Version classiqueVersion mobile

La sidérurgie antique dans le Bas Maine

 | 
Florian Sarreste

Chapitre IV. Des zones de production

Texte intégral

PRÉSENTATION DES ZONES DE PRODUCTION DU BAS MAINE

Comment définir une zone de production

Problème de vocabulaire

1Il est nécessaire d’ouvrir ici une parenthèse sur le vocabulaire employé pour désigner ces secteurs. Le terme de district* est couramment utilisé par les archéologues travaillant sur les mines et la métallurgie et ce depuis les années 1970 (Domergue, Hérail 1978 par exemple). Il s’agit, en fait, d’un anglicisme usité en géologie pour désigner littéralement des régions minières (mining district). On en trouve l’existence dans des publications de géologues français au moins depuis le début du xxe siècle (Hyvert 1911). Lors de l’étude sur le Morvan Auxois, M. Mangin a proposé d’utiliser ce terme pour désigner la concentration de sites miniers et métallurgiques anciens repérée dans cette région (Mangin et al. 1992 : 14 et 222-237). Il se référait pour cela à l’étude consacrée aux provinces danubiennes pour lesquelles on possède des sources écrites relativement abondantes sur les mines antiques (monnayage et documents épigraphiques) (Dusanič 1977 ; Mangin et al. 1992 :14). Toutefois, S. Dusanič utilise dans son texte le mot district uniquement dans le sens de région : les secteurs miniers étant désignés, durant l’Antiquité, par le métal exploité : ferrariae pour le fer etc. M. Mangin donne ainsi à ce vocable géologique une valeur historique. Ce placage d’un terme anglais sur une réalité archéologique déjà difficile à cerner a entraîné un glissement. Dans la synthèse récemment publiée par C. Domergue et M. Leroy dans Gallia, un district est défini de la manière suivante :

Un espace géographique délimité dans lequel se concentre un nombre notable de sites miniers et/ou d’ateliers métallurgiques appartenant à une ou plusieurs périodes chronologiques, mais faisant de cette zone un secteur de production cohérent d’un point de vue spatial et métallifère (Domergue, Leroy 2000b : 148).

2Issu de la géologie minière, ce mot a pris un sens général pour définir un groupe de sites métallurgiques et/ou miniers, tous métaux et toutes périodes confondus. Cependant, des réserves peuvent être émises sur l’utilisation de ce terme. Tel qu’il est utilisé, il donne une fausse impression d’unité. La diachronie qui le définit est bien souvent effacée au profit de la période majoritairement reconnue et on oublie rapidement que la désignation recouvre un ensemble généralement très hétérogène. Il paraît donc dangereux de définir a priori des groupes en se fondant uniquement sur des critères topographiques. La tentation est grande par la suite de généraliser à l’ensemble les informations acquises pour quelques sites. Il n’est pas question de nier l’existence de groupes de sites ayant pu fonctionner dans des cadres communs sous une organisation spécifique et un exemple hypothétique est même proposé dans le Bas Maine (forêt de Sillé). Toutefois, ce type de groupement doit être argumenté par des datations communes, des spécifiés morphologiques ou topographiques. Tous les sites reconnus dans un secteur ne font pas partie de ce type d’unité. En outre, les limites adoptées correspondent bien souvent à l’emprise de la zone d’étude et la densité à l’intensité des recherches. Enfin, des systèmes de gestion différents ont pu coexister ou se succéder. C’est pourquoi, à l’instar de M. Leroy, il semble préférable de désigner les concentrations de sites de réduction sous le terme, plus neutre, de « zones de production » en gardant à l’esprit les difficultés évoquées ci-dessus (Leroy 2001 : 82, note 9). Ces zones ne se définissent que par la concentration de sites et ne se réfèrent donc pas, sauf spécification particulière, à une période chronologique.

Problème de diachronie

3Très peu de sites liés à la production sidérurgique ancienne sont datés dans la région. En l’absence de données chronologiques, il est impossible de dire si les sites formant les concentrations perceptibles sur les cartes sont contemporains et donc s’ils constituent des unités regroupant plusieurs ateliers, comme cela pourrait être le cas dans une exploitation contrôlée par un grand propriétaire foncier (quel que soit son statut administratif).

4En l’absence d’éléments datants à la surface des ferriers, les critères permettant de distinguer des sites contemporains sont difficiles à établir. On peut en avancer un : la morphologie des déchets. En effet, on peut supposer qu’à une époque donnée, la technique de production est à peu près partout la même (à l’exception notable des scories piégées), au moins dans un secteur réduit, et donc que les résidus produits ont une morphologie proche. L’argument est bien sûr très contestable, car l’association entre le faciès et la chronologie reste encore très largement à prouver. Ceci n’empêche pas dans cette démarche d’associer entre eux les sites dont les scories présentent la même morphologie, sans préjuger pour l’instant de leur datation.

Définir les concentrations

  • 1 Je tiens à remercier ici P. Chareille pour son aide dans l’approche des statistiques.

5Une zone de production se définit donc comme une concentration de sites de réduction directe. Il est pourtant difficile de cerner clairement ces zones. Dans les faits, deux solutions sont envisageables pour dessiner les contours des zones de production. La première et la plus usitée est fondée sur l’observation : on dessine à vue le contour des concentrations de sites perceptibles sur la carte de répartition, parfois en fonction d’autres critères (géologie, topographie). En raison de la variabilité des contours adoptés d’une région à l’autre, d’une publication à l’autre, la comparaison des zones de production entre elles est rendue difficile. On ne peut se fier à des densités ou des surfaces établies sans savoir sur quels critères ces chiffres ont été fondés. C’est pourquoi une approche mathématique semble utile. C’est la seconde solution : trouver un outil statistique fiable permettant de définir des zones selon des critères objectifs ; c’est ce qui a été tenté dans le cadre de cette étude grâce au SIG1. Bien sûr ce type de traitement n’a de sens que si l’on possède un échantillon relativement représentatif des sites de réduction, ce qui n’est le cas que de très rares régions, mais semble être celui du Bas Maine.

6Pour ce faire, on prend en compte les ferriers et les sites à scories dispersées. Pour permettre la vision la plus exhaustive possible et éviter de couper des zones de production qui s’étendent en dehors de l’emprise prise en compte pour la présente étude, les cartes qui suivent font apparaître les sites enregistrés à l’extérieur de la zone d’étude par M. Hubert, l’Association des amis du château de Noyant-la-Gravoyère (Maine-et-Loire) ou moi-même (fig. 93) (Dauffy 1996 ; 1997 ; 1998 ; Sarreste 2004b ; 2005 ; 2006b ; 2007b), soit 191 sites liés à la réduction directe qui viennent s’ajouter aux 426 de la zone d’étude. Il faut garder à l’esprit que les recherches documentaires (bibliographie, micro-toponymie, examen des photographies aériennes) n’ont porté que sur la zone d’étude délimitée en pointillés sur les cartes : l’enregistrement des sites en dehors de cette emprise ne saurait donc être exhaustif.

7L’approche subjective consiste dans le dessin des concentrations perceptibles sur la carte de répartition des sites liés à la réduction directe du fer. Celui-ci ne tient pas compte de la densité mais seulement de la présence/absence de site. Les zones de production sont donc essentiellement définies par la présence de ferriers, plus que par le nombre de ceux-ci. Cette première approche permet de définir quinze ensembles de taille et d’importance variables (fig. 94), qui sont présentés ci-dessous (infra p. 132).

  • 2 L’interpolation (Djindjian 1991 : 119-120) permet d’établir des cartes de densité à partir de dist (...)

8Les zones étant définies comme des concentrations, c’est la densité de sites qui permet de mieux les cerner. Le calcul de cette valeur peut se faire selon différentes méthodes mathématiques : la méthode du plus proche voisin et celle – ou plutôt celles – d’interpolation2 (Djindjian 1991 :114-120).

Fig. 93 Carte de répartition des sites liés à la réduction directe du fer dans la zone d’étude et à ses marges.

  • 3 Le réglage retenu est le suivant : une pondération des sites en fonction de leur conservation (1 p (...)

9C’est la seconde qui a été mise en œuvre ici grâce à l’utilisation du SIG3. On obtient ainsi des aires sur lesquelles on peut effectuer des interrogations spatiales. On parlera pour ces aires de « pôles de concentration ». On connaît la surface de ces pôles de concentration, le nombre de sites qu’ils contiennent et il est donc possible d’établir une densité moyenne, pour les deux types de site ou uniquement pour les ferriers. Ces données chiffrées n’ont aucune valeur historique et ne sont pas absolues : elles ne sont calculées que pour établir des comparaisons entre les pôles de concentration, afin de définir au mieux les secteurs dans lesquels la production sidérurgique a été une activité humaine importante, voire dominante : les zones de production. Ce constat doit néanmoins être rapporté à la chronologie des sites observés.

10Cette approche permet de mettre en évidence plusieurs pôles de concentrations, subdivisant parfois les ensembles perçus par le dessin subjectif. Ce sont ces centres, en gris plus soutenu sur la carte, qui marquent les réelles concentrations (fig. 95). On peut ainsi discerner des secteurs au sein des grandes zones de production de la région.

11Le principal avantage de la méthode mathématique est son objectivité. Elle repose sur un calcul automatique reproductible sur d’autres régions et d’autres zones de production. Les chiffres de densité et de surface des zones dessinées par le modèle mathématique, même s’ils sont surestimés – au moins pour les seconds –, peuvent donc être comparés d’une zone de production à l’autre.

12De fait, les deux approches, subjective et mathématique, ne sont pas opposées : les résultats sont proches et apportent des informations complémentaires. La première cerne, à l’œil, les régions où sont présents des sites de réduction directe et exclut ainsi une partie du territoire, dépourvue de ce type d’activité sidérurgique. La seconde, quant à elle, fournit une image plus fidèle de la distribution des sites à l’intérieur des zones de production et met en évidence des ensembles qui ne sont pas toujours visibles sur une simple carte de répartition. Il faut toutefois souligner le fait qu’aucune de ces deux méthodes ne prend en considération la taille des sites ou leur datation. Les zones définies sont donc, au même titre que les secteurs miniers, des zones d’exploitation reconnues dont l’importance et la chronologie doivent ensuite être établies.

13La présentation des zones de production dans le paragraphe qui suit tient donc compte de ces deux approches : l’approche empirique a été retenue pour définir les zones de production sidérurgiques ; la carte obtenue par le modèle mathématique de la figure 95 est utilisée pour les calculs de surface et de densité des pôles de concentration. L’appartenance des sites à l’une ou l’autre zone ou pôle de concentration est fournie sous la forme d’un tableau, en annexe 2.

Fig. 94 Carte des zones de production par dessin subjectif.

Fig. 95 carte de la densité pondérée des sites liés à la réduction directe du fer avec un rayon de recherche de 2 km.

Les zones de production dans l’ouest du Maine

14Les cartes des figures 96 et 97 fournissent deux visualisations des zones de production avec leur pôle de densité, l’une avec la représentation des sites et des limites administratives actuelles, la seconde avec la nomenclature des zones, qui apparaît dans les paragraphes descriptifs ci-dessous, et les frontières supposées des cités antiques.

Fig. 96 Carte des zones de production et des sites liés à la réduction directe (ferriers et sites à scories de réduction dispersées) avec les limites administratives contemporaines.

Fig. 97 Carte des zones de production et des pôles de densité avec les limites de cités antiques, la limite supposée du pagus d’Entrammes et les agglomérations antiques (les capitales ont leur nom en gras).

15Il faut préciser d’emblée que certaines des zones de production mentionnées ci-dessous se trouvent à la marge ou même en dehors de la zone d’étude (fig. 96). Toutefois, elles se situent dans le prolongement direct des ensembles délimités au sein du Bas Maine et c’est pourquoi elles apparaissent ici. Ainsi, quatre des aires décrites par la suite sont constituées uniquement par des sites découverts à l’extérieur de l’aire de recherches systématiques (Lavardin/La Bazoge, Cérans-Foulletourte, Rânes et Saint-Michel-et-Chanveaux). C’est notamment le cas de la seconde zone en nombre de sites, celle de Lavardin/La Bazoge, qui se situe dans la continuité de la concentration mise en évidence dans la partie orientale de la forêt de Sillé et dans laquelle s’inscrivent les sites mis au jour lors des travaux préventifs menés préalablement à la construction de l’autoroute A28 (Bouvet 2001b). En dehors de ces ensembles extérieurs, plusieurs zones de production du Bas Maine s’étendent hors des limites choisies pour la présente étude : ce sont les secteurs de La Ferrière-aux-Étangs (Orne) et du sud de la Mayenne. Les investigations n’ont évidemment pas été menées avec la même intensité sur ces secteurs hors de la zone d’étude et donc leur connaissance n’est pas exhaustive : c’est particulièrement le cas de la zone du sud de la Mayenne, qui s’étend très largement dans le nord-ouest du Maine-et-Loire, au nord-est de la Loire-Atlantique et au sud-est de l’Ille-et-Vilaine. De même, le département de la Sarthe possède un très fort potentiel.

16La hiérarchisation des zones de production se fonde sur plusieurs éléments qui apportent des informations complémentaires :

  • le nombre de sites liés à la réduction directe (ferriers ou dispersion de scories de traitement du minerai) est déterminant dans l’établissement du classement des zones, mais doit être reporté à la surface ;
  • la surface des zones définies à vue n’est pas satisfaisante : on doit donc se référer aux surfaces des pôles de concentration dessinés par le SIG et à la proportion de celles-ci par rapport au dessin subjectif ;
  • la densité est le critère le plus délicat puisqu’il est établi seulement sur les pôles de concentration et non sur toute la surface des zones de production ; c’est le croisement entre la densité et la surface des pôles qui permet d’établir un classement des zones ;
  • la chronologie : la fourchette entre le site le plus ancien et le plus récent permet d’envisager la durée sur laquelle l’exploitation a eu lieu, et ainsi de relativiser la formation de la concentration ;
  • les dimensions des sites peuvent également être un témoignage de l’intensité de la production d’un secteur, mais ces données doivent être manipulées avec les précautions présentées ci-dessus ;
  • enfin, le type des déchets doit être pris en compte, notamment la présence de scories piégées ou la coexistence de différents faciès de scories coulées.

Fig. 98Interprétation des sites en fonction des zones de production.

17Les figures ci-dessous regroupent l’ensemble de ces informations pour les zones représentées sur les cartes précédentes (fig. 98 à 102 infra). Toutefois, tous les critères présentés ci-dessus ne sont pas toujours applicables : pour les secteurs d’une dizaine de sites, les pôles de concentration n’ont que très peu de signification car ils ne regroupent que deux ou trois sites.

18On peut distinguer les zones de production en fonction de leur importance selon trois niveaux :

  • les zones de premier niveau sont celles composées d’au moins un pôle de concentration comptant plus de 25 sites de réduction directe avérés (ferriers ou scories piégées en place) ;
  • les zones de second niveau sont des régions regroupant entre 11 et 25 sites parmi lesquels on peut délimiter au moins un pôle de plus de 10 sites ;
  • les zones de troisième niveau sont celles qui comptent 10 sites ou moins, sans pôles de forte concentration.

Fig. 99 Tableau de l’interprétation des sites dans chacune des zones de production et des pôles définis par les cartes ci-dessus [N.B. : les numéros entre parenthèses après le nom de la zone de production renvoient à ceux figurant en annexe 2].

Fig. 100Tableau des datations des sites (ferriers et sites à scories dispersées) par zones de production.

Fig. 101Tableau de répartition des faciès des scories en fonction des zones de production
[N.B. : les numéros entre parenthèses après le nom de la zone de production renvoient à ceux figurant en annexe 2].

Fig. 102 Tableau présentant les pôles de concentrations définies dans la présentation des zones de production ci-dessous [N.B. : seuls les ferriers sont pris en compte dans ce tableau].

19Le seuil inférieur, moins de 10 sites, est celui en dessous duquel on ne distingue plus en général de pôles de concentration. En revanche, les paliers supérieurs sont arbitraires.

Les zones de premier niveau

La zone de production de Charnie (1)4

  • 4 Les numéros indiqués entre parenthèses après les titres renvoient à ceux figurant en annexe 2.
  • 5 Sur cette carte et les suivantes seuls les sites d’extraction de minerai de fer et ceux liés à la (...)

20Cette zone tire son nom d’une région boisée partagée entre la Sarthe et la Mayenne (forêt de Grande Charnie et de Petite Charnie, Bois du Creux et des Vallons) (fig. 103)5. Le terme Charnie trouve son origine dans les Gesta Aldrici datés du ixe siècle (Dufour 1990 : 135). Il viendrait d’une racine celtique -car signifiant pierre (ibid.). Cette région se trouve en effet sur une crête gréseuse qui tranche assez nettement avec la pénéplaine alentour. Le géographe R. Musset en définit le contour dans son étude sur le Bas Maine (Musset 1917) : cette région s’étend d’est en ouest de la forêt de Petite Charnie à l’extrémité occidentale du Bois des Vallons et, du nord au sud, de ce même point au sud du village de Bannes (Mayenne) (Dufour 1990 :136, fig. 1). Ces limites correspondent presque exactement à celle de la zone de production sidérurgique visible sur la carte de la figure 97.

21Avec 136 sites dont 102 ferriers, ce secteur est le plus riche de la région, mais aussi le plus étendu. En effet, sur les 383 km2 ce sont cinq pôles de concentration qui ont été mis en évidence par le calcul de densité, représentant une superficie de 162 km2 dans laquelle on trouve plus de 0,5 ferrier/km2. Deux de ces pôles sont particulièrement importants : le premier, codé a sur le carte compte 24 sites dont une vingtaine de ferriers organisés de part et d’autre du bois des Vallons ; le second, b, rassemble 60 sites de réduction directe et 25 dispersions. Il est partagé entre les départements de la Mayenne et de la Sarthe et possède deux petits satellites, appelés d et e du nord au sud. De même, il existe au nord de la forêt de Grande Charnie un petit noyau (c). Ces trois petites concentrations sont constituées de moins de 10 sites (respectivement 3,7 et 3 sites).

22La chronologie de l’activité est mal connue. On possède une datation pour seulement 22 sites de cette région : ils sont tous antiques (fig. 103). Ceci permet de présumer une occupation prépondérante à cette époque mais n’exclut pas une installation plus ancienne de la métallurgie extractive, ni la pérennité de l’activité de traitement du minerai de fer au-delà de l’époque romaine. C’est d’ailleurs ce que semble indiquer la présence de plusieurs faciès de scories coulées (cordons vacuolaires, fond de four).

23Cette région compte en outre quelques très grands ferriers. On possède un volume estimé pour 31 d’entre eux. La somme de ces valeurs s’élève à 108 250 m3. Il s’agit bien sûr d’une approximation, bien en dessous de la réalité, mais qui permet de donner une idée de la production de la région, qui devait abriter à l’origine plusieurs centaines de milliers de mètres cubes de déchets sidérurgiques.

La zone du sud de la Mayenne (13)

24Cette seconde zone de production compte au total moins de sites que la région de Lavardin/La Bazoge, mais rassemble plus de sites de réduction avérés (64) : c’est pourquoi elle est présentée avant. Le nom indiqué ici est en partie impropre car, même si c’est bien par le sud de la Mayenne que ce secteur a été abordé, celui-ci s’étend très largement en dehors de ce dernier département (fig. 104). Il s’agit d’une aire très vaste, de plus de 300 km2 au total, et très morcelée : la projection informatique met en évidence la présence de six pôles de concentration, dont certains comptent très peu de sites (entre 2 et 6 pour les pôles c à f, respectivement situés d’ouest en est). Seules les concentrations a et b, figurées sur la carte, présentent une certaine homogénéité, avec respectivement 34 et 11 sites. Toutefois, la majeure partie de cette région se situe en dehors de la zone étudiée ici et l’on peut donc penser qu’un nombre important de sites ne nous est pas connu.

25Les données à disposition concernant la chronologie et l’importance des ferriers sont encore insuffisantes pour permettre d’établir une fourchette chronologique de la production ou d’en évaluer l’importance (un site romain et un du bas Moyen Âge). Toutefois, comme on l’a vu plus haut, les textes attestent une production à l’époque médiévale dans ce secteur (xiie siècle).

La zone de production de Lavardin/La Bazoge (3)

26La zone de Lavardin/La Bazoge est la plus anciennement connue dans la région (fig. 105). Les ferriers sont mentionnés ici pour la première fois en 1806 (Maulny 1806) et plusieurs notes ont été consacrées à la découverte de vestiges sidérurgiques dans ce secteur dans le courant de ces deux derniers siècles (Marquis 1890 ; Pioger 1971-1972). Pourtant, on connaît encore très mal cette zone de production. La présentation qui en est faite ici est uniquement due aux travaux de M. Hubert menés entre 2005 et 2007. Ces investigations sont, de l’aveu même de leur auteur, très incomplètes et le nombre de sites recensés doit être bien en dessous du potentiel de ce secteur. On compte, dans l’état actuel de nos connaissances, 75 sites dont 45 ferriers. Le calcul de densité montre qu’il s’agit d’un unique pôle de concentration.

27Les données archéologiques dont on dispose pour ce secteur sont essentiellement issues des travaux préventifs menés sur le tracé de l’autoroute A28. Il est hors de propos de reprendre ici les résultats de ces opérations, dont l’étude est toujours en cours. Précisons seulement que les vestiges découverts pour la phase de réduction du minerai s’étendent de Hallstatt à l’époque romaine (Dunikowski, Cabboï 2001 ; Bouvet 2001b). La découverte par M. Hubert de plusieurs sites à scories piégées (huit au total), mais aussi de très importants ferriers à scories coulées en plaquettes permet d’envisager que cette très large fourchette chronologique pourrait être représentative de l’activité de la région. Même si la cartographie des sites de cette zone est encore inachevée, on peut sans aucun doute reconnaître ici une zone de production importante.

Fig. 103Répartition des sites de la zone de production sidérurgique de Charnie.

Fig. 104Répartition des sites de la zone de production sidérurgique du Sud Mayenne avec fond hydrographique et orographique.

Fig. 105Répartition des sites de la zone de production sidérurgique de Lavardin/La Bazoge (hors zone d’étude).

La zone de production de Pail (4)

28La zone située à l’est de la forêt de Pail est la troisième en nombre de sites, avec 55 sites dont 42 ferriers (fig. 106). Elle ne présente toutefois pas d’homogénéité. Elle est composée de trois pôles de concentration partageant en nombre presque égal ces sites. Ces trois concentrations pourraient être considérées comme indépendantes et alors rétrogradées à l’échelon inférieur, aucune d’entre elles ne regroupant plus de 25 sites. Toutefois, le parti a été pris de garder pour l’instant le secteur de la forêt de Pail comme une zone de production unique, dont l’apparent éclatement devra être expliqué.

29La chronologie de la production et son importance sont ici difficiles à établir. On peut proposer une datation pour six sites de ce secteur : ils sont tous antiques. Toutefois, la présence conjointe dans ce secteur de sites à scories en cordons denses, en plaquettes et en fond de four semble indiquer la mise en œuvre de techniques différentes de traitement du minerai au sein de la filière directe et donc peut-être des périodes d’activités variées qu’il reste encore à borner dans le temps.

Fig. 106 Répartition des sites de la zone de production sidérurgique de Pail.

La zone de production de Sillé (2)

30C’est probablement le secteur le mieux connu, en raison notamment de la bonne conservation de la plupart des sites en milieu boisé, mais aussi de la relative modestie du nombre de ferriers de ce secteur qui a permis une approche plus exhaustive (infra p. 166). Précisons seulement ici que la zone est constituée d’un pôle de concentration principal, situé dans la partie orientale de la forêt domaniale de Sillé et ses alentours (38 sites liés à la réduction dont 34 ferriers), et de deux sites séparés, situés à égale distance de cette première concentration et du pôle de Lavardin/La Bazoge, mais encore dans la région des Bercons, d’où leur rattachement à la zone de production de Sillé.

Les zones de second niveau

La zone de production de La Gravelle/Saint-Pierre-la-Cour (9)

31Ce secteur compte au total 45 sites et pourrait donc relever de la catégorie précédente. Toutefois, on ne compte dans cette zone de production que 15 sites de réduction avérés. Cette petite région se trouve à la limite du département de la Mayenne et de l’Ille-et-Vilaine, autour du bois des Effretais et du bois des Gravelles. M. Hubert (2005) a publié une partie de ses recherches sur ce secteur dans le courant du présent travail. La principale difficulté vient du fait que la majorité des vestiges rencontrés ici sont des blocs plus ou moins complets de scorie piégée, le plus souvent découverts hors contexte, ce qui empêche de chiffrer le nombre exact de gisements mais également l’importance réelle de la production par cette technique. L’une de ces scories a été datée par radiocarbone de l’époque romaine (supra p. 99). En outre, un site à scories coulées en cordons denses a livré des tuiles à rebord, pouvant indiquer une datation de l’époque romaine ou postérieure (La Basse Barolais à Saint-Pierre-la-Cour, 53 247.08). Ces deux datations sont insuffisantes pour affirmer que la majorité des déchets sont antiques. La présence de plusieurs faciès de scories, notamment des scories à cordons vacuolaires, pourraient permettre de présumer l’utilisation d’une autre technique de réduction directe, peut-être à une autre époque (Moyen Âge ?).

La zone de production Meslay-du-Maine/Sablé-sur-Sarthe (11)

32Un ensemble discontinu de sites s’étend de Meslay-du-Maine (Mayenne) à la frontière du département de la Sarthe (Bouessay/Sablé-sur-Sarthe). Cet axe est celui de la route départementale menant de Sablé-sur-Sarthe à Laval. On peut supposer par endroits la présence d’une voie plus ancienne autour de laquelle s’organiseraient les sites.

33La zone de production de Meslay-du-Maine/Sablé-sur-Sarthe se trouve immédiatement au sud de la région de Charnie présentée ci-dessus mais s’en détache assez nettement. Elle compte au total 33 sites, scindés en deux pôles dont le plus important compte 24 sites (17 ferriers) et le second seulement quatre. La concentration principale est centrée sur Saint-Loupdu-Dorat et Bouessay (Mayenne). L’autre est due à la présence de quatre sites sur la commune du Buret (Mayenne). Enfin, cinq sites se trouvent en dehors des zones définies par l’analyse spatiale informatique.

34Comme la zone précédente, la région a livré des scories piégées témoins de l’emploi de bas fourneaux sans écoulement de la scorie.

  • 6 Site de La Forge à Auvers-le-Hamon, Sarthe : 72 016.02 daté des xive-xve siècles grâce à la découv (...)

35La chronologie de l’activité sidérurgique est la plus étendue de la zone d’étude car on trouve ici à la fois le témoin le plus ancien de la réduction directe du fer dans la région (une scorie piégée datée du viiie-ve siècle av. J.-C. : supra p. 99) mais également un des deux ferriers attribués au bas Moyen Âge6. En outre, le site de La Maison de paille à Meslay-du-Maine, diagnostiqué par l’INRAP, a été daté des xie-xiie siècles (Letho Duclos 2005 ; site 53 152.01). Enfin, on compte deux ferriers attribués à l’époque romaine grâce au mobilier découvert en surface. On peut donc dire que l’activité semble s’étaler dans ce secteur du ve siècle av. J.-C. au xve siècle ap. J.-C. avec des phases plus importantes d’occupation antique et médiévale : ceci permet de relativiser la concentration observée. Cette zone de production relève probablement d’une activité modeste, sur le temps long. Malheureusement, les données sur les dimensions des ferriers ne sont pas assez nombreuses pour préciser l’importance de la production.

La zone de production de La Ferrière-aux-Étangs (y)

36Cette zone de production s’étend très largement en dehors de la commune éponyme, qui ne compte en fait que trois sites liés à la réduction directe du fer (pôle a) (fig. 92). La majeure partie des 23 sites, dont 20 ferriers, se trouve au nord de la zone d’étude, autour de la forêt de Halouze et du bois d’Auffy (pôle b) et jusqu’au Bois du Docteur Colombe à Tinchebray (Orne) (pôle c).

37Les sites de ce secteur sont généralement de dimensions modestes, à l’exception de celui du mont de la Roue à Chanu, dont la surface est estimée à 3 950 m2 (61 093.01).

38Plusieurs textes attestent une activité sidérurgique médiévale dans cette région. On ne possède malheureusement aucun élément de datation permettant d’identifier avec certitude les témoins de ces ateliers médiévaux. Cette zone livre des scories à cordons denses mais également des scories en cordons vacuolaires et des fonds de four (respectivement cinq et trois sites). Or on a vu les possibles rapprochements de ces faciès avec l’époque médiévale. On ne peut malheureusement pas aller plus loin en l’absence de sondage sur ces sites.

La zone de production de Laval (10)

39L’ensemble de ferriers découverts autour de Laval, essentiellement sur les communes de Saint-Berthevin et Changé (Mayenne), ne constitue pas à proprement parler une concentration (supra fig. 90, p. 119). On ne compte que 13 sites sur les quelques 60 km2 de ce secteur, ce qui en fait une des zones globalement les moins denses. Ce morcellement est confirmé par le modèle mathématique qui discerne deux groupes, l’un de sept et l’autre de deux sites, seul le premier constituant un réel pôle, avec une densité de 0,67 ferriers/km2.

40Cinq ferriers de ce secteur sont datés de l’époque romaine grâce au lot céramique le plus riche de la zone d’étude. En outre, le faciès des scories est très homogène, ce qui plaide dans le sens d’une technique de réduction unique et bien maîtrisée (11 des 13 ferriers sont constitués de scories en plaquettes). Il est sans doute possible d’attribuer l’ensemble de l’activité sidérurgique localisée dans ce secteur à l’époque romaine et probablement au Haut-Empire, si l’on se fie à la datation des lots de sigillées recueillis.

41Quelques-uns des ferriers de ce secteur sont assez importants, notamment celui mis au jour par M. Hubert à la porte de Laval (site de La Gaufrie, 53 130.01), qui mesure plus de 6 000 m2. On peut donc dire, même en l’absence de données précises sur la durée d’occupation, que la production a dû être relativement importante.

La zone de production de Saint-Michel-et-Chanveaux (14)

42Ce petit ensemble compte au moins douze ferriers. Il apparaît ici car il est probablement la continuité de la zone de production identifiée dans le sud du département de la Mayenne. La commune de Saint-Michel-et-Chanveux (Maine-et-Loire) se situe très largement en dehors de la zone d’étude et n’a pas fait l’objet de visite ou de prospection. Les sites reportés ici sont connus grâce aux recherches de l’Association des amis du château de Noyant-la-Gravoyère (Daufy 1996 ; 1997 ; 1998).

Les zones de troisième niveau

43Pour dix sites ou moins, le modèle mathématique est le plus souvent incapable de mettre en évidence des concentrations. Les chiffres de surface et de densité n’ont donc plus beaucoup de valeur.

La zone de production de Château-Gontier (12)

44Il s’agit ici plus d’un éparpillement de sites (sept ferriers et trois dispersions) que d’une vraie zone de production. Le modèle mathématique souligne quand même ce petit ensemble en dessinant trois groupes. Le nombre de sites rapportés à la surface de la zone de production telle qu’elle a été dessinée à l’œil est toutefois très faible (0,05 ferriers/km2).

45Le faciès des déchets est ici aussi assez homogène (six des sept sites pour lesquels le faciès a été reconnu sont constitués de scories en plaquettes). Un seul site de la région a été daté, de l’époque romaine (La Fardelière à Quelaines-Saint-Gault, 53 186.01). Il est très probable que l’essentiel de l’activité de ce secteur est contemporain, peut-être de l’Antiquité. Il est malheureusement difficile d’évaluer l’importance de la production mais, en l’absence de grands ferriers, on peut juger celle-ci relativement modeste.

La zone de production d’Aron (8)

46Ce secteur compte dix sites, partagés en part égale entre ferriers et dispersions. Ceux-ci se distribuent sur une dizaine de kilomètres carrés et constituent un petit ensemble homogène. Tous les sites pour lesquels le faciès est connu livrent des scories en cordons denses. Il s’agit probablement d’une petite zone de production où l’activité sidérurgique est resserrée dans le temps. Malheureusement, aucun site n’a pu être daté. Les sites repérés sont très mal conservés et témoignent d’une récupération intensive et vraisemblablement ancienne des résidus sidérurgiques pour divers usages. Toutefois, la superficie des ferriers est le plus souvent assez restreinte (inférieure à 800 m2), ce qui indique l’existence de tas de scories assez petits et donc une activité modeste à moyenne. Seul le site de La Chauvinais à Marcillé-la-Ville (53 144.01) fait figure d’exception, avec ses 2 ha, mais ce ferrier, situé en bordure de plateau a été étalé par l’érosion et des labours répétés : la surface actuelle n’est donc sûrement pas représentative de l’emprise originelle de l’amas de déchets.

47La proximité de la capitale de cité diablinte (6 à 10 km) rend tentant le rattachement de ce petit secteur à l’époque romaine, d’autant plus que certaines des scories mises au jour dans les niveaux de remblais de Noviodunum pourraient être issues du minerai traité à Aron (infra p. 163). Toutefois, les arguments archéologiques sont encore trop faibles pour franchir le pas. Cette zone reste encore mal datée.

La zone de production de Cérans-Foulletourte (75)

48Ce petit secteur est situé en dehors de la zone d’étude. Il est reporté ici uniquement grâce aux informations fournies par M. Hubert. Il s’agit de sept ferriers dont six au moins présentent des scories à cordons vacuolaires. Cette homogénéité pourrait traduire une occupation sur une seule période, en tout cas l’utilisation d’une technique ou d’un type de bas fourneau unique. Les informations sur cette région sont encore très lacunaires et ne permettent pas d’évaluer la chronologie où l’importance de la production sidérurgique mais démontre une fois de plus le potentiel du département de la Sarthe.

La zone de production de Rânes (6)

49Comme pour la précédente zone, les vestiges localisés à Rânes se trouvent en dehors de la zone d’étude et ont été découverts et rapportés par M. Hubert. L’intérêt de ce petit secteur, qui ne regroupe à l’heure actuelle que sept sites, dont quatre ferriers, est la coexistence au même endroit de scories piégées et de sites à scories coulées en cordons denses. La présence conjointe de ces deux types est encore difficile à interpréter, en l’absence de données chronologiques (succession, transition, coexistence).

La zone de production de Lignières (5)

50C’est la dernière zone de production identifiable en tant que telle. Elle ne regroupe que six sites, dont quatre ferriers, sans qu’on puisse définir une réelle concentration. Deux des amas de scories sont constitués de scories en cordons denses, les deux autres de plaquettes. Aucun n’a pu être daté.

51En fait, cette zone est intéressante en raison de l’existence d’une carte postale représentant la récupération de scories de réduction directe sur la commune de Lignières (supra p. 40). Celle-ci permet de présumer l’existence d’au moins un très gros ferrier sur la commune et donc d’une production importante, dont la datation reste malheureusement inconnue.

Les sites liés à la réduction directe du fer situés en dehors des zones de production

52Il existe de petits pôles de concentration qui n’ont pas été rattachés à l’une ou l’autre des zones de production présentées ci-dessus. Il s’agit essentiellement de pôles ne comptant que deux ferriers et quelques dispersions de scories apparemment isolés. Deux d’entre eux se trouvent à l’ouest de Saulges (Mayenne) : le premier est constitué d’une série de dispersions enregistrées par le SRA sur la commune de Chéméré-le-Roi, qui n’ont pas toutes été retrouvées sur le terrain ; le second est dû à un problème de localisation du site de L’Aubinière à Arquenay, qui a amené à l’enregistrement séparé au même lieu-dit d’un ferrier dont on ne peut être sûr qu’il ne correspond pas au même site que celui déclaré par A. Guéguen : on voit donc bien que les deux pôles définis par l’ordinateur n’ont ici que peu de sens.

53Il en va de même des deux petits secteurs visibles au sud de la zone de production de Lavardin/La Bazoge, qui ne sont constitués que de deux ou trois sites.

54En tout, 71 des 617 sites pris en compte pour la définition des zones de production n’ont pas été intégrés à un quelconque groupe, soit 11,5 %. Quelle interprétation peut-on donner à ces sites isolés ? Il faut bien distinguer ici les dispersions de scories (51 des 71 sites, soit plus des deux tiers) des ferriers. Les premières peuvent être issues de la réutilisation des scories à différentes périodes et parfois à des distances importantes de l’amas qui a servi de carrière. Si l’on ne considère que les 20 ferriers restants, on peut supposer qu’une partie d’entre eux reflète une activité sidérurgique isolée, ce qui ne préjuge pas de son importance. Il pourrait ainsi s’agir d’ateliers installés à proximité d’un gisement modeste. L’interprétation archéologique de ces installations isolées ne peut se faire sans une connaissance précise de leur environnement, ce dont on ne dispose pas encore.

Les zones de production sidérurgique anciennes dans la trame d’occupation du territoire

Répartition des sites liés à la réduction directe datés

55Très peu de sites liés à la réduction directe sont datés : 55 sur 484 si l’on se limite à la zone d’étude, 62 sur 617 si l’on prend en compte l’ensemble des sites pris pour le dessin des zones de production. Ces sites se concentrent essentiellement dans la zone de Charnie, de Sillé et de Laval (fig. 107). Ailleurs les sites datés sont le plus souvent isolés et permettent seulement de prouver que certaines zones sont actives à telle ou telle période.

Confrontation de la répartition des pôles de production sidérurgique anciens avec la base PATRIACHE

56Aucune prospection systématique n’a été menée pour connaître l’environnement précis des sites de réduction du Bas Maine et on a recours ici aux données de la base nationale patriache qui est enregistrée et tenue à jour par les SRA. Les deux services couvrant la zone d’étude (Pays-de-la-Loire et Basse-Normandie) ont accepté de communiquer une extraction de leur inventaire informatisé correspondant à l’emprise de la présente recherche afin de confronter la répartition des sites déjà connus avec les sites de production sidérurgique retenus pour cette étude. Bien évidemment, le manque de datation fermement établie pour les ferriers de la région interdit une réelle analyse spatiale. Toutefois, le SIG autorise la visualisation de la distribution des entités archéologiques par rapport aux zones de production définies ci-dessus et à leurs pôles de concentration.

Fig. 107Répartition des sites liés à la réduction directe du fer datés.

  • 7 Habitat : bâtiment, construction, demeure, enclos, ferme, fondation, habitat, maison, mur, occupat (...)

57La base informatisée du ministère de la Culture est relativement complexe à manipuler. Elle concentre en effet les difficultés d’interprétation inhérentes à l’archéologie. Ainsi, de nombreux sites restent non datés et d’autres sont non caractérisés. Pour confronter ces informations avec la répartition des sites de réduction directe du fer, il était nécessaire de réaliser une sélection au sein de cette base : celle-ci a été faite selon un découpage chronologique et thématique. La fourchette chronologique adoptée est celle des sites retenus pour la présente étude, c’est-à-dire du premier Âge du fer au bas Moyen Âge. Cette période a été scindée en trois, selon la périodisation conventionnelle : Âge du fer, Antiquité, Moyen Âge (l’interrogation a été menée sur la date de début d’occupation indiquée dans le tableau du SRA). Quatre thématiques ont été retenues : habitat/occupation, édifices publics ou fortifiés, sites funéraires et activités artisanales. Pour sélectionner les sites correspondant à ces thèmes, une requête a été menée sur le champ « vestiges » de la base7.

58Il faut signaler qu’un même site peut être enregistré à plusieurs titres dans la base de données patriarche, en fonction des phases d’occupation mais aussi de la nature des vestiges. Ainsi, une fouille ayant mis au jour une sépulture, un atelier de potier et un enclos de la même période feront l’objet de trois enregistrements distincts. Certains sites peuvent donc être intégrés dans plusieurs thèmes.

59La distribution de ces sites a été confrontée à celle des pôles de concentration tels qu’ils ont été définis plus haut (supra p. 127). On connaît ou on propose pour certains une fourchette chronologique pour leur formation ou au moins des périodes d’activité (supra p. 132). Apparaissent en gris plus soutenu dans la cartographie les pôles dont l’activité est attestée à la période présentée.

60La première étape est de savoir si les données des SRA couvrent les zones de concentration de sites de réduction directe du fer. C’est la première carte (fig. 108, en haut à gauche). Les sites sidérurgiques ne sont bien sûr ici pas représentés. On perçoit immédiatement la très forte inégalité de répartition : la concentration visible au sud-ouest du département de la Mayenne est due à la découverte de très nombreux enclos par prospection aérienne. La grande majorité de ces sites n’est pas datée. C’est d’ailleurs le cas de nombreux autres enregistrements. Ainsi, les requêtes chronologiques et thématiques restreignent fortement l’échantillon et entravent une vraie étude de distribution spatiale. Certaines des zones de concentration ne sont que peu ou pas couvertes par le semis de points : c’est notamment le cas de la partie nord-est de la zone de Charme, mais aussi de celle de Sillé. Ce phénomène s’explique simplement par la présence dans ces deux régions de très vastes forêts qui n’ont jamais fait l’objet d’investigations archéologiques. Ces inégalités pénalisent encore une fois l’étude de répartition.

61Malgré ces difficultés, la projection des sites extraits de patriarche, hormis les sites liés à la métallurgie du fer, sur les pôles de concentration de sites de réduction directe du fer a été faite en fonction des trois grandes périodes (fig. 108). Le constat est grossièrement le même pour les deux premières cartes (Âge du fer et Antiquité) ; aucun des sites enregistrés dans la base des SRA ne se trouve dans un pôle de concentration à l’exception d’un : il s’agit d’un petit enclos de l’Âge du fer, d’une dizaine de mètres de côté (no SRA 53 008 0011) mis au jour sur la commune d’Aron, au lieu-dit La Cour des Oyères, à moins de 500 m d’un ferrier découvert par M. Hubert (53 008.04). Malheureusement, on ne peut lier les deux sites en se fondant sur leur seule proximité. On connaît en outre l’occupation de ce secteur au deuxième Âge du fer grâce aux diagnostics archéologiques préalables au contournement routier de la ville de Mayenne : c’est sur la seconde carte (fig. 108, en haut à droite) l’alignement de sites visible entre Moulay et la zone d’Aron (Valais 2007).

Fig. 108 Ensemble de cartes montrant la répartition des sites enregistrés par le SRA par rapport aux pôles de concentration de sites de réduction directe du fer.

62Pour l’époque romaine, on constate dans deux cas que des habitats bordent des zones de production, notamment à Laval ou pour la zone de production de Sillé, ou encore pour le pôle a de la zone de Charnie. Toutefois, aucune occupation connue, quelle que soit sa taille ou son importance n’est attestée au sein des pôles de concentration à l’époque où la production semble la plus importante. La situation est légèrement différente pour la période médiévale : on voit alors se superposer sites et zones de production sidérurgiques. L’interprétation de cette dernière carte est cependant assez délicate, car nombre de ces sites sont des cimetières paroissiaux dont l’origine remonte au Moyen Âge, ce qui est le cas dans la majeure partie des communes de la région. Il en va de même de la classe des édifices fortifiés qui rassemble, pour l’époque médiévale, châteaux et maisons fortes.

63On le voit, l’interprétation de la place des sites sidérurgiques dans la trame d’occupation du sol souffre de très nombreuses limites. Dans l’état actuel des données, il est impossible de dire si les sites de réduction directe du fer du Bas Maine se trouvent au sein de zones dédiées uniquement à cette activité, à une période ou une autre.

Les zones de production et les frontières

64La confrontation de la distribution des ferriers datés de l’époque romaine avec les frontières antiques supposées appelle un commentaire (cf. supra fig. 107). En effet, on constate que plusieurs de ces sites se trouvent à proximité d’une limite de cité présumée, au moins pour le Haut-Empire. C’est notamment le cas dans la plus importante zone de production de la région, celle de Charnie. Les deux pôles de concentration principaux de ce secteur – et les sites antiques qu’ils regroupent – sont séparés par l’Erve, dont la vallée est ici très encaissée et constitue selon l’hypothèse de J. Naveau la frontière entre les cités diablinte et cénomane (Naveau 1995). Il n’est pas facile de savoir si cette séparation est due à la présence d’un obstacle physique – la vallée –, à la présence d’une limite administrative ou à une toute autre raison, technique (approvisionnement en minerai et combustible) ou socio-économique (propriété). En outre, on constate des situations similaires pour d’autres ferriers de la région notamment en forêt de Sillé, dans la zone de Pail, de La Gravelle, et de Château-Gontier. En effet, dans chacune de ces zones se trouve au moins un site daté de l’époque romaine le long de la frontière supposée de la cité des Diablintes, côté intérieur ou extérieur. Il est donc bon de s’intéresser de plus prêt aux limites supposées de ce territoire.

65Les contours retenus pour cette étude sont ceux proposés par J. Naveau (1995). Ils sont assez fermement étayés sur trois côtés : au nord, au sud et à l’ouest. La disparition de la cité diablinte dans le courant du IVe ou au début du Ve siècle et son rattachement au territoire cénoman n’ont pas permis de pérenniser la frontière est dans les diocèses médiévaux. Ceci interdit donc l’usage de la méthode régressive. L’hypothèse de J. Naveau est fondée pour ce tronçon oriental sur une série d’indices toponymiques et l’utilisation de cours d’eau comme frontière. Cette proposition n’est pas complètement satisfaisante mais ne peut pas être vraiment corrigée sans élément supplémentaire. Malheureusement, les plus grandes zones de production sidérurgique se trouvent dans cette région. Il n’est toutefois pas anodin que les ferriers antiques de ces secteurs se situent sinon sur la frontière, du moins dans une zone de frontière. Le cas des ferriers de la zone de Charnie est le plus explicite puisqu’ils se partageraient entre la cité des Diablintes et celle des Cénomans. Dans la même logique, dans le secteur de Pail, les sites rattachables à l’époque romaine se trouveraient dans trois cités différentes, celles des Diablintes, des Cénomans et des Ésuviens. Ceci pourrait expliquer la tripartition observée grâce àl’analyse spatiale informatique. En revanche, la zone de Sillé serait limitée par la frontière : aucun des ferriers romains repérés dans ce secteur ne se trouve à l’ouest de la limite tracée par J. Naveau.

66Le doute reste donc possible pour la partie orientale de la cité. D’autres exemples semblent pourtant indiquer que la situation de certains sites ou zones de production le long des frontières n’est pas un hasard. Dans le secteur de La Gravelle/Saint-Pierre-la-Cour, la scorie piégée du Bel Orient a été découverte le long de la voie romaine censée être ici la frontière avec les Riédons, qui est également celle de la Bretagne et de l’actuel département de l’Ille-et-Vilaine. Il en va de même au sud, dans la petite zone de Château-Gontier, où un ferrier romain se trouve presque exactement sur la frontière méridionale des Diablintes proposée par J. Naveau qui paraît ici mieux assurée. Enfin, pour d’autres secteurs malheureusement non datés on ne peut que noter la coïncidence : il s’agit notamment du petit secteur de Lignières qui se trouve sur la frontière nord, celle du doyenné médiéval de Passais, et peut-être celle de la cité antique des Diablintes.

67L’étude de la situation des zones de production sidérurgiques par rapport aux limites administratives anciennes butte donc sur trois grandes difficultés :

  • en premier lieu la chronologie : on ne dispose que très rarement de datations précises pour les sites de production comme pour les limites administratives ;
  • ensuite, ces mêmes limites ne sont pas toujours certaines ;
  • enfin – et c’est sûrement le problème central – les critères techniques de l’activité de production sidérurgique (présence conjointe de bois et de combustible) conditionnent fortement l’installation des zones de production et cachent ainsi les facteurs socio-économiques qui ont amené à la concentration des sites sur un point du territoire.

68Malgré cela, il paraît intéressant de considérer cet aspect de l’implantation des sites de réduction directe. La confrontation avec d’autres régions serait sûrement profitable, mais les études précises sur ce sujet font encore défaut pour permettre de pousser plus loin cette réflexion et encore plus pour tirer de quelconques conclusions de l’exemple du Bas Maine.

Zones de production et agglomération

69On n’envisagera ici que l’époque romaine, le nombre de site daté pour l’époque médiévale étant trop faible. La carte de répartition des zones de production met en évidence la situation particulière de l’agglomération secondaire présumée du plateau de la Cité à Saulges (supra fig. 98) : elle se situe au centre de la zone de production de Charnie, au sein d’une zone vierge de sites sidérurgiques d’environ 20 km2 de surface, mais entourée de toute part de ferriers, dont une partie au moins est d’époque romaine.

70Le site du plateau de la Cité se présente sous la forme d’un plateau karstique limité au nord et à l’est par le cours de l’Erve, dont le possible statut de frontière a déjà été évoqué. Aucun terrassement ne semble clore cette aire plane. Le site est très mal connu car les fouilles qui y ont été menées sont très anciennes et n’ont pas produit de plan ou de publications importantes (voir bibliographie complète dans Naveau 1992a : 141-142). L’existence d’une agglomération à Saulges n’est pas encore prouvée mais, quels que soient son importance et son statut, on peut envisager que l’établissement du Plateau de la Cité a pu avoir un lien avec les sites de production sidérurgique environnants. Le texte de J. Le Fizelier indique la présence d’une forge sur le site (Le Fizelier 1878). Des scories sont, selon J. Naveau, abondantes au sol (Naveau 1992a : 141). Une unique visite sur ce lieu, dans des conditions très mauvaises (plein été), n’a pas permis de ramasser de scorie et l’on ne peut donc pas savoir s’il s’agit de vestiges de réduction ou de post-réduction (site 53 257.01). Toutefois, la seconde possibilité reste la plus probable. L’existence d’un ou plusieurs ateliers de post-réduction sur place est donc possible. Ce type d’installation est cependant banal et ne peut être un argument pour relier cette hypothétique agglomération aux ferriers qui l’entourent.

71La seule agglomération secondaire dont l’existence est attestée au sein de la zone d’étude est celle d’Entrammes (Mayenne) (Naveau 1991a et b ; 1992b ; Valais 2004b et c). La zone de production le plus proche est celle de Laval, dont le premier site daté de l’époque romaine se trouve à 6 km. Toutefois, on ne peut établir de lien entre les deux. En revanche, les recherches sur la voie de Corseul au Mans ont prouvé que celle-ci traversait la Mayenne très probablement par un gué à proximité duquel aurait été installé le château de Laval au xie siècle (Éraud et al. 1986). Cette situation aurait attiré des habitats durant l’époque romaine (sites de Grenoux : Naveau 1992a : 128-129) sans qu’on puisse en définir l’importance ou la répartition exacte (plusieurs installations rurales ou petite agglomération ?) (Éraud et al. 1986 :46). On a vu plus haut que quatre ferriers s’alignent le long de cette voie à l’ouest de ce passage (supra p. 114). Il est possible que les ferriers du secteur de Laval, dont on suppose que la majorité est romaine, soient liés à ce franchissement de la Mayenne et aux installations qui pouvaient y être attachées, situées à 2 km.

72Les autres agglomérations secondaires antiques supposées, Ernée et Loré, sont situées sur des terrains dépourvus de toutes ressources en minerai de fer et ne voisinent logiquement avec aucun ferrier. Il n’en va pas de même des capitales de cité situées dans l’emprise des cartes proposées. En effet, dans les deux cas, Jublains et Le Mans, une zone de production se trouve à moins de 10 km du chef-lieu de cité. La position de la zone de production d’Aron a été mise en parallèle avec la ville de Noviodunum/Jublains, capitale des Diablintes. Ce secteur est très modeste mais aurait pu approvisionner la ville (infra p. 163). Dans la partie cénomane, le cas pourrait être plus clair, puisque Le Mans se trouve à moins de 10 km de la partie méridionale du secteur de Lavardin/La Bazoge et l’on sait, grâce aux fouilles menées sur le tracé de l’autoroute A28, que l’activité sidérurgique a été, en partie, contemporaine de la ville romaine (Dunikowski, Cabboï 2001 ; Bouvet 2001b).

Le statut juridique des zones de production

73Nos connaissances sur l’environnement des sites de réduction directe du fer du Bas Maine sont encore trop floues pour permettre d’assurer que ceux-ci se trouvent dans des zones dédiées uniquement à l’activité métallurgique, bien qu’on puisse fortement le soupçonner pour certaines. Un fait doit être rappelé : très peu de sites sont isolés, avec seulement 20 ferriers sur les 427 mis en œuvre pour le dessin des pôles de concentration, soit 4 %. Dans tous les autres cas, lorsqu’on connaît un ferrier, il en existe au moins un autre dans un rayon de 2 km. Malheureusement, les datations manquent pour interpréter ces regroupements : sont-ils le fruit du déplacement de l’activité sur le temps long, selon des modalités variées (propriété, approvisionnement en minerai ou en combustible, réoccupation), ou d’une organisation spécifique de l’exploitation du territoire à une période donnée ?

74Il paraît prématuré d’avancer l’hypothèse de l’existence de domaines publics dévolus à la production sidérurgique dans le Bas Maine hormis, peut-être, le cas unique de la zone de Sillé (infra p. 166). Au contraire, il semble que la majorité des zones de production mises en évidence ne présente pas les critères de domaines contrôlés par un pouvoir public quel qu’il soit. En effet, ces concentrations sont généralement modestes, probablement actives sur une longue période, et elles ne rassemblent pas assez de sites pour qu’on y voit la marque d’une entreprise de grande ampleur. Deux cas, outre celui de Sillé, font exception à cette règle : celui du pôle b de la zone de Charnie qui, avec 85 sites dont 60 ferriers, couvre une surface continue de plus de 100 km2 où la densité de ferriers est supérieure 0,5 ferrier/km2 (soit une distance moyenne proche de 700 m entre deux amas). Cette aire livre des sites dont le faciès de déchets est homogène (cordons et plaquettes) et la datation toujours la même : sur les treize sites datés, tous sont gallo-romains. Le second cas, celui de Lavardin/La Bazoge, est plus problématique car on ne connaît pas encore suffisamment bien ce secteur, qui paraît avoir été exploité sur une très longue période. On pourrait envisager, au moins pour le premier de ces deux cas, l’existence d’une initiative publique à l’origine de la concentration, en raison de la surface occupée. Il paraît néanmoins impossible, à partir des sources archéologiques, de dire de quelle institution publique ces secteurs pouvaient relever (Empire, Conseil des Gaules, cité ?).

CARACTÉRISATION CHIMIQUE DES ZONES DE PRODUCTION

Définition des signatures chimiques

75La caractérisation des zones de production repose sur la mise en évidence de critères de composition chimique permettant de discriminer un site d’un autre, ou dans ce cas une zone d’une autre. Il s’agit d’une démarche complexe reposant sur des acquis récents. Plusieurs recherches ont été menées sur ce sujet et ont servi de base de réflexion (Leroy et al. 1994 ; Leroy, Ploquin 1994 ; Leroy, Casarotto 1995 ; Leroy 1997 ; Buchwald 1997 ; Buchwald, Wivel 1998 ; Serneels, Crew 1997).

76Récemment, les recherches ont été concentrées sur les éléments en trace présents dans les différents produits de la chaîne opératoire du minerai à l’objet. Ce sont en particulier les travaux de M.-P. Coustures sur deux sites de référence, ceux des Martys (Aude) et celui des Ferrys (La Bussière, Loiret), qui ont permis de poser les premiers jalons de l’établissement d’une véritable signature des sites sidérurgiques anciens (Coustures et al. 2003 ; 2004 ; 2006 ; 2007).

77On peut distinguer deux pistes pour caractériser un minerai ou ses produits :

  • la présence d’un élément spécifique en proportion exceptionnelle ;
  • l’existence de corrélation entre des éléments chimiques majeurs ou en trace lithophiles* de caractéristiques physico-chimiques proches (pouvant indiquer l’origine géologique du minerai).

78Ces deux possibilités ne s’excluent d’ailleurs pas l’une l’autre : la présence d’un élément spécifique n’empêche pas la mise en évidence de corrélations entre des couples d’éléments majeurs ou en trace.

79Le corpus sur lequel se fonde cette étude est limité aux scories de réduction collectées sur les ferriers (68). Le faible nombre d’analyses de minerais de fer de la zone d’étude ne permet pas de définir des groupes clairs (supra p. 89) et nous ne connaissons pas, pour les ferriers pris en compte dans ce paragraphe, le minerai mis en œuvre. Les relations minerai-scorie ne pourront donc pas être traitées. On se limitera à tenter de définir des groupes de scories dont les caractéristiques chimiques seraient susceptibles de servir dans l’établissement, dans un premier temps, de l’origine des scories de réduction découvertes à Jublains.

80La reconnaissance de groupes au sein des scories de réduction est sans doute l’étape essentielle dans la démarche de filiation. En effet, la scorie de réduction n’est pas seulement l’héritière du minerai, elle est le fruit d’un système minerai-paroi-combustible (Fluzin et al. 2000). Si l’on suppose que chaque atelier, situé dans une région où l’approvisionnement en matières premières est homogène, produit des scories de composition proche, deux régions utilisant des ressources différentes devraient produire des scories différentes. Ce postulat est évidemment très simplificateur : les minerais et les argiles, même s’ils proviennent de formations géologiques équivalentes, n’ont pas une composition constante. Les traitements minéralurgiques* peuvent, par ailleurs, modifier profondément cette composition. En outre, en fonction de l’essence, du sol sur lequel il a poussé, de la saison d’abattage et même de la partie utilisée (tronc, branche), un arbre ne fournit pas des cendres chimiquement identiques. Enfin, on ne peut exclure l’emploi, dans un même atelier, de minerais différents, successivement ou en mélange, ou l’ajout, volontaire ou non, d’autres produits à ce système (fondants calciques etc.). Toutefois, l’expérience montre que des minerais très spécifiques ont pu être suivis à travers leurs produits grâce à des éléments caractéristiques ou à des corrélations propres. Le problème est de détecter ces particularités. Pour ce faire plusieurs méthodes ont été suivies.

La mise en évidence d’éléments en proportion exceptionnelle

81Dans un premier temps, les moyennes des compositions de chaque élément ont été calculées pour les quatorze sites analysés, ainsi que les écarts-types correspondants. Puis des projections ont été réalisées pour mettre en évidence d’éventuels comportements anormaux. Ces graphiques permettent de visualiser les courbes des teneurs moyennes. Si les courbes se superposent sans se croiser, c’est que les compositions sont proches, même si les proportions varient. En revanche, si les courbes se coupent, cela peut indiquer une différence nette de composition chimique. En outre, les concentrations hors normes de certains éléments ressortent dans ces graphiques.

82Les observations ont été effectuées en deux temps, tout d’abord pour les éléments majeurs, exprimés en %, puis pour les éléments en traces, dosés en ppm. Pour cette dernière catégorie tous les éléments n’ont pas été pris en compte. Ceux dont le comportement instable est connu (As, Co, Cr, Cu, Ni, Pb, V et Zn) et ceux dont les teneurs sont proches de la limite de dosage (généralement présents à moins de 2 ppm : Bi, Ge, In, Mo, Sb, Se, Sn, Ta et Tm) ne figurent pas dans ces graphiques.

83Le graphique obtenu pour les éléments majeurs souligne une fois de plus la relative homogénéité des scories (fig. 109). Aucune ne manifeste de valeur réellement anormale. On constate seulement que les scories du site du Minerai à Aron ainsi que celles des Anellières à Gesvres ont un taux moins élevé en silice, mais celui-ci est corrélé à la teneur encore importante en oxyde de fer des scories de ces deux sites. Comme on l’a déjà vu, les scories de ces deux sites ont un indice moyen de saturation en fer relativement élevé (respectivement 1,93 et 1,79) (supra p. 90).

Fig. 109Courbes cumulées des teneurs moyennes en éléments majeurs des scories de réduction de 14 ferriers de la zone d’étude. On constate la forte homogénéité de composition de ces déchets.

84L’agrandissement sur les éléments majeurs présents à moins de 5 % fait encore ressortir le comportement anormal des sites d’Aron (fig. 110). En effet, pour les ferriers situés sur cette commune, la proportion moyenne de manganèse (MnO) est particulièrement élevée et, corrélativement, celle d’alumine (Al2O3) est significativement basse. Deux autres sites montrent un pourcentage moyen de manganèse supérieur à 2 %, à Laval et Saint-Pierre-la-Cour. Toutefois, les écarts-types assez forts, respectivement 0,98 et 1, montrent que les teneurs pour cet élément dans ces scories ne sont pas homogènes, alors que, sur les sites d’Aron, toutes les valeurs sont strictement supérieures à 2,2 % de MnO. Ceci semble constituer un critère discriminant pour les scories provenant de ce secteur. Ce n’est d’ailleurs guère surprenant car le manganèse présent dans les argiles a été exploité à Grazay (à quelques kilomètres d’Aron) dans la première moitié du xixe siècle et de nouvelles demandes de concession ont été faites, pour ces gisements et d’autres, à côté de Laval, au début du xxe siècle (Blavier 1837 ; ADM S 761, S 766, S 768).

Fig. 110Agrandissement du graphique précédent pour les teneurs inférieures à 5 %. Les scories du site du Minerai à Aron contiennent beaucoup plus de MnO que les autres. [La légende est la même que celle de la figure précédente]

Fig. 111 Courbes des teneurs moyennes en éléments traces (sélection) pour quatorze ferriers de la zone d’étude. On constate que les sites d’Aron présentent des teneurs anormalement élevées en baryum. [La légende est la même que celle de la fig. 109]

Fig. 112Agrandissement du graphique précédent pour les teneurs inférieures à 300 ppm. On constate une relative homogénéité. [La légende est la même que celle de la fig. 109]

85La distinction des scories d’Aron se confirme à l’examen des éléments en trace (fig. 111). Les scories des sites de réduction de cette commune ont une teneur moyenne en baryum supérieure à 1500 ppm, alors que les autres moyennes oscillent entre 182 et 589 ppm de Ba. La présence de baryum en forte quantité est donc un deuxième caractère spécifique des scories d’Aron.

86Si l’on s’intéresse aux éléments en trace présents à moins de 300 ppm – c’est-à-dire tous saufle baryum – on note que certains d’entre eux ont un domaine de variations relativement étendu, notamment Ce, La, Nd, Rb, Sr, W, Y et Zr (fig. 112). En revanche, Eu, Ga, Hf, Ho, Lu, Nb, Tb, Th et U, c’est-à-dire la plupart des Terres Rares*, sont présents en très faible quantité. Des groupes de scories de compositions homogènes peuvent être discernés grâce à certains éléments en trace, notamment pour Ce et W, mais l’amplitude de ces variations ne permet pas d’en faire un critère discriminant. On constate que certaines courbes se croisent au niveau de ce dernier élément, le tungstène (W), dont les teneurs semblent être très variables d’un site à l’autre et même d’un échantillon à l’autre, si l’on en juge par les écarts-types à la moyenne qui sont très importants. On ne peut pas distinguer d’autres anomalies et les courbes semblent se superposer, sauf peut-être pour le rubidium (Rb) mais ceci ne semble pas marquer une différence significative.

La recherche de couples d’éléments corrélés

87La recherche d’éléments corrélés passe par la mise en évidence d’un lien statistique liant l’évolution des teneurs d’un élément à celle d’un autre. On utilise pour cela la régression linéaire. On atteint ici une des principales limites de cette démarche. Il faudrait en théorie avoir un corpus d’au moins 30 analyses par site pour prétendre utiliser ce type d’outils statistiques, ce qui est loin d’être le cas ici. On tiendra seulement compte dans ce paragraphe des sites pour lesquels on possède au moins quatre échantillons analysés, ce qui exclut les sites de La Basse Barolais à Saint-Pierre-la-Cour et de La Cour des Oyères à Aron.

Fig. 113 Couples d’éléments majeurs pour lesquels une corrélation linéaire a été mise en évidence. Les chiffres indiqués correspondent au coefficient de détermination en %.

88Pour les éléments majeurs, il est relativement risqué de prendre en considération les teneurs d’éléments qui peuvent être fortement influencés par les conditions de l’opération de réduction – FeO, SiO2, Al2O3, P2O5 – ou par l’apport de la paroi et du combustible, qui, plus que le minerai, sont susceptibles de varier au cours du temps (Al, Si, K, Mn, P). Pourtant, l’exemple de la minette lorraine et du minerai des marais en Europe du nord, montrent que des proportions de certains éléments provenant du minerai se conservent dans la scorie. Les corrélations qui ont été relevées dans notre cas sont rares. Elles sont reportées dans le tableau suivant (fig. 113). Elles ne permettent pas de distinguer nettement un site d’un autre. Dans deux cas – celui de La Goisitière 2 à La Ferrière-Bochard (Orne) et de Roche Brune 1 à Pezé-le-Robert (Sarthe) – on a pu mettre en évidence des corrélations entre plusieurs couples, respectivement cinq et quatre. Ceci pourrait indiquer une relative homogénéité des matières premières utilisées par ces ateliers, amenant à la conservation des mêmes proportions de ces éléments d’une opération à l’autre (utilisation d’un minerai unique ou de mélange dans des proportions proches).

89Pour les éléments en trace, les propriétés physico-chimiques dictent, en partie, l’existence d’un lien entre certains couples d’éléments. Des paires ont ainsi été mises en évidence, sur la base des exemples des Martys (Aude) et des Ferrys (La Bussière, Loiret) (Coustures et al. 2003). La première étape est donc de définir quels couples peuvent être intéressants. Cette première question peut être réglée de façon simple : les paires pour lesquelles on constate une corrélation forte pour toutes les scories ne peuvent pas permettre de discriminer des groupes. Pour évaluer cette corrélation globale, on a calculé le coefficient de détermination (r2) de toutes les paires d’éléments pour l’ensemble des scories analysées, puis on n’a retenu que les cas où la droite de régression passe par l’origine et où r2 est supérieur à 95 %. Les résultats montrent que certains éléments en trace, majoritairement des Terres Rares, sont toujours corrélés (r2 supérieur à 0,95), selon un facteur constant (pente de la droite de régression égale). Ces paires ne sont d’aucune aide de notre point de vue (31 couples sont dans ce cas, reportés dans la figure 114).

Fig. 114 Tableau indiquant les couples d’éléments en trace pour lesquels on observe une corrélation constante et égale dans toutes les scories analysées pour la présente étude. Seule la partie inférieure du tableau est remplie.

90L’étape suivante est d’essayer de mettre en évidence des paires d’éléments corrélés pour chacun des sites séparément. Les possibilités sont très nombreuses et on a eu recours ici aussi à des manipulations automatiques. L’ordinateur a calculé le coefficient de détermination de tous les couples d’éléments analysés pour chaque site possédant au moins trois échantillons. Sur les chiffres obtenus, n’ont été prises en compte que les paires pour lesquelles r2 est supérieur à 95 %. On a ensuite vérifié que la droite de régression linéaire passait bien par l’origine, ce qui signifie que le rapport entre les éléments est constant et peut donc être mis en relation entre les différents produits et déchets. Lorsque ce n’était pas le cas, le couple a été éliminé. À la fin de cette sélection, 85 paires ont été retenues. Pour celles-ci, on a noté la pente des droites de régression pour chaque site où elles apparaissent.

91Malheureusement, les corrélations observées pour certains couples le sont le plus souvent pour un seul site, ce qui empêche la mise en évidence de groupe ou de discrimination. Dans deux cas seulement, les droites de régression sont distinctes. La paire Rb/Cs, permet ainsi de discriminer les sites de Roche Brune 1 (Pezé-le-Robert, Sarthe) de celui de La Goistière 2 (La Ferrière-Bochard, Orne) (fig. 115). On avait pressenti, sur la base des éléments majeurs, l’utilisation de minerai ou de mélange de minerais relativement homogènes sur chacun de ces sites. La mise en évidence d’une corrélation pour le même couple d’éléments chimiques mais dans des proportions différentes abonde dans ce sens. La paire Ga/Rb permet quant à elle de différencier le même site de Roche Brune 1 de celui de La Guittière à Saint-Denis-d’Orques (fig. 116). Dans plusieurs autres cas, les droites de régressions sont trop proches pour qu’on puisse réellement parler d’une discrimination : c’est notamment le cas pour les paires La/Ce, Dy/La, Lu/Nd, Ho/La et, avec des coefficients de détermination moins forts, Ga/Zr.

Fig. 115Graphique mettant en évidence l’existence d’une forte corrélation entre les teneurs en rubidium et en césium pour deux sites de la zone d’étude. La pente des deux droites de régression linéaire permet en outre de les distinguer clairement.

Fig. 116 Graphique mettant en évidence l’existence d’une forte corrélation entre les teneurs en rubidium et en gallium pour deux sites de la zone d’étude. La pente des deux droites de régressions linéaires permet en outre de les distinguer clairement.

92Une autre approche pourrait être tentée en se fondant sur la répétition de la même combinaison de couples corrélés dans d’autres séries de données. Il faudrait, pour développer ces pistes, réaliser des analyses en aveugle pour voir si l’on peut, sur la seule base des analyses chimiques, les attribuer au bon site et, une fois ce test fait, essayer de discriminer de la même façon des inclusions analysées dans des objets en fer. Il s’agit d’une piste de recherche à développer.

Les scories de réduction de Jublains : problème d’origine

Caractérisation et quantification

93Parmi les scories découvertes depuis le xixe siècle dans les remblais et les voies de la capitale diablinte, certaines sont issues de la phase de réduction du minerai de fer. Elles sont toujours présentes en remploi, jamais en rejet direct mais dans des niveaux de recharge, depuis environ les années 40 ap. J.-C. On ne peut malheureusement pas chiffrer précisément la quantité de ces déchets dans la ville, mais il est possible d’en donner une idée. Sur les 1 000 m2 dégagés lors de la fouille du Taillis des Boissières, ce sont 225 kg de scories coulées denses en cordons fins qui ont été comptabilisés, ce qui est non négligeable pour une surface somme toute restreinte (4 % de la surface de la trame urbaine). En effet, les scories de réduction sont également visibles sur le passage de certaines voies rayonnant autour de Jublains, notamment le long de la route de Grazay, et ce dès la sortie de la ville. En outre, on peut supposer que les scories signalées dans les remblais de la villa de La Boissière, située à peu de distance de la fouille évoquée ci-dessus, sont également pour partie des résidus de traitement du minerai de fer (Boissel 1973 : 6). Il n’est donc pas exagéré d’évaluer à plusieurs tonnes le poids de scories de réduction présentes dans l’agglomération. Or on ne connaît, à l’heure actuelle, aucune structure ou élément rattachable à la présence de bas fourneaux dans la ville ou à sa périphérie immédiate. En outre, la pratique d’opération de traitement du minerai de fer en milieu urbain ne saurait être qu’exceptionnelle et ponctuelle et ne peut donc expliquer la présence de plusieurs milliers de kilogrammes de scories coulées, même en tenant compte de la durée d’occupation (environ trois siècles).

Hypothèse de provenance

94La ville de Noviodunum est implantée sur le rebord d’un plateau granitique qui n’offre pas et qui n’a pu offrir aucune ressource en minerai de fer. La réalisation d’opération de réduction à grande échelle suppose donc l’importation en ville de minerai sur au moins 5 km, distance à laquelle se trouvent les dépôts détritiques tertiaires (sidérolithique) de Grazay ou de Mézangers. Il faut ajouter à cela la consommation en combustible qu’aurait nécessité l’installation d’un véritable atelier de réduction en milieu urbain alors que la ville devait déjà exercer une forte pression sur le boisement environnant. Il ne peut donc exister d’atelier de réduction comparable à ceux présentés ci-dessus dans la ville ou même à sa périphérie. Le traitement du minerai de fer a pu être fait de façon occasionnelle en milieu urbain mais dans des proportions limitées, ne pouvant produire des quantités très importantes de déchets. Il faut donc chercher l’origine de ces scories ailleurs.

95La zone de production la plus proche est celle d’Aron, distante de 6 à 10 km (supra p. 148). Pour permettre un rapprochement entre les scories analysées dans la zone d’étude et celles de Jublains, dix scories de réduction découvertes dans les remblais romains de La Grande Boissière (US 3007 et 5151) et du Taillis des Boissières (US 6475 et 7803) ont été analysées (fig. 117).

96On remarque d’emblée, sur les compositions en éléments majeurs, la présence de trois scories très riches en manganèse (SAR 401, 403 et 406). Si l’on observe le taux de baryum de ces échantillons, on constate qu’il est lui aussi très élevé, supérieur à 970 ppm (fig. 118).

97On peut donc rapprocher ces trois scories de celles des sites d’Aron, situés entre 7 et 8 km à vol d’oiseau. Rien ne prouve que ces résidus viennent précisément de l’un ou l’autre site de cette commune pour lesquels on possède des analyses, mais on peut être sûr qu’ils sont issus d’un atelier ayant mis en œuvre un minerai semblable, riche en manganèse et en baryum, ce qui restreint le périmètre à la région d’Aron et Grazay. On peut donc supposer que les scories ont été importées à Jublains ou que du minerai de ce secteur a été traité en ville. Ces trois scories ne se trouvent pas dans le même niveau de remblai (trois US différentes dans des points éloignés les uns des autres) ce qui exclut a priori un rejet commun.

Fig. 117 Tableau des compositions en éléments majeurs de dix scories de réduction provenant des remblais romains de Jublains (tableau complet en annexe 3).

Fig. 118Rapport MnO/Ba pour les scories de Jublains et d’Aron. On voit que trois des scories de Jublains se détachent nettement et se rapprochent du groupe d’Aron.

98En appliquant la méthode de recherche de corrélation présentée ci-dessus aux sept scories restantes, on s’aperçoit qu’elles forment un ensemble cohérent dans lequel il est possible de mettre en évidence la conservation de rapports constants entre plusieurs paires d’éléments majeurs et en trace. Parmi les éléments majeurs, on note des coefficients de détermination assez forts (supérieurs à 70 %) pour les couples Al2O3/SiO2 et MnO/SiO2. Pour les éléments en trace, cinq paires, en dehors des 31 couples constants, montrent une forte corrélation. Ils sont reportés avec leur coefficient de détermination et la pente de la droite de régression linéaire à la figure 119. Plusieurs autres sites présentent des corrélations pour ces paires, selon des rapports proches, mais aucun n’a exactement la même combinaison. On ne peut donc pas conclure concernant l’origine de ces scories. Il est en tout cas fort probable qu’elles sont le produit du traitement d’un minerai homogène, peut-être issu d’un seul site ou tout du moins d’une seule zone de production.

99En se fondant sur ces quelques résultats, on peut donc dire que les scories présentes dans les remblais de Jublains sont issues du traitement d’au moins deux types de minerai, dont l’un est sûrement originaire de la région d’Aron ou Grazay. L’importation de minerai de ce secteur pour le traiter en ville demeure douteuse et il faut envisager avec plus de certitude la récupération des scories de réduction comme matériau de construction. Pour le second groupe, on ne peut pas préciser l’origine du minerai mais il ne peut pas avoir été prélevé sur place car il n’y en a pas. En outre, l’homogénéité de composition chimique (indice de saturation proche, cf. supra) et la conservation de rapports entre plusieurs couples d’éléments majeurs excluent semble-t-il le traitement opportuniste de petites ressources apportées en ville. L’hypothèse d’importation de scories d’un autre secteur encore non analysé (Marcillé ?) est ici aussi privilégiée.

100Les difficultés rencontrées pour établir des corrélations entre les sites et définir des groupes sont probablement dues à la forte hétérogénéité du ou des minerai(s) utilisé(s). En effet, même si les sidérurgistes ont utilisé le même minerai tout au long de l’occupation d’un atelier, les gisements peuvent présenter de très forte variation de composition. C’est notamment le cas des formations détritiques du Tertiaire (sidérolithiques) qui se présentent sous forme de nodules ou de concrétions isolées et dont on a vu, pour le Bas Maine, l’hétérogénéité (cf. supra). En revanche, les sites pour lesquels on peut établir une corrélation entre des éléments en trace ont dû utiliser des gisements chimiquement plus homogènes.

Fig. 119 Couples d’éléments en trace pour lesquels on constate une forte corrélation pour les sept scories ne provenant pas d’Aron.

ÉTUDE DE CAS : LA ZONE DE PRODUCTION DU FER DE SILLÉ

La forêt de Sillé

Localisation et histoire du massif boisé

101La forêt de Sillé-le-Guillaume est partagée entre les départements de la Mayenne et de la Sarthe, bien que la majeure partie du domaine boisé se trouve dans ce dernier département. Elle forme un ruban de plus de 10 km de long sur une largeur d’1 à 4 km, pour une surface totale d’environ 3 300 ha. On connaît mal l’histoire de ce massif forestier avant le xviiie siècle, période à laquelle sont dressés ses premiers plans (ADS 1 Fi 393 ; ADS 1 Fi 825). On peut distinguer, à cette époque, la forêt des Bercons, au nord-est, qui tient son nom de la région voisine dont le fort potentiel minier a déjà été évoqué et le Bois de Pezé, au sud-est.

102Aucune recherche d’archive n’a encore été menée pour essayer de saisir l’évolution de cette forêt avant 1700. Certains auteurs reconnaissent en Sillé-le-Guillaume le toponyme Sylviaco mentionné dans les Actus pontificum Cenomanis (Actus... : 36 de l’édition de A. Ledru) et dont l’église aurait été fondée par Saint-Julien (premier évêque du Mans au ve siècle), mais également le Sylviago vigo du testament de Saint-Bertrand (Actus... : 127) et le Sylviaco qui est cité dans le testament de Saint Hardouin en 832 (Gesta Aldrici... : 39) (Cauvin 1845 : 507 ; Ponton D’amécourt 1883 :250). Ce toponyme évoque pour M. Termeau la présence de la forêt (.sylva = forêt) dans la région dès cette époque (Termeau 1952). Toutefois, les mêmes lieux ont donné pour d’autres auteurs le nom de Sougé, courant dans la région : Sougé-le-Ganelon (Sarthe), Soulgé (Mayenne), Soulgé-sur-Braye (Loir-et-Cher) (M. Busson dans l’édition des Actus... : 594 ; Ledru 1911 : 307). Il faudrait, pour s’assurer de l’évolution de ces toponymes, posséder une série de mentions notamment du Moyen Âge central. Dans tous les cas, le toponyme sylviaco, même s’il s’applique à Sillé, n’atteste en rien la présence de la forêt à ces époques, mais seulement une présomption.

103Si le plan 1 Fi 825 montre des coupes irrégulières, témoignant peut-être d’un ancien partage de la forêt, la levée 1 Fi 393, daté du xviiie siècle, représente une forêt découpée en parcelles régulières, preuve de la mise en coupe réglée pour les hauts fourneaux voisins de L’Aune et de La Gaudinière (voir sur ce phénomène Belhoste, Robineau 2003 :117-131). On sait que la forêt, telle qu’elle est représentée sur ces deux plans, appartient à la duchesse de Châtillon. Le Bois de Pezé était, quant à lui, propriété de la Marquise de Dreux (ADS1 Fi 393). L’exploitation de la forêt des Bercons pour les installations sidérurgiques est alors très forte et elle le demeurera jusqu’au début du xxe siècle. Les archives départementales de la Sarthe conservent même une demande d’installation d’un troisième haut-fourneau dans la région, aux bords du Grand Étang, anciennement appelé étang du Deffays, qui se trouve au centre de la forêt (ADS 8S30). Cette demande est formulée en 1839 par la propriétaire, la duchesse de Châtillon et d’Uzès par alliance. On peut donc supposer que cette partie de la forêt de Sillé n’a pas été confisquée après la Révolution, ou du moins qu’elle est rapidement revenue dans les biens de la maison de Châtillon.

104La forêt de Sillé a été nationalisée, pour sa majeure partie, en 1926 (Potel 1926), le bois dit du Deffays demeurant privé aujourd’hui. Depuis cette date, la forêt est gérée par le Service des eaux et forêts, devenu Office national des forêts après la Seconde Guerre mondiale. Le boisement était en très mauvais état lors de la prise de possession par l’État et près de 50 % de la superficie du domaine ont été replantés par des résineux, le reste étant une chênaie-hêtraie.

Contexte archéologique

105Hormis les recherches sur la sidérurgie ancienne menées dans le cadre de cette thèse, le secteur de la forêt de Sillé n’a pas fait l’objet de travaux archéologiques de grande ampleur récemment (Sarreste 2008). La synthèse établie par J.-P. Bouvet pour la CAG vaut donc encore largement (Bouvet 2001a). Elle se différencie d’ailleurs assez peu de l’inventaire établi par M. Termeau 50 ans plus tôt (Termeau 1952 ; 1953 ; 1954 ; 1963), ce qui montre bien l’absence de recherche dans ce secteur. La reprise récente des recherches sur le site de Roullée a été l’occasion d’établir pour ce secteur une carte archéologique à jour pour l’époque antique (fig. 120) (Sarreste et al. 2009 :11-14).

106Les données inédites sont issues de la base documentaire du Service régional de l’archéologie et plus particulièrement des travaux de prospection aérienne de Gilles Leroux et d’Yves Nevoux (ACA) ainsi que des prospections en forêt menées dans le cadre de la thèse. Pour les découvertes anciennes, apparaissent ici les mentions récolées dans la Carte Archéologie de la Gaule qui pouvaient être localisées (Bouvet 2001a). Enfin, est figuré le passage supposé de la frontière entre Diablintes et Cénomans selon l’hypothèse de J. Naveau (1995) ainsi que les itinéraires anciens décrits par le même auteur (Naveau 1997 : 42-61). Au total, seulement 15 sites ou mentions de découvertes sont attribués avec certitude à l’époque romaine, auxquels s’ajoutent 47 sites non datés.

107Force est de constater que les sites sidérurgiques, qu’ils soient datés ou non, tiennent une place prépondérante avec 34 sites de réduction directe sur les 62 enregistrements et plus d’un tiers des sites datés de l’époque romaine (6/15) auxquels il faut ajouter quatre sites d’extraction de minerai de fer anciens mais non datés. Ces sites ont fait l’objet de présentations détaillées qui ne sont pas reprises ici (Sarreste 2005 ; 2006b ; 2007b ; 2008 ; Sarreste et al. 2009, p. 8-9). On trouve ensuite treize sites fossoyés, quelle que soit leur forme, tous non datés.

Fig. 120Carte archéologique du Silléen pour l’Antiquité. Figurent également sur ce fond les sites non datés (données : base documentaire du SRA consulté le 2 27/10/2010 ; G. Leroux ; ACA ; Bouvet 2001a ; Naveau 1995 ;1997 ; Sarreste 2008/fond de carte : Corine Land Cover ; BD Carthage).

108Parmi les sites datés, il faut signaler la présence de trois villae ou supposées telles : à Roullée à Mont-Saint-Jean, au Vivier à Crissé et La Véronnerie à Pezé-le-Robert. La première fera l’objet d’un point particulier (infra p. 178). Les deux autres sites ont été repérés, il y a peu, grâce aux prospections aériennes menées par Gilles Leroux (2004 ; 2006).

109En 1996, C. Lambert et J. Rioufreyt ont signalé des murs de facture antique découverts lors de travaux autour de l’église de Saint-Rémy-de-Sillé. Deux murs parallèles formant un angle droit ont été reconnus et interprétés comme ceux d’un temple romano-celtique. Le plan de cet édifice a été récemment publié dans la synthèse sur ce type de lieux de cultes gallo-romains (Fauduet 2010 : 164).

110Trois trésors monétaires ont été mis au jour durant le xixe siècle à proximité de la forêt de Sillé (Bouvet 2001a : 365-366 et 426). Deux seulement sont localisés avec une relative précision et ont été reportés sur la carte de la figure 120. La chronologie de ces dépôts n’est pas assurée mais il semble que deux d’entre eux puissent être datés du troisième quart du iie siècle (la monnaie la plus récente étant à l’effigie de Lucius Verus pour le trésor de la Butte D’Oigny et d’Antonin pour Faustine II pour celui de Mont-Saint-Jean) et le dernier de la fin du iiie siècle. En outre, la trouvaille de trois monnaies du iiie siècle et une monnaie d’Antonin le Pieux (milieu du iie siècle), respectivement à Sillé et à Mont-Saint-Jean nous est connue bien que leur lieu de découverte soit mal localisé et donc non reportée sur la carte (ibid.). Enfin, la découverte isolée de fibules romaines à Pezé-le-Robert (non figurée) complète l’inventaire des vestiges antiques des communes retenues pour l’étude documentaire (Bouvet 2001a : 398).

111Deux bâtiments castraux attestent l’occupation médiévale la région : celui de Sillé-le-Guillaume, situé au coeur de la ville, daterait dans son premier état du xie siècle, mais la partie actuellement visible est attribuable aux xve siècle- xviie siècle, bien qu’aucune étude n’ait été encore menée sur cet édifice. Un second château se trouve au cœur de la forêt, au bord du Grand Étang. Il s’agit des ruines d’une enceinte rectangulaire d’environ 50 x 30 m, flanquée de tours circulaires aux angles et au milieu des grands côtés. Elle est entourée de toute part de douves en eau qui se raccordent à l’étang tout proche. Les murs et les tours sont conservés sur 3 à 4 m de hauteur. Les murs, construits en grand appareil de grès, ont environ 1,5 m d’épaisseur. Ce bâtiment n’a fait l’objet d’aucune recherche archéologique depuis le début du xixe siècle et on n’en possède donc aucun plan exact (Renouard 1815 :14-15 ; Pesche 1829-1842, VI : 160-161 ; La Sicotière 1841). Certains auteurs ont voulu lui attribuer une origine carolingienne (Ledru 1911 : 306). La situation et la datation de cette construction demeurent des énigmes.

Établissement de la carte paléo-sidérurgique

Les ressources minières

112La forêt de Sillé se trouve sur les derniers contreforts du Massif armoricain, plus précisément sur les reliefs accidentés du synclinal des Coëvrons (Le Gall, Maurizot 1998). Ce pli du socle produit par l’orogenèse cadomienne met au jour des roches primaires, organisées de façon symétrique par rapport à l’axe du synclinal (NNE-SSO). Les plus importantes formations appartiennent principalement aux périodes cambrienne et ordovicienne. Deux d’entre elles nous intéressent au premier chef car elles peuvent contenir du minerai de fer (fig. 121) :

  • les grès cambriens dits de Blandouet qui « se caractérisent surtout par le développement important de grès ferrugineux en plaquettes qui furent jadis exploités comme minerai de fer. » ; cette formation se trouve essentiellement sur le versant sud du synclinal (Le Gall, Maurizot 1998 : 31) ;
  • les schistes ordoviciens du Pissot, autrefois nommés Schistes à Calymènes, qui présentent à leur sommet plusieurs niveaux métriques de minerai de fer oolithique (Le Gall, Maurizot 1998 :34).

113En outre, la forêt est bordée à l’est par le secteur des Bercons, qui se trouve dans le Bassin parisien et offre des ressources minières importantes, notamment dans les formations des argiles cénomaniennes, dites à glauconie (supra p. 48). Il existe également au sud de la forêt un affleurement de calcaire jurassique à oolithes ferrugineuses dont l’exploitation pour la sidérurgie n’est pas attestée.

Les données anciennes

114L’existence de ferriers dans la région a été repérée depuis le xviiie siècle. Un ferrier est ainsi représenté au même endroit sur deux plans, à l’orée de la forêt des Bercons, à côté du carrefour du Chêne Morand. Il est simplement indiqué comme un « tas de sornes* » sur le plan 1 Fi 393, mais une note du plan 1 Fi 827 interprète ces résidus comme les vestiges d’une ancienne forge (ADS 1 Fi 827). Ce site a été retrouvé, il s’agit du ferrier du Chêne Morand à Montreuil-le Chétif (72 209.09), dont la parcelle porte encore le nom de Champ des Sornes dans l’état de section du cadastre de 1848 (ADS 3 P 211/71 : C1, 401-402).

Fig. 121 Localisation des principales formations pouvant contenir du minerai de fer autour de la forêt de Sillé.

115Par la suite, A. Ledru (1911 : 304) a fait l’amalgame entre les ferriers du secteur de Lavardin/La Bazoge, évoqués pour la première fois en 1806 par le naturaliste L.-J.-C. de Maulny (1806 : 25-26) et l’ensemble bien circonscrit à l’est de l’ancienne forêt des Bercons. En fait, le premier texte mentionnant la présence de ferriers en périphérie de la forêt de Sillé remonte à 1877 (Leguicheux 1877). On sait par ailleurs que des recherches ont été menées à partir des années 1860, notamment par M. Hédin (Hédin 1913-1914). Ce dernier déclare même avoir « trouvé les restes d’un petit fourneau en terre de 0,50 m environ de diamètre au pied d’un tas de scories » dans la forêt de Sillé sur les communes de Mont-Saint-Jean ou de Crissé (ibid. : 296). Le même auteur cite les travaux de l’abbé Dubois, concernant apparemment essentiellement la commune de Ségrie (ibid.) :

[Il] a relevé les traces d’une douzaine de forges à bras entre La Ferrière et La Chouannière ; enfin à La Tasse, à une centaine de mètres du chemin de Pommeureil aux Tuileries et sur les confins du bois de Pezé, il a découvert, voilà quelques mois, en 1913, les ruines de quatre fourneaux en terre réfractaire juxtaposés dans un même massif à des hauteurs différentes. Ils étaient ronds et avaient environ 0,70 à 0,80 m au plus de diamètre.

116Malheureusement, on ne possède ni l’emplacement exact de ces fouilles ni aucun relevé des structures mentionnées.

117Plusieurs auteurs évoquent des ferriers, outre ceux déjà cités tout autour du massif boisé : Les Aumôneries, Beauchêne, La Forge Picher, la Reprise, Les Tuileries sur la commune de Montreuil-le-Chétif ; La Ferrière et Roullée à Mont-Saint-Jean ; Le Ferré à Douillé ; L’Hôpiteau à Crissé (Leguicheux 1877 : 365-367 ; Ledru 1911 : 199 ; Davy 1913 : 101 ; Hédin 1913-1914 : 295-295-297 ; Termeau 1954 : 92-94 ; Bouvet 2001a).

La vérification des indices documentaires autour de la forêt

118Le dépouillement systématique des notes et articles a permis de localiser, au lieu-dit près, la plupart des informations. L’étude documentaire a été complétée, comme pour le reste de la zone d’étude, par la recherche de toponymes pouvant indiquer un site sidérurgique ancien et par l’examen des photographies aériennes verticales de l’IGN. 68 indices ont ainsi été inventoriés. Leur distribution est relativement dispersée autour de la forêt de Sillé (fig. 122). 53 indices ont été prospectés par M. Hubert ou moi-même entre 2002 et 2008, soit plus de 3/4 du total. Ces visites ont permis la découverte de seize sites (dix ferriers, quatre dispersions de scories de réduction coulées, une scorie piégée isolée et un site d’extraction). Ces sites sont très nettement resserrés autour de la partie orientale de la forêt de Sillé et dans la région des Bercons.

Les informations de B. Mege, agent de l’ONF

119Les sites mis au jour grâce à la vérification des indices documentaires, ainsi que les mentions anciennes, invitaient à penser que la zone de production se poursuivait au sein de la forêt.

Fig. 122 Distribution des indices de sites sidérurgiques anciens recueillis par l’étude documentaire.

120M. Hubert avait, avant le début de la présente étude, pris contact avec un agent de l’ONF, B. Mege. Ce dernier note depuis quelques années l’existence d’amas de scories, mais aussi d’autres anomalies, lors des opérations de marquage menées périodiquement dans la forêt. On peut considérer qu’en cinq ans la quasi-totalité de la forêt a été couverte par ces opérations et donc que les informations recueillies sont homogènes et représentatives ; elles permettent d’assurer que les sites les plus importants sont connus.

  • 8 La Ligne du Genêt à Crissé (72109.02), Le Saut du cerf (72 211.02) et Le Jouteau (72 211.04) à Mon (...)
  • 9 Champ Fouteau à Montreuil-le-Chétif (72 209.04).
  • 10 La Milleterie, La Fontaine d’enfer, La Jument blanche, Les Vieilles Ornières 1 à 3 Le Bignon à Mon (...)

121En 2004, cinq sites étaient connus en forêt de Sillé, dont quatre avaient été indiqués par B. Mege8 et le dernier par M. Hubert9. Trois de ces ferriers présentaient le caractère exceptionnel d’être intacts : ils conservaient un fort relief et des hauteurs très importantes (jusqu’à six mètres pour le site du Saut du cerf à Mont-Saint-Jean, 72 211.02) pour des surfaces généralement supérieures à 2 000 m2 et pouvant dépasser 1 ha. Entre 2004 et 2008, B. Mege nous a signalé six nouveaux sites qui, après vérification, ont permis l’enregistrement de huit ferriers supplémentaires10. Ce petit groupe de sites hors du commun justifiait une approche plus rigoureuse, notamment une prospection systématique en forêt.

Les prospections en milieu forestier

122Les méthodes de prospection en milieu forestier diffèrent sensiblement de celles appliquées en terrain découvert, sur sol nu (Ferdière 2006 : 21-96). Pourtant, le principe est le même : couvrir de manière la plus systématique possible les parcelles boisées afin d’y localiser d’éventuels sites archéologiques. Seuls les critères de repérage des sites changent. En sous-bois, on ne peut repérer des concentrations de mobiliers en surface. L’attention se porte donc sur les reliefs, les anomalies de végétation, la présence de substruction ou d’une zone où la neige fond plus vite (Meuret 2001) et des visions partielles du sol (Ferdière 2006 : 74-78).

123Toutefois, l’exhaustivité de la prospection est conditionnée par la pratique d’un « ratissage » systématique en bandes parallèles par l’équipe de prospection. C’est là que réside toute la difficulté : en l’absence de point de repère, suivre une ligne droite en forêt est très compliqué pour une personne et encore plus pour un groupe. Pour pallier ces difficultés, les prospecteurs doivent pouvoir s’orienter grâce à des repères matérialisés sur le terrain (chemin) ou grâce à une boussole.

124Les sites découverts par B. Mege ou M. Hubert étaient tous ou presque localisés en bas de pente, souvent le long d’un ruisseau. La décision a donc été prise de mener une prospection en fond de vallée en suivant les cours d’eau dans une bande d’environ 50 m de large de chaque côté. La carte de la figure 123 indique les surfaces couvertes par chacune de ces méthodes au cours des années 2005 et 2006.

  • 11 Le Grand Lavoir à Crissé (72 109.04), Courtil Minot 1 à 3 (72 211.11 à 13) et Le Débat à Mont-Sain (...)

125Une quinzaine de jours de prospection a été réalisée en forêt de Sillé. Au total, ce sont près de 730 ha qui ont été prospectés, dont 520 de façon systématique. La prospection a permis la découverte de dix nouveaux ferriers11.

Représentativité du corpus de la forêt de Sillé

126Au total, ce sont 44 sites liés à la métallurgie du fer qui ont été enregistrés dans ou autour de la forêt de Sillé (fig. 124). Parmi eux, on distingue une concentration homogène, comptant 34 ferriers, centrée sur la partie orientale de la forêt de Sillé. On ne peut pas, bien sûr, affirmer que tous les sites de réduction directe sont connus. Toutefois, l’arpentage réalisé par les agents de l’ONF permet de croire que les plus gros ferriers, ceux qui sont clairement visibles par leur relief, ont été reconnus. Ce sont les amas les moins importants qui font probablement défaut : ainsi, les sites de moins d’un mètre de hauteur conservée ont de forte chance d’avoir échappé au contrôle. En outre, comme on peut le voir sur la carte des zones prospectées (fig. 123), de très vastes secteurs n’ont pas encore été couverts de façon systématique. Ces zones vides sont dues à la présence de jeunes pépinières encore inaccessibles ou de boisements de résineux qui rendent plus complexe la prospection (semis à la machine, sol couvert d’une forte épaisseur d’aiguilles, mauvaise visibilité). La cartographie n’est donc sans doute pas encore complète, mais l’état des connaissances permet déjà de rendre compte d’une zone de production sidérurgique d’importance moyenne à l’échelle nationale (infra p. 243), dont la conservation exceptionnelle en milieu forestier fait tout l’intérêt.

Fig. 123 Carte des zones prospectées en forêt de Sillé avec la distribution des sites découverts.

La zone sidérurgique de Sillé

Présentation des sites de réduction directe

127La particularité de la zone de production de Sillé est de conserver plusieurs sites intacts et de grandes dimensions. Ainsi, contrairement au reste de la zone d’étude, on peut ici évaluer avec plus de précision les dimensions des sites, leur volume et se confronter avec les amas de scories tels qu’ils étaient – ou presque – lors de l’arrêt de leur formation.

128On possède ainsi les dimensions de 34 ferriers. Leur surface oscille entre 44 et 14 294 m2.

129On peut distinguer trois groupes en fonction du faciès des scories qui composent les amas :

  • Le groupe 1 est constitué de ferriers tous constitués très majoritairement de scories en plaquettes (on y observe parfois de très rares scories en cordons fins) ;
  • Le groupe 2 correspond aux ferriers à scories en cordons fins ;
  • le groupe 3 ne compte qu’un unique ferrier à scorie de fond de four.

Fig. 124 Carte de la zone de production sidérurgique de Sillé.

130Les ferriers du groupe 1 se présentent le plus souvent sous la forme d’amas de grandes dimensions, presque toujours supérieurs à 500 m2. Deux exceptions sont notables : il s’agit d’ensembles de trois ferriers proches situés à moins de 15 m les uns des autres mais non jointifs qui ont amené à l’enregistrement de sites différents pour chaque amas (sites des Vieillies Ornières 1 à 3, 72 211.08 à 10, et du Courtil Minot 1 et 3, 72 211.11 et 13, à Mont-Saint-Jean). On peut envisager, puisqu’ils sont tous constitués de scories en plaquettes, qu’ils sont issus d’activités contemporaines ou peu éloignées dans le temps mais qui n’ont pas donné lieu à la formation d’un tas unique.

131Les ferriers des groupes 2 et 3 sont généralement beaucoup plus modestes. Un site présente une organisation particulière : Les Bourdaines à Saint-Rémy-de-Sillé (72 315.01). Ce dernier a été indiqué par B. Mege à la fin de la phase d’inventaire de cette étude et n’a pas pu faire l’objet d’un enregistrement détaillé. Une nouvelle visite au début de l’année 2008 a permis de constater qu’il est constitué d’au moins dix ferriers de 10 à 20 m de diamètre et 1 à 2 m de hauteur, répartis sur une surface d’environ 1,5 ha. Ils sont tous composés de scories en cordons. Ces amas sont trop distants pour permettre de penser qu’ils proviennent d’un unique atelier. On ne peut pas non plus savoir si ces sites sont contemporains les uns des autres ou s’ils se sont succédés. La juxtaposition et l’homogénéité du faciès des déchets comme des amas invitent néanmoins à penser qu’ils ont été produits durant une période relativement courte, sans qu’on puisse préciser laquelle. Le fait qu’il s’agit de petits amas et de scories en cordons place ce site dans le deuxième groupe.

132Hormis ce cas, la distinction s’applique à tous les autres sites découverts dans la forêt ou à proximité. Le premier groupe rassemble 20 des 34 ferriers et représente donc l’ensemble dominant dans ce secteur.

Position topographique

133La distinction entre les trois groupes vaut également pour leur position topographique : les ferriers des groupes 1 se situent généralement en bas de pente, le long d’un ruisseau. Une seule exception à cette règle concerne le site du Grand Lavoir à Crissé (72 109.04), qui se trouve sur le plateau séparant deux vallées. L’attention particulière portée au fond de vallon pourrait expliquer la surreprésentation de cette position topographique. Toutefois, les prospections systématiques menées sur plus de 500 ha, ainsi que les indications des agents de l’ONF, permettent de penser que la distribution des sites, même si elle n’est pas complète, est représentative de la réalité.

134Les sites du groupe 2 ne présentent pas d’homogénéité dans leur position topographique. On en connaît en milieu de pente (Le Pas du chat 1 à Pezé-le-Robert, 72 234.03), au bord d’un ruisseau (Beauchêne 1 à Montreuil-le-Chétif, 72 209.06) ou en rebord de plateau si l’on considère que le site des Bourdaines (Saint-Rémy-de-Sillé, 72 315.01) qui vient d’être présenté, appartient bien à ce groupe.

Chronologie des activités

135Une des scories piégées datées par radiocarbone provient du site de La Coulée du Gué à Montreuil-le-Chétif (72 209.10), qui se trouve à l’orée de la forêt. Le résultat de cette datation, déjà présenté, atteste une implantation de la sidérurgie extractive dans ce secteur dès La Tène ancienne ou moyenne (supra p. 99).

  • 12 Le Saut du cerf (72 211.02), Le Jouteau (72 211.04), La Fontaine d’enfer (72 211.06), Les Vieilles (...)

136Malgré l’attention portée à la recherche de céramique en surface des ferriers, six sites seulement ont pu être datés avec certitude12 tous de l’époque romaine : ils appartiennent tous au groupe 1 (soit 1 sur 5). On l’a déjà vu, le faciès de scories en plaquettes semble très clairement associé à cette période (supra p. 105). L’homogénéité d’implantation, de conformation et de faciès de déchets fait penser que la plupart des ferriers du groupe 1 sont antiques. Il est également envisageable que les sites du groupe 2 soient romains. En outre, les quelques tessons découverts en prospection et la céramique issue de la fouille du site de Roche Brune montrent des similitudes (même pâte et même forme de céramique commune, pouvant indiquer une même origine). Il est donc possible que certains de ces sites soient contemporains.

137La fouille du site de Roche Brune a entre outre permis de sonder un petit amas de scories à faciès de fond de four (infra p. 229), qui a été daté du bas Moyen Âge (site de Roche Brune 2 à Pezé-le-Robert, 72 234.09). Il paraît donc que le potentiel minier de la région des Bercons a été exploité au moins depuis le iiie siècle av. J.-C., de façon encore très discrète, et jusqu’au xve siècle. Toutefois, la période de production majeure semble être la période romaine. On ne possède encore aucun témoignage des périodes intermédiaires (La Tène finale, haut Moyen Âge et Moyen Âge central) qui pourraient constituer des hiatus.

Estimation du volume de déchets produits

138On peut estimer le volume de la plupart des ferriers de la zone de production de la forêt de Sillé, en particulier ceux conservés en sous-bois. Cette évaluation est fondée sur les mesures prises lors des prospections. Celles-ci peuvent être surestimées, en raison même du relief du ferrier : il est donc vraisemblable que les volumes proposés sont légèrement supérieurs à la réalité. Malheureusement, plus le ferrier est étendu, plus l’imprécision est grande. En outre, le modèle mathématique développé par P.-M. Decombeix (et al. 1998) est valable normalement pour les ferriers en forme de calotte, ce qui est rarement le cas dans la forêt de Sillé. Malgré ces imprécisions, les valeurs obtenues permettent néanmoins de donner une image relativement cohérente du volume de déchets.

139On possède des données pour 31 ferriers : leur volume oscille entre 22 et 18 720 m3 pour une moyenne de 2 386 m3. La distribution des valeurs est surtout marquée par la présence de deux très grands sites : celui de La Fontaine d’enfer (72 211.06) dont le volume originel est estimé à plus de 14 560 m3 et celui du Saut du cerf (72 211.02), qui est le plus important de la forêt et de la zone d’étude avec une estimation de près de 18 720 m3 (fig. 125). En dessous de ces deux cas hors norme, on peut distinguer la présence de grands ferriers, supérieurs à 5 000 m3, et la prépondérance des ferriers de moins de 1 000 m3. Si l’on s’intéresse à ces derniers, on note la présence de très petits ferriers, inférieurs à 300 m3 et de petits ferriers dont le volume est compris entre 600 et 1000 m3 (fig. 126). Ces seuils sont très proches de ceux observés pour l’ensemble des ferriers du Bas Maine (supra p. 96).

Fig. 125 Distribution des volumes estimés des ferriers de la zone de production de Sillé par classe de 1000 m3.

140Logiquement, les ferriers du groupe 1, généralement plus vastes, sont aussi plus hauts et donc plus volumineux. Ainsi, sur la somme totale des volumes des ferriers de la zone de production de Sillé, soit 86 280 m3, les ferriers à scories en plaquettes du groupe 1 représentent à eux seuls 62 380 m3, soit 72 %.

Fig. 126 Distribution des ferriers de la zone de production de Sillé dont le volume estimé est inférieur à 1 000 m3 par classe de 100 m3.

Étude de la répartition des sites

La distribution des sites

141La totalité des sites n’est pas encore connue et il paraît prématuré d’envisager une analyse spatiale ; toutefois la distribution des ferriers semble loin d’être aléatoire (fig. 127). On remarque que les amas dont le volume de déchets est supérieur à 2 000 m3 (donc ceux du groupe 1) ne sont jamais distants de moins de 500 m les uns des autres. On note également que les sites ou ensemble de sites les plus importants (groupes 1 et 2) se répartissent tous les 500 à 1 000 m le long des talwegs de la forêt. Dans certains cas, on peut présumer que les ferriers sont de la même période, mais dans aucun cas on ne peut assurer qu’ils sont strictement contemporains.

142Si les sites sont contemporains, cet espacement peut être expliqué de façon relativement simple : les ateliers ont besoin d’une aire d’approvisionnement en combustible suffisante pour assurer leur production et ne peuvent donc pas être les uns à côté des autres. Si l’on admet qu’une partie des ferriers de la forêt de Sillé a fonctionné en même temps, ce qui pourrait être le cas, leur écartement pourrait correspondre à la zone qu’exploitait chacun pour le charbonnage. Il s’agit ici d’une hypothèse, dans l’attente de l’acquisition de données plus précise sur la datation de chacun des sites.

Une aire dédiée à la production sidérurgique à l’époque romaine ?

143On dispose pour la forêt de Sillé d’un faisceau de présomptions permettant de supposer l’existence d’un groupe de ferriers ayant pu fonctionner durant la même période – l’époque romaine –, dans un secteur où aucune occupation contemporaine n’a encore été mise en évidence. Cette situation rappelle, sur une échelle beaucoup plus modeste, le cas des régions d’Allogny et du Morvan Auxois (Dieudonné-Glad 1992 ; Mangin et al. 1992) (infra p. 268).

Fig. 127 Répartition des ferriers du pôle a de la zone de production de Sillé en fonction de leur volume [N.B. : les seuils choisis sont ceux définis par l’étude de l’ensemble des ferriers du Bas Maine].

  • 13 Les superficies des domaines ruraux gallo-romains ont souvent été surestimées dans les publication (...)

144Outre l’interprétation en termes d’approvisionnement en combustible, la distribution régulière des sites et l’absence d’autre type d’occupation invitent à penser que ces ateliers ont pu prendre place dans un même domaine foncier. La surface couverte par le pôle de concentration est estimée à plus de 41 km2. Cette surface semble très importante pour un unique domaine privé13 et si l’on garde l’hypothèse d’une seule propriété, celle-ci pourrait relever du domaine public. Cela ne préjuge pas cependant pas de son mode de gestion (faire valoir direct ou indirect), ni du statut juridique précis du propriétaire (domaine impérial, cité ou conseil des Gaules ?). On peut également envisager que la concentration des sites dans la région de Sillé corresponde à plusieurs domaines fonciers différents et contigus, spécialisés dans la production sidérurgique. En effet, l’absence apparente de bâtiments résidentiels au sein de la concentration de ferriers ne signifie pas qu’il ne peut pas y en avoir à la marge de la zone de production ou même que certains domaines dépendaient d’une installation plus lointaine, voire même urbaine. On ne peut donc conclure fermement concernant le statut juridique de la zone de production sidérurgique antique de la forêt de Sillé : si l’existence d’un domaine public paraît possible, on ne peut exclure la concentration ici de la production sur plusieurs terrains privés contigus.

145L’identification dans la région de Sillé d’une entreprise de production sidérurgique implantée à la marge occidentale de la zone minière des Bercons durant l’époque romaine est encore une hypothèse fragile mais elle paraît crédible. La datation précise des ferriers de la région et la poursuite des prospections pourraient permettre de l’étayer.

L’édifice de Roullée et son possible lien avec l’activité sidérurgique

146Il est toujours délicat d’établir un lien entre deux sites implantés à une certaine distance l’un de l’autre. D’une part, on ne peut pas toujours affirmer leur stricte contemporanéité, l’archéologie ne pouvant souvent pas identifier un décalage chronologique inférieur à une génération, et encore dans les meilleurs cas. D’autre part, même si les sites sont contemporains, la proximité ne signifie pas qu’il y ait un lien entre les installations. Si l’on se limite à ce constat, on ne peut pas avancer. Le paragraphe qui suit expose donc, sur le fondement d’un exemple du Bas Maine, le cas d’un bâtiment thermal et résidentiel d’époque romaine associé avec plus ou moins de certitude à l’activité sidérurgique.

147Parmi les trois établissements ruraux identifiés autour de la forêt de Sillé (infra p. 167) un se distingue nettement, celui de Roullée à Mont-Saint-Jean (Bouvet 2001a : 366-367). Durant l’été 1844, des ouvriers occupés au défrichement d’une zone située entre les fermes de Roullée et de La Selle, à 600 m au nord de la forêt de Sillé, dégagèrent des pans de murs de petit appareil (Voisin 1844-1845). Les fouilles entreprises par la suite par le Vicomte de Dreux-Brézé permirent de mettre au jour une partie d’un bâtiment. Le témoignage et le plan d’E. Hucher permettent de mieux se figurer ces découvertes (Drouet, Hucher 1856) (fig. 128) : les murs constituent un rectangle de 16 x 11,5 m, subdivisé en trois pièces d’inégales importances desservies par un couloir. E. Hucher signale la présence de briques rondes et carrées ainsi que de tuyaux de chaleur pour hypocaustes et l’on peut donc supposer que tout ou partie du bâtiment bénéficiait d’un chauffage par le sol ou qu’il s’agit de bains. L’une de ces pièces était pavée d’une mosaïque attribuable au ier-iie siècle ap. J.-C. (détruite par les intempéries après la fouille) (Drouet, Hucher 1845 ; 1856 ; Hucher 1873-1874 ; Blanchard-Lemée 1991 :101, pl. XXXIX, n° 710) (fig. 128). Ses murs étaient couverts d’enduits peints de diverses nuances. Le sol des autres pièces était fait de béton (Drouet, Hucher 1856 : 241).

Fig. 128 Plan sommaire du bâtiment (à gauche) et de la mosaïque (ci-dessus) mis au jour en 1844 à Roullée (Mont-Saint-Jean, Sarthe) (d’après Drouet, Hucher1856).

148Lors de ces travaux, 52 sépultures ont été découvertes dont une d’un enfant placé dans l’abside de la pièce à la mosaïque. Cette nécropole a été interprétée par certains auteurs comme la trace des massacres des invasions barbares (Ledru 1911 : 200 ; Bouton 1962 : 96 ; Termeau 1963 :159) mais il paraît plus probable qu’il s’agisse d’une nécropole mérovingienne réinstallée dans les ruines du bâtiment (hypothèse qui avait déjà été avancée peu de temps après la fouille par E. Hucher : Drouet, Hucher 1856 : 242, note 1). Le matériel de ces sépultures a probablement été mélangé avec celui provenant des niveaux de démolition du bâtiment romain. La liste fournie par E. Hucher en témoigne avec pêle-mêle :

[... ] des fragments de poterie rouge ornée [sigillée], noire ou grise ; des écailles de grandes huîtres, des défenses de sanglier [canines de porcs], un andouillet de cerf, deux morceaux de sifflet ou flûte en os [probablement des charnières], un éperon en fer [médiéval ?], une lame de couteau, des clous en fer, [... ] deux petites médailles [... ] de Claude-le-Gothique, [... ] un petit fermoir en bronze, orné de palmettes [plaque-boucle ?]. (ibid. : 241).

149La découverte d’une statuette sur le même site a été rapportée 30 ans après celle des structures (Hucher 1873-1874 ; Esperandieu 1911, IV : 139, n° 3001) (fig. 129). Il s’agit d’une statue en calcaire d’environ 55 cm de haut représentant un homme vêtu d’une tunique à capuchon (cucullus) et muni d’un arc et d’une serpe (ou d’une plane ?). On voit au sommet de sa tête deux petites protubérances évoquant des cornes. Cette statue est conservée au musée d’Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye et constitue la seule pièce mobilière conservée provenant du site de Roullée (Reinach 1917 :45). Dans un article récent, J.-M. Pailler a rapproché, de façon un peu audacieuse, cette figuration d’une divinité gauloise liée à la production d’arme, plus particulièrement d’arc, à partir de bois et de fer (Pailler 2005 : 370).

150La mise au jour d’un hypocauste et d’une mosaïque aux décors marins (dauphins, coquilles), ainsi que la présence du ruisseau de Roullée à moins de 15 m, permettent de proposer que la partie fouillée au xixe siècle correspond en fait seulement à un balnéaire.

151Le site de Roullée fait l’objet d’un programme de fouilles programmées depuis 2009 et toujours en cours (Sarreste et al. 2009 ; 2010). Il serait hors de propos de présenter ici ses résultats, encore inaboutis. Toutefois, il est maintenant établi que le balnéaire de Roullée s’intègre à un établissement plus vaste, comptant au moins quatre bâtiments et qui peut être reconnu comme une villa.

152La mise au jour dans l’un des bâtiments fouillés de plus de 25 kg de scories de post-réduction atteste une activité sidérurgique sur le site. Les examens menés sur une dizaine de spécimens indiquent qu’une partie au moins des travaux ayant entraîné la production de ces déchets relèvent de l’épuration*. Les arguments sont encore ténus mais tout invite à penser que le métal traité dans la forge de la villa de Roullée provenait des ferriers alentours. Une grande quantité de scories de réduction en plaquette a en outre été mise au jour dans certains remblais du site de Roullée. Ces éléments attestent bien d’échanges entre les ateliers sidérurgiques et l’établissement rural proche. Toutefois, on ne peut que supposer un lien de dépendance des installations artisanales vis-à-vis de l’opulente villa. La poursuite de la fouille et des investigations archéométrique permettra sans doute d’étayer cette hypothèse.

Fig. 129 Statuette en calcaire découverte à proximité de la ferme de Roullée en 1873. Calcaire. H : 55 cm. (document fourni gracieusement par Hélène Chew, Musée d’archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye).

Notes

1 Je tiens à remercier ici P. Chareille pour son aide dans l’approche des statistiques.

2 L’interpolation (Djindjian 1991 : 119-120) permet d’établir des cartes de densité à partir de distribution de points, par des procédés de lissage dont les variables diffèrent souvent d’un logiciel à l’autre. Le principe général le plus courant est celui de pondération : le système applique une valeur à chaque point en fonction de la distance avec les points voisins par une mesure barycentrique pondérée. Cette pondération peut être facteur d’une distance donnée d ou de rapport de celle-ci (1/d, 1/d2, etc.). Le système calcule alors une densité interpolée en suivant une grille dont on peut choisir la taille des cellules. On peut ensuite établir des courbes de niveaux reliant les cellules de mêmes valeurs et ainsi dessiner des aires correspondant à des pôles de concentration.

3 Le réglage retenu est le suivant : une pondération des sites en fonction de leur conservation (1 pour ferrier ou 0,5 pour dispersion), un rayon de recherche de 2 km, des pixels de 250 m de côté et la représentation des densités à partir de 0,25 site/km2 (valeur correspondant à la densité pour laquelle les sites isolés n’apparaissent pas).

4 Les numéros indiqués entre parenthèses après les titres renvoient à ceux figurant en annexe 2.

5 Sur cette carte et les suivantes seuls les sites d’extraction de minerai de fer et ceux liés à la réduction directe du fer sont représentés.

6 Site de La Forge à Auvers-le-Hamon, Sarthe : 72 016.02 daté des xive-xve siècles grâce à la découverte d’un abondant lot de céramique à oeil de perdrix.

7 Habitat : bâtiment, construction, demeure, enclos, ferme, fondation, habitat, maison, mur, occupation, villa ; édifices publics ou fortifiés :fanum, oppidum, sanctuaire païen, temples, thermes, théâtre, édifice fortifié ; funéraire : cimetière, enclos funéraire, funéraire, incinération, inhumation, nécropole, sarcophage, sépulture ; activités artisanales : atelier de potier, atelier de terre cuite, atelier de travail du bois, atelier de travail du cuir, atelier de verrier, atelier métallurgique (bronze), carrière de meule, production de chaux.

8 La Ligne du Genêt à Crissé (72109.02), Le Saut du cerf (72 211.02) et Le Jouteau (72 211.04) à Mont-SaintJean, Fontaine à Bry à Pezé-le-Robert (72 234.02).

9 Champ Fouteau à Montreuil-le-Chétif (72 209.04).

10 La Milleterie, La Fontaine d’enfer, La Jument blanche, Les Vieilles Ornières 1 à 3 Le Bignon à Mont-SaintJean (72 211.05 à 10 et 14) et Les Bourdaines à Saint-Rémy-de-Sillé (72 315.01).

11 Le Grand Lavoir à Crissé (72 109.04), Courtil Minot 1 à 3 (72 211.11 à 13) et Le Débat à Mont-Saint-Jean (72 211.14), Le Pas au Chat 1 et 2 (72 234.03 et 04), Roche Brune 1 et 2 (72 234.05 et 08) et Tertre Vert (72 234.07) à Pezé-le-Robert.

12 Le Saut du cerf (72 211.02), Le Jouteau (72 211.04), La Fontaine d’enfer (72 211.06), Les Vieilles Ornières 3 (72 211.10) à Mont-Saint-Jean et Roche Brune 1 (72 234.05) à Pezé-le-Robert.

13 Les superficies des domaines ruraux gallo-romains ont souvent été surestimées dans les publications anciennes, alors influencées par la thèse d’Arbois de Jubainville selon laquelle chaque commune avait pour origine une villa (Ferdière 1988, I : 87-93). Par exemple, des superficies de 4 000 et 7 000 ha ont été proposées respectivement pour les domaines de Chiragan et Montmaurin. En fait, la densité des découvertes dans certaines régions laisse plutôt supposer l’existence de domaines de l’ordre de quelques dizaines d’hectares, peut-être plusieurs centaines, et de plus rares latifundia de plus de 1 000 ha. Le cas de la forêt de Sillé, avec ses 4 100 ha, pourrait entrer dans ce cadre mais cela reste douteux.

Table des illustrations

Légende Fig. 93 Carte de répartition des sites liés à la réduction directe du fer dans la zone d’étude et à ses marges.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Fig. 94 Carte des zones de production par dessin subjectif.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 95 carte de la densité pondérée des sites liés à la réduction directe du fer avec un rayon de recherche de 2 km.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 96 Carte des zones de production et des sites liés à la réduction directe (ferriers et sites à scories de réduction dispersées) avec les limites administratives contemporaines.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 97 Carte des zones de production et des pôles de densité avec les limites de cités antiques, la limite supposée du pagus d’Entrammes et les agglomérations antiques (les capitales ont leur nom en gras).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Fig. 98Interprétation des sites en fonction des zones de production.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 99 Tableau de l’interprétation des sites dans chacune des zones de production et des pôles définis par les cartes ci-dessus [N.B. : les numéros entre parenthèses après le nom de la zone de production renvoient à ceux figurant en annexe 2].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Fig. 100Tableau des datations des sites (ferriers et sites à scories dispersées) par zones de production.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 101Tableau de répartition des faciès des scories en fonction des zones de production[N.B. : les numéros entre parenthèses après le nom de la zone de production renvoient à ceux figurant en annexe 2].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 102 Tableau présentant les pôles de concentrations définies dans la présentation des zones de production ci-dessous [N.B. : seuls les ferriers sont pris en compte dans ce tableau].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Fig. 103Répartition des sites de la zone de production sidérurgique de Charnie.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 104Répartition des sites de la zone de production sidérurgique du Sud Mayenne avec fond hydrographique et orographique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 935k
Légende Fig. 105Répartition des sites de la zone de production sidérurgique de Lavardin/La Bazoge (hors zone d’étude).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Fig. 106 Répartition des sites de la zone de production sidérurgique de Pail.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Légende Fig. 107Répartition des sites liés à la réduction directe du fer datés.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 108 Ensemble de cartes montrant la répartition des sites enregistrés par le SRA par rapport aux pôles de concentration de sites de réduction directe du fer.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Légende Fig. 109Courbes cumulées des teneurs moyennes en éléments majeurs des scories de réduction de 14 ferriers de la zone d’étude. On constate la forte homogénéité de composition de ces déchets.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 110Agrandissement du graphique précédent pour les teneurs inférieures à 5 %. Les scories du site du Minerai à Aron contiennent beaucoup plus de MnO que les autres. [La légende est la même que celle de la figure précédente]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 111 Courbes des teneurs moyennes en éléments traces (sélection) pour quatorze ferriers de la zone d’étude. On constate que les sites d’Aron présentent des teneurs anormalement élevées en baryum. [La légende est la même que celle de la fig. 109]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 112Agrandissement du graphique précédent pour les teneurs inférieures à 300 ppm. On constate une relative homogénéité. [La légende est la même que celle de la fig. 109]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 113 Couples d’éléments majeurs pour lesquels une corrélation linéaire a été mise en évidence. Les chiffres indiqués correspondent au coefficient de détermination en %.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 114 Tableau indiquant les couples d’éléments en trace pour lesquels on observe une corrélation constante et égale dans toutes les scories analysées pour la présente étude. Seule la partie inférieure du tableau est remplie.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 115Graphique mettant en évidence l’existence d’une forte corrélation entre les teneurs en rubidium et en césium pour deux sites de la zone d’étude. La pente des deux droites de régression linéaire permet en outre de les distinguer clairement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 116 Graphique mettant en évidence l’existence d’une forte corrélation entre les teneurs en rubidium et en gallium pour deux sites de la zone d’étude. La pente des deux droites de régressions linéaires permet en outre de les distinguer clairement.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 117 Tableau des compositions en éléments majeurs de dix scories de réduction provenant des remblais romains de Jublains (tableau complet en annexe 3).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 118Rapport MnO/Ba pour les scories de Jublains et d’Aron. On voit que trois des scories de Jublains se détachent nettement et se rapprochent du groupe d’Aron.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 119 Couples d’éléments en trace pour lesquels on constate une forte corrélation pour les sept scories ne provenant pas d’Aron.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 120Carte archéologique du Silléen pour l’Antiquité. Figurent également sur ce fond les sites non datés (données : base documentaire du SRA consulté le 2 27/10/2010 ; G. Leroux ; ACA ; Bouvet 2001a ; Naveau 1995 ;1997 ; Sarreste 2008/fond de carte : Corine Land Cover ; BD Carthage).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Légende Fig. 121 Localisation des principales formations pouvant contenir du minerai de fer autour de la forêt de Sillé.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Légende Fig. 122 Distribution des indices de sites sidérurgiques anciens recueillis par l’étude documentaire.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 123 Carte des zones prospectées en forêt de Sillé avec la distribution des sites découverts.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Légende Fig. 124 Carte de la zone de production sidérurgique de Sillé.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
Légende Fig. 125 Distribution des volumes estimés des ferriers de la zone de production de Sillé par classe de 1000 m3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 126 Distribution des ferriers de la zone de production de Sillé dont le volume estimé est inférieur à 1 000 m3 par classe de 100 m3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 127 Répartition des ferriers du pôle a de la zone de production de Sillé en fonction de leur volume [N.B. : les seuils choisis sont ceux définis par l’étude de l’ensemble des ferriers du Bas Maine].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Fig. 128 Plan sommaire du bâtiment (à gauche) et de la mosaïque (ci-dessus) mis au jour en 1844 à Roullée (Mont-Saint-Jean, Sarthe) (d’après Drouet, Hucher1856).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Fig. 129 Statuette en calcaire découverte à proximité de la ferme de Roullée en 1873. Calcaire. H : 55 cm. (document fourni gracieusement par Hélène Chew, Musée d’archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13301/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search