Version classiqueVersion mobile

Diriger une grande entreprise au XXe siècle

 | 
Hervé Joly

Introduction

Texte intégral

1Qui étaient les dirigeants des grandes entreprises industrielles françaises au xxe siècle ? La question peut paraître datée à un moment où la France s’inquiète de sa désindustrialisation. Beaucoup des entreprises évoquées dans ce livre ont entre-temps disparu ou, lorsqu’elles subsistent, parfois sous un nouveau nom sorti de nulle part, elles se sont profondément transformées. Leurs actionnaires, leurs implantations et leurs salariés se sont internationalisés ; leur production s’est en partie délocalisée à l’étranger ; leurs activités issues de la révolution industrielle ont parfois été abandonnées pour celles de la révolution numérique. Mais, si l’économie française a moins bien résisté que d’autres, en particulier sa voisine allemande, aux restructurations récentes, c’est peut-être parce que ses structures industrielles héritées du passé étaient moins solides. Les acteurs qui ont contribué à bâtir ces structures dans la longue durée méritent donc d’être étudiés.

  • 1 Pierre Bourdieu, Monique de Saint-Martin, « Le Patronat », Actes de la recherche en sciences socia (...)
  • 2 Pierre Birnbaum, Charles Barucq, Michel Bellaiche et al., La Classe dirigeante française. Dissocia (...)
  • 3 Michel Bauer, Bénédicte Bertin-Mourot (coll.), Les 200. Comment devient-on un grand patron ?, Pari (...)
  • 4 Pour une confrontation étoffée des limites et des contradictions de ces travaux, voir Hervé Joly, (...)
  • 5 Thomas Philippon, Le Capitalisme d’héritiers. La crise française du travail, Paris, Le Seuil, 2007
  • 6 Même s’ils en comportent une part : P. Bourdieu et M. de Saint-Martin ont travaillé, outre sur les (...)

2Le recrutement des dirigeants des grandes entreprises n’a-t-il pas déjà, dans ses variables sociales (origines familiales), scolaires (formation) et professionnelles (type de carrière), été largement traité ? Des sociologues comme Pierre Bourdieu1 ou Pierre Birnbaum2 dans les années 1970, et plus récemment Michel Bauer3 ont effectivement dégagé les principales tendances : poids de l’héritage social, élitisme scolaire et importance de la filière étatique. Ces travaux présentent cependant certaines limites dans leur approche4. Pierre Bourdieu a ainsi centré toute sa démonstration autour de la thèse d’une reproduction sociale au sens large. Toute distinction entre patrons héritiers du capital économique stricto sensu et managers est ainsi récusée au profit d’un concept très vaste d’« héritiers ». Celui-ci, repris récemment dans un essai à succès par l’économiste Thomas Philippon5, engloberait tous ceux qui ne devraient pas leur réussite à leurs seuls mérites professionnels, et qui seraient redevables aussi bien à des origines sociales privilégiées au sein d’une « classe dominante » définie très largement qu’à des titres scolaires rares, les deux ressources se recoupant largement. Les travaux des sociologues Michel Bauer et de Bénédicte Bertin-Mourot s’inscrivent, plus implicitement qu’explicitement d’ailleurs, en contrepoint à cette thèse, au point d’en oublier les questions de l’origine sociale en général voire de la réussite scolaire, pour centrer toute la démonstration autour d’une typologie aussi stimulante que réductrice. À l’espace social bourdieusien sans frontière nette s’oppose une répartition des patrons en trois catégories bien distinctes définies autour d’autant d’atouts : les « atouts capital » (les héritiers du capital économique stricto sensu), les « atouts État » (les dirigeants ayant servi précédemment l’État) et les « atouts carrière » (les managers passés par les seules entreprises). Cette analyse souligne l’importance longtemps sous-estimée des deux premières catégories, mais elle dit peu de chose sur une troisième qui apparaît définie par défaut. Par ailleurs, ces travaux sociologiques manquent de profondeur historique6.

  • 7 Onze volumes sont parus à ce jour depuis 1991 dans la collection dirigée par Dominique Barjot dans (...)
  • 8 Pour une période ultérieure, la grande thèse d’État de Christophe Charle intègre bien, même si l’i (...)

3À l’autre bout de l’échelle chronologique, des travaux importants portent sur les patrons du xixe siècle. La grande série encore en cours des dictionnaires des patrons du Second Empire s’inscrit, avec une entrée régionale, dans une époque du capitalisme qui n’est pas encore celle de la grande entreprise7. Le profil type est plutôt celui d’un notable négociant aux activités autant financières et commerciales qu’industrielles8.

  • 9 Depuis la rédaction du manuscrit, dont ce livre est issu, est paru un volumineux dictionnaire ; J- (...)
  • 10 Maurice Lévy-Leboyer, « Le patronat français (1912-1973) », dans M. Lévy-Leboyer (dir.), Le Patron (...)
  • 11 P. Bourdieu et M. Lévy-Leboyer ont participé tous les deux à la table ronde sur le patronat organi (...)

4La période intermédiaire, du début du xxe siècle aux premiers travaux de sociologie des élites dans les années 1970, est moins explorée9. Elle l’est surtout par un article de Maurice Lévy-Leboyer qui porte sur la période 1912-197310. Cette étude à bien des égards remarquable, par l’ampleur du travail empirique mené et par la richesse des questionnements, sert ici de référence majeure à la fois pour ses apports et pour ses limites. M. Lévy-Leboyer centre son analyse sur les seuls dirigeants des grandes entreprises industrielles. Il s’inscrit dans la longue durée en définissant différents corpus à six dates distinctes (1912, 1919, 1929, 1939, 1959, 1973). Il n’étudie pas seulement des professionnels avec les seules préoccupations d’un historien du social, il met également en valeur la spécificité de sa population en l’interrogeant en historien de l’économie. Mais son travail présente aussi des biais. Les corpus rassemblent indistinctement tous les administrateurs des sociétés considérées, mais seulement ceux-ci. Trop nombreux pour être étudiés tous, une centaine d’entre eux sont sélectionnés de manière aléatoire à chaque date, ce qui empêche de repérer les liens familiaux, sociaux ou professionnels pouvant exister entre eux. Le fait que les entreprises retenues ne soient pas non plus nécessairement les mêmes ne permet pas d’appréhender les continuités, les successions et les ruptures dans le temps. Même si le parti pris théorique est opposé à celui de Bourdieu – leurs recherches sont menées en parallèle, non sans lien entre elles au départ11 –, la confusion commune entre héritiers du capital et managers empêche de souligner les spécificités de chaque catégorie. La particularité des entreprises publiques par rapport aux entreprises privées n’est pas véritablement prise en compte. Les variables scolaires ne sont pas reliées à l’évolution au fil des générations de l’offre de l’enseignement supérieur. Le phénomène du pantouflage n’est pas mis en valeur faute d’une véritable prise en compte des particularités des grands corps d’État. Les conclusions assez optimistes en matière d’ouverture sociale reposent sur des données empiriques fragiles.

  • 12 Le concept rassemble à la fois les ressources liées à la « transmission d’une entreprise familiale (...)

5Par ailleurs, tous ces travaux n’élargissent guère la réflexion aux modes de gouvernance des entreprises. La structure des organes dirigeants n’est abordée que très rapidement, pour définir le corpus, sans s’interroger sur les implications qu’il y a à retenir les seuls PDG ou l’ensemble des administrateurs. L’opposition entre « propriétaires » et « managers » n’est pas assez interrogée : elle est soit trop rapidement niée dans sa pertinence chez P. Bourdieu, soit réifiée chez M. Bauer et B. Bertin-Mourot dans la définition des « atouts ». Seul M. Lévy-Leboyer tente une distinction plus fine selon la nature des ressources de ceux qu’il considère comme des « héritiers », du capital ou non, au risque d’une dilution trop grande de la notion12. La professionnalisation des fonctions dirigeantes n’est pas non plus véritablement interrogée, qu’il s’agisse des filières d’accès, du degré d’exclusivité ou des conditions de sortie.

6La prépondérance des élèves de grandes écoles ou des membres de grands corps d’État souvent constatée dans le recrutement des dirigeants mérite ainsi d’être rapportée à la taille des viviers concernés. La probabilité de s’imposer dans les différentes filières dépend aussi des effectifs recrutés dans une entreprise avec le même profil. Les analyses sur les origines sociales ne peuvent se réduire à déplorer la surreprésentation de catégories supérieures définies largement. Des mobilités plus fines restent à appréhender.

  • 13 Sur l’émergence progressive des grandes entreprises françaises à partir de la fin du xixe siècle e (...)
  • 14 Sur le caractère cyclique des fusions, voir Jacques Houssiaux, Le Pouvoir de monopole. Essai sur l (...)
  • 15 Pour un récit de son chargé de mission pour les questions économiques, voir Bernard Ésambert, Pomp (...)

7Cette réflexion sur les limites des travaux antérieurs explique largement l’orientation donnée à ce travail. Le corpus des entreprises retenues est assez restreint pour permettre une recherche approfondie sur chacune d’entre elles. Les mêmes firmes sont étudiées dans la longue durée pour mieux appréhender les continuités et les ruptures. Pour avoir cependant une nécessaire continuité du paysage institutionnel, les bornes chronologiques retenues pour l’étude statistique sont 1914 et 1966 ; la première est marquée par l’émergence définitive de la grande entreprise moderne pendant la Grande Guerre13, la seconde par le début d’une nouvelle vague, après celle des années 192014, de fusions importantes qui, dans le cadre du « pompidolisme industriel15 », vise à constituer des grands champions nationaux privés. En quelques années, le paysage des grandes entreprises françaises est bouleversé. La période ultérieure est également mieux connue grâce aux travaux déjà cités des sociologues.

  • 16 Ce qui exclut donc, comme dans une précédente étude sur l’Allemagne, les entreprises commerciales, (...)

8L’étude est centrée sur la seule industrie manufacturière16 et sur les très grandes entreprises, qui sont les plus susceptibles d’avoir un recrutement dirigeant non exclusivement familial. Ont été privilégiées les firmes qui disposent à la fois d’une certaine diversité d’activités et d’implantations industrielles, et d’une autonomie stratégique supposée, ce qui écarte les filiales de groupes français ou étrangers ; les entreprises retenues constituent elles-mêmes des groupes leaders dans leur branche. Est exclu le secteur public ou nationalisé, parce qu’il obéit à d’autres logiques politiques ou administratives. Autant de partis pris nécessaires pour pouvoir étudier de manière aussi précise que possible, avec des données à peu près exhaustives, les dirigeants d’un ensemble cohérent de grandes entreprises et mener des comparaisons entre elles.

  • 17 Les raisons sociales des entreprises retenues dans le corpus historique ont souvent évolué dans le (...)
  • 18 Ce n’est qu’à la fin des années 1950 qu’apparaît l’obligation pour les entreprises d’indiquer le m (...)
  • 19 Pour 1913, voir, à partir des annuaires de sociétés cotées, M. S. Smith, « Putting France in the C (...)
  • 20 Voir l’annexe des sources.

9Les vingt et une entreprises industrielles étudiées (cf. liste en annexe17) ne sont pas toujours strictement les plus grandes dans l’ensemble de la période. Il n’était de toute façon guère possible d’établir un classement pondéré dans la longue durée. Le critère du chiffre d’affaires consolidé, d’usage courant aujourd’hui, n’était pas disponible18. Les informations sur les effectifs sont également lacunaires. Des classements reconstitués par les historiens pour des périodes plus anciennes s’appuient sur les seuls montants des capitaux propres19. Leur double inconvénient d’écarter les entreprises au capital fermé, notamment familial, et de favoriser l’industrie lourde, aux immobilisations plus importantes, correspond cependant aux partis pris recherchés dans cette recherche. S’y ajoute un classement inédit établi pour les années 1940 à partir des données fournies dans le fichier national des établissements industriels de l’Office central de répartition des produits industriels (OCRPI20).

10Les critères adoptés privilégient logiquement les industries des produits de base et des biens d’équipements (sidérurgie, métallurgie, chimie, construction électrique et mécanique, matériaux) ; seules la Manufacture de caoutchouc Michelin et la Société des automobiles Peugeot représentent une industrie de biens de consommation. Les industries textiles, trop exclusivement familiales, et agroalimentaires, trop dispersées par branches spécialisées, sont absentes. Il manque aussi des entreprises de construction mécanique comme la Compagnie pour la fabrication des compteurs et matériel d’usines à gaz ou la Compagnie de Fives-Lille pour constructions mécaniques et entreprises dont les activités sont plus spécialisées. L’absence d’une grande entreprise de construction navale, comme les Ateliers et chantiers de la Loire ou les Chantiers et ateliers de Saint-Nazaire (Penhoët) regroupés au sein des Chantiers de l’Atlantique en 1955, s’explique par le caractère également trop concentré de leur activité et de leur implantation.

  • 21 Pour une tentative, à partir d’une analyse économétrique, de comparer les résultats d’entreprises (...)
  • 22 Youssef Cassis, Big Business. The European Experience in the Twentieth-Century, Oxford, Oxford Uni (...)
  • 23 Ibid., p. 142.
  • 24 Voir, sur ce point, les analyses du sociologue allemand Michael Hartmann dans ses multiples travau (...)

11Que peut apporter une telle recherche ? L’utilité des études sur les élites notamment économiques est parfois mise en doute : à quoi cela servirait-il de savoir d’où elles viennent, qui elles sont, si cela ne nous disait rien de la manière dont elles dirigent les firmes, des stratégies qu’elles adoptent, des résultats qu’elles obtiennent ? Or, il est important en soi de savoir, au même titre que pour d’autres groupes sociaux ou professionnels, qui sont les dirigeants des grandes entreprises, de quels milieux ils sont issus, comment ils ont été formés, quelles sont leurs expériences professionnelles préalables. La prépondérance des polytechniciens, membres des grands corps en particulier, dans les directions des grandes entreprises industrielles françaises est ainsi bien connue. Encore convient-il de préciser l’ampleur du phénomène, son évolution historique, sa prégnance plus ou moins forte selon les branches ou les entreprises, la place plus ou moins grande laissée aux autres filières, etc. Les règles qui régissent la dévolution de ces fonctions privilégiées, en termes aussi bien de pouvoir, de reconnaissance sociale que de revenus, méritent, dans une société démocratique, d’être connues. Quel est le degré d’ouverture du jeu dans ce milieu ? Dans quelle mesure des critères méritocratiques participent-ils de la légitimation d’un dirigeant ? Par ailleurs, il faut s’interroger sur l’impact que la trajectoire sociale, scolaire et professionnelle d’un dirigeant est susceptible d’avoir sur les stratégies et les pratiques qu’il adopte et sur les résultats de l’entreprise. On entre certes là dans un domaine très périlleux. Il est difficile de dégager des régularités statistiques en neutralisant toutes les autres variables économiques, comme ont tenté de le faire des chercheurs en gestion anglo-saxons en particulier21. De manière plus qualitative, les exemples retenus peuvent se contredire les uns les autres. L’historien comparatiste Youssef Cassis nous invite sur ce point à juste titre à la prudence, qu’il s’agisse de la plus ou moins grande compétence des héritiers par rapport aux managers22 ou de l’exigence plus ou moins élevée des formations suivies23. La relation entre trajectoire et stratégie peut aussi fonctionner dans l’autre sens, et un dirigeant être choisi parce que son profil correspond à la stratégie adoptée par l’entreprise. L’excellence peut aussi reposer sur critères sociaux, un « bon » dirigeant étant aussi celui qui présente les ressources nécessaires pour « incarner » l’entreprise dans son milieu24. Mais la question de la relation entre trajectoires, stratégies et pratiques dirigeantes mérite en tout cas d’être posée.

  • 25 H. Joly, Patrons d’Allemagne…, op. cit.
  • 26 Dans le texte, les sources biographiques utilisées ne sont expressément mentionnées que lorsqu’ell (...)

12Ce travail porte sur le cas français et il vient, plus de quinze ans après celui effectué sur les dirigeants des grandes entreprises industrielles allemandes entre 1933 et 198925, clore une ambition comparatiste initiale. Les questionnements, le corpus, la chronologie, les méthodes et les sources26 sont trop différents entre les deux études pour qu’il y ait comparaison systématique des résultats. Mais l’ambition reste d’essayer de garder, grâce au détour préalable par l’étranger, un regard extérieur sur le modèle national, et de ne pas cesser de s’étonner de ses particularités, notamment en matière de formation et de carrière.

Notes

1 Pierre Bourdieu, Monique de Saint-Martin, « Le Patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, no 20/21, mars-avril 1978, p. 3-82 ; article partiellement repris sans actualisation dans P. Bourdieu (dir.), chap. 2 « Écoles du pouvoir et pouvoir sur l’économie », La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989, p. 428-529. Il faut signaler aussi les travaux pionniers antérieurs de Nicole Delefortrie-Soubeyroux, Les Dirigeants de l’industrie française, Paris, Armand Colin, 1961, qui fournit des données statistiques très riches malheureusement peu exploitables en raison de la composition très confuse du corpus ; et du sociologue Dominique Monjardet sur les PDG des cent premières entreprises françaises, « Carrière des dirigeants et contrôle de l’entreprise », Sociologie du travail, vol. 13, no 2, 1972, p. 131-144.

2 Pierre Birnbaum, Charles Barucq, Michel Bellaiche et al., La Classe dirigeante française. Dissociation, interpénétration, intégration, Paris, Presses universitaires de France, 1978, qui consacre d’importants développements aux dirigeants du secteur privé.

3 Michel Bauer, Bénédicte Bertin-Mourot (coll.), Les 200. Comment devient-on un grand patron ?, Paris, Le Seuil, 1987 ; et les nombreuses études ultérieures menées dans le cadre de l’Observatoire des dirigeants, regroupées en partie dans Radiographie des grands patrons français. Les conditions d’accès au pouvoir, Paris, L’Harmattan, 1997. La récente étude comparative de trois historiens d’entreprises britanniques, à partir de données de 1998, contribue à nuancer la tendance générale à la reproduction, en soulignant qu’elle n’exclut pas des possibilités de mobilités ascendantes à partir des catégories inférieures, notamment de la petite bourgeoisie (« lower middle class ») ; Mairi MacLean, Charles Harvey, Jon Press, Business Elites and Corporate Governance in France and the UK, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006, p. 92.

4 Pour une confrontation étoffée des limites et des contradictions de ces travaux, voir Hervé Joly, « Les études sur le recrutement du patronat : une tentative de bilan critique », Sociétés contemporaines, no 68, 2007, p. 133-154.

5 Thomas Philippon, Le Capitalisme d’héritiers. La crise française du travail, Paris, Le Seuil, 2007.

6 Même s’ils en comportent une part : P. Bourdieu et M. de Saint-Martin ont travaillé, outre sur les PDG de 1972, de manière plus sommaire sur les PDG de 1952 et 1962 ; M. Bauer et B. Bertin-Mourot ont recherché la répartition des « atouts » depuis le début des années 1970 pour les PDG des entreprises de leur corpus.

7 Onze volumes sont parus à ce jour depuis 1991 dans la collection dirigée par Dominique Barjot dans le cadre d’une coédition Picard et Cénomane, auxquels s’ajoute celui sur le Nord sous la direction de Frédéric Barbier paru en 1989 à Genève chez Droz. Une synthèse provisoire, rendue difficile par l’inévitable hétérogénéité des corpus en fonction des auteurs et des régions, a été proposée dans D. Barjot, É. Anceau, I. Lescent-Giles, B. Marnot (dir.), Les Entrepreneurs du Second Empire, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2003.

8 Pour une période ultérieure, la grande thèse d’État de Christophe Charle intègre bien, même si l’intérêt principal de l’auteur était tourné vers les intellectuels, les hommes d’affaires ; C. Charle, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987. Mais, en les repérant par un croisement entre un annuaire biographique et un annuaire de sociétés, elle privilégie ceux qui disposent d’une certaine visibilité sociale ; il s’agit, dans une perspective d’histoire sociale des élites, d’étudier un groupe professionnel parmi d’autres, pas de mettre en relation prosopographie, structures et stratégies économiques.

9 Depuis la rédaction du manuscrit, dont ce livre est issu, est paru un volumineux dictionnaire ; J-C. Daumas (dir.), A. Chatriot, D. Fraboulet, P. Fridenson, H. Joly (coll.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010. Cet ouvrage comporte une importante partie biographique, avec 302 portraits individuels ou collectifs de patrons significatifs des années 1880 à nos jours ; le choix des notices ne repose pas sur une méthode prosopographique qui permettrait d’assurer une représentativité stricte des patrons retenus. L’approche plus qualitative cherche à refléter la diversité des trajectoires patronales. Les nombreuses notices du dictionnaire relatives à des patrons évoqués dans ce livre n’ont pas été citées systématiquement en référence ici. Cette parution a été prolongée par celle d’un numéro spécial de la revue Vingtième siècle coordonné par Jean-Claude Daumas, avec notamment un article inspiré par cette recherche, H. Joly, « Les dirigeants des grandes entreprises industrielles françaises au xxe siècle : des notables aux gestionnaires », Vingtième siècle, avril-juin 2012, no 114, p. 17-32.

10 Maurice Lévy-Leboyer, « Le patronat français (1912-1973) », dans M. Lévy-Leboyer (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éd. ouvrières, 1979, p. 137-188.

11 P. Bourdieu et M. Lévy-Leboyer ont participé tous les deux à la table ronde sur le patronat organisée par le Groupe de travail international d’histoire sociale à la Maison des sciences de l’homme à Paris en avril 1977. Le volume qui en est issu en 1979 sous la direction de M. Lévy-Leboyer n’intègre pas l’article de P. Bourdieu et M. de Saint-Martin, paru l’année précédente dans la propre revue de P. Bourdieu. L’article de M. Lévy-Leboyer apparaît bien, lui, comme une réfutation affirmée des thèses des deux sociologues, mais elle reste plus implicite qu’explicite, avec une seule référence en note à leur article (p. 162). P. Bourdieu n’y a, à notre connaissance, jamais répondu publiquement, préférant même, dans la reproduction partielle en 1989 de son article de 1978 dans son ouvrage La Noblesse d’État…, écarter les références qui s’y trouvaient aux travaux de M. Lévy-Leboyer.

12 Le concept rassemble à la fois les ressources liées à la « transmission d’une entreprise familiale (ou du moins d’une participation substantielle) », à un « père déjà dirigeant de la société sans être nécessairement actionnaire », aux « relations d’affaires » (concept non expliqué) et à la « famille » (définie comme « aides variées des membres des familles et belles-familles ») ; M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français… », op. cit., p. 145-146.

13 Sur l’émergence progressive des grandes entreprises françaises à partir de la fin du xixe siècle et leur importance économique, voir le panorama historique dressé, dans une perspective très chandlerienne, pour les différentes branches par Michael S. Smith, The Emergence of Modern Business Enterprise in France (1800-1930), Cambridge, Harvard University Press, 2006.

14 Sur le caractère cyclique des fusions, voir Jacques Houssiaux, Le Pouvoir de monopole. Essai sur les structures industrielles du capitalisme contemporain, Paris, Sirey, 1958, p. 336-392. Sur l’absence d’absorptions d’autres firmes que secondaires par les grandes entreprises françaises après les années 1920, voir M. Lévy-Leboyer, « La grande entreprise. Un modèle français ? », dans M. Lévy-Leboyer, J.-C. Casanova (dir.), Entre l’État et le marché : l’économie française des années 1880 à nos jours, Paris, Gallimard, 1991, p. 366.

15 Pour un récit de son chargé de mission pour les questions économiques, voir Bernard Ésambert, Pompidou, capitaine d’industries, Paris, Odile Jacob, 1994 ; voir aussi le témoignage du même B. Ésambert, ainsi que les contributions de Pascal Griset et Philippe Mioche notamment, dans Éric Bussière (dir.), Georges Pompidou face à la mutation économique de l’Occident (1969-1974), Paris, Presses universitaires de France, 2003.

16 Ce qui exclut donc, comme dans une précédente étude sur l’Allemagne, les entreprises commerciales, financières ou de services ou de transports, mais aussi des mines, de l’énergie ou du bâtimentet et des travaux publics (BTP) ; H. Joly, Patrons d’Allemagne. Sociologie d’une élite industrielle (1933-1989), Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

17 Les raisons sociales des entreprises retenues dans le corpus historique ont souvent évolué dans le temps ; pour ne pas alourdir le texte, une dénomination unique abrégée a été adoptée, sauf dans le cas de certaines fusions pour ne pas faire d’anachronisme. La société ou holding de tête, et pas l’éventuelle filiale d’exploitation industrielle selon une pratique fréquente dans l’après-seconde guerre mondiale (cas de Pont-à-Mousson en 1946 avec la Société des fonderies Pont-à-Mousson, de Schneider en 1949 avec la Société des forges et ateliers du Creusot, de Michelin en 1951 avec la Manufacture française des pneumatiques Michelin, de Marine en 1954 avec la Compagnie des forges et aciéries de la Loire (CFAL) et de Rhône-Poulenc en 1961 avec la Société des usines chimiques Rhône-Poulenc), a été systématiquement retenue. Lorsque les entreprises ont été affectées par des fusions au cours de la période étudiée, seule la branche antérieure la plus importante est prise en compte dans l’étude statistique : pour Alais, Froges & Camargue (AFC), on retient ainsi Alais & Camargue jusqu’en 1921, et pas la Société électrométallurgique française (Froges) ; pour Ugine, l’Électro-chimie jusqu’en 1922 et pas les Aciéries Paul-Girod ; pour Rhône-Poulenc, la Société chimique des usines du Rhône jusqu’en 1928 et pas les Éts Poulenc Frères ; pour Lorraine-Escaut, les Aciéries de Longwy jusqu’en 1953 et pas Senelle-Maubeuge ou Escaut-Meuse ; pour Marine-Saint-Étienne puis Marine-Firminy-Saint-Étienne, Marine (-Homécourt) jusqu’en 1953 et pas les Forges et aciéries de Firminy, etc. En revanche, pour Denain-Anzin et Nord-Est, dont les actifs sidérurgiques sont regroupés en 1948 dans Usinor, et pour les Tréfileries et laminoirs du Havre et de la Compagnie française des métaux, fusionnés dans Tréfimétaux en 1962, les deux composantes sont intégrées en raison du caractère tardif et équilibré de la fusion.

18 Ce n’est qu’à la fin des années 1950 qu’apparaît l’obligation pour les entreprises d’indiquer le montant de leur chiffre d’affaires dans leur rapport annuel, mais ça ne valait que pour les entreprises cotées, et souvent pour la seule maison mère. Les premiers classements publiés dans la presse d’affaires sont donc incomplets ; voir le premier dans Réalités, février 1957, p. 64-67, reproduit dans J. Houssiaux, Le Pouvoir de monopole…, op. cit., p. 248-249. D’autres suivent dans la revue Entreprise, no 163, 18 octobre 1958, no 367, 22 septembre 1962, etc. (500 premières entreprises commerciales françaises également selon la valeur des capitaux propres, mais avec mention incomplète des chiffres d’affaires et des effectifs).

19 Pour 1913, voir, à partir des annuaires de sociétés cotées, M. S. Smith, « Putting France in the Chandlerian Framework. France’s 100 largest industrial firms in 1 913 », Business history review, vol. 72, printemps 1998, p. 46-85. Pour 1938, voir J. Houssiaux, Le Pouvoir de monopole…, op. cit., p. 308-309, repris ensuite par Bruce Kogut, « Evolution of the Large Firm in France in Comparative Perspective », Entreprises et histoire, no 19, octobre 1998, p. 113-151. Ce classement présente toutefois des lacunes étonnantes, comme Châtillon-Commentry, Marine ou la CGE.

20 Voir l’annexe des sources.

21 Pour une tentative, à partir d’une analyse économétrique, de comparer les résultats d’entreprises sous contrôle familial avec ceux d’entreprises sous contrôle managérial, voir Alexis Jacquemin, Elisabeth de Ghellinck, « Familial Control, Size and Performance in the Largest French Firms », European Economic Review, vol. 13 (1), 1980, p. 81-91. Pour une étude comparative internationale récente sur cette question, voir Klaus Gugler (dir.), Corporate Governance and Economic Performance, Oxford, Oxford University Press, 2001, avec une étude sur le cas français d’Elizabeth Kremp et Patrick Sevestre, p. 121-129.

22 Youssef Cassis, Big Business. The European Experience in the Twentieth-Century, Oxford, Oxford University Press, 1997, p. 132.

23 Ibid., p. 142.

24 Voir, sur ce point, les analyses du sociologue allemand Michael Hartmann dans ses multiples travaux, en particulier dans Der Mythos von den Leistungseliten. Spitzenkarrieren und soziale Herkunft in Wirtschaft, Politik, Justiz und Wissenschaft, Francfort/Main, Campus, 2002.

25 H. Joly, Patrons d’Allemagne…, op. cit.

26 Dans le texte, les sources biographiques utilisées ne sont expressément mentionnées que lorsqu’elles comportent une appréciation subjective, ou lorsqu’elles se contredisent entre elles.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search