Version classiqueVersion mobile

La sidérurgie antique dans le Bas Maine

 | 
Florian Sarreste

Conclusion

Texte intégral

1Le Maine, et plus particulièrement sa partie ouest, connue sous le nom de Bas Maine, est une région méconnue de la France. Contrairement à d’autres, comme le Berry ou l’Auvergne, cette région n’a pas encore fait l’objet de recherches archéologiques importantes. Le département de la Mayenne, reprenant pour une grande part les contours de la cité antique des Diablintes, constitue la partie occidentale du Maine médiéval. Il est enserré entre Anjou, Normandie et Bretagne et se trouve aux marges du Massif armoricain, mais n’est que très rarement intégré dans les études régionales concernant ces secteurs. Pourtant, le potentiel archéologique de cette région est très important. On le soupçonne sur la base de quelques études anciennes et de recherches locales. C’était le cas de la sidérurgie : quelques découvertes ponctuelles et les vestiges laissés par la sidérurgie moderne et contemporaine laissaient présager l’existence de zones de production anciennes.

2Cette étude le confirme. L’application systématique de différentes méthodes de recherche documentaire (bibliographie, toponymie, photographie aérienne) a permis de mieux cerner les indices de sites. Des prospections menées sur une zone d’étude incluant le département de la Mayenne et une centaine de communes des départements de l’Orne et de la Sarthe, soit environ 7 000 km2, ont permis de vérifier l’existence des sites, de mieux les localiser, de les qualifier et, pour certains, de les dater. Parmi les 484 sites avérés, près de 90 % sont liés à la réduction directe du minerai de fer. 273 ferriers, correspondant à autant d’ateliers de réduction, ont été enregistrés, auxquels il faut ajouter l’existence probable d’ateliers associés aux blocs de scorie piégée découverts hors de tout contexte archéologique. Ce chiffre demeure relativement modeste par rapport à la superficie étudiée, d’autant plus si on le rapporte à la durée prise en compte, soit vingt-trois siècles, entre le premier Âge du fer et le Moyen Âge (viiie siècle av. – xve siècle ap. J.-C.).

3La chronologie des sites est encore mal assurée mais permet d’affirmer que la production de fer par la méthode directe apparaît ici dans le courant de la période de Hallstatt et perdure dans la région jusqu’au xve siècle, peut-être avec un hiatus entre la fin du Haut-Empire et le Moyen Âge central. L’essentiel de la production semble ainsi dater de l’époque romaine, et plus spécifiquement du Haut-Empire, ainsi que, dans une moindre mesure, des xie-xiie siècles et xive-xve siècles.

4La répartition des sites permet de cerner quinze zones de production (concentration de sites de réduction) dans le Bas Maine et à ses marges. Ces ensembles peuvent être partagés en trois catégories, en fonction de leur importance. Cinq zones de production de premier niveau pourraient diffuser leur production à l’échelle régionale ou supra régionale. Les dix autres secteurs, plus petits (second et troisième niveaux), témoignent d’une production de fer modeste et étalée dans le temps.

5L’analyse spatiale, angle d’approche de la problématique de ce travail, a permis de mettre en évidence certains phénomènes, et notamment d’exclure, pour la région étudiée ici, la présence d’un cours d’eau comme critère d’implantation des ateliers de réduction, et ce, semble-t-il, pour toutes les périodes. En fait, il apparaît que c’est bien, comme ailleurs, la présence de bois qui dicte, avant celle de minerai sur place, l’installation d’un atelier de réduction directe dans le Bas Maine. En outre, l’étude du contexte archéologique des zones de production a permis de mettre en évidence leur position particulière au sein du territoire. Ainsi, les deux tiers se trouvent à proximité ou sur une ancienne limite administrative et les autres voisinent avec une agglomération. Les données chronologiques manquent encore pour interpréter clairement cet état de fait, mais on peut sans doute envisager le rôle joué par les contraintes socio-économiques amenant à la concentration des sites de production à ces endroits (propriété des terres, distance aux agglomérations, ouverture sur le marché). L’analyse spatiale des sites de production sidérurgique à l’échelle du territoire bute toutefois encore sur de nombreux obstacles méthodologiques, mais aussi sur notre mauvaise connaissance des éléments structurants de la trame d’occupation du territoire aux périodes anciennes.

6Une zone de production a fait l’objet d’une attention particulière : celle de Sillé, dans le département de la Sarthe. L’ensemble de ferriers conservés dans la partie orientale de la forêt domaniale de Sillé offre en effet la possibilité rare d’étudier des ateliers de réduction dans un état de préservation exceptionnel. Les prospections ont permis d’établir qu’il existe ici un groupe de ferriers peut-être contemporains et qui forme semble-t-il une zone dévolue à la production sidérurgique durant l’Antiquité. Dans ce cadre, on a proposé de voir dans la villa, situé au nord de la forêt de Sillé, au lieu-dit Roullée à Mont-Saint-Jean (Sarthe), et présentant de nombreux caractères de luxe (mosaïque, enduits peints, hypocauste), la résidence d’un administrateur ou d’un propriétaire foncier impliqué dans la production sidérurgique, même si l’on ne peut encore en définir l’identité ou le statut juridique. La surface couverte par cette zone de production et l’absence d’occupation résidentielle contemporaine de l’activité métallurgique, en dehors de l’établissement qu’on vient d’évoquer, posent en effet la question de la présence ici d’un unique domaine privé ou public destiné à la production de fer, dont l’existence demeure difficile à argumenter sur la base des seules données archéologiques.

7Une série de sondages a été menée, dans le cadre de cette étude, sur l’un des ferriers de la forêt de Sillé, celui de Roche Brune. Ces opérations ont permis de mettre au jour un atelier de réduction d’époque romaine, parfaitement structuré et mettant en œuvre une batterie de deux fourneaux protégés par un bâtiment sur poteaux. Cet atelier aurait produit en un siècle environ – entre 70 et 170 ap. J.-C. – près de 1100 t de fer travaillable et aurait consommé plus de 4 650 t de minerai, importé depuis au moins 4 km, et plus de 55 920m3 de bois, probablement prélevé dans un périmètre de quelques centaines de mètres autour de l’atelier. Les analyses chimiques réalisées sur les matières premières et les déchets permettent de souligner l’exceptionnelle qualité du processus de réduction réalisé sur ce site.

8L’étude de l’approvisionnement du site de Roche Brune et les quelques données dont on dispose dans le reste de la zone d’étude ont permis de mettre en évidence une forte rationalisation de la production sidérurgique intervenue dans la région dans la seconde moitié du ier siècle ap. J.-C., qui se traduit par une gestion des boisements pour l’approvisionnement en combustible et le transport du minerai sur des distances moyennes. Ce phénomène est contemporain d’autres mutations constatées à cette période dans le territoire des Trois Gaules (structuration des campagnes par un réseau d’installations agricoles de type villa, urbanisation et développement de la production artisanale), qu’on peut mettre en lien avec une acculturation progressive des populations de ces territoires au contact du monde méditerranéen.

9Les vérifications de terrain ont permis de distinguer plusieurs faciès de scories de réduction coulées. Les analyses chimiques menées sur des scories de deux faciès différents, collectés sur seize sites de la zone d’étude, laissent présumer de l’existence de variations techniques au sein de la filière directe, et notamment d’un éventuel progrès technique intervenu durant le Haut-Empire, amenant à la production de résidus de morphologie distincte. Cette évolution, corrélée avec la rationalisation de la production évoquée ci-dessus, a semble-t-il entraîné une forte augmentation de la quantité de métal produite durant l’époque romaine. Dans ce cadre, les questions demeurent nombreuses. Il n’est pas encore possible d’élargir ces constatations aux autres faciès et se pose donc la question de l’existence d’autres variations techniques au sein de la filière directe d’obtention du fer, au cours du temps.

10Malgré un corpus d’analyses encore restreint, on ne peut que souligner l’importance qu’ont prise ces données dans l’interprétation technique des vestiges rencontrés. Les questionnements actuels concernant la traçabilité des produits et déchets sidérurgiques ont reçu des réponses contrastées : si l’on peut distinguer quelques rares sites – ou peut-être des zones de production ? – sur la base de différences de compositions chimiques de leurs déchets, il n’est pas encore possible de reconnaître des signatures spécifiques pour toutes les zones de production, et la possibilité de suivre dans les inclusions de scories des objets en fer les critères discriminants reconnus dans le Bas Maine n’a pas encore été testée et reste donc incertaine.

11L’approche sociale des opérateurs des différentes phases de la chaîne opératoire sidérurgique n’en est qu’à ses débuts. Les quelques données acquises au cours de cette étude montrent qu’au moins durant l’époque romaine et le bas Moyen Âge, les officiants des ateliers de réduction ne vivaient pas dans la misère.

12Les conclusions apportées à l’issue de cette étude sont, pour certaines, encore fragiles, voire largement hypothétiques. Ces pistes de recherche nécessiteront la poursuite des travaux de terrain et de laboratoire. Le corpus réuni ici pourra, à l’avenir, servir de base à leur vérification. Ainsi, la poursuite des sondages sur des ateliers de réduction directe et l’analyse de leurs matières premières, déchets et produits semblent indispensables à la meilleure compréhension de la structuration des zones de production repérées dans le Bas Maine (contemporanéité des sites, durée d’occupation de chacun, rendement et production, présence de réoccupation/réutilisation). L’une des questions essentielles est de savoir si l’on peut percevoir une évolution dans les changements techniques soupçonnés au sein de la filière directe. Pour cela, la multiplication des analyses, associée à la datation la plus précise possible des sites, est nécessaire. Plus largement, il reste à mieux comprendre l’environnement archéologique des ateliers et zones de production sidérurgique, quelles que soient les périodes : peut-on mettre en évidence l’existence d’installations résidentielles strictement contemporaines des zones de production ? Peut-on les lier d’une manière ou d’une autre à l’activité sidérurgique ? La forêt de Sillé, dont l’étude a déjà été entreprise dans le cadre de cette recherche, semble être un bon terrain d’étude pour répondre à ces questions et donc valider ou non les hypothèses avancées ici.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search