Version classiqueVersion mobile

La sidérurgie antique dans le Bas Maine

 | 
Florian Sarreste

Chapitre VI. La production du Fer par le procédé direct dans Le Bas Maine : synthèse

Texte intégral

ÉVOLUTION TECHNIQUE

1Les prospections menées sur un vaste territoire – ici celui de la cité antique des Diablintes et du Bas Maine – ont permis de mettre en évidence des évolutions techniques au sein de la filière directe d’obtention du fer. Deux résultats principaux se dégagent et sont ici mis en perspective :

  • d’une part, la mise en évidence, récurrente dans l’ouest de la France, de bas fourneaux sans écoulement de la scorie, les premiers attestés dans la région et qui semblent perdurer sur une très longue période ;

  • d’autre part, l’existence de faciès distincts parmi les scories coulées, dont certains correspondent vraisemblablement à des variations techniques.

2Dans le même ordre d’idée, mais dans un domaine qui ne concerne pas seulement l’histoire des techniques, on peut pressentir un changement majeur qui se traduit par une très forte structuration de la production et de l’approvisionnement des ateliers de réduction directe en minerai et en charbon. Cette rationalisation a probablement des origines économiques et sociales et pour conséquence l’augmentation rapide de la quantité de métal produite. Elle influe donc sur le domaine économique : c’est pourquoi cette question est abordée dans le sous-chapitre suivant (infra p. 242). Les conclusions apportées ici sont encore très largement lacunaires mais elles permettent de poser quelques jalons pour l’évolution technique de la sidérurgie dans le Bas Maine.

3En ce qui concerne les phases d’extraction du minerai, les données techniques et chronologiques sont encore trop ténues pour permettre de conclure sur une quelconque évolution technique de ces étapes dans la région étudiée ici.

Bas fourneaux sans écoulement de la scorie

Scories piégées : petit historique des découvertes régionales

4En 1861, on pouvait lire dans les comptes rendus de l’Académie des sciences la note suivante :

Ces scories [...] se rencontrent généralement à fleur de sol, par masses hémisphériques de 1 mètre environ de diamètre et de 50 centimètres à peu près d’épaisseur, reproduisant la forme de la cavité creusée pour faire le fond du fourneau dans lequel on fondait le minerai pris sur place. Il paraîtrait que quand la fosse était remplie de résidus, au lieu de la nettoyer, on construisait un autre fourneau un peu plus loin. On trouve en effet fréquemment de ces masses de scories à peu de distance les unes des autres. On n’a point de renseignements historiques relatifs à ces forges très primitives, et qui doivent être d’une époque antérieure à l’invasion romaine. (Halléguen 1861)

5Si l’on se fie à cette description, il s’agit sans aucun doute de scories piégées. Or cette mention ne concerne pas l’Europe centrale, où elles sont bien connues, mais la région de Châteaulin dans le Finistère.

  • 1 Datation effectuée par le laboratoire de Gif-sur-Yvette (GIF 2290) et calibrée par le laboratoire d (...)
  • 2 Datation effectuée par le laboratoire de Gif-sur-Yvette (GIF 2825) et calibrée par le laboratoire d (...)

6Cette note a rapidement été oubliée, de même que les scories piégées. La redécouverte de ce type de vestiges, dans l’ouest de la France, ne date que des années 1970 : A. Pioger signale, à deux reprises, des découvertes de ce genre dans le département de la Sarthe, à Lavardin et Saint-Georges-du-Bois (Pioger 1971-1972 ; 1973-1974 ; Bouvet 2001a : 244 et 414). Il les fait même dater par C14 : la première serait du haut Moyen Âge1, l’autre de La Tène2. Pourtant, la découverte de ces résidus, exceptionnelle en l’état des connaissances de l’époque, est encore une fois ignorée. À ce moment de la recherche, les vestiges de ce genre sont reconnus uniquement en Europe de l’est, notamment en Pologne, où elles sont découvertes par milliers dans les champs de la région des montagnes Sainte-Croix. K Bielenin y consacre de très nombreuses études (Bielenin et al. 1995 ; 1996 ; 1998 ; Bielenin 1999). On en trouve également en Masovie et en Silésie (Pologne et République tchèque). Elles sont datées dans ces secteurs entre le ier et le ive siècle ap. J.-C. (Orzechowski 2007). En France, J. R Maréchal signale bien quelques-unes de ces scories, notamment dans l’Orne et dans la région de Ségrie (Sarthe), mais soit il ne donne pas les lieux de découverte, soit les noms indiqués n’existent pas (Maréchal 1975a : 850-851 ; 1975b : 37).

7À la fin des années 1990, la redécouverte de ce type de vestiges, quasi simultanément en Ille-et-Vilaine et lors des travaux préventifs menés sur le tracé de l’autoroute A28, au nord du Mans (Sarthe), apparaît donc comme une nouveauté. Ces fouilles permettent de donner un cadre chronologique plus large à ces vestiges et autorisent une restitution des structures dans lesquelles ils ont été produits. Ainsi, pour les sites sarthois, les datations C14 des scories découvertes en place sont comprises majoritairement entre le viiie et le ve siècle av. J.-C., à deux exceptions près qui fournissent une datation du haut Moyen Âge (Bouvet 2001b : 78). Dernièrement, J.-B. Vivet a établi un récapitulatif des datations obtenues pour l’Ille-et-Vilaine (Vivet 2007 : fig. 3 : 67). Ce tableau montre une utilisation du procédé de la période de Hallstatt à l’époque romaine. Les travaux de V. Lequellec sur le Finistère ont apporté la preuve de la persistance de cette technique jusque dans le courant du Moyen Âge central (communication orale de V. Lequellec lors de la réunion de l’association H3, Melle 2006).

Les scories piégées dans le Bas Maine

8La reconnaissance de scories piégées dans la zone étudiée ici est due à M. Hubert qui, le premier, s’est intéressé à ces blocs, notamment dans la région de La Gravelle/Saint-Pierre-la-Cour (Mayenne) (Hubert 2005). Les découvertes se sont multipliées depuis et, à l’heure actuelle, quatre zones de production ont livré ce type de résidus. Les blocs de scories piégées du Bas Maine présentent tous des caractères semblables : ils sont généralement cylindriques, leur diamètre est compris entre 45 et 80 cm, leur hauteur varie en fonction de l’état de conservation et leur partie supérieure est soulignée par un bourrelet marquant le bord de la fosse-réceptacle dans laquelle la scorie s’est figée. On ne connaît pas, dans la région étudiée ici, de scories atteignant un mètre de diamètre comme celles décrites ci-dessus à Châteaulin, et dont certains exemplaires ont été retrouvés par V. Lequellec lors de ses prospections dans le Finistère.

9Malgré cette relative homogénéité morphologique, la datation de ces vestiges varie beaucoup. Dans le cadre de cette étude, seuls trois spécimens ont pu faire l’objet d’une datation par radio-carbone (supra p. 99). Chaque exemplaire est daté d’une période nettement différente : une de Hallstatt, une de La Tène moyenne, une de la période romaine. Bien sûr, on ne peut pas, sur cette base, dépeindre l’évolution de l’emploi des structures à scorie piégée dans le Bas Maine, mais il est néanmoins intéressant de souligner, ici comme ailleurs, le fort étalement dans le temps de ces vestiges, dont les résidus présentent pourtant des traits communs pouvant indiquer une relative continuité de cette technique.

10Les découvertes réalisées dans le cadre des opérations archéologiques préalables à la construction de l’autoroute A28 (Bouvet 2001b) et les datations obtenues dans le Bas Maine, l’Ille-et-Vilaine (Vivet 2007 : 67) et le Finistère (travaux de V. Lequellec pour ce dernier département) sont concordantes et il ne fait maintenant plus de doute que la réduction du minerai de fer apparaît dans ces régions entre le viiie et le ve siècle av. J.-C., durant la période de Hallstatt. L’introduction précoce de la production du fer dans l’ouest de la France va à l’encontre de l’hypothèse antérieure d’une diffusion de la sidérurgie à partir de l’Europe centrale et de la côte méditerranéenne (Pleiner 1980 ; 1982 ; 1988). En effet, selon ce modèle, la région étudiée ici, et plus largement l’ouest de la France, aurait dû être la dernière atteinte par ce phénomène.

11C’est d’ailleurs ce qu’on a cru jusqu’ici. La découverte de dépôts, dans la péninsule armoricaine, d’importantes quantités de haches en bronze allié de plomb durant le premier Âge du fer a conforté l’hypothèse d’un retard pris par la façade atlantique sur le développement de la nouvelle métallurgie (Brun 1987 : 53). Ce décalage a été vu comme une conséquence de l’éloignement du berceau de la civilisation celtique, situé traditionnellement en Europe centrale.

  • 3 http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Decouvrir/Multimedias/Toutes_les_decouvertes/p-2165-Un_v (...)

12Cette théorie centrifuge et diffusionniste doit être remise en cause. P.-Y. Milcent (2006) est récemment revenu sur cette question : en se fondant sur les comparaisons typologiques, il a mis en évidence l’existence d’un complexe culturel médio-atlantique, perceptible dès le premier Âge du fer et clairement distinct de celui reconnu depuis longtemps au nord des Alpes. Cette distinction culturelle nuance profondément la vision ancienne d’un monde celtique homogène. Il semble même qu’il faille repousser ce dernier concept. La mise au jour d’une tombe à char à Orval, dans le département de la Manche (Giazzon, Lepaumier 2006), et la fouille d’une agglomération ouverte livrant un abondant mobilier laténien à Lacoste, en Aquitaine (fouille C. Sireix, INRAP3), montrent bien qu’il doit exister plusieurs pôles de développement au sein des sociétés de l’Âge du fer. La production précoce de fer dans notre région participe peut-être de cette multipolarité de l’évolution des populations protohistoriques et du développement de la sidérurgie. Cette dernière a pu se faire en des lieux distants à la même période par le déplacement de populations et non de façon linéaire, suivant un front couvrant petit à petit le territoire européen d’est en ouest. Il faut donc abandonner l’idée d’une adoption tardive du fer dans l’ouest de la France et plus spécifiquement dans notre zone d’étude.

13Quant à l’apparition de bas fourneaux à écoulement de la scorie, elle n’est pas précisément datée dans la zone étudiée ici. Toutefois, on a vu que les résidus sidérurgiques découverts dans les fossés de l’enclos de la ferme gauloise de La Glanerie à Athée (Mayenne) posent problème (Meuret 2007). En effet, les informations qu’on possède pour ce site sont contradictoires : les résidus mis au jour ne semblent pas caractéristiques de fourneaux à scorie piégée et la présence de coulées de scorie pourrait indiquer qu’une partie de celle-ci s’écoulait à l’extérieur. On pourrait avoir affaire ici à un modèle de bas fourneau transitionnel, dans lequel la majorité de la scorie reste dans la structure et où une partie s’écoule au-dehors. Un bas fourneau découvert sur le site de Saint-Laurent à Guichainville (Eure), et qui n’a livré que 11 % de scorie coulée, pourrait relever de ce type (Honoré et al. 2007 :118-120). Dans ce dernier cas comme à Athée, les vestiges sont datés du iiie siècle av. J.-C. Les premiers fourneaux à écoulement de la scorie dégagés au nord du Mans lors des travaux de l’A28 dateraient de 150 av. J.-C. environ (Dunikowski, Cabboï 2001 :193). Les vestiges découverts à Athée (Mayenne) pourraient donc être les précurseurs de la transition entre les deux types de structures dans le courant de La Tène moyenne (iiie – première moitié du iie siècle av. J.-C.).

14La coexistence, au moins durant la période romaine, de fourneaux à scorie piégée et d’ateliers de réduction mettant en oeuvre des structures de réduction à écoulement organisées en batterie (cas du site de Roche Brune) demeure difficile à expliquer par des paramètres exclusivement techniques. L’une de ces scories analysées dans le cadre de cette étude pourrait être contemporaine de sites utilisant des fourneaux à écoulement de scorie. On connaît, en effet, un ferrier à La Basse Barolais à Saint-Pierre-la-Cour, distant de 2 km à vol d’oiseau du site de Bel Orient. Ce petit amas a livré des tuiles à rebords en surface et pourrait être attribué à la période romaine. Les deux sites auraient donc pu coexister. Ceci pose le problème de l’utilisation contemporaine de deux méthodes assez différentes. Les rendements de réduction dans les deux types de fourneaux peuvent être égaux, mais l’utilisation de bas fourneaux à scorie piégée, à usage unique, suppose la reconstruction de tout ou partie de la structure entre deux opérations, ce qui entraîne une perte de temps, d’énergie et de matière par rapport à l’utilisation d’un bas fourneau à scorie coulée. Ce coût supplémentaire doit être reporté sur le métal produit. Dans le cas d’une unique opération, l’utilisation d’un fourneau de l’un ou l’autre type ne demandera pas d’effort différent. Si l’on veut produire en plus grande quantité, les bas fourneaux à écoulement de la scorie semblent plus intéressants. La mise en oeuvre de ces techniques est donc plus liée à l’échelle de production qu’aux connaissances techniques à disposition.

15L’organisation des ateliers mettant en œuvre les fourneaux à scorie piégée dans le Bas Maine n’est pas connue mais on peut supposer, sur la base des quelques éléments dont on dispose, qu’ils sont modestes : on ne connaît pas, dans la région, de champ de scories piégées alignées, comme il en existe en Pologne (Bielenin 1999). Il est donc possible que l’un des facteurs expliquant l’utilisation de l’un ou l’autre type de structures soit la quantité de fer désirée : pour la production de petite quantité, l’emploi de fourneau sans écoulement perdurerait, alors que la production de masse serait faite dans des ateliers spécialisés mettant en œuvre des fourneaux à scorie coulée. Il ne s’agit encore que d’une hypothèse, mais ceci semble être une différence notable par rapport aux régions situées au-delà du limes (Pologne, Silésie, Masovie), qui produisent, durant l’époque romaine, de grandes quantités de fer dans des structures sans écoulement et à usage unique, découvertes en des milliers d’exemplaires sur certains sites (Orzechowski 2007). Il existerait donc une différence d’échelle de production entre ces régions et celle étudiée ici. On ne peut toutefois pas savoir si cette technique perdure dans l’ouest de la France sans interruption, de Hallstatt au Moyen Âge, ou s’il existe des hiatus. Dans ce cas, la possibilité de réintroductions de ce procédé à différentes périodes peut être posée, même si les données chronologiques et techniques manquent encore (quel est le rendement des opérations de réduction dans ces fourneaux ? Diffère-t-il de celui obtenu dans des fourneaux à écoulement de la scorie ?). Ces questions constituent donc une piste de recherche à poursuivre.

La question des scories de fond de four

16Une douzaine de ferriers du Bas Maine sont constitués de manière exclusive de déchets en forme de calotte, généralement spongieux, déchiquetés et comportant de nombreuses inclusions (supra p. 77). Ces scories ne présentent aucune trace d’écoulement et elles ont donc été interprétées comme des résidus restés au fond du fourneau, d’où leur nom : scories de fond de four. Le procédé technique et même la nature exacte de l’opération amenant à la production de ce type de déchets nous échappent encore. Les scories de fond de four semblent néanmoins bien être liées à la réduction directe. Leur quantité et leur aspect invitent à les interpréter comme un faciès spécifique de scories de réduction produites dans des fourneaux sans écoulement de la scorie. Elles font donc partie de la famille des scories piégées.

17La fouille d’un amas composé de ce type de déchets sur le site de Roche Brune (Pezé-le-Robert, Sarthe) n’a pas permis d’identifier de manière certaine les structures produisant ces scories. On ne peut donc pas établir si celles-ci sont de simples fosses ou s’il s’agit de fourneaux à scorie piégée sans fosse-réceptacle. Une précision peut toutefois être apportée : les scories de fond de four n’excèdent jamais 40 cm de diamètre et 15 cm d’épaisseur. Il semble donc que ces fourneaux soient relativement petits. L’absence de minerai ou de déchet de minerai dans les amas de scorie de ce faciès est surprenante. Les analyses chimiques et les examens au microscope font encore défaut pour qualifier la composition exacte de ces résidus et leur mode de formation.

18La fouille du site de Roche Brune a néanmoins fourni une date pour la production de ces résidus ici : le bas Moyen Âge (fin xiiie-xve siècle) (supra p. 229). En outre, on ne peut que remarquer que certains des sites présentant ce type de scories, dont celui du Mont Brûlé à La Ferrière-aux-Étangs (Orne), se trouvent dans un secteur où une activité sidérurgique est attestée par les textes aux xive-xve siècles. Ceci reste à vérifier et à argumenter.

19Dans certains cas, ces scories très spongieuses ont été découvertes à proximité de haut-fourneau moderne (site de La Forge à Saint-Clair-Halouze, en dehors de la zone d’étude : Sarreste 2007b). Ceci pourrait suggérer un lien avec la transition vers le haut-fourneau.

20L’apparition ou la réapparition (?) à cette période de structures sans écoulement de la scorie reste pour l’instant inexpliquée. Si quelques-uns des ferriers de scories de fond de four se trouvent au bord d’un cours d’eau, ce n’est pas une règle générale et l’on ne peut donc pas proposer pour tous l’utilisation de la force hydraulique pour la soufflerie. Des analyses restent à faire pour comprendre la position de ces vestiges dans l’évolution technique de la production sidérurgique, notamment durant la période de transition entre les procédés direct et indirect (fin du Moyen Âge).

21En se fondant sur ces quelques éléments, on peut donc conclure sur quatre points concernant l’évolution technique des scories issues de structures sans écoulement :

  • la réduction directe du fer apparaît dans le Bas Maine au cours du premier Âge du fer, entre le début viiie siècle et la fin du ve siècle av. J.-C. ; à cette époque, seuls les bas fourneaux à scorie piégée sont connus ;

  • une transition vers les structures à écoulement de la scorie pourrait avoir eu lieu dans le courant de La Tène moyenne, entre le iiie et le milieu du iie siècle av. J.-C. ;

  • malgré l’apparition de bas fourneaux à scorie coulée, l’utilisation de structures sans écoulement persiste au moins jusqu’à l’époque romaine dans la cité diablinte et jusqu’au haut Moyen Âge dans l’évêché du Mans ;

  • il existe, dans le Bas Maine, un type très particulier de scories piégées, en forme de calotte, produit apparemment dans le courant du bas Moyen Âge et dont le mode de formation nous échappe encore.

22Les sites à scories piégées représentent à peine 10 % des sites liés à la réduction inventoriés dans le Bas Maine, tous les autres ayant livré des scories coulées. Ce corpus beaucoup plus important permet d’avancer des éléments significatifs et novateurs concernant l’évolution de la filière de réduction directe dans la région étudiée ici.

Les faciès de scories coulées et leur signification

23Si de nombreuses recherches ont permis de définir une typologie de plus en plus fine des résidus de post-réduction, peu d’études ont encore porté sur les scories de réduction et on ne peut, pour l’instant, se référer qu’à l’article de J.-B. Vivet (1997) concernant la région de Combourg (Ille-et-Vilaine). Pourtant, l’exemple du Bas Maine montre tout l’intérêt d’une telle approche. Deux résultats sont ici à mettre au crédit de cette démarche :

  • la mise en évidence d’un possible lien entre faciès et chronologie ;

  • l’existence de différences de composition chimique entre deux faciès, différences qui pourraient traduire une variation technique.

Faciès et chronologie

24L’enregistrement systématique du faciès des scories des sites liés à la réduction directe a permis de mettre en évidence trois grands types de scories coulées :

  • les scories en cordons denses, caractérisées par l’empilement de fins cordons de scorie pleins, prenant parfois la forme d’un éventail ; elles sont de loin les plus nombreuses dans le Bas Maine ;

  • les scories en plaquettes, se présentant sous la forme de fines plaques de quelques millimètres à deux ou trois centimètres d’épaisseur, avec toujours une face lisse ; elles constituent près d’un tiers des ferriers du Bas Maine et notamment les plus grands ;

  • les scories à cordons vacuolaires, caractérisées par la présence de cordons creux, prenant un aspect dégonflé ; elles sont relativement rares mais se trouvent plus couramment dans le sud de la zone d’étude.

25Le croisement de cette typologie avec les quelques datations dont on dispose pour les sites de réduction a permis de mettre en évidence certaines corrélations. Ainsi, parmi ces trois faciès, deux semblent avoir été produits durant des périodes spécifiques : les scories en plaquettes durant l’époque romaine – et peut-être plus spécifiquement durant le Haut-Empire – et les scories en cordons vacuolaires possiblement durant le Moyen Âge. En revanche, les scories denses en cordons, qui demeurent les plus nombreuses, ne peuvent pas encore être attribuées à une période ou une autre, peut-être parce qu’elles ont été produites indifféremment à toutes époques.

26Il faut préciser d’emblée que ces attributions n’ont pas valeur de vérité générale et il est encore trop tôt pour parler d’une chrono-typologie (à supposer qu’on puisse en établir une). Toutefois, les constatations faites pour le Bas Maine trouvent écho dans d’autres régions, notamment dans la région de Combourg (Ille-et-Vilaine), pour les scories en plaquettes (Vivet 1997) et dans les forêts de Paimpont (Ille-et-Vilaine) pour les scories à cordons vacuolaires.

27La production de scories en plaquettes est très probablement le témoignage d’un changement technique qu’on a encore du mal à cerner. La corrélation possible entre cette mutation du faciès des résidus et l’époque romaine est donc une piste intéressante. En outre, malgré les difficultés liées à la datation des sites, ces déchets semblent spécifiques à cette période. De là à attribuer tous les sites à scories en plaquettes à la période romaine il n’y a qu’un pas, qu’il paraît raisonnable de ne pas franchir. On constate seulement que la corrélation entre faciès et datation est forte et l’on peut présumer qu’une part notable des ferriers présentant majoritairement ce genre de résidus est plus probablement antique que d’une autre période.

28Les scories à cordons vacuolaires, attribuées de manière hypothétique au Moyen Âge, ont également été reconnues dans le ferrier de La Ferrière à Jupilles (Sarthe), qui a fait l’objet d’une récupération en 1927. On sait, grâce à la surveillance des travaux par J. Derré, que ce site est médiéval (xie-xiie siècles) (Derré 1929 : 236 ; Bouvet 2001a : 242). En outre, aucun site présentant ce type de scories n’a été daté de l’époque romaine, ce qui n’est pas une preuve en soi mais invite à penser que ce faciès de scories n’est que peu ou pas produit à cette époque. La piste est ici encore plus ténue que pour le lien supposé entre scories en plaquettes et période romaine, mais elle existe. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas un hasard si la majorité des sites du sud-ouest de la Mayenne, dont on a vu qu’une part pourrait être datée du Moyen Âge central, est constituée de scories vacuolaires. Il ne faudrait bien sûr pas entrer dans un raisonnement circulaire, induisant la datation des ferriers en raison de la morphologie de leurs déchets et l’attribution chronologique des déchets en fonction de la datation des mêmes sites : une fois de plus il faut rester prudent et se borner à constater le lien. Il serait nécessaire pour valider – ou invalider – l’association pressentie, de multiplier la datation des sites par des sondages et des datations C14. En l’état des connaissances on peut simplement constater qu’il semble exister une rupture technique, peut-être dans le courant du Moyen Âge central, entraînant la production de résidus de faciès différents.

29Ces remarques ont plus une valeur indicative que réellement déterminante ; la datation d’un nombre plus important de sites et l’enregistrement systématique des faciès de scories dans d’autres régions pourraient peut-être permettre de pousser plus loin la piste ouverte ici. On remarquera enfin que les scories denses en cordons, les plus abondantes, ne semblent pas, quant à elles, caractéristiques d’une période : on en trouve de La Tène moyenne jusqu’au Moyen Âge central. Ceci démontre bien qu’il ne faut pas accorder une valeur absolue aux corrélations présentées ici, mais qu’il ne faut pas non plus les négliger.

Faciès et procédé technique

30On peut imaginer que pour chacun des faciès définis ci-dessus, il existe une ou plusieurs différences techniques susceptibles d’expliquer les caractères particuliers observés. L’une d’elles est la qualité du processus de réduction. Celui-ci influe en effet directement sur la composition de la scorie et notamment sur la proportion de fer par rapport aux autres éléments majeurs présents dans la scorie (silice et aluminium notamment). Ces différences de ratios conditionnent la température de fusion de la scorie, sa fluidité et la nature des cristaux formés lors de son refroidissement et donc sa morphologie.

31Pour définir la qualité du processus de réduction, on peut s’appuyer ici sur les analyses chimiques menées sur un peu moins de 80 scories, provenant de 16 sites différents. Ces résidus contenant tous très peu d’éléments calco-alcalins, il a été possible d’utiliser dans ce cas la notion de saturation en oxyde de fer, présentée par V. Serneels (1993 : 29-30) dans sa thèse, mais qui n’avait pas pu jusqu’ici être appliquée. Les mesures ont permis de mettre en évidence deux groupes de scories :

  • l’un rassemblant des spécimens fortement sous-saturés (indice de saturation moyen par site inférieur à 1,2), indiquant apparemment un rendement anormalement élevé du processus de réduction ;

  • l’autre comptant des scories contenant comparativement plus de fer (indice de saturation moyen par site supérieur à 1,3), voire sursaturées, peut-être issues d’opérations de traitement du minerai de moindre qualité, voire assez mauvaises.

32Il se trouve qu’à ces deux groupes correspondent précisément deux faciès : pour le premier groupe, les scories en plaquettes, pour le second, les scories en cordons fins.

33On a inféré de ces résultats l’existence d’un changement technique marqué par une différence sensible du rendement de la réduction directe, amenant à la production de déchets distincts. La nature exacte de cette variation n’est pas encore établie, mais on peut semble-t-il exclure l’influence du minerai, les scories en plaquettes n’étant pas spécifiques d’une zone minière. Une chronologie de cette évolution a été proposée grâce aux observations faites auparavant sur les corrélations existantes entre faciès et chronologie. Les scories denses en cordons fins qui ne sont pas attribuables à une période précise dans le Bas Maine, sont connues ailleurs dès La Tène moyenne (Dunikowski, Cabboï 2001 :193). En revanche, comme on vient de le voir, les scories en plaquettes paraissent liées à l’époque romaine. On peut donc supposer que la transition technique qu’on soupçonne se fait dans le sens d’une augmentation du rendement qui aurait eu lieu au début de la période romaine, apparemment dès le Haut-Empire. Ces conclusions réclameraient encore d’être étayées mais elles apparaissent comme un élément important de l’histoire de l’évolution de la chaîne opératoire en sidérurgie ancienne dans la région étudiée ici, et peut-être plus largement.

34On peut, en se fondant sur ces premiers résultats, s’interroger sur les différences qui pourraient exister avec les autres faciès et notamment avec les scories en cordons vacuolaires ou les scories de fonds de four. Bien sûr, il faut rester prudent : la morphologie des résidus est tributaire de nombreux facteurs, parmi lesquels la forme du fourneau, la nature et la qualité du minerai, la ventilation et l’ajout d’autres éléments à la charge (fondant). Il paraît donc encore prématuré de conclure dans tous les cas à une transition liée à des progrès (ou des reculs ?) du rendement de l’opération et donc du procédé technique. On peut cependant le proposer pour les scories en plaquettes. Malheureusement, même dans ce dernier cas, on ne peut préciser quel(s) facteur(s), parmi ceux qu’on vient d’évoquer, a été modifié et a entraîné la production de ce type spécifique de déchets.

35Les bas fourneaux mis au jour sur le site gallo-romain de Roche Brune ont produit des scories en plaquettes, mais ils ne présentent pas de particularités susceptibles d’expliquer la morphologie de leurs déchets : la ventilation pourrait être forcée, mais ceci ne semble pas spécifique à ce type de bas fourneau ; leur volume est important, mais ne l’est pas plus que ceux connus par ailleurs en Gaule pour la même période.

36Les analyses chimiques réalisées sur des échantillons de minerai, de scorie et de paroi prélevés sur ce dernier site ont permis d’établir les relations entre le minerai et les déchets et ainsi de restituer l’équation-bilan générale du processus de réduction de cet atelier. Celui-ci exclut l’apport d’un fondant calcique à la charge. On ne peut donc pas imputer l’apparente fluidité de la scorie et son comportement lors de l’écoulement à une participation du calcium. En outre, aucun autre élément, majeur ou en trace, présent en quantité hors norme dans les matières premières ou les déchets, ne peut expliquer la morphologie particulière des scories. La production de ce type de déchets reste donc à comprendre. Des examens au microscope permettraient dans un premier temps d’identifier les phases cristallines présentes et ainsi de fournir une première approche des conditions de formations des scories en plaquettes.

37En revanche, l’exemple de l’atelier de Roche Brune montre bien que, dans ce cas au moins, la production de scories en plaquettes va de paire avec un rendement très élevé de l’opération. Les calculs effectués en suivant la méthode mise au point par V. Serneels (1995) ont en effet permis de mettre en évidence que près de 80 % du fer présent dans le minerai sont extraits lors de la réduction. Ce chiffre paraît très élevé mais il n’est pas aberrant. Les données de comparaisons sont encore très peu nombreuses et ne concernent pas les mêmes faciès de déchets (pour le site du Latté à Oulches, dans le département de l’Indre, les bas fourneaux produisent des scories en cordons et, dans une moindre proportion, des pseudo-laitiers : Dieudonné-Glad 2000). Les autres chiffres à disposition ont été établis essentiellement pour des sites médiévaux. Ils sont généralement plus proches de 40 %. Le résultat obtenu pour le site de Roche Brune paraît donc, malgré le peu de parallèles dont on dispose, hors norme et devra être étayé par de nouveaux calculs menés pour d’autres ateliers ayant produit des scories en plaquettes. Il permet néanmoins d’accréditer l’hypothèse d’une augmentation importante de la production au début de la période romaine, grâce à une technique mieux maîtrisée. L’apparition, à cette époque, d’un nouveau procédé plus performant, s’il est avéré, rompt définitivement avec l’idée de stagnation avancée par les partisans d’un blocage technique durant la période romaine.

38L’étude de la morphologie des scories coulées du Bas Maine, fondée en partie sur des analyses chimiques, permet donc d’avancer deux conclusions importantes :

  • il semble exister des variations techniques au sein de la filière directe d’obtention du fer, amenant à la production de vestiges de morphologie différente ;

  • l’une de ces variations pourrait être intervenue au début de l’époque romaine et se manifesterait par une augmentation très nette du rendement des opérations de réduction.

39Ces évolutions techniques restent à comprendre mais elles ont certainement influé fortement sur la quantité de fer produite et donc sur le domaine économique.

PRODUCTION SIDÉRURGIQUE ET ÉCONOMIE

40La présente étude est fondée sur un inventaire de sites sidérurgiques anciens. Celui-ci a été réalisé grâce à l’application de différentes méthodes de recherche documentaire (bibliographie, microtoponymie, examen des photographies aériennes verticales de l’IGN), complétée par la vérification au sol des indices recueillis. Cet inventaire ne peut prétendre à une totale exhaustivité. En effet, les ferriers ont pu disparaître, en raison de la récupération des scories pour divers usages dès l’Antiquité et pour la refonte à partir de l’époque moderne, mais aussi à cause de l’érosion, surtout pour les plus petits. D’autres amas ne sont plus visibles actuellement car ils sont recouverts par des colluvions ou des alluvions, ou par une végétation permanente (prés ou forêts), qui couvre près de 50 % de la zone étudiée ici. Toutefois, la systématisation des recherches pour l’ensemble de la zone d’étude permet de penser que le corpus réuni est assez représentatif de la réalité ancienne, et notamment de la distribution des enregistrements dans le territoire.

41Parmi les sites recensés, près de 90 % sont liés à la réduction directe. La répartition de ces sites est donc un premier élément permettant de définir les caractères de l’organisation de la production ancienne du fer. C’est l’objet ici d’un premier développement. Cette approche menée à l’échelle du territoire est enrichie par l’étude de l’organisation interne d’un atelier de réduction directe, celui de Roche Brune, dont les aspects techniques ont été évoqués ci-dessus.

42Les données acquises sur cette organisation dans la zone d’étude concernent essentiellement la période romaine. En effet, la majorité des sites datés le sont de cette période et l’analyse des données issues de la fouille du site de Roche Brune ont apporté des informations concernant le Haut-Empire. Les quelques éléments mis en évidence pour les périodes antérieures ou postérieures sont présentés à la fin de ce sous-chapitre.

Organisation de la production

Les zones de production sidérurgique anciennes dans le Bas Maine

Bilan

43La répartition des sites liés à la réduction directe inventoriés dans la zone d’étude, ainsi que de ceux découverts aux marges du Bas Maine, révèle deux phénomènes : d’une part la concentration des sites de réduction dans certains secteurs et d’autre part la dispersion de ces zones de concentration à travers le territoire. Ainsi, seuls 20 ferriers se trouvent isolés, c’est-à-dire situés à plus de 2 km d’un autre. Dans tous les autres cas, les sites voisinent. En revanche, la carte de répartition permet de distinguer à vue quinze zones de production, définies par la concentration de sites liés à la réduction directe, ferriers ou sites à scories dispersées. L’importance de ces zones est très variable : elles regroupent entre 6 et 136 sites, sur des surfaces variant d’une dizaine à plusieurs centaines de kilomètres carrés. Pour mieux définir ces zones de production, une analyse spatiale, réalisée sur SIG et fondée sur un modèle statistique de densité, a été tentée. Ceci a permis de discerner au sein de ces ensembles des pôles de concentration, c’est-à-dire des secteurs de plus forte densité de sites (supérieure à 0,25 ferrier/km2). Cette démarche a permis de définir des critères de hiérarchisation des zones de production. Trois niveaux ont été distingués :

  • les zones de premier niveau, comptant au moins un pôle de densité rassemblant plus de 25 ferriers ;

  • les zones de second niveau, dont le pôle de concentration doit rassembler entre 10 et 25 ferriers ;

  • les zones de troisième niveau, dans lesquelles aucun pôle ne compte plus de 10 ferriers.

44Les quinze zones de production reconnues à vue se répartissent de façon égale entre ces trois classes. Trois des cinq zones de production de premier niveau se trouvent à la limite des départements de la Sarthe de la Mayenne. Il s’agit des zones de Charme, de Sillé et de Pail. Les deux autres sont en partie situées en dehors de la zone d’étude : l’une se trouve dans le département de la Sarthe (celle de Lavardin/La Bazoge), l’autre est partagée entre Mayenne, Maine-et-Loire et Ille-et-Vilaine (celle du sud de la Mayenne). Chacune de ces zones compte plus de 30 sites de réduction avérés – jusqu’à 102 pour la région de Charnie – parfois répartis en plusieurs pôles de concentration, désignés par des lettres.

45Certaines de ces zones de production étaient connues – ou soupçonnées – grâce à des recherches anciennes. La zone du sud de la Mayenne avait ainsi été parcourue par l’ingénieur des mines L. Davy, au début du xxe siècle (Davy 1913). Ailleurs, plusieurs notes du xixe siècle et du début du xxe siècle indiquaient la présence d’importants ferriers dans la région de Sillé, au sud de la forêt de Grande Charnie ou au nord du Mans (Maulny 1806 ; Pesche 1829-1842 passim ; pour Sillé : supra p. 169). L’inventaire systématisé permet de mieux cerner ces zones. On peut ainsi confirmer l’existence d’une zone de production s’étendant de Lavardin à La Bazoge (Sarthe), incluant les sites sidérurgiques fouillés lors des travaux préventifs préalables à la construction de l’autoroute A28 (Bouvet 2001b). Ceci permet de fournir un cadre géographique plus large à ces découvertes. On peut d’ailleurs souligner le fait que les traces observées par M. Hubert ou moi-même dans ce secteur, mais également plus à l’est (forêt de Bercé notamment : Sarreste 2007b ; Noël 2007 ; Guicheteau 2007), démontrent que le potentiel du département de la Sarthe n’est pas encore épuisé et justifierait sans doute la poursuite des recherches sur la sidérurgie ancienne de la partie orientale de l’ancienne province du Maine.

46À l’échelon inférieur, cinq zones plus modestes, de second niveau, ont été discernées : celles de La Gravelle/Saint-Pierre-la-Cour, de Meslay-du-Maine/Sablé-sur-Sarthe, de La Ferrière-aux-Étangs, de Laval et de Saint-Michel-et-Chanveaux : elles regroupent toutes moins de 30 sites de réduction avérés. Dans certaines zones, l’analyse spatiale révèle l’existence de plusieurs pôles de concentration, notamment celles de Meslay-du-Maine/Sablé-sur-Sarthe et de Laval, ce qui permet de relativiser l’importance de ces secteurs de production. Deux de ces zones se trouvent en partie (La Ferrière-aux-Étangs) ou totalement (Saint-Michel-et-Chanveaux) en dehors de la zone d’étude et pourraient s’avérer plus importantes que ce que laissent présumer nos connaissances, encore lacunaires dans ces secteurs. Il faut également souligner que la zone de La Gravelle/Saint-Pierre-la-Cour a essentiellement livré des blocs de scories piégées hors de leur contexte d’origine. Ce sont les lieux de découvertes de ces scories qui ont été inventoriés, ce qui empêche de juger vraiment du nombre de sites de production dans la région et de leur importance respective.

47Enfin, dans cinq cas, des groupements de quelques sites, toujours moins de dix, peuvent être observés, à proximité d’Aron, Château-Gontier, Lignières-Orgères (Mayenne), Rânes (Orne) et Cérans-Foulletourte (Sarthe). Ces ensembles de troisième niveau témoignent sans doute d’une petite production sidérurgique à différentes périodes. Ils pourraient être le fruit de l’exploitation de ressources ponctuelles en minerai et en bois. Deux de ces zones ont été découvertes par M. Hubert en dehors de la zone d’étude (Rânes et Cérans-Foulletourte). La poursuite de recherches pourrait sans doute permettre de mieux les caractériser.

48Malheureusement, à peine plus de 15 % des ferriers de la zone d’étude ont été datés et l’on ne peut donc pas toujours établir la chronologie des zones de production, même s’il semble que deux périodes de production plus intense se dégagent, l’Antiquité et le Moyen Âge.

49Une zone de production a fait l’objet d’une attention particulière dans le cadre de cette étude : celle de Sillé (Sarthe). La reprise des informations fournies par quelques notes et articles de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle ainsi que la prospection systématique de plus de 500 ha de la forêt domaniale de Sillé ont permis d’inventorier une quarantaine de sites liés à la réduction directe dans la partie orientale du domaine boisé et à ses abords. Parmi eux, on compte plus de 25 ferriers conservés en sous-bois, dont certains n’ont apparemment subi aucune destruction. Ils offrent la possibilité rare d’étudier des ateliers de réduction dans un exceptionnel état de conservation. Le site de Roche Brune, déjà évoqué ci-dessus, est l’un d’eux.

50La majeure partie des ferriers de la forêt de Sillé est constituée de scories en plaquettes. Leur volume est souvent supérieur à 1000 m3. C’est d’ailleurs dans la forêt de Sillé qu’on trouve le plus important ferrier de la zone d’étude, dont le volume global est estimé à plus de 18 000 m3. Environ un quart des ferriers a pu être daté du Haut-Empire grâce au mobilier découvert en surface. Ils se répartissent le long des vallons de la forêt et sont le plus souvent distants les uns des autres de 500 à 1000 m. Cette disposition particulière et la possible contemporanéité de la plupart des sites ont amené à proposer l’existence ici d’une zone dévolue à la production sidérurgique durant l’Antiquité, sans préjuger de son statut ou de son mode de gestion. Toutefois, tous les sites de la zone de Sillé ne sont pas rattachables à cette dernière période : on connaît au moins un site du bas Moyen Âge (le ferrier de scories de fond de four du site de Roche Brune) et un bloc de scorie piégée découvert à proximité de la forêt de Sillé et daté par radiocarbone de La Tène moyenne. L’activité sidérurgique de ce secteur est donc étalée dans le temps, malgré la prédominance de la production d’époque romaine.

Comparaisons et mise en perspective

51Les valeurs de densité et de surface des pôles de concentration obtenus grâce à l’analyse spatiale sur SIG permettent de comparer les zones de production repérées dans le Bas Maine avec celles connues ailleurs. On peut ainsi préciser que la surface des pôles de concentration au sein des zones de production varie ici de 4,5 à 10 km2 pour les zones de troisième niveau, de 13 à 72 km2, pour celles de second niveau et, de 44 à 163 km2 pour celles de premier niveau. La densité au sein des pôles varie quant à elle entre 0,41 et 1,06 ferriers/km2.

52Si l’on compare les zones de production mises en évidence dans le Bas Maine avec celles déjà étudiées en France ou à l’étranger, force est de constater qu’il ne s’agit pas de secteurs de production majeurs, en tout cas en nombre de sites. Les zones de production les mieux connues- en fait les seules étudiées – sont généralement numériquement plus importantes et plus étendues :

  • la région d’Allogny (Cher) rassemble au moins 110 terriers sur environ 300 km2, soit 0,37 ferrier/km2 (Dieudonné-Glad 1992 : 62) ;

  • celle d’Argentomagus au moins 242 ferriers sur un périmètre de 20 km autour de cette agglomération secondaire, soit 0,81 ferrier/km2 (Agriculteurs... 1993 : 75 ; Dumasy et al. 2010) ;

  • le Haut-Auxois (Côte-d’Or) compte près de 200 ateliers de réduction sur 400 km2, soit 0,5 ferrier/km2 (Mangin et al. 1992) ;

  • enfin, en Puysaie, les recherches de J.-P. Piétak ont mis en évidence au moins 470 ferriers sur 400 km2, soit 1,18 ferriers/km2 (Piétak 2002 :124).

53Ces quatre zones semblent avoir été exploitées de manière intensive à l’époque romaine. Si l’on regarde hors du territoire français, la zone du Weald, sur la côte sud-est de l’Angleterre, compte 538 sites de réduction directe sur environ 900 km2 – soit 0,6 ferrier/km2 – (Hodgkinson 1999 : 68) et 60 % des 138 sites datés dans ce secteur sont romains (ibid. : 69). Toutefois, dans la plupart des cas, on peut distinguer à vue plusieurs pôles de concentration : M. Mangin n’en distingue pas moins de onze dans le Haut-Auxois (Mangin et al. 1992 :198) ; la carte de répartition des sites d’Argentomagus permet d’en discerner au moins quatre (Dieudonné-Glad 2000 : 64, fig. 25), celle de la Puysaie, au moins trois (Piétak 2002 : 125, fig. 36). L’application à ces différents secteurs des méthodes statistiques mises en œuvre dans cette étude permettrait de définir des chiffres établis sur des bases communes et ainsi de confronter terme à terme ces régions. Il n’a pas été possible de mener cette comparaison dans le cadre de ce travail, faute de temps, mais elle pourrait être faite par la suite.

54On peut donc, en se fondant sur le nombre de sites, placer les zones de production du Bas Maine à une échelle inférieure à celles présentées ci-dessus. Seule la région de Charnie et peutêtre celle de Lavardin/La Bazoge pourraient être mises, au moins numériquement, sur un pied d’égalité avec la région d’Allogny, c’est-à-dire au rang des zones d’importance moyenne selon le classement établi par V. Serneels et M. Mangin (1996).

55Il existe toutefois au moins un contre-exemple : dans le bassin supérieur de La Dure, dans la Montagne Noire (Aude), ont été comptabilisés 33 ferriers et 25 épandages sur une surface qu’on peut estimer à moins de 10 km2 (Decombeix et al. 2000), soit 3,3 ferriers/km2. Cette zone paraît donc modeste en surface mais très dense surtout si l’on tient compte du fait que deux de ces amas ont un volume estimé à plus de 100 000 m3 et qu’au moins neuf sont évalués entre 1000 et 10 000 m3 : c’est ici la limite principale d’une approche cartographique qui ne tient pas compte du volume de déchets de chaque atelier recensé.

  • 4 Voir sites de La Côte des Guigniers 1 à 3, sur la commune de La Bazoge : Sarreste 2006b : 157-159.

56Si l’on s’intéresse au volume total de scories des zones de production du Bas Maine, l’impression est ainsi légèrement différente. La tentative de classification des zones de production sidérurgique anciennes établie par V. Serneels et M. Mangin a proposé des seuils permettant de distinguer les zones majeures, moyennes ou mineures (Serneels, Mangin 1996). Le seuil entre ces deux dernières catégories a été fixé à 50 000 tonnes de scories, les zones majeures devant rassembler plus d’1 000 000 de tonnes. Si l’on se place dans ce cadre, on peut confirmer l’appartenance de la région de Charnie à la seconde classe, grâce à l’évaluation du volume des ferriers de ce secteur à plus de 100 000 m3 au total. Il en va de même de la région de Sillé, où la conservation des sites permet de fournir une estimation plus précise, là aussi supérieure à 50 000 m3. Les données sont encore lacunaires pour la région de Lavardin/La Bazoge, mais l’identification par M. Hubert de très importants ferriers4 invite à penser que cette zone peut être placée parmi les zones moyennes. Les autres zones de production de la région comptent très probablement moins de 50 000 t de déchets, à l’instar de la zone de Pail (la somme des estimations de volume de quelques ferriers de ce secteur est de 17 210 m3). Toutes les autres sont des zones mineures, voire très secondaires. Le Bas Maine ne compte pas de zone de production majeure mais reflète une activité sidérurgique moyenne à importante, sur une très longue durée.

57Il existe cependant d’autres zones de production sidérurgique comparables à celles mises en évidence dans le Bas Maine. Ces zones de faible surface et rassemblant généralement moins de 100 ferriers n’ont pas encore fait l’objet de recherches approfondies, hormis dans le Jura suisse (Eschenlohr 2001) et les Pyréenées (Beyrie et al. 2003). Elles sont essentiellement connues grâce à l’inventaire des sites métallurgiques mené par l’équipe de M. Mangin dans l’est de la France, à partir de la fin des années 1980 (recherches de M. Boukezzoula, A. Faivre, H. Laurent et B. Raïssouni) (Faivre et al. 1995), ou encore à la faveur de recherches ponctuelles, plus ou moins anciennes. On peut ainsi citer une petite série de zones, proches dans leur surface, comme par le nombre de ferriers, de celles du Bas Maine :

  • dans la forêt de Bercé (Sarthe), 62 ferriers ont été repérés par Y. Gouchet, agent de l’ONF, sur environ 70 km2, soit 0,89 ferrier/km2 (Noël 2007 ; Sarreste 2007b) ;

  • dans la région de Berthelange (Doubs), 60 sites de réduction directe ont été repérés sur environ 150 km2, soit 0,4 ferrier/km2 (Laurent 1993) ;

  • dans le Méconnais, 45 ateliers se trouvent sur 150 km2, soit 0,3 ferrier/km2 (Faivre et al. 1995 : 233 ; Boukezzoula et al. 1990) ;

  • en Lorraine, on peut distinguer trois zones regroupant entre 28 et 35 ferriers, généralement sur une aire de 100 km2, soit entre 0,28 et 0,35 ferrier/km2 (Leroy 1997 :113) ;

  • dans les Hautes Baronnies (Hautes-Pyrénées), 33 ferriers ont été repérés sur environ 10 km2, soit 3,3 ferriers/km2 (Beyrie et al. 2000) ;

  • dans la montagne de Larla (Pyrénées-Atlantiques), une petite zone regroupe 33 ferriers sur moins de 10 km2, soit 3,3 ferriers/km2 (Beyrie et al. 2003) ;

  • les prospections récentes dans la forêt de Bellême (Orne) ont permis la découverte de 23 ferriers, sur une surface non indiquée (Morand 2007 : 45) ;

  • dans le nord-ouest du Berry, une étude de maîtrise a permis de mettre en évidence deux petites zones de production : l’une centrée autour de Grazay (Cher), comptant 23 ferriers sur environ 70 km2 – soit 0,33 ferrier/km2 –, l’autre autour de Luçay-le-Mâle (Indre), 12 sur environ 50 km2 – soit 0,24 ferrier/km2 – (Sarreste 2003) ;

  • sur les communes d’Aunay-sur-Oudon et du Bény-Bocage (Calvados), une vingtaine de sites à scories ont été découverts, dont 8 ferriers (Bernouis 1991).

58Les zones de production du Bas Maine s’inscrivent dans la même série. L’étude systématique menée par L. Eschenlohr (2001) sur le Jura central suisse donne d’ailleurs des résultats proches : deux zones comptent plus de 80 ferriers sur des surfaces de 78 et 201 km2, deux plus de 25 sites, trois moins de 25 et une moins de 10, avec une densité de 0,06 à 1,7 ferriers/km2 (ibid. : 62, fig. 41). Les zones très modestes sont donc probablement nombreuses. Les recherches anciennes et les prospections en laissent supposer l’existence dans plusieurs départements : dans le Loir-et-Cher (Florance 1913 ; Magiorani 2000), dans la Vienne (Richard 1990), dans l’Indre-et-Loire (Cordier 1957 ; 1974) et la liste est loin d’être exhaustive. Les grandes zones mentionnées au début de ce sous-chapitre sont sûrement des cas rares et isolés.

Organisation interne d’un atelier de réduction directe romain

59La fouille d’un ferrier de la forêt de Sillé, situé dans la parcelle dite de Roche Brune (commune de Pezé-le-Robert, Sarthe), a permis de mettre au jour un atelier de réduction gallo-romain organisé autour de deux bas fourneaux similaires protégés par un même bâtiment sur poteaux porteurs d’environ 100 m2, couvrant également deux fosses de stockage, l’une pour le minerai, l’autre pour le charbon. L’impression d’organisation qui se dégage du plan de ce bâtiment est renforcée par l’aménagement de deux niveaux de travail distincts et par une gestion des déchets amenant à la constitution de ferriers dont l’emprise au sol est restreinte mais dont la hauteur maximale dépasse les 4 m. L’occupation du site a pu être située dans le courant du Haut-Empire, probablement entre 70 et 170 ap. J.-C. Le site de Roche Brune s’intègre à la très courte liste des installations de même type fouillées en France.

60L’existence de structures sur poteaux protégeant un ou plusieurs bas fourneaux est connue par ailleurs. En outre, dans de nombreux cas, il est probable que les trous de poteaux n’aient pas toujours été perçus lors de fouilles préventives où l’urgence a poussé les archéologues à se concentrer sur les structures de réduction.

61La liste des sites présentant ce type de bâtiment reste toutefois limitée :

  • Des trous de poteaux ont été perçus autour des fours au Clérimois (Yonne) et l’on peut inférer la présence de structures légères, sans que l’on puisse préciser leurs dimensions ou leur organisation (Dunikowski, Cabboï 1995 : 39 et 65) ;

  • Les batteries de fours des sites du Domaine des Forges et de Montrouch (Les Martys, Aude) étaient protégées par des appentis dont la toiture reposait à l’avant sur des poteaux et à l’arrière sur un mur bahut. Au Martys, les poteaux sont situés en avant des fours et protègent à la fois les cheminées et le niveau inférieur de travail, ce qui n’est pas le cas à Roche Brune. La restitution proposée par C. Rico montre une superstructure légère (Domergue et al. 1993 : 287 ; Fabre 2004) ;

  • Au Ferrys (La Bussière, Loiret), un groupe de poteaux dessine autour de la paire de bas fourneaux en dôme le plan quadrangulaire d’un bâtiment qui aurait connu deux phases (Rebiscoul 1999 : fig. 51) ;

  • Plus proches de nous, des bâtiments sur poteaux ont été mis en évidence sur les sites de l’Aunay Truchet et des Trois Couleurs (La Bazoge, Sarthe). Dans ce cas, il semble que chaque bâtiment ne protégeait qu’un seul bas fourneau (Cabboï 1999 ; Cabboï et al. 2007) ;

  • Plus au nord sur le tracé de l’autoroute A28, l’atelier de réduction du site du Buisson à Saint-Evroult-de-Montfort (Orne), deux bas fourneaux sont protégés par un bâtiment sur poteaux plantés. Celui-ci est matérialisé par deux rangées de trous de poteau parallèles éloignées de 7 m et longues d’environ 11,5 m. Il est donc très proche de celui décrit ci-dessus. Toutefois, les poteaux découverts ici sont moins profonds, et ont un diamètre plus faible que ceux observés sur le site de Roche Brune. J.-Y. Langlois, responsable de l’opération, interprète ce bâtiment comme une structure légère :

[... ] la largeur importante séparant les deux files de poteaux, l’inexistence de support intermédiaire entre les deux ensembles et l’absence, au moins sur le petit côté nord de poteaux, implique une construction légère. La charpente peut être construite en matériaux légers – des perches par exemple – pouvant soutenir une couverture végétale temporaire et pouvant être mise en place ou démontée rapidement. (Langlois 2005 : 22).

62Le bâtiment d’atelier de Roche Brune n’est donc pas le premier de ce genre, mais il paraît être le mieux préservé à l’heure actuelle en France. Le diamètre des poteaux utilisés et l’aspect massif des fondations nous invitent à penser qu’il s’agit bien d’une structure permanente construite très probablement en même temps que les fours qu’il protège. Cet appentis démontre une fois de plus la rationalisation des tâches et la forte organisation de ce type d’atelier.

63Les bas fourneaux mis au jour à Roche Brune sont proches, dans leur conception, de leurs contemporains découverts lors des travaux préalables à la construction de l’autoroute A28. Les modèles géographiquement les plus proches sont ceux du site de L’Aunay Truchet (La Bazoge, Sarthe) (Cabboï 1999). La différence essentielle est que ce dernier site se trouve en terrain plat : les bas fourneaux ne sont donc pas encastrés dans la pente mais semi-enterrés, seule la cheminée dépassant du sol. En outre, les structures dégagées possèdent un système de ventilation différent, avec cinq évents percés à l’arrière de la cuve, et ils sont toujours seuls et non par paire comme à Roche Brune. Pour le reste, les dimensions, comme l’organisation générale, sont les mêmes. Découvert dans le même contexte, le site du Buisson à Saint-Evroult-de-Monfort (Orne) (Langlois 2005) a livré les bas fourneaux les plus proches de ceux présentés ici : il s’agit de deux bas fourneaux placés en batterie et encastrés dans une légère pente. On ne connaît malheureusement pas leur mode de ventilation.

64Si l’on regarde au-delà de la documentation régionale, les bas fourneaux de Roche Brune s’inscrivent dans un type assez bien connu de bas fourneaux encastrés, représenté essentiellement par les deux batteries de bas fourneaux mises au jour aux Martys (Aude) (Domergue et al. 1993 ; 1999). La différence essentielle étant, ici, que les bas fourneaux sont construits avec des pierres, alors que dans notre région l’emploi de l’argile pour la constitution de la cuve et de la cheminée semble exclusif.

65Les bas fourneaux de Roche Brune ne constituent donc pas un cas à part, mais s’ajoutent à un modèle de structures de réduction d’époque romaine dont ils sont, à l’heure actuelle, les représentants les mieux conservés dans l’ouest de la France.

Importance et rythme de la production

66Les calculs fondés sur les estimations du volume de déchets – et donc de métal – produit et la durée d’occupation proposée pour l’atelier romain de Roche Brune laissent supposer une activité intensive, probablement continue. Par ailleurs, l’important niveau de rejet céramique (dépôt secondaire) mis au jour dans le ferrier situé à l’est du bâtiment d’atelier indique sans aucun doute la présence d’un habitat à proximité immédiate, même s’il n’a pas été découvert dans l’emprise des sondages. Sa présence ne fait pas de doute et l’on peut supposer l’existence d’occupations similaires au voisinage de plusieurs autres ferriers ayant livré plusieurs dizaines, voire des centaines de tessons romains en surface (La Gaufrie à Laval, 53 140.01 et Les Landes à Joué-en-Charnie, 72 140.01.). L’association d’un atelier structuré et d’un habitat – qui reste à qualifier – dans une zone où l’on ne pratique, a priori, ni l’extraction, ni le charbonnage invite à penser qu’on a ici une unité artisanale spécialisée dans la réduction directe et qui s’insère dans une chaîne de production organisée et compartimentée. Il semble bien que ce type d’installations, dont on peut supposer l’existence ailleurs, fait partie intégrante d’un phénomène de rationalisation de la production, lequel se manifeste apparemment dans notre région vers le milieu ou le dernier quart du ier siècle ap. J.-C. (si l’on se fonde sur les quelques sites ayant livré suffisamment de matériel et sur l’exemple de Roche Brune).

67Cette conclusion n’est pas nouvelle et va dans le sens de ce qu’avait déjà pressenti H. Cleere (1983) dès la fin des années 1970, et appuyé par C. Domergue (et al. 2006) à la suite des fouilles menées en Montagne Noire : l’époque romaine se traduit, au moins dans les provinces de Narbonnaise, des Trois Gaules et de Bretagne, par une meilleure structuration de la production sidérurgique. L’exemple de l’atelier de Roche Brune montre que ce phénomène s’applique également à des sites plus modestes que ceux étudiés jusqu’ici, qui sont généralement 10 à 100 fois plus importants en quantité de résidus que celui-ci (exemples du domaine des Forges aux Martys, dans l’Aude : Domergue et al. 1993 ; des Ferrys dans le Loiret : Rebiscoul 2003 ; des Fouetteries aux Clérimois, dans l’Yonne : Dunikowski, Cabboï 1995). En outre, l’étude chimique montre que cette structuration s’accompagne, au moins dans notre cas – et très probablement ailleurs – d’une maîtrise semble-t-il accrue du procédé technique, amenant à des rendements exceptionnels et donc à une mutation dans l’économie du fer, mais également à une meilleure gestion de l’approvisionnement en matières premières.

68Cette structuration de la production sidérurgique s’inscrit dans la période d’essor des Gaules caractérisée par la mise en place dans les campagnes d’un réseau de villae, mais aussi par la monumentalisation et la réorganisation des villes et, dans le domaine de la production artisanale, par une production céramique accrue (Ferdière 2005 : 127-129). On peut donc associer ces phénomènes. On reviendra plus loin sur le sens à donner à cette structuration dans le débat concernant la « romanisation » (infra p. 265).

69L’analyse spatiale des sites de réduction du Bas Maine et l’étude de cas de l’atelier gallo-romain de Roche Brune permettent d’apporter plusieurs éléments concernant l’organisation de la production sidérurgique ancienne de cette région :

  • les zones de production du Bas Maine, dont la chronologie est encore mal connue, semblent relever, à l’exception des zones de premier niveau évoquées dans le point suivant, d’une production sidérurgique petite à moyenne, étalée dans le temps et dispersée à travers le territoire ;

  • les zones de production de Charnie, de Sillé et de Lavardin/La Bazoge peuvent être intégrées à la liste des zones d’importance moyenne à l’échelon national ; elles traduisent une production moyenne à importante dont une bonne partie semble attribuable à l’époque romaine (au moins dans le cas des zones de Sillé et de Charnie) ;

  • l’étude de cas du site de Roche Brune montre que la forte structuration des ateliers de production mise en évidence ailleurs pour l’époque romaine s’applique à cet atelier du Bas Maine.

70L’organisation de ce dernier site et l’apparente concentration de la production sidérurgique dans des zones dévolues à cette activité durant l’époque romaine participent d’un phénomène de structuration également sensible dans l’approvisionnement des ateliers en matières premières.

Approvisionnement en matières premières

Les matières premières à disposition : minerai de fer et bois dans le Bas Maine

Les minerais de fer

71Le Bas Maine se trouve à la marge orientale du Massif armoricain, au contact avec les formations secondaires du Bassin parisien. Cette géologie complexe offre des ressources en fer nombreuses et variées. Ainsi, près d’une dizaine de formations géologiques différentes contiennent suffisamment de fer pour avoir été mises en oeuvre comme minerai. La cartographie de ces niveaux à partir des cartes géologiques permet de mettre en évidence leur répartition inégale à travers la zone d’étude. Certains secteurs n’offrent ainsi qu’un type de minerai :

  • minerai oolithique primaire des grès ordoviciens dans les synclinaux de Mortain-Domfront (Orne) et de Martigné-Ferchaud (Mayenne) ;

  • minerai des formations superficielles tertiaires, dites sidérolithiques, dans la région d’Évron, de Grazay/Marcillé-la-Ville, de La Gravelle/Saint-Pierre-la-Cour et de Château-Gontier (Mayenne) ;

  • minerai des argiles cénomaniennes à glauconie dans la région de Lavardin/La Bazoge (Sarthe).

72D’autres secteurs présentent, conjointement et sur une aire restreinte, plusieurs formations, parmi lesquelles celles évoquées ci-dessus, mais également des grès ferrugineux primaires (grès de Gahard et de Blandouet). C’est notamment le cas des régions situées à la limite du Massif armoricain et du Bassin parisien, entre Mayenne et Sarthe : autour de la forêt de Charnie, dans la région de Sillé-le-Guillaume (Sarthe), dans la haute vallée de la Sarthe (Orne et Sarthe).

73Cette cartographie souligne également le fait que la majeure partie de la zone d’étude est dépourvue de toutes ressources en minerai de fer. Ainsi, le socle granitique du nord de la Mayenne et du sud-ouest de l’Orne ou les niveaux briovériens de l’anticlinal de Château-Gontier ne peuvent livrer de formations exploitables. Des formations ferrugineuses néogènes (alios, bétain) ont été notées à plusieurs reprises dans ces régions, mais on ne peut assurer leur exploitation pour la sidérurgie.

74Les observations de terrain et une étude documentaire menée sur les archives minières modernes et contemporaines permettent de cerner neuf secteurs miniers d’inégale importance dont l’exploitation est attestée à ces époques. Paradoxalement, ces secteurs ne recouvrent pas exactement les formations géologiques pouvant contenir du minerai de fer. Dans le cas de la région d’Évron (Mayenne), les textes prouvent l’extraction de minerai alors que les cartes géologiques ne mentionnent ici aucune ressource en fer. Ceci s’explique par le fait que le minerai sidérolithique, extrait dans ce secteur à l’époque moderne, n’est pas considéré aujourd’hui comme une ressource minière par les géologues, qui ne le signale donc pas. C’est pourquoi notre cartographie prend en compte les formations détritiques tertiaires pouvant contenir ce type de minerai, même si l’exploitation n’en est pas fermement attestée. Ainsi, dans la région de Château-Gontier (Mayenne), aucun texte, ni aucune trace d’extraction, moderne ou contemporain ne prouve que le minerai sidérolithique des dépôts détritiques tertiaires a été exploité ici. Or c’est bien le cas puisqu’on connaît des ferriers dans ce secteur. Dans ce dernier cas, il semble donc bien que le potentiel minier ait été mis en valeur anciennement mais qu’il a ensuite été oublié.

75Enfin, on peut envisager la disparition de certains petits gisements ponctuels (cas des minerais sidérolithiques) à la suite de leur exploitation. Toutefois, la cartographie des formations encaissantes permet de pallier en partie ce problème pour l’identification des ressources minières anciennes. Ainsi, même si un filon de minerai a été exploité jusqu’à son épuisement total, il reste quand même la roche encaissante, dont la stratigraphie géologique est généralement connue et qu’on peut donc localiser. On peut également s’appuyer pour ceci sur les vestiges des exploitations passées.

76Les traces d’extraction de minerai de fer les plus anciennes connues dans la zone d’étude ont été découvertes lors des travaux miniers contemporains sur le chapeau de fer de Rouez (Sarthe) (Guiollard 1993). Il s’agit de puits de mine cylindriques de moins d’un mètre de diamètre. La datation par radiocarbone de bois découverts au fond de ces exploitations permet de les attribuer à l’époque romaine. D’autres puits semblables et des minières ont été reconnus dans la zone d’étude sans qu’on puisse les dater. En outre, l’abondance des minerais de fer dans les formations de surface de la région a probablement donné lieu à des ramassages qui ne laissent pas de traces. Cette forme d’exploitation concerne, entre autres, les formations sidérolithiques, mais aussi des affleurements de nodules de minerais dans les argiles à glauconie ou ceux des filons de minerai oolithique primaire. La répartition de ces affleurements est mal connue et peut avoir varié dans le temps en raison de leur exploitation mais aussi de la mise au jour de nouveaux filons par érosion.

77Pour apprécier la qualité de ces formations de surface, des examens minéralogiques et des analyses chimiques ont été réalisés. Elles prouvent que les minerais sidérolithiques, encore accessibles en surface de nos jours, sont tout à fait exploitables pour la réduction directe malgré leur forte hétérogénéité. Le fer y est présent sous forme d’hydroxyde (goethite), parfois à des teneurs très élevées. De même, les argiles à glauconie du Bassin parisien fournissent un minerai très riche. Le corpus d’analyses est encore insuffisant pour caractériser les autres formations, même si l’on peut sans doute envisager l’utilisation du minerai oolithique primaire des grès ordoviciens, connus ici à travers un unique échantillon provenant de la commune de La Chapelle-Anthenaise (Mayenne), pour la sidérurgie ancienne.

Le boisement

78L’archéologie ne peut restituer la topographie des boisements anciens. Il est toutefois possible que certains massifs forestiers du Bas Maine aient une origine ancienne, même si l’on ne peut pas affirmer qu’ils ont toujours constitué des boisements continus. C’est le cas en particulier de la forêt de Sillé. Les études palynologiques permettent néanmoins de dresser les grandes lignes de l’évolution de la couverture forestière de la zone d’étude depuis le début de l’Holocène et d’établir sa composition taxonomique. Ces données sont toutefois encore insuffisantes pour permettre de réaliser une véritable étude des boisements mis en oeuvre pour la sidérurgie ancienne de cette région.

Les relations des ateliers de réduction directe avec leurs ressources en matières premières

Le minerai

79L’absence de minerai dans le substrat de l’atelier de Roche Brune est significative de la relation ambiguë qu’entretiennent les ateliers de réduction avec leurs ressources de cette matière première. Si l’on élargit l’observation à l’ensemble des ateliers repérés dans le Bas Maine, grâce à une analyse spatiale menée sur SIG, la première constatation est que la présence de minerai sur place est le plus souvent recherchée pour l’implantation d’un atelier de réduction. En revanche, il apparaît que certains secteurs miniers, en activité durant les périodes moderne et contemporaine, n’ont pas été exploités aux époques anciennes par le procédé direct. Ainsi, aucun ferrier n’a été découvert dans la région d’Évron, qui alimente, du xviie siècle au milieu du xixe siècle, les hauts fourneaux d’Hermet (Mézangers, Mayenne) et d’Aron (Mayenne). Cet exemple n’est pas isolé : de vastes secteurs offrant des formations potentiellement utilisables pour la sidérurgie n’ont pas été exploités, ou seulement de façon très modeste, notamment autour de la forêt de Mayenne, dans la région de Grazay (Mayenne), dans la région de Château-Gontier (Mayenne) et c’est également le cas des filons de minerai oolithique primaire du synclinal de Mortain-Domfront (Orne).

80Il semble donc bien qu’il y a eu un choix des secteurs exploités pour la sidérurgie. La teneur du ou des minerais et leur accessibilité en surface entrent certainement en ligne de compte, mais ne peuvent expliquer partout la désaffection de certaines zones au potentiel minier comparable. La mise en valeur de ces secteurs pour d’autres activités agro-pastorales pourrait expliquer que la production sidérurgique ait été repoussée. Il faut également envisager ici les problèmes liés à la propriété ou au statut juridique de ces terrains, dont l’influence est complexe et sur lesquels on reviendra plus loin (infra p. 268).

  • 5 Cas, parmi d’autres, du ferrier de La Fontaine à Crennes-sur-Fraubée (Mayenne) (53 085.01) ou de La (...)
  • 6 Par exemple celui de Roche Brune à Pezé-le-Robert (72 234.06) mais aussi de la plupart de ces voisi (...)

81L’implantation des ateliers de réduction sur les formations pouvant contenir du minerai n’est toutefois pas une règle générale dans le Bas Maine. Certains se trouvent à proximité, d’autres en sont parfois très éloignés. Dans certains cas, on peut supposer que le minerai utilisé a disparu du fait même de son exploitation. Toutefois, plusieurs ferriers ont été découverts à des endroits où aucune formation géologique avérée ne peut ou n’a pu livrer de minerai de fer. C’est notamment le cas de certains ferriers implantés sur le socle granitique5, dans le nord du département de la Mayenne ou le sud de celui de l’Orne, mais également de certains ferriers de la forêt de Sillé, implantés sur un substrat schisteux6. On peut supposer, dans cette situation, l’exportation de minerai des secteurs miniers vers des ateliers situés à plus ou moins longues distances (de l’ordre de 10 km).

82Les examens minéralogiques menés sur une petite série d’échantillons de minerais collectés sur le site de Roche Brune ont permis de rapprocher ces roches des formations des argiles à glauconie du Bassin parisien distantes d’au moins 4 km du site. On a ainsi pu mettre en évidence, pour cet atelier de réduction, l’importation du minerai sur une distance moyenne, malgré le fait qu’il existe des ressources plus proches (à moins de 500 m d’après la carte géologique). Ce serait ainsi plus de 4 450 t de minerai qui auraient été importées vers cet atelier.

83L’exemple du site gallo-romain du Latté à Oulches (Indre) avait déjà permis de démontrer le transport sur des distances parfois importantes de minerai (dans ce dernier cas, à une vingtaine de kilomètres : Dieudonné-Glad 1994 :324). Toutefois, il s’agit ici d’un minerai utilisé en complément d’un minerai local et non d’un approvisionnement exclusif, comme cela semble être le cas pour l’atelier de Roche Brune. Le seul exemple comparable connu à l’heure actuelle est celui des métiers de férons de Normandie à l’époque médiévale. L’étude historique menée par M. Arnoux (1993) a montré que le minerai ramassé par les mineurs pouvait parcourir plusieurs dizaines de kilomètres et changer plusieurs fois de mains avant d’être traité. On possède d’ailleurs un exemple de ce type de transport juste au nord de la zone d’étude, avec le traitement du minerai de la minière de Beaumont (Saint-Rémy-sur-Orne, Calvados) dans les forges de la forêt de Halouze (Orne). Ce type de transport est la règle à l’époque médiévale dans la région et traduit une organisation très forte de la production (Arnoux 1993 : 240-257). Si les distances semblent moindres dans le cas de l’approvisionnement de l’atelier gallo-romain de Roche Brune, l’exploitation et le transport du minerai devaient être tout aussi organisés.

84L’installation de ce dernier atelier dans un secteur où il n’y a, a priori, pas de minerai suppose que le transport de cette matière première était prévu dès le début de l’exploitation. De surcroît, le minerai importé semble provenir d’un seul type de gisements, peut-être d’un seul lieu, qui est relativement éloigné. Ceci suppose que le site de réduction s’inscrit dans une chaîne de production planifiée, compartimentée et spécialisée. On ne peut malheureusement pas établir les relations exactes qu’entretenait l’atelier de réduction avec la zone d’extraction : l’un était-il attaché à l’autre, les artisans allant extraire eux-mêmes le minerai avant de l’apporter à l’atelier ? Y avaient-ils des liens commerciaux entre eux (l’atelier achetant son minerai aux mineurs) ? Ou les deux étaient-ils distincts mais appartenaient à une même entreprise (privée ou publique) ?

85Dans ce cadre, l’établissement d’une signature chimique commune à deux sites de la forêt de Sillé est un élément intéressant. On peut en effet supposer que la corrélation observée entre le minerai découvert sur le site de Roche Brune et les scories du ferrier de La Fontaine d’enfer, situé à environ 2 km à vol d’oiseau, montre que c’est bien le même type de minerai qui a été traité par ces deux ateliers. Dans ce dernier cas, le minerai des argiles à glauconie se trouve également à plusieurs kilomètres de l’atelier et d’autres types de minerais plus proches existent. Les deux sites sont en outre datés du Haut-Empire. Les quelques tessons de céramique commune découverts dans les coupes du ferrier de La Fontaine d’enfer sont de même type que ceux identifiés sur le site de Roche Brune, ce qui pourrait plaider pour un même approvisionnement céramique et donc pour une éventuelle contemporanéité des deux sites. Il est donc possible que ces ateliers utilisent un minerai semblable, provenant du même type de formations, et de manière synchrone.

86On ne peut toutefois pas affirmer que ce minerai était extrait au même endroit, dans un seul chantier. Il paraît néanmoins acceptable de proposer dans ce cas qu’une même zone d’extraction située à l’est de la forêt de Sillé approvisionnait, durant le Haut-Empire, plusieurs ateliers distants de plusieurs kilomètres entre eux et des sites d’extraction.

87Il est notable que très peu de ferriers ont été découverts sur les formations même de minerais de fer des argiles à glauconie. Ceci pourrait s’expliquer par la carence en bois, et donc en combustible, de ce secteur aux époques anciennes, mais ne justifie en rien le fait que les formations de minerais présentes dans le sous-sol de la forêt (minerai oolithique primaire, grès de Blandouet et dépôts sidérolithiques) n’ont pas été exploitées par les deux ateliers pour lesquels on possède des analyses. L’explication de ce choix et de l’apparente séparation des espaces dévolus à l’extraction et à la réduction doivent donc répondre, outre les problèmes d’approvisionnement en combustible, à d’autres contraintes, notamment celles liées à la propriété et à la gestion de chacune des installations de ces deux types (extraction et réduction).

88Se pose en effet la question de l’exploitation mutualisée de la zone d’approvisionnement en minerai. S’il est envisageable que chaque atelier de réduction y ait possédé son propre chantier d’extraction, on ne peut pas exclure qu’un seul chantier puisse distribuer le minerai extrait à plusieurs ateliers. On retourne ici aux questions délicates de la propriété et de l’encadrement des opérations d’extractions. En effet, l’hypothèse de la distribution de minerai par un chantier à plusieurs ateliers ne répond pas aux interrogations concernant les liens qu’entretenaient entre eux les sites d’extraction et de réduction : liens commerciaux ou appartenance à une même entreprise ?

89On peut donc supposer, sur la base de l’exemple de la forêt de Sillé, une organisation très forte de l’approvisionnement des ateliers de réduction en minerai de fer, durant l’Antiquité, probablement en relation avec un encadrement de la production, sans préjuger ici de l’identité ou du statut juridique de celui-ci. Ces phénomènes ne peuvent pas être établis pour les périodes antérieures dans le Bas Maine, faute de vestiges. Il semble toutefois que cette compartimentation de la chaîne de production apparaisse, dans cette région, au début de la période romaine (seconde moitié ou dernier quart du ier siècle ap. J.-C.)

Le combustible

  • 7 On le sait seulement, dans notre zone d’étude, pour les ateliers médiévaux de la forêt de Halouze e (...)

90L’éloignement entre les ateliers de réduction et les sites d’extraction de minerai est, on l’a dit, en partie dû au problème d’approvisionnement en combustible. Le bois, nécessaire en plus grande quantité que le minerai – au moins en volume – est plus difficilement transportable et, quand les deux ressources ne sont pas présentes en même temps, c’est généralement le minerai qui est importé vers l’atelier. La présence d’un boisement suffisant pour l’approvisionnement des fourneaux constitue donc un facteur déterminant pour l’implantation d’un site de réduction directe pérenne. On ne peut pas affirmer, pour l’époque romaine, que les ateliers étaient installés directement dans la forêt qui était exploitée pour le charbonnage7. Bien sûr, c’est la situation qu’on imagine la plus courante, mais sans toujours pouvoir l’argumenter, tant sont mal connus les boisements antiques. Des éléments invitent même à penser le contraire : l’absence de structures de charbonnage dans l’emprise des sondages sur le site de Roche Brune pourrait indiquer que ce combustible était produit ailleurs avant d’être amené jusqu’à l’atelier. Toutefois, l’étude anthracologique montre que les essences utilisées étaient ici très probablement disponibles sur place. On peut donc supposer que si le charbon a été importé, c’était seulement sur de courtes distances.

91Le combustible utilisé pour la sidérurgie ancienne a fait l’objet de plusieurs recherches (Pelet 1988 ; Woronoff 1991 ; Abetel 1992 : 43-44 ; Bielenin 1992 ; Protoindusties... 1992 ; Domergue et al. 1993 : 457-462 ; Dunikowski, Cabboï 1995 :135-139 ; Dubois 2001 ; Eschenlohr 2001 : 34-44), mais peu ont été menés de façon exhaustive et la plupart se sont limitées à la reconnaissance des essences charbonnées, sans prendre en compte les caractéristiques de ces charbons, notamment les données de l’étude des cernes. En outre, les résultats de ces travaux sont difficilement comparables car la liste des taxons dépend du contexte environnemental (boisement à disposition) et les sites considérés sont de périodes différentes. On peut toutefois faire deux remarques afin de mettre en perspective les résultats obtenus pour le site de Roche Brune.

92La première observation porte sur la diversité floristique : l’étude des charbons découverts dans les bas fourneaux à scorie piégée de la Montagne Sainte-Croix en Pologne, dont la majorité date des iie-ive siècles ap. J.-C., montre une très grande variété d’essences, paradoxalement plus importante que celles observées dans les fosses de charbonnage. K. Bielenin (1992 : 324) conclut que le combustible utilisé durant l’Antiquité « n’était pas un bois spécifique mais plutôt mélangé, au hasard de ce qu’on trouvait ». On ne dispose malheureusement pas des proportions de ces différentes essences, ce qui pourrait amener à nuancer ces propos. Ainsi, pour Roche Brune, cinq espèces ont été mises en évidence, mais l’une est très largement majoritaire : le hêtre. C’est d’ailleurs également le cas pour le site de l’Aunay Truchet, à La Bazoge (Sarthe), où l’étude de sept lots de charbons a permis de reconnaître sept essences, mais où seulement deux constituent près de 80 %. C’est également le cas général pour les études à disposition. Dans le Jura central suisse, où l’étude de plus de 5 200 charbons provenant de 99 sites différents, datés du haut Moyen Âge, montrent que, même lorsqu’il y a une grande variété de taxons, un ou deux dominent nettement (Eschenlohr 2001 : 34-44). Pour l’atelier sidérurgique de Montcherand (Suisse), qui est daté du haut Moyen Âge, deux espèces dominent dans chacun des fourneaux (Abetel 1992 : 43). Sur le site des Fouetteries, aux Clérimois (Yonne), ce sont le chêne à feuilles caduques et le hêtre qui dominent (Dunikowski, Cabboï 1995 :138). Aux Martys, il en va de même pour le hêtre.

93Dans ce cadre on peut faire une seconde remarque : le hêtre, lorsqu’il est disponible, est régulièrement présent parmi les essences les plus utilisées, si ce n’est la principale. Ainsi, cette espèce représente plus de 60 % des charbons examinés dans le Jura suisse (Eschenlohr 2001 :44). Sur le petit atelier de réduction gallo-romain de Lercoul, dans les Pyrénées ariégeoises, le hêtre représente plus de 90 % des charbons identifiés, les autres espèces étant au nombre de six (Dubois 2001 : 267, fig. 6). Cette essence semble donc privilégiée.

94L’étude préliminaire de deux lots de charbon de Roche Brune montre la présence dominante de bois de hêtre, et dans une moindre mesure de chêne et de quelques charbons d’autres espèces (bouleau, aulne, saule). Cette distribution laisse supposer une sélection des essences charbonnées, privilégiant le bois de hêtre de calibre petit à moyen, idéal pour le charbonnage, et fournissant un bon combustible pour la sidérurgie ancienne, comme le prouve son utilisation récurrente dans de nombreux ateliers, quelle que soit la période. Ceci suggère une certaine forme de gestion de l’approvisionnement en bois. Même si l’on ne peut pas parler de sylviculture, il s’agit sans doute d’une exploitation raisonnée.

95Celle-ci se justifie d’ailleurs pleinement, aux vues des quantités de bois nécessaires au fonctionnement de cet atelier. Les calculs effectués sur la base de données issues de l’archéologie expérimentale ont permis d’établir que les fourneaux de Roche Brune ont dû consommer près de 56 000m3 de bois durant la phase d’occupation romaine évaluée à un siècle environ, peut-être moins. On peut sans doute établir ici un parallèle avec l’étude d’un autre site fortement consommateur de bois, l’atelier de production céramique de Sallèles-d’Aude (Chabal 2001). L’étude anthracologique de dix fours représentant chacun une période d’occupation du site du ier au iiie siècle ap. J.-C., combinée à un modèle économique fondé sur des données techniques (taux de croissance d’un taillis par an, estimation de la consommation annuelle des fours), a permis de démontrer que cet atelier, de première importance, a pu se contenter d’une aire d’approvisionnement qui n’a jamais excédé 1,3 km de rayon, soit environ 530 ha (ibid. : 103). L. Chabal n’hésite pas à proposer un taillis à révolution courte (entre 5 et 20 ans) et une exploitation rationalisée, dont la réalisation pourrait être le fait des potiers eux-mêmes.

96Les données de cette étude ne sont pas entièrement transposables à notre cas, en raison des différences de boisements et de climat entre le Bas Maine et l’arrière-pays méditerranéen, et aussi de productions différentes (céramique là et réduction ici). Toutefois, on peut noter que, pour une consommation de bois de 640m3/an et pour un boisement de taillis, le modèle fournit une aire d’approvisionnement de 523 ha. On peut donc supposer qu’avec une consommation de charbon de bois moyenne de 559m3/an, l’aire d’approvisionnement de l’atelier de Roche Brune ne devait pas dépasser quelques centaines d’hectares. Si l’on suppose que celle-ci est centrée sur l’atelier, il est donc vraisemblable que le bois a été collecté à une distance de quelques centaines de mètres, voire un kilomètre, de l’atelier, au maximum. Ceci tend à minimiser, au moins pour l’époque romaine, l’impact environnemental de la sidérurgie ancienne, parfois considéré comme catastrophique (Pelet 1988).

97Ceci va dans le même sens que les constatations avancées grâce à l’exemple de l’étude pollinique de La Baforière (Blandouet, Mayenne). Le hasard a voulu qu’un des sondages palynologiques effectués par D. Barbier (1999) dans le cadre de sa thèse se trouve à moins d’un kilomètre de plusieurs ferriers dont l’activité est attestée pour l’époque romaine. Or l’enregistrement pollinique ne révèle pas, pour cette période, une baisse importante de la proportion de pollens d’arbres ; au contraire, celle-ci augmente même légèrement. Il est sans doute possible de voir là un signe de l’exploitation raisonnée qu’on vient de proposer. Si l’on admet ceci, on peut tirer une autre information intéressante du diagramme société-végétation établi pour le sondage de La Baforière. En effet, on constate que la proportion des pollens d’arbres se stabilise à l’époque romaine, alors qu’elle connaissait une diminution continue depuis la transition Hallstatt/La Tène. Cette observation peut constituer un argument supplémentaire pour attribuer à l’époque romaine le phénomène de rationalisation de l’exploitation des boisements.

98L’analyse spatiale des ferriers du Bas Maine, réalisée grâce au SIG, ainsi que les exemples du site de Roche Brune et de la forêt de Sillé, montrent que la présence de minerai sur place n’est pas un facteur déterminant dans l’installation d’un atelier de réduction directe. C’est sans doute plus le bois qui détermine, d’un point de vue technique, ce type d’implantation. Les exemples manceaux confortent, en effet, l’existence de transport de minerai sur de moyennes distances, dès l’Antiquité. C’est, en outre, à cette dernière période qu’on perçoit une nette rationalisation de l’approvisionnement des ateliers de réduction en minerai et en bois, peut-être dans le cadre d’un encadrement plus rigoureux de la chaîne de production sidérurgique. Ceci ouvre sur des interrogations concernant le statut juridique et la propriété des installations de production et des terrains, questions qui sont développées plus loin (infra p. 268). En tout état de cause, il ne fait pas de doute que cette rationalisation a un impact sur le volume de métal produit et donc sur l’économie.

L’impact économique

99La structuration de la chaîne de production sidérurgique, assortie d’un progrès technique – qui reste à comprendre –, a très probablement entraîné à l’époque romaine une très forte augmentation du volume de métal produit. Le seul site de Roche Brune, qui est un atelier moyen, a dû produire près de 1100 t de fer travaillable en environ un siècle. Or ce site n’est pas isolé : il s’inscrit dans la zone de production de Sillé. Même s’il n’est pas encore possible de généraliser le rendement calculé pour le site de Roche Brune, on peut présumer que les sites de la forêt de Sillé ont produit de très importantes quantités de fer, sans doute plusieurs milliers de tonnes, en deux ou trois siècles (la majorité des sites étant datés de l’Antiquité et surtout du Haut-Empire).

100L’exemple de la forêt de Sillé montre une très forte structuration de la production sidérurgique, avec une chaîne opératoire compartimentée et une production de masse. On peut raisonnablement envisager que la quantité de fer issue de cette zone dépasse les besoins en fer de la population locale (région de Sillé). Il est donc dans ce cas probable que le fer produit en forêt de Sillé a été exporté au moins à l’échelle régionale (jusqu’à Jublains, au Mans ou plus loin ?).

101Bien sûr, cette conclusion n’est pas révolutionnaire. Cela fait longtemps que les chercheurs spécialistes de la sidérurgie ancienne sont convaincus qu’une bonne partie de la production sidérurgique romaine des Gaules est vouée au commerce à plus ou moins longue distance. D’ailleurs, les barres de fer des épaves antiques de la côte méditerranéenne sont là pour le prouver (Coustures et al. 2006). Toutefois, les évaluations dont on dispose pour le site de Roche Brune et la forêt de Sillé sont encore trop rares pour démontrer que c’est le cas partout. Ainsi, à l’échelle de la région étudiée ici, seules trois zones pourraient répondre à ce type de productions : celle de Sillé, le pôle b de celle de Charme et celle de Lavardin/La Bazoge, ces deux dernières encore très mal connues. Pour le reste, il n’est pas possible de qualifier le rôle économique des sites repérés, et ce quelle que soit leur taille. Dans certains cas, les dimensions ou la situation topographique permettent même de relativiser l’importance des ateliers : c’est notamment le cas des plus petits ferriers (inférieurs à 300 m2). Par ailleurs, les amas de scories situés le long de voies terrestres sont peut-être les témoins d’ateliers qui diffusaient leur production par la voie qui les longeait sans qu’on puisse définir à quelle distance était exporté le métal. Certaines petites zones devaient écouler sur le marché local (marché le plus proche), notamment celles qui sont situées à proximité des agglomérations ou des points de passage, comme celle d’Aron pour Jublains ou de Laval à proximité d’un gué sur la Mayenne.

102L’image qui se dégage de l’exemple du Bas Maine est celle d’une production sidérurgique à deux échelles : celle, très fortement structurée, produisant en masse pour l’exportation à l’échelle régionale ou supra-régionale (pour la cité entière et peut-être ses voisines) et celle, plus modeste et plus dispersée, qui répond seulement à la demande en fer de la population locale (marché ou agglomération la plus proche). Ici non plus, cette distinction n’est pas nouvelle ; toutefois, les zones de production étudiées jusqu’ici sur le territoire national pour l’époque romaine ont toujours été de première importance : Montagne Noire, forêt d’Allogny, région d’Argentomagus, Morvan (c’est moins vrai pour la période médiévale, pour laquelle on a étudié des ensembles plus modestes en Lorraine et dans le Jura suisse : Leroy 1997 ; Eschenlohr 2001). Les petites zones perçues ici, qui correspondent à une échelle de production bien inférieure et donc à une économie plus locale, n’ont souvent pas ou que peu été commentées, alors qu’elles doivent être les plus nombreuses. Cette petite production, qui peut être évaluée à quelques centaines de mètres cubes de scories produites en plusieurs siècles, est sûrement la trace d’une économie locale du fer, et ce à toutes les périodes.

L’absence des vestiges de post-réduction

103Les conclusions établies pour l’organisation de la phase de réduction ne peuvent malheureusement pas être élargies aux étapes postérieures de la chaîne opératoire dans le Bas Maine, faute de vestiges. L’indigence des données concernant les sites de post-réduction dans cette région par rapport à d’autres, notamment le Bassin parisien (Bauvais 2007) ou le Haut-Auxois (Mangin et al. 2000), s’explique par le manque d’opérations archéologiques dans la région, aussi bien préventives que programmées (tout du moins pour les périodes historiques). Ceci nous prive des étapes essentielles menant du fer brut issu du bas fourneau à l’objet fini, notamment celle de l’épuration.

104Aucune installation dévolue à ce dernier type d’opération n’a encore été identifiée de manière sûre dans la zone étudiée ici. On ne peut donc pas saisir, à l’échelle du territoire, le transfert des semi-produits entre les ateliers de réduction et ceux de forges d’épuration puis d’élaboration, dont les seuls connus sont situés dans la capitale de cité d’époque romaine, Jublains (Sarreste à paraître a). Espérons que les futurs travaux du contournement de la ville de Mayenne et du tracé de la ligne ferroviaire à grande vitesse Le Mans-Rennes, qui traverse tout le Bas Maine, permettront de combler, au moins en partie, cette lacune.

Les données sur l’organisation de la production sidérurgique dans le Bas Maine avant et après la période romaine

Protohistoire

105Les données à disposition concernant l’organisation de la production sidérurgique des périodes antérieures au Haut-Empire sont très rares pour la région étudiée. La plus ancienne trace de métallurgie du fer est une scorie piégée découverte hors contexte, datée par radiocarbone de la période de Hallstatt. On ne peut donc pas conclure en ce qui concerne le cadre de production à cette époque (bas fourneau isolé ou ateliers regroupant plusieurs structures de réduction ?). On a déjà vu qu’on ne connaît pas, dans le Bas Maine, de sites de production de masse utilisant des structures à scories piégées. La production de fer au début de la sidérurgie dans la région a donc dû être modeste. Ceci s’accorde d’ailleurs avec la rareté des objets en fer antérieurs au ve siècle (une seule épée à sphère, découverte dans le lit de La Jouanne à Neau (Mayenne), pourrait être datée de cette période dans la zone d’étude : Belhoste, Bouvet 2003 : 34). Toutefois, aucun site d’habitat de cette période n’est encore connu dans la région et il est pour l’instant impossible de qualifier la structure exacte de la société dans laquelle la sidérurgie s’installe ici. On ne connaît donc ni le cadre ni le débouché de la production des premiers ateliers de réduction du minerai de fer du Bas Maine, ni l’usage des objets qui étaient confectionnés avec ce métal (objets de parure, armes, outils agricoles ?).

106Pour le deuxième Âge du fer, seule la fouille du site de La Glanerie, à Athée (Mayenne), permet de supposer le traitement de minerai dans le cadre d’un habitat enclos (ferme) de La Tène moyenne. Aucun bas fourneau n’a été découvert dans l’emprise des sondages, mais, les blocs de scorie pesant parfois plus de 10 kg, on peut raisonnablement proposer qu’ils viennent d’un atelier tout proche. Cette ferme gauloise ne se différencie pas d’autres installations du même type et de la même période dans la région. La production de fer sur ce site ne peut donc être mise en lien avec un statut différent des occupants. Par ailleurs, une scorie piégée datée par radiocarbone de La Tène moyenne, découverte à proximité de la forêt de Sillé, prouve la production sidérurgique à cette période. Là aussi les vestiges paraissent isolés et l’on peut supposer que la production de métal était limitée. Contrairement à la période précédente, les découvertes archéologiques régionales attestent l’usage de ce métal pour divers usages (armement, construction, habillement, outillage) mais encore dans des proportions limitées (entre 100 et 200 objets pour tout le Maine d’après Belhoste, Bouvet 2003 : 34-35).

Moyen Âge

107Seuls trois sites de la zone d’étude ont été datés du Moyen Âge. On ne peut guère en tirer de conclusion concernant l’organisation de la production durant cette longue période. On possède toutefois un faisceau d’indices tendant à prouver qu’une part des ferriers repérés dans le sud-ouest du département de la Mayenne serait datable du Moyen Âge central et dépendrait, pour partie, de l’abbaye de La Roë. Ces arguments ne suffisent pourtant pas à accorder aux religieux un rôle prédominant dans la production sidérurgique du nord de l’Anjou médiéval. L’unique témoignage irréfutable est celui de l’acte 122 du cartulaire de Notre Dame de la Roë (Cartulaire...). S’il atteste bien l’existence d’ateliers de réduction dépendant de l’abbaye, il paraît néanmoins bien isolé. Si cette activité avait été prééminente, elle aurait sûrement laissé d’autres traces dans ce riche recueil de plus de 200 chartes. L’abbaye de La Roë ne peut donc pas être rapprochée du rôle joué par l’ordre de Cîteaux, notamment en Bourgogne, dans le développement d’une sidérurgie dynamique fondée sur le faire-valoir direct (Gille 1968). En effet, cette abbaye de chanoines réguliers suivant la règle de Saint-Augustin ne semble pas avoir été un acteur important de la sidérurgie régionale, ce qui s’accorde avec les constatations faites par M. Arnoux (1991) sur les ordres religieux et la production du fer en Normandie.

108En revanche, les textes des xive-xve siècles, concernant la région de La Ferrière-aux-Étangs (Orne), au nord de la zone d’étude, montrent les oppositions existant entre les ateliers de la communauté des férons de la minière de Beaumont et ceux appartenant aux seigneurs laïcs, notamment pour l’approvisionnement en minerai et l’exploitation du bois. Malheureusement, il n’a pas été possible d’associer de manière certaine les ferriers découverts dans ce secteur avec l’activité médiévale connue par les textes. Il reste néanmoins fort probable que certains de ces ateliers, repérés sur la commune de La Ferrière-aux-Étangs ou autour de la forêt actuelle d’Halouze, sont bien ceux des férons de la minière de Beaumont dont les textes étudiés par M. Arnoux (1993) placent les ateliers précisément dans ces lieux.

109Une série de cartes postales du début du xxe siècle apporte ici quelques informations complémentaires sur la sidérurgie médiévale normande et ouvre de nouvelles perspectives de recherches. Quatre cartes postales datées des années 1906 et 1907 montrant la récupération des ferriers de la région ont été réunies par M. Hubert. Une concerne notre zone d’étude et plus précisément la commune de Lignières-Orgères, dans le nord-est du département de la Mayenne, où une petite zone de production, de troisième niveau, a été reconnue. Les trois autres illustrations concernent une autre commune relativement éloignée de notre région, celle de Glos-la-Ferrière (Orne). Ce lieu est connu par les textes médiévaux pour avoir été le siège du métier des férons de Normandie (Arnoux 1993 : 70-83). C’est ici que se tenaient les réunions annuelles de cette communauté de sidérurgistes indépendants, la mieux connue de la Normandie avec celle de la minière de Beaumont, dont on vient de parler.

110Les cartes postales montrent dans cette commune de très importants amas de scories, dont les coupes dépassent sans doute les 10 m de hauteur. L’importance de ces ferriers a même justifié l’emploi de machines à vapeur pour leur récupération, engins encore peu courants dans les campagnes avant la Première Guerre mondiale. La répétition de ces scènes pourrait indiquer qu’il existe plusieurs chantiers ou du moins que cette activité a été importante dans cette commune. En outre, le nom de Glos-la-Ferrière apparaît dans plusieurs courriers des ingénieurs des mines du département de l’Orne au xixe siècle, signalant la présence d’anciens vestiges sidérurgiques. Il serait donc tentant de voir dans ces mentions récurrentes la trace des ateliers des membres du métier des férons de Normandie. Les données archéologiques font malheureusement encore défaut. Comme la Sarthe, le département de l’Orne possède un fort potentiel sidérurgique. Celui-ci a été démontré récemment par la fouille de l’atelier du Buisson à Saint-Évroult-de-Monfort sur le tracé de l’A28 nord (Alençon-Rouen) et par la découverte de plusieurs ferriers dans la forêt de Bellême (Langlois 2005 ; Morand 2007). Une étude systématique à grande échelle, semblable à la présente recherche, reste à faire.

111L’absence de datation des sites repérés dans les deux zones de production concernées par les mentions d’activités sidérurgiques médiévales ne permet pas d’établir fermement le lien entre l’organisation connue par les textes avec les vestiges localisés sur le terrain. Ceci ne semble toutefois pas impossible. L’étude plus approfondie des ferriers (sondage et datation des sites) du département de l’Orne ou du nord du Maine-et-Loire permettrait sans doute d’apporter des éléments sur cette question.

LES HOMMES DU FER

112Les premiers intervenants de la métallurgie du fer, ceux qui collectent et transportent les matières premières ne nous sont malheureusement pas connus. On peut néanmoins poser plusieurs questions les concernant : l’extraction était-elle réalisée par les mêmes personnes que l’abattage du bois et/ou la réduction ? Comment et par qui était accompli le transport du minerai et du charbon jusqu’à l’atelier ? Où étaient effectués les éventuels traitements minéralurgiques et le charbonnage ? Ces opérations étaient-elles réalisées durant des périodes d’arrêt de la production (hiver ?) ? Quels liens entretenaient mineurs, charbonniers et sidérurgistes, s’ils n’étaient pas les mêmes ? On ne peut malheureusement apporter aucune réponse à ces questions sur la base de la documentation archéologique.

113La perception des hommes officiant dans les ateliers sidérurgiques, quelle que soit la phase de la chaîne opératoire envisagée, est, elle aussi, très délicate. On ne peut pas, le plus souvent, connaître avec exactitude leur statut juridique (artisan libre, ouvrier salarié, esclave ?), leur nombre, leur âge, leur état de santé ou même leur sexe : y a-t-il des femmes dans les ateliers de réduction et, si oui, ont-elles une relation familiale avec les autres artisans (équipe familiale) ? De manière générale, en l’absence de données textuelles ou anthropologiques (ces dernières ne pouvant provenir que de la fouille de nécropoles), on est obligé de prendre en considération le mobilier recueilli dans ces ateliers afin d’essayer de percevoir au moins la situation de ces artisans par rapport aux populations des autres occupations de la même époque. Bien sûr, cette démarche doit être menée avec prudence.

Les opérateurs de la réduction directe à l’époque romaine

114La fouille du site de Roche Brune a permis la mise au jour d’un très abondant lot de mobilier, sous la forme de rejets domestiques en dépôt secondaire : plus de 2 000 tessons de céramiques, quelques fragments de verre, une vingtaine d’objets en fer et près de 230 fragments de briques murales d’hypocauste, ici vraisemblablement en remploi, indiquent qu’il y avait ici un habitat probablement permanent. L’échantillon céramique a été comparé à celui d’un niveau de rejet extérieur fouillé dans la capitale diablinte (La Grande Boissière), à proximité d’un bâtiment qui fonctionne avec un atelier de forge durant le Haut-Empire (Chuniaud, Mortreau 2002). Cette mise en parallèle montre que l’assemblage céramique de l’atelier rural se différencie peu de celui de l’habitat lié à la forge urbaine, si ce n’est par la présence plus importante dans ce dernier d’amphores régionales et d’importations. Ceci permet de penser que les occupants de l’habitat de Roche Brune n’étaient pas isolés du monde ; ils possédaient le vaisselier gallo-romain traditionnel : vases de stockage, mortiers, assiettes, production sigillée et même une amphore à huile d’olive venue d’Espagne. Ils ne vivaient donc apparemment pas dans la pauvreté. On peut d’ailleurs tirer des conclusions semblables des quelques ferriers d’époque romaine ayant livré en surface plusieurs dizaines de tessons de céramique sigillée. Sans parler d’opulence – cette vaisselle vernie ne relevant pas du luxe – on est néanmoins loin de l’image misérabiliste traditionnellement accordée aux artisans de l’Antiquité (Ferdière 2005b). Une constatation similaire peut d’ailleurs être faite pour les artisans de Jublains-Noviodunum : le lot céramique étudié par K. Chuniaud et M. Mortreau (2002) montre que les occupants de l’unité artisanale avaient un approvisionnement céramique diversifié, sans pour autant être riche.

Les férons médiévaux

115La fouille d’un petit ferrier du bas Moyen Âge sur le site de Roche Brune a livré près de 200 tessons de céramique. C’est malheureusement insuffisant pour vraiment rendre compte du niveau social des artisans qui opéraient dans un atelier dont la nature exacte nous échappe.

116Toutefois, le texte transmis par A. Surville (1920) indique que les artisans opérant dans les ateliers des férons de Normandie, appelés « vallets » ou « ouvriers », étaient salariés et avaient même droit à une remise sur la marchandise produite. Ils dépendaient d’un patron, le maître féron, qui pouvait posséder plusieurs ateliers. Il est d’ailleurs probable que ce dernier régissait la production sans intervenir directement dans l’atelier. Dans le cas présent, le seigneur – et par extension le bailleur de la forge seigneuriale – avait le droit de recruter chaque année n’importe quel ouvrier dans les ateliers de la paroisse (Surville 1920 : 39-40). C’est d’ailleurs ce privilège exorbitant qui a occasionné les procès qui nous permettent d’entrer ici dans les détails du fonctionnement d’un atelier de réduction et de forge du bas Moyen Âge en Normandie.

Les responsables de la production

117On vient de le voir, les textes permettent de connaître, pour le Moyen Âge, les noms et/ou le statut juridique de quelques responsables ou bénéficiaires de la production sidérurgique, qu’ils soient seigneurs laïcs, religieux, bailleur d’une forge seigneuriale ou hommes libres, comme les maîtres férons. Ces informations ponctuelles rendent compte de la complexité de la gestion de la production sidérurgique médiévale déjà mise en lumière par ailleurs (Arnoux 1993 ; Gille 1968).

  • 8 Personnage connu par trois inscriptions de Sardaigne où il finit sa carrière comme procurateur de c (...)

118Pour l’Antiquité, le cursus honorum de M. Cosconios Fronto8 permet d’établir que la charge de procurator ferrariarum des Gaules est de rang équestre et appartient à l’échelon centenaire (Pflaum 1960 : 706-709 ; 1978 : 135-143 ; Sablayrolles 1989 : 157). En effet, ce chevalier, dont l’origine est malheureusement inconnue, remplit cette charge après celle de sous-préfet de l’annone à Rome. Ceci montre toute l’importance qu’accordait l’Empire aux gisements de fer et à leur exploitation, sûrement en raison de la richesse qu’ils produisaient. Une constatation semblable peut être faite pour le Viducasse T. Sennius Solemnis, qui doit très probablement à sa charge de judex arcae ferrariarum l’honneur de se voir édifier une statue par le Conseil des Gaules à Vieux-Aregenua, dans sa cité d’origine (CIL, XIII, 3162 ; Pflaum 1948). La production sidérurgique devait donc être une source d’enrichissement non négligeable pour ceux qui l’encadraient.

119Malheureusement, on ne possède pas d’information aussi précise et détaillée pour la région envisagée ici. Il est toutefois possible de signaler au nord de la zone de Sillé, la villa de Roullée à Mont-Saint-Jean (Sarthe) situé à moins de 800 m du plus important ferrier de la zone de production de Sillé et de la zone d’étude. Cet établissement est connu depuis le milieu du xixe siècle, époque à laquelle la partie thermale de la résidence a été fouillée. Villa et ateliers sidérurgiques sont contemporains et les fouilles récentes attestent de la réalisation d’opérations d’épuration dans l’un des bâtiments de l’établissement rural.

120En Gaule et en Grande-Bretagne, des balnéaires ont été découverts à proximité de trois sites de réduction directe romains : le Chêne-de-Haut-le-Pied à Joigny (Yonne) (Lacroix 1957), Beauport Park (East Sussex, Grande-Bretagne) (Brodribb, Cleere 1988 ; Cleere, Crossley 1995 : 71, fig. 71) et le Domaines des Forges aux Martys (Aude) (Domergue et al. 1993 :164-198). Dans les trois cas, les édifices sont apparemment contemporains de l’activité sidérurgique : ils sont construits dans deux cas sur les scories et ils ont été recouverts par elles après leur abandon. Dans les trois cas, ils voisinent avec de très importants ferriers, dépassant de loin ceux de la forêt de Sillé : la description ancienne du site de Joigny rapporte l’existence de deux buttes de scories de 15 m de hauteur et de 150 m de diamètre (soit un peu moins de 170 000 m3) (Hure 1919 : 64-65) ; le volume du Grand Ferrier du Domaine des Forges est estimé entre 140 000 et 200 000 m3 (Decombeix et al. 1998 : 85) ; enfin, H. Cleere indique un volume de 30 000 m3 pour le ferrier de Beauport Park (Cleere 1976 : 238). Les trois édifices ont des dimensions comparables entre eux et avec celui de Roullée et sont subdivisés en petites pièces.

121Deux autres sites pourraient s’intégrer à cette courte série. Le premier est un petit balnéaire mis au jour à Macquenoise en Belgique et qui se trouverait lui aussi à proximité de sites de réduction directe du fer romain dont l’importance est malheureusement mal connue (Brulet 1985). En effet, les recherches récentes relativisent fortement l’importance de la production sidérurgique sur le territoire belge (Domergue, Leroy 2000b ; voir bilan bibliographique dans Polfer 1999b). Ce dernier site ne peut donc être fermement retenu dans le type de sites envisagé ici. Un dernier cas peut être rapidement évoqué. Il ne nous est connu que par une mention ancienne (Roger 1835). Le Baron Roger décrit en 1835 un important ferrier romain situé sur la rive gauche de la Loire, à 500 m du fleuve, derrière le domaine de La Motte-Saint-Firmin à Châtillon-sur-Loire (Loiret). Il indique qu’il a fait mener des fouilles à environ 150 m en amont de ce site et a découvert plusieurs murs maçonnés en petit appareil à arase de briques, parmi lesquelles il distingue deux pièces. L’une d’elles présentait les caractéristiques d’un balnéaire (hypocauste, enduit de chaux hydraulique). Rien ne permet d’affirmer – ni d’infirmer – que les deux sites sont contemporains.

122Le balnéaire mis au jour aux Martys (Aude) a été interprété comme des bains collectifs destinés aux artisans officiant dans les ateliers de réduction (Domergue et al. 1993 :197-198). Il en va de même de ceux de Beauport Park, dont H. Cleere considère qu’ils appartiennent à un « type militaire » (Brodribb, Cleere 1988 : 191). Il faut rappeler que ce site a livré de nombreuses tuiles portant les lettres CLBR, marque de la Classis Britannica, la Flotte impériale (Cleere 1974). Malgré l’avis de B. Lacroix, l’interprétation est sans doute la même pour le site de Joigny (Lacroix 1957 : 37).

123L’établissement de Roullée se distingue de ces exemples : on ne perçoit pas les subdivisions en petites pièces ni la logique du cheminement propre à un balneum. Il est donc difficile d’affirmer que le site s’intègre bien à la courte liste citée ci-dessus. Toutefois, le plan qu’on possède est très schématique et incomplet. Il ne figure pas en particulier la position des pilettes de l’hypocauste signalé par E. Hucher et ne précise pas les niveaux de sol des diverses pièces, éléments qui auraient pu permettre de mieux apprécier l’organisation du bâtiment.

124D’autres constructions ont été mises en évidence à proximité de sites sidérurgiques, notamment plusieurs bâtiments d’habitats relativement luxueux parfois associés à d’autres installations. Tout d’abord, le site du Domaine des Forges a livré deux autres bâtiments, à des niveaux stratigraphiques différents de celui du balnéaire présenté ci-dessus : un bâtiment de stockage de vivres (« le bâtiment aux doliums ») et un autre interprété comme une réserve à charbon (Domergue et al. 1993 :127-202). Un autre site de cette région est particulièrement intéressant : celui du Co d’Espérou à Saint-Denis (Aude). Sur ce site a été découvert, en amont d’un ferrier de 5 ha datable du iie siècle, un vaste bâtiment de 46 x 15 m construit dans les scories avec un bassin bordé d’une galerie couverte, une salle à hypocauste, des murs recouverts d’enduits peints (Sablayrolles 1982 :185). Ce site, construit en deux phases – au ier siècle pour les deux tiers ouest et au iie siècle pour la partie orientale –, a fourni en particulier un lot anormalement important de verrerie (Marty, Maraval 2003). La contemporanéité du second état avec l’activité sidérurgique fait ici peu de doutes. Enfin, la villa de La Férolle à Nozières (Cher) se trouve dans une zone sidérurgique et des scories ont d’ailleurs été utilisées dans les fondations des bâtiments (Barbé et al. 1987).

125L’opulence apparente du balnéaire de la villa de Roullée (mosaïque, enduits peints, hypocauste) indique ici la résidence d’un personnage aisé dont les revenus pourraient bien être, pour partie au moins, issus de la production sidérurgique. Il s’agit encore d’une hypothèse fragile mais elle s’accorde bien avec les constatations faites sur la répartition des ferriers de cette région mais aussi avec les autres exemples présentés ci-dessus.

LA PLACE DE LA SIDÉRURGIE DANS LE TERRITOIRE

Tableau chronologique de la production sidérurgique dans le Bas Maine

Un temps fort : l’époque romaine

126Si deux datations radiocarbones et une découverte en contexte archéologique attestent la réduction directe du fer durant les périodes de Hallstatt et de La Tène ancienne et moyenne, aucun site sidérurgique du Bas Maine n’a, en l’état des recherches, été daté de La Tène finale ou même du siècle qui suit la Conquête (50 av. - 50 ap. J.-C.). Le mobilier céramique le plus ancien recueilli sur les ferriers n’est datable que du milieu du ier siècle ap. J.-C. On peut sans doute voir là le reflet des difficultés inhérentes à la reconnaissance des céramiques protohistoriques, généralement plus sombres et donc moins visibles en surface, et plus rares que les productions de tradition gallo-romaine, même si ce n’est pas vraiment le cas des céramiques augustéennes, très bien connues et reconnaissables. Ceci pourrait également être le signe du démarrage d’une production plus importante à cette dernière période, en lien avec l’organisation plus rationnelle évoquée ci-dessus et le développement général observé alors dans les villes et les campagnes des Trois Gaules. Parallèlement, aucun site du Bas Maine ne fonctionne avec certitude entre la fin du iiie siècle et le milieu du xiie siècle. Il n’est malheureusement pas possible de dire si ceci est dû à un véritable hiatus long de plus de huit siècles (la production sidérurgique s’arrêterait à la fin du Haut-Empire et ne reprendrait qu’au Moyen Âge central) ou à une lacune documentaire due aux difficultés de reconnaissance des fossiles directeurs de ces périodes – surtout pour le haut Moyen Âge – dans la région. Toutefois, l’absence de site daté de ces époques laisse présumer une production sidérurgique peu importante – voire inexistante ? – durant le Bas-Empire et jusqu’au début du Moyen Âge central. En se fondant sur les quelques datations dont on dispose (47 des 55 sites liés à la réduction datés sont gallo-romains) et sur le lien supposé entre scories en plaquettes et époque romaine, on peut sans doute dire que c’est à cette dernière période qu’a lieu l’essentiel de la production du fer dans le Bas Maine. C’est en effet dans l’Antiquité – et peut-être plus spécifiquement durant le Haut-Empire – que fonctionnent les plus grandes zones de production (celles de Sillé, de Charnie et de Lavardin/La Bazoge) et c’est de ce dernier faciès de déchets que sont composés les plus importants ferriers de la région.

127Ce constat doit être mis en relation avec le phénomène de romanisation. On l’a dit, la période romaine s’accompagne dans plusieurs régions d’une structuration plus forte de la production sidérurgique, qui va de paire avec une augmentation de la quantité de métal produite. Dans le Bas Maine, ce phénomène a été associé, encore de manière hypothétique, à un changement technique permettant un gain notable dans le traitement du minerai de fer et entraînant la production de déchets spécifiques. Ces mutations sont-elles en lien avec l’acculturation consécutive à la Conquête ? Ou, plus précisément, est-ce que le changement de procédé technique qu’on soupçonne, la compartimentation de la chaîne opératoire et la gestion plus raisonnée de l’approvisionnement des ateliers de réduction sont des apports extérieurs – venus du monde méditerranéen ? – ou sont-ils l’aboutissement de l’évolution et de la rationalisation d’une sidérurgie gauloise active au moins depuis La Tène ancienne ? On a vu que l’organisation des ateliers en batterie, indiquant une rationalisation des tâches, est connue dès le milieu du ier siècle av. J.-C. sur le site du domaine des Forges, aux Martys (Aude) située dans la Transalpine, conquise par Rome depuis 121 av. J.-C. La création de ce centre de production aurait des origines italiennes, si l’on se fie à la céramique découverte sur place (Domergue et al. 1993 : 362-364). Elle pourrait même, très hypothétiquement, être en rapport avec la Conquête, César étant alors proconsul de la province (Domergue et al. 2003). Il est donc possible qu’il y ait un lien entre structuration et influence romaine (Domergue et al. 2006). Toutefois, d’un point de vue technique, on ne sait pas si les bas fourneaux encastrés, du modèle dit des Martys, qu’on retrouve dans une version locale à Roche Brune, sont le fruit d’une influence méditerranéenne. Par ailleurs, la question se pose de la transmission d’une technique nouvelle amenant à l’augmentation sensible du rendement de la réduction, qu’on soupçonne à partir des analyses chimiques des déchets du Bas Maine et du calcul de rendement d’un unique atelier sarthois. Il est malheureusement encore impossible de répondre, en l’absence de données précises sur les techniques sidérurgiques mises en œuvre en Italie dans l’Antiquité, notamment en Étrurie où se trouvent les grands amas de scories de Populonia. Des calculs semblables à ceux effectués ici restent donc à faire dans de nombreuses régions de France et d’Europe pour savoir si des phénomènes de transfert technique existent au sein de la filière directe et, si oui, dans quel sens ils se sont faits.

128On ne peut donc pas conclure sur une éventuelle influence méditerranéenne ou romaine dans la rationalisation et le changement technique mis en évidence ou supposé pour la production sidérurgique dans le Bas Maine, à partir du milieu du ier siècle ap. J.-C. On peut toutefois souligner que des phénomènes semblables ont été identifiés de longue date pour d’autres artisanats, à la même époque. C’est notamment le cas de la production céramique, qui connaît un très fort développement à cette période avec la concentration des activités dans de vastes ateliers de potiers et la production de masse de formes standardisées largement diffusées (sigillée notamment) qui traduisent certainement une recherche de profits accrus.

129Les changements observés pour la sidérurgie ne sont donc pas isolés et sont contemporains de l’installation dans les campagnes des Trois Gaules de vastes villae construites « à la romaine » et de la structuration des villes (mise en place de réseaux viaires orthogonaux, construction de fora, de temples et d’édifices de spectacle) selon des modèles venus de Méditerranée. Ces changements sont sensibles dans l’ouest des Gaules dans la seconde moitié du ier siècle ap. J.-C. (Maligorne 2006 :166). Ils interviennent plus d’un siècle après la conquête césarienne et près de trois générations après la réorganisation des Gaules par Auguste et ils ne peuvent donc pas être mis au crédit d’une influence directe de Rome. Ces changements seraient plutôt le résultat de l’assimilation de principes techniques et économiques dont l’origine exacte demeure difficile à établir mais dont une part vient sans doute du bassin méditerranéen : plus que dans une « romanisation », les mutations observées dans l’organisation de la production sidérurgique s’inscrivent sans doute dans un phénomène d’évolution des mentalités économiques des artisans et des maîtres de domaines des Gaules, orientées vers la production de masse et le profit, et ce sous l’influence des modèles venus plus spécifiquement d’Italie.

Une sidérurgie médiévale discrète mais active

130Une seconde période de production sidérurgique semble pouvoir être évoquée dans le Bas Maine : l’époque médiévale, et plus précisément les xie-xiie siècles et xive-xve siècles (aucun site n’est daté avec certitude du xiiie siècle). Les données archéologiques sont ici encore très minces mais l’apport des textes permet sans aucun doute d’identifier deux zones de production actives durant ce laps de temps : le sud de la Mayenne pour le Moyen Âge central – et peut-être plus largement une majeure partie des sites implantés sur le synclinal de Martigné-Lerchaud – et la région de La Ferrière-aux-Étangs (Orne) pour le bas Moyen Âge.

131Il est encore impossible de vraiment qualifier l’importance de la production médiévale, en l’absence de datation des ferriers repérés au sol. On peut toutefois pressentir que celle-ci est moindre que la production antique. Dans le nord de la zone d’étude, certains des ateliers sont probablement contemporains de l’apparition du procédé indirect dans la région, sans qu’on sache encore si des installations intermédiaires (réduction directe mais ventilation hydraulique) ont existé ici (plusieurs ferriers ont été retrouvés à proximité de cours d’eau et à faible distance d’un haut-fourneau d’époque moderne). Seuls des sondages et des analyses portant sur ces sites permettront de faire avancer nos connaissances sur la phase de transition entre les filières directe et indirecte, entre la fin du Moyen Âge et les Temps modernes.

132La faiblesse des données acquises sur la chronologie des sites de production dans le Bas Maine (seulement 55 sites datés sur 426) rend délicat l’établissement d’un tableau de l’évolution de la sidérurgie au sein de ce territoire. On peut toutefois avancer deux points.

133Le premier concerne l’époque romaine. L’importance accordée à celle-ci dans ce travail est en grande partie due à la plus grande facilité de reconnaissance du mobilier de cette période à la surface des ferriers. Toutefois, il semble bien que c’est durant l’Antiquité qu’a lieu la majeure partie de la production sidérurgique dans le Bas Maine. Celle-ci est contemporaine du développement général observé dans divers domaines économiques et sociaux des Gaules à cette époque.

134Le second point concerne l’autre période de production attestée dans la région étudiée ici, celle du Moyen Âge, qui n’est connue que par quelques documents écrits et des sites encore très rares. Les datations manquent pour en établir l’importance et la chronologie exacte. Il en va d’ailleurs de même de la Protohistoire, pour laquelle les quelques sites datés sont insuffisants pour percevoir les caractères de la production sidérurgique durant cette longue période. Pour acquérir ces données, la poursuite des investigations de terrain s’impose.

135Si l’on ne peut encore conclure de façon ferme sur l’importance à accorder à la production sidérurgique en fonction des époques, la distribution des sites à travers le territoire montre que certaines contraintes d’implantation des ateliers de réduction sont communes à toutes les périodes.

La sidérurgie dans le territoire

136À la suite de l’étude de l’atelier de production céramique gallo-romain de La Boissière-École (Yvelines), B. Dufaÿ (1999) a publié un article portant sur la relation des ateliers de potiers avec le territoire, intitulé « Potier, terre et terroir ». Les questionnements qui y sont développés sont très proches de ceux évoqués ici pour la sidérurgie, limités à la phase de réduction. De fait, l’installation d’ateliers de chacun de ces deux artisanats repose sur trois types de contraintes, déjà largement évoquées depuis le début de ce travail, et qui sont souvent des déterminismes dans l’étude de ces sites (ibid. : 261) : les contraintes techniques (ou écologiques pour B. Dufaÿ), économiques (de nature commerciale) et sociales (de nature politique et administrative).

Les contraintes techniques

137Les contraintes techniques sont liées à l’approvisionnement en matières premières de l’atelier et ont déjà largement été discutées dans le cadre du sous-chapitre précédent (supra p. 251). En définitive, on peut dire que celles-ci, bien sûr très fortes, sont loin d’être suffisantes pour expliquer la répartition de sites à l’échelle du territoire. En effet, le minerai peut être transporté, le charbon de bois peut être produit à une certaine distance de l’atelier et l’eau n’est pas réellement indispensable dans la chaîne opératoire sidérurgique (elle ne constitue d’ailleurs pas un facteur déterminant dans l’installation des sites de réduction du Bas Maine). Ces critères techniques influent néanmoins sur un facteur essentiel à notre sujet : le territoire. En effet, l’approvisionnement d’un atelier de réduction pérenne suppose qu’une aire soit dévolue à l’exploitation du minerai et une à celle du bois, sans qu’elles soient nécessairement figées, superposées ou même contiguës. On peut toutefois supposer que, la proportion de charbon nécessaire au traitement du minerai étant plus importante que celle de minerai, les ateliers s’installent au sein de la seconde, celle qui est destinée au charbonnage, et dont l’emprise doit donc être relativement fixe pour en assurer la gestion rationnelle (Dieudonné-Glad 1996). Ainsi, à chaque atelier correspondrait un territoire, dévolu à la production de combustible. On a vu, sur la base de l’exemple du site de Roche Brune, que celui-ci pouvait être relativement restreint, et ne pas dépasser quelques centaines de mètres autour de l’atelier. Il semble que, dans plusieurs cas, il soit possible de percevoir ce territoire d’approvisionnement à travers une sorte de « distance critique » séparant les sites : 1000 m ont été observés entre les plus importants ferriers dans la région d’Argentomagus – qui ne sont malheureusement pas tous datés et ne sont donc peut-être pas tous contemporains – (Agriculteurs... 1993 : 80), 500 à 600 m entre ceux qui bordent les voies du Bas Maine, entre 500 et 1000 m en forêt de Sillé. Ces distances pourraient correspondre à l’aire d’approvisionnement en combustible de chaque atelier, à supposer que ceux-ci soient contemporains.

Les contraintes économiques

138Les contraintes économiques sont, quant à elles, assez difficiles à discerner : la proximité d’un axe d’échange ou d’un lieu de marché peut constituer un premier angle d’approche, mais la valeur de cet argument repose en fait sur l’échelle de production et sur la destination de celle-ci (consommation directe par le producteur, commercialisation sur le marché local ou à plus longue distance). La tentative d’analyse spatiale réalisée dans le cadre de cette étude montre que les sites de réduction directe ne semblent pas particulièrement attirés par les cours d’eau. On ne peut toutefois pas en conclure que les plus importants d’entre eux, ceux qui étaient navigables à l’époque de la production, ne servaient pas, dans une certaine mesure, à la diffusion des semi-produits. De même, le calcul de distance entre les voies terrestres et les ferriers répertoriés dans le Bas Maine montre qu’il existe bien des ferriers proches des routes et d’autres très éloignés, mais l’interprétation de ces constats est largement tributaire de l’état de nos connaissances sur le réseau routier ancien. On peut seulement dire que, dans plusieurs cas, la proximité, et parfois l’ordonnancement, des sites entre eux laissent supposer qu’il y a bien un lien entre routes et ateliers de réduction (deux cas dans le Bas Maine : supra p. 114). Dans ce dernier cas, il est possible d’envisager que ces ateliers écoulaient directement le fer sur le marché, par l’intermédiaire de la voie qui les longe.

139L’étude de la répartition des sites de réduction directe datés dans le Bas Maine a mis en évidence la proximité répétée de ces ateliers avec des limites administratives anciennes ou des agglomérations. Ainsi, neuf des quinze zones de production identifiées dans cette étude se trouvent sur une limite administrative ancienne – au moins au Haut-Empire – (Charnie, Pail, Sillé, Meslay-du-Maine/Sablé-sur-Sarthe, Lignières-Orgères, La Ferrière-aux-Étangs, La Gravelle/Saint-Pierre-la-Cour, Saint-Michel-et-Chanveaux et Château-Gontier), sans qu’on puisse toujours attester la contemporanéité de celle-ci avec l’activité sidérurgique. Cela semble néanmoins être le cas pour certaines d’entre elles, notamment parmi les plus grandes, Charnie, Sillé, Pail, et deux plus modestes, La Gravelle/Saint-Pierre-la-Cour, Château-Gontier. Bien sûr, la présence de formations de minerai de fer plus riches, particulièrement au contact du Massif armoricain et du Bassin parisien, ne doit pas être étrangère à ce phénomène, mais elle ne peut expliquer que le minerai n’ait pas été exploité ailleurs. Cette situation trouve des parallèles dans d’autres régions : entre Éduens et Sénons (Avallonnais), entre ces derniers et les Carnutes (Puisaye) (Sarreste à paraître b). Il semble qu’il en aille de même pour la production céramique : depuis longtemps, les archéologues ont remarqué que certains ateliers de potiers gallo-romains se trouvent à proximité d’une frontière de province ou de cité, si ce n’est sur celle-ci (Jullian 1920-1926, V : 288, n. 1 et 287, n. 3 ; Jacob 1984 : 353 ; Dufaÿ 1999).

140La récurrence de ces cas doit être expliquée. La situation des sites de production sidérurgique le long des frontières supposées ne peut pas être complètement justifiée par la présence dans ces régions de ressource minière : le minerai est présent en de nombreux points du territoire (excepté sur le tiers nord-ouest) entre les synclinaux de Laval et de Mortain-Domffont. En revanche, on ne peut exclure la disponibilité dans ces secteurs de combustible abondant. Est-il possible que la situation des zones de production sidérurgiques aux abords de zones frontières soit due à la présence dans ces secteurs de grandes forêts ?

141L’idée de marches forestières séparant les territoires des peuples protohistoriques, des cités antiques ou des entités politiques médiévales doit être repoussée. La situation est en fait plus complexe : en effet, c’est la conjonction entre les ressources en minerai, en bois, mais aussi la réponse à un besoin qui entraînent l’installation d’ateliers de production sidérurgique. Dans ce cadre, la proximité d’une limite administrative pourrait répondre à un facteur économique. L’installation d’un atelier ou d’une zone de production en bordure de territoire pourrait permettre de s’ouvrir à un marché plus vaste, celui de deux cités par exemple – si l’on accepte que la Gaule romaine connaisse une économie de marché. La même remarque a déjà été faite pour les ateliers de production céramique (Jacob 1984 : 353 ; Dufaÿ 1999 : 273 ; A. Ferdière in Cribellier et al. 2005 : 386). Cette implantation ne signifie pas pour autant que la limite administrative ait une quelconque signification dans la diffusion de la production (un site implanté en territoire diablinte ne diffusant pas qu’en territoire diablinte et inversement).

142Ce type d’installation n’est toutefois pas une règle générale. On remarque la présence de concentration de sites de réduction antiques au coeur des territoires de cité. Elles sont très modestes du côté diablinte (peut-être Aron, sûrement Laval), beaucoup plus importantes semble-t-il en pays cénoman (zone de Lavardin/La Bazoge). C’est d’ailleurs le cas général dans les autres cités, notamment chez les Bituriges Cubes, où les zones de production antiques d’Allogny et d’Argentomagus se trouvent clairement au coeur de la cité (Dieudonné-Glad 1992 ; 2000 ; Agriculteurs... 1993 ; Dumasy et al. 2010).

143Un autre facteur peut entrer en ligne de compte : une moindre pression agricole. En effet, la périphérie des pôles de population était consacrée à la production vivrière de la cité. La demande des villes devait être satisfaite en priorité, devant les besoins de l’activité sidérurgique, fortement consommatrice de bois et de terrain (il faut tenir compte du fait que pour un atelier de réduction, il faut une zone d’approvisionnement en minerai, mais aussi en bois dont l’importance varie en fonction de la nature du boisement). Pour ces raisons, les zones de production majeures devaient être repoussées plus loin. Une autre proposition a été faite par J.-P. Jacob (1984) pour les ateliers de production céramique : ceux-ci se trouveraient à proximité des frontières car l’exploitation de ces terrains, le plus souvent éloignés des centres de population, serait moins coûteuse (éloignées de la ville, ces terres attireraient moins les convoitises des élites urbaines). Une hypothèse semblable peut éventuellement être avancée pour les ateliers de réduction directe du fer.

144Pour revenir à la question des marches forestières, il semble donc que ce phénomène ne puisse pas être argumenté par la présence de sites de production sidérurgique anciens. En effet, l’installation d’ateliers de réduction directe ne prouve pas que le boisement de ces secteurs était plus important qu’en d’autres points du territoire, mais peut-être seulement qu’il était soumis à une moindre demande en raison de son éloignement des agglomérations. Pour ce qui est de la population, les sites sidérurgiques prouvent bien, par leur présence même, que ces zones n’étaient pas des déserts humains. En outre, il faut souligner un point important : la cité des Diablintes est, comme la plupart de celles du nord-ouest des Gaules, très peu étendue ; si l’on accepte l’éloignement des sites de production des centres urbains pour des raisons d’économie vivrière, ceux-ci se trouvent rapidement aux marges du territoire de la cité. Enfin, il ne faut pas négliger le potentiel minier, condition sine qua non à l’installation d’un site de réduction directe. Dans le cas qui nous intéresse, il semble que la présence de plusieurs types de minerais différents, à la transition entre Massif armoricain et Bassin parisien (notamment celle des argiles à glauconie), ne soit pas étrangère à la concentration dans ce secteur des zones de production majeures, même en tenant compte ici de possibles transports de minerai à moyennes distances (de l’ordre de 10 km, par exemple). Cette remarque a surtout valeur pour le secteur de Charnie, où sont vraisemblablement exploités plusieurs types de minerai. Toutefois, il faut rappeler que le potentiel minier de la région d’Évron, ainsi que d’une bonne part du synclinal de Laval ou des argiles pliocènes de Château-Gontier n’ont jamais ou que très peu été mis en valeur avant l’introduction du procédé indirect. Le potentiel minier ne peut donc pas tout expliquer.

145Parallèlement, trois zones se trouvent à proximité d’une ville, capitale de cité ou agglomération secondaire (Aron, Lavardin/La Bazoge et Charnie), et une est associée semble-t-il avec une occupation encore mal définie (fermes ? ou agglomération) située à proximité d’un point de franchissement sur la Mayenne (Laval). On peut supposer dans ces cas que c’est – au moins en partie – la présence d’un débouché économique qui a motivé l’installation d’une zone de production, parfois assez modeste. L’exemple de Jublains pourrait conforter cette interprétation, mais malheureusement les données chronologiques manquent : il n’est pas sûr que les ateliers d’Aron, les plus proches, soient d’époque romaine. Ceci pose de nouveau le problème de la proximité des sites sidérurgiques avec les aires d’approvisionnement urbaine d’une façon différente de celle envisagée ci-dessus. Il serait trop naïf de penser que toute la production sidérurgique se trouve à bonne distance des villes. Celles-ci jouent en effet un double rôle économique : d’une part elles nécessitent la production de denrées alimentaires, de produits manufacturés, de matériaux de construction et de matières premières nécessaires à la vie de la population urbaine : c’est en cela qu’elles monopolisent et contrôlent sûrement strictement le territoire qui les entoure pour la production vivrière. Mais, d’autre part, le marché urbain est un centre de redistribution et de commercialisation qui attire naturellement les productions rurales, dont le fer, pour l’échange et c’est pourquoi on trouve, à une distance raisonnable de la ville, des sites de réduction directe dont la production devait, au moins en partie, être tournée vers le marché urbain. La situation semble être la même pour Bourges : les sites de la zone d’Allogny, les plus proches de la capitale biturige, sont à moins de 10 km (Dieudonné-Glad 1992 : 65, fig. 4). Pour le cas de l’agglomération secondaire d’Argentomagus, on remarque clairement un périmètre d’environ 3 km sans site sidérurgique, alors que la ville est cernée par les ferriers et que les mêmes formations de minerai sont présentes sur place (Dieudonné-Glad 2000 : 64, fig. 25). Il semble qu’il en va de même pour l’agglomération secondaire de Saulieu, au coeur de la zone de production du Morvan Auxois (Mangin et al. 1992 : fig. 56 à 59).

Les contraintes sociales

146Enfin, il faut envisager les facteurs sociaux, recouvrant à la fois le statut juridique des terrains exploités pour le bois et le minerai, mais aussi celui des installations de production, ainsi que les problèmes fiscaux, administratifs et éventuellement politiques de la production de fer. Ils sont évidemment très difficiles à cerner sur la base de la documentation archéologique, la seule ici disponible. Toutefois, on peut présumer qu’ils tiennent une place primordiale dans la distribution des sites dans le territoire. L’un des premiers caractères qui laissent présager de ces contraintes est la concentration des sites de production contemporains sur des aires le plus souvent restreintes.

147La présence de minerai ne peut être, on l’a dit, le seul argument avancé pour expliquer la concentration des sites. Ainsi, parmi les zones de production qu’on distingue, le plus souvent composées de sites de datations différentes, il existe des ensembles synchrones formant des entités propres. Ces unités sont connues dans le Bas Maine essentiellement à travers l’exemple de la forêt de Sillé, qui a fait l’objet d’une attention particulière, mais il pourrait en être de même du pôle de concentration b de Charnie ou de la zone de Lavardin/La Bazoge. Dans ces trois cas, la densité de sites est très forte, supérieure à 0,5 ferrier au kilomètre carré, sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés, soit une distance moyenne de 700 m entre deux amas. Si l’on raisonne en fonction de l’idée de « distance critique » exprimée plus haut, on peut imaginer dans ces cas que les aires d’approvisionnement en combustible de chacun des ateliers sont contiguës, en présumant que ces sites soient contemporains, ce qu’on ne peut malheureusement pas encore affirmer. Ceci pourrait expliquer l’absence apparente d’occupation contemporaine des ferriers constatée dans plusieurs régions comme à Sillé : tout le territoire serait dévolu à l’exploitation sidérurgique, sans laisser place aux activités agro-pastorales.

148Bien sûr, la mobilisation d’un territoire pour la production sidérurgique nécessite que le ou les propriétaires des terrains consacrent leur propriété à cette seule activité. On peut alors s’interroger sur les raisons qui ont amené à l’exploitation d’un secteur plutôt qu’un autre, aux richesses minières comparables. S’agit-il d’un choix du (des) propriétaire(s) foncier(s) ? Ou cela relève-t-il de l’autorité publique ?

149On possède pour l’époque romaine des documents écrits, juridiques et épigraphiques portant directement ou indirectement sur l’exploitation des mines. Il est de tradition de considérer que l’État romain a la main mise sur le domaine minier (Jacques, Scheid 1990 : 386) mais en pratique, la situation est plus complexe (Domergue 2008 :189-204). L’intervention de l’Empereur est connue : Tibère confisque les mines exploitées par Sextus Marius en Espagne (Tacite, Annales, VI, 19). Il semble également qu’au tout début du iiie siècle ap. J.-C. les mines de fer de Pannonie et de Dalmatie passèrent des mains de conductores privés à celles de procurateurs impériaux (Dusanic 1977 :83). Toutefois, les données à disposition ne concernent que très peu le territoire des Gaules. Les règlements miniers découverts à Vipasca (Portugal) fournissent des informations précieuses sur l’exploitation des gisements polymétalliques de la péninsule ibérique mais les conclusions tirées de ces documents, uniques en leur genre, ne peuvent être appliquées sans risque à d’autres métaux et d’autres régions (Domergue 1983 ; 1990 : 229-320). Il en va d’ailleurs de même de la riche documentation à disposition pour les zones minières des provinces danubiennes, où sont exploités or, argent et fer (Dusanic 1977 ; 1989). La question de la propriété et de la gestion des mines de fer des Trois Gaules à l’époque romaine n’est donc pas clairement tranchée.

150En outre, le cas des minerais de fer, très abondants et généralement facilement accessibles, est sûrement le plus complexe. En effet, la forte dispersion des ressources et la relative modestie des travaux que demande leur exploitation rendent difficile un contrôle strict de la production. Il semble ainsi que l’activité sidérurgique ait connu des niveaux très différents d’organisation et de contrôle durant l’époque romaine, organisation qui a pu, de surcroît, évoluer au cours des six siècles de cette période.

151Si l’on revient au premier avis sur la question, celui de C. Jullian, il existait en Gaule quatre types de propriétaires de mines de fer :

L’État a les siennes [...]. Mais les villes ont également les leurs et aussi le conseil provincial des Gaules et encore les simples particuliers, (Jullian 1920-1926, V : 209)

152A. Grenier exprime des idées semblables, en différenciant toutefois les entreprises privées de grande ampleur de celles plus modestes qui agissent, selon lui, dans le cadre domanial (Grenier 1934, p. 992.-997) :

Beaucoup de modestes ferrières de Gaule pouvaient être restées la propriété de particuliers qui les exploitaient dans le cadre du domaine rural. [... ] Il y eut également de vastes exploitations industrielles exercées par des particuliers. (Grenier 1934 : 992).

153En fait, plus que quatre types de propriétaires, la documentation épigraphique laisse présager en Gaule de l’existence de trois systèmes d’imposition (Sablayrolles 1989) :

  • direct : l’État perçoit directement l’impôt sur les mines, par l’intermédiaire d’un administrateur ;

  • indirect : l’impôt est collecté par des sociétés privées ou des « concessionnaires » particuliers ;

  • délégué » : l’État ayant pu concéder une partie des revenus à des organes locaux, en particulier au Conseil des Gaules et peut-être aux cités.

154Certains auteurs ont voulu tirer de la position des sites sidérurgiques, de leur concentration et de leur environnement archéologique des conclusions sur le statut juridique de l’exploitation. H. Cleere, le premier, a proposé, pour la zone de production du Weald, l’une des plus importantes connues en Europe du nord, la possibilité d’un domaine impérial dévolu à la production sidérurgique (Clerre 1974 ; Cleere, Crossley 1995 : 60-69). Cette interprétation se fonde à la fois sur la découverte dans les ferriers de la région de tuiles portant la contremarque de la Classis Britannica, c’est-à-dire la marine romaine, mais également sur l’absence d’autres types d’occupation contemporaine, malgré des potentialités naturelles comparables aux régions voisines. M. Mangin, dans son étude sur le Morvan Auxois, a repris ce dernier argument pour étayer l’hypothèse de l’existence d’un domaine public, resté non aedificandi, et entièrement dédié à la production métallurgique (Mangin et al. 1992 : 232). Toutefois, cette zone de production, beaucoup plus modeste que le Weald anglais, n’aurait pas été rattachée directement au pouvoir impérial mais, toujours selon M. Mangin, à la cité éduenne (ibid. : 233-234), selon un système qu’on soupçonne à partir de deux inscriptions vellaves (Sablayrolles 1989 ; CIL, XIII, 1576 et 1577 ; Rémy 1995 : 74-81). Dans la région d’Allogny, l’absence apparente d’installation rurale contemporaine de l’activité sidérurgique (majoritairement romaine) a également poussé N. Dieudonné-Glad à proposer l’existence d’un domaine public (Dieudonné-Glad 1992 : 72). Toutefois, cette dernière repousse la possibilité d’un domaine impérial et propose l’existence possible d’une zone publique dépendant du Conseil des Gaules (ibid.), dont on connaît un unique adlector ferrarium grâce à l’inscription du marbre de Thorigny (Pflaum 1948 ; 1960 : 706-709 ; 1978 :135-143). Enfin, C. Domergue a avancé l’hypothèse de l’exploitation des ateliers de la Montagne Noire (Aude) par une société de publicains dans une zone qui pourrait faire partie du domaine impérial (Domergue et al. 1993).

155Il faut revenir sur le problème de la production privée. Si R. Sablayrolles admet l’existence d’unités de production échappant à la propriété et à l’imposition impériale, il la réduit à une production « autarcique » (Sablayrolles 1989 : 161). Ce dernier considère que les documents épigraphiques ne concernent que les mines qui étaient dignes d’être soumises à l’impôt (id.). L’existence de cette production modeste n’est appuyée par aucune preuve textuelle ou archéologique.

156On vient de le voir, la production sidérurgique à grande échelle (ateliers pérennes) nécessite la mobilisation d’un territoire assez vaste et implique donc les propriétaires fonciers, même s’ils ne sont pas forcément les exploitants directs. Les travaux de J.-P. Morel (1996) ont démontré que le rejet des activités manufacturières exprimé par Cicéron (De officiis, I, 150-151) n’était qu’une façade et que les hauts personnages investissaient largement dans la manufacture et en tiraient des revenus substantiels. On peut donc supposer qu’une partie de la production sidérurgique d’époque romaine était aux mains de notables, grands propriétaires fonciers, peut-être par l’intermédiaire de « prête-noms », esclaves ou affranchis, comme c’est le cas en Italie pour la production de terres cuites architecturales notamment (Morel 1996).

157La question de la participation des maîtres de domaine à la production artisanale en Gaule romaine a récemment été revue par A. Ferdière (2008). Ce dernier soutient l’existence, durant l’époque romaine, d’une importante production manufacturée domaniale – c’est-à-dire réalisée dans le cadre du domaine rural et pour le marché. Son argumentation est essentiellement fondée sur la présence dans certaines villae – notamment les plus grandes – de structures artisanales, et plus particulièrement de fours de potiers ou de chaufourniers, dont le nombre permet de penser que la production dépassait nettement les besoins des habitants et était donc destinée au marché (cf. exemples dans Ferdière 2003 ; 2008). Pour la sidérurgie, des cas de proximité entre villa et ferrier sont connus (cf. liste fournie dans Polfer 1999b : 52-53 et le site du Co d’Espérou à Saint-Denis, dans l’Aude) mais on ne peut que très rarement établir un lien – ne serait-ce que chronologique – entre les deux, et la plupart des sites de réduction ne peut donc pas être associée à une autre installation rurale, dans le Bas Maine comme ailleurs.

158Cet état de fait peut s’expliquer simplement : contrairement à la production de céramique ou de chaux, les premières étapes de la sidérurgie produisent de grandes quantités de déchets et il paraît donc logique que celles-ci, si elles sont faites en vue d’une production de masse, ne soient pas réalisées dans la cour d’une ferme ou d’une villa. Pour cette raison, et sûrement aussi à cause de la quantité de matières premières nécessaires, la réduction se fait donc à quelques distances des installations résidentielles. La production de fer à grande échelle est une activité rurale et les ateliers en sont isolés.

159A. Ferdière pense que les ateliers de potiers isolés s’inscrivent sans doute dans un fundus (Ferdière 2008 :15). C’est très probablement vrai des ateliers de réduction situés en rase campagne. Cette production n’est pas pour autant toujours domaniale, dans le sens où on ne peut attester qu’elle soit toujours gérée directement par le maître du domaine. Les premières étapes de la sidérurgie ne sont pas faites, on vient de le dire, à proximité de la zone résidentielle, on ne peut donc pas affirmer leur intégration dans l’économie du domaine. Il est néanmoins vraisemblable qu’une partie de la production sidérurgique ait été réalisée dans le cadre des activités domaniales durant l’époque romaine et après. On en possède un exemple dans le Bas Maine pour l’époque médiévale avec les ateliers de réduction appartenant à l’abbaye de NotreDame de La Roë, mentionnés dans une charte du milieu du xiie siècle, et qui sont situés sur un terrain appartenant à l’abbaye comme le confirme une charte antérieure.

160Il faut distinguer ici la propriété des terres de celle des installations de production. Durant l’Antiquité, il peut exister différents systèmes de concession, permettant d’exploiter les ressources d’un domaine privé ou public, contre paiement d’une contrepartie, dont la nature peut varier (prélèvement en nature, loyer ou impôt en monnaie) en fonction du statut juridique du propriétaire et de la période. Cette gestion indirecte ne peut être argumentée sur les seules données archéologiques mais elle peut être soupçonnée grâce aux sources historiques. On en connaît un exemple grâce aux tables de bronze découvertes à Vipasca (Portugal) et qui portent le règlement de l’exploitation des mines polymétalliques de ce domaine public (Domergue 1983). C’est aussi de ce genre de système que relèvent les quelques documents épigraphiques concernant la production sidérurgique qu’on possède pour les Gaules. Les trois types d’imposition mis en évidence par R. Sablayrolles (1989), sur la base de cette dernière documentation, montrent la complexité des systèmes en place durant l’Empire romain, mais ne permettent pas toujours de trancher concernant le statut juridique des exploitations soumises à cette taxation.

  • 9 CIL, XIII, 1811 = ILS 8641. Poids en marbre de forme tronconique trouvé à Lyon. [Se]vero Ale[xa]ndr (...)

161Toutefois, dans un cas au moins, on peut soupçonner que l’impôt est prélevé sur une exploitation privée, celle des mines de fer de Memmia Sosandris9. Une inscription, découverte à Lyon et datée précisément de 226 ap. J.-C., mentionne explicitement le vectigalis massae ferrarium Memmiae Sosandridis, c(larissimae) f(eminae) (C.I.L, XIII, 1811 = ILS 8641). Le terme de massae désigne ici des barres de métal (Sablayrolles 1989 :159, note 25) ; la collecte des revenus tirés de ces exploitations se fait donc probablement en nature. Cette inscription révèle également que l’impôt ne va pas directement dans les caisses de l’Empire, mais dans celles d’une société privée : ma[-nicpes ou-gistri] splendidissimi vectigalis. La qualification du curateur ne laisse pas de doute : cura/Aureli Nerei soc[ii] vectigalis. Dans ce dernier cas, on peut donc supposer que les installations de production appartiennent donc bien à une personne privée, même si on ne sait pas si elle les détient directement ou en concession et si elles sont ou non sur son domaine.

162Le fait que la production sidérurgique s’inscrive dans un domaine ne justifie pas, dans tous les cas, la forte concentration des ferriers observée. Certaines petites zones, regroupant une douzaine de sites ou moins, pourraient néanmoins relever de ce cas : celle de Laval, de Lignières-Orgères, d’Aron ou de Château-Gontier, par exemple. Pour les plus grands secteurs, couvrant plusieurs dizaines de kilomètres carrés et où aucune autre installation contemporaine de l’activité sidérurgique n’est connue, comme la zone de production de Sillé, la question est plus complexe. Ces concentrations relèvent-elles d’une entreprise unique ou de la juxtaposition de plusieurs domaines tournés vers la production de fer ?

163Si l’on admet cette possibilité, pourquoi alors les propriétaires fonciers auraient décidé de concentrer leur activité sidérurgique à cet endroit et non ailleurs (zones minières comparables non exploitées), au risque de se faire concurrence ? L’un des premiers arguments est, une fois de plus, la présence de combustible, mais il est également possible que ce choix relève de l’autorité publique. Celle-ci pourrait, dans une certaine mesure, autoriser ou contrôler, selon des procédés qui nous échappent, l’installation des ateliers de réduction et les cantonner dans des zones spécifiques. L’intervention de l’autorité publique dans l’installation des sites de réduction des domaines privés est toutefois difficile à étayer.

164On a vu que la distribution des sites au sein de la forêt de Sillé pourrait être interprétée comme le signe de l’existence ici d’une zone dévolue à la production sidérurgique durant l’Antiquité. On ne peut pas repousser l’idée que ces sites puissent dépendre d’une initiative unique. Celle-ci, si elle existe, pourrait également contrôler les autres étapes de la chaîne opératoire, de l’extraction jusqu’à la réduction, et peut-être au-delà (épuration, forge, diffusion des produits finis ?), sur un très vaste territoire. Ceci pourrait expliquer la très forte structuration mise en évidence pour l’approvisionnement en minerai, mais également la dichotomie observée entre extraction et réduction. Se pose ici la question du statut juridique du domaine exploité par cette hypothétique entreprise. Sa surface, estimée à plus de 40 km2, semble très importante pour une unique propriété privée. La zone de production de Sillé pourrait-elle être alors un domaine public dédié à la production du fer ?

165Comme on l’a vu, l’existence de ce type de domaines a déjà été proposée. La présence de tels domaines publics miniers et métallurgiques, connus en Espagne (Domergue 1983) et dans les provinces danubiennes (Dusanič 1977), n’est pas fermement attestée en Gaule par les documents épigraphiques et ne peut être que très difficilement argumentée sur la base des données archéologiques, les seules disponibles pour les régions qui nous intéressent, pour l’Antiquité. Leur existence semble toutefois crédible et pourrait parfaitement justifier la concentration des sites mais aussi l’organisation très rationnelle exposée ci-dessus pour la forêt de Sillé (distance entre les sites, gestion des ressources en combustible, mutualisation de l’aire d’approvisionnement en minerai). Cette hypothèse pourrait en outre s’accorder avec l’existence d’administrations publiques chargées de la collecte de l’impôt sur les mines de fer des Gaules à différents échelons (Empire, Conseil des Gaules, cité) (Sablayrolles 1989). La zone de production de Sillé pourrait donc relever d’un domaine public, même si l’hypothèse paraît très fragile. On ne peut, en outre, statuer sur l’identité de son éventuel propriétaire (Empire, Conseil des Gaules, cité).

166Se pose enfin le problème de l’identité et du statut juridique de cette entreprise et de ses intervenants. Ce domaine pourrait être exploité directement, l’ensemble des ateliers étant soumis à un unique administrateur, ou indirectement, par la mise en concession des installations de production et éventuellement des aires d’approvisionnement qui pouvaient y être attachées, notamment celle de combustible. Rien ne permet pour l’instant de trancher cette question.

167Toutefois, la villa de Roullée, présentée ci-dessus, interprétée de manière hypothétique comme la résidence d’un personnage tirant une partie de sa richesse de l’exploitation du fer, pourrait être la demeure d’un administrateur de l’éventuel domaine public de Sillé mais aussi celle d’un privé détenteur d’une ou plusieurs installations de productions dans la zone de production voisine. Ceci reste encore à l’état de conjecture, mais ne peut être exclu.

168Dans le cas de la forêt de Sillé, comme ailleurs, deux possibilités s’affrontent donc : celle d’un un unique domaine public ou privé voué à la production sidérurgique – quel que soit son mode de gestion – ou la juxtaposition de domaines privés dévolus à la production sidérurgique exploitant les ressources locales en bois et en minerai. En fait, rien ne permet de trancher fermement entre les deux hypothèses.

169La part prise par le statut juridique du terrain sur lequel est installé l’atelier, mais surtout celui de l’aire d’approvisionnement en minerai et en combustible, doivent donc sans doute constituer les principaux facteurs explicatifs de la concentration des sites, et ce pour toutes les périodes. La propriété foncière serait ainsi l’un des critères principaux de la concentration de sites de production, quel que soit le statut juridique du domaine. On peut en effet aussi bien envisager le cas d’un ensemble de sites contrôlés par un aristocrate de La Tène finale qu’un groupe de sites exploitant les ressources minières et forestières d’un ou plusieurs domaines ruraux gallo-romains ou d’une abbaye, ou encore la déduction par le pouvoir impérial romain ou celui du Conseil des Gaules d’un vaste domaine public dédié à l’exploitation métallurgique. Ces cas de figures ont le même résultat : la concentration des sites dans les limites du territoire détenu par le propriétaire foncier, qu’il soit public ou privé. En outre, quelle que soit la période, ce phénomène de concentration peut très bien coexister – parfois voisiner – avec des installations d’ateliers isolés, relevant d’une production à moindre échelle : c’est le cas probablement à l’époque romaine et on peut sans doute le percevoir à travers les ateliers des membres des métiers de férons en Normandie. Il apparaît donc que les critères socio-économiques, notamment la propriété des terres, mais aussi le statut de ces terrains (privé/public) soient des facteurs qui entrent, à toutes les périodes, en ligne de compte dans l’implantation d’un site de réduction directe du fer. Il semble même, au vu de la concentration et de l’exploitation sélective des ressources minières, que la création d’un tel atelier relève autant de facteurs techniques (présence de minerai et surtout de bois) que socio-économiques (essentiellement la propriété foncière).

170On peut conclure des exemples du Bas Maine que l’installation et la concentration des ateliers de réduction directe ne répondent pas seulement à des contraintes – déterminismes – techniques. S’ajoutent à celles-ci des facteurs sociaux et économiques qui interagissent de façon complexe. Une étude visant à faire le partage de chacune de ces raisons bute encore sur deux principaux écueils : l’un est dû à notre mauvaise connaissance des contextes archéologiques des ateliers et des zones de production sidérurgique ; l’autre, probablement le plus important, est la difficulté d’établir avec certitude la stricte contemporanéité de sites voisins. L’étude de la forêt de Sillé, qui devrait être poursuivie, pourrait être un premier terrain pour tester un certain nombre d’hypothèses proposées à l’issue de ce travail. Toutefois, ce type de recherche ne pourra se faire qu’au prix de la multiplication des sondages, des datations et des analyses d’autres sites à travers le territoire, mais aussi par l’étude comparative d’autres régions où la cartographie des sites de réduction reste à faire.

Notes

1 Datation effectuée par le laboratoire de Gif-sur-Yvette (GIF 2290) et calibrée par le laboratoire de Lyon 1 : 608 à 990 ap. J.-C. (Bouvet 2001a : 244).

2 Datation effectuée par le laboratoire de Gif-sur-Yvette (GIF 2825) et calibrée par le laboratoire de Lyon 1 : 413 à 1 av. J.-C. (Bouvet 2001a : 414).

3 http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Decouvrir/Multimedias/Toutes_les_decouvertes/p-2165-Un_village_gaulois_au_nord_de_l_Aquitaine.htm

4 Voir sites de La Côte des Guigniers 1 à 3, sur la commune de La Bazoge : Sarreste 2006b : 157-159.

5 Cas, parmi d’autres, du ferrier de La Fontaine à Crennes-sur-Fraubée (Mayenne) (53 085.01) ou de La Binardière à Magny-le-Désert (Orne) (61 243.01).

6 Par exemple celui de Roche Brune à Pezé-le-Robert (72 234.06) mais aussi de la plupart de ces voisins.

7 On le sait seulement, dans notre zone d’étude, pour les ateliers médiévaux de la forêt de Halouze et de La Haye de la Ferrière.

8 Personnage connu par trois inscriptions de Sardaigne où il finit sa carrière comme procurateur de cette province (CIL X, 7583, 7584 et 7850).

9 CIL, XIII, 1811 = ILS 8641. Poids en marbre de forme tronconique trouvé à Lyon. [Se]vero Ale[xa]ndro Pio [...] / et Aufidio Marcello II co(n)s(ulibus), ma[ncipes ou -gistri] / splendidissimi vectigalis massae ferrariarum / Memmia Sosandridis, c(larissimae) f(eminae), quod agitur sub cura / Aureli Nerei soc[ii] vectigalis.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search