 places offertes, soit un rapport de 64 %. Ce chiffre demeure stable jusqu’au milieu des années vingt.70

  • 71 Pour une vue sur deux siècles des écoles de la chambre de commerce et d’industrie de Paris, Patric (...)

30Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que le niveau de sélection s’élève. Ce qui vaut pour la plus prestigieuse vaut a fortiori pour les autres écoles de commerce, dont l’exigence scolaire est encore plus faible71. Dans une perspective comparative avec l’Allemagne notamment, l’historien américain Robert R. Locke relève ainsi :

  • 72 Robert R. Locke, Management and Higher Education since 1940. The influence of America and Japan in (...)

Les grandes écoles de commerce provinciales ne valent guère mieux que des écoles secondaires qui enseignent les techniques commerciales plus que la gestion des affaires. Même HEC, la grande école la plus avancée, ne peut rivaliser avec les écoles allemandes selon des critères scientifiques.72

  • 73 Pierre-Henri Haas, Histoire de l’école supérieure de commerce de Lyon : 1872-1972, mémoire de DEA (...)

31À l’école lyonnaise, de nombreux bacheliers se présentent à l’examen d’entrée dès 1872, mais en 1906 il est encore instauré un recrutement sur titres pour de simples titulaires de la première partie du bac ou de certains certificats de fin d’études (études secondaires du 1er degré, brevet élémentaire, études primaires supérieures, études pratiques commerciales, etc.73) Après la première guerre mondiale, un concours est établi pour tous ; divers diplômes donnent seulement une avance de points. Mais ce n’est qu’en 1966 que le baccalauréat devient obligatoire, avec le passage par les classes préparatoires.

  • 74 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français… », op. cit., p. 152-153.

32M. Lévy-Leboyer ne fournit pas de résultats spécifiques pour les écoles de commerce ; il indique seulement que « le droit, les écoles commerciales et les formations assimilées, qui comptaient pour un quart dans le total des diplômes avant 1929, ont nettement progressé ; ils ont doublé en pourcentage de 23 % à 46 % entre 1939 et le second après-guerre [1959 et 197374] », mais on retrouve là probablement un effet de la constitution différente de son corpus : il travaille sur une population tirée au sort parmi l’ensemble des administrateurs, qu’ils soient dirigeants ou non, et sur les administrateurs seulement, excluant apparemment les directeurs généraux administrateurs. Il est donc loin de se limiter aux industriels de métier, intégrant des banquiers ou des personnalités diverses ne se consacrant qu’à titre accessoire aux entreprises qu’ils administrent, et plus susceptibles d’avoir une formation non technique (supra chapitre III). P. Bourdieu et M. de Saint Martin relèvent, eux, une croissance tardive pour les seules écoles de commerce, à un niveau plus modeste toutefois, de 0 % en 1952 à 6 % en 1962 puis 9 % en 1962. Mais leur corpus ne se limite pas aux entreprises industrielles.

La marginalisation des formations universitaires

  • 75 G. Weisz, The Emergence of Modern Universities…, op. cit., p. 225.
  • 76 Ibid., toutes les indications statistiques sur le nombre de diplômes universitaires attribués sont (...)
  • 77 Charles-Albert Lucas, Trajectoire d’un entrepreneur. François Albert-Buisson ou la construction d’ (...)

33Il reste donc 49 hommes d’entreprise et 37 héritiers à avoir suivi des formations supérieures impliquant en principe la détention du baccalauréat, ce qui pour les générations concernées réduit très fortement le vivier possible. C’est bien sûr l’université qui rassemblait les plus grands effectifs étudiants. S’il n’y avait encore que 11 200 étudiants dans les facultés françaises en 1876, soit 4,7 pour mille d’une classe d’âge de 19 à 22 ans, ils sont 42 000 dès 1914, soit 16,5 pour mille d’une même classe d’âge75. Alors que l’université attribuait 1 405 licences (en droit, lettres, sciences) et 829 doctorats (mêmes facultés, plus la médecine), auxquels s’ajoutaient 443 diplômes de pharmaciens, par an en moyenne dans les années 1876-1880, les mêmes chiffres atteignent respectivement 3 005, 1 579 et 382 dès les années 1908-191276. Mais ces flux ne concernent les entreprises qu’à la marge. Les universités mènent surtout aux professions libérales ou à l’enseignement secondaire. Parmi les doctorats, une grande partie (614 puis 923) concerne la médecine, représentée ici par le seul héritier Théodore Barrois. Si aucune entreprise du corpus n’est considérée comme une entreprise pharmaceutique à part entière et donc soumise à une obligation légale de qualification pour ses dirigeants, les activités pharmaceutiques de Rhône-Poulenc étant regroupées dans la filiale Specia, un administrateur délégué venu des Éts Poulenc Frères, Georges Roché, et un président, François Albert-Buisson, fondateur de sa propre entreprise, Théraplix, sont, à la tête de ce groupe, des pharmaciens de formation. Le second profite même de l’instauration en 1898 du doctorat en pharmacie pour achever sa formation en 1907 par une thèse77.

  • 78 Ce n’est qu’à la fin des années 1950 que le cursus d’économie s’est autonomisé dans les facultés d (...)
  • 79 C.-A. Lucas, Trajectoire d’un entrepreneur…, op. cit., p. 55-62.
  • 80 H. Lottman, Michelin. 100 ans d’aventure…, op. cit., p. 30-31 et Alain Jemain, Michelin. Un siècle (...)
  • 81 G. Weisz, The Emergence of Modern Universities…, op. cit., tableau p. 238.
  • 82 H. Joly, « L’intégration des diplômés de gestion au sein des élites économiques allemandes : une r (...)
  • 83 G. Weisz, The Emergence of Modern Universities…, op. cit., p. 190.

34Les facultés qui délivrent le plus de titres universitaires sont les facultés de droit, avec des moyennes annuelles de 1 085 licences et 177 doctorats en 1876-1880, portées à 1 990 et 586 en 1908-1912. Une grande partie des diplômés s’orientent bien sûr vers les carrières juridiques traditionnelles, magistrature, barreau ou notariat en particulier, ou vers les concours administratifs. Il s’en trouve cependant une partie pour rejoindre les entreprises, d’autant plus qu’à l’époque il n’existe pas de cursus et de titres spécifiques pour l’économie, intégrée aux facultés de droit traditionnelles78. On recense trois licenciés en droit chez les héritiers qui n’ont pas commencé leur carrière dans la fonction publique, trois licenciés et trois docteurs chez les autres dirigeants. Mais, pour plusieurs d’entre eux, ce n’est pas une formation exclusive. Il s’agit d’une formation complémentaire pour deux polytechniciens, un centralien, et un docteur en pharmacie (François Albert-Buisson), lequel s’est lancé, une fois sa carrière d’entrepreneur commencée, dans des études de droit (licence en 1920, doctorat en 192379) Par ailleurs, l’héritier Humbert de Wendel a complété sa formation juridique par une scolarité à l’École libre des sciences politiques ; Édouard Michelin intègre, lui, l’École des Beaux-Arts de Paris, où il a été reçu premier en 1881, avec le projet de se consacrer à une carrière artistique comme son père80. Il ne se trouve donc que trois dirigeants, l’héritier Robert Labbé (1897-1966, administrateur délégué de Longwy) et deux managers, Maurice Saurel (1877-1963, directeur général de Thomson) et Tony Perrin (1877-1965, directeur général des glaceries de Saint-Gobain intérimaire sous l’Occupation), à n’avoir qu’une formation de juriste. Le premier s’est contenté d’une licence, les deux autres ont poursuivi jusqu’au doctorat soutenu à la faculté de droit de Paris respectivement en 1901 et 1903. La concentration dans la capitale est d’ailleurs générale : tous les juristes recensés sont diplômés de la faculté de Paris. La répartition déjà très inégalitaire avec la province des diplômes attribués – 47 % de l’ensemble des licences et 43 % des doctorats en 1876-1880 pour la faculté de la capitale, respectivement 48 % et 55 % en 1908-191281 – est encore accentuée. Enfin, si les thèses ne suffisent pas, vu la brièveté et le caractère plutôt scolaire de l’exercice, à en faire des chercheurs, leurs sujets suggèrent bien une certaine orientation économique des formations, au moins terminales : « Sociétés de crédit contre banques locales » (Maurice Saurel, 1901), « Les Fournitures des cultivateurs à l’administration militaire » (Tony Perrin, 1903). Mais les résultats des facultés de droit restent bien modestes au regard de ce qu’ils auraient pu être si, à l’image de ce qui s’est passé jusqu’à un certain point en Allemagne82, les cursus d’économie politique et de gestion s’étaient autonomisés beaucoup plus tôt. Selon un historien américain, il régnerait une méfiance réciproque entre les facultés de droit, peu favorables au développement de nouveaux programmes tournés vers l’économie, et les milieux d’affaires, qui les jugeraient trop peu tournées vers la pratique et politiquement suspectes, qui n’aurait pas arrangé les choses83.

  • 84 Sur la création de l’ELSP, voir Dominique Dammame, « Genèse sociale d’une institution scolaire, l’ (...)
  • 85 Christophe Charle, « Savoir durer : la nationalisation de l’École libre des sciences politiques, 1 (...)
  • 86 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français… », op. cit., p. 153.

35De même que les écoles de commerce ne se sont pas vraiment implantées au sein des élites économiques, une autre initiative privée, l’École libre des sciences politiques (ELSP), fondée en 1871, qui se veut une formation complémentaire plus tournée vers la pratique84, n’en a pas profité. Elle s’est surtout imposée comme établissement préparatoire aux grands concours administratifs ; trois anciens fonctionnaires devenus dirigeants ont ainsi suivi ses enseignements pour ce qui constitue une modeste filière alternative à Polytechnique. Le phénomène s’est encore accentué lorsque l’ELSP s’est transformée, après sa nationalisation en 194685, en Institut d’études politiques (IEP) de Paris (« Sciences Po »), devenant la principale filière d’intégration de la nouvelle École nationale d’administration (ENA). Seuls deux héritiers – Emmanuel de Mitry, à la fois descendant Wendel par sa mère et gendre de François de Wendel, et Roland Labbé, également licencié en droit – ont pu se contenter de l’ELSP pour faire carrière directement dans l’entreprise familiale. Dans le corpus M. Lévy-Leboyer, la réussite de l’ELSP est, pour les raisons déjà évoquées, beaucoup plus spectaculaire à la fin de sa période : elle passe de 0,9 % avant les années 1930 à 16,6 % des administrateurs après86. P. Bourdieu et M. de Saint Martin arrivent à une croissance similaire pour leurs PDG, mais un peu décalée dans le temps, de 5 % en 1952 à 15 % en 1972.

  • 87 Deux managers juristes et diplômés de l’ELSP sont également licenciés ès lettres (Georges Hua et W (...)

36La place des facultés de lettres est sans surprise très restreinte, seuls deux héritiers, Donat Agache-Kuhlmann et Arnaud de Vogüé, ayant pu s’offrir le « luxe » de se contenter d’une formation littéraire (licence87) Les diplômes délivrés sont il est vrai assez peu nombreux – 155 licences en moyenne annuelle en 1876-1880 – et la forte croissance ultérieure – 521 en 1908-1912 – est largement absorbée par le développement de l’enseignement secondaire.

  • 88 G. Weisz, The Emergence of Modern Universities…, op. cit., tableau p. 238.
  • 89 Ibid., p. 178.
  • 90 S’y ajoute le cas particulier de Pierre Boulanger (1885-1950) qui a suivi une formation d’architec (...)
  • 91 Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’Électrochimie (...)
  • 92 Henri Temerson, Biographies des principales personnalités françaises décédées au cours de l’année  (...)

37Il en est de même pour les facultés de sciences : outre le développement d’instituts de sciences appliquées déjà évoqué, elles ont bien fortement augmenté le nombre de licences distribuées, qui passe de 155 en 1876-1880 à 521 en 1908-1912, mais cela reste très modeste pour seize facultés, la part de Paris atteignant 46 %88. Leur principal débouché est l’enseignement secondaire, même s’il ne s’étend guère, dans la mesure où les études scientifiques n’ont longtemps qu’une faible place dans les lycées classiques89. Quant au nombre de doctorats délivrés, il est, comparé à l’Allemagne notamment, dérisoire (d’une moyenne annuelle de 20 à 37). Outre deux héritiers (Jacques de Nervo, sans diplôme connu, et François Michelin, licencié en mathématiques), deux hommes d’entreprise seulement se sont contentés de suivre des études dans ces facultés de sciences90. Le fondateur de l’Électro-chimie Henry Gall (1862-1930) a, après avoir quitté son Alsace natale en 1880 pour conserver la nationalité française, commencé sa carrière aux usines Poirrier de Saint-Denis (Seine) dès l’âge de 18 ans ; il s’est contenté de suivre des cours de chimie en parallèle à la Sorbonne sans obtenir de titre universitaire et a mené ensuite des recherches dans un cadre privé91. Jacques Deschamps aurait après sa licence ès sciences travaillé quelque temps dans les années 1920 auprès de Marie Curie avant d’entrer à la CGE92.

38Par ailleurs, Raymond Jarry, ancien élève de l’École normale supérieure (ENS, promotion 1891 Sciences), a soutenu en 1899 un doctorat sur « la dissociation de divers composés ammoniacaux au contact de l’eau ». C’est est un rare exemple de chercheur reconverti dans l’industrie accédant à une fonction dirigeante : il travaillait au laboratoire de l’ENS et était chargé de cours à la Sorbonne lorsqu’il est recruté à 28 ans, en 1898, par les TLH comme chef de laboratoire au Havre. Il devient rapidement ingénieur de fabrication avant de revenir à Paris comme directeur des services puis directeur général dès 1903.

L’hégémonie des grandes écoles d’ingénieurs

  • 93 Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolut (...)
  • 94 John H. Weiss, The Making of Technological man. The Social Origins of French Engineering Education (...)
  • 95 A. Thépot, Les Ingénieurs des mines du xixe siècle…, op. cit., p. 218-219.

39Il reste de nombreux dirigeants qui sont issus des « grandes écoles » dépendant de l’État (École centrale des arts et manufactures, Écoles supérieures des mines mais aussi, même chez ceux qui ne viennent pas de la fonction publique, École polytechnique) : ils sont 20 héritiers (hors anciens fonctionnaires également) et 41 hommes d’entreprise (soit près des deux tiers) à sortir de ces quelques établissements. Même si la concentration des formations n’est pas aussi forte que dans la filière administrative, elle est déjà spectaculaire. Ces écoles ont pour elles d’être de création ancienne. L’École des mines de Paris a été fondée en 1783 sous la forme d’une École royale, celle de Saint-Étienne en 1816, alors que celle de Nancy n’apparaît qu’en 1919. La naissance de Polytechnique remonte à 1794 et celle de Centrale à 1829, d’abord sous la forme d’une école privée, reprise par l’État en 1857. Même s’il n’est longtemps pas nécessairement exigé formellement à l’entrée, les élèves ont généralement obtenu au préalable le baccalauréat. Ils passent un concours difficile qu’ils doivent préparer dans des classes préparatoires de mathématiques spéciales concentrées dans quelques lycées ou institutions privées spécialisées. Ainsi, à Polytechnique, le baccalauréat est requis dès 1852 pour les lycées venant de la filière scientifique, et en 1862 seulement pour ceux venant de la filière littéraire classique plus prestigieuse93. L’École centrale aligne rapidement ses exigences d’entrée sur celles de Polytechnique94. L’École des mines de Paris a obtenu en 1816 le droit d’élargir son cercle d’élèves jusqu’alors restreint aux seuls polytechniciens intégrant le corps des Mines à des « élèves externes » destinés à l’industrie95. Le recrutement se fait de deux façons : d’une part, des élèves dont l’école vérifiait le niveau de connaissances par des examens préalables, puis par un concours ; d’autre part, des polytechniciens ayant satisfait aux examens de sortie avec des notes jugées satisfaisantes admis directement au concours. En pratique sont concernés les polytechniciens que leur rang de sortie exclut des postes d’ingénieurs de l’État et « condamne » aux carrières militaires. À partir de 1821, le concours permet d’entrer dans les cours préparatoires dont le programme est harmonisé avec le programme d’admission à Polytechnique.

  • 96 Anne-Françoise Garçon, Entre l’État et l’usine : l’école des mines de Saint-Étienne au xixe siècle (...)

40Seule l’École des mines de Saint-Étienne se distingue durablement avec des filières d’entrée plus diversifiées. Il existe encore trois manières de l’intégrer dans les années 1870-1890 : avoir son baccalauréat ès sciences et faire un ou deux ans de classes préparatoires, mais aussi avoir suivi l’enseignement secondaire spécial, sanctionné ou non par le diplôme supérieur, et faire à Saint-Étienne les classes préparatoires ou encore sortir de l’enseignement primaire supérieur et préparer le concours d’entrée à Saint-Étienne en trois ans96. Mais, même avec ces filières alternatives, l’école est bien au niveau de l’enseignement supérieur ; elle se démarque nettement des écoles de Douai ou d’Alès.

  • 97 B. Belhoste, La Formation d’une technocratie…, op. cit., p. 327.

41L’entrée dans ces écoles est le résultat d’une sélection scolaire très sévère. Si les taux de réussite réels à Polytechnique sont estimés dans les années 1860, en tenant compte des candidatures multiples, à près de 50 % des prétendants, les établissements préparatoires effectuent une première sélection97. Alors que les effectifs et diplômes universitaires se comptent en milliers, les promotions annuelles de ces écoles ne dépassent au total guère 500 élèves. L’ensemble du système d’enseignement secondaire et supérieur effectue un tri considérable au sein d’une classe d’âge auquel les entreprises se soumettent donc très largement dans le recrutement de leurs élites.

  • 98 Ordonnance royale du 5 décembre 1816 citée par A. Thépot, Les Ingénieurs des mines du xixe siècle… (...)
  • 99 Armand Hatchuel, « La naissance de l’ingénieur généraliste : l’exemple de l’École des Mines de Par (...)
  • 100 Sorti diplômé en 1899 11e sur 33, Jean-Noël Jeanneney, François de Wendel en République. L’argent (...)
  • 101 A.-F. Garçon, Entre l’État et l’usine…, op. cit., p. 83.
  • 102 Ibid., p. 235.
  • 103 Sur le mécontentement de l’Amicale des anciens élèves de Saint-Étienne, ibid., p. 312-314.

42La cohorte la moins importante est celle des Écoles des mines : non compris les polytechniciens qui les ont fréquentées à titre complémentaire, ils sont quatre anciens élèves chez les héritiers (trois de celle de Paris, un de celle de Nancy) et neuf chez les hommes d’entreprise (quatre de Paris, quatre de Saint-Étienne et un de Nancy). Cette implantation moyenne pourrait s’expliquer par la non-représentation à titre principal du secteur d’activités qui donne son nom à ces écoles parmi les entreprises du corpus, présent seulement à titre secondaire dans des entreprises sidérurgiques et métallurgiques. Mais, dès 1816, les débouchés des élèves externes de l’école parisienne ne se limitent plus aux concessions minières, ils ont vocation à devenir « des ingénieurs, futurs directeurs d’exploitations des mines et des usines98 ». Les débouchés dans la métallurgie sont d’emblée envisagés. Dès le milieu du xixe siècle, l’école élargit son enseignement ; elle adopte un modèle généraliste pour ces élèves externes99, même si le titre d’ingénieur civil qu’ils obtiennent en 1882 reste associé aux mines. Ceci explique que, au xxe siècle, ils fassent carrière non seulement dans la sidérurgie, avec, chez les héritiers, les deux frères François (1896100) et Maurice (1899) de Wendel et le manager Jean-Paul Tannery (1930) chez Lorraine-Escaut, mais aussi dans l’automobile, avec Maurice Jordan (1921) et François Gautier (1926) chez Peugeot ; l’héritier Pierre Hély d’Oissel (1910) accède, lui, à la présidence de Saint-Gobain après une carrière consacrée à la chimie (Compagnie universelle d’acétylène et d’électro-métallurgie). L’école de Saint-Étienne a bien été créée dans une perspective plus spécialisée, pour « des jeunes gens qui se destinent à l’exploitation et aux travaux des mines101 », mais ses enseignements et des débouchés s’étendent aussi rapidement à la métallurgie102. L’association des anciens est même très mécontente quand les élèves stéphanois obtiennent en 1891, comme leurs homologues parisiens, le titre d’« ingénieur civil des mines » qui les enferme dans une spécialité qui n’est plus exclusivement la leur, même si leur vocation généraliste est moins affirmée103. Il n’est donc pas surprenant de retrouver des anciens élèves de Saint-Étienne dans la sidérurgie (Longwy) avec Eugène Roy (promotion 1907), ou dans la métallurgie de l’aluminium (Pechiney, Ugine) avec respectivement Adrien Badin (promotion 1893) et Henri Jolivet (1928), et pas dans d’autres branches. Un manager du cimentier Lafarge, Marcel Demonque, est lui un des premiers diplômés (promotion 1920) de la nouvelle école de Nancy ; l’héritier de Pont-à-Mousson Michel Paul-Cavallier l’imite en 1930.

  • 104 A. Thépot, Les Ingénieurs des mines du xixe siècle…, op. cit., p. 220.
  • 105 Jean-Louis Greffe, « L’École des mines de Nancy. I. De l’ingénieur des mines à l’ingénieur général (...)

43La représentation des écoles des mines apparaît meilleure quand on la rapporte à la faiblesse de leurs effectifs. Les promotions annuelles d’ingénieurs civils (hors polytechniciens) de l’école parisienne sont ainsi régulièrement inférieures à une dizaine dans les années 1870 – les avantages offerts à l’entrée aux polytechniciens à titre civil tarissant un temps presque entièrement le recrutement extérieur104 –, à une vingtaine dans les années 1880, à une trentaine dans les années 1890 et d’une moyenne, hors les à-coups des sorties de guerre, d’une quarantaine ensuite jusqu’aux années 1950. Les effectifs de l’école de Saint-Étienne, qui ne forme, elle, que des ingénieurs civils et où l’accueil de polytechniciens à titre d’école d’application est beaucoup plus rare (16 cas recensés pour les promotions 1870 et 1945, en fait seulement à partir de 1901 de manière très ponctuelle et irrégulière), ont connu une évolution semblable, avec une vingtaine d’admis par an à partir de la fin des années 1860, une trentaine à partir des années 1900 et une quarantaine dans l’après-première guerre mondiale. La troisième école, celle de Nancy, n’a été créée qu’en 1919, avec des effectifs modestes autour de la trentaine au cours de la première décennie, qui sont même tombés en dessous de vingt à la fin des années 1930105.

Effectifs des ingénieurs civils des Mines par écoles (élèves français)

Effectifs des ingénieurs civils des Mines par écoles (élèves français)
  • 106 Si l’échec en cours de scolarité est rare à Polytechnique, il faut noter qu’une proportion importa (...)

44Les effectifs des autres écoles, Centrale et Polytechnique, sont beaucoup plus importants : les promotions annuelles de diplômés sont de l’ordre de 150 élèves dès la fin des années 1860106. Celles de Polytechnique connaissent une forte croissance, qui les porte à plus de 200 voire 250 dès le début de la décennie suivante. Mais Centrale, un temps décrochée, dépasse régulièrement sa concurrente à partir des années 1900, alors que les effectifs polytechniciens retombent alors à moins de 200. Les deux écoles se stabilisent ensuite, après l’explosion conjoncturelle de l’après-première guerre mondiale, autour de 250 dans l’entre-deux-guerres.

Effectifs comparés des promotions des écoles Polytechnique et Centrale Paris (élèves français)

Effectifs comparés des promotions des écoles Polytechnique et Centrale Paris (élèves français)

45De manière a priori surprenante pour ces ingénieurs civils, l’École centrale ne dépasse Polytechnique que chez les héritiers, avec 10 pour 6 (non compris les 3 héritiers également patrons d’État). Chez les hommes d’entreprise, on ne compte que 14 centraliens pour 18 polytechniciens. Les premiers sont plus nombreux que les seconds que dans la génération la plus ancienne (9 pour 8) ; un décrochage s’effectue dans la génération intermédiaire (3 pour 9) ; les plus jeunes sont peu nombreux d’un côté comme de l’autre avec l’implantation accrue des patrons venus de l’administration. Avec l’ajout de ceux-ci, la part de Polytechnique devient considérable pour un seul établissement (42 % de l’ensemble des dirigeants, 55 % hors les héritiers). Ce résultat est d’autant plus spectaculaire qu’il s’accroît avec le temps – on arrive à deux tiers pour les non-héritiers nés après 1900 –, alors que la diversification pour ces générations du paysage de l’enseignement supérieur aurait pu renforcer les filières d’ingénieurs civils dans le secteur privé sans remettre en cause l’exigence d’une formation de haut niveau.

  • 107 B. Belhoste, La Formation d’une technocratie…, op. cit., p. 137. Sur l’École centrale, on manque d (...)

46L’avantage qui existe pour les polytechniciens par rapport aux centraliens, même sans prendre en compte les anciens fonctionnaires, est d’autant plus remarquable qu’une bonne partie des premiers ne font jamais carrière en entreprise. Ce n’était en effet pas la vocation officielle de l’École polytechnique, fondée par l’État en 1794 pour former, après leur passage ultérieur dans des écoles d’application, des ingénieurs d’État des administrations techniques civiles (Mines, Pont et Chaussées) et militaires (Génie, Artillerie, Génie maritime), que de conduire à des carrières dans l’industrie privée. Ce devait plutôt être le rôle de l’École centrale, présentée par ses fondateurs privés en 1829 comme une « école polytechnique civile » destinée, d’après le premier prospectus de présentation, « spécialement à former des ingénieurs civils, des directeurs d’usines, des chefs de fabrique et de manufactures107 ». Lorsqu’elle devient école d’État en 1857, elle passe sous la tutelle du ministère du Commerce, alors que Polytechnique reste jusqu’à aujourd’hui sous celle du ministère des Armées.

47Ces résultats sont toutefois conformes à ce que suggérait l’historiographie. D’une part, Georges Ribeill a noté que le centralien apparaissait déjà à la veille de 1914

  • 108 Georges Ribeill, « Profils des ingénieurs civils au xixe siècle. Le cas des centraux », dans André (...)

[…] comme un ingénieur hautement qualifié techniquement, mais absent du pouvoir économique et de la finance industrielle […] forcé à une certaine spécialisation, [il était victime de la concurrence à la fois des] nombreux autres ingénieurs civils sortis des écoles spécialisées, de même que [des] polytechniciens qui quittent le service de l’État […] dans les branches concentrées [comme celles que nous étudions, il] se voit de plus en plus cantonné dans les services de la fabrication, à la direction des usines, plutôt que dans les sièges d’entreprise.108

  • 109 B. Belhoste, La Formation d’une technocratie…, op. cit., p. 410-412.
  • 110 Ibid., p. 419.
  • 111 Lévy-Leboyer, « Le patronat français… », op. cit., p. 151-152. Les diplômés du supérieur représent (...)

48À l’inverse, Bruno Belhoste relève que si, jusqu’en 1870, « rares étaient les polytechniciens qui réalisent de véritables carrières d’entrepreneurs ou d’ingénieurs civils », leur pénétration de l’industrie se limitant aux établissements d’État et aux compagnies concessionnaires de chemins de fer109, l’appareil technocratique qu’ils incarnent étend ensuite, avec leur intégration aux classes dirigeantes, « son emprise sur la gestion des grands appareils industriels110 ». D’autre part, M. Lévy-Leboyer a déjà souligné, sans distinguer entre les filières, dans son étude sur les dirigeants des grandes entreprises industrielles de 1912 à 1973, ce décalage en faveur des polytechniciens, qui représentaient 48,3 % des titulaires de diplômes du supérieur, contre seulement 16,5 % pour les centraliens et 18,5 % pour l’ensemble des ingénieurs des autres écoles111.

  • 112 En revanche, l’attribution fréquente de la qualité de centralien au fondateur Armand (1849-1915) e (...)

49Centrale confirme en revanche son statut d’école recrutant plus dans les milieux économiques déjà observé pour la première moitié du XIXe siècle dans l’étude de John H. Weiss. L’école est, à côté de l’École des mines de Paris, assez prisée dans la famille de Wendel : après Henri (promotion 1865), père de François, son petit-fils également prénommé Henri l’imite quelque 70 ans plus tard (1936). Il en est de même chez les Peugeot, avec Robert (1895) et son fils Jean-Pierre (1922)112. C’est le cas aussi, de manière plus isolée, de descendants de Nervo (Léon 1895), Piaton (René, 1908) ou Darcy (Pierre Masquelier, 1923). Des fils de managers comme Édouard Dreux (1900) ou Henry Mayoussier (1905) s’y sont également donné une légitimité pour succéder à leur père dans leurs fonctions dirigeantes.

50Les polytechniciens ne sont en revanche guère représentés parmi les descendants de grandes familles des affaires, qu’ils soient barrés par l’exigence scolaire ou dissuadés par l’obligation (plus théorique que réelle) du service de l’État. On retrouve plutôt des gendres de patrons propriétaires. C’est le cas de Marcel Paul (X 1900) pour Camille Cavallier, dont le propre fils, Charles, est toutefois également polytechnicien (de la même promotion que son beau-frère…) ; un temps tombé en disgrâce auprès de son père, il doit se contenter d’un siège d’administrateur non dirigeant. C’est aussi le cas de René Peschart d’Ambly (X 1906) pour Auguste Pavin de Lafarge, dont la famille est peu titrée scolairement. Enfin, le gendre de Henri Germain, Georges Brincard, qui prend la présidence de Châtillon-Commentry, est également un polytechnicien (X 1892). Les Wendel n’ont pas de polytechnicien parmi leurs descendants, seulement parmi leurs alliés, avec, dès la seconde génération, Théodore de Gargan (X 1808) qui avait épousé la fille aînée du fondateur et pris la direction technique de l’entreprise, et son fils aîné également prénommé Théodore (X 1847), associé gérant en 1871. Également à la troisième génération, une petite-fille du fondateur a épousé un polytechnicien, Georges de Mitry (X 1875), mais ce capitaine d’artillerie disparu prématurément (1901) n’a joué aucun rôle dans la direction de l’entreprise. Chez les Michelin, on ne trouve également qu’un gendre sans fonction dirigeante dans l’entreprise à avoir revêtu le bicorne : le beau-frère d’André et d’Édouard, Maurice Hauvette (X 1874), un ancien colonel d’artillerie, qui siège seulement au conseil de surveillance. Chez les « héritiers indirects » venus d’une autre entreprise, on trouve deux polytechniciens (Émile Heurteau et Richard Baumgartner), mais ils sont également héritiers par alliance. Seules les grandes familles de Saint-Gobain, toujours fortement dotées en capital culturel, se distinguent par leur réussite scolaire, avec Victor Reille (X 1871) – dont le père qui l’a précédé au conseil l’était également (X 1836) – et Alphonse Gérard (X 1879), petit-fils et arrière-petit-fils de polytechnicien.

  • 113 G. Ribeill, « Profils des ingénieurs civils… », op. cit., p. 124.
  • 114 On trouve seulement deux docteurs en droit parmi des polytechniciens ayant d’abord servi l’État (L (...)

51Si la formation des polytechniciens est beaucoup plus abstraite, théorique et générale que celle des centraliens, qui ont la possibilité de choisir en troisième année une spécialisation technique parmi une vingtaine d’options, ceux-ci ont eu longtemps une formation moins ouverte aux questions économiques et sociales, ce qui les rendrait moins aptes à s’engager dans des postes à hautes responsabilités dans ces domaines113. Et une bonne partie des 24 dirigeants polytechniciens qui n’ont pas fait une carrière administrative ne se sont pas pour autant contentés de leurs deux années d’École : 6 ont suivi une formation complémentaire à l’École des mines de Paris à titre d’ingénieur civil, 8 sont entrés à l’École d’application de l’artillerie et du génie installée à Fontainebleau pour les générations concernées sans poursuivre une carrière militaire, un autre est diplômé de Supélec et un dernier licencié en droit. Parmi les autres, il s’en trouve plusieurs dont la scolarité a été perturbée par la première guerre mondiale. En ajoutant leurs deux ou trois années de classes préparatoires, les dirigeants polytechniciens ont donc une longue scolarité derrière eux. Aucun n’a en revanche poursuivi après sa formation une activité de chercheur : on ne relève pas de docteur ès sciences parmi eux114.

  • 115 Patrick Fridenson, « France : The Relatively Slow Development of Big Business in the Twentieth-Cen (...)

52De manière générale, le modèle polytechnicien s’est donc largement imposé dans les directions des grandes entreprises industrielles. D’une part, l’accent est d’abord mis sur la formation généraliste ; il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste de la branche pour diriger une entreprise, même s’il existe une relation entre école d’application et secteur d’activité (infra chapitre V). D’autre part, à l’image de ce qui se passe dans les grands corps de l’État, la promotion par le rang est pratiquement exclue ; tout est largement joué dès le plus jeune âge selon la réussite ou non au concours de l’École. Les ingénieurs civils se retrouvent au second rang, avec un net avantage pour les formations généralistes (Centrale, Mines) par rapport aux écoles spécialisées. Le résultat est une extraordinaire présélection au sein d’une classe d’âge réduisant l’essentiel du vivier potentiel à quelques centaines d’élèves par an, de manière immuable au fil des décennies, alors que l’enseignement supérieur se développe, en termes d’institutions si ce n’est d’effectifs, considérablement. Cette sélection se fait à l’entrée par le biais d’un concours scolaire. Ce n’est pas l’aptitude à la recherche, selon le modèle universitaire, qui définit l’excellence : les grandes écoles françaises n’ont jusqu’en 1985 pas cherché à obtenir le droit de délivrer des doctorats115, à la différence des écoles supérieures techniques (technische Hochschulen) puis des écoles supérieures de commerce allemandes (Handelshochschulen) qui l’ont arraché de haute lutte respectivement dans les années 1890 et 1920.

La prédominance polytechnicienne

  • 116 M. Lévy-Leboyer, « La science mène-t-elle à l’action ? Les polytechniciens dans l’entreprise », da (...)

53La spectaculaire prépondérance historique des polytechniciens mérite un examen approfondi. Entre les anciens serviteurs de l’État, les hommes d’entreprise et les héritiers, ils sont donc 80 à avoir occupé dans la période étudiée les quelque 194 fonctions dirigeantes intégrées dans le corpus. Une telle concentration au profit d’un seul établissement de formation est exceptionnelle parmi les grands pays d’Europe occidentale au moins. Cela ne veut bien sûr pas dire que tous les polytechniciens deviennent dirigeants de grandes entreprises, tant s’en faut. Dans les promotions concernées, entre 1862 et 1943, on recense 17 984 diplômés français de Polytechnique ; ce sont donc à peine 1 % d’entre eux qui sont devenus dirigeants des entreprises étudiées… Mais, d’une part, tous les polytechniciens (infra chapitre V) ne font pas carrière en entreprise, même s’ils sont de plus en plus nombreux, passant de 1 900 en 1905 à 3 900 à la fin des années 1920116. D’autre part, le corpus retenu est loin de rassembler l’ensemble des fonctions dirigeantes en entreprise, en raison d’une limitation à la seule présidence ou direction générale stricto sensu, aux plus grandes entreprises et à l’industrie. Par rapport à la population réduite concernée, il était difficile d’imaginer un résultat supérieur. Pour certaines promotions centrales par rapport à la période, on retrouve 4 (1905, 1914) et même 7 (1900) anciens élèves, soit un maximum de 2,8 % d’une promotion de 248 élèves français pour cette dernière année. En termes de réseaux, si les polytechniciens sont trop nombreux pour se connaître tous personnellement, leur formation commune autorise, quelle que soit la promotion d’appartenance, une familiarité particulière entre eux. Ceux qui relèvent d’une même promotion ou de promotions voisines se sont au moins côtoyés. Dès l’âge d’une vingtaine d’années, ces futurs dirigeants ont été amenés à fréquenter ceux qui deviendront leurs pairs.

Une réussite inégale selon les entreprises

54Seules deux entreprises n’ont aucun dirigeant polytechnicien ; ce sont celles qui sont le contrôle familial le plus exclusif tout au long de la période (Michelin et Wendel). Peugeot n’en a qu’un seul, qui n’a d’ailleurs pas fait carrière dans l’industrie : le général Frédéric Georges Herr (1855-1932), gendre d’une branche non actionnaire, a rejoint l’entreprise en 1922-1923, après la fin de sa carrière militaire, comme simple administrateur, avant de devenir président en 1927. Les Aciéries de Longwy (devenues Lorraine-Escaut), également largement sous contrôle des familles Raty et Labbé, n’ont eu également qu’un polytechnicien, Marcel Champin, comme président extérieur – il cumule de nombreuses autres fonctions industrielles et financières, dans l’orbite du groupe Mirabaud au départ (supra p. 164) – entre 1935 et 1940. La CFM n’en a également eu qu’un, dans une position seconde d’administrateur d’abord extérieur, devenu directeur technique en 1916 puis administrateur délégué entre 1936 et 1940 seulement (Émile Demenge). Ce sont dans ces entreprises, ainsi que dans la branche des glaceries de Saint-Gobain, qu’émergent des filières concurrentes d’ingénieurs civils : Maurice Jordan puis François Gautier (Mines de Paris) prennent en 1964 le relais de la famille fondatrice à la direction des Automobiles Peugeot ; chez Longwy/Lorraine-Escaut se succèdent Eugène Roy (Mines de Saint-Étienne), Pierre Epron (Centrale) et Jean-Paul Tannery (Mines de Paris) ; les centraliens dominent à la CFM, avec Georges Vésier et Georges Desbrière, et à la direction générale des glaceries de Saint-Gobain, avec Lucien Delloye, Eugène Gentil et René Grandgeorge. En revanche, dans les autres entreprises, les polytechniciens dominent, avec trois à sept dirigeants, souvent parmi les plus importants.

  • 117 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français… », op. cit., p. 157.
  • 118 Qu’il faut d’ailleurs curieusement aller chercher dans un autre texte (« La science mène-t-elle à (...)

55Au regard du corpus étudié, la thèse soutenue par M. Lévy-Leboyer d’une « éclipse » des polytechniciens parmi les dirigeants d’entreprises industrielles dans l’après-seconde guerre mondiale, qui serait moins liée à une concurrence des autres grandes écoles comme Centrale – également en déclin – qu’à « la nécessité de trouver de véritables gérants professionnels, au fait de la législation fiscale et sociale, capables de s’adapter à des tâches de coordination fiscale et sociale [qui aurait amené les entreprises] à recruter plus que par le passé dans les facultés de droit, les écoles commerciales ou même dans les écoles d’ingénieurs spécialisés117 » n’apparaît pas confirmée. Les polytechniciens renforcent plutôt pendant cette période leur emprise sur les directions générales, avec le retrait des héritiers ou des premières générations de managers au recrutement moins élitiste. On retrouve là probablement un effet des biais déjà signalés de l’étude de M. Lévy-Leboyer, avec à la fois l’absence de distinctions entre héritiers et managers et l’intégration dans le corpus de l’ensemble des administrateurs, dirigeants ou non. La baisse – plus modeste d’ailleurs d’après ses propres chiffres118 qu’il ne le suggère dans son commentaire – de la part des polytechniciens (de 37,2 % en 1939 à 30,9 % en 1959, puis 28,3 % en 1973, avant de remonter à 38,0 % en 1978) doit probablement s’expliquer par l’entrée croissante, à la fin des années 1960, parmi les membres extérieurs des conseils d’administration de financiers, banquiers en particulier (supra p. 161), dont le profil de formation est différent. Même si leur présence n’est pas neutre au regard de la stratégie des entreprises, elle n’affecte pas le recrutement de leurs directions générales. Ce n’est qu’au-delà du cadre chronologique de l’étude menée ici que de nouveaux profils, de HEC et/ou d’énarques, y apparaîtraient.

Implantations d’ensemble et réussites comparées

  • 119 Pour permettre des comparaisons, les périmètres des groupes ont ensuite été définis de manière aus (...)

56Ce succès large mais inégal des polytechniciens à l’accès à la direction générale amène à s’interroger sur le nombre de ceux recrutés au départ par l’entreprise. Quelle est leur probabilité d’accès au sommet ? La répartition par entreprises des anciens élèves dans les annuaires a été relevée pour les éditions 1930, 1940, 1950 et 1965. La source peut bien sûr paraître fragile. D’une part, les informations sur les activités professionnelles peuvent, en l’absence de caractère obligatoire, ne pas être actualisées dans les éditions successives. Il apparaît cependant, par croisement ponctuel avec des sources internes aux entreprises, que les rubriques concernées sont particulièrement bien renseignées pour Polytechnique comme pour les autres « très grandes écoles ». L’annuaire constitue en effet une ressource clef dans le fonctionnement du réseau, que chaque ancien élève conserve souvent à portée de main dans son bureau et qu’il ne peut se permettre de négliger en ne la renseignant pas régulièrement. Si la fonction exercée n’est pas toujours précisée, surtout si elle n’est pas prestigieuse, l’entreprise d’appartenance l’est généralement. D’autre part, même si l’ensemble des filiales ne sont pas intégrées dans les recensements, notamment dans les groupes très éclatés comme Schneider ou Wendel119, les résultats restent significatifs.

  • 120 « Directeurs généraux industriels » jusqu’en 1935, avec la séparation des activités commerciales, (...)

57Les effectifs sont très variables, selon les entreprises et dans le temps, avec cependant une tendance générale à la hausse dans les années 1940, fortement accélérée ensuite. Schneider, sans que ses filiales ou participations soient même intégrées, arrive largement en tête au départ (avec 30 X en 1930), suivie à distance par Saint-Gobain (17), Marine (16), AFC (15) ou Kuhlmann (14). La logique de branches n’explique pas tout : le groupe sidérurgique Wendel en compte peu dans ses rangs en 1930 (3) et 1940 (4), de même que Longwy (pas même répertoriée en 1930 et 1940) et, à un degré moindre, Denain-Anzin. Dans la métallurgie, les polytechniciens sont assez bien représentés à AFC/Pechiney, à Ugine et aux TLH, pratiquement pas en revanche à la CFM. Dans la construction électrique, leur représentation est longtemps modeste, avant d’exploser dans les années 1960 à la Thomson et à la CGE avec des effectifs très élevés (respectivement 60 et 77 en 1965) qui ne peuvent s’expliquer par la seule meilleure prise en compte de l’ensemble de leurs filiales. La chimie est mieux représentée dans sa composante minérale qu’organique. Les polytechniciens ne sont longtemps pas très nombreux à Rhône-Poulenc ; ils ne sont même pas répertoriés de manière distincte en 1930 et 1940. Chez Kuhlmann, ils sont presque tous dans la branche minérale dirigée par Raymond Berr (X 1907) ; 2 seulement sur les 16 recensés en 1940 appartiennent à la branche « colorants ». En 1950, ils ne sont toujours que 5 sur 27 à relever de l’activité filialisée sous le nom de Francolor puis Compagnie française des matières colorantes, à côté des chimistes formés à l’école mulhousienne. Chez Saint-Gobain, respectivement aucun des 17 recensés en 1930 et 2 sur 18 seulement en 1940 relèvent de la branche verrière traditionnellement dirigée par des centraliens ; la plupart des autres appartenant à la branche chimique (minérale), dont cinq « directeurs généraux120 » sur six au cours de la période sont justement des polytechniciens ; deux sont par ailleurs responsables administratifs centraux (secrétaires généraux) et deux autres engagés dans la filiale papetière (Cellulose du pin). On a bien, dans cette entreprise, deux filières distinctes : les centraliens aux commandes des glaceries, les polytechniciens aux commandes des industries chimiques. On comprend mieux la gestion très séparée de ces deux branches, associées seulement au sein du conseil d’administration, et le temps mis à créer une direction générale unique (1952) ; le choix du centralien et directeur général des glaceries René Grandgeorge pour occuper ce poste revient à donner l’ascendant à une branche sur l’autre, ascendant confirmé quelques années plus tard (1959) par la filialisation de la chimie par association avec Pechiney.

  • 121 Vincent Guigueno, « Une figure contestée : l’officier-ingénieur (1920-1943) », dans Bruno Belhoste (...)
  • 122 M. Lévy-Leboyer, « La science mène-t-elle à l’action ?… », op. cit., p. 152-153.

58Les polytechniciens sont longtemps plus présents dans l’industrie des matières premières que dans l’industrie de transformation ou de consommation. Globalement, leur implantation quantitative s’accroît fortement dans toutes les entreprises au cours de la période étudiée, mais, outre un meilleur répertoire des carrières par les annuaires, cette évolution reflète une tendance générale au déclin des carrières militaires au profit des carrières civiles seulement freinée par la crise économique des années 1930121 et l’obligation introduite en 1930, en compensation de la gratuité des études, de rembourser les frais de scolarité pour les élèves qui ne serviraient pas l’État pendant dix ans122.

  • 123 Sous réserve qu’il y a chez les « hommes en gris » de Michelin relativement peu de titres de respo (...)
  • 124 J.-L. Loubet, Histoire de l’automobile française…, op. cit., p. 530.

59Même si elles n’échappent pas à la tendance générale à la hausse, les polytechniciens sont moins présents dans les entreprises longtemps sous contrôle (Wendel, Michelin, Peugeot) ou influence (Longwy, Lafarge) familial, sans que l’on sache si les familles sont réticentes à en embaucher, craignant leurs ambitions, ou si les polytechniciens hésitent à s’y engager parce que leurs perspectives de carrière sont plus limitées. Peut-être les deux. Le contraste est ainsi fort entre Wendel et Longwy, d’une part, et les autres entreprises de la sidérurgie, d’autre part. Chez Wendel, leur arrivée est tardive : le plus âgé recensé en 1930 appartient seulement à la promotion 1914 et n’a pas d’autre titre connu que celui d’ingénieur. Le troisième recruté (X 1919 Normale) accède toutefois à la direction des mines et forges de Joeuf puis de Moyeuvre. Ce n’est qu’à partir des années 1950, alors que le contrôle familial devient moins exclusif, que certains obtiennent des fonctions de direction à Paris. Aux Aciéries de Longwy, les trois polytechniciens présents en 1940 plafonnent aux postes de directeur des ateliers de Bordeaux, d’ingénieur-chef à l’usine de Mont-Saint-Martin et de directeur de l’usine de Longwy. Ils sont un peu plus nombreux à Pont-à-Mousson, mais les familles propriétaires ont d’autant moins de raisons de leur être hostiles qu’elles en comptent elles-mêmes en leur sein, avec les gendres Marcel Paul (X 1900) et Bernard Gardair (X 1924) ; par ailleurs, deux autres, les frères jumeaux Grandpierre (X 1912), André (qui devient PDG) et René (sous-directeur du service central des usines avant d’aller prendre la direction générale de l’entreprise associée Aciéries de Micheville), leur sont très proches en tant que fils d’un directeur commercial marginalement associé au capital. Schneider fait exception comme entreprise familiale avec un fort contingent de polytechniciens, mais la famille fondatrice, en se réservant les seuls postes de gérants de la société en commandite, leur laisse d’importantes fonctions de direction. Dans une autre branche, chez Michelin, les polytechniciens sont plutôt nombreux eu égard à leur réussite apparemment médiocre : parmi les dix-sept recensés entre 1930 et 1965, aucun n’est connu pour avoir eu d’autre titre que celui d’ingénieur123. Chez Peugeot, le bilan est également assez modeste, même si le seul polytechnicien présent dans les années 1930-1940, René Bosc (X 1922), a connu une certaine réussite en occupant très jeune la fonction a priori inattendue de directeur administratif. Plus tardivement, Philippe Daeschner (X 1919 Normale) a été directeur central du personnel en 1960 et son cadet Francis Rougé (X 1941), nommé directeur général adjoint en 1966, était présenté, avant son décès prématuré en 1976, comme le successeur l’année suivante du président du directoire François Gautier. Un autre polytechnicien recruté depuis peu dans la haute fonction publique, Jean-Paul Parayre, a alors pris la place124.

60Il existe bien un lien entre fréquence des polytechniciens à la direction générale et effectif total : ils sont très peu implantés là où la direction générale leur est fermée. Le meilleur exemple est la CFM où ils sont, jusqu’à la fusion en 1962 avec les TLH, spectaculairement absents : le seul à y figurer en 1940 est un administrateur délégué déjà évoqué, Demenge, adjoint du président délégué Vésier. Un second, beaucoup plus jeune (X 1942), s’y aventure ensuite, mais il n’exerce pas de fonction dirigeante.

61Les polytechniciens sont en revanche plus présents là où ils monopolisent l’essentiel des postes dirigeants, sans pour autant être si nombreux. Ils connaissent dans ces entreprises une probabilité de réussite très forte par rapport à l’ensemble des ingénieurs employés dans des entreprises de cette taille. Chez Denain-Anzin, parmi les huit recensés en 1930 ou 1940, on ne compte rien moins que deux administrateurs délégués (Léopold Pralon, Henry Nanteuil de la Norville), un directeur général (René Damien), un directeur général des usines de Denain, un « chef des travaux du domaine de la société » et « un ingénieur adjoint à la direction ». Plus nettement encore, à Châtillon-Commentry, parmi les quatorze recensés en 1930, trois (Jacques Taffanel, Jean Dupuis, Léon Bureau) accèdent à la direction générale, cinq deviennent directeurs ou sous-directeurs d’unités régionales (établissements du Centre ou du Nord, usines de Commentry ou de Neuves-Maisons), un est ingénieur en chef des services techniques, un autre chef du service de l’exploitation technique. Seuls quatre, dont l’un qui rejoint rapidement le groupe Marine pour y prendre rapidement des fonctions de direction d’usine, seraient restés simples ingénieurs. Chez Marine justement, la réussite apparaît un peu plus faible : parmi les seize de 1930, on ne relève guère, outre le président délégué Théodore Laurent et le directeur général Léon Daum, qu’un ingénieur en chef à Paris et un ingénieur principal à Saint-Chamond.

  • 125 Ludovic Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney des an (...)

62Dans la métallurgie non ferreuse, à l’exception spectaculaire près de leur exclusion de la CFM dominée par les centraliens, les polytechniciens connaissent également une belle réussite. Aux TLH, parmi les neuf recensés en 1940, on compte, outre les trois PDG successifs (Jean Maroger, Louis Jaudeau et Joseph Desbordes), un secrétaire général, un directeur à Paris, un directeur technique central, un directeur technique du département métallurgie et un directeur des usines du Havre. Chez AFC/Pechiney, parmi les qinze de 1930, on trouve, outre les quatre administrateurs délégués (Jacques Level, Louis Marlio) et futurs directeurs généraux (Raoul de Vitry, Jean Matter), un inspecteur général, trois futurs directeurs centraux et un directeur de l’importante usine d’aluminium de Saint-Jean-de-Maurienne. D’après les indications fournies par Ludovic Cailluet dans sa thèse, il n'y aurait rien moins que quinze polytechniciens parmi les vingt-deux détenteurs du titre de « directeurs de la Compagnie » entre 1950 et 1971, contre deux centraliens seulement, les autres ayant des formations juridico-administratives (faculté de droit/Sciences Po125) Chez Ugine, la réussite des polytechniciens est maximale : parmi les dix de 1940, on relève, outre les trois PDG successifs (Georges-Jean Painvin, Henri Mathieu et René Perrin), quatre directeurs d’usine (Ugine, Chambéry, Bourg-en-Bresse et Les Clavaux puis Venthon), un directeur du service recherche, un directeur du département des poudres métalliques et un « attaché à la direction générale ». La probabilité qu’un polytechnicien accède, si ce n’est à des fonctions de direction générale, du moins à des fonctions de commandement est donc très forte, au point qu’on peut même considérer qu’ils sont recrutés, sauf accident, à cette fin.

63Ce n’est qu’à la fin de la période étudiée, en particulier dans les groupes où l’effectif polytechnicien atteint des sommets spectaculaires (CGE, Thomson), qu’émerge, de manière plus fréquente, un nouveau profil de polytechnicien, tous ne pouvant à l’évidence prétendre à des fonctions d’encadrement supérieur : celui du spécialiste investi dans la recherche ou le développement d’un produit spécifique. À la CGE, ils sont ainsi neuf en 1965 à travailler au centre de recherche de Marcoussis. La probabilité beaucoup plus faible d’accès à la direction générale ne correspond pas à une possible déception dans la mesure où elle n’était à l’évidence pas programmée. Les carrières en entreprise deviennent, avec la marginalisation des débouchés militaires, la norme pour les polytechniciens ; la filière dirigeante se concentre beaucoup plus dans la période récente sur les seuls membres des grands corps.

Les filières dominées

La position seconde des centraliens

  • 126 Pour les différentes écoles, les dates retenues ne sont pas strictement identiques, en fonction no (...)
  • 127 Jean-Pierre Daviet, « Les Centraliens chez Saint-Gobain », dans L’Ingénieur entrepreneur…, op. cit (...)

64Un relevé, effectué à des dates voisines (1927, 1937, 1947 et 1960126) des centraliens mentionnés dans les « listes par professions » des annuaires des anciens élèves en poste dans les entreprises étudiées donne des résultats globaux étonnamment proches de ceux des polytechniciens à la première date (192 contre 159). La croissance intervient ensuite dès 1937 (280), et le fait qu’elle ne se prolonge pas en 1947 (280 également) peut s’expliquer par des lacunes plus nombreuses à cette date. En revanche, en 1960, on observe plus qu’un doublement (631) qui ne doit pas s’expliquer seulement par un meilleur relevé. S’il y a des centraliens dans toutes les entreprises, les effectifs sont également très variables entre elles. Ils sont plutôt faibles, au moins au début, dans des entreprises encore familiales comme Wendel et Lafarge, également pauvres en polytechniciens. Ils sont assez élevés dans des entreprises également bien pourvues en polytechniciens, comme Schneider, Kuhlmann ou Marine. Dans quelques cas, comme les TLH, Pont-à-Mousson et surtout Châtillon-Commentry, la présence des polytechniciens semble se faire aux dépens des centraliens. Dans d’autres, ces derniers sont en revanche bien mieux implantés. C’est le cas à Longwy, exception marquante dans la prédominance des polytechniciens aux commandes des groupes sidérurgiques, à l’Alsacienne, chez Peugeot et surtout à la CFM, où les polytechniciens sont spectaculairement absents. Chez Saint-Gobain, la présence des deux groupes cache un déséquilibre entre les deux grandes branches : si les polytechniciens sont implantés plutôt dans les produits chimiques, les centraliens sont surtout, comme nous l’avons vu pour les dirigeants, dans les glaceries (28 contre 9 en 1927 et 35 contre 15 en 1937) ; l’effectif extraordinairement élevé (175) atteint en 1960 s’explique toutefois aussi par une implantation entre-temps fortement accrue dans les produits chimiques (99 contre 74127).

65Globalement, les centraliens s’imposent un peu plus souvent, même si cela reste avec une réussite modeste, plutôt là où la concurrence des polytechniciens est faible. C’est particulièrement net à la CFM où, outre les postes de direction générale déjà relevés, ils accaparent l’essentiel des fonctions d’encadrement ; rares sont ceux qui restent dans de simples postes d’ingénieurs. On recense ainsi un directeur général adjoint (promotion 1923a), un directeur technique (1910), un ingénieur en chef (1904), un inspecteur des fabrications (1914), un chef du service scientifique (1928), une bonne dizaine de directeurs d’usine et même, au-delà des fonctions techniques, deux chefs du service commercial et deux chefs du service du personnel. L’entreprise est contrôlée par les centraliens à un degré d’ampleur et d’exclusivité jamais atteint ailleurs même par les polytechniciens. Le décalage avec les TLH, plutôt dominées par les polytechniciens et où les centraliens ne pouvaient guère prétendre aller au-delà du rang de chef de service, a dû poser des problèmes lors de la fusion en 1962, et contribué à son échec, marqué par l’absorption par Pechiney en 1967.

66Aux glaceries de Saint-Gobain, on relève, outre les directeurs généraux, trois directeurs généraux adjoints de la branche (promotions 1887, 1913 et 1922a), deux directeurs du service technique (1890 et 1908), deux ingénieurs principaux à la direction générale (1899 et 1906) et de nombreux directeurs d’usine ou de filiales verrières. Au moins jusqu’aux promotions des années 1920, rares sont les centraliens qui semblent finir leur carrière comme simples ingénieurs ; ensuite, l’explosion des effectifs doit rendre plus faible la probabilité d’accès aux fonctions d’encadrement supérieur. En revanche, ceux qui ont fait carrière dans les produits chimiques ne pouvaient pas espérer mieux qu’un poste de directeur d’usine ; les fonctions d’encadrement central leur étaient fermées.

67À l’Alsacienne, outre le président et ancien « directeur général » de l’usine de Mulhouse Émile Dollfus (promotion 1885), on peut relever quelques belles carrières centraliennes, comme celle de trois « directeurs généraux » successifs de l’usine de Belfort (1904, 1906 et 1914) ou d’un directeur général de Mulhouse qui n’est autre que le fils d’Émile Dollfus (1921b), mais les polytechniciens prédominent à la véritable direction générale installée à Paris.

  • 128 Henri Carbonaro, « L’Automobile et les Centraliens de la guerre de 1914-1918 à celle de 1939-1944  (...)

68Chez Peugeot, les centraliens sont plus nombreux que les polytechniciens, confirmant leur bonne implantation ancienne dans l’automobile, mais en dehors de trois héritiers, Robert (promotion 1895, président en 1932), son fils Jean-Pierre Peugeot (1922a, administrateur délégué puis PDG en 1941) et un descendant d’une autre grande famille protestante de la région apparentée aux Peugeot, l’administrateur délégué Isaac Koechlin (1890), ils n’y connaissent qu’une réussite relative. Les managers directeurs généraux n’en sont pas, mais on relève un certain nombre de belles carrières : plusieurs directeurs d’usine – dont celui de l’usine d’emboutissage de Sochaux mort en déportation, Auguste Bonal (1922b), qui a laissé son nom au stade de Sochaux –, un chef du bureau d’études (1913), un directeur du service des pièces détachées (1920), un secrétaire général (1922a), un directeur des carrosseries (1923a), un directeur du service des équipements industriels (1924), un directeur des études et recherches (1934), etc. Le chef du bureau d’études précité, Louis Dufresne, a assuré la conception de nombreux modèles de Peugeot, de la 301 à la 404128. Son collègue Guy de Sèze, de la même promotion, était, lui, un spécialiste des problèmes de tenue de route, qui a développé les roues avant indépendantes et les amortisseurs hydrauliques. Ils ont donc dû se contenter d’un rôle de techniciens de premier plan.

69Chez Michelin, les centraliens sont confrontés aux mêmes obstacles que les polytechniciens : les fonctions dirigeantes restent réservées aux héritiers ; ceux qui y font carrière n’ont pas d’autres titres connus que celui d’ingénieur. Parmi les héritiers, les centraliens n’ont pas joué un rôle de premier plan, qu’il s’agisse d’André Michelin (promotion 1877, qui se contente depuis le bureau parisien de s’occuper de la branche guides touristiques en laissant l’ascendant à son frère cadet Édouard, supra p. 97), de Guillaume-Édouard-Adolphe Daubrée (1888, directeur des usines de Turin et membre du conseil de surveillance), de Pierre Bourdon (Centrale 1909, gendre d’Édouard, responsable des bureaux parisiens à la suite de son oncle puis directeur des essais), ou, plus récemment, de Philippe Michelin (Centrale 1941, petit-fils d’André et également membre du conseil de surveillance à côté d’une carrière chez Air France). La primauté donnée aux descendants d’Édouard n’a pas reposé sur des ressources scolaires particulières.

70La position dominée des centraliens se traduit par le fait que leur accès massif à la direction générale est conditionné par l’absence des polytechniciens, et qu’à l’inverse leur présence n’empêche pas les polytechniciens de se réserver les fonctions dirigeantes. Mais cela n’exclut pas que les centraliens fassent de belles carrières de second rang. Chez Marine ou Schneider, ils sont souvent chefs de service, ingénieurs principaux, plus rarement directeurs d’usine. Parmi les cinq seulement recensés chez Châtillon-Commentry, quatre sont également mentionnés comme chefs de service. De même, chez AFC/Pechiney, où, outre la direction générale, l’ensemble des postes de directeurs centraux sont traditionnellement réservés aux polytechniciens, ils ne peuvent guère dépasser ce rang. En revanche, chez Denain-Anzin, ils sont deux (promotions 1912 et 1914) à se succéder, après le décès accidentel du premier, à la direction (« générale ») des usines. Chez Kuhlmann, outre les deux directeurs techniques successifs (promotions 1896 et 1925) et le directeur du laboratoire central de recherches (1930), on relève douze directeurs d’usine parmi ceux recensés.

La place restreinte des écoles supérieures des mines

71Parmi les autres grandes écoles d’ingénieurs représentées à la direction générale, la place des Écoles des mines est encore plus faible, du moins si l’on ne considère que leurs anciens élèves qui ne sont pas des polytechniciens rejoignant l’école de Paris à titre d’école d’application pour des membres du corps des Mines ou à titre complémentaire pour les autres. La faiblesse des effectifs globaux explique déjà que les ingénieurs civils des Mines soient de manière générale moins nombreux que les polytechniciens et les centraliens à être employés dans les groupes industriels étudiés.

72Les anciens élèves de l’école parisienne, grâce à leurs débouchés plus diversifiés, y ont cependant une implantation non négligeable dès le début du siècle. On en recense ainsi en tout 31 en 1911, 49 en 1921 et 83 en 1933. Ils sont au départ surtout présents dans la sidérurgie, et encore une bonne partie d’entre eux n’y sont-ils en charge que des activités minières (minerai de fer ou houille). Ainsi, à Denain-Anzin, c’est le cas de cinq des sept recensés entre 1911 et 1913, avec notamment le chef du service des mines (promotion 1888) et le directeur des mines d’Azincourt absorbées en 1906 (promotion 1899). On trouve également deux chefs successifs du service des mines de Marine (1905 et 1918) et de Pont-à-Mousson (1905 et 1907), un chef du service de l’inspection des mines de Schneider (1898), un directeur des houillères de Petite-Rosselle (1894) ou des mines de Moyeuvre (1913) appartenant à Wendel, etc. Si, en dehors des héritiers de Wendel, les autres ingénieurs civils des Mines de Paris n’accèdent pas aux directions générales, on relève tout de même quelques belles carrières dans les activités métallurgiques, comme un directeur des usines d’Hayange (1901) chez Wendel, un chef du service des hauts-fourneaux de Longwy (1890) et de Châtillon (1896), un chef du service des études techniques de Marine (1897), un directeur de la recherche scientifique de Pont-à-Mousson (1924), etc. D’autres sortent de la filière technique, comme un secrétaire général de Wendel (1895) ou un chef du service commercial de Châtillon (1896) et de Marine (1908). Dans les autres groupes, leur présence reste faible voire nulle encore en 1933, sauf chez Ugine (11), où ils sont surtout implantés dans la branche aciers spéciaux de l’usine éponyme de Savoie, et chez Saint-Gobain (7), où on les retrouve dans des activités minières (pyrite, phosphates) et dans les produits chimiques plus que dans les glaceries.

73En 1959, la forte croissance recensée (145 en tout) profite, de manière spectaculaire, à Saint-Gobain (26), surtout pour ses activités chimiques, à Ugine et à Pechiney (24 chacun) où ils pénètrent non seulement la métallurgie mais aussi la chimie. Quelques-uns deviennent directeurs d’usine, mais beaucoup semblent restés à un rang d’ingénieurs. Ils sont également présents, même si c’est à une moindre échelle, chez Kuhlmann (9), dans la chimie minérale liée au charbon, et plus tardivement Rhône-Poulenc (6), alors que leur présence dans la sidérurgie stagne voire régresse. L’industrie de la construction électrique leur reste en revanche largement fermée. On les retrouve par ailleurs chez Peugeot (9), à qui ils donnent ses deux premiers PDG non-héritiers, avec Maurice Jordan (promotion 1921) et François Gautier (1926) qui assurent ce qui apparaît comme une parenthèse entre la direction familiale et l’ère des polytechniciens (Jean-Paul Parayre, Jean-Martin Folz) et énarque (Jacques Calvet)… Un troisième plus âgé, Jean Nicolas (1913), a également été directeur général adjoint entre 1947 et 1957 avant de siéger au conseil d’administration de 1959 à 1971. En outre, Charles Glasser (1929) a été directeur commercial (1959) puis délégué général à la direction générale (1960-1974) et Jacques Lombard (1942) également directeur commercial (1964-1974). Au regard du faible nombre d’ingénieurs civils de l’École des mines de Paris engagés, il s’agit là d’une réussite remarquable qui traduit l’existence d’une filière privilégiée.

74On retrouve les mêmes tendances pour les anciens élèves de l’école de Saint-Étienne, sachant que la sidérurgie est moins représentée, aussi bien au premier relevé de 1914 qu’à celui de 1957, à l’exception d’un tropisme régional qui profite très fortement à Marine (respectivement 16 et 21) et, à un degré nettement moindre, aux entreprises plus éloignées Châtillon-Commentry (4 en 1914 seulement) et Schneider (respectivement 4 et 5). Les débouchés dans la sidérurgie de la Lorraine ou du Nord sont en revanche très rares. De plus, comme pour les ingénieurs parisiens, plusieurs de ceux faisant carrière dans des groupes sidérurgiques s’occupent en fait d’activités minières, de charbon jusqu’en 1946 ou de fer. Ainsi, les deux en poste à Denain-Anzin travaillent aux mines de fer de La Ferrière-aux-Étangs (Orne) ; plusieurs chez Schneider, Pont-à-Mousson et Châtillon gèrent respectivement les mines de Décize (Nièvre) ou de Montchanin (Saône-et-Loire), d’Auboué (Meurthe-et-Moselle) et de Saint-Éloy-les-Mines (Puy-de-Dôme), etc. Deux ingénieurs stéphanois accèdent à des fonctions dirigeantes dans la sidérurgie : Eugène Roy déjà cité (promotion 1907) à Longwy, après des débuts à Pont-à-Mousson, et antérieurement Claudius Magnin (1862), directeur général intérimaire de Marine entre deux polytechniciens, après le retrait d’Adrien de Montgolfier en 1908 et avant le début du long règne de Théodore Laurent à partir de 1911. Quelques autres parviennent à des fonctions d’encadrement supérieur, à l’exemple d’un chef du service métallurgique à Usinor (promotion 1913), d’un directeur au centre de recherches de Pont-à-Mousson (1914) ou d’un chef du service des aciéries chez Schneider (1934). À Marine, leur nombre fait qu’ils occupent un nombre important de fonctions de direction technique, de direction d’usines ou de services. Paradoxalement, si, après l’intérim de 1908-1911, la direction générale leur échappe toujours au profit des polytechniciens, ils semblent dans l’ensemble, d’après les annuaires, réussir au moins aussi bien que ceux-ci dans l’accès aux autres postes d’encadrement.

  • 129 L. Cailluet, Stratégies, structures d’organisation …, op. cit., IIe partie, chap. II.

75Si la présence des ingénieurs des mines de Saint-Étienne était marginale dans les autres branches en 1914 – seulement deux anciens élèves à Alais & Camargue, dont le directeur général Adrien Badin (promotion 1893) –, une forte pénétration apparaît d’ici à 1957 chez Pechiney (14), Ugine (17) et, à un degré moindre, Saint-Gobain (5), alors que l’implantation sidérurgique stagne. Là encore, les activités minières occupent une place importante, avec l’exploitation des gisements de bauxite en particulier chez Pechiney (5 sur 17) et de pyrite à Saint-Gobain (2 sur 5). Les autres font carrière plutôt dans les branches métallurgiques que chimiques, avec une certaine réussite parfois : outre Badin et Henri Jolivet (promotion 1928), dernier PDG d’Ugine indépendante, il faut signaler le cas de Jean Benoit (promotion 1917-1920) qui, comme secrétaire général d’AFC/Pechiney, joue un grand rôle dans la réorganisation de l’entreprise dans les années 1940-1950129 et, chez Ugine, d’un directeur central à Paris (1929), d’un directeur des recherches et exploitations minières (1929) et deux directeurs d’usine (1934). Ailleurs, dans la construction mécanique ou électrique notamment, l’implantation des ingénieurs stéphanois reste très faible. Limités par leur formation dans leurs ambitions généralistes, ils ont mis plus de temps que leurs homologues parisiens à diversifier leurs débouchés au-delà d’un secteur minier pourtant déjà déclinant.

La réussite des Arts et Métiers en division inférieure

  • 130 R. Martin, Patron de droit divin…, op. cit., p. 125-134 et 146.

76Les ingénieurs des Arts et Métiers ont, on l’a vu, peu de chances d’accéder au sommet de la hiérarchie des grandes entreprises, du moins durablement. À Pont-à-Mousson, les « fondateurs » successifs, Xavier Rogé (Chalons 1853) et Camille Cavallier (Chalons 1871) étaient « gadzarts », ainsi que le frère cadet du second, Henri (Chalons 1884), directeur général en 1926 et président de 1944 à 1946. Mais, à la génération suivante, seul le fils de Henri, Jean, l’était (Cluny, 1916) ; le fils de Camille Cavallier, qui n’a pas joué un rôle important à la direction de l’entreprise, et son gendre et véritable successeur, Marcel Paul, étaient polytechniciens. Après l’intérim de Henri Cavallier à la Libération, c’est un autre polytechnicien, André Grandpierre, fils d’un collaborateur de Camille associé au capital, qui a pris les commandes, Jean Cavallier étant toutefois directeur général. Lorsque le polytechnicien Roger Martin est recruté en 1948, il est encore frappé par le poids des « gadzarts » dans la maison130. Jean Cavallier s’est entouré de camarades de formation : Roger Martin évoque ainsi son adjoint, Maurice Léger (Aix 1917), Henri Decelle (Chalons 1902), ancien directeur du bureau d’études devenu patron de filiales, Jean Chevalier (Cluny 1917), directeur du département Entreprises de la Compagnie, etc. L’arrivée d’un jeune polytechnicien ambitieux, qui plus est, à la différence de ses prédécesseurs, n’est pas issu d’une lignée d’employés de la maison, dérange visiblement. Roger Martin réussit cependant à s’imposer en jouant notamment sur les rivalités entre les « gadzarts » : Henri Decelle avait été marginalisé par Jean Cavallier et Maurice Léger, en rivalité avec celui-ci, se voit confier la direction générale d’une participation, les Aciéries de Micheville. Les « gadzarts » semblent de toute façon avoir intégré leur position seconde par rapport aux polytechniciens. Aux premiers revient plutôt la marche des usines, aux seconds la gestion des grandes affaires.

  • 131 Les annuaires des anciens élèves ne comportent malheureusement pour la période étudiée que des lis (...)
  • 132 Sur l’importance des gadzarts parmi les ingénieurs maisons de Schneider, voir Claude Beaud, « Les (...)
  • 133 C. R. Day, Les Écoles d’Arts et Métiers…, op. cit., p. 328-329.
  • 134 Ibid., p. 311-312.

77Les « gadzarts » sont nombreux à faire carrière dans les grandes entreprises industrielles131, en particulier dans la sidérurgie : Schneider en emploierait 165 en 1900, les meilleurs élèves d’une école pour jeunes ouvriers du Creusot y étant envoyés132, Wendel 50 en 1934 dans les usines de Meurthe-et-Moselle133. Si on les retrouve peu au sommet, « leur avancement s’y trouva[nt] le plus souvent bloqué par les centraliens, polytechniciens et autres », ils semblent très bien représentés aux échelons immédiatement inférieurs : « [ils] ont réussi à atteindre des situations bien plus élevées que ne le laissaient entendre les ambitions modestes assignées à ces établissements dont on a longtemps considéré qu’ils étaient destinés seulement à la classe ouvrière. 90 % des « gadzarts » parvenaient à des postes d’encadrement, et presque la moitié à des fonctions directoriales, et ceci dans des entreprises de toute taille134. » C’est le cas chez Usinor où, à côté des centraliens (3), ils ont ainsi, de 1948 à 1966, occupé quatre des neuf postes de directeurs des deux « groupes » industriels qui se répartissent la gestion des usines ; les polytechniciens, hégémoniques à la direction générale, sont eux relativement peu représentés à ce niveau (2).

  • 135 Entretien avec Henri Malcor, P. Mioche, J. Roux, Henri Malcor…, op. cit., p. 81-82.
  • 136 C. R. Day, Les Écoles d’Arts et Métiers…, op. cit., p. 329.

78Les données manquent pour faire des études plus complètes, mais d’autres indications parcellaires confirment cette tendance. Parmi les cinq directeurs d’usines de Marine que Henri Malcor évoque au moment de la fusion avec Firminy en 1960 dans ses entretiens avec deux historiens, on trouve aussi, à côté de deux ingénieurs des mines de l’école locale de Saint-Étienne et d’un polytechnicien, deux ingénieurs des Arts et Métiers (Jean Chambeyron à Unieux, Cluny 1911, et Paul Nore à Onzion, Cluny 19211135 L’ancienneté de leur formation montre bien qu’il s’agit là pour eux de leur « bâton de maréchal » : ils ne peuvent plus à leur âge prétendre accéder à la direction générale. Chez Wendel s’est établie une véritable dynastie, Albert Bosment (Châlons, 1880) succédant à son père Anthème (Châlons, 1854) à la tête de la principale usine de Hayange ; il devient ensuite directeur des Forges de Joeuf et, pour finir, directeur général des mines et usines Wendel jusqu’en 1938 ; c’est son gendre René Paschal (Lille 1902) qui lui succède136.

Formation des directeurs des groupes industriels d’Usinor, 1948-1966

Groupe A (usines de Denain et Anzin ; 1952 Denain et Montataire) :
Georges Crancée 1948-1952 : Centrale
1912
Maurice Geib 1952-1956 † : Centrale
1914
Camille Bertreux 1956-1958 : Arts et Métiers Lille
1913
Marcel Mallevialle 1958-1964 : X 1917
dém.
Pierre Avelange 1964- : Arts et Métiers Lille
1926
Groupe B (usines de Valenciennes, Louvroil, Haumont et Montataire ;
1952 Valenciennes, Louvroil, Haumont et Anzin)  :
Pierre Presles 1948-1956 : Centrale
1914
André Coquet 1956-1958 : X 1913
Artillerie
Camille Bertreux 1958-1962 : Arts et Métiers Lille
1913
Robert Jaillard 1962-1966 : Arts et Métiers Lille 1923

[Sources : Éric Godelier, Usinor-Arcelor. Du local au global, Paris, Hermès-Lavoisier, 2006, p. 265 pour les titulaires, recherches personnelles pour les formations.]

Une chimie qui échappe aux chimistes137

  • 137 Par chimiste de formation sont entendus ici les seuls anciens élèves des écoles supérieures spécia (...)
  • 138 De la pyrite aux plastiques. 150 ans d’aventure humaine et industrielle à Saint-Fons, Saint-Fons, (...)

79Parmi les formations supérieures techniques spécialisées, il faut insister sur la place seconde qu’occupent les écoles de chimie, pourtant anciennes, dans les entreprises chimiques. Chez Saint-Gobain, il faut attendre 1951, un an avant qu’elle passe sous la tutelle d’une direction générale unique confiée à un centralien verrier d’ailleurs, pour que les polytechniciens abandonnent la direction des produits chimiques à un chimiste, André Borocco, ancien élève de l’Institut de chimie de Strasbourg. À un rang inférieur, la liste des directeurs de la grande usine chimique, héritée de la société Perret & ses Fils, de Saint-Fons (Rhône138) montre que, sur les huit qui s’y sont succédé de 1901 à 1968, tous sont polytechniciens (5), centraliens (2) ou ingénieur civil des Mines de Paris (1) ; aucun chimiste de formation n’a donc atteint même cet échelon inférieur.

  • 139 Archives Pechiney, 072-13-29962, PV du CA AFC, séance du 28 mars 1927.
  • 140 Cette première organisation en divisions a été préparée par le cabinet de conseil K.B. White, en l (...)
  • 141 Archives Pechiney, 072-13-29964, PV du CA AFC, séance du 15 mars 1948.
  • 142 Archives Pechiney, 9501334, PV du CA AFC, séance du 25 novembre 1958.

80Chez AFC et Ugine, qui comptent également des branches chimiques importantes, aucun chimiste n’accède à la direction générale. Dans le premier groupe, après la fusion en 1921, la branche des produits chimiques est confiée à l’administrateur délégué centralien Émile Boyoud. Après sa mort en 1927, la direction est éclatée et quitte le niveau de la direction générale, un chimiste apparaissant alors à la tête de la partie technique : « les affaires chimiques d’ordre technique seront dirigées par M. Rochet [Joseph, École supérieure de chimie industrielle de Lyon, promotion 1906], actuellement ingénieur en chef qui prendra le titre de directeur des usines chimiques. M. Vittenet [Jean-Paul-Auguste, 1868-1938, polytechnicien 1888], inspecteur général, continuera à s’occuper des affaires commerciales de produits chimiques139. » En 1948, la mise en place d’une nouvelle organisation en sept « divisions140 » amène à confier la « division III chimie et mines » au polytechnicien et futur PDG Pierre Jouven, alors que Georges Normand [polytechnicien 1913] s’occupe de la division V « regroupant les activités de la chimie organique et celles non exploitées dans les usines de la Compagnie141 ». En 1958, une nouvelle répartition en cinq « départements » fait glisser Jouven aux métaux ; le polytechnicien Paul Jean prend le département « chimie et mines » avant d’aller diriger après 1959 la nouvelle filiale commune Pechiney– Saint-Gobain142.

  • 143 Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’électro

81Chez Électro-chimie devenue Ugine, la branche chimique et électrochimique est longtemps l’affaire de la famille cofondatrice Gall. Henry, qui avait suivi des cours de chimie à la Sorbonne, en avait la charge en tant qu’administrateur délégué ; il la conserve comme président délégué en 1929 jusqu’à sa mort l’année suivante. Son fils François (1893-1956), ancien élève de l’École supérieure technique d’Aix-la-Chapelle, le remplace ensuite comme responsable de la branche. À sa mort, c’est le polytechnicien Pierre Terestchenko qui lui succède. À l’échelon inférieur des directeurs d’usine, on dispose d’informations relativement complètes pour la branche électro-chimie d’Ugine grâce à un ouvrage édité par d’anciens ingénieurs qui retracent l’histoire des différents établissements143. Dans quatorze usines, ont ainsi, avec quelques lacunes, été identifiés 52 titulaires entre les années 1920 et les années 1960 de 62 fonctions de directeurs, certains d’entre eux les exerçant successivement dans plusieurs usines. À cet échelon, on recense tout de même sept polytechniciens, dont un seul – Eugène Mathieu (X 1905), directeur de l’usine du Giffre de 1920 à 1925 – accède ensuite à la direction générale : leur proportion est plus faible dans cette population plus large, mais elle reste importante. Les centraliens sont encore plus nombreux (12) et il y a six ingénieurs civils des Mines non polytechniciens, quatre de Paris et deux de Saint-Étienne. Ces quatre établissements rassemblent donc à eux seuls 25 directeurs d’usine sur 52, soit près de la moitié, alors que leur formation n’est pas spécialement orientée vers la chimie. À ce niveau, le jeu est cependant plus ouvert que pour l’accès à la direction générale. Il est vrai que les nombreuses usines d’Ugine sont souvent d’importance modeste, avec quelques centaines de salariés seulement ; la direction des plus petites pourrait ne pas correspondre aux ambitions des diplômés des plus grandes écoles. Des recherches dans les annuaires des écoles de chimie disponibles n’ont permis d’en repérer que deux sortis de l’École supérieure de chimie industrielle de Lyon (ESCIL) – directeurs aux Clavaux (commune de Livet-et-Gavet en Isère) et à Pierre-Bénite (au sud de Lyon) –, alors qu’un nombre important d’anciens élèves de cette école géographiquement proche de la région d’implantation de la plupart des usines (32 d’après un relevé dans l’édition de 1954, dont 10 à la seule usine de Pierre-Bénite) font carrière dans le groupe. Deux autres (directeurs à La Barasse près de Marseille en 1932 et à Pierre-Bénite) ont été formés à l’Institut de chimie de Paris, devenu ensuite École supérieure de chimie de Paris. On relève également un ingénieur chimiste et ingénieur électricien de l’Institut industriel du Nord à Lille, directeur de l’usine de Prémont (Savoie) de 1905 à 1920, un ancien élève de l’Institut électrochimique de Grenoble, directeur de l’usine du Giffre (Haute-Savoie) à partir de 1926, et un diplômé de l’Institut de chimie de Rouen à Villers-Saint-Sépulcre (Oise) à la fin des années 1950. Parmi la quinzaine de cas pour lesquels les formations n’ont pas été retrouvées et qui appartiennent souvent aux générations les plus anciennes, il doit se trouver quelques non-diplômés du supérieur, à l’image de ce dessinateur, « enfant du pays », devenu directeur de l’usine du Glandon (Savoie) ou de cet ancien élève du collège technique de La Martinière à Lyon, devenu directeur de l’usine voisine de Vénissieux. La filière spécialisée dans la chimie semble donc n’avoir qu’un débouché restreint, même à cet échelon inférieur à la direction générale.

82Chez Rhône-Poulenc, une entreprise centrée sur la chimie, les polytechniciens dominent également, aux seules exceptions comme directeurs généraux de l’ancien élève de l’École centrale de Lyon Nicolas Grillet et de Louis Clouzeau, diplômé de l’ESCIL (promotion 1922), devenu directeur général en 1959 après trente-deux ans dans l’entreprise. Cet établissement, qui fournit de nombreux chimistes à Rhône-Poulenc – en 1954, ils ne seraient rien moins que 131 anciens élèves à travailler dans l’entreprise, dont 83 à la seule usine de Saint-Fons (Rhône), auxquels s’ajoutent 66 chez Rhodiaceta, la filiale de fibres artificielles commune avec le groupe Gillet – au point d’être parfois présentée comme une « école maison », n’apparaît pas comme une filière majeure d’accès à la direction centrale. Même si les polytechniciens se sont imposés tardivement dans l’entreprise, le recrutement de l’ensemble des directeurs semble, pour autant qu’on puisse le déterminer, assez diversifié, sans que les écoles supérieures de chimie soient particulièrement dominantes.

  • 144 Hoechst-Archiv, IGF-Tea Büro, Francolor 2849 : 1.
  • 145 Entreprise, no 96, 15 mars 1957. Recherche dans les annuaires et entretien avec Claude Jacquelin, (...)
  • 146 Jean-Étienne Léger, Une grande entreprise dans la chimie française. Kuhlmann 1825-1982, Paris, Deb (...)
  • 147 Exemplaire transmis par Pierre Jouven lors d’un entretien, 21 juin 1989, Paris.

83Chez Kuhlmann, autre groupe entièrement chimique, une différence importante doit être faite entre la branche historique minérale, traditionnellement dirigée par les polytechniciens, et la nouvelle branche organique héritée en 1924 de la Compagnie nationale des matières colorantes, dominée par des chimistes de formation pour la plupart issus de l’école de Mulhouse, dans le sillage de son fondateur directeur Joseph Frossard (promotion 1896). L’organigramme complet de la branche, transformée en 1942 en nouvelle société mixte franco-allemande, dans le cadre d’un accord entre le groupe Kuhlmann et l’IG Farben, confirme cette prédominance144. Outre le PDG Joseph Frossard, l’essentiel des fonctions techniques sont exercées par des chimistes formés à Mulhouse : son frère Louis (promotion 1905) est directeur des services techniques, Ernest Sack (1908) directeur des services techniques de la vente, René Hartmann (1899) directeur de l’usine d’Oissel, Jean Niederhauser (1895) et Charles Ritter (1921) sous-directeurs de l’usine de Villers-Saint-Paul, dont le directeur est, lui, un ingénieur chimiste suisse formé à l’université de Genève, etc. Seul l’ingénieur en chef, directeur des constructions, est un polytechnicien (X 1909). En tout, un recrutement scolaire fermé selon un relevé dans l’édition de 1951 de l’annuaire des anciens élèves de l’école de Mulhouse, ils seraient trente-deux à travailler dans la branche organique (Compagnie française des matières colorantes-CFMC) à cette date. Au-delà d’une simple école, on a là une véritable filière régionale, avec des hommes souvent nés et formés dans une Alsace alors allemande, qui bénéficie de l’extraordinaire prédominance industrielle de ce pays dans cette branche de la chimie. Joseph Frossard est écarté à la Libération, mais son équipe reste largement en place dans la nouvelle filiale ; Charles Ritter en prend la direction générale dans les années 1950. L’école de Mulhouse est pourtant loin d’avoir le monopole des emplois de chimiste ; les anciens élèves de l’ESCIL sont ainsi encore nombreux en 1954 – 66 d’après un relevé à cette date dans l’annuaire, dont il est vrai 29 pour la seule usine voisine de Saint-Clair-du-Rhône (Isère) –, mais ils n’ont pas bénéficié du même accès privilégié aux fonctions supérieures. Le contraste est frappant avec la direction de la maison mère spécialisée dans la chimie minérale : ainsi, en 1957, d’après un organigramme alors publié145, outre le PDG, le directeur général et le directeur général adjoint qui sont polytechniciens, tous les responsables techniques ont été formés dans des écoles généralistes : le directeur technique est centralien, l’inspecteur général des usines également polytechnicien, le directeur des travaux un « gadzarts » et le directeur des recherches de laboratoires un ancien élève de l’Institut industriel du Nord (IDN), rebaptisé par la suite École centrale de Lille. En 1961, même la filiale organique est confiée à un jeune polytechnicien, Amaury Halna du Fretay (X 1946). Cette absence des chimistes de métier à la tête de cette grande entreprise chimique et la préférence donnée aux gestionnaires par rapport aux techniciens ont été un facteur d’explication employé par un chimiste de Kuhlmann pour expliquer la marginalisation de ses activités dans des fusions successives (Ugine-Kuhlmann puis Pechiney-Ugine-Kuhlmann146) Pour lui, on avait eu tort de ne pas appliquer « un vieux principe [qui] disait que, pour tirer un bon parti d’une usine, il est important de la bien conduire, pour la bien conduire, de la bien connaître, et pour la bien connaître de la construire soi-même ou tout au moins de participer à sa construction ». De manière intéressante, le PDG de PUK à l’époque de la fusion, Pierre Jouven, polytechnicien, a écrit en marge sur son exemplaire : « c’est idiot, peut avoir plutôt le défaut inverse, garder ses vieilles usines147 ».

  • 148 H. Joly, « Le choix du dauphin. Règles de succession managériale dans les grandes entreprises chim (...)

84Il faut cependant préciser que les chimistes de formation semblent de manière générale être moins bien implantés dans la chimie minérale que dans la chimie organique : ainsi, les anciens élèves de l’ESCIL ne sont en 1954 que cinq à la maison mère de Kuhlmann, ceux de Mulhouse y sont de même très peu (un seul en 1960 contre trente-neuf à la CFMC). La différence est quoi qu’il en soit flagrante avec l’industrie chimique allemande dont la réussite mondiale s’est toujours conjuguée avec une prédominance des chimistes aux commandes148.

La construction électrique sans Supélec

85L’exemple de la CGE ou de Thomson montre que la construction électrique n’est guère dirigée par des anciens élèves d’écoles spécialisées, et en particulier par ceux issus de la plus prestigieuse de la branche, Supélec. On sait que ce sont plutôt les polytechniciens, en association avec les centraliens dans le second groupe, qui dominent. D’après un relevé dans une édition (1947) de l’annuaire des anciens élèves de Supélec, ceux-ci sont pourtant bien implantés dans ces groupes : on en recense, répartis entre différents départements et sans compter les participations, trente-six à la Thomson, dont deux seulement à titre de formation complémentaire à Polytechnique et un à Centrale. Ils sont plus de soixante dans le groupe CGE et ses nombreuses filiales, dont seulement deux après Polytechnique et deux après Centrale. Là encore, prime est donnée aux formations généralistes, plus difficiles d’accès scolairement, pour l’accès aux fonctions dirigeantes.

  • 149 Historique Thomson : le groupe de 1893 à 1977, Paris, Thomson-Brandt, 1979, 2 vol.

86Les écoles spécialisées ne suffisent généralement pas lorsqu’elles sont effectuées à titre principal, et elles ne sont pas indispensables à titre de formation complémentaire. Parmi les formations généralistes, celle destinée en principe au service de l’État, l’École polytechnique, connaît la meilleure reconnaissance dans l’entreprise. Ce phénomène déborde le cadre étroit des seules directions générales. L’exemple de Thomson, pour lequel on dispose d’organigrammes plus ou moins complets de la direction des origines à 1977149, confirme l’observation faite dans la chimie. Outre les directeurs généraux, la plupart des membres de l’encadrement supérieurs sortent, pour les fonctions techniques du moins, des grandes écoles générales, et de Polytechnique en particulier (4 sur 8). Seul un ingénieur en chef est diplômé de Supélec à titre principal, alors qu’un directeur l’est à titre de seconde école complémentaire à Polytechnique.

  • 150 Y. Bouvier, La Compagnie générale d’électricité…, op. cit.

87Les données fournies par Yves Bouvier dans sa thèse sur la composition des directions industrielles successives de la CGE donnent des résultats semblables150 : on ne relève aucun diplômé de Supélec, mais, outre la filière suisse des anciens élèves de l’École polytechnique (Polytechnikum) de Zurich (Émile Bitterli, Henry de Raemy), quatre polytechniciens, deux centraliens et même deux « gadzarts », qui n’ont pas eu besoin d’une formation spécialisée.

Des HEC dans les fonctions commerciales ou financières

  • 151 L’édition de 1950 ne mentionne que l’affectation professionnelle des élèves appartenant à l’un des (...)
  • 152 Ibid., p. 441.

88Au-delà de la concentration sur quelques grandes écoles, c’est plus largement la prédominance écrasante des formations techniques qui est frappante dans les directions générales des 21 groupes étudiés, avec notamment une quasi-absence, à un héritier près, des écoles commerciales. Ces profils n’étaient pourtant pas absents des cadres. Un relevé dans trois éditions de l’annuaire (1939, 1950, 1958151) montre ainsi que les anciens élèves de l’école de commerce la plus prestigieuse, HEC, étaient, dans une proportion certes variable, bien implantés dans les groupes étudiés (respectivement 92, 97 et 227) comme dans toutes les grandes entreprises152.

89De manière générale, on observe une forte croissance de cette filière au cours de la période de comparaison pourtant resserrée, qui profite notamment aux groupes déjà repérés comme « gros consommateurs » de diplômés : Saint-Gobain (60 en 1957) et Ugine (28) surtout, Kuhlmann et Rhône-Poulenc (18 chacun) à un degré moindre. La faible implantation dans la sidérurgie peut s’expliquer par la tendance à l’externalisation des activités commerciales dans des sociétés communes comme DAVUM (8 HEC en 1950) ou le Comptoir français des produits sidérurgiques (5). On retrouve l’opposition habituelle dans la métallurgie non ferreuse entre les TLH (14 en 1958), ouverts à de nombreux diplômés, et la CFM (aucun à la même date), réduite à sa culture centralienne. La présence importante dans certains groupes familiaux pourrait s’expliquer par le fait que des héritiers eux-mêmes avaient reçu cette formation : si Guy de Wendel (promotion 1902), cousin de François, s’est retiré de la gérance du groupe sidérurgique dès 1933, Jules Peugeot (même promotion 1902) a été longtemps administrateur de l’entreprise automobile (1910-1940), alors ses neveux Eugène (promotion 1923) et François (1925), simples membres du conseil d’administration à partir respectivement de 1959 et de 1944, s’occupent plutôt de la branche de constructions mécaniques Peugeot Frères. Mais les HEC sont également bien implantés chez Michelin (14 en 1957) sans qu’il y ait de lien avec la famille fondatrice. Ils semblent être des diplômés plus compatibles que les polytechniciens avec une gestion familiale dans la mesure où ils ne prétendent pas à la direction générale.

  • 153 P. Fridenson, « Les ingénieurs et cadres de l’automobile… », op. cit., p. 435.

90Si les HEC n’investissent pas les directions générales dans l’industrie, sauf les héritiers, ils accèdent, dans les différentes filières non techniques, à des fonctions de direction. Ils sont secrétaires généraux (Max Auboin, promotion 1920 M, TLH ; Philippe Duval, 1935, Kuhlmann ; Pierre Dupont, 1920 M, Pont-à-Mousson), directeur commercial (Jacques Borduge, 1929, Rhône-Poulenc), directeur des relations sociales (Antoine Larue, 1921 M, Ugine), directeur des services financiers (Paul Moricourt, 1921 N, Ugine), inspecteur de la comptabilité générale (Léon Caillet, 1929, Saint-Gobain), etc. Dans le sillage des héritiers, ils réussissent le mieux chez Peugeot, avec un inspecteur du contrôle financier (Louis Martin-Carpentier, 1901), plus tard un directeur financier (Paul Perrin, 1932) et même un directeur des usines (George Taylor, 1941) ; les deux derniers accèdent même au rang de directeurs généraux adjoints en 1966. L’importance des formations commerciales en général, et de HEC en particulier, parmi les cadres de l’industrie automobile, qui se traduit ensuite par l’arrivée de diplômés de cette école aux commandes de Renault à partir de 1975, s’expliquerait par l’obligation qu’ont eue les constructeurs, à la différence d’autres industries comme la sidérurgie, de devoir contrôler eux-mêmes la commercialisation de leurs produits153.

91Les HEC n’exercent cependant pas dans les directions financières ou commerciales de monopole comparable à celui des polytechniciens dans certaines directions techniques ; leur réussite reste souvent isolée, et nombreux sont ceux qui doivent se contenter de carrières plus modestes dans ces services, ou comme responsables de succursales de vente par exemple.

Les secrétaires généraux de « Sciences Po »

  • 154 Sur l’émergence, souvent plus ancienne que l’ELSP, du poste de secrétaire général dans les entrepr (...)
  • 155 Les années de promotion de ces anciens élèves ne sont pas indiquées systématiquement ; les annuair (...)

92Le même phénomène s’observe, pour ces générations d’avant l’ENA, pour les élèves de l’ancienne ELSP. Les annuaires des anciens élèves publiés avant la guerre sont trop peu précis pour permettre un repérage des effectifs par entreprises, qui peut en revanche être fait avec la 1re édition de l’Annuaire des anciens élèves des Sciences politiques en 1949. Pour autant que les indications sont complètes, les diplômés de l’ELSP sont à l’époque peu nombreux dans les groupes industriels étudiés (34 en tout) ; AFC (6) et Saint-Gobain (7) se distinguent à nouveau par leurs contingents plus importants. Si là encore, les PDG ou directeurs généraux sont peu nombreux parmi les anciens élèves dans l’industrie, à quelques héritiers près, comme Roland Labbé (promotion 1921), PDG de la Société métallurgique de Gorcy, directeur général de Longwy puis président de Lorraine-Escaut. Mais les anciens élèves de l’ELSP exercent presque toujours des fonctions centrales, dans les services administratifs ou financiers. Le poste de secrétaire général apparaît être celui qui leur est souvent destiné154. C’est le cas notamment dans les groupes étudiés à Marine (André Boyer, 1911) et à Nord-Est (Robert Béliard155) Les « Sciences Po » se retrouvent plus rarement à la tête de services financiers, comme chez Saint-Gobain (Paul Francin, 1925).

  • 156 L. Le Van-Lemesle, Le Juste ou le Riche…, op cit., chap. XIV « À l’aube d’un nouveau paradigme : l (...)
  • 157 Robert R. Locke, The End of Practical Man : Entrepreneurship and Higher Education in Germany, Fran (...)
  • 158 Pierre Labardin, « Les patrons français et le management », dans Dictionnaire historique des patro (...)

93Comment expliquer cette reproduction dans le recrutement des élites économiques de la hiérarchie des établissements d’enseignement supérieur, et des écoles d’ingénieur en particulier ? On ne trouve probablement dans aucun grand pays industriel une hiérarchie aussi stricte et figée, même si la Grande-Bretagne, les États-Unis ou le Japon n’ont pas une tradition d’égalitarisme universitaire aussi marquée que l’Allemagne étudiée par ailleurs. Tout se passe comme si les critères d’excellence scolaire étaient parfaitement pertinents au regard des exigences du monde de l’entreprise. Faut-il y voir un effet des contenus des enseignements ? La formation délivrée dans les grandes écoles généralistes, et à Polytechnique en particulier, serait-elle particulièrement adaptée au management ? Les grandes écoles d’ingénieurs se sont certes ouvertes à la fin du xixe siècle à l’enseignement de l’économie ; certaines figures de la discipline y trouvent d’ailleurs un débouché pour une orientation plus pragmatique de la discipline qu’ils ne pouvaient imposer dans les facultés de droit156, mais on était loin d’un enseignement du management, ou même de la gestion157. Rien ne permet d’affirmer qu’il y aurait une meilleure formation au management, au moins pour les générations étudiées, sauf à considérer que l’enseignement du management ne se définirait que par défaut, comme ce qui n’est orienté ni vers une spécialisation professionnelle, ni vers la recherche. La comparaison avec l’Allemagne a pourtant montré que des ingénieurs identifiés à un métier (chimiste, métallurgiste, etc.) par leur formation dans un département spécialisé d’une université technique, qui ont souvent commencé leur carrière dans la recherche ou la production, peuvent aussi devenir des managers. Il reste l’explication de la fonction première de Polytechnique, la formation au commandement militaire, dont on connaît l’importance comme modèle d’organisation dans l’entreprise158.

94Peut-être faut-il également chercher l’explication du côté des profits retirés par les entreprises de cette étroite sélection préalable. Faire émerger des élites est un processus douloureux qui implique de nombreuses exclusions. L’adoption par les entreprises des critères de la méritocratie scolaire, avec la légitimité qui les accompagne, ferme le jeu des possibles en encadrant les ambitions. Chaque catégorie joue dans une division différente, sans entrer véritablement en concurrence avec une autre. Chacun sait plus ou moins ce à quoi il peut s’attendre et espérer – le « gadzarts » à devenir responsable de la fabrication, l’ingénieur chimiste chef de laboratoire, le centralien à prendre la direction d’une grande usine ou d’une branche, et le polytechnicien à intégrer la direction centrale –, ce qui limite les frustrations. Le système est assez souple pour autoriser quelques promotions exceptionnelles dans la catégorie supérieure et, dans chaque division, il existe suffisamment de prétendants pour sélectionner parmi eux les plus capables d’exercer les principales responsabilités. L’entreprise évite ainsi d’être un espace de concurrence exacerbée entre les ambitions individuelles. Même en Allemagne, s’il y existe une certaine égalité entre les établissements universitaires, on trouve une hiérarchie entre les docteurs et les autres diplômés de l’enseignement supérieur, et entre les diplômés de l’enseignement supérieur long et de l’enseignement supérieur court, qui limite l’espace des possibles pour chaque prétendant.

95Mais la sélection ne repose pas sur la seule hiérarchie des écoles, elle distingue aussi, pour celles au sommet de chaque filière, les élèves selon leur rang de sortie et leur débouché au service de l’État.

Notes

1 D’après une loi de 1941 qui précise pour les sociétés modernes les règles prévues par une loi du 21 germinal an XI sur l’exercice de la pharmacie ; Sophie Chauveau, L’Invention pharmaceutique. La pharmacie française entre l’État et la société au xxe siècle, Paris, Institut d’édition Sanofi-Synthélabo, 1999, p. 25 et 212.

2 Paul Gontier, Le Directeur et l’administrateur délégué de la société anonyme, Paris, Giard & Brière, 1915, 2e éd., p. 66.

3 André Grelon (dir.), Les Ingénieurs de la crise. Titre et profession entre les deux guerres, Paris, Éditions de l’EHESS, 1986.

4 Steven M. Zdatny, Les Artisans en France au xxe siècle, Paris, Belin, 1999.

5 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français,… », op. cit., p. 141.

6 P. Bourdieu, M. de Saint Martin, « Le Patronat »…, op. cit., p. 46.

7 M. Bauer, B. Bertin-Mourot, Les 200…, op. cit., p. 180-181.

8 Sur l’importance de la filière de l’apprentissage (Lehre) pour le recrutement des dirigeants allemands, au moins dans la filière commerciale, voir H. Joly, Patrons d’Allemagne…, op. cit., p. 69.

9 Sur l’histoire de cette école, voir les nombreux éléments chronologiques, statistiques et bibliographiques sur son site : www.ethistory.ethz.ch.

10 Sous réserve qu’on ne sait pas si le « etc. » inclut ceux entrés dans les corps des « armes savantes » (Artillerie, Génie militaire, etc.) qui n’ont pas nécessairement fait carrière dans l’armée, démissionnant souvent en cours de formation à l’école d’application (infra chap. V).

11 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français, 1912-1973 », op. cit., p. 159.

12 Les deux tableaux présentés ici sont tirés des tableaux à double entrée origines sociales/formation fournis par P. Bourdieu, M. de Saint Martin, « Le Patronat », op. cit., p. 46, pour les trois dates.

13 Voir notamment ibid., p. 155 (« multiplication des démissions parmi les polytechniciens ») – un passage en entreprise pouvant d’ailleurs longtemps, dans les corps civils, se faire sous la forme d’un « congé » de l’administration, et non d’une « démission » (chap. V) – ou p. 156 (« à la fin des années 1920 l’industrie privée employait un total de 3 600 polytechniciens »). Il accentue ensuite la confusion en parlant (p. 157) des polytechniciens comme d’un « corps ».

14 Who’s who in France, Recueil de notices biographiques, Paris, J. Laffite, 1re éd. 1953.

15 Qui êtes-vous ?, Annuaire des contemporains, Paris Delagrave, 1908 et Paris, G. Ruffy, 1924.

16 Rappelons que, même depuis la loi de 1934, seul le titre d’ingénieur diplômé est protégé, pas celui d’ingénieur en général ; voir A. Grelon (dir), Les Ingénieurs de la crise…, op. cit.

17 À la seule exception de Fernand de Saintignon (Longwy), également héritier par alliance.

18 Sur le parcours de Barut, voir Didier Tissot, Histoire de l’usine électrochimique du Giffre et de son fondateur Jules Barut (1897-1929), mémoire de maîtrise d’histoire (dir. Henri Morsel), Université de Grenoble II, 1991, p. 10-17.

19 La possibilité introduite en 1907 n’a longtemps fonctionné qu’au compte-goutte ; André Thépot, Les Ingénieurs des mines du xixe siècle. Histoire d’un corps technique d’État. 1810-1914, Paris, ESKA-IDHI, 1998, p. 91-92.

20 André Brunot, Roger Coquand, Le Corps des Ponts et Chaussées, Paris, CNRS Éditions, 1982, p. 242, 296 et 433.

21 Jean Jolly (dir), Dictionnaire des parlementaires français : notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, vol. 8, Paris, PUF, 1977, p. 2978-2979.

22 Brochure nécrologique citée par J.-M. Moine, Les Barons du fer…, op. cit., p. 98.

23 Herbert Lottman, Michelin. 100 ans d’aventure, Paris, Flammarion, 1998, p. 279. Voir aussi ses mémoires, Robert Puiseux, Souvenirs, Clermont-Ferrand, G. de Bussac, 1968.

24 J.-M. Moine, Les Barons du fer…, op. cit., p. 80-81.

25 Ibid.

26 L. Dubois, Lafarge-Coppée…, op. cit., p. 26-27.

27 Patrick Fridenson, « Les ingénieurs et cadres de l’automobile en France au XXe siècle », dans Philippe Joutard et Jean Lecuir (dir.), Histoire sociale, sensibilités collectives et mentalités. Mélanges Robert Mandrou, Paris, PUF, 1985, p. 431-448.

28 Notice biographique, Jean-Louis Loubet, Histoire de l’automobile française, Paris, Le Seuil, 2001, p. 529. Sa notice sur Wikipedia parle d’« études de mécanique » sans préciser la source.

29 F.-P. et F.-J. Jeanson, L. Rosengart 1881-1976…, op. cit.

30 Statistiques tirées des tableaux de Jean-Baptiste Piobetta, Le Baccalauréat, Paris, J.-B. Baillière & Fils, 1937, p. 304-308.

31 Charles R. Day, Les Écoles d’Arts et Métiers. L’enseignement technique en France xixe-xxe siècles, Paris, Belin, 1991, p. 162.

32 Ibid., p. 162-163.

33 Ibid., p. 9.

34 Ibid., p. 148-150.

35 Ibid., p. 162.

36 Ibid., p. 167-168.

37 Ibid., p. 180.

38 Ibid., p. 190.

39 Ibid., p. 186-187.

40 Ibid., p. 192.

41 Ibid., p. 199-200.

42 Parmi les dirigeants diplômés de l’École centrale, il ne semble pas se trouver d’anciens « gadzarts », comme c’est le cas par ailleurs pour 77 d’entre eux entre 1892 et 1901. Nombreux sont aussi les « gadzarts » à intégrer Supélec (408 sur 2 804 élèves entre 1894 et 1925) ; C. R. Day, Les Écoles d’Arts et Métiers…, op. cit., p. 169.

43 Il est fait mention de son appartenance à l’entreprise dès l’édition 1903 de l’Annuaire de la Société des anciens élèves des écoles nationales d’Arts et Métiers (information transmise par le service des archives de la Fondation Arts et Métiers, Centre historique de Liancourt).

44 Voir la chronologie établie par Annick Ternier, André Grelon, « Chronologie des ingénieurs (1744-1985) », dans Les Ingénieurs de la crise…, op. cit., p. 343-436. Voir également A. Grelon, « Formation et carrière des ingénieurs en France (1880-1939) », dans Louis Bergeron, Patrice Bourdelais (dir.), La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, Belin, 1998, p. 231-274.

45 Telles qu’elles sont définies par leur appartenance à une association régie par la loi de 1901, la Conférence des grandes écoles, fondée en 1973. Le terme de « grandes écoles » est également employé dans le répertoire des établissements du ministère, mais il recouvre différents types d’établissements aux statuts juridiques divers.

46 Michel Hau, L’Industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Strasbourg, Association des publications près les Universités de Strasbourg, 1987, p. 323.

47 Sur la Société industrielle de Mulhouse et son rôle auprès de l’école de chimie, voir Florence Ott, La Société industrielle de Mulhouse, 1826-1876. Ses membres, son action, ses réseaux, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1999, p. 465-468.

48 Florence Ott, La Société industrielle de Mulhouse au temps de l’Empire allemand, Mulhouse, Société industrielle de Mulhouse, 2004, p. 237-248.

49 Association amicale des anciens élèves de l’École supérieure de chimie de Mulhouse, Annuaire, 1re éd., 1932.

50 Bruno Béguet, « Une école d’ingénieurs en province : l’École centrale lyonnaise de 1857 à 1947 », Cahiers d’histoire du CNAM, no 5, 1996, p. 93-113, ici p. 94 ; et Auguste Jouret, École centrale lyonnaise. Un siècle d’une école d’ingénieurs (1857-1957), Lyon, Impr. Lescuyer & Fils, 1957.

51 George Weisz, The Emergence of modern universities in France, 1863-1914, Princeton, Princeton University Press, 1982, p. 183.

52 Sur les écoles de Lyon et de Nancy, voir Michel Bauer, Élie Cohen, « Politiques d’enseignement et coalitions industrialo-universitaires. L’exemple de deux “grandes écoles” de chimie, 1882-1976 », Revue française de sociologie, XXII, 1981, p. 183-203. Sur l’école de Nancy, voir Claude Detrez, « L’évolution de l’École nationale supérieure de chimie de Nancy vers le génie chimique », dans Françoise Birck, André Grelon (dir.), Des ingénieurs pour la Lorraine, xixe-xxe siècles, Metz, Serpenoise, 1998, p. 239-249 ; et Laurent Rollet, « L’ENSIC et ses partenaires industriels : le prisme de la Fondation scientifique des Industries chimiques (1920-1960) », dans L. Rollet, M.-J. Choffel-Mailfert (dir.), Aux origines d’un pôle scientifique : faculté des sciences et écoles d’ingénieurs à Nancy du Second Empire aux années 1960, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2007, p. 165-232.

53 D’après A. Ternier, A. Grelon, « Chronologie des ingénieurs (1744-1985) », op. cit. Voir également Harry W. Paul, From Knowledge to Power. The Rise of the Science Empire in France. 1860-1939, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, « The Third Republic : the Faculties and the Expansion of Industry », p. 144-179.

54 Sur cette école, voir Terry Shinn, « Des sciences industrielles aux sciences fondamentales. La mutation de l’École supérieure de physique et de chimie (1882-1970) », Revue française de sociologie, XXII, 1981, p. 167-182.

55 Pierre Lecouteux, La Société industrielle de Rouen (1872-1939) : une société spécifique ?, thèse de doctorat, Université Lumière Lyon 2, 1996.

56 H. Joly, « La position dominée des chimistes à la direction des grandes firmes chimiques en France (années 1900-1960) », dans Pierre Lamard, Nicolas Stoskopf (dir.), L’Industrie chimique en question, Paris, Picard, 2010, p. 67-87.

57 Anne Bidois, « L’enseignement de la chimie à Rouen aux xixe et xxe siècles » dans Thérèse Charmasson (dir.), Formation au travail, enseignement technique et apprentissage, Paris, Éditions du CTHS, 2005, p. 123-139.

58 T. Shinn, « Des sciences industrielles aux sciences fondamentales… », op. cit., p. 169-170.

59 M. Bauer, É. Cohen, « Politiques d’enseignement… », op. cit., p. 186.

60 Voir, de manière générale, André Grelon, « Les universités et la formation des ingénieurs électriciens : naissance d’une filière » ; et, sur l’institut de Nancy, voir Françoise Birck, « De l’Institut électrotechnique de Nancy à l’ENS d’électricité et de mécanique (1900-1860) », dans F. Birck, A. Grelon (dir.), Un siècle de formation des ingénieurs électriciens, Paris, Éditions de la MSH, 2006, respectivement p. 3-21 et p. 23-88.

61 A. Grelon, « Les origines et le développement des écoles d’électricité Breguet, Charliat, Sudria et Violet avant la seconde guerre mondiale », Bulletin d’histoire de l’électricité, no 11, juin 1988, p. 121-143, ici p. 130.

62 Sur l’histoire de Supélec, voir Girolamo Ramunni, Michel Savio, 1894-1994. Cent ans d’histoire de l’École supérieure d’électricité, Paris, Saxifrage, 1995.

63 C. R. Day, Les Écoles d’Arts et Métiers…, op. cit., p. 170.

64 À l’École centrale de Paris comme à Polytechnique ou à HEC, des concours spécifiques sont organisés dans l’après-première guerre mondiale pour les élèves mobilisés empêchés de passer les concours pendant le conflit. Ils constituent des promotions distinctes, dites « spéciales » à Polytechnique, ou marquées par des lettres ailleurs.

65 Voir la généalogie en ligne de Gustave Noblemaire : www.USGenealogy.net.

66 D’après la notice biographique très complète sur Wikipédia probablement rédigée par un proche anonyme.

67 Sur l’histoire de la formation des écoles supérieures de commerce en France au cours du xixe siècle, voir Philippe Maffre, Les Origines de l’enseignement supérieur commercial français au xixe siècle, thèse de 3e cycle, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1984, 3 vol. Sur l’évolution ultérieure et la lente reconnaissance des écoles de commerce comme « grandes écoles », face au modèle écrasant de Polytechnique, voir Patrice de Fournas, Quelle identité pour les grandes écoles de commerce françaises ? (HEC-ESSEC-ESCP), thèse de doctorat de gestion (dir. Michel Berry), École polytechnique, 2007, 3 vol.

68 Marc Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France : 1881-années 1980, thèse de doctorat d’État, Université Paris X Nanterre, 1992, p. 474.

69 Marc Nouschi, Histoire et pouvoir d’une grande école. HEC, Paris, Robert Laffont, 1988, p. 89. L’école fait partie des établissements d’enseignement supérieur qui ont obtenu en 1889 que leurs élèves ne fassent qu’un an de service militaire au lieu de trois ans, une partie de la formation militaire étant considérée comme intégrée à la scolarité.

70 Ibid., p. 80.

71 Pour une vue sur deux siècles des écoles de la chambre de commerce et d’industrie de Paris, Patrick Fridenson et Lucie Paquy, « Du haut enseignement commercial à l’enseignement supérieur de gestion (xixe-xxe siècles) », dans Paul Lenormand (dir.), La Chambre de commerce et d’industrie de Paris (1803-2003), t. II : Études thématiques, Genève, Droz, 2008, p. 199-257.

72 Robert R. Locke, Management and Higher Education since 1940. The influence of America and Japan in West Germany, Great Britain and France, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 103.

73 Pierre-Henri Haas, Histoire de l’école supérieure de commerce de Lyon : 1872-1972, mémoire de DEA d’histoire (dir. François Caron), Université Paris-Sorbonne (Paris IV), s.d., notamment, pour ce qui suit, p. 64, 99, 156, 183-184.

74 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français… », op. cit., p. 152-153.

75 G. Weisz, The Emergence of Modern Universities…, op. cit., p. 225.

76 Ibid., toutes les indications statistiques sur le nombre de diplômes universitaires attribués sont tirées du tableau p. 235.

77 Charles-Albert Lucas, Trajectoire d’un entrepreneur. François Albert-Buisson ou la construction d’une carrière. 1881-1961, thèse de doctorat d’histoire, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 2006, p. 49-50.

78 Ce n’est qu’à la fin des années 1950 que le cursus d’économie s’est autonomisé dans les facultés de droit. Pour une histoire du long cheminement préalable, voir Lucette Le Van-Lemesle, Le Juste ou le Riche. L’enseignement de l’économie politique. 1815-1950, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004.

79 C.-A. Lucas, Trajectoire d’un entrepreneur…, op. cit., p. 55-62.

80 H. Lottman, Michelin. 100 ans d’aventure…, op. cit., p. 30-31 et Alain Jemain, Michelin. Un siècle de secrets, Paris, Calmann-Lévy, 1982, p. 25.

81 G. Weisz, The Emergence of Modern Universities…, op. cit., tableau p. 238.

82 H. Joly, « L’intégration des diplômés de gestion au sein des élites économiques allemandes : une réussite nécessairement partielle », Entreprises et Histoire, no 14-15, juin 1997, p. 97-110.

83 G. Weisz, The Emergence of Modern Universities…, op. cit., p. 190.

84 Sur la création de l’ELSP, voir Dominique Dammame, « Genèse sociale d’une institution scolaire, l’École libre des sciences politiques », Actes de la recherche en sciences sociales, no 70, 1987, p. 31-46.

85 Christophe Charle, « Savoir durer : la nationalisation de l’École libre des sciences politiques, 1936-1945 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 86-87, 1991, p. 99-105.

86 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français… », op. cit., p. 153.

87 Deux managers juristes et diplômés de l’ELSP sont également licenciés ès lettres (Georges Hua et Wilfrid Baumgartner).

88 G. Weisz, The Emergence of Modern Universities…, op. cit., tableau p. 238.

89 Ibid., p. 178.

90 S’y ajoute le cas particulier de Pierre Boulanger (1885-1950) qui a suivi une formation d’architecte aux Beaux-Arts ; il a été engagé par Édouard Michelin – également passé par les Beaux-Arts – d’abord comme responsable de la construction de ses logements ouvriers.

91 Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’Électrochimie. 1889-1966, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1991, p. 321-325 et introduction biographique de l’inventaire du fonds Gall/SECEMAEU, Institut pour l’histoire de l’aluminium, 98 1 502 GALL n/30, 1998.

92 Henri Temerson, Biographies des principales personnalités françaises décédées au cours de l’année 1962, Paris, chez l’auteur, 1964, p. 83.

93 Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003, p. 61.

94 John H. Weiss, The Making of Technological man. The Social Origins of French Engineering Education, Cambridge, Mass., MIT Press, 1982, p. 64.

95 A. Thépot, Les Ingénieurs des mines du xixe siècle…, op. cit., p. 218-219.

96 Anne-Françoise Garçon, Entre l’État et l’usine : l’école des mines de Saint-Étienne au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 335.

97 B. Belhoste, La Formation d’une technocratie…, op. cit., p. 327.

98 Ordonnance royale du 5 décembre 1816 citée par A. Thépot, Les Ingénieurs des mines du xixe siècle…, op. cit., p. 218.

99 Armand Hatchuel, « La naissance de l’ingénieur généraliste : l’exemple de l’École des Mines de Paris », Les Annales des mines. Réalités industrielles, novembre 2006, p. 13-24, ici p. 14.

100 Sorti diplômé en 1899 11e sur 33, Jean-Noël Jeanneney, François de Wendel en République. L’argent et le pouvoir 1914-1940, Paris, Seuil, 1976, p. 19.

101 A.-F. Garçon, Entre l’État et l’usine…, op. cit., p. 83.

102 Ibid., p. 235.

103 Sur le mécontentement de l’Amicale des anciens élèves de Saint-Étienne, ibid., p. 312-314.

104 A. Thépot, Les Ingénieurs des mines du xixe siècle…, op. cit., p. 220.

105 Jean-Louis Greffe, « L’École des mines de Nancy. I. De l’ingénieur des mines à l’ingénieur généraliste (1919-1956) », Le Pays lorrain, no 3, 2002, p. 193 sq.

106 Si l’échec en cours de scolarité est rare à Polytechnique, il faut noter qu’une proportion importante des centraliens n’obtient pas leur diplôme final.

107 B. Belhoste, La Formation d’une technocratie…, op. cit., p. 137. Sur l’École centrale, on manque d’une grande monographie historique ; la seule étude scientifique disponible, celle de J.H. Weiss (The Making of technological man, op. cit…), ne couvre que les premières décennies de l’École, jusqu’en 1850. Voir cependant le récent ouvrage collectif issu d’un colloque, Jean-Louis Bordes, Annie Champion et Pascal Desabres (dir.), L’Ingénieur entrepreneur. Le centralien et l’industrie, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2011, qui comprend notamment d’utiles études de l’activité des centraliens par branches ou entreprises.

108 Georges Ribeill, « Profils des ingénieurs civils au xixe siècle. Le cas des centraux », dans André Thépot (dir.) L’Ingénieur dans la société française, Paris, Éditions ouvrières, 1985, p. 111-125, ici p. 125.

109 B. Belhoste, La Formation d’une technocratie…, op. cit., p. 410-412.

110 Ibid., p. 419.

111 Lévy-Leboyer, « Le patronat français… », op. cit., p. 151-152. Les diplômés du supérieur représentent eux-mêmes 87,8 % des dirigeants du corpus, ce qui donne un pourcentage de polytechniciens sur l’ensemble un peu plus faible (42,4 %).

112 En revanche, l’attribution fréquente de la qualité de centralien au fondateur Armand (1849-1915) est une légende qui pourrait s’expliquer par la francisation du diplôme qu’il aurait obtenu dans une école anglaise à Leeds, qui comporte les mots arts et manufactures ; il n’a en revanche laissé aucune trace à l’école parisienne ; Jean-Louis Loubet et Robert Peugeot, « Peugeot et ses centraliens », dans L’Ingénieur entrepreneur…, op. cit., p. 269-280.

113 G. Ribeill, « Profils des ingénieurs civils… », op. cit., p. 124.

114 On trouve seulement deux docteurs en droit parmi des polytechniciens ayant d’abord servi l’État (Louis Marlio et Régis Payan).

115 Patrick Fridenson, « France : The Relatively Slow Development of Big Business in the Twentieth-Century », dans Alfred D. Chandler, Franco Amatori, Takashi Hikino (dir.), Big Business and the Wealth of Nations, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 207-245, ici p. 219.

116 M. Lévy-Leboyer, « La science mène-t-elle à l’action ? Les polytechniciens dans l’entreprise », dans Jacques Lesourne (dir.), Les Polytechniciens dans le siècle. 1894-1994, Paris, Dunod, 1994, p. 149.

117 M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français… », op. cit., p. 157.

118 Qu’il faut d’ailleurs curieusement aller chercher dans un autre texte (« La science mène-t-elle à l’action ?… », op. cit., tableau p. 142) ; l’article de 1979 ne fournit pas de résultats pour l’ensemble des polytechniciens, mais pour les seuls « bottiers », les autres étant mélangés à l’ensemble des ingénieurs (« Le patronat français… », op. cit., p. 152).

119 Pour permettre des comparaisons, les périmètres des groupes ont ensuite été définis de manière aussi semblable que possible pour les relevés dans les annuaires des différentes écoles.

120 « Directeurs généraux industriels » jusqu’en 1935, avec la séparation des activités commerciales, directeurs généraux tout court ensuite.

121 Vincent Guigueno, « Une figure contestée : l’officier-ingénieur (1920-1943) », dans Bruno Belhoste, Amy Dahan-Dalmenico, Antoine Picon (dir.), La Formation polytechnicienne 1794-1894, Paris, Dunod, 1994, p. 397-415.

122 M. Lévy-Leboyer, « La science mène-t-elle à l’action ?… », op. cit., p. 152-153.

123 Sous réserve qu’il y a chez les « hommes en gris » de Michelin relativement peu de titres de responsabilité attribués, voir André Gueslin, « Le système social Michelin (1889-1940) » dans A. Gueslin (dir.), Les Hommes du pneu : les ouvriers Michelin à Clermont-Ferrand de 1940 à 1980, Paris, Les Éditions de L’Atelier/Éditions ouvrières, 1999, p. 73-154.

124 J.-L. Loubet, Histoire de l’automobile française…, op. cit., p. 530.

125 Ludovic Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney des années 1880 à 1971, thèse de doctorat d’histoire contemporaine, Université Lumière Lyon 2, 1995, 3 vol., p. 564-565.

126 Pour les différentes écoles, les dates retenues ne sont pas strictement identiques, en fonction notamment de la disponibilité des éditions à la Bibliothèque nationale de France.

127 Jean-Pierre Daviet, « Les Centraliens chez Saint-Gobain », dans L’Ingénieur entrepreneur…, op. cit., p. 389-398.

128 Henri Carbonaro, « L’Automobile et les Centraliens de la guerre de 1914-1918 à celle de 1939-1944 », Centraliens, no 501, décembre 1998, p. 36-37.

129 L. Cailluet, Stratégies, structures d’organisation …, op. cit., IIe partie, chap. II.

130 R. Martin, Patron de droit divin…, op. cit., p. 125-134 et 146.

131 Les annuaires des anciens élèves ne comportent malheureusement pour la période étudiée que des listes alphabétiques, et pas des répertoires par branches ou entreprises qui permettraient d’en dénombrer, comme pour les autres écoles, les effectifs précis. Pour des études sur les carrières des « gadzarts », voir C. R. Day, Les Écoles d’Arts et Métiers…, op. cit., p. 288-312.

132 Sur l’importance des gadzarts parmi les ingénieurs maisons de Schneider, voir Claude Beaud, « Les ingénieurs du Creusot à travers quelques destins du milieu du xixe siècle au milieu du xxe », dans A. Thépot, L’Ingénieur dans la société française…, op. cit., p. 51-59.

133 C. R. Day, Les Écoles d’Arts et Métiers…, op. cit., p. 328-329.

134 Ibid., p. 311-312.

135 Entretien avec Henri Malcor, P. Mioche, J. Roux, Henri Malcor…, op. cit., p. 81-82.

136 C. R. Day, Les Écoles d’Arts et Métiers…, op. cit., p. 329.

137 Par chimiste de formation sont entendus ici les seuls anciens élèves des écoles supérieures spécialisées en chimie, par opposition aux diplômés de grandes écoles généralistes qui peuvent certes, même si l’enseignement de chimie n’occupait qu’une place restreinte dans leur formation, avoir acquis des compétences dans ce domaine.

138 De la pyrite aux plastiques. 150 ans d’aventure humaine et industrielle à Saint-Fons, Saint-Fons, Atofina, 2003, p. 6.

139 Archives Pechiney, 072-13-29962, PV du CA AFC, séance du 28 mars 1927.

140 Cette première organisation en divisions a été préparée par le cabinet de conseil K.B. White, en liaison avec l’ingénieur des mines de Saint-Étienne Jean Benoit, chef du service de l’organisation industrielle puis secrétaire général de la Compagnie. Sur cette organisation, puis sur celle de 1958, voir L. Cailluet, Stratégies, structures d’organisation…, op. cit., IIe partie, chap. II-III.

141 Archives Pechiney, 072-13-29964, PV du CA AFC, séance du 15 mars 1948.

142 Archives Pechiney, 9501334, PV du CA AFC, séance du 25 novembre 1958.

143 Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’électro

144 Hoechst-Archiv, IGF-Tea Büro, Francolor 2849 : 1.

145 Entreprise, no 96, 15 mars 1957. Recherche dans les annuaires et entretien avec Claude Jacquelin, ancien directeur général adjoint, 19 juin 1989, Paris, pour la détermination des formations.

146 Jean-Étienne Léger, Une grande entreprise dans la chimie française. Kuhlmann 1825-1982, Paris, Debresse, 1988, p. 236-237.

147 Exemplaire transmis par Pierre Jouven lors d’un entretien, 21 juin 1989, Paris.

148 H. Joly, « Le choix du dauphin. Règles de succession managériale dans les grandes entreprises chimiques allemandes », Actes de la recherche en sciences sociales, no 105, décembre 1994, p. 52-59.

149 Historique Thomson : le groupe de 1893 à 1977, Paris, Thomson-Brandt, 1979, 2 vol.

150 Y. Bouvier, La Compagnie générale d’électricité…, op. cit.

151 L’édition de 1950 ne mentionne que l’affectation professionnelle des élèves appartenant à l’un des vingt-deux groupes professionnels organisés. Certaines branches importantes comme la construction électrique sont absentes. L’édition 1958 est en revanche, à la suite de la refonte de l’annuaire en 1954 (M. Meuleau, Les HEC et l’évolution du management en France…, op cit., p. 375), plus complète avec une répartition systématique des anciens élèves par branches d’activités selon la nomenclature de l’INSEE.

152 Ibid., p. 441.

153 P. Fridenson, « Les ingénieurs et cadres de l’automobile… », op. cit., p. 435.

154 Sur l’émergence, souvent plus ancienne que l’ELSP, du poste de secrétaire général dans les entreprises françaises au xixe siècle, voir Jean Fombonne, Personnel et DRH. L’affirmation de la fonction Personnel dans les entreprises (France, 1830-1990), Paris, Vuibert, 2001, p. 39-44.

155 Les années de promotion de ces anciens élèves ne sont pas indiquées systématiquement ; les annuaires antérieurs à 1949 indiquent seulement l’année d’adhésion à l’association, qui peut être décalée.

156 L. Le Van-Lemesle, Le Juste ou le Riche…, op cit., chap. XIV « À l’aube d’un nouveau paradigme : les grandes écoles », p. 434 sq. Émile Cheysson (1836-1910), un polytechnicien ingénieur du corps des Ponts et Chaussées, qui a été entre 1871 et 1876 directeur des usines du Creusot de Schneider, est titulaire de la nouvelle chaire d’« économie industrielle » de l’École des mines de Paris à partir de 1884. Polytechnique a créé une chaire d’« économie sociale » en 1904 confiée à un militant socialiste proche de Jaurès, Eugène Fournière (1857-1914) ; voir le no spécial de L’Actualité de l’histoire, no 25, octobre-décembre 1958, et en particulier l’article de Justinien Raymond, « Eugène Fournière », p. 2-20. À sa mort en 1914, un autre ingénieur du corps des Ponts et Chaussées, Clément Colson (1853-1939) reprend la chaire en la transformant en cours d’« économie politique ». L’École centrale se contente, elle, d’un enseignement de « législation économique ».

157 Robert R. Locke, The End of Practical Man : Entrepreneurship and Higher Education in Germany, France and Great-Britain, Greenwich, Jai Press, 1984.

158 Pierre Labardin, « Les patrons français et le management », dans Dictionnaire historique des patrons français…, op. cit., p. 874-880.

Table des illustrations

Titre Formations des dirigeants anciens fonctionnaires
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Formations des dirigeants héritiers
Légende * Non compris un diplômé également polytechnicien.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Effectifs des ingénieurs civils des Mines par écoles (élèves français)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Effectifs comparés des promotions des écoles Polytechnique et Centrale Paris (élèves français)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13376/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search