Version classiqueVersion mobile

La sidérurgie antique dans le Bas Maine

 | 
Florian Sarreste

Glossaire

Texte intégral

1Abbréviations

2(DL) = Domergue, Leroy 2001a : 148-149.

3(M) = Mangin 2004 : 215-233.

4(DC) = Dunikowski, Cabboï 1995 :174-176.

ACIER

5Alliage* de fer et de carbone contenant de 0,02 à 2 % de carbone. (M)

AÉRAGE

6Circulation de l’air dans les ouvrages souterrains d’une mine par des moyens naturels (puits, faux plafonds) ou artificiels (ventilateurs).

ALLIAGE

7En fonction de la disposition atomique et de la température, des éléments autres que le fer peuvent prendre une place plus ou moins importante dans le réseau cristallin* pour former des alliages. Si ces atomes sont de taille inférieure à celle des atomes de fer, ils peuvent se placer dans les espaces interstitiels laissés entre les atomes de fer (de tailles différentes en fonction de la structure cristalline). C’est le cas pour le carbone. Certains atomes, de diamètre proche de celui du fer, comme le chrome, le nickel et le manganèse, peuvent prendre la place des atomes de fer. Ces alliages se produisent à l’état solide. On parle de solution solide d’insertion (alliage Fe-C) ou de substitution (alliages Fe-Mn, Fe-Cr, Fe-Ni) (Fluzin et al. 2004 :120).

ANTICLINAL

8Terme de géomorphologie désignant une zone où les couches géologiques s’inclinent en direction opposée, de part et d’autre de la partie médiane (Derruau 1969, p. 58).

BAS FOURNEAU

9Structure dévolue à la réduction du minerai dans la filière directe.

BATTITURES

10Particules détachées de la surface du métal lors du martelage (opération de forge ou post-réduction).

BAVALITE

11Type de chlorite riche en fer.

BOISAGE

12Système de consolidation (soutènement) des galeries de mines à l’aide de pièces de bois.

CALCINATION

13Opération de transformation du calcaire en chaux par cuisson à haute température. Entre dans les opérations de prétraitement du minerai ou minéralurgie.

CARBONATE

14Composé chimique contenant des groupes CO3. Il existe une famille de minéraux qui sont des carbonates dont la sidérite. (M)

CÉMENTITE

15Forme cristalline du carbure de fer (Fe3C) contenant 6,67 % de carbone.

CHAPEAU DE FER

16Formation superficielle d’oxydes et d’hydroxydes de fer résultant de l’altération par les agents atmosphériques (eau de pluie, etc.) d’un filon minéralisé en sulfures. Le phénomène est particulièrement important lorsque le minerai contient de la pyrite qui libère de l’acide sulfurique en s’oxydant. (M)

CHLORITE

17Nom donné à un groupe de silicates de fer, magnésium et aluminium hydratés, dont fait partie la bavalite.

CORROYER, CORROYAGE

18Opération de martelage du métal afin d’améliorer sa compacité et son homogénéité. Ces termes, empruntés au travail du cuir, sont particulièrement adaptés pour décrire le travail qui consiste à fabriquer une barre à partir de fragments épars. (M)

CRISTALLIN (RÉSEAU)

19Arrangement d’atomes dans l’espace, selon une disposition fondamentale (maille élémentaire) qui se répète (périodique). (M)

CULOTS (DE POST-RÉDUCTION)

20Scorie de forme grossièrement hémisphérique (ou en forme de fond de sphère) correspondant à l’accumulation de déchets dans le fond du foyer. De telles scories se forment pendant le travail du fer (épuration et forge). Synonyme de calotte. (M)

DENDRITE

21Forme de cristallisation arborescente régulière d’un minéral ou d’un métal qui se développe fréquemment lors d’une solidification rapide à partir de l’état liquide. (M)

DISTRICT (MINIER ET MÉTALLURGIQUE OU DE PRODUCTION)

22Espace géographique délimité dans lequel se concentre un nombre notable de sites miniers et/ou d’ateliers métallurgiques appartenant à une ou plusieurs périodes chronologiques, mais faisant de cette zone un secteur de production cohérent d’un point de vue spatial et métallifère. (DL) Cette définition n’est pas totalement satisfaisante, voir supra p. 127.

DUCTILITÉ

23Capacité de déformation plastique permanente et homogène sans rupture d’un matériau soumis à une contrainte mécanique. Un métal ductile peut être allongé, étiré, étendu sans se rompre. (M)

ÉPONGE DE FER

24Produit de la réduction du minerai dans le bas fourneau se présentant sous la forme d’un bloc de métal mélangé à des déchets de l’opération (scories, cendres morceaux de charbons de bois), qui doit être épuré avant d’être forgé (voir loupe). (DL)

ÉPURATION

25Opération qui consiste à débarrasser la masse de fer sortie du bas fourneau des scories et du charbon qui l’entoure. L’épuration peut se faire par martelage à chaud ou à froid.

EUTECTIQUE

26Mélange hétérogène intime de deux ou plusieurs phases solides de composition définie dont la fusion ou la solidification intervient à une température minimale constante, pour une pression donnée. (M)

EUTECTOÏDE

27Mélange hétérogène intime de deux ou plusieurs phases solides de composition définie et en proportions fixées, résultant, au refroidissement lent, de la décomposition d’une solution solide ; cette transformation intervient à une température constante. (M)

EXHAURE

28Ensemble de procédés mis en œuvre pour évacuer l’eau d’une mine, principalement par écoulement dans des galeries débouchant à plus basse altitude ou par pompage.

FERRIER

29Amas de scories caractérisant la présence d’un atelier de réduction directe.

FERRITE

30Une des formes du fer à l’état solide (fer alpha) ne pouvant contenir qu’une très faible quantité de carbone en solution (moins de 0,02 %). C’est la forme stable à basses températures. (M)

FERRITIQUE

31Adj. se dit de la ferrite.

FERROBACTÉRIE OU SIDÉROBACTÉRIE

32Bactérie du sol et des eaux dites ferrugineuses qui utilisent l’énergie nécessaire à leur développement en oxydant le fer ferreux (Fe2+) présent dans l’eau en fer ferrique(Fe3+).

FERRUGINISÉ

33Ce dit d’une roche ou d’un minéral enrichi en fer.

FAYALITE

34Minéral de formule Fe2SiO4, groupes des olivines, classe des silicates. C’est le silicate de fer le plus fréquent dans les scories. (M)

FILIÈRE DIRECTE

35Filière technique permettant l’obtention de fer-métal à partir du minerai en une seule étape par l’utilisation de la réduction directe. Définie par opposition à la filière indirecte, dans laquelle le métal n’est obtenu qu’après retraitement de la fonte issue du haut-fourneau.

FILIÈRE INDIRECTE

36Filière technique amenant à la production de fonte par la fusion complète du minerai de fer et du combustible dans un haut-fourneau. L’obtention d’acier ou de fer à partir de la fonte nécessite un traitement supplémentaire, appelé affinage, qui justifie le terme d’indirect par rapport à la filière directe.

FONTE

37Alliage à base de fer riche en carbone (de 2 à 6,7 %). C’est un matériau très dur et très fragile en général, impossible à marteler et à souder. Le point de fusion est bas (1150° C pour 4,3 % de carbone), d’où son aptitude pour le moulage.

GANGUE

38Minéral ou roche qui est associé aux substances utiles dans le minerai. Les traitements préliminaires du minerai contribuent à séparer la gangue de la partie utile. (M)

GOETHITE

39Oxyde de fer hydraté, de formule générale FeO(OH). C’est l’un des principaux constituants des minerais de fer ; la goethite est également présente dans les produits de corrosion du fer (rouille). (M)

GRILLAGE

40Opération métallurgique qui consiste, en métallurgie moderne, à chauffer un minerai sulfuré pour le transformer en oxyde, en le débarrassant du soufre. Par extension, le terme est souvent employé pour caractériser toute opération de cuisson du minerai (calcination*), destinée à éliminer les matières hydratées et carbonatées, mais aussi à créer dans le matériau une certaine porosité pour en faciliter le concassage. (DL)

HALDE

41Mot d’origine allemande désignant les déblais produits par traitement (tri, concassage, broyage) des minerais et les stériles accumulés à proximité immédiate de la zone d’extraction. Ces déblais sont essentiellement constitués par les débris de la gangue. (M)

HAUT-FOURNEAU

42Structure dévolue à la réduction dans la filière indirecte.

HÉMATITE

43Minéral de formule générale Fe2O3, classe des oxydes (oxyde ferrique). C’est un constituant important dans certains minerais de fer. (M)

HERCYNITE

44Minéral, de formule générale (Mg, Fe) Al2O4, de la famille des spinelles*, classe des oxydes. C’est un minéral assez fréquent dans les scories riches en aluminium.

HYDROXYDE

45Oxyde hydraté. Il existe une famille de minéraux qui sont des hydroxydes dont la goethite. (M)

HYPOEUTECTOÏDE (ACIER)

46Acier dont la proportion de carbone est inférieure à la composition de la perlite (de 0,02 % à 2 % de carbone).

LAITIER

47Déchet issu de la fusion du minerai de fer et de fondant souvent calcique dans un haut-fourneau, donc caractéristique de la filière indirecte. Le laitier est le plus souvent vitreux et de couleur bleu, vert ou noir.

LANTHANIDES

48La série chimique des lanthanides est composée des métaux de transition situés entre les éléments de numéros atomiques 57 (La) à 71 (Lu) inclus. Ils sont aussi appelés plus communément Terres Rares, même si ce terme n’est pas très approprié étant donné qu’en dehors du prométhium, ils sont relativement abondants. (Wikipédia)

LAVAGE DU MINERAI

49Une des opérations de prétraitement du minerai après son extraction ; elle concerne en général les minerais à gangue terreuse, le lavage à l’eau courante consistant à éliminer cette dernière. (DL)

LIMONITE

50Hydroxydes de fer mal cristallisés, mêlés à des argiles, d’aspect terreux, poussière de couleur jaune rougeâtre. Elle peut être concrétionnée. C’est un constituant important de nombreux minerais et l’un des produits de la corrosion du fer. (M)

LITHOPHILE

51Se dit des éléments dont le comportement au cours des processus naturels ou industriels est similaire à celui de la silice (SiO2).

LOUPE DE FER

52Produit de la réduction du minerai dans le bas fourneau, se présentant sous la forme d’un bloc de métal relativement compact et propre (voir éponge). (DL)

MASSIOT (OU MASSIAU)

53Bloc de fer réduit, généralement enrobé de scorie, produit par l’opération de réduction du minerai (dans ce cas synonyme d’éponge ou de loupe) ou par une opération d’affinage de fonte*. (DL)

MINÉRALURGIE

54Ensemble des techniques d’enrichissement des minerais. (M)

MINIÈRE

55Anciennement, exploitation d’où l’on tirait de la mine (au sens de minerai). Actuellement souvent pris au sens d’exploitation d’un gisement métallifère à ciel ouvert. Ici, extraction à ciel ouvert, d’extension et de profondeur limitées, de forme généralement subcirculaire. (M)

MOLE

56La mole (symbole mol) est une unité de quantité de matière, utilisée depuis 1971 dans le système international. Elle correspond à la quantité de matière d’un système contenant autant de particules individuelles (atomes ou molécules) qu’il y a d’atomes dans 12 g de carbone 12. Cette valeur est estimée à 6,022 x 1023, appelée constante ou nombre d’Avogadro. Le poids d’une mole d’un élément est appelé masse molaire, exprimée en g/mol. Celle-ci figure sous le symbole de l’élément dans le tableau des éléments fourni en annexe 5.

NÉOGÈNE

57De formation récente à l’échelle des temps géologiques (quelques dizaine de milliers d’années).

NITAL

58Solution d’acide nitrique dans de l’alcool (généralement dosée à 5 %).

OOLITHE

59Concrétion de petite taille (inférieur à 2 mm) formée de couches concentriques précipitant autour d’un noyau.

OXYDES

60Classe de minéraux formés d’un ou plusieurs éléments chimiques combinés avec l’oxygène. (M)

PERLITE

61Constituant eutectoïde des aciers. Structure formée d’un agrégat de ferrite et de cémentite* qui se présente le plus souvent sous forme de lamelles ou de globules. (M)

POST-RÉDUCTION

62Qualifie, dans le domaine de la paléométallurgie, les opérations techniques de travail du métal qui suivent, dans la chaîne opératoire, la réduction du minerai de fer. Souvent employé comme synonyme de forge. (DL)

PYRITE

63Minéral de formule général FeS. Une des formes cristallisées des sulfures de fer. La pyrite est jaune dorée est forme souvent des cristaux cubiques. (M)

RÉDUCTION DIRECTE

64Procédé technique de transformation du minerai de fer en fer-métal, plus ou moins aciéré, dans un bas fourneau ; les oxydes de fer contenus dans le minerai sont réduits par le monoxyde de carbone produit par la combustion du charbon de bois. (DL)

RUBÉFACTION

65Altération par la chaleur du matériau argileux constituant les parois des fourneaux ; cette altération se caractérise par différents niveaux de coloration. (DL)

SCORIE

66Résidu de la solidification d’une fusion au moins partielle de silicates et d’oxydes, non spécifique à la métallurgie du fer. (DL)

SIDÉRITE

67Minéral de formule générale FeCO3, appartenant à la famille des carbonates. La sidérite forme généralement des masses brunâtres informes. Les cristaux bien développés sont rhombohédriques. (M)

SILICATE

68Famille de minéraux qui contiennent de la silice (SiO2). La fayalite (Fe2SiO4) est le silicate de fer le plus courant dans les scories.

SORNE

69Désigne au xviiie siècle les scories d’affinerie, issues donc du procédé indirect, mais dans le vocabulaire régional ce terme désigne aussi bien les scories anciennes que celles postérieures à l’apparition des hauts fourneaux.

SPINELLE

70Minéral de formule Al2MgO4. Ce minéral donne son nom à une famille d’oxydes qui ont pour formule généralisée A2BO4, dans laquelle il y a trois atomes d’oxygène, deux cations trivalents (tels que AL3+, Fe3+, Cr3+, etc.) et un cation bivalent (tel que Fe2+, Ca2+, Mn2+, etc.). On observe des spinelles dans les scories. (M)

STÉRILE

71Désigne les roches dont le contenu en substance utile est jugé sans intérêt. Lors de l’extraction les stériles sont laissés en place ou rejetés immédiatement après abattage (haldes). Voir gangue. (M)

SULFURE

72Classe des minéraux contenant du soufre (S), mais pas d’oxygène.

SYNCLINAL

73Terme de géomorphologie désignant une zone où les couches géologiques pendent de chaque côté vers la partie médiane (Derruau 1969 : 58).

TERRES RARES

74Voir lanthanides.

TRAÇABILITÉ

75Capacité d’un produit à pouvoir être suivi depuis son origine, grâce à ses caractéristiques. (M)

TRACE (ÉLÉMENT EN)

76On regroupe sous ce terme tous les éléments chimiques qui sont présents à des teneurs inférieures à 0,1 % dans les matériaux naturels courants. (M)

TREMPE

77Traitement thermique des métaux consistant à les chauffer à une température élevée, puis à les refroidir plus ou moins rapidement dans un milieu déterminé de manière à obtenir des constituants hors d’équilibre. (M)

TUYÈRE

78Dispositif permettent de transmettre l’air jusque dans la zone de combustion du fourneau ou du foyer. Il peut s’agir d’un simple trou dans la paroi (on parlera plus volontiers de « trou à vent » ou encore de « conduit de ventilation ») ou d’une pièce façonnée spécifiquement pour cet usage (« bloc-tuyère »). Les blocs-tuyères archéologiques associées à la métallurgie du fer sont généralement des conduits cylindriques en terre cuite destinés à être insérés dans la paroi. (M)

WÜSTITE

79Forme cristallisée de FeO, métastable à basse température (en dessous de 570° C).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search