Version classiqueVersion mobile

Diriger une grande entreprise au XXe siècle

 | 
Hervé Joly

Préface

Patrick Fridenson

Texte intégral

  • 1 Fred Vargas, L’Armée furieuse, Paris, Viviane Hamy, 2011, p. 224.

Le comte prit un nouveau sucre qu’il trempa avec précision dans son verre. – Il existe en ce monde un petit noyau atomique où les industriels recherchent depuis toujours les aristocrates et vice-versa. L’échange entre eux, éventuellement marital, augmentant la puissance de déflagration de tous. J’appartiens aux deux cercles, noblesse et industrie.1

1C’est ainsi que dans son dernier livre la romancière Fred Vargas présente la catégorie la plus élevée des industriels de France, et suggère (« depuis toujours ») que ses réseaux sont immuables.

2De manière tout aussi immuable, un romancier américain au milieu du xixe siècle caractérise les États-Unis par la réussite des self-made men :

  • 2 Clement Falconer, « Self-made men », Boston Investigator, 15 juin 1842, colonne D. Je remercie Pame (...)

Prenez la totalité de la population, choisissez en son sein les cinquante hommes qui sont les plus remarquables pour leurs talents ou pour toute description de leur utilité publique, et, je vous en réponds, ils sont tous, chacun d’entre eux, des hommes qui ont fait leur entrée dans le monde sans avoir un dollar […]. Ce sont tous des hommes qui ont fait fortune - des self-made men, partis de rien. […] C’est vrai de toutes les professions. […] Vous devez jeter un homme sur ses propres ressources pour lui permettre de se distinguer. […] Celui qui a une fortune dans laquelle puiser va relâcher ses efforts, et ne tardera pas à se retirer de la compétition.2

3Les deux romanciers se font l’écho de représentations très répandues dans les opinions publiques des deux pays, et qui alimentent les idées reçues sur les différences fondamentales entre les États-Unis et la France. Les recherches récentes des historiens confirment-elles ces vues ou ouvrent-elles d’autres perspectives ? Les voies du succès des industriels dans chacun des deux pays sont-elles invariables ou changent-elles au cours du temps ?

  • 3 Pamela W. Laird, Pull : Networking and Success since Benjamin Franklin, Cambridge (Mass.), Harvard (...)

4Pour les États-Unis, l’historienne des entreprises Pamela Laird a réfuté dans un livre récent la thèse de la possibilité d’ascension sociale généralisée des hommes d’affaires3. Elle a cerné les dynamiques sociales qui permettent à certains de naviguer vers le succès et qui en détournent d’autres. Qui obtient un accès aux réseaux qui offrent des opportunités de faire des affaires ? Ce sont ceux qui ont des mentors, des modèles de rôles, des manières, des connexions, de la compréhension des codes de comportement. Au-delà des discriminations bien connues à l’égard des Afro-Américains, le livre montre comment tant d’hommes et femmes qui font preuve de la même intelligence et de la même ambition que ceux qui « y arrivent » ont longtemps été mis de côté par la combinaison de forces sociales qui les unes bloquent les sentiers acheminant au sommet et les autres retiennent les individus au bas de l’échelle. Quelles sont les qualités dont un candidat inacceptable à ces fonctions est dépourvu ? La réponse à cette seconde question est le capital social, c’est-à-dire tous les atouts sociaux qui attirent le respect, engendrent la confiance, suscitent l’affection et incitent à la loyauté.

  • 4 Eve Lamendour, Les Managers à l’écran. Enquête sur une image déconcertante, Rennes, Presses univers (...)

5Pour la France, c’est le présent livre d’Hervé Joly qui permet pour la première fois d’opposer à l’image courante que l’opinion se fait de la domination des principaux patrons – qui a relativement peu varié depuis cent ans, même si l’on peut distinguer trois phases successives dans les représentations des patrons au cinéma4 – une analyse rigoureuse et systématique des manières dont ont évolué au cours des deux premiers tiers du xxe siècle les parcours des dirigeants des vingt-et-un plus grands groupes industriels, de la formation au recrutement et à l’accès au sommet. Tout comme l’historienne américaine, il met en évidence les mécanismes sociaux de sélection et de promotion ou d’élimination des aspirants à la réussite par l’entreprise. Mais, à la différence de celle-ci, il porte aussi son attention sur la part que jouent dans les trajectoires des individus les modes de gouvernance des entreprises et les fonctions à exercer (en outre, il couvre une période plus courte). Ainsi, le livre d’Hervé Joly réussit à surmonter l’écueil inévitable de ce genre de recherches : le constat fataliste de l’hégémonie de l’École polytechnique et de ses succursales qui forment les grands corps de l’État. Sortant des problématiques classiques de reproduction des groupes dirigeants, il fait appel au droit et à la science politique pour montrer l’importance des formules d’organisation et de contrôle des entreprises dans le renouvellement partiel des élites économiques. Distinguant, contrairement à ses prédécesseurs, les héritiers des familles importantes et les nouveaux managers, il montre comment, jusqu’à la vague de mondialisation de ces vingt dernières années, les institutions de formation, les structures de l’État et les entreprises tant anciennes que nouvelles se sont en général efforcées d’adapter la hiérarchie des formations et des corps aux besoins différenciés des entreprises tout en mettant en valeur, à la différence de l’Allemagne, des managers généralistes.

  • 5 Cf. Hervé Joly, De la sociologie à la prosopographie historique : regards croisés sur la France et (...)
  • 6 Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences soci (...)

6On pourra naturellement discuter les partis pris de l’auteur : le choix d’un échantillon fixe d’entreprises sur une longue période, les secteurs retenus, la période 1914-1966, le refus de coupes chronologiques successives. Cependant leur cohérence, leur faisabilité, les résultats qu’ils permettent d’obtenir parlent en leur faveur et l’effort pour produire des données plus rigoureuses que bien d’autres travaux sur le patronat est manifeste. J’ajoute que ces partis pris sont une conséquence directe de la méthode choisie pour comprendre ce groupe dirigeant : la prosopographie, une méthode forgée par les historiens de l’Antiquité puis transférée dans d’autres domaines de recherche. Il s’agit de l’établissement des biographies individuelles des membres représentatifs de ce qui est considéré comme une élite pour reconstituer des généalogies et permettre à partir des caractéristiques pertinentes retenues des analyses quantitatives qui portent sur la structuration des groupes dirigeants à partir notamment des informations disponibles sur les liens de parenté, les appartenances religieuses, les parcours scolaires et universitaires, les origines géographiques, les liens d’intérêt et les modes de vie, bref, les positions et les réputations5. Comme l’ont fait observer différents auteurs, cette méthode très fructueuse, qui permet aussi de cerner les continuités et les ruptures, renoue avec la tradition des enquêtes monographiques inaugurée en France au milieu du xixe siècle par l’ingénieur et sociologue Frédéric Le Play. On pourra aussi discuter le fait qu’Hervé Joly se soit centré sur les industriels et n’ait pas inclus les banquiers. On retrouve ici le débat entre le sociologue Pierre Bourdieu et l’historien Maurice Lévy-Leboyer qui avait marqué les 22 et 23 avril 1977 la célèbre table ronde internationale de la Maison des sciences de l’homme sur le patronat de la seconde industrialisation à laquelle j’ai participé. Ce débat avait ensuite été alimenté par la publication de leurs enquêtes statistiques respectives en 1978 et en 1979. Il s’est cristallisé au cours d’une émission des « Lundis de l’histoire » sur France-Culture à laquelle j’ai participé en 1979. On peut aujourd’hui la réécouter in extenso. Mais deux témoignages successifs de Pierre Bourdieu en restituent bien l’esprit. Maurice Lévy-Leboyer lui a dit : « je ne suis pas d’accord avec vous, les banquiers ne font pas partie du patronat, je les ai enlevés de l’analyse ». Alors les deux chercheurs ont discuté de la construction de l’objet : « est-ce qu’on peut étudier le patronat sans y introduire les banquiers6 ? » Dans cette controverse Hervé Joly est bien conscient du rôle de certains banquiers dans certains conseils d’administration, du fait que quelques banquiers ont pu devenir industriels et vice-versa, et de l’existence de réseaux et de lieux de sociabilité qui peuvent être communs. Mais ses enquêtes aussi bien sur l’Allemagne que sur la France l’amènent à penser qu’il y a bien une spécificité des dirigeants de l’industrie, au moins au cours de la période étudiée.

  • 7 Cf. Blanche Segrestin et Armand Hatchuel, Refonder l’entreprise, Paris, Le Seuil, 2012.

7Sur les bases de ce travail, Hervé Joly est ainsi à même au cours du livre de prendre parti, de faire entendre une voix de chercheur français, dans les grands débats internationaux qui ont marqué ces dernières années la recherche (y compris dans les sciences économiques et les sciences de gestion) sur les effets des types de cadres juridiques sur la vie des entreprises comme sur la relation entre sélection des dirigeants et innovation7, sur les forces et les faiblesses de « la main visible des managers » (selon la formule de l’historien américain Alfred Chandler) par rapport à la « main invisible » des marchés, sur les relations entre les différentes élites économiques et l’État, ou bien sur l’évolution de la place des dirigeants français d’entreprise au sein du patronat occidental.

  • 8 J’actualise ici les réflexions présentées pour la première fois dans « Le patronat de la seconde in (...)

8Je voudrais maintenant tenter de replacer l’apport de ce livre sur les dirigeants des grandes entreprises françaises de la seconde industrialisation dans une histoire plus longue et dans un cadre européen8. Le patronat de la première industrialisation se créait un capital économique et se le transmettait essentiellement par le simple jeu des lois et pratiques successorales. Lorsque des héritiers faisaient défaut à une famille dominante, son chef se choisissait un continuateur, qu’il appelait auprès de lui et formait à l’exercice des fonctions de direction. En revanche, depuis la fin du xixe siècle, à côté du capital économique, le capital scolaire et universitaire joue désormais un rôle fondamental dans la production comme la reproduction du patronat. Et l’aristocratie qu’évoque en 2011 la romancière Fred Vargas n’a plus qu’une part mineure.

9Alors que le capital culturel est transmis par la famille, le capital scolaire peut, lui, s’analyser comme une forme transformée de capital économique. La transmission en est invisible, masquée (sous l’idéologie du don et du caractère). Mais le système des titres scolaires et universitaires est la garantie de sa continuité. Certes, on pourra trouver des dirigeants autodidactes, issus de l’immigration ou promus à l’issue d’un passage par la petite ou la moyenne entreprise, ou encore quelques femmes parmi eux. Néanmoins toutes ces catégories restent minoritaires. Tout se passe comme si, statistiquement, le groupe des dirigeants transmettait au même groupe. On a pu affirmer que les accidents de la transmission (les enfants qui descendent l’échelle sociale) font partie de la légitimation de ce processus. Pourquoi cette importance nouvelle du diplôme ? En raison des transformations techniques et économiques qui mettent la grande entreprise au premier plan et amènent celle-ci à internaliser le marché, à coopérer avec d’autres firmes, à contracter avec les collectivités publiques ou encore à recourir au crédit bancaire et au crédit interentreprises. D’où une différenciation des tâches et la nécessité de davantage de compétence et d’éducation. Mais en raison aussi des transformations sociales, car la montée du syndicalisme des salariés et de partis politiques de contestation remet en question la légitimité et l’autorité du patronat. Dans ces conditions, les filières d’enseignement supérieur en évoluant enracinent l’esprit de corps des élites et consolident leur légitimité.

  • 9 Cf. Oliver Williamson (dir.), Organization Theory : From Chester Barnard to the Present and Beyond,(...)

10Le recours croissant (en lieu et place de la formation sur le tas) aux ingénieurs et aux cadres commerciaux constitue un des signes de ce poids nouveau du diplôme. Certes, tous n’iront pas s’agréger au patronat. Mais une partie de ceux qui le feront ne le doivent guère à la formation scientifique et technique ou commerciale, juridique et comptable qu’ils ont acquise. Leur promotion est surtout liée au renouveau de leur pratique d’administration, de commandement, de conception et de coordination. C’est ce qu’ont souligné les livres qu’ont tirés de conférences et d’articles deux industriels comme le Français Henri Fayol en 1916 ou l’Américain Chester Barnard en 1938, qui apportent ainsi leur pierre à la construction d’une théorie des organisations9. Dans un univers marchand qui reste celui du risque et dans lequel l’incertitude tend à s’accroître, une partie des diplômés apportent aux grandes organisations des éléments rationnels de stratégie et de gestion et les outils correspondants, mais encore le leadership ou les relations avec le reste de l’encadrement et avec les propriétaires des entreprises, lesquels pour une bonne part relèvent d’éléments non pas purement rationnels mais sociaux. Ils tentent d’imposer l’image d’un nouveau patron, le gestionnaire salarié.

11Sans cesse en effet, comme je l’ai souligné, le patronat de la seconde industrialisation se trouve confronté à sa remise en cause par d’autres groupes sociaux. Il forme des associations de défense et des syndicats professionnels. Il cherche en permanence à riposter aux menaces contre son hégémonie ou à imposer à la vie publique de nouveaux thèmes. Il se présente donc comme expérimenté et compétent. Il se déclare indispensable à la marche de l’économie. Il insiste sur sa capacité à fournir des emplois et des richesses comme à assurer l’expansion dans l’abondance. Il affirme qu’il ne pourrait faire aussi bien dans un autre système socio-politique.

12Tous ces arguments ne sont pas fondamentalement nouveaux, et certains remontent même à l’Ancien Régime. C’est que le patronat de la seconde industrialisation doit faire face à des changements extraordinaires dans la complexité des affaires, la taille des entreprises ou l’articulation des réseaux, la formulation des règles et l’évolution de la jurisprudence, la multiplication d’organismes intermédiaires comme les chambres de commerce, les tribunaux de commerce ou les conseils des prud’hommes, les espaces de concertation ou d’influence auprès des États puis des organisations internationales. Or il ne peut se référer à des précédents. Il n’a pas de modèles propres, et les seuls qui existent sont la bureaucratie publique et l’armée. Le patron va donc forcément s’identifier à des images d’emprunt : le haut fonctionnaire ou l’officier supérieur comme modèles de la prise de décision, l’aristocrate comme modèle dans le style de vie et les loisirs après le travail. La grande entreprise a mis beaucoup de temps à élaborer son propre modèle du cadre supérieur : il s’agit du professionnel efficace, dynamique, cultivé. Encore celui-ci n’a-t-il pas toute la solidité des modèles traditionnels : la crise de confiance du patronat britannique depuis les années 1930 a été souvent soulignée ; plus largement, l’autorité patronale doit composer par la négociation (et la planification) avec les autres forces sociales, tandis que l’inflation et le changement technique enlèvent à la possession de biens matériels ou de titres scolaires et universitaires leur caractère ancien de sécurité absolue pour toute la vie.

  • 10 Harold James, Family Capitalism : Wendels, Haniels, Falcks, and the Continental European Model, Cam (...)

13Au total, ce patronat européen de la seconde industrialisation est-il en rupture avec les premiers dirigeants de grandes entreprises industrielles ? Les recherches récentes des historiens et des sociologues ont plutôt mis l’accent sur la continuité entre le patronat de la seconde industrialisation et ses prédécesseurs. Depuis la table ronde de 1977, les historiens ont revalorisé dans le patronat des grandes entreprises la place des dirigeants issus du capitalisme familial (voir par exemple les ouvrages de l’historien anglais Harold James sur la maison française Wendel, les maisons allemandes Haniel et Falck puis sur Krupp10) par rapport aux managers recrutés à partir du capital scolaire et universitaire, sans pour autant dégager de coupure nette entre les deux. Ils insistent plutôt sur les liens entre les deux groupes (passages d’héritiers par l’enseignement supérieur, alliances matrimoniales, accès des managers à l’actionnariat, etc.).

14De plus, les historiens ont montré que, au cours de cette seconde industrialisation, l’idéologie patronale, si l’on va au-delà des apparences, ne se modifie guère. Le fordisme comme apologie du chef d’entreprise n’est qu’un avatar du libéralisme ou du saint-simonisme, et on pourrait en dire autant de bien d’autres conceptions « modernes ». La technocratie qui dissout l’autorité dans la manifestation de la compétence représente, toutes proportions gardées, le même type d’idéal que la bureaucratie. Le patronat lui-même en tant que groupe évolue très lentement, et ce n’est que depuis les années 1950 que l’Europe a vu s’implanter le style américain de grande entreprise, c’est-à-dire une bureaucratie impersonnelle composée de techniciens habitués à travailler en groupe et préoccupés par la sécurité.

15D’où vient une continuité si durable, que même les bouleversements des deux guerres mondiales n’ont pas ébranlée ? On peut invoquer la faible mobilité sociale dans les pays industrialisés (même si elle ne garantit pas le maintien de l’influence des grandes dynasties patronales). On peut aussi mentionner le rôle spécifique des titres scolaires et universitaires comme trait d’union entre générations patronales : la culture fonctionne comme clôture. D’autres causes auxquelles on pense d’ordinaire n’ont pas joué. L’attitude des autres groupes sociaux envers le patronat a certes varié, et l’image du patronat est passée par des phases de dégradation et d’amélioration. Mais la grande entreprise n’a pas, dans l’ensemble, éprouvé de difficultés majeures à s’acclimater sur notre continent. Le développement d’un important secteur public et nationalisé jusqu’aux années 1980 n’a pas non plus eu d’effet retardateur, puisque les convergences, voire l’interchangeabilité sont frappantes entre le patronat des entreprises nationales et le patronat des grandes firmes privées. En définitive, la responsabilité principale dans la lenteur de cette évolution pourrait bien incomber à la structure dualiste des économies européennes : elle appelait des mutations, non des ruptures.

  • 11 Diriger une grande entreprise française au xxe siècle : modes de gouvernance, trajectoires et recru (...)
  • 12 Jean-Claude Daumas, en collaboration avec Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson, Her (...)
  • 13 Cf. François-Xavier Dudouet et Hervé Joly, « Les dirigeants français du CAC 40 : entre élitisme sco (...)

16On aimerait pouvoir passer du terme de ce livre, 1966, à aujourd’hui. En se demandant si les développements ultérieurs de la mondialisation, la montée des services dans la population active, la désindustrialisation d’une série de régions et l’émergence de ce qu’on appelle tantôt la troisième révolution industrielle et tantôt la société de l’information et de la connaissance ont altéré les modèles dominants de production des élites industrielles. Hervé Joly s’y était essayé dans le mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches qui est à la base du présent livre en livrant à la fin de chaque chapitre une vue sur les dirigeants des entreprises du CAC 40 en 2007. Son souci de cohérence des sources mobilisées lui a fait ôter ces contrepoints d’actualité, qui restent accessibles en ligne11, du présent livre. Les lecteurs du présent livre devront donc se faire leur propre idée en recourant aux notices du Dictionnaire historique des patrons français, dont Hervé Joly a ensuite été l’un des architectes et des auteurs12, et aux travaux des sociologues, auxquels il participe également13, lesquels affirment que jusqu’à présent, malgré une internationalisation croissante, les modèles nationaux de production ou de reproduction des élites industrielles tiennent encore bon.

17Diriger une grande entreprise au xxe siècle est un livre d’une ampleur considérable. Je suis convaincu que ce travail d’Hervé Joly alimentera les discussions des sciences sociales, voire le débat public, sur des thèmes majeurs comme les familles, l’éducation, la mobilité, ainsi que sur les possibilités de transformer les normes d’entreprise qui à la fois reflètent et modèlent la société.

Notes

1 Fred Vargas, L’Armée furieuse, Paris, Viviane Hamy, 2011, p. 224.

2 Clement Falconer, « Self-made men », Boston Investigator, 15 juin 1842, colonne D. Je remercie Pamela W. Laird, professeure d’histoire à l’Université de Colorado Denver, d’avoir communiqué ce texte dans une récente conférence internationale. Traduction par mes soins.

3 Pamela W. Laird, Pull : Networking and Success since Benjamin Franklin, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2006.

4 Eve Lamendour, Les Managers à l’écran. Enquête sur une image déconcertante, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

5 Cf. Hervé Joly, De la sociologie à la prosopographie historique : regards croisés sur la France et l’Allemagne, mémoire de synthèse pour l’habilitation à diriger des recherches, École des hautes études en sciences sociales, 2008, disponible en ligne sur le site tel.archives-ouvertes.fr. On signalera la vue rétrospective qui y est présentée de la sociologie française des élites.

6 Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, no 20/21, mars-avril 1978, p. 3-82 (repris dans Pierre Bourdieu, La Noblesse d’État, Paris, Éd. de Minuit, 1989, p. 428-529) ; Maurice Lévy-Leboyer, « Le patronat français (1912-1973) », dans M. Lévy-Leboyer (dir.), Le Patronat de la seconde industrialisation, Paris, Éd. ouvrières, 1979, p. 137-188. Pour accéder à l’émission : http://boutique.ina.fr//audio/PHY06047145/le-patronat-duxxeme-siecle.fr.html. Pour les deux témoignages de P. Bourdieu : Gérard Mauger et Louis Pinto, « Questions à Pierre Bourdieu », dans G. Mauger et L. Pinto (éd.), Lire les sciences sociales, vol. I : 1989-1992, Paris, Belin, 1994, p. 311-332 ; Pierre Bourdieu et Roger Chartier, Le Sociologue et l’historien, Marseille, Agone, 2010. Mes remerciements à François Denord pour les trois dernières références.

7 Cf. Blanche Segrestin et Armand Hatchuel, Refonder l’entreprise, Paris, Le Seuil, 2012.

8 J’actualise ici les réflexions présentées pour la première fois dans « Le patronat de la seconde industrialisation », MSH Informations, no 20, novembre 1977, p. 3-5. Pour une vue d’ensemble de la conception de l’histoire des entreprises dans laquelle elles s’insèrent aujourd’hui, cf. Philip Scranton et Patrick Fridenson, Reimagining Business History, Philadelphie, Johns Hopkins University Press, 2013.

9 Cf. Oliver Williamson (dir.), Organization Theory : From Chester Barnard to the Present and Beyond, Oxford, Oxford University Press, 1995, et Yves Cohen, Le Siècle des chefs, Paris, Éd. Amsterdam, 2013.

10 Harold James, Family Capitalism : Wendels, Haniels, Falcks, and the Continental European Model, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2006, et Krupp : A History of the Legendary German Firm, Princeton, Princeton University Press, 2012.

11 Diriger une grande entreprise française au xxe siècle : modes de gouvernance, trajectoires et recrutement, mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches, EHESS, 2008, à consulter en ligne sur le site tel.archives-ouvertes.fr.

12 Jean-Claude Daumas, en collaboration avec Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson, Hervé Joly (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010.

13 Cf. François-Xavier Dudouet et Hervé Joly, « Les dirigeants français du CAC 40 : entre élitisme scolaire et passage par l’État », Sociologies pratiques, no 21, septembre 2010, p. 35-47.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search