Version classiqueVersion mobile

La sidérurgie antique dans le Bas Maine

 | 
Florian Sarreste

Chapitre III. Les sites de réduction directe du fer du Bas Maine

Texte intégral

FACIÈS DES VESTIGES DU TRAITEMENT DU MINERAI

Les scories issues de bas fourneaux sans écoulement de la scorie

Les scories piégées

1Le terme de « scorie piégée » est réservé ici aux scories restées piégées dans une fosse réceptacle, généralement circulaire, aménagée sous le bas fourneau sans écoulement de la scorie (Pleiner 2000 :149-162), et qui prennent généralement une forme cylindrique. Ce faciès s’oppose aux scories de « fond de four », restées, comme leur nom l’indique, au fond du fourneau et qui ont une forme de calotte. Celles-ci font l’objet du paragraphe suivant.

2M. Hubert avait, avant le début de la présente recherche, noté l’existence de scories piégées en Mayenne. L’enregistrement méthodique de ce type de vestiges a débouché sur une publication synthétique sur l’un des secteurs où se concentrent ces vestiges, la région de Saint-Pierre-la-Cour/La Gravelle (Mayenne) (Hubert 2005). Cette zone n’est cependant pas la seule à livrer des blocs de scories piégées.

Fig. 47 > Bloc de scorie piégée provenant du site Le Roc à Saint-Pierre-laCour (Vue de profil. Échelle indicative). [Cliché M. Hubert]

3Au total, 31 sites livrant une ou plusieurs scories piégées ont été enregistrés dans la zone d’étude et neuf en dehors. La distribution de ces sites sera évoquée plus loin, dans le cadre de la présentation des zones de production dans lesquelles ils s’intégrent.

4Dans deux cas, les fragments de blocs voisinent immédiatement avec des scories coulées relevant d’un processus technique différent (sites de la forêt de Bellebranche à Saint-Brice et du Moulin neuf à Saint-Pierre-la-Cour en Mayenne). Ces sites pourraient correspondre à des ateliers où les deux techniques se sont succédées, directement ou non (hiatus ?), ou ont cohabité. Malheureusement, ces sites n’ont pas pu être datés. La chronologie de ces vestiges est 20 cm d’ailleurs encore très mal connue (infra p. 99).

5Dans toute la région, ce type de résidus présente la même morphologie générale : il s’agit de blocs généralement cylindriques, dont le diamètre varie entre 45 et 80 cm et l’épaisseur entre 20 et 50 cm en fonction de leur état de conservation. Ces pièces sont caractérisées par la présence d’une partie supérieure plus dense, à la surface de laquelle on perçoit souvent une zone magnétique, empreinte de la masse de fer. La partie inférieure est constituée de fines coulures ou gouttelettes de scorie conservant les traces des charbons ou des pièces de bois sur lesquels elle a coulé. La partie supérieure est couramment soulignée par un bourrelet qui correspond au bord de la fosse dans laquelle la scorie s’est figée. La photographie de la figure 47 fournit un exemple typique d’un bloc complet.

6Ces scories sont souvent remontées par les labours et les agriculteurs les déplacent en bord de champ, sur les talus et les réutilisent parfois comme matériau de construction. De ce fait, on ne connaît que très rarement le contexte de découverte de ce type de vestiges. Toutefois, dans quelques cas, on peut repérer dans les labours des concentrations de petits fragments de coulures de scories provenant de la partie inférieure des blocs de scorie piégée. Ces fragments ont généralement une forme de grappe : les gouttelettes de scories forment un enchevêtrement dans lequel on remarque souvent la marque de morceaux de charbon ou de bois. Ces dispersions, pour lesquelles on peut supposer la présence d’un atelier de réduction sur place, sont très rares (Le Roc à Saint-Pierre-La-Cour, La Prée 2 à Launay-Villiers par exemple).

Les scories de fond de four

7Des scories non coulées se distinguent du faciès précédent : elles sont en forme de calotte plus ou moins grande, mais dont le diamètre peut atteindre 40 cm et l’épaisseur 15 cm (fig. 48). La structure interne est plus ou moins dense mais jamais vitreuse. Certains spécimens sont très hétérogènes. On voit de nombreux trous qui donnent un aspect déchiqueté à la scorie. Elles sont donc fragiles et se fragmentent en très petits morceaux aux bords acérés. Ces scories sont très proches des scories internes classiques (infra p. 83), si ce n’est qu’elles se distinguent par leur forme et leur taille, ainsi que par la présence d’inclusions de graviers. En outre, on les trouve seules dans des ferriers où la terre est généralement très noire et charbonneuse.

Fig. 48 > Spécimen de scorie en fond de four provenant du site de Roche Brune 2 (72 234.09).

8On pourrait douter du rattachement de ce faciès à la phase de réduction. En effet, on ne trouve sur ces sites aucune scorie présentant un faciès coulé, que ce soit en coulure interne, comme on vient de le voir, ou en plaques de cordons, comme présenté ci-dessous. Pourtant, plusieurs arguments permettent de repousser ce doute. En premier lieu, on ne trouve jamais de battitures* associées à ces résidus. Or le travail du fer à chaud produit immanquablement ce type de déchets, qui est présent en quantité sur tous les sites de forge d’élaboration. D’autre part, l’aspect macrographique de ces scories ne présente aucun des caractères des scories de post-réduction : ces fonds de fours ne contiennent jamais de fer à l’état métallique et elles ne sont pas magnétiques. Leur taille oscille entre 20 et 40 cm ce qui est globalement beaucoup plus grand que les culots* connus pour les phases de post-réduction. Enfin, leur quantité, plusieurs tonnes sur chacun des sites reconnus, ne correspond pas à ce que l’on sait de la quantité de déchets produits lors du travail du métal. Ces scories de fond de four sont donc bien issues du traitement du minerai de fer dans des structures sans écoulement. Il est toutefois impossible de savoir s’il s’agit de fourneaux sans porte ou de fours en fosse. Des examens métallographiques et des analyses chimiques, encore à faire, permettraient sans doute d’apporter des éléments supplémentaires sur ce faciès.

9Seuls douze sites livrant ce type de scories ont été enregistrés dans la zone d’étude. Le premier à avoir été caractérisé est le site du Mont Brûlé à La Ferrière-aux-Étangs (Orne) mais les informations les plus intéressantes ont été réunies lors de la fouille du site de Roche Brune 2, où un petit ferrier d’une douzaine de mètres cubes contenant uniquement ce type de scories a été découvert. On y reviendra à l’occasion de la présentation de ce site (infra p. 229).

Les scories coulées

10La scorie qui s’écoule du bas fourneau ne prend pas toujours le même aspect : en fonction de sa quantité, de sa fluidité, de la conformation de la structure de réduction ou encore de la manière de mener l’opération, la coulée peut se figer dans des conditions différentes. On peut ainsi distinguer plusieurs faciès.

11Les vérifications de terrain ont permis d’enregistrer des informations à ce sujet : on connaît ainsi le faciès dominant pour 325 sites ayant livré des scories coulées, dont 250 ferriers. Trois grands faciès ont été identifiés : ils sont présentés ci-dessous.

Les scories coulées denses en cordons fins

12C’est le faciès de scorie le plus couramment décrit pour la réduction directe : la scorie, en s’écoulant du bas fourneau, forme des petites coulures, plus ou moins longues mais toujours pleines et denses qui refroidissent et se superposent. Les sites livrant ce type de résidus sont les plus nombreux : on en compte 180 dans la zone d’étude, dont les deux tiers sont des ferriers (122).

  • 1 On trouve ainsi des grandes plaques sur les sites de Beauchêne 1 à Montreuil-le-Chétif (Sarthe), d (...)

13En fonction de la position du trou de coulée dans la porte du bas fourneau, le bloc de scorie obtenu est plus ou moins plat et prend la forme d’un éventail. Ces scories peuvent ensuite être fragmentées avant d’être rejetées sur le ferrier (fig. 49). On remarque toutefois que, sur certains sites, les blocs gardent, à peu de chose près, leur taille d’origine1.

Fig. 49 > Plaque de scories coulées en cordons fins en éventail provenant du site de la forêt des Chartreux 2 (Saint-Denis-d'Orques, Sarthe). On trouve le plus souvent des fragments que des plaques massives de ce genre, qui est en fait une exception.

14Le fait de fragmenter ou non la scorie avant de la rejeter correspond sûrement plus à une habitude qu’à un procédé technique. Dans certains cas, on peut supposer que les blocs les plus massifs sont le fruit de plusieurs opérations successives. On peut également envisager que la scorie puisse être soit retirée au fur et à mesure de l’opération, dès qu’elle est figée, soit au contraire être évacuée seulement à la fin, formant ainsi ces plaques massives. Tout ceci peut paraître anecdotique et pourtant cette constatation est néanmoins intéressante. En effet, la taille de ces plaques permet de mieux cerner la quantité de scories qui pouvait s’écouler lors d’une ou deux opérations de réduction. Les pièces les plus complètes observées dans le Bas Maine pèsent entre 15 et 30 kg.

15Dans quelques cas, la partie inférieure de ces scories n’est pas plate mais en V ou en U. Ceci peut être expliqué par la coulée de la scorie dans un canal aménagé à la sortie du fourneau. Ce genre de conformation n’a pas été noté systématiquement lors des vérifications de terrain et on ne peut pas donner une estimation chiffrée de leur proportion, mais il semble assez courant. Le même type de constatation peut d’ailleurs être fait pour les scories à cordons vacuolaires.

Les scories coulées en plaquettes

16Ces scories se présentent sous la forme de fine plaque de 0,5 à 3 cm d’épaisseur offrant généralement une face lisse et l’autre ondulée ou irrégulière (fig. 50). Cette particularité avait déjà été notée par M. Hédin pour les ferriers de la forêt de Sillé au début du xxe siècle (Hédin 1913-1914 : 19) : « Leurs scories sont généralement en plaquettes de quelques centimètres d’épaisseur, de couleur brun foncé, à cassure franche et vitreuse, à surface mamelonnée. » Ces plaquettes présentent ainsi toute une face lisse, où l’on discerne parfois, à l’œil nu, des cristaux, induisant un refroidissement lent de la matière. L’autre face peut être ridée, voire froissée ou crevassée, ou marquée par des inclusions d’argile, de roches ou de scories pilées. Dans le premier cas, les plis s’apparentent à ceux qui se forment en surface des coulées de laves volcaniques. On sait dans ce cas qu’une fine pellicule se fige au contact de l’air mais que le flot de laves continuant à s’écouler, cette couche est entraînée et se plisse. La situation semble proche pour ce type de scorie. Pour l’autre face, la présence d’inclusions ne peut s’expliquer que par l’écoulement de la scorie liquide sur le sol. Sur le terrain, on rencontre, mêlées à ces fines plaquettes, des scories en forme d’Y, où l’une des faces, ridée, correspond à la partie de la scorie ayant refroidi au contact de l’air ; l’autre a piégé des graviers, trahissant son écoulement sur le sol. La fourche de l’Y est complètement lisse. Leur forme peut s’expliquer de la manière suivante : la scorie, en s’écoulant rapidement, forme des bulles de grandes dimensions qui, une fois refroidies, se fragmentent pour former ces plaquettes, les Y étant les commissures de ces grandes poches de gaz. Si cette explication est la bonne, elle implique d’une part une extraordinaire fluidité de la scorie et d’autre part un écoulement massif réalisé en une seule fois, deux critères qui n’ont jusqu’ici jamais été reconnus, ni reproduits par expérimentation.

Fig. 50 > Exemples de scories en plaquettes : 1 – surface supérieure ridée (au contact de l'air à la sortie du fourneau) ; 2 – surface interne supérieure de la bulle ; 3 – surface interne inférieure de la bulle ; 4 – surface inférieure de la coulée (moulant les aspérités du sol) ; 5 et 6 : vue de profil et de face de l’extrémité d'une bulle. [Clichés : M. Hubert]

17Les scories en plaquettes représentent le faciès dominant de 105 sites à scories coulées de la zone d’étude (dont 95 ferriers). Toutefois, dans certains cas, elles sont en part égale avec des scories coulées à cordons fins (7 cas recensés). Ceci montre que les deux faciès de déchets ont pu être produits concurremment ou successivement sur le même site, mais peut-être avec un hiatus ou dans des structures différentes.

18Les scories en plaquettes ont déjà été décrites par J.-B. Vivet en Ille-et-Vilaine (Vivet 1997 : 66 ; 2007 : 75-76). Elles ne semblent donc pas caractéristiques de notre zone d’étude et, à la vue de la répartition des sites livrant ce type de résidus, elles ne peuvent pas être attribuées à l’utilisation d’un minerai spécifique. L’explication de ce faciès doit donc être cherchée dans les aspects techniques de la production.

19La morphologie de ces scories en plaquettes pose, en fait, des problèmes techniques. La réalisation de telles conditions de fluidité et de quantité peut être le résultat de plusieurs facteurs étroitement liés : la nature du minerai, la taille et la morphologie du fourneau, des ajouts modifiant les propriétés physico-chimiques de la charge du four, la durée de chauffe ou enfin la façon de mener l’opération de réduction. Le cas du ferrier de Roche Brune 1 (cf. chap. 5, p. 185), présenté en détail plus loin, a été l’occasion de réaliser des analyses chimiques sur ce type de déchets. Elles seront présentées en même temps que ce site. Des examens pétrographiques font encore défaut pour comprendre la dynamique de formation de ces déchets (vitesse de refroidissement, cristallisations, phase, etc.). Ces examens pourraient être réalisés sur les témoins d’analyses chimiques conservés.

20Enfin, les scories en plaquettes sont généralement associées à un cortège d’autres types de scories, dans des proportions variables :

  • des scories denses à cordons très épatés (plusieurs centimètres de large), dont l’extrémité est marquée par un bourrelet soulignant l’arrêt de la progression de la coulée ;
  • des scories à la surface plane très épaisse (jusqu’à 7 ou 8 cm), avec, en partie supérieure, juste sous la face au contact de l’air, une phase vitreuse de couleur verte (encore non analysée) ;
  • des scories pseudo-cylindriques de grand module, qui ne sont pas spécifiques des sites à scories en plaquettes, mais leur sont couramment rattachées.

Les scories coulées à cordons vacuolaires

21Un autre faciès, plus rare, identifié seulement sur 18 sites, est lui aussi très caractéristique. Il s’agit de scories relativement légères, présentant à leur surface des cordons creux, percés de trous et ayant un aspect dégonflé (fig. 51). La structure interne de ces scories est hétérogène : on constate que la partie inférieure, celle en contact avec le sol, est plus dense que la partie supérieure, où l’on voit plus de bulles. Des scories de ce type sont connues en Bretagne, notamment en forêt de Paimpont (communication personnelle J.-B. Vivet).

Fig. 51 > Exemple de scories à cordons vacuolaires provenant du site du bois d'Andigné à Saint-Aignan-Sur-Roë (Mayenne), [cliché M. Hubert]

Bilan des faciès dominants des déchets sur les sites de réduction du Bas Maine

22On connaît le faciès des déchets pour 357 des 426 sites liés à la réduction directe du fer dans le Bas Maine. Ils se répartissent selon l’histogramme de la figure 52. Deux faciès dominent très largement : les scories denses en cordons (184 sites) et les scories en plaquettes (105). Les autres sont nettement minoritaires.

Les autres scories de réduction

Les scories internes

23Malgré l’écoulement de la majeure partie de la scorie à l’extérieur du four, une portion reste à l’intérieur du bas fourneau, notamment au contact des parois ou à proximité de la masse de fer. Ces scories internes ont un aspect hétérogène : celles adhérant à la paroi portent souvent sur l’une de leur face un placage d’argile cuite issue de cette dernière ; celles au contact avec le massiot* peuvent être plus ou moins magnétiques et, pour certaines, contenir du fer ou, dans le cas d’une réduction inachevée, des fragments de minerai non réduits. Ces scories se sont refroidies plus lentement que celles qui sont sorties du bas fourneau et le dégazage à l’état pâteux entraîne la présence de bulles plus ou moins importantes. Ces scories sont donc moins denses que les autres.

Fig. 52 > Répartition des faciès dominants sur les sites liés à la réduction directe du fer.

Les scories en cylindres fins ou « bouchons de tuyères * »

24On trouve couramment sur les ferriers des scories cylindriques dont la longueur est généralement voisine de 10 cm et le diamètre oscille entre 1 et 2,5 cm. Leur surface est généralement irrégulière et l’on constate que les deux extrémités sont cassées. Des spécimens semblables ont déjà été reconnus dans la région de Combourg par J.-B. Vivet, et sont identifiés comme des scories ayant remonté dans le bloc-tuyère lors de l’aspiration, avant de s’y figer (Vivet 1997 : 68). Leurs dimensions correspondent en effet parfaitement à la taille des canaux des tuyères connues dans la région. Cette interprétation paraît tout à fait satisfaisante, malgré le fait qu’on n’ait jamais retrouvé l’un de ces « bouchons de tuyères » in situ dans une tuyère.

Fig. 53 > Scories cylindriques de grand module provenant du site de Roche Brune 1.

Les scories cylindriques de grand module

25Ces scories se présentent sous la forme de tige de scories pseudocylindrique dont la longueur oscille entre 10 et 17 cm et le diamètre entre 3 et 6 cm (fig. 53). Leur contour est granuleux et piège souvent des graviers, parfois même des petits fragments de scories coulées. Le plus souvent, une des extrémités est cassée et l’autre a fondu. Le profil de ces tiges n’est pas toujours parfaitement circulaire mais parfois en U. Ces cylindres sont parfois accolés et réunis par une face totalement scoriacée et fondue (fig. 54). Les blocs ainsi formés peuvent peser plus de 25 kg.

Fig. 54 > Bloc de scories cylindriques de grand module accolées provenant du site de Roche Brune 1.

26Le mode de formation de ce type de déchets n’est pas encore clairement établi. Une hypothèse a été avancée : les cylindres isolés proviendraient de l’écoulement de la scorie à travers une sorte de sole ou d’une porte percée (N. Zaour in Langlois 2005) ; les blocs de plusieurs colombins accolés relèveraient, eux, de l’utilisation des exemplaires isolés pour la construction de la porte du four (hypothèse rapportée par J.-Y. Langlois). La première partie de l’hypothèse est difficile à prouver : l’archéologie n’a jamais permis de mettre en évidence l’existence d’une sole dans un bas fourneau. On connaît en revanche des portes percées de trous, notamment sur l’un des fours à scorie piégée et à usage multiple de la région de La Bazoge (site de La jousserie : Cabboï et al. 2007 : 51-52). Ces boudins auraient-ils pu se former dans des orifices percés dans la partie avant des bas fourneaux ? On ne peut pas encore l’affirmer. La seconde partie de l’hypothèse semble tout à fait envisageable. La présence récurrente d’une extrémité recuite ou fondue sur les colombins permet de penser qu’ils ont été exposés à une très forte chaleur et ont donc pu faire partie de la paroi du four.

27Ce type de scories cylindriques est très couramment associé aux scories en plaquettes et doit relever de la même technique, même si, comme on l’a vu, on ne la connaît pas encore très bien.

Les éléments de parois de fours et de ventilation

Les éléments de parois de bas fourneaux

28Il est à noter qu’aucun ferrier de la zone d’étude n’a livré de pierres marquées par des traces de feu ou couvertes de scories. L’utilisation de ce matériau pour la construction des fourneaux semble donc assez rare dans le Bas Maine, où l’argile paraît avoir été préférée.

29La présence d’argile cuite, provenant très probablement de la réfection ou de la destruction des bas fourneaux, a été notée pour 130 des 273 ferriers identifiés. Dans les faits, il est probable que chacun en contient mais les conditions de visibilité lors des vérifications n’ont pas toujours permis de le constater. Ce type de rejet est néanmoins, en tout cas en surface, relativement rare : on peut estimer empiriquement leur proportion à moins de 5 96. Cette faible proportion peut s’expliquer par la disparition d’une grande part des pièces d’argiles qui, n’ayant pas atteint la température suffisante pour cuire, se sont délitées. Ce n’est cependant pas le cas des parois internes des bas fourneaux, qui sont forcément cuites voire vitrifiées. On manque malheureusement de données pour évaluer plus précisément l’altération des structures de réduction et donc la nécessité de leur entretien. En effet, en fonction de l’argile, du minerai utilisé et de la température atteinte, les parois seront plus ou moins attaquées lors d’une opération. Cette dégradation nécessite soit seulement un curage des parois par décrochage des scories internes, soit un rechapage complet de la cuve. La superposition de ces enduits peut amener au rétrécissement de la capacité du four. Lorsque la structure est trop endommagée, la reconstruction du bas fourneau s’impose. La sous-représentation des éléments de parois par rapport à la quantité de scories pourrait être interprétée comme la preuve de réfections des fours, espacées dans le temps. La durée de vie d’un bas fourneau devait donc être assez longue.

30On manque en fait encore largement de données sur ces pratiques d’entretien et de rechapage. On reviendra plus loin sur un témoignage touchant à ce sujet pour le site de Roche Brune (infra p. 189). Un seul site a livré quelques informations : le site de la forêt des Chartreux 1 à Saint-Denis-d’Orques (Sarthe). Ce ferrier se trouve en milieu forestier et a servi de carrière pour la récupération de scories pour tous les agriculteurs voisins depuis les années 1930. Il ne reste plus à l’heure actuelle qu’un cratère mesurant environ 160 sur 80 m (de ce qui a pu être reconnu à travers la végétation). Les coupes visibles mesurent encore plus de 2 m et laissent présager la présence ici d’un très important centre de production. C’est dans les restes de ce ferrier qu’ont été découverts des fragments de parois de plus de 40 cm de hauteur et de près de 20 cm d’épaisseur. On peut se demander si ces éléments de paroi ne proviennent pas de la destruction des bas fourneaux lors de la récupération des scories. Quoi qu’il en soit, ces blocs sont constitués de couches d’argiles séparées par plusieurs niveaux vitrifiés attestant la pratique du rechapage sur ce site. Malgré une recherche attentive et plusieurs visites, nous n’avons pu, avec M. Hubert, découvrir l’emplacement de l’atelier dans ces décombres et cette hypothèse reste donc à vérifier. Ce site n’a livré qu’un unique tesson, à engobe blanc, permettant une datation possible de ce ferrier de l’époque romaine.

Les tuyères

31Si la plupart des ferriers livrent des fragments de parois provenant de la réfection des bas fourneaux, la découverte de tuyères ou d’éléments de ventilation en terre cuite est beaucoup plus rare. Seuls deux sites en ont livré : Roche Brune 1 à Pezé-le-Robert et La Guittière à Saint-Denis-d’Orques, tous les deux dans le département de la Sarthe. Ce dernier site est particulièrement intéressant. Sous la ferme actuelle de La Guittière se trouvent plusieurs amas de scories couvrant au moins 1,8 ha, sûrement bien plus. Les excavations réalisées par le fermier pour la récupération de scories permettent d’évaluer la hauteur de ces tas à au moins 2 m (les coupes observées mesurent jusqu’à 3 m sans qu’on ait perçu la base de l’amas). C’est dans la coupe de l’une de ces tranchées qu’ont été découverts plusieurs fragments de tuyères, dont deux quasi complètes, qui ont été ramassées (fig. 55). Au même endroit a été découvert un bord de mortier du Haut-Empire, attestant que ce site était en activité à cette période.

32Sur le site de Roche Brune 1, des fragments de tuyères ont été découverts à la base du ferrier principal lors des sondages. Ces éléments en argile étaient très fragmentés, mais on peut dire qu’ils relèvent du même modèle que ceux ramassés à La Guittière. Ils ont été découverts dans un des premiers niveaux de rejet de l’atelier daté par radiocarbone entre 40 av. J.-C. et 130 ap. J.-C. (infra p. 199). On peut donc supposer que les deux sites sont d’époque romaine et plus précisément du Haut-Empire.

Fig. 55 > Deux blocs-tuyères découverts sur le ferrier de La Guittière/Le Minerai à Saint-Denis-d'Orques (Sarthe). [Dessin : E. Roux]

33Les deux tuyères découvertes à La Guittière sont presque intactes ; il ne manque que quelques éclats qui n’empêchent pas leur interprétation fonctionnelle. Il s’agit de tuyères à canal bifide. Le conduit est à l’origine de forme ovale et mesure 6,5 sur 5 cm, puis se resserre sur une longueur de 4 cm avant de se scinder en deux canaux divergents de 7 cm de long. Le diamètre de ces deux canaux est de 2 cm au départ et est légèrement rétréci par la scorification à leur embouchure. Ils forment avec l’axe de la tuyère un angle d’environ 20°. Le spécimen le plus complet tient dans un cube de 12 cm de côté. Il possède sur la partie inférieure un plan de pose permettant de restituer l’inclinaison des canaux à environ 40° vers le bas. Ces deux pièces ont servi : la partie avant est scoriacée et en partie fondue ; sur l’un des deux on constate même qu’une partie du plan de pose a été exposée à la scorie, ce qui indique que la tuyère dépassait à l’intérieur de la cuve. Sur les deux spécimens, on remarque immédiatement sous l’embouchure des conduits une partie concave, trace de la fusion de l’argile au niveau de l’arrivée d’air.

34Ces deux blocs ont été ramassés parmi de très nombreux fragments de tuyères du même type, ainsi que des scories cylindriques interprétées comme « bouchons de tuyères », ce qui conforte cette interprétation. La très forte homogénéité de ces tiges de scories découvertes sur les sites de la région amène à penser que les conduits de tuyères avaient tous un calibre proche, de l’ordre de 2 cm de diamètre. D’ailleurs, on peut trouver des parallèles à nos blocs-tuyères à l’échelle régionale, mais aussi à l’échelle de l’Empire. Les deux spécimens de La Guittière sont ainsi très proches, par leur taille comme par leur conformation, de la tuyère découverte sur le site de Pilleverte II à Plesder (Ille-et-Vilaine), lui aussi daté de l’époque romaine (Vivet 1999 : 8-9, ph. n° 14 et 15 et pl. 6). Ils se rapprochent également beaucoup d’un exemplaire découvert sur le site romain de Bardown en Angleterre (Cleere 1963 ; Cleere, Crossley 1995 : 44, fig. 14 B ; Pleiner 2000 : 209, fig. 56, n° 3). Ces jalons sont bien sûr insuffisants pour établir un modèle, mais c’est un argument supplémentaire pour démontrer la très forte homogénéité technique des sites d’époque romaine.

COMPOSITION CHIMIQUE DES SCORIES DE LA ZONE D'ÉTUDE

Présentation des sites où les scories ont été collectées

3578 échantillons de scories de réduction ont fait l’objet d’une analyse chimique. Ces scories proviennent de 16 sites de la zone d’étude (fig. 56 et 57). Deux d’entre eux sont situés dans la capitale de cité des Diablintes. Il s’agit de scories de réduction découvertes dans les remblais lors des fouilles de La Grande Boissière (US 3007 et 5151) et du taillis des Boissières (site US 6475 et 7803). Les autres sites de collecte sont des ferriers qui ont été sélectionnés en fonction de leur position dans la zone d’étude, afin de représenter au mieux les secteurs de production. Les sites d’époque romaine ont été privilégiés afin de garder une cohérence chronologique avec l’étude du site de Roche Brune. La plupart de ces sites présentent majoritairement des scories en plaquettes, alors que le faciès de scorie dominant régionalement est en cordons denses. Pour pallier cette difficulté, ont été pris en compte des ferriers présentant ce type de déchets mais malheureusement non datés (sites d’Aron, 53008.01 et 04, et de Gesvres, 53 106.14). On dispose pour chacun de ces sites de trois à sept analyses permettant de rendre compte d’une composition moyenne de la scorie pour chacun des ateliers.

Fig. 56 > Carte de répartition des sites où les scories de réduction analysées ont été collectées. Les numéros renvoient au tableau de la figure suivante.

Fig. 57 > Tableau donnant la liste des sites où les scories analysées ont été collectées avec leur numéro d'inventaire dans le catalogue (annexe 3.1), leur numéro sur la carte de la figure précédente ainsi que les références des échantillons dont les analyses complètes sont fournies en annexe 3.

Fig. 58 > Diagramme paramétrique chimico-minéralogique (d'après Ploquin 1994a ; Fluzin et al. 2000 : us) permettant de définir les domaines d'existences de plusieurs produits de la filière sidérurgique. Les scories analysées s'inscrivent dans les domaines des scories denses fayalitiques et des scories mi-lourdes définis par A. Ploquin.

Présentation générale des résultats des analyses

36La projection des résultats des analyses de scories dans le diagramme paramétrique* Fe-Si-Al-Ca indique que la majorité des échantillons analysés se trouve dans le domaine des scories fayalitiques*, à l’exception de quelques scories qui peuvent être assimilées à des scories mi-lourdes (fig. 58). Elles relèvent donc toutes de la réduction directe du fer et se différencient nettement des laitiers.

37Comme les minerais, les scories dans la région sont, dans l’ensemble, siliceuses et peu calciques. Le rapport Al2O3/SiO2 est compris entre 0,11 et 0,88 et la dispersion des scories ne permet pas de cerner de groupes (fig. 59). La teneur en silice des scories oscille entre 17,11 et 41 %, alors que celle d’alumine est comprise entre 2,89 et 14,15 %.

38Un seul individu présente un taux plus élevé en CaO, 5,42 % (SAR 626). Cette scorie provient du site des Guettières 1 à Bouessay (Mayenne). La teneur anormalement haute de cet échantillon est probablement due à la présence dans la scorie d’un fragment de calcaire (effet de pépite) et ne peut être retenue comme un trait caractéristique. La projection dans le diagramme d’équilibre ternaire FeOn-SiO2-CaO, ne permet pas de discerner de groupe (fig. 60).

Fig. 59 > Rapport Al2O3/SiO2 des scories et minerais de la zone d'étude. Les scories de réduction sont globalement très siliceuses.

39On peut par ailleurs remarquer que les proportions des autres éléments majeurs, outre la silice et l’alumine, sont généralement très faibles. Le phosphore et le magnésium sont toujours présents à moins de 1 %, le titane à moins de 0,7 %, la potasse à moins de 1,75 %. La seule anomalie notable est la présence plus importante de manganèse dans certains échantillons (Aron, Jublains). Globalement, les oxydes autres que Fe2O3, SiO2 et Al2O3, et les éléments en trace représentent presque toujours moins de 10 % de la composition des scories analysées. La représentation des teneurs dans un diagramme d’équilibre ternaire FeOn-SiO2-Al2O3, constitue donc la meilleure visualisation du système (fig. 61). On perçoit sur ce dernier graphique la relative dispersion des scories de la zone d’étude. Elles se situent néanmoins généralement dans le domaine de la fayalite, hormis quelques-unes qui se trouvent à la limite du domaine de l’hercynite ou de la trydimite. Cette dispersion peut être expliquée par une teneur assez faible en fer.

Fig. 60 > Projection de l'ensemble des scories dans un diagramme d'équilibre ternaire FeOn-SiO2-CaO. Les scories analysées sont toutes très peu calciques et relativement riches en silice (diagramme d'après Serneels 1993 :15).

Fig. 61 > Projection de l'ensemble des scories dans un diagramme d'équilibre ternaire FeOn-Al2O3-SiO2. On voit que tous les échantillons sont compris dans le domaine de la wüstite* hormis certains individus qui sont à la bordure de l’hercynite* ou de la trydimite (diagramme d'après Serneels 1993 :15).

Saturation en fer

40Le concept de saturation en fer a été présenté par V. Serneels (Serneels 1993 : 29-30). Il permet d’évaluer la qualité du processus de réduction en quantifiant la proportion des atomes de fer par rapport aux autres éléments majeurs de la scorie (Si, Al, Mg et Mn). Deux approches du degré de saturation peuvent être proposées : l’une graphique, à l’aide d’un diagramme ternaire Fe-Si-Al, l’autre mathématique, grâce au calcul d’un indice. Comme on l’a vu, les scories de réduction de la zone d’étude sont globalement très pauvres en éléments calco-alcalins (Ca, Na, K) et en autres éléments majeurs : on peut donc envisager l’utilisation de ce concept.

Fig. 62 > Diagramme de saturation en fer des scories de réduction de la zone d'étude. La majorité des scories est nettement sous-saturée enfer, ce qui indique un rendement optimal de la réduction (éléments exprimés en mole* dans 100 g d'échantillon puis convertis en %).

41Les données à disposition pour les scories de réduction de la zone d’étude révèlent que la majorité des déchets sont fortement sous-saturés (fig. 62). Cette tendance est confirmée par l’établissement de l’indice de saturation moyen pour chacun des sites (fig. 63). On peut donc en conclure que le procédé de réduction directe est bien maîtrisé et que le rendement est optimal.

42On peut toutefois scinder le corpus en deux ensembles : d’un côté dix sites pour lesquels l’indice de saturation moyen est inférieur à 1,2 et, de l’autre, cinq autres sites pour lesquels l’indice moyen est supérieur à 1,3 (le site de Saint-Pierre-la-Cour n’est pas pris en compte ici car il présente en proportion égale des scories en cordons et en plaquettes). On remarque que les sites pour lesquels l’indice de saturation est le plus élevé sont constitués de scories denses en cordons, alors que les scories fortement sous-saturées sont en plaquettes (fig. 63). Cette distinction est moins nette pour le site de La Cour des Oyères, à Aron (Mayenne), en raison de la présence d’un individu fortement sous-saturé. Toutefois, pour les quatre autres sites, dont les deux lots de scories de Jublains, la différence est claire.

Fig. 63 > Diagramme de répartition des indices de saturation enfer par sites. On distingue nettement les scories en plaquettes des scories en cordons.

43La distinction observée pourrait être due au minerai : les sites d’Aron se trouvent à moins de 10 km de Jublains et, même si ce ne sont pas forcément les ateliers pour lesquels on dispose d’analyses qui ont produit les scories découvertes dans les remblais de la ville romaine, il y a de forte chance que le minerai mis en œuvre soit issu de formations géologiques topographiquement et chimiquement proches (probablement des minerais sidérolithiques). Toutefois, ce n’est plus le cas pour le site des Annelières, à Gesvres (Mayenne), situé à plus de 30 km. Une remarque semblable peut être faite pour les scories en plaquettes : les sites qui en livrent se trouvent en divers points de la zone d’étude et jusqu’en Bretagne (région de Combourg : Vivet 1997). Il paraît exclu que ces ateliers aient utilisé un minerai chimiquement identique. La différence de degré de saturation en fonction des faciès ne semble donc pas pouvoir être expliquée par la nature du minerai, en tout cas pas exclusivement : la teneur en fer reste un facteur à envisager.

44L’indice de saturation ne peut permettre seul d’estimer un rendement chiffré. Il faudrait pour cela connaître dans chaque cas la teneur du minerai d’origine. Toutefois, ce concept permet d’estimer la qualité du processus de réduction en s’abstrayant de cette teneur : quelle qu’elle soit, la limite de saturation est la même. Donc, si la scorie produite est saturée ou sur-saturée, c’est que le processus n’a pas atteint un rendement optimal. En revanche, plus l’indice de saturation est bas plus le rendement a été élevé. On peut donc dire que s’il y a moins de fer dans la scorie, c’est qu’a priori plus de fer a été récupéré lors de la réduction. La très faible proportion de fer dans les scories en plaquettes pourrait ainsi correspondre à des rendements anormalement élevés du processus de réduction. La différence de degré de saturation en fer des scories de réduction paraît donc être une piste intéressante pour la perception de variations techniques au sein de la filière directe d’obtention du fer.

45En outre, le taux de fer encore présent dans les scories pourrait expliquer en partie la différence de morphologie des déchets. En effet, la faible proportion de fer et corrélativement celle plus élevée de silice (rapport Al/Si en mole de 14) ont des conséquences sur la nature des minéraux qui ont pu se constituer dans la scorie. Elles influent donc sur la température de fusion du système Fe-Al-Si, la fluidité de la scorie et donc son faciès. On ne dispose malheureusement d’aucun examen minéralogique de scories en plaquettes, mais de telles observations devraient être faites pour mieux comprendre le mode de formation de ces déchets.

46Un autre point doit être souligné : la présence plus importante de manganèse dans certaines scories. En effet, on a déjà souligné que les scories d’Aron contiennent un taux anormalement élevé de cet élément. La teneur de celui-ci entrant en ligne de compte dans l’établissement de l’indice de saturation, on pourrait penser que les différences observées reposent en fait sur les différences de teneur en Mn. Toutefois, cette idée doit être repoussée, d’une part, parce que les scories en plaquettes de Laval et de L’Huisserie contiennent également du Mn, certes en moindre proportion, mais elles sont très nettement sous-saturées ; d’autre part, parce que la projection dans le diagramme ternaire Fe-Al-Si montre bien que les scories en cordons sont plus proches de la limite de saturation (fig. 64) que les scories en plaquettes, qui s’en éloignent nettement (fig. 65). Or ce graphique ne tient pas compte du manganèse. Enfin, l’examen des teneurs des autres éléments majeurs ou en trace ne permet pas de distinguer les deux types de scories. La distinction des groupes se fait donc bien uniquement sur les proportions en fer, aluminium et silice.

47On peut donc conclure que, dans l’attente de données plus précises sur les sites à scories denses en cordons, il semble que certains ateliers ont un rendement plus élevé que les autres et que cette différence influe sur la morphologie des déchets produits. Les facteurs pour expliquer cette différence d’efficacité dans le processus sont nombreux : volume et conformation du fourneau, mode de ventilation (température), durée de l’opération, ajout de fondant à la charge, etc. La fouille d’un site ayant produit des scories en plaquettes, celui de Roche Brune (Pezé-le-Robert, Sarthe), permet d’avancer des éléments supplémentaires sur ce sujet (cf. chap. 5, p. 185). En outre, on peut s’interroger sur la chronologie de ces ateliers : les variations techniques amenant à des rendements différents se sont-elles succédées ou ont-elles coexisté ? La datation des sites de réduction découverts en prospection permet d’aborder cette question (infra p. 105).

DIMENSIONS DES FERRIERS

48La quantité de scories issue du processus de réduction est fonction de la quantité de minerai traité et de celle de métal produit, même si la proportion n’est pas constante selon la teneur du minerai et le rendement de l’opération de réduction. L’estimation du volume de résidus est donc un bon moyen d’évaluer la production des ateliers. Malheureusement, la plupart des sites ont été détruits et les scories ont été enlevées pour divers usages (empierrement des routes, refonte au haut-fourneau etc. supra p. 40). Il est donc très difficile d’avoir une image précise de la quantité originelle de déchets. La hiérarchisation des sites de réduction est par conséquent délicate. Deux critères peuvent toutefois être retenus comme indicatifs : leur surface et leur hauteur. Ces deux donnés n’ont de sens que pour les sites où les déchets étaient accumulés en tas à proximité des bas fourneaux. Les paragraphes qui suivent ne concernent donc que les ateliers de réduction mettant en œuvre des structures avec écoulement de la scorie dont la caractérisation est certaine (ferriers).

Fig. 64 > Diagramme de saturation pour les scories denses en cordons.

Fig. 65 > Diagramme de saturation pour les scories en plaquettes.

Fig. 66 > Graphique mettant en relation la surface et le volume estimé des ferriers pour quatre valeurs de hauteur.

Surface

49On peut considérer que l’emprise au sol des amas de scories donne une image relativement fidèle du volume de déchets qui a été accumulé au cours du temps. Il faut nuancer ce propos en fonction de l’élévation des tas à l’origine et de celle conservée. En effet, cette dernière dépend de l’importance des récupérations éventuelles et du nivellement dû à la mise en culture des parcelles. Toutefois, le graphique de la figure 66 montre qu’un ferrier de 2000 m3 ne peut tenir sur une surface inférieure à 1 000 m2 que s’il fait au moins 4 m de haut ; il faudrait qu’il fasse 12 m pour tenir sur moins de 300 m2, ce qui défit les lois de la gravité. La surface est donc seulement indicative, mais elle permet de cerner les grandes classes.

50Pour permettre le calcul des surfaces des ferriers du Bas Maine, les dimensions des sites ont été enregistrées lors de la vérification au sol. Sur 273 ferriers de la zone d’étude, on possède des mesures pour 240 amas. Ces mesures n’ont pas été prises de manière précise, mais par une estimation de la longueur (L) et de la largeur (1) en nombre de pas (un pas faisant environ 80 cm). La surface (S) a été calculée en considérant que les ferriers sont généralement circulaires ou elliptiques. La formule utilisée est donc la suivante :

51Les valeurs qui suivent sont des évaluations.

52La superficie estimée des ferriers du Bas Maine varie entre 39 m2 pour le plus petit et 21441 m2 pour le plus grand avec une moyenne de 2 264 m2. Les sites de plus de 5 000 m2 sont toutefois assez rares (10,8 %) (fig. 67) et plus de 50 % des ferriers font moins de 1000 m2 (fig. 68). Si l’on se concentre sur cette dernière classe (fig. 69), on peut même noter la présence de deux pics, l’un pour les valeurs comprises entre 301 et 500 m2 (18,8 % de l’effectif total) et l’autre pour la classe 601 - 700 m2 (12,5 %). On peut, en se fondant sur ces histogrammes, scinder le corpus en cinq catégories en fonction de la surface estimée :

Fig. 67 > Répartition des surfaces estimées des ferriers du Bas Maine par classe de 5 000 m2. On note la prépondérance des ferriers de moins de 5 000 m2.

Fig. 68 > Répartition des surfaces desferriers du Bas Maine de moins de 5 000 m2 par classe de 1000 m2. On note que plus de la moitié des ferriers fait moins de 1000 m2.

  • les très petits terriers, dont la surface estimée est inférieure à 301 m2 (8,8 %) ;
  • les petits terriers, dont la superficie estimée est comprise entre 301 et 500 m2 (18,8 %) ;
  • les terriers moyens, dont la superficie estimée est comprise entre 501 et 1000 m2 (22,9 %) ;
  • les grands terriers, dont la superficie estimée est comprise entre 1001 et 5 000 m2 (38,9 %) ;
  • les très grands ferriers, dont la surface estimée est supérieure à 5 001 m2 (10,8 %).

53Aucun terrier dépassant les 3 ha, comparable à ceux connus dans la Montagne Noire (Decombeix et al. 2000) ou l’Yonne (Piétak 2002 :124), n’a été repéré dans la zone d’étude.

Fig. 69 > Répartition des surfaces estimées des ferriers de moins de 1 000 m2 par classe de 100 m2. On remarque que la distribution n'est pas homogène, deux pics sont visibles pour les classes 301-500 et pour 701-800 m2.

Hauteur et volume

54Pour 107 sites, mieux conservés, la hauteur de l’accumulation (h) a pu être estimée. L’épaisseur réelle de scories ne peut être appréciée que par des relevés topographiques et des sondages. Ce type d’opérations n’a pas pu être réalisé dans le cadre de ce travail. Les données qui suivent sont donc purement indicatives.

55Les hauteurs enregistrées sont comprises entre 0,5 et 6 m. Toutefois, les sites pour lesquels l’élévation conservée est supérieure à 2 m sont très rares, une dizaine environ. La plupart de ces sites se trouvent dans la forêt de Sillé, dont le couvert boisé et les fortes pentes ont permis la conservation exceptionnelle d’un ensemble de sites sur lequel on reviendra plus loin (infra p. 166). En dehors de ce secteur, peu de ferriers sont suffisamment bien conservés pour pouvoir affirmer que les valeurs enregistrées sont proches de l’élévation originelle. On peut même, au contraire, supposer que les plus gros ferriers ont été récupérés en priorité et que ce sont donc eux qui sont le moins représentés. La carte postale montrant la récupération d’un ferrier sur la commune de Lignières, en Mayenne, montre une juxtaposition de tas dont la coupe semble mesurer entre 3 et 4 m (supra p. 40). Ce type de site devait être encore courant à la fin du xixe siècle dans la région. Plusieurs notes de cette époque évoquent des « amas considérables » qui ne sont, à l’heure actuelle, guère plus qu’une tache dans les labours.

56À partir de la surface et de la hauteur, on peut proposer de calculer un volume approximatif des amas (V). Ces estimations ont été faites en s’appuyant sur les travaux de P.-M. Decombeix sur les ferriers de la Montagne Noire (Decombeix et al. 1998 ; Decombeix 2004). Cette démarche est fondée sur le fait que la forme des ferriers se rapproche généralement d’une calotte. C’est en effet le cas le plus courant mais ce n’est pas toujours vrai. Pour les sites implantés sur un terrain incliné, l’amas de déchets peut prendre la forme d’une « langue » s’étalant dans la pente. Toutefois, la formule mise au point par P.-M. Decombeix semble être une bonne approximation, la voici : V = 0,4 x L x 1 x h.

57Les calculs établis à partir des dimensions estimées sur le terrain et de cette formule sont indicatifs et ont pour but de comparer les sites entre eux. On ne pourra pas utiliser ces résultats pour estimer la production.

58Les volumes calculés estimés varient entre 11 et 18 720 m3. La projection de ces données sous forme d’un histogramme par classe montre que l’écrasante majorité des amas fait moins de 5 000 m3 (88,8 %) (fig. 70). Si l’on découpe cette dernière classe, on s’aperçoit que près du tiers des volumes estimés est inférieur à 1000 m3 (fig. 71) ; cette valeur semblant constituer un seuil. En deçà de 1000 m3, la distribution des sites ne se fait pas de façon homogène, on note quatre pics (fig. 72). On peut donc distinguer cinq classes :

  • les très petits ferriers, dont le volume estimé est inférieur à 300 m3 (23 %) ;
  • les petits ferriers, dont le volume estimé est compris entre 301 et 600 m3 (16 %) ;
  • les ferriers moyens, dont le volume estimé est compris entre 601 et 900 m3 (17 %) ;
  • les grands ferriers, dont le volume estimé est compris entre 901 et 5 000 m3 (26 %) ;
  • les très grands ferriers, dont le volume estimé est supérieur à 5 000 m3 (11 %).

Fig. 70 > Répartition des volumes estimés pour 107 ferriers du Bas Maine par classe de 5 000 m3. On remarque que près de 90 % des sites font moins de 5 000 m3.

Fig. 71 > Répartition des volumes estimés des ferriers du Bas Maine de moins de 5 000 m3 par classe de 1 000 m3.

Fig. 72 > Répartition des volumes estimés des ferriers du Bas Maine inférieurs à 1 000 m3 par classe de 100 m3.

Interprétation des classes

59Quelle interprétation donner à ces chiffres ? La hiérarchisation des sites établie ici n’a pas de valeur intrinsèque. Un important ferrier peut être le fruit d’une activité intense sur un temps relativement court (c’est l’interprétation la plus couramment utilisée, parfois inconsciemment) ou celui d’une petite activité sur un temps long (ce qui ne signifie pas pour autant saisonnière). La quantité de déchets représente toutefois un moyen d’évaluer l’importance de la mise en valeur des ressources naturelles dans une zone de production et rejaillit donc sur l’évaluation de celle-ci. C’est également un moyen indirect d’évaluer l’échelle de production des sites. Si l’on ne peut dire, a priori, si un important ferrier a été produit par un petit atelier ou une série de batteries de fours, ce n’est pas le cas des plus petits sites qui sont, par définition, les restes d’ateliers où la production de résidus, comme de métal, a été modeste. Ceci semble être très largement le cas dans le Bas Maine, où les petits et très petits ferriers sont bien représentés (avec 27,6 % des surfaces estimées et 39 % des volumes). Pour les plus gros ferriers, on ne possède pas, pour notre région, de données sur la durée d’occupation des sites hormis pour le site de Roche Brune 1 (Pezé-le-Robert, Sarthe) qui a été fouillé dans le cadre de cette thèse (cf. chap. 5, p. 185).

60On ne possède que trop peu de données sur la datation des sites pour définir un modèle de l’évolution des dimensions des sites. Cette évaluation butte, de surcroît, sur le problème récurrent de la récupération ancienne des scories et de la durée d’occupation : un site en activité plus longtemps produira plus de scories, aura donc des dimensions plus grandes et sera susceptible de livrer plus de matériel en surface. Je ne ferai donc ici qu’une remarque : on possède pour 41 des 43 ferriers datés une surface estimée. Parmi eux, 39 sont gallo-romains et 2 sont du bas Moyen Âge. Si l’on calcule une surface moyenne à partir de ces quelques données, on constate que celle des ferriers romains datés est d’un peu plus 3 550 m2 alors que celle des ferriers médiévaux est d’un peu plus de 250 m2. Vu l’effectif considéré, on ne peut toutefois pas comparer ces valeurs.

Faciès des scories et dimensions des terriers

61On possède pour 194 ferriers le faciès dominant des scories et une estimation de la surface (fig. 73). Le calcul de la surface moyenne des ferriers en fonction du type majoritaire de résidus qu’ils renferment permet de mettre en évidence que les sites à scories en plaquettes sont généralement beaucoup plus grands que les amas des autres faciès (fig. 74). En conséquence de quoi leur volume estimé est également beaucoup plus important (fig. 75 et 76).

  • 2 Sites de La forêt des Chartreux 1 à Saint-Denis-d’Orques, des Landes à Joué-en-Charnie du Point du (...)

62Les scories en plaquettes constituent donc la majorité des déchets des plus grands ferriers, ceux de la forêt de Sillé, mais également à proximité de Laval, ou encore dans le secteur de la forêt de Charnie2. La corrélation entre ce faciès et la taille des sites est frappante. Doit-on voir dans ce fait le passage d’un changement technique permettant la production de très grande quantité de fer (et donc de déchets) à chaque opération ? La question n’est pas évidente et renvoie au problème de la durée d’occupation de ces sites et à leur structuration (combien de fourneaux ?).

63Certains de ces grands ferriers à scories en plaquettes font partie de ceux qui ont livré un abondant mobilier céramique en surface. Il s’agit des ferriers de La Gaufrie à Laval, du Pâtis et de Pierre Blanche à L’Huisserie et des Landes à Joué-en-Charnie (Sarthe). On pourrait ajouter à ce groupe le ferrier de Roche Brune 1 à Pezé-le-Robert (cf. chap. 5, p. 185).

Faciès dominant

Surface totale en m2

Nombre de sites

Surface moyenne par site en m2

cordons fins

157 275

92

1710

plaquettes

238628

75

3182

cordons vacuolaires

25 733

14

1 838

fonds de four

7900

8

988

cordons fins et plaquettes

10 845

5

2 097

Total

440 381

194

2270

Fig. 73 > Tableau des surfaces moyennes des ferriers en fonction du faciès dominant des scories qu'ils contiennent. On remarque que les ferriers à scories en plaquettes sont beaucoup plus grands que la moyenne générale.

Fig. 74 > Surfaces moyennes des ferriers en fonction du faciès dominant des résidus qu'ils contiennent.

Faciès dominant

Surface totale en m3

Nombre de sites

Surface moyenne par site en m3

cordons fins

27 450

22

1 248

plaquettes

154734

47

3 292

cordons vacuolaires

2960

5

592

fonds de four

1 591

5

318

cordons fins et plaquettes

3 080

2

1 540

Total

189 815

81

2 343

Fig. 75 > Tableau des volumes moyens des ferriers en fonction du faciès dominant des scories qu’ils contiennent. On remarque que les ferriers à scories en plaquettes sont beaucoup plus grands que la moyenne générale.

Fig. 76 > Histogramme représentant les volumes moyens des ferriers en fonction du faciès dominant des résidus qu'ils contiennent.

64Les quatre premiers sites ont essentiellement livré de la céramique sigillée : elle représente plus de 80 % des tessons collectés lors de plusieurs visites effectuées par M. Hubert ou moi-même. On peut bien sûr expliquer cette très forte représentation par la plus grande facilité à reconnaître cette poterie rouge vif et vernie dans la terre sombre des ferriers. Néanmoins, même si l’on ne tient pas compte de cette proportion, le nombre de tessons collectés témoigne de l’abondance de ce type de production sur ces amas. Ces quatre sites ont livré un mobilier étonnamment homogène. Les lots réunis ont été examinés par R. Delage (INRAP) et A. Ferdière. Ils sont constitués très majoritairement de productions des ateliers de Gaule du Centre (Lezoux, Gueugnon) et de quelques rares tessons de Gaule du Sud. On peut donc dater ces ensembles du milieu du ier siècle au début du iiie siècle ap. J.-C. (ce sont, avec l’atelier de Roche Brune 1, les cinq sites datés du Haut-Empire). Ces ateliers ont donc pu fonctionner en même temps. Il ne faut cependant pas exclure la possibilité d’occupation plus ancienne (augustéenne ?) ou postérieure. Rien ne permet néanmoins de penser que ces ateliers fonctionnaient avant la Conquête. De même, ces sites ont peut-être poursuivi leur activité au-delà du début du iiie siècle, mais le mobilier collecté n’en témoigne pas.

65Le ferrier des Landes à Joué-en-Charnie s’étale surplus de cinq parcelles actuelles ; son diamètre est estimé à près de 200 m et, malgré la récupération récente des scories, on peut présumer que l’amas devait être très élevé, peut-être de plusieurs mètres. La présence exclusive de mobilier romain en surface ne permet pas de conclure sur la durée d’occupation mais laisse présager une activité intense sur ce site. En outre, on peut supposer l’existence, à proximité de ces ateliers, d’habitats dévolus aux artisans. L’abondance du mobilier céramique (plusieurs dizaines de tessons) et la présence de vaisselle de présentation (sigillée) ne laissent pas de doute à ce sujet. Il est probable, mais malheureusement non certain, que quelques-uns des autres très grands sites à scories en plaquettes appartiennent à ce groupe. On peut ainsi signaler le site du Point du Jour à Viré-en-Champagne, ceux de La Guittière, de la forêt des Chartreux 1 et l’ensemble du domaine des Chartreux 1 à 6 à Saint-Denis-d’Orques, mais aussi une partie des amas de la forêt de Sillé.

DATATION DES SITES DE RÉDUCTION

66La datation des sites liés à la réduction directe est souvent difficile. On peut distinguer d’emblée les scories piégées, souvent découvertes hors de tout contexte archéologique. Pour ces vestiges, la présence de charbon pris dans la scorie permet d’avoir recours à une datation radiocarbone. En revanche, pour les sites à scories coulées, la datation se fonde le plus souvent sur le seul mobilier recueilli en surface, ce qui pose de nombreux problèmes méthodologiques. Les sites à scories dispersées ne sont ainsi que très rarement datables avec certitude en raison du mélange fréquent de ces résidus avec les autres artefacts venus avec les fumures. En outre, ces dispersions proviennent le plus souvent de la récupération d’un ferrier situé à proximité. Si l’amas qui a servi de carrière contient de la céramique, la récupération et l’épandage de scories entraînent indirectement la dispersion de ce mobilier et font ainsi apparaître un nouveau site factice de cette période. De surcroît, plus un ferrier est volumineux, plus il peut faire l’objet de récupération et être ainsi à l’origine de nombreux sites à scories dispersées, entraînant la sur-représentation de sites de la période pour laquelle on possède les plus gros ferriers. Pour ces raisons, les sites à scories dispersées ne peuvent pas être pris en compte dans une approche chronologique de l’activité.

Datation de quelques scories piégées

67Les scories piégées du Bas Maine ont toutes été découvertes hors de tout contexte archéologique et aucun mobilier associé ne permet de les dater. Cependant, la présence de charbons de bois piégés à l’intérieur de bloc de scorie permet d’utiliser la technique du C14. Trois blocs de scorie ont été datés par ce moyen.

  • 3 Précisons ici que la date fournie par cette méthode n’est pas celle de l’opération de réduction ma (...)
  • 4 Intervalle de confiance de 95 % avec des dates plus probables à 236, 185, 145, 315, 285. Datation (...)
  • 5 35 av. J.-C. - 323 ap. J.-C. pour le site de la ville d’Ahaut à Meillac, Ille-et-Vilaine : Vivet 2 (...)

68Le premier provient du site de Bel Orient à Saint-Pierre-la-Cour (Mayenne). Plusieurs fragments de bloc étaient visibles sur le talus du champ situé en face de ce lieu-dit, jusqu’en 2006 (ils ont disparu depuis). Lors de la prospection un de ces blocs a été prélevé. Il a été brisé et un échantillon de charbon piégé dans la scorie a été envoyé au Centre de Datation par le Radio-Carbone (CDRC) de l’université de Lyon 13. La fourchette chronologique fournie par cette analyse est la suivante : 93-335 ap. J.-C.4 ce qui place l’abattage de l’arbre utilisé durant l’époque romaine. De telles datations sont connues en Bretagne5, mais n’étaient pas encore attestées dans le Maine.

  • 6 Ce lieu-dit n’existe pas sur la commune de Ségrie, mais il existe une Petite et une Grande Chouann (...)
  • 7 Intervalle de confiance de 95 %. Date la plus probable : 379 av. J.-C. Datation du CDRC de l’unive (...)
  • 8 En effet, si l’on abat un arbre pluri-centenaires, le cœur du tronc peut fournir une datation C14 (...)

69La seconde datation a été réalisée sur du charbon provenant d’un bloc de scorie découvert en bordure d’un pré au lieu-dit La Coulée du Gué à Montreuil-le-Chétif (Sarthe). Il s’agit d’un bloc complet d’environ 50 cm de diamètre et dont la partie conservée pesait 75 kg. Cette scorie piégée est la seule connue pour ce secteur mais elle se trouve en bordure d’un très important groupe de ferriers conservés dans la partie orientale de la forêt de Sillé. La chronologie de ces sites n’est pas parfaitement connue mais l’essentiel semble rattachable à l’époque romaine (infra p. 166). En outre, J.-R. Maréchal mentionne des blocs de scorie piégée sur la commune de Ségrie, à proximité du lieu-dit Les Chouanneries6 sans qu’on ait pu retrouver les vestiges indiqués (Maréchal 1975a : 850 ; 1975b : 37). Le charbon prélevé au cœur de ce bloc a été daté entre 394 et 209 av. J.-C.7, soit de la période de La Tène ancienne à moyenne. Même si l’on ne peut pas exclure la possibilité de réutilisation de bois anciens ou l’abattage de vieux arbres8 par des artisans gallo-romains, cette attribution chronologique pourrait prouver l’implantation de la sidérurgie extractive avant la conquête romaine dans la région des Bercons. On possède là aussi des parallèles bretons pour cette période, notamment le site de l’étang du Perray à Plélan-le-Grand (Ille-et-Vilaine) daté par radiocarbone entre 358 et 114 av. J.-C. (Andrieux et al. 1993 ; Larcher 1994 :114 ; Vivet 2007 : 69), ou encore le site du Rocher Abraham à SaintPierre-le-Plesguen (Ille-et-Vilaine), daté par la même méthode entre 349 et 65 av. J.-C. (Vivet 2001 ; 2007 : 69-71).

  • 9 Intervalle de confiance de 95 %. Datation effectuée par le Poznan Radiocarbon Laboratory (Pologne) (...)
  • 10 Site de Beauvais à Changé, de l’étang du Cruchet à Écommoy et de la Maison Neuve à La Bazoge : Cab (...)

70Enfin la dernière scorie ayant fait l’objet d’une analyse radiocarbone provient de la ferme des Hamas à Saint-Loup-du-Dorat (Mayenne). On ne connaît pas le contexte de découverte exact de ce bloc, utilisé, avec un autre, pour reboucher un trou dans la cour de ferme. Toutefois, le propriétaire assure que ce genre de blocs est très courant dans les parcelles voisines et qu’il en remonte régulièrement lors des labours. Deux blocs ont été prélevés. L’un était constitué uniquement de scorie dense, sans charbon, et n’a pu être exploité. L’autre se présentait sous la forme d’un bloc ovale dont le grand diamètre mesurait environ 45 cm et le plus petit 40 cm, pour une épaisseur proche de 30 cm. La partie inférieure était riche en morceaux de bois (les fibres étaient encore visibles). La datation de ces bois est comprise entre 770 et 410 av. J.-C.9, soit de la période Hallstatt à la Tène ancienne. Ceci fait de cette scorie le plus ancien témoignage de la réduction directe connu en Mayenne et conforte l’hypothèse d’une installation de la métallurgie du fer précoce dans l’ouest de la France. Cette datation est en effet tout à fait comparable à celles obtenues par la même méthode pour plusieurs sites fouillés sur le tracé de l’autoroute A28. La publication de ces ateliers est en cours et on ne possède pas le détail des datations de ces différents sites, mais trois d’entre eux ont livré des scories datées entre le début du viiie siècle et le ve siècle av. J.-C.10

71Les trois datations dont on dispose pour la zone d’étude ne sont pas suffisantes pour dresser un tableau de l’évolution de l’utilisation de cette technique dans le Bas Maine. En outre, les ateliers les ayant produites sont encore inconnus. Il est impossible de savoir si ces scories sont issues de bas fourneaux à scories piégées mais à usage multiple tels que ceux mis au jour lors des fouilles préventives de l’autoroute A28 au nord du Mans (Dunikowski, Cabboï 2001), ni si les ateliers étaient organisés en batteries (séries de bas fourneaux successifs juxtaposés). Sur ce dernier point, la découverte de quelques épandages de coulures issues de la partie inférieure de scories piégées dans le secteur de La Gravelle/Saint-Pierre-la-Cour pourrait apporter des réponses. En effet, le site de La Prée 2 à Launay-Villiers ou ceux du Roc et des Rottes 2 à Saint-Pierre-la-Cour correspondent à des dispersions de scories sur des surfaces restreintes, quelques mètres carrés, une centaine tout au plus. Ceci plaide pour des ateliers limités. Enfin, en l’absence de données supplémentaires, il est tout à fait envisageable que cette méthode ait été utilisée sur plusieurs siècles dans ce secteur.

Les sites à scories coulées

Les datations fournies par la bibliographie ancienne

72Contrairement au secteur de Lavardin/La Bazoge (Sarthe), pour lequel la bibliographie ancienne rapporte la découverte de nombreux objets et monnaies romaines (Maulny 1806, par exemple) on ne possède que très peu de comptes rendus de découvertes réalisées sur les sites de réduction dans la région étudiée. On ne peut citer que le texte de V. Gomer pour Saint-Denis-d’Orques (Sarthe) dans lequel l’auteur indique des découvertes monétaires dans le champ de la Minière (Gomer 1935, supra p. 24). On a pu retrouver sur le terrain les traces de cet amas ou plutôt de ces amas, puisque six ferriers ont été distingués dans cette seule parcelle (sites du domaine des Chartreux 1 à 6). Deux d’entre eux ont livré du mobilier romain en surface (sigillée, tuiles à rebords, céramique commune) et ont donc pu être datés sans ambiguïté de cette période. Pour les autres, le choix a été fait de les attribuer également à l’époque romaine, en se fondant sur le texte de V. Gomer. Ce dernier n’évoque en effet aucun mobilier susceptible d’être rattachable à une autre période, antérieure ou postérieure. On pourrait même, si l’on se fie au texte, dater ce site plus spécifiquement du Haut-Empire. Par prudence, on l’a plus simplement attribué à l’époque romaine.

73Le ballast de la voie de tramway évoqué par V. Gomer a également été retrouvé au sud de l’étang du domaine des Chartreux. Cette dispersion de scories se présente sous la forme d’une bande d’environ 400 m de long sur 5 à 10 m de large (site 72278.25). On y trouve, mêlés aux scories, des fragments de tuiles à rebords. C’est l’exemple typique d’un site déplacé.

Les données archéologiques récentes

74Les données archéologiques récentes concernent essentiellement des sites découverts depuis les années 1980, par des prospecteurs ou dans le cadre de très rares fouilles programmées ou préventives. Ces datations, dont on ne peut pas toujours assurer l’exactitude, doivent être discutées au cas par cas mais ne peuvent être rejetées totalement. On prendra ici en compte uniquement les sites ayant livré des scories de réduction.

75L’une des fouilles qui nous intéresse au premier chef est celle du site de La Glanerie à Athée (Mayenne), qui a fait l’objet de trois campagnes de sondages sous la direction de J.-C. Meuret (Meuret 1996 ; 1997 ; 1998 ; 2000). Ce site fait partie de l’importante série d’enclos découverts par photographie aérienne par G. Leroux depuis les années 1980 (Leroux et al. 1999). Il s’agit d’une ferme du second Âge du fer, réoccupée durant la période gallo-romaine. Lors de la seconde campagne de fouille, en 1997, des blocs de scories de fer ont été mis au jour dans le comblement des fossés. Voici la description qu’en donne J.-C. Meuret : « ce sont [...] des scories coulées d’aspect cordé caractéristique à la partie supérieure, et irrégulier avec pierres et charbon de bois à la partie inférieure » (Meuret 1997 :15). Il s’agit donc sans aucun doute de scories de réduction directe du minerai du fer issues d’un bas fourneau à écoulement de la scorie. D’autres découvertes de blocs semblables sont mentionnées lors de la campagne de 1998 : certains spécimens pesaient plus de 10 kg (Meuret 1998 :12). Pourtant, dans un article récent J.-C. Meuret revient sur cette première interprétation et indique qu’il s’agit de fragments de scorie piégée issue d’un bas fourneau à usage unique (Meuret 2007 :108, fig. 2). La photographie qu’il en livre n’est pas caractéristique et pourrait correspondre à une partie de la scorie restée au fond d’une structure à écoulement de la scorie. On voit d’ailleurs, au premier plan, le départ de coulures en cordon. En outre, la dimension de ce bloc, qu’on peut estimer à environ 25 cm selon la photographie, est bien inférieure au diamètre moyen des scories piégées de la région. La première interprétation a donc été conservée dans l’attente d’un réexamen de ces vestiges.

76Malheureusement, les structures de réduction n’ont pas été identifiées dans l’emprise des sondages et on ne peut s’appuyer sur d’autres éléments pour interpréter les résidus sidérurgiques. La fouille a néanmoins permis de fournir un contexte stratigraphique fiable à ces scories et de les dater de la seconde moitié du iiie siècle av. J.-C. (Meuret 1998 : 12). S’il s’avère qu’il s’agit bien de scories coulées, ce site attesterait donc l’utilisation de bas fourneaux à écoulement, en contexte d’habitat, dès La Tène moyenne, dans le sud de la zone d’étude. Quoi qu’il en soit, il constitue un jalon important dans l’évolution technique et chronologique de la sidérurgie locale.

77L’opération de sondages préventifs réalisée au lieu-dit La Maison de paille à Meslay-du-Maine est la deuxième et dernière opération qui a livré des informations précises et circonstanciées sur un site de réduction de la région. On y a repéré les traces d’une activité de réduction datée des xi-xiie siècles, caractérisée par la présence de plusieurs mètres cubes de scories en cordons, placées en rejet dans des fosses (Letho Duclos 2005).

78Certains sites découverts lors de prospections antérieures à cette recherche ont été datés grâce au mobilier collecté en surface. C’est notamment le cas du site de Coultru à Juvigné (Mayenne). La fiche de découverte indique la présence de tessons médiévaux en surface et attribue le site à cette période. On pourrait toutefois arguer du fait qu’il peut s’agir de céramique venue avec les fumures, mais aucun tesson de céramique moderne n’est signalé ce qui atténue le doute. Le site n’a pas pu être prospecté lors des vérifications et on conserve donc cette datation sans certitude.

79Plusieurs sites à scories de réduction ont été découverts par L. Guyard à proximité du lieu-dit La Diochère à Chéméré-le-Roi, dont un a été daté de l’époque médiévale. Ces sites s’organisent autour d’une ancienne fortification médiévale, Le Château du Déri, à présent coupée par la route départementale 166. La prospection a permis de repérer des scories de réduction de part et d’autre de cette voie, ainsi que derrière l’ancienne ferme de La Diochère. Dans un cas sur les trois, des tessons de céramique médiévale étaient associés aux résidus sidérurgiques. Même si l’on ne peut pas être sûr du lien existant entre ce mobilier et l’activité sidérurgique, une datation du Moyen Âge a été retenue pour ce site (53 067.02).

  • 11 Cette datation n’a pas été retenue par le SRA, site 53.009.0013.

80D’autres sites présentant des scories coulées, découverts durant ces quarante dernières années, ont été attribués à une période, parfois sans qu’on puisse réellement savoir sur quels arguments. C’est notamment le cas du site de l’Aubinière à Arquenay, signalé dans la CAG de la Mayenne comme d’époque romaine sur les indications de A. Guéguen (Naveau 1992a : 139)11. Ce site pose en fait problème puisque les coordonnées communiquées par le SRA n’ont pas permis de retrouver ce site. En revanche, M. Hubert indique un petit ferrier éventré sur le bord de la voie antique Le Mans-Rennes, qui borde le lieu-dit l’Aubinière au nord et marque ici la limite communale entre Arquenay et La Bazouge-de-Chéméré (Mayenne). Le petit amas repéré se trouve sur cette dernière commune et il n’est pas certain qu’il corresponde au site indiqué par A. Guéguen ; il a donc été enregistré séparément, dans le doute (53 022.01), au risque de créer un doublon. La datation romaine du site d’Arquenay, dont on ne peut pas exclure l’existence, a donc été retenue sans qu’elle puisse être fermement étayée.

81Il en va de même du site du Bailleul à Vaiges, dont la découverte revient au même inventeur et qui est lui aussi daté de l’époque romaine. Le site a été retrouvé sur le terrain (53 267.01). Il est coupé par la route départementale et bien visible sur le côté sud dans un enclos servant à l’élevage de sangliers. Malheureusement, la vérification a dû être limitée à l’examen des talus et des fossés bordiers et n’a pas permis la découverte de mobilier venant confirmer la datation proposée par A. Guéguen. Elle a toutefois été conservée, dans le doute.

82Enfin, la présence de scories de réduction, mentionnées à de multiples reprises dans les remblais de la capitale diablinte, a amené à l’enregistrement d’un site à scories dispersées attribuées à l’époque romaine, sur la base des découvertes stratigraphiques réalisées lors des fouilles du terrain de sport (53 122.03). Les fouilles de La Grande Boissière et du taillis des Boissières ont également livré des scories de réduction, relevant probablement de la même origine, mais le choix a été fait de ne pas enregistrer de site supplémentaire, ce qui aurait surévalué l’importance de la réduction dans cette ville.

83Dans la plupart des cas, les scories mentionnées dans les comptes rendus de fouilles ou de prospections ne sont pas caractérisées. Par défaut, les mentions de scories de fer ont été attribuées à la phase de post-réduction, sans que l’on puisse toujours clairement assurer ce choix. Ce postulat est fondé sur le fait que les ferriers sont, sauf récupération ou arasement importants, généralement plus massifs. Il est toutefois possible que certains sites interprétés à ce titre relèvent en fait de l’étape de réduction. Cela pourrait être le cas du site du Gué de Loré (61235.02), où est signalée une importante couche de scories de fer, peut-être liée à l’empierrement d’une ancienne voie, associée à de la céramique du haut Moyen Âge (Bernouis 1999 : 149-150). Toutefois, en l’absence d’information complémentaire, ce site n’a pas été retenu ici.

Les datations obtenues grâce au matériel collecté en surface des ferriers par les prospections récentes (2004-2007)

84Seule une centaine de ferriers a livré un ou plusieurs tessons. Le plus souvent, ce matériel était numériquement et qualitativement insuffisant pour établir une datation. Ainsi, seuls 33 ferriers de notre zone d’étude ont pu être datés grâce au mobilier ramassé en surface ou dans des coupes réalisées anciennement pour la récupération des scories et deux par du mobilier recueilli lors de sondages. Les critères de datation ont été les suivants :

  • un lot de céramique assez important (une dizaine de fragments) pour les ramassages de surface ;
  • la présence dominante de mobilier de la même période (au moins la moitié) ;
  • la découverte de fragments de grandes tailles excluant leur éparpillement lors des fumures ;
  • ou la découverte en contexte stratigraphique d’un ou plusieurs tessons.

85Les résultats des 13 % des ferriers pour lesquels on possède une datation grâce au mobilier collecté lors des opérations de terrains sont reportés dans le tableau de la figure 77.

86On remarque que les sites d’époque gallo-romaine, au sens large, sont de loin les plus nombreux (33 sur 35) ce qui peut s’expliquer par le fait que le matériel romain est généralement mieux visible sur les ferriers et souvent plus abondant que pour les autres périodes. En outre, une partie des sites attribués à cette période l’est sur le seul argument de la découverte de tuiles à rebords dont la production pourrait se poursuivre durant le Bas-Empire ou le haut Moyen Âge.

87Aucun des ferriers prospectés n’a livré de mobilier du Bas-Empire ou du haut Moyen Âge. L’absence de céramique mérovingienne, pourtant connue dans la région, doit néanmoins être soulignée malgré toutes les difficultés que pose son identification sur le terrain (rareté et problème de couleur). Il en va de même des sites du Bas-Empire. Les sites de cette période sont difficiles à percevoir en raison de notre méconnaissance des faciès céramiques régionaux pour cette époque. Le fait qu’aucun site ne soit daté de cette période peut être attribué à cette ignorance mais peut aussi cacher l’absence réelle de site de cette période. Cette dernière interprétation pourrait d’ailleurs être appuyée par l’absence des productions caractéristiques de La Bosse (Sarthe) (céramique gris bleuté) sur les ferriers de la région, alors que les productions de cet atelier sont présentes jusqu’à la fin du iiie siècle en Sarthe (Guillier 1997) et à Jublains (Bocquet et al. 2004, annexe CD 20,10).

Fig. 77 > Tableau des ferriers datés grâce à la découverte de matériel céramique (prospection 2004-2007).

88La période protohistorique n’est pas représentée ici, aucun ferrier n’ayant livré de mobilier caractéristique de l’Âge du fer, ni même de la période augustéenne. En fait, les plus anciens artefacts découverts sur les ferriers de la zone d’étude sont datables du second quart du ier siècle ap. J.-C. au plus tôt (production de sigillée de Gaule du Sud). Enfin, de manière générale, le Moyen Âge central et final sont très largement sous-représentés, avec seulement deux sites datables des xive-xve siècles sur les 273 ferriers enregistrés.

Bilan des datations obtenues

89Les résultats des diverses méthodes de datation présentées ci-dessus (radiocarbone, étude du matériel de prospection et données antérieures) sont résumés dans le tableau de la figure 78. Sur les 425 sites liés à la réduction directe du fer enregistrés dans la zone d’étude, on peut proposer une datation pour seulement 55 d’entre eux, soit à peine plus de 12 % du corpus. Parmi ces quelques sites on ne compte que 43 ferriers (soit 16 % de ce type de sites). Il faut en outre préciser que près du tiers de ces datations provient des données fournies par la bibliographie ancienne ou d’informations issues de prospections antérieures. Le manque de données sur la datation des sites sidérurgiques dans la zone étudiée constitue une réelle limite à leur interprétation.

90La gêne occasionnée par le couvert végétal et la mauvaise visibilité au sollors des vérifications de terrain sont en grande partie responsables de cette carence, mais le manque de données acquises à ce sujet est également imputable aux contraintes de l’exercice de thèse. Cette recherche a été menée en quatre années et le choix a été fait de privilégier une vision extensive de la région, puis de porter l’intérêt sur une zone et un site (la forêt de Sillé et la fouille du site de Roche Brune). En contrepartie de ce choix, l’acquisition de données précises sur les sites découverts, qui aurait nécessité des visites complémentaires et éventuellement des sondages, a été reportée à une phase ultérieure. La chronologie offerte par cette première phase de recherche sur un vaste territoire n’en est pas moins intéressante. Ainsi, malgré toutes les difficultés évoquées plus haut, on peut dire que la période romaine constitue la phase de développement importante de la production sidérurgique par la réduction directe dans la zone étudiée (fig. 79). Les sites protohistoriques et médiévaux, il est vrai sans doute nettement sous-estimés, sont beaucoup moins nombreux.

Fig. 78 > Tableau récapitulatif des datations des sites liés à la métallurgie du fer dans la zone d'étude (sites à scorie piégée et coulée).

Fig. 79 > Histogramme de la datation des sites liés à la réduction directe du fer (ferriers et scories isolées ou dispersées) par grande période chronologique. La prépondérance des sites de l'Antiquité est très nette.

Faciès des scories et chronologie

91On remarque parfois une certaine corrélation entre la datation des sites et le faciès de scorie majoritaire. Il n’est pas question d’établir une chrono-typologie des scories de réduction du fer, dont il est évident qu’elle n’aurait pas grande valeur ; toutefois, dans certains cas, la corrélation est suffisamment forte pour permettre d’établir un lien entre faciès de scories et datation.

92On connaît le faciès dominant des scories pour 47 sites à scories coulées datés. Si l’on projette la distribution des faciès dominants en fonction de la datation, on remarque certaines associations (fig. 80).

93Ainsi 27 des 41 sites datés de l’époque romaine présentent des scories en plaquettes et inversement tous les sites ayant livré ce type de résidus pour lesquels on peut proposer une datation sont de l’époque romaine. Cette observation ne souffre aucune exception.

Fig. 80 > Tableau mettant en parallèle le faciès dominant des scories avec la datation pour 47 sites ayant livré des scories de réduction directe du fer dans la zone étudiée. On ne tient pas compte ici des sites à scories piégées.

94Les scories en plaquettes semblent donc associées à cette période, même si, une fois de plus, le nombre de sites datés n’est pas suffisant pour assurer fermement ce lien. Une telle association avait déjà été remarquée sur des sites datés de l’époque gallo-romaine en Ille-et-Vilaine (Vivet 1997). Un seul site mêlant à parts égales scories en cordons et en plaquettes a pu être daté, lui aussi de l’époque romaine.

95On peut sûrement pousser un peu plus loin les remarques. Les deux sites à scories à cordons vacuolaires pour lesquels on possède une datation sont attribués à l’époque médiévale. Il est d’ailleurs intéressant de noter que cette remarque à valeur en dehors de notre zone d’étude. Ainsi les sites médiévaux de la forêt de Paimpont fouillés par J.-B. Vivet présentent des scories vacuolaires (visite des sites et communication personnelle de J.-B. Vivet).

IMPLANTATION DES SITES DE RÉDUCTION

Relation entre les sites de réduction et les gisements de matières premières

Le minerai

Fig. 81 > Carte confrontant la distribution des sites de réduction directe du fer par rapport aux zones minières définies d'après la documentation historique.

96Les difficultés qu’il y a à cerner les zones minières ont déjà été présentées (supra p. 51). Les cartes ci-dessous proposent une confrontation de la distribution des sites de réduction directe du fer et de ces deux fonds (fig. 81 et 82). Même en tenant compte des imprécisions des cartes géologiques, on remarque que la majorité des sites de réduction se trouve sur des formations pouvant contenir du minerai de fer ou dans une zone minière, ce qui n’est pas surprenant. Un calcul effectué sur SIG le confirme (fig. 83 et 84) : plus de 32 % des sites de réduction directe du fer de la zone d’étude se trouvent sur les 7,7 % du territoire représentés par les formations géologiques pouvant contenir du minerai de fer ; 86,5 % se situent à moins de 2 km.

97Au-delà de ce déterminisme, on peut faire deux constats :

  • tout d’abord, près de 13,5 % des sites de réduction se trouvent à plus de 2 km de minerai, plusieurs s’en trouvent même très éloignés si l’on considère la distribution des cartes ci-dessous ;
  • parallèlement, il y a des zones de potentiel minier qui n’ont pas ou peu été exploitées par la méthode directe de réduction : c’est le cas de la région d’Évron dont nous avons vu qu’elle alimente les hauts fourneaux au xviie et xviiie siècle.

98Ces propos doivent néanmoins être nuancés. Pour le premier point, plusieurs gisements ponctuels ont probablement échappé à la cartographie géologique et certains ont pu disparaître du fait même de leur exploitation. En outre, l’implantation d’un ferrier sur une formation potentiellement riche en fer n’atteste pas l’exploitation de celle-ci. Pour le second point, rien ne permet d’affirmer que tous les gisements étaient reconnus anciennement. On peut cependant établir deux conclusions :

  • la présence de minerai de fer immédiatement sur place paraît être un facteur important mais non une condition sine qua non à l’installation d’un atelier de réduction ; ceci suppose le transport de matière première ;
  • le potentiel minier ne suffit pas à l’installation d’un atelier ou d’une zone de production sidérurgique, ainsi plusieurs zones minières très fortement exploitées à l’époque moderne et contemporaine ont été ignorées durant les périodes anciennes et ceci sous entend que d’autres facteurs entrent en ligne de compte, le premier d’entre eux étant la présence de combustible.

Fig. 82 > Carte confrontant la distribution des sites de réduction directe du fer aux zones minières définies d'après les données géologiques.

99Comme on le verra plus loin on peut démontrer l’importation du minerai sur plusieurs kilomètres dans le cas de l’atelier romain de Roche Brune (infra p. 143). Ce type de transport a, en outre, déjà été mis en évidence lors de l’étude du site du Latté à Oulches (Indre) (Dieudonné-Glad 1994).

Fig. 83 > Graphique confrontant la distribution des sites de réduction de la zone d'étude avec les formations pouvant contenir du minerai de fer.

100Pour l’époque médiévale, on a également la preuve, dans la région, de transport de minerai sur des distances relativement longues. Ainsi, un papier de la minière de Beaumont daté de janvier 1473 indique que les maîtres férons affiliés traitaient uniquement le minerai provenant de Beaumont (Arnoux 1993 : 592-593 ; supra p. 24). Lorsque le Baron de Fiers apporta du minerai extrait en forêt de Halouze dans l’atelier d’un féron de la minière de Beaumont, nommé Le Metayer, c’est sous la contrainte que celui-ci est obligé de le traiter avant de refuser en arguant qu’il « n’en volloit user ne d’aultre que de ladite myniere de Beaumont » (ibid.). Or si l’on place cette action dans la région de la forêt de Halouze, ce qui paraît le plus probable puisque le minerai du Baron de Fiers échut finalement dans l’atelier de Raoul Le Verrier installé dans cette même forêt, cela signifie que l’atelier de Le Métayer importait son minerai sur plus de 30 km depuis la minière de Beaumont, située à Saint-Rémy-sur-Orne dans le Calvados. Cet exemple montre que le transport de minerai sur des distances relativement longues n’est pas un obstacle à son exploitation à cette période. On peut d’ailleurs, en sortant du cadre chronologique de cette étude, insister sur le fait que le minerai extrait dans la région d’Évron durant les xviie et xviiie siècles était traité dans des hauts fourneaux distants en général de plus de 15 km (Laurain 1926-1927 ; 1938). Le transport du minerai semble donc être, depuis l’Antiquité, un phénomène relativement courant.

Formation pouvant contenir du minerai de fer…

% de la zone d’étude

Nombre de sites de réduction directe du fer

% de sites de réduction directe du fer

…sur place

7,72

91

32,72

…à une distance de 0 à 1 km

30,91

103

36,52

…à une distance de 1 à 2 km

53,06

50

17,73

…à plus de 2 km

8,31

38

13,48

Total

100

282

100

Fig. 84 > Tableau montrant les relations entre les sites de réduction directe du fer de la zone d'étude et les formations pouvant contenir du minerai de fer.

Le bois

Ferriers et milieux boisés

101La présence de bois est probablement le paramètre le plus important pour l’implantation d’un site de réduction et paradoxalement celui sur lequel on a le moins d’informations (Dieudonné-Glad 1996). En effet, l’emprise et l’importance des massifs forestiers anciens nous échappent totalement (supra p. 18). Les diagrammes polliniques nous permettent de suivre l’évolution générale du couvert boisé, et dans certains cas de rapprocher celui-ci de l’activité d’un site sidérurgique ou d’une zone de production, mais ils sont impuissants à reconstituer le boisement dans sa conformation topographique. En outre, l’étude de D. Barbier (1999) sur la région n’a pas concerné de tourbière située dans ou à proximité d’un massif boisé, ce qui aurait pu permettre d’avoir une connaissance un peu plus précise de son évolution. Il est vrai que les sols forestiers, souvent acides en fonction du boisement (résineux), ne se prêtent guère à la conservation des pollens.

102On peut supposer que certains des massifs forestiers de la région ont pu exister anciennement, certains peut-être dès l’Antiquité, mais leur évolution dans le temps en fonction des phases de défrichements ne permet pas d’assurer qu’ils ont tous toujours été des boisements permanents.

103Les données concernant les relations topographiques qui ont pu exister entre les sites de réduction et les massifs boisés contemporains de leur activité sont donc très minces. En fait, les seules données disponibles concernent le bas Moyen Âge et la région de La Ferrière-aux-Étangs (Orne). Ainsi, un texte daté de 1455, rapporté par une copie d’A. Surville (1920 :39-40), indique que la « forge grossière » appartenant à Marguerite de La Ferrière se trouve dans son bois de la Haye de la Ferrière et qu’elle y fait produire le charbon pour son atelier. La situation semble être la même dans la forêt de Halouze, voisine de La Ferrière : un texte issu des archives du métier de férons de la minière de Beaumont, daté de janvier 1473 (Arnoux 1993 :130-131), nous apprend que des « faeseurs de paesles » se sont récemment implantés dans la forêt de Halouze. On peut sans aucun doute identifier ces installations à des ateliers de réduction directe (infra p. 122), situés ici dans la forêt qu’ils exploitent pour le charbonnage. M. Arnoux indique que ceci semble être la règle à cette époque en Normandie (ibid. : 130).

104Il est impossible d’étendre chronologiquement et géographiquement ces constatations. On bute en fait sur plusieurs problèmes à ce sujet :

  • d’une part, un atelier de réduction nécessite un approvisionnement continu et important en combustible, mais on ne peut évaluer avec précision ni le volume de bois nécessaire à la confection du charbon, ni la surface boisée nécessaire à l’abattage de ce bois : celle-ci dépend en effet du mode de gestion de la forêt (futaie, taillis) ou d’éventuelles récupérations ou collectes ;
  • d’autre part, l’approvisionnement des sites sidérurgiques ne constitue que l’un des aspects de l’utilisation des massifs boisés : le bois est, pour les époques anciennes, un matériau de construction mais également un combustible de chauffage indispensable et sert aux autres artisanats (production céramique entre autres).

105La gestion des milieux boisés en fonction des périodes est une question délicate. On ne sait même pas si elle a existé pour les périodes anciennes de la sidérurgie (Hallstatt – La Tène) ; la production de l’époque était, il est vrai, très limitée. La stabilisation, voire l’augmentation de la proportion des pollens d’arbres par rapport au total des pollens dans la région à l’époque romaine pourrait traduire un souci de gestion de la forêt (Barbier 1999 :141), même si rien ne permet de l’affirmer fermement.

106Par ailleurs, les ateliers de réduction directe étaient en concurrence avec les autres installations humaines pour l’exploitation des forêts. Ceci pourrait expliquer pourquoi les plus gros ferriers, correspondant aux plus importants ateliers de réduction, ne se trouvent pas à proximité des villes où le bois devait être moins abondant en raison des défrichements pour l’agriculture et donc où la concurrence pour l’exploitation des forêts a dû, au moins depuis la La Tène finale, être la plus forte.

107L’origine du bois qui alimentait les ateliers de réduction directe de la région n’est donc pas connue et l’on ne peut presque jamais affirmer que ceux-ci se trouvaient en milieu boisé à l’époque de leur installation.

Un enregistrement pollinique à proximité des ferriers

108La thèse de D. Barbier, portant sur l’évolution du paysage dans le nord de la Mayenne depuis la fin du Pléistocène (vers 12 000 av. J.-C.) à nos jours, a déjà largement été évoquée (Barbier 1999). Pour cette recherche l’auteur a réalisé une série de carottages sur plusieurs tourbières de la région. Il se trouve que dans trois cas ces sondages sont proches de sites de réduction directe : le sondage de la Corniche de Pail a été réalisé à moins de 2 km du ferrier du Vieux Saint-Julien à Pré-en-Pail (53185.02) ; celui de Glatigné est à moins d’1,5 km du ferrier de La jaffetière à Changé (53 054.02) ; mais le cas le plus intéressant est celui de La Baforière à Blandouet (Mayenne) qui se trouve à moins de 300 m de deux ferriers et surtout voisine avec des sites qui ont pu être datés de l’époque romaine (ibid., I :127-148 et II : fig. 35 et 36) (fig. 85).

109Le diagramme pollinique du sondage de La Baforière (fig. 86) traduit une déforestation touchant particulièrement le chêne, le noisetier et le tilleul, au profit du hêtre et des fougères, intervenue à la transition Hallstatt/La Tène ancienne. Parallèlement, on voit réapparaître des céréales et des herbacées. Ces phénomènes se poursuivent durant le second Âge du fer : des prairies se mettent en place, avec l’agriculture mais aussi l’introduction du noyer. C’est peut-être à cette époque que s’installent certains des sites de réduction dans ce secteur, bien qu’on ne puisse pas encore l’attester fermement. En revanche – et paradoxalement – pour la période romaine, pendant laquelle on sait que les sites de La Baforière 2 (53 032.08) et de La Guittière/Le Minerai (72 278.04) fonctionnent, l’enregistrement pollinique révèle une légère reprise du boisement (ibid. : 141). Celui-ci s’accompagne également d’un accroissement modéré des cultures (sarrasin, chanvre, noyer, châtaignier). Ces deux phénomènes ne doivent sûrement pas être interprétés comme le signe de la baisse de la pression anthropique mais plus probablement comme le témoignage d’une meilleure gestion des espaces. En effet, il ne fait pas de doute que la tourbière de La Baforière a enregistré l’évolution du paysage de la zone d’approvisionnement des ferriers voisins, dont celui de La Guittière/Le Minerai (72 278.04) qui est l’un des plus importants de la région : son volume est estimé à 11250 m3, pour une surface voisine de 1,5 ha. Il s’agit donc d’un centre de production important qui est en fonction à l’époque romaine. Le ou les ateliers qui le composaient devaient exercer une forte pression sur le boisement environnant. Si celle-ci n’apparaît pas dans l’enregistrement pollinique, c’est qu’elle devait être contrebalancée par une exploitation raisonnée des massifs forestiers n’entraînant pas des coupes à blanc mais privilégiant peut-être une gestion en taillis.

Fig. 85 > Localisation du sondage pollinique de La Baforière par rapport aux sites liés à la réduction directe.

Fig. 86 > Diagramme société-environnement du sondage de La Baforière (Blandouet, Mayenne) (d'après Barbier 1999).

110L’exemple de l’étude pollinique de la tourbière de La Baforière permet de conclure que l’installation d’un atelier sidérurgique ne correspond pas toujours au déboisement de la région qui l’entoure. On peut supposer qu’après une période de défrichement intense durant le second Âge du fer, une gestion plus raisonnée a vu le jour. Il ne s’agit pas ici de projeter sur les populations anciennes une conscience écologique qu’elles n’avaient sûrement pas (d’autres exemples le montrent). Toutefois, il semble assez logique d’imaginer, dans le cadre de la production sidérurgique, la mise en place d’un système d’exploitation forestière permettant de ne pas épuiser trop rapidement les ressources. En effet, si l’on coupe une forêt à blanc il faut attendre plusieurs dizaines d’années pour que le boisement reprenne ; or les ateliers de réduction directe du minerai de fer sont de gros consommateurs et ne peuvent se passer de charbon de bois très longtemps. Pour pérenniser l’activité, il a donc fallu veiller à assurer l’approvisionnement en bois. C’est sûrement ce mécanisme simple qui a amené à exploiter la forêt de façon raisonnée. La multiplication de ce type d’étude, menée en connexion avec la fouille de sites de production sidérurgique, pourrait sans doute apporter des éléments complémentaires aux premières constatations avancées ici grâce à un heureux hasard.

Implantation topographique et hydrographique

111La position topographique des sites de réduction varie énormément (Mangin et al. 1992 : 66-73) ; il est difficile de fournir une règle générale sur l’implantation à l’échelle de la zone d’étude dont les reliefs sont changeants et où se superposent des sites de périodes différentes, durant lesquelles les contraintes d’implantation ont pu changer. On ne peut pas fournir une étude statistique réellement argumentée sur ce point. Toutefois, l’impression générale est que les ateliers ne semblent pas suivre une règle d’implantation stricte et s’adaptent le plus souvent au relief de la région. Ainsi, dans les quelques enregistrements dont on dispose, c’est la position de plateau qui domine largement ; mais ailleurs, lorsque les pentes sont fortes, les ferriers sont plus généralement situés en bas de pente. Ainsi dans certains secteurs, on a pu constater, lors des vérifications, que les sites sont le plus souvent situés au fond des talwegs : c’est le cas en forêt de Sillé ou autour de la forêt de Halouze ; mais dans ces deux cas cette constatation n’a pas valeur de règle.

112De même, on ne dispose pas de données réellement satisfaisantes pour ce qui est de la pente et de l’orientation de celle-ci. Plusieurs auteurs ont souligné le fait que l’exposition au vent dominant permettrait une meilleure ventilation des bas fourneaux et l’évacuation des gaz de réduction. Dans le Bas Maine l’orientation des pentes est en grande partie tributaire de l’orientation générale des formations géologiques du Massif armoricain qui structurent fortement le paysage et le relief selon deux directions : l’une nord-ouest/sud-est, dite armoricaine, l’autre inverse, sud-ouest/nord-est, dite varisque. Dans les deux cas, les pentes des synclinaux armoricains sont généralement orientées soit au nord, soit au sud. En revanche, la plupart des cours d’eau de la région s’écoule du nord vers le sud : les flans de vallées sont donc le plus souvent exposés à l’est ou à l’ouest. La répartition des ferriers sur ces pentes ne semble pas privilégier une orientation particulière.

113L’étude de la répartition des sites par rapport au cours d’eau est donc un moyen de pallier, dans une certaine mesure, le manque de données sur l’implantation topographique. Plusieurs auteurs ont mis en avant la proximité récurrente des ferriers avec des cours d’eau. M. Mangin en a conclu que « la présence de l’eau est trop systématique pour n’avoir pas été un paramètre important sinon primordial » (Mangin et al. 1992 : 73). De même, les calculs effectués pour une zone du Berry par N. Dieudonné-Glad ont montré « une installation préférentielle des sites de réduction directe à proximité de l’eau » (Dieudonné-Glad 1991 : 86-93). Enfin, dans la région d’Argentomagus, 34 % des ateliers gallo-romains sont à moins de 400 m d’un cours d’eau permanent ou intermittent, mais on ne connaît pas, pour ce dernier exemple, la proportion du territoire que représente cette zone (Laüt 1994 : 224).

114L’étude de la répartition des sites de réduction directe du Bas Maine par rapport au réseau hydrographique semblait donc être un point intéressant, permettant de valider ou non ces constatations. Pour ce faire, on dispose de la base de données Carthage© du Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau (SANDRE). Ce fond numérique offre la possibilité de visualiser le réseau hydrographique à l’échelle du 1/50 000. Cette couverture reprend l’essentiel des ruisseaux et rivières visibles sur les cartes au 1/25 000 avec une précision topographique légèrement moindre. Il faut bien sûr être prudent dans l’utilisation des données sur le réseau hydrographique actuel dans la perspective d’une étude régressive. En effet, si les grands cours d’eau n’ont pas beaucoup changé, si ce n’est la canalisation de quelques portions, les ruisseaux ou les rivières secondaires ont pu subir de nombreuses divagations naturelles ou aménagements anthropiques. Certains des ruisseaux intermittents reportés sur les cartes sont ainsi des fossés de drainage ou de simples fossés parcellaires ayant capté une source ou une résurgence. En outre, il ne faut pas oublier que le niveau des rivières et la capacité des sources ont pu fluctuer et influer sur le débit saisonnier de chaque cours d’eau (permanent, intermittent). Les données contemporaines offrent néanmoins une base de réflexion. En effet, malgré les divagations qu’ont pu connaître les cours d’eau, les vallées et les bassins versants n’ont pas dû radicalement changer au cours des 3 000 dernières années ; on peut donc supposer que la trame générale du réseau hydrographique est la même.

115Pour l’étude de répartition qui nous intéresse ici, les retenues d’eau, lacs ou étangs – ces derniers étant, en principe, artificiels – n’ont pas été pris en compte. La marge de précision topographique du dessin des cours d’eau, comme celle des coordonnées des sites sidérurgiques, est de l’ordre de 50 m. En outre, les cours d’eau sont représentés ici sous la forme d’un réseau filaire ne tenant pas compte de leur largeur. Or, si ceci n’a pas beaucoup d’importance pour les plus petits ruisseaux, cela peut en avoir pour les grandes rivières comme la Mayenne. Le choix a donc été fait d’utiliser des classes de distance de 200 m, permettant de s’affranchir, en partie, de ces difficultés.

116Le diagramme de la figure 87 donne la répartition des ferriers par rapport aux cours d’eau (quel que soit leur gabarit) par classe de distance et à la surface qu’occupe chacune des classes dans la zone d’étude.

117On remarque que la courbe représentant les sites suit globalement l’histogramme des surfaces. La légère sur-représentation des classes supérieures à 600 m indique qu’une partie des sites s’éloigne des ruisseaux et rivières : 20 % des ferriers se trouvent sur les 13 % de la zone d’étude situés à plus de 600 m d’un cours d’eau. La sous-représentation de la première classe peut toutefois être due au recouvrement des sites implantés en bord de rivière ou en bas de pente par les alluvions ou les colluvions. Il est bon de remarquer que 93 % du territoire étudié se trouve à moins d’un kilomètre d’un cours d’eau. Par conséquent, n’importe quel point de la zone d’étude se situe à moins de dix minutes de marche d’un ruisseau : ceci permet d’expliquer la relative indifférence des sites envers les ressources en eau. On peut donc dire que la proximité d’un ruisseau ou d’un cours d’eau ne semble pas être un facteur déterminant dans l’implantation d’un site de réduction dans le Bas Maine.

Fig. 87 > Diagramme représentant la distance des ferriers aux cours d’eau par classe de 200 m en fonction de la surface occupée par chacune de ces classes dans la zone d'étude. On voit que la courbe représentant les sites suit globalement la tendance générale des surfaces, si ce n’est la plus forte représentation des classes supérieures à 600 m.

118L’eau n’est d’ailleurs pas, à proprement parler, indispensable dans le processus de réduction directe du fer mais elle peut être utilisée pour divers usages dans les opérations antérieures, comme le lavage du minerai – s’il est nécessaire et lorsqu’il est réalisé sur place-, la préparation de l’argile pour les bas fourneaux ou, au cours du traitement du minerai, pour refroidir les outils et rafraîchir les opérateurs. Il ne semble pas, néanmoins, qu’une grande quantité d’eau soit nécessaire et on peut envisager qu’une mare ou une simple réserve suffit.

119Certains cours d’eau ont pu constituer des axes d’échanges et permettre la circulation des semi-produits issus des bas fourneaux. Malheureusement, on ne dispose que de très peu d’information sur la navigation ancienne dans la région étudiée. Toutes les rivières ne sont pas aujourd’hui navigables et on ne peut dire avec certitude lesquelles l’ont été. Par conséquent, il est très difficile de dire si l’écart constaté entre les sites de réduction directe du fer et le réseau hydrographique en général signifie que ce mode de transport était négligé. Seule, la découverte d’une embarcation ancienne ou, mieux, celle d’un chargement de semi-produits dans un cours d’eau permettrait de supposer ou d’attester la circulation du fer par voie d’eau dans la région, découverte qui reste hautement improbable.

120Les ateliers de réduction directe pour lesquels on peut proposer une datation ne sont pas assez nombreux pour permettre de cerner une évolution dans l’implantation des sites. Il est même impossible de dire s’il y a eu une évolution en fonction des périodes. Là aussi, la datation d’un nombre plus important de sites pourrait peut-être permettre de mettre en évidence un changement à travers le temps dans les paramètres d’installation des sites de réduction directe du fer.

Les relations aux voies anciennes

Scories et voies romaines

121Les voies anciennes sont nombreuses dans le Bas Maine. Le paysage bocager a su conserver la marque de ces tracés. Toutes ces routes ne sont pas contemporaines et certaines ont pu être utilisées sur de très longues périodes, de l’Âge du fer à l’époque moderne, concurremment ou non. Ces axes constituent des lignes structurantes dans l’occupation du territoire. Reliant les agglomérations entre elles, ils passent par des points spécifiques, notamment les gués sur la Mayenne, et constituent des axes de circulation et d’échanges mais aussi des voies de passage obligées. L’étude des relations des sites sidérurgiques à ces tracés est donc intéressante. Pour ce faire, on peut s’appuyer sur le recensement des voies anciennes établi par J. Naveau pour la cité diablinte et par J.-C. Meuret pour le sud-ouest du département de la Mayenne, ainsi que sur une petite série d’études de cas (Lambert 1865 ; Barbe 1865 : 125-171 ; Liger 1895 : 156-167 ; 1903 :160-161,170-183,193-203, 213-223, 239-241,333-339 ; Bouton 1947 ; Hubert 1960 ; Éraud et al. 1986 ; Guéguen 1985 ; 1986 ; Meuret 1993 :199-228 ; Naveau 1997 : 48-61).

122Pour la présente étude, l’état des connaissances sur les voies anciennes n’a pas fait l’objet de recherches spécifiques ou d’une mise à jour. La chronologie de ces axes est donc en grande partie inconnue et il en va de même des sites. Ce problème chronologique rend l’analyse spatiale de ces deux éléments très délicate. Toutefois, on peut supposer que, pour les voies dont la durée de fonctionnement n’est pas connue, il existe très probablement des sites sidérurgiques contemporains, non datés eux aussi. La mise en évidence de proximité entre sites et voies peut donc être une piste, qu’il restera à argumenter.

123Un autre aspect complique l’étude des relations entre sites à scories et voies anciennes : la réutilisation, à toutes les époques, des scories pour la recharge des chemins. C’est d’ailleurs à la présence de ces scories dans les voies anciennes que la Mayenne doit sa première mention dans le recensement des sites métallurgiques anciens rédigé par A. Daubrée en 1868 (Daubrée 1868 : 307-309) :

Enfin, quelquefois, l’âge reculé des scories est également prouvé par ce fait que les voies romaines en étaient empierrées : par exemple, dans le département de la Mayenne, entre Ballé et Epineux et ailleurs, d’après M. de Caumont. [Les ferriers] de la Mayenne, où ces scories ont servi à l’empierrement de voies romaines sur différents points.

124Ce dernier rapporte les informations inédites d’un ingénieur des mines, M. de Hennezel, qui indique l’existence d’une voie romaine constituée de scories entre Ballée et Épineux-le-Seguin (Mayenne) (ibid.). La seule voie connue dans ce secteur est la voie numérotée 9 par J. Naveau, mise en évidence par A. Guéguen (Guéguen 1985 : 44-48). La seconde référence invoquée par A. Daubrée, celle d’A. de Caumont, concerne quant à elle la voie du Mans à Chartres entre les bourgs de Bouer et Lavaré (Sarthe), situés en dehors de la zone d’étude (Caumont 1830 : 62). D’autres auteurs, après A. Daubrée, rapportent la découverte de scories sur certaines voies de la région, notamment pour la voie romaine du Mans à Rennes, connue sous le nom de Chemin Rennais, ou celle du Mans à Corseul (Liger 1895 : 156bis ; 1903 : 224).

125Dans sa présentation de la voie de Jublains à Vieux, H. Barbe dit (Barbe 1865 :135) : « Entre Beauvais et Lillavoie, la chaussée n’a pas été fouillée, mais on peut dire qu’il n’est pas un champ par où elle passe où n’apparaissent, épars plus ou moins abondamment sur le sol, les scories de fer [...] ».

126Les sondages menés par l’ingénieur E. Lambert au xixe siècle sur les voies romaines rayonnant autour de Jublains ont révélé la présence de scories dans plusieurs d’entre elles (Lambert 1865 : 118,120,122, 125). Les mentions de scories rapportées par H. Barbe et E. Lambert dans les voies partant de Jublains ont pu, dans certains cas, être vérifiées, notamment le long de la route de Grazay ou, au sud de la ville, dans la parcelle du Champ Ferré au lieu-dit La Petite Antepoutre.

127Pour les autres sondages effectués par E. Lambert, la chronologie des recharges et la nature exacte des déchets employés ne sont malheureusement pas connues et restent sujettes à caution. Les scories mentionnées par l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées à Belgeard, dans un secteur où aucun ferrier n’est connu, ne seraient-elles pas des scories de forge (Lambert 1865 : 125) ? Rien ne permet de l’affirmer, mais la question reste posée.

128L’utilisation des scories dans l’empierrement des voies depuis au moins l’époque romaine a pour conséquence de rendre inutilisables certains des sites inventoriés pour l’étude de répartition qui nous intéresse ici. En effet, certaines des dispersions de résidus de traitement du minerai enregistrées en prospection pourraient provenir de l’encaissement de chemins plus ou moins anciens, à présent disparus. Ce doute pourrait d’ailleurs être étendu à des amas très modestes situés le long d’axes connus et qui ne pourraient être que des tas de matériaux apportés pour la construction ou la réfection des routes, à une date plus ou moins reculée. Il faut donc rester prudent et éliminer de cet examen les sites à scories dispersées susceptibles d’être liés à la présence d’une voie. Seuls les ferriers attestés, circonscrits et bien caractérisés, seront donc pris en compte.

Analyse spatiale

129L’analyse statistique de la relation des sites de réduction directe du fer aux voies nécessitait de mesurer de la façon la plus précise possible la distance entre ces deux éléments : pour ce faire, le SIG a été mis en œuvre. L’ensemble des itinéraires rapportés par la bibliographie a été reporté, dans la mesure du possible sur un fond cartographique au 1/25 000e sur SIG pour les comparer à la localisation des sites enregistrés. Le tracé exact des voies anciennes n’est pas toujours connu et on a distingué, pour plus de sûreté, trois niveaux de précision :

  • 1 : bon niveau de précision, la voie peut être suivie à travers les limites parcellaires et son existence est certaine ;
  • 2 : on perd l’itinéraire sur une courte distance (inférieure à 200 m) entre deux tronçons de niveau 1. Une ligne droite est alors tracée ;
  • 3 : tracé hypothétique, on connaît l’orientation générale du chemin mais son emprise exacte est inconnue.

130Seule la première catégorie peut être utilisée pour cette étude, la marge d’imprécision des autres étant trop élevée pour permettre l’établissement de mesures fines. On peut estimer que les tronçons de voies de niveau 1 constituent un couloir de 50 à 100 m de large dans lequel une voie ancienne est supposée passer. Les sites sidérurgiques sont localisés quant à eux avec une précision de l’ordre de 25 à 50 m. On peut donc, sans trop de risque, mesurer la distance des sites aux voies par classes de 200 m.

Fig. 88 > Histogramme comparatif de la distance des ferriers aux voies anciennes connues.

131Les résultats de ces calculs montrent que la répartition des ferriers par rapport aux voies n’est pas aléatoire (fig. 88) : si l’on compare le pourcentage de sites compris dans chaque classe de distance par rapport à la surface prise par cette classe dans la zone d’étude, on voit que les ferriers se trouvent préférentiellement soit à moins de 200 m, soit à plus de 1 400 m d’une voie. Ainsi, 10 % des ferriers se trouvent sur les 6 % du territoire situés à moins de 200 m du passage d’une voie ancienne et 71 % sur 61 % des terrains situés à plus de 1400 m d’un tronçon attesté et bien localisé (fig. 89).

132La sur-représentation de la dernière catégorie peut être expliquée par différents facteurs. D’une part, on ne connaît pas toutes les voies sillonnant le territoire et de nombreux tronçons connus n’ont pas été pris en compte. Certaines zones de production ne sont, ainsi, pas traversées par une voie ancienne reconnue : c’est le cas, par exemple, de la forêt de Sillé. Ces zones pèsent lourdement dans les calculs et faussent la perception de cette dernière classe. D’autre part, le problème de la chronologie ressort sûrement fortement. Certains des sites localisés ne sont probablement pas contemporains des itinéraires retenus. L’interprétation archéologique est donc délicate. Il est toutefois très vraisemblable que certains ferriers se trouvaient très éloignés des grands axes de circulation. Si un chemin d’accès à l’atelier est nécessaire, ne serait-ce que pour apporter les matières premières et emporter les produits, il ne s’agissait pas nécessairement d’une voie ralliant la capitale ou l’agglomération la plus proche. On ne peut malheureusement pas conclure sur l’éloignement aux voies.

Fig. 89 > Carte des ferriers de la zone d'étude par rapport au réseau des voies anciennes connues.

133En revanche, la proximité de certains sites de réduction par rapport à une voie ancienne est claire. On a déjà exprimé les précautions nécessaires, notamment sur la présence de tas de scories liés à la réfection de ces voies. Toutefois, ces tas ne pouvaient pas être très importants et ne se situaient, s’ils ont existé, vraisemblablement pas à plus de 50 m des travaux. L’existence de ferriers de grandes dimensions à 100 ou 150 m du tracé supposé permet d’ôter une part du doute. L’autre difficulté est la chronologie : dans aucun cas on ne peut, dans la zone étudiée, assurer la stricte contemporanéité d’un ferrier et d’une voie. Seule la récurrence du phénomène peut amener à conclure que certains sites de réduction devaient se trouver à proximité d’un axe de circulation terrestre. Un argument conforte nettement cette dernière hypothèse : la présence de scories de réduction dans l’empierrement des voies. En effet, si ces résidus ont été utilisés comme matériaux de construction, c’est qu’ils devaient se trouver à proximité. Malheureusement, même si le phénomène semble attesté pour l’époque romaine, on ne peut pas dégager la chronologie exacte de ces installations, ni leur relation avec l’axe de circulation qu’elles bordent.

Proximité entre ferrier et voie : interprétations

134L’implantation d’un atelier de réduction à proximité d’une route peut présenter des avantages évidents : l’accès direct à la clientèle, l’écoulement des produits, l’évacuation rapide des déchets (réutilisation immédiate ?), la facilité d’accès. On peut donc s’interroger sur l’impact commercial de ces ateliers et sur leur taille. Parmi les 27 sites localisés à moins de 200 m d’une voie, dont la coexistence n’est pas assurée, on possède les dimensions de 19 ferriers. Onze ont une superficie inférieure à 800 m2. Six ont une surface comprise entre 1000 et 3 000 m2, un mesure près d’1 ha et un autre plus de 2 ha. Ce dernier se situe à Marcillé-la-Ville, à proximité du lieudit La Chauvinais (53144.01). Le ferrier, probablement constitué de trois amas à l’origine, a été complètement arasé par les labours, ce qui explique son emprise importante. Il est le site de réduction le plus proche de la capitale diablinte, à 6,6 km. Le fait qu’il se situe en bord de la voie romaine aboutissant à Noviodunum est intéressant, mais ne peut être interprété en l’absence d’une datation de ce site. Le ferrier de la Croix Blanche à Saint-Aignan-sur-Roë, mesurant plus de 9 000 m2, est quant à lui coupé par la route actuelle, dont le tracé reprendrait celui de la voie romaine. Cet amas est constitué de scories à cordons vacuolaires : or nous avons vu que ce faciès peut être, dans certains cas, lié à la période médiévale. La situation est donc paradoxale – la voie si elle est romaine ne peut couper un ferrier médiéval – et remet en cause les constatations avancées plus haut. Soit la corrélation entre faciès et datation est fausse, ce qui est possible, soit le tracé retenu pour la voie romaine n’est pas le bon, ce qui est aussi probable.

135Certains cas sont plus troublants : à deux reprises dans le territoire étudié, des alignements de ferriers le long de voies anciennes ont été constatés. Le premier cas se trouve dans la région de Laval (fig. 90). À l’ouest de cette agglomération, deux voies se croisent presque perpendiculairement, l’une reliant Le Mans à Corseul, l’autre venant du nord et se dirigeant probablement vers Angers (voies 4 et 8 du classement de Naveau 1997 : 52-54). La découverte d’une borne miliaire réutilisée dans l’église du bourg du Genest-Saint-Isle atteste le passage à proximité d’une voie romaine (voie nord-ouest/sud-est). Ce tracé est, en outre, bien visible. Pour l’autre voie, la chronologie est plus délicate : il s’agit d’un axe reliant le Cotentin et l’Anjou et qui connaît plusieurs tracés parallèles (voie nord-sud). On constate, au sud de la voie 4, à l’ouest du carrefour des deux tracés, la présence de quatre ferriers situés à moins de 250 m de la voie et séparés l’un de l’autre d’une distance quasi exacte de 500 m. Un seul de ces sites a livré du matériel céramique en surface, un unique tesson de cruche à engobe blanc du IIe siècle ap. J.-C., qui ne suffit malheureusement pas à dater le site avec certitude. Cette disposition est pour le moins surprenante. Il pourrait s’agir d’un hasard si l’on ne disposait pas d’un deuxième exemple similaire.

136Au sud du bois des Vallons, dans la plus importante zone de production de la région, celle de Charnie, se trouvent quatre ferriers situés à moins de 200 m d’une route et éloignés les uns des autres de 600 m (fig. 90). Aucun de ces sites n’a pu être daté (un a livré un unique rebord de tuile de facture romaine). Le tracé est une version possible d’une voie menant de Jublains à Angers, reconnue jusqu’à Livet par A. Guéguen et dont J. Naveau propose la suite, selon lui très hypothétique, reportée ici (Guéguen 1986 : 69-78 ; Naveau 1997 : 56-57). Les sites constituant cet alignement sont indubitablement des ferriers. Le site du Fay à Saint-Léger est mentionné par A. Angot (Angot 1910, t. 3 : 614 ; site 53 232.01). Le même lieu-dit est mentionné en 1907 dans les archives pour un avis de découverte de minerai de fer, sans doute le ferrier lui-même (ADM S 766 et 767). Malheureusement, ce site se trouve dans les terrains adjacents à un important manoir moderne (XVe-XVIIe siècles) (Angot 1910, t. 2 : 156), maintenant en grande partie détruit et dont les débris ont été épandus dans les champs alentour. La céramique ramassée en surface du ferrier est donc en grande partie moderne. Les trois autres sites de cet alignement sont nettement plus modestes que ce premier site, dont l’extension totale est proche d’un hectare. Une fois de plus, rien ne permet d’attester la contemporanéité des sites les uns par rapport aux autres, ni même à la voie romaine, dont le tracé est en outre ici hypothétique. La situation est néanmoins troublante. L’alignement des sites sur le tracé et l’écart qui les sépare laissent supposer qu’il existe bien un lien entre ces éléments.

Fig. 90 > Ferriers et voies romaines : les alignements le long de la voie Le Mans-Corseul à l'ouest de Laval et d'un tracé hypothétique au sud du bois des Vallons.

137Il est difficile d’apporter une interprétation à ces deux cas : s’agit-il d’une concentration d’ateliers le long d’un axe au sein d’une zone dévolue à la production sidérurgique ou du déplacement successif d’ateliers au fur et à mesure de l’épuisement des ressources ? On a déjà constaté ailleurs l’existence d’écart minimal entre deux sites : ainsi, dans la région d’Argentomagus, les ferriers de plus d’1 ha ne sont jamais distants de moins d’1 km (Agriculteurs... 1993 : 80). Une observation similaire a été faite en forêt de Sillé (infra p. 166). Ces écartements pourraient correspondre à l’espace nécessaire à l’approvisionnement de chaque atelier en combustible. Cette supposition ne permet cependant pas de trancher entre les deux hypothèses présentées plus haut (contemporanéité ou succession). Quoi qu’il en soit, l’alignement sur la voie révèle une forte attraction de cet axe d’échange sur l’implantation de ces sites. Il paraît donc clair que les sites de réduction écoulaient ici directement leur production par la voie qui les longeait.

CONFRONTATION DES DOCUMENTS HISTORIQUES ET DES DÉCOUVERTES DE TERRAIN

138Dans quelques rares cas, des ferriers reconnus au sol mais non datés se trouvent dans des secteurs dont l’activité sidérurgique ancienne est connue par les textes. On ne peut pas, bien entendu, dater les sites sur ce seul argument ; pourtant, dans certains cas, il fait peu de doute qu’il existe un lien entre les documents historiques et les vestiges visibles sur le terrain.

La sidérurgie médiévale dans la région de Craon

139Le cas le plus explicite est celui de la région de Craon (Mayenne). Voici ce qu’en dit D. Bodard de la Jacopière en 1869 (Bodard de La Jacopière 1869) :

Dans cette forêt [La Forêt de Lourzais] existaient des forges catalanes, dont les scories ont été employées, il y a une dizaine d’années, à consolider le chemin de St. Saturnin à Rochepoulain. Ces forges appartenaient à l’abbaye de La Roë par le don que lui en fit Jourdain d’Eancé, vers 1150. [... ] Les énormes monceaux de ces scories que l’on voit dans les bois des environs prouvent que l’exploitation du fer est fort ancienne dans le Craonnais.

140L’auteur s’appuie ici sur la mention du toponyme Écrennes (Escrennis), situé au cœur d’une enclave de la forêt de Lourzais (fig. 91), dans deux actes de donation de l’abbaye de La Roë datés des années 1148-1170 (supra p. 24). Le second mentionne explicitement des fabricis, des forges. D. Bodard de La Jacopière n’hésite pas à identifier les vestiges qu’il a repérés sur le terrain avec ces ateliers. Ce raccourci est toutefois trop facile. De fait, la découverte d’un petit ferrier proche du lieu-dit des Écrennes à Congrier (Mayenne) prouve la réduction directe du fer dans ce secteur. Ce site, très modeste, a livré en surface des fragments de tuiles à rebords de facture antique (tegulae), qui autorisent une datation possible de l’époque romaine ou peut-être du haut Moyen Âge, ce qui confirme l’ancienneté de cette activité dans la région. On ne peut malheureusement guère aller plus loin que ce constat, en l’absence de datation précise des sites de réduction directe découverts au sol.

Fig. 91 > Localisation des ferriers à proximité de l'abbaye de Notre-Dame de la Roë [N.B. : aucun ferrier de ce secteur n'est daté avec certitude].

141La charte conservée par les archives départementales de la Mayenne assure cependant bien la pratique du traitement du minerai de fer dans la région dans le courant du xiie siècle. Dans la seconde donation de la charte 118 du Cartulaire de l'abbaye de Notre-Dame de la Roë (acte 122), Renaud du Bourg-d’Iré donne aux religieux la coutume du fer (cosduma ferri). Le don consiste donc en la redevance que percevait le seigneur sur le fer produit par les religieux dans leurs ateliers (Belhoste, Robineau 2003 : 51). Ces ateliers existaient donc déjà et fonctionnaient. Ceci indique par conséquent la présence d’ateliers de réduction dépendant de l’abbaye dans la région de Craon. Il ne fait guère de doute qu’une partie au moins des ferriers tout proches, situés sur les communes de Saint-Michel-sur-Roë, Saint-Aignan-de-la-Roë et, comme semble l’indiquer l’acte de donation de Renaud, plus au sud, à Renazé, Congrier ou peut-être à Saint-Saturnin et Saint-Martin-du-Limet, notamment autour du bois du Limet, est directement liée à l’activité sidérurgique évoquée par ce texte (voir commentaire récent dans Meuret 2007 :139-142).

142J.-C. Meuret signale qu’à la même époque les chanoines de La Roë obtiennent le droit de clore leur Bois de La Forge, malheureusement non localisé (Meuret 1993 : 511). Ce dernier ne cite pas explicitement la source qui lui permet d’affirmer ce fait (un acte du Cartulaire ?). Il précise néanmoins que le texte ne mentionne pas clairement la présence d’une forge (fabrica), terme qui, selon lui, aurait déjà été pris comme toponyme. Il y voit le signe de l’existence de bas fourneaux à une époque antérieure et l’associe à une phase de défrichement datable du haut Moyen Âge (ibid.). Les auteurs du Cahier du Patrimoine sur la métallurgie du Maine présentent une interprétation semblable pour la donation de Renaud qu’ils lient, selon un a priori commun, au mouvement de défrichement qui aurait accompagné la fondation de l’abbaye, créée en 1096 par Robert d’Arbrissel (Belhoste, Robineau 2003 : 51). Cette interprétation, habituelle pour la sidérurgie médiévale, est loin d’être satisfaisante. Les études palynologiques semblent en effet démontrer que l’essentiel des défrichements de la période médiévale a eu lieu, dans la région, durant l’époque mérovingienne (Barbier 1999) ; la production de fer par les ateliers de l’abbaye de La Roë au xiie siècle ne peut donc être liée de manière certaine à un phénomène de conquête des terres. En outre, les religieux de cette abbaye auraient été impliqués dans l’exploitation du fer dans d’autres lieux. Ainsi, en 1226, Auffoy de Sion fonde dans la forêt de Domnèche (Loire-Atlantique) une châtellenie qu’il confie aux chanoines de La Roë en la dotant des revenus d’une forge qu’il possédait dans sa forêt (Herbaut 1991 : 62). On sait par ailleurs que l’abbaye a reçu dans le courant du xiie siècle le lieu de Breil-Ingaut, assorti de droits d’usage sur cette même forêt (Cartulaire... acte 61, d’après Meuret 1993 : 512). Cette forge est très certainement restée propriété du seigneur, seuls les revenus allant aux chanoines. On ne peut donc pas lier dans ce cas, les religieux avec l’activité sidérurgique, même si elle ne leur était pas totalement étrangère (Meuret 1993 : 512).

La sidérurgie médiévale dans le secteur de La Ferrière-aux-Étangs

143Dans la région de la Ferrière-aux-Étangs, on possède trois textes attestant la production sidérurgique durant les xive et xve siècles. La première mention d’une forge à La Ferrière-aux-Étangs date du milieu du xive siècle (Hubert 1956), sans qu’on puisse dire s’il s’agit d’un atelier de réduction ou de forge. En revanche, en 1370, un aveu de dénombrement mentionne explicitement des mines et on peut donc supposer l’existence d’un ou plusieurs ateliers de traitement du minerai à proximité, sans toutefois les localiser avec précision (Arnoux 1993 : 140, d’après l’aveu du 17 novembre 1373, AN P 1921, n° 45987, copie P 302, n° IIc LXVI). Le document le plus explicite est malheureusement un texte de seconde main, rapporté par une copie d’A. de Surville au début du xxe siècle (Surville 1920 : 39-40) :

le 25 février 1455, noble dame Marguerite de La Ferrière, dame de La Ferrière [...], expose au bailli d’Alençon, robert Postel, que « depuis naguères son bois dit la haye de La Ferrière avait été saisi par le duc d’Alençon parce que on disait qu’elle avait audit lieu une forge grossière propre à faire fer et poêles de fer et que du bois brisé, versé et volé étant en ladite haye, tenue à tiers et danger dudit seigneur, elle faisait faire le charbon nécessaire à sa forge, qu’elle baillait à ferme chaque année le jour de saint Christophe au plus offrant et dernier enchérisseur ; comme aussi la dite dame pouvait prendre par an en chacune des autres forges de la paroisse un vallet tel qu’elle voulait choisir pour forger en sa forge en lui continuant le même salaire ; le tout disait-elle suivant ses anciennes chartes et aveux et cela depuis si longtemps qu’il n’était mémoire d’homme ». Une information par témoin fut ordonnée [...]. Bientôt un jugement rendu aux assises de la vicomté consacra les droits de la dame de La ferrière. Le 4 septembre suivant, la forge et l’exploitation de la forêt furent mises en adjudication pour un an [...] et adjugées à Colin Garnier, qui s’empressa de mettre la forge en état et de trouver un directeur, auquel il adjoint un ouvrier poêlier ; mais ce personnel restreint était malheureusement insuffisant. Jehan de Beaumont [procureur de la dame de La Ferrière], sur la réclamation du sieur Garnier requit maître Jehan Cousin, sénéchal de la seigneurie de l’accompagner dans des visites qu’il allait faire aux autres forges pour y faire choix d’ouvriers capables. Deux forges grossières, outre celle du seigneur, fonctionnaient alors à La Ferrière, l’une était tenue par Guillaume Morin, et l’autre par Raulet Le Verrier. Dans cette dernière, le sieur de Beaumont porta son choix sur Guillaume Marie, ouvrier poêlier, auquel commandement fut fait par le juge de quitter son atelier pour aller travailler à la forge du sieur Garnier. L’ouvrier obéit après que son salaire habituel lui été assuré. Ce salaire consistait, outre une petite remise sur le prix de vente des objets fabriqués, en un paiement fixe et annuel de deux écus d’or et deux sous trois deniers de vin de marché, non compris le denier de Dieu [...]. Le tout payable moitié au commencement et l’autre moitié à la fin de l’année. Ce privilège exorbitant de prélever dans chaque forge le meilleur employé fut de nouveau contesté à Christophe de La Ferrière le 11 septembre 1477 ; mais la procédure engagée tourna encore à l’avantage du seigneur, et en conséquence l’ouvrier Robin Surfait dut abandonner l’atelier de Raoulet Le Verrier son patron.

144Ce texte est le seul à mentionner un lieu-dit : le bois dit de la Haye de La Ferrière. Ce dernier toponyme n’existe plus à l’heure actuelle mais on le retrouve dans les états de sections du cadastre ancien, levé dans cette région vers 1810. Les parcelles boisées portant ce nom s’étendaient sur trois communes : au sud de La Ferrière-aux-Étangs, au nord de Dompierre et au nord-ouest de Champsecret (Orne). Ce bois correspond en fait à celui qui entoure le lieu-dit Le Gué Plat sur la commune de La Ferrière-aux-Étangs (fig. 92). La surface du secteur forestier a dû fluctuer depuis le xve siècle mais on peut être sûr que le bois signalé dans le texte rapporté par A. Surville se trouvait bien là. Ce secteur a été très fortement perturbé par les extractions de minerai de fer modernes et contemporaines ; le sud du bois du Gué Plat est appelé parc des Minières : on y voit bien le relief tourmenté laissé par les excavations. À l’ouest du massif boisé sont encore visibles deux fours de grillage utilisés pour traiter le minerai au début du xxe siècle. On reconnaît, çà et là dans le bois, des dispersions de scories anciennes mais sans toujours pouvoir les interpréter (61163.06). C’est pourquoi très peu de sites ont été enregistrés ici. Deux ferriers bien caractéristiques ont néanmoins été reconnus à quelques distances de cette forêt, l’un à proximité d’un chevalement, dit Puits Prâlon, qui marque l’activité sidérurgique contemporaine (61163.02) ; l’autre le long de la route de Dompierre à La Ferrière, dans un taillis au nord du lieu-dit La Vente Burnou (61 024.01). Malheureusement, ces deux sites n’ont pas livré de matériel en surface et on ne peut les associer de manière certaine à l’activité médiévale connue par les textes. Si l’on se fie au texte transmis par A. Surville, ce sont au moins quatre « forges grossières » qui se situaient à La Ferrière vers 1455 : une appartenant à Marguerite de La Ferrière, qui fait l’objet de la réclamation, une autre au seigneur, le duc d’Alençon, et deux à des férons. On peut signaler l’existence d’un autre site de réduction directe sur la commune, au lieu-dit Le Mont Brûlé (61163.05). Il pourrait s’agir de l’une de ces forges, encore une fois sans certitude.

Fig. 92 > Localisation des ferriers autour de la forêt de Halouze (Orne) [N.B. : aucun ferrier de ce secteur n'est daté avec certitude].

145Le texte d’A. Surville nous apprend également que ces « forges grossières » sont « propres à faire fer » ce qu’on peut traduire par le fait qu’il s’agit d’ateliers de traitement du minerai et de production de métal, mais la mention de la perception d’un intérêt sur les objets vendus intégré au salaire de l’ouvrier poêlier Guillaume Marie indique que ces forges produisent également des objets finis. Les ateliers concentrent donc les phases de réduction et de post-réduction, jusqu’à l’élaboration de l’objet.

146La situation est sans doute la même pour la forêt de Halouze. On a déjà vu qu’elle fait l’objet d’extraction minière au moins depuis le xve siècle, comme l’atteste un document des archives de la minière de Beaumont daté du 2 janvier 1473 (Arnoux 1993 :130-132) :

  • 12 Pour janvier.
  • 13 En la court a.c.
  • 14 Ses a.c.
  • 15 Forgiee a.c.

Assemblée des ferons de la myniere de beaumont tenue a saint Macé de La Mosse en l’ostel de Guillaume de Putot par nos Richard Le Cloutier escuier vicomte de Saint Sylvin et Le Thuit et Robert Gringore lieutenant general du vicomte de Thury le dymace IIe jour de décembre12 mil IIIIc LXXIII.
[…]
Pierres Le Metayer, Jehan Le Got, jurés sur le fait13 de ladite miniere de Beaumont reportèrent que noble homme Nicolas Chambellan dit Grosparmy baron de Fiers a ouvert une myniere en la forest de Hallouse a luy apartenant et en a fait tirer de la myne et oultre di ledit Le Metayer que ledit Grosparmy a fait amener de la myne de ladite mynière ainsi par luy ouverte a la forge dudit Metayer et luy venu fist metre par les14 serviteurs dudit Metayer et par contrainste la myne de Beaumont qui estoit en sa dite forge fist oter et y metre de sa myne ainsi par luy ouverte et l’a fete et par sa15 contrainste et l’a fete forgier et fere du fer et en a fait Ii fontes de son autorité et il en auroit fait III se pouvoit et y en avoit eu comme une charretée devant la forge dudit Metayer et pour ce que ledit Le Metayer n’en volloit user ne d’aultre que de ladite myniere de Beaumont ledit Grosparmy a fait mener ladite charretée de ladite myne aux faeseurs de paesles de nouvel édifiés en la paroisse de Fiers en la forest de Hallouse dont est mestre Raoullet Le verrier dit oultre ledit Le Metayer que ledit Grosparmy luy a dit qu’il ne prent de sa myne qu’il n’aura plus de son bois pour forger.

147Ce texte indique qu’après le refus de Pierre Le Métayer de traiter un autre minerai que celui de la minière de Beaumont, le baron de Fiers, Nicolas Chambellan, dit Grosparmy, a apporté son minerai « aux faeseurs de paesles de nouvel édiffiés en la paroisse de Fiers en la forest de Hallouse dont en est mestre Raoullet Le Verrier » (ibid.). Notons ici que ce dernier nom ne nous est pas inconnu puisqu’il apparaît déjà dans le texte d’A. Surville, comme maître d’une « forge grossière » de La Ferrière-aux-Étangs (Surville 1920 :40). On pourrait s’interroger sur le sens de « faeseurs de paesles », si le texte ne spécifiait pas que le baron apportait à cet atelier du minerai à traiter et non du fer directement travaillable. Il s’agit donc bien d’un atelier de réduction directe du fer sûrement assorti d’une forge.

  • 16 Communes du Châtellier, de Saint-Clair-de-Halouze, de La Chapelle-Biche, de La Chapelle-au-Moine e (...)

148La forêt de Halouze se trouve en dehors de notre zone d’étude, mais a fait l’objet de quelques visites et M. Hubert y a repéré plusieurs sites16. Malheureusement, aucun de ces ferriers n’a livré d’éléments datants. Dans ce cas, comme dans celui du sud-ouest de la Mayenne, on peut néanmoins supposer qu’une partie au moins des ferriers enregistrés est datable du bas Moyen Âge mais sans pouvoir en préciser la proportion.

Notes

1 On trouve ainsi des grandes plaques sur les sites de Beauchêne 1 à Montreuil-le-Chétif (Sarthe), des Hamas 1 à Saint-Loup-du-Dorat (Mayenne), des Jarrias 1 à 3 à La Ferrière-Bochard (Orne), de la forêt des Chartreux 2 et 3 à Saint-Denis-d’Orques (Sarthe) et de la Haie 2 à Gesvres (Mayenne), etc.

2 Sites de La forêt des Chartreux 1 à Saint-Denis-d’Orques, des Landes à Joué-en-Charnie du Point du Jour à Viré-en-Champagne, etc.

3 Précisons ici que la date fournie par cette méthode n’est pas celle de l’opération de réduction mais celle de la mort des cernes de l’arbre ayant servi de combustible. La réutilisation de bois ancien ou l’abattage de vieux arbres ne peuvent donc pas toujours être exclus.

4 Intervalle de confiance de 95 % avec des dates plus probables à 236, 185, 145, 315, 285. Datation du CDRC de l’université de Lyon 1 (Ly-13149), 1810 ± 40 BP.

5 35 av. J.-C. - 323 ap. J.-C. pour le site de la ville d’Ahaut à Meillac, Ille-et-Vilaine : Vivet 2007 : 72 ; 127 à 370 ap. J.-C. pour le site de Couédouan à Plélan-le-Grand : Larcher 1994 :114 ; Vivet 2007 : 67 et 72.

6 Ce lieu-dit n’existe pas sur la commune de Ségrie, mais il existe une Petite et une Grande Chouannière, et La Chouannière est citée pour la présence de scories par les recherches anciennes (Termeau 1954 : 92 ; Bouvet 2001a : 432). Malheureusement, les prospections n’ont pas permis de vérifier ces indications, malgré le très fort potentiel de ce secteur.

7 Intervalle de confiance de 95 %. Date la plus probable : 379 av. J.-C. Datation du CDRC de l’université de Lyon 1 (Ly-3492(OxA)), 2265 ± 30 BP.

8 En effet, si l’on abat un arbre pluri-centenaires, le cœur du tronc peut fournir une datation C14 plusieurs centaines d’années plus anciennes que les derniers cernes.

9 Intervalle de confiance de 95 %. Datation effectuée par le Poznan Radiocarbon Laboratory (Pologne), référence Poz-23156,2475 ± 35 BP.

10 Site de Beauvais à Changé, de l’étang du Cruchet à Écommoy et de la Maison Neuve à La Bazoge : Cabboï et al. 2007 : 37, tab. 1.

11 Cette datation n’a pas été retenue par le SRA, site 53.009.0013.

12 Pour janvier.

13 En la court a.c.

14 Ses a.c.

15 Forgiee a.c.

16 Communes du Châtellier, de Saint-Clair-de-Halouze, de La Chapelle-Biche, de La Chapelle-au-Moine et de Saint-Paul dans l’Orne : Sarreste 2005 ; 2006b ; 2007b.

Table des illustrations

Légende Fig. 47 > Bloc de scorie piégée provenant du site Le Roc à Saint-Pierre-laCour (Vue de profil. Échelle indicative). [Cliché M. Hubert]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 48 > Spécimen de scorie en fond de four provenant du site de Roche Brune 2 (72 234.09).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Légende Fig. 49 > Plaque de scories coulées en cordons fins en éventail provenant du site de la forêt des Chartreux 2 (Saint-Denis-d'Orques, Sarthe). On trouve le plus souvent des fragments que des plaques massives de ce genre, qui est en fait une exception.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Fig. 50 > Exemples de scories en plaquettes : 1 – surface supérieure ridée (au contact de l'air à la sortie du fourneau) ; 2 – surface interne supérieure de la bulle ; 3 – surface interne inférieure de la bulle ; 4 – surface inférieure de la coulée (moulant les aspérités du sol) ; 5 et 6 : vue de profil et de face de l’extrémité d'une bulle. [Clichés : M. Hubert]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Légende Fig. 51 > Exemple de scories à cordons vacuolaires provenant du site du bois d'Andigné à Saint-Aignan-Sur-Roë (Mayenne), [cliché M. Hubert]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Fig. 52 > Répartition des faciès dominants sur les sites liés à la réduction directe du fer.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 53 > Scories cylindriques de grand module provenant du site de Roche Brune 1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 54 > Bloc de scories cylindriques de grand module accolées provenant du site de Roche Brune 1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 55 > Deux blocs-tuyères découverts sur le ferrier de La Guittière/Le Minerai à Saint-Denis-d'Orques (Sarthe). [Dessin : E. Roux]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 56 > Carte de répartition des sites où les scories de réduction analysées ont été collectées. Les numéros renvoient au tableau de la figure suivante.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 57 > Tableau donnant la liste des sites où les scories analysées ont été collectées avec leur numéro d'inventaire dans le catalogue (annexe 3.1), leur numéro sur la carte de la figure précédente ainsi que les références des échantillons dont les analyses complètes sont fournies en annexe 3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 58 > Diagramme paramétrique chimico-minéralogique (d'après Ploquin 1994a ; Fluzin et al. 2000 : us) permettant de définir les domaines d'existences de plusieurs produits de la filière sidérurgique. Les scories analysées s'inscrivent dans les domaines des scories denses fayalitiques et des scories mi-lourdes définis par A. Ploquin.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 59 > Rapport Al2O3/SiO2 des scories et minerais de la zone d'étude. Les scories de réduction sont globalement très siliceuses.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 60 > Projection de l'ensemble des scories dans un diagramme d'équilibre ternaire FeOn-SiO2-CaO. Les scories analysées sont toutes très peu calciques et relativement riches en silice (diagramme d'après Serneels 1993 :15).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 61 > Projection de l'ensemble des scories dans un diagramme d'équilibre ternaire FeOn-Al2O3-SiO2. On voit que tous les échantillons sont compris dans le domaine de la wüstite* hormis certains individus qui sont à la bordure de l’hercynite* ou de la trydimite (diagramme d'après Serneels 1993 :15).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 62 > Diagramme de saturation en fer des scories de réduction de la zone d'étude. La majorité des scories est nettement sous-saturée enfer, ce qui indique un rendement optimal de la réduction (éléments exprimés en mole* dans 100 g d'échantillon puis convertis en %).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 63 > Diagramme de répartition des indices de saturation enfer par sites. On distingue nettement les scories en plaquettes des scories en cordons.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 64 > Diagramme de saturation pour les scories denses en cordons.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 65 > Diagramme de saturation pour les scories en plaquettes.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 66 > Graphique mettant en relation la surface et le volume estimé des ferriers pour quatre valeurs de hauteur.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 67 > Répartition des surfaces estimées des ferriers du Bas Maine par classe de 5 000 m2. On note la prépondérance des ferriers de moins de 5 000 m2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 68 > Répartition des surfaces desferriers du Bas Maine de moins de 5 000 m2 par classe de 1000 m2. On note que plus de la moitié des ferriers fait moins de 1000 m2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 69 > Répartition des surfaces estimées des ferriers de moins de 1 000 m2 par classe de 100 m2. On remarque que la distribution n'est pas homogène, deux pics sont visibles pour les classes 301-500 et pour 701-800 m2.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 70 > Répartition des volumes estimés pour 107 ferriers du Bas Maine par classe de 5 000 m3. On remarque que près de 90 % des sites font moins de 5 000 m3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 71 > Répartition des volumes estimés des ferriers du Bas Maine de moins de 5 000 m3 par classe de 1 000 m3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 72 > Répartition des volumes estimés des ferriers du Bas Maine inférieurs à 1 000 m3 par classe de 100 m3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 74 > Surfaces moyennes des ferriers en fonction du faciès dominant des résidus qu'ils contiennent.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 76 > Histogramme représentant les volumes moyens des ferriers en fonction du faciès dominant des résidus qu'ils contiennent.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 77 > Tableau des ferriers datés grâce à la découverte de matériel céramique (prospection 2004-2007).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 78 > Tableau récapitulatif des datations des sites liés à la métallurgie du fer dans la zone d'étude (sites à scorie piégée et coulée).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 79 > Histogramme de la datation des sites liés à la réduction directe du fer (ferriers et scories isolées ou dispersées) par grande période chronologique. La prépondérance des sites de l'Antiquité est très nette.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 80 > Tableau mettant en parallèle le faciès dominant des scories avec la datation pour 47 sites ayant livré des scories de réduction directe du fer dans la zone étudiée. On ne tient pas compte ici des sites à scories piégées.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 81 > Carte confrontant la distribution des sites de réduction directe du fer par rapport aux zones minières définies d'après la documentation historique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 82 > Carte confrontant la distribution des sites de réduction directe du fer aux zones minières définies d'après les données géologiques.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 83 > Graphique confrontant la distribution des sites de réduction de la zone d'étude avec les formations pouvant contenir du minerai de fer.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 85 > Localisation du sondage pollinique de La Baforière par rapport aux sites liés à la réduction directe.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 86 > Diagramme société-environnement du sondage de La Baforière (Blandouet, Mayenne) (d'après Barbier 1999).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Légende Fig. 87 > Diagramme représentant la distance des ferriers aux cours d’eau par classe de 200 m en fonction de la surface occupée par chacune de ces classes dans la zone d'étude. On voit que la courbe représentant les sites suit globalement la tendance générale des surfaces, si ce n’est la plus forte représentation des classes supérieures à 600 m.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 88 > Histogramme comparatif de la distance des ferriers aux voies anciennes connues.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 89 > Carte des ferriers de la zone d'étude par rapport au réseau des voies anciennes connues.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 90 > Ferriers et voies romaines : les alignements le long de la voie Le Mans-Corseul à l'ouest de Laval et d'un tracé hypothétique au sud du bois des Vallons.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Légende Fig. 91 > Localisation des ferriers à proximité de l'abbaye de Notre-Dame de la Roë [N.B. : aucun ferrier de ce secteur n'est daté avec certitude].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 92 > Localisation des ferriers autour de la forêt de Halouze (Orne) [N.B. : aucun ferrier de ce secteur n'est daté avec certitude].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13298/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search