Version classiqueVersion mobile

La sidérurgie antique dans le Bas Maine

 | 
Florian Sarreste

Chapitre I. Cadre de l’étude et acquisition du corpus

Texte intégral

LA ZONE D'ÉTUDE

Une zone de fort potentiel

1Les départements de la Mayenne et de la Sarthe apparaissent sur la dernière version de la carte des zones sidérurgiques anciennes au titre des découvertes de l’autoroute A28 et de l’inventaire dressé par L. Davy entre 1880 et 1913 (Davy 1880 ; 1913 ; Mangin 2004a : 12-13 et fig. 4 : 53). La réalisation d’un inventaire systématique des sites sidérurgiques de ce secteur constitue donc le point de départ de ce travail mais également un renouvellement important de nos connaissances sur la sidérurgie ancienne dans une région où la dernière étude synthétique remonte à près d’un siècle.

2La présente étude a été devancée par les travaux encore inédits de M. Hubert. Celui-ci a commencé, vers 1999, l’enregistrement des sites à scories de façon extensive, au gré de ses déplacements professionnels (Hubert 2000 ; 2005). En 2004, son inventaire comptait plus de 250 entrées. Il ne s’agissait, pour la plupart, que de points sur une carte mais certains sites, mieux documentés, avaient fait l’objet d’un cliché et de collecte de scories et de minerai. Profitant de ses nombreux contacts, M. Hubert avait interrogé un grand nombre de fermiers et d’autres informateurs, notamment des agents forestiers. Il avait, de surcroît, commencé une étude toponymique, limitée à quelques communes, mais qui avait déjà largement porté ses fruits.

3La cartographie de ces données, effectuée lors du DEA, montrait l’important potentiel de la région (Sarreste 2004a). Les sites enregistrés s’étendaient sur cinq départements (Mayenne, Orne, Sarthe, Ille-et-Vilaine et Maine-et-Loire). Des groupes étaient déjà perceptibles et annonçaient, pour certains, les zones de production présentées plus loin (infra chap. IV, p. 127). Grâce à ces travaux, le potentiel de la région pour une étude à venir était définitivement acquis. On pouvait donc largement présumer de la présence dans la région de nombreux sites de réduction directe permettant une étude régionale.

4En outre, la base fournie par les travaux de M. Hubert permettait d’envisager des travaux plus précis, qui n’auraient pas été possibles sans cet apport. Il a été ainsi possible de mener, dans le cadre limité de l’exercice de thèse, la fouille d’un atelier de réduction directe qui a procuré des informations ponctuelles mais inestimables pour la compréhension de la sidérurgie ancienne régionale. Enfin, des analyses chimiques, des examens métallographiques et minéralogiques ont été pratiqués sur un corpus encore restreint mais significatif à l’échelle de la zone d’étude.

Les contours de la zone d'étude

5De façon concrète, l’aire d’étude devait répondre à des contraintes matérielles. Elle devait être suffisamment vaste pour permettre une bonne vision de la production régionale, tout en restant assez ramassée pour autoriser une étude documentaire et archéologique la plus exhaustive possible dans le cadre de l’exercice de doctorat. Le périmètre de 20 km autour de Jublains, pris comme zone test lors du DEA (Sarreste 2004a), avait montré qu’il ne suffisait pas à saisir les zones de production du secteur. Il fallait donc voir plus grand.

6Le territoire étudié ici ne constitue pas une entité historique homogène du viiie siècle av. J.-C. au xve siècle ap., période durant laquelle le fer est produit régionalement par le procédé direct, mais cette région correspond à une aire géographique reconnue, le Bas Maine (Musset 1917).

7Le Bas Maine englobe la totalité de la cité antique des Diablintes telle que l’a définie J. Naveau (1995), reprend les contours du Bas Maine médiéval dressés par D. Pichot (1995) et les déborde légèrement au sud et à l’est (sud de la Mayenne et frange occidentale du département de la Sarthe) (fig. 1). Les limites adoptées par le géographe fournissent donc un bon compromis permettant d’aborder un territoire relativement homogène pour les périodes antiques et médiévales : ceux de la cité des Diablintes et de l’ouest de l’ancienne province du Maine.

8Les contours décrits par R. Musset sont, pour une bonne part, communs à ceux déduits par J. Naveau pour la cité diablinte. Au nord, les deux auteurs reprennent la limite du doyenné médiéval de Passais (Naveau 1995 : 94-96). La limite suit ici une barre gréseuse qui s’étend de Lonlay-l’Abbaye à Saint-Ellier-les-Bois (Orne). À partir de ce point la frontière de la cité diablinte, comme celle du Bas Maine, obliquerait au sud en suivant le cours du Sarthon (Musset 1917 : 20). C’est la seule limite physique.

9À l’ouest, R. Musset et J. Naveau s’accordent également à reprendre l’ancienne limite de l’évêché du Mans, qui suit, sur une portion, une voie antique (Musset 1917 : 22-26 ; Naveau 1997, p. 53). Cette frontière a subsisté jusqu’à l’époque contemporaine et constitue les deux tiers nord de la limite départementale entre la Mayenne et l’Ille-et-Vilaine (Naveau 1995 : 89-94).

10Au sud, la limite de la cité romaine reprendrait celle de l’évêché du Mans. Elle se décroche de la limite départementale de la Mayenne au niveau de Beaulieusur-Oudon, passe au nord de Loigné-sur-Mayenne et s’arrête au confluent de l’Erve de la Sarthe, à Sablé-sur-Sarthe (Naveau 1995 : 99-102). Le sud du département de la Mayenne, inclus dans le Bas Maine des géographes, a été retenu pour cette étude bien qu’il n’appartienne ni à la cité diablinte ni au Maine médiéval mais au territoire des Andes et à l’Anjou. Le potentiel sidérurgique de ce secteur était souligné par les mentions anciennes et confirmé par les recherches de M. Hubert (Angot 1910, passim ; Bodard De La Jacopière 1869 ; Joubert 1883 ; 1900).

Fig. 1 > Contour de la zone d’étude, correspondant dans les grandes lignes à celui du Bas Maine (d’après Musset 1917) et la cité des Diablintes (d’après Naveau 1995).

11Malheureusement, le rattachement de la cité diablinte à la cité cénomane dans le courant du ve siècle a effacé toute trace de l’ancienne frontière qui les séparait. La limite orientale proposée par J. Naveau est donc la plus sensible (Naveau 1995 : 96-99). Ce tracé, bien que cohérent, n’est pas certain. R. Musset ne fixe pas de limite orientale claire au Bas Maine. Le géographe souligne même que le partage de ce secteur lors du découpage des départements s’est fait de façon arbitraire et ce dans le seul but de produire des territoires départementaux à peu près égaux. Il semblerait que le Bas Maine intégrait avant ce découpage la Champagne, c’est-à-dire une région mal délimitée allant de Sillé-le-Guillaume à la Vègre (Sarthe) (Musset 1917 :5). Les recherches de M. Hubert indiquaient la présence de zones de production du fer importantes dans cette région. Nous ne pouvions donc rester ici dans ce flou : une limite artificielle a été proposée et une frange de communes sarthoises a été incluse à l’étude. Il reste de fait impossible de dire si elles se trouvent en territoire diablinte ou cénoman.

12La zone d’étude mesure ainsi 105 km du nord au sud et 95 km d’est en ouest pour une surface totale d’environ 7 000 km2. Elle comprend l’ensemble du département de la Mayenne, 57 communes du département de l’Orne et 51 de la Sarthe. Elle a servi de cadre à l’application systématique des méthodes de recherches.

Le milieu naturel

Le substrat géologique

13La majeure partie de la zone d’étude se trouve dans le Massif armoricain et présente une géologie complexe (fig. 2). Le socle est ici composé de roches précambriennes déposées en contexte marin sur un substrat de nature inconnue (Doré et al. 1987 : 8). Le plissement de ces formations, lié à l’orogenèse cadomienne (environ 600 Ma), est suivi d’intrusions de roches plutoniques (granité, granodiorites) ayant entraîné localement des métamorphismes de contact (cornéennes) (Doré et al. 1977 : 2). Ces formations affleurent dans la partie nord du département de la Mayenne où l’on voit, dans le socle des schistes briovériens, de grandes zones granitiques marquées par la présence de filons de roches éruptives métamorphisées (dolérites, etc.). Dans l’anticlinal* sud, autour de Château-Gontier, les terrains sont quasi entièrement composés des formations briovériennes.

14Les dépôts sédimentaires du Cambrien au Carbonifère ont émergé au cours de l’orogenèse hercynienne pour former une montagne (Ménillet et al. 1988 :10). La trace de la chaîne hercynienne est conservée sous la forme de plis synclinaux*, au nombre de cinq dans la zone étudiée, généralement orientés nord-ouest/sud-est (orientation dite armoricaine) (fig. 2) (Doré et al. 1977 : 2). Du nord au sud, on rencontre :

  • le synclinal de Mortain-Domfront, qui prend son origine dans la Manche et vient s’éteindre au sud de la commune de Lignières-Orgères en Mayenne, avec une extension vers la Ferrière-aux-Étangs (Orne) ;
  • le synclinal de Pail, d’orientation inverse (sud-ouest/nord-est, dite varisque), qui est plus marqué dans l’Orne (forêt d’Écouves) et dans la Sarthe (haute vallée de la Sarthe) et vient mourir au nord de Jublains sur la commune d’Aron (Mayenne) ;
  • le synclinal des Coëvrons, qui est couvert en grande partie par la forêt domaniale de Sillé ;
  • le vaste synclinal de Laval, qui est l’extrémité du vaste synclinorium traversant l’ensemble du Massif armoricain de Brest jusqu’au bassin parisien : d’abord resserré à l’ouest, il s’ouvre en éventail vers l’est et possède une extension couverte par la forêt de Mayenne ;
  • et enfin le synclinal de Martigné-Ferchaud, qui part d’Ille-et-Vilaine, passe à l’extrême sud-ouest du département de la Mayenne et s’étend dans le nord du Maine-et-Loire.

15Ces synclinaux présentent la même succession d’assises cambriennes et ordoviciennes (majoritairement grès et schistes). Le synclinal de Laval, plus complet, offre des affleurements des formations dévoniennes et carbonifères et des roches très diverses : schistes parfois ardoisiers, grès plus ou moins durs, calcaires et localement des niveaux d’anthracite et de houille.

16À l’est, un effondrement du substrat hercynien forme le Bassin de Paris, donnant accès à la mer dès le Jurassique (Ménillet et al. 1988 : 10). Les transgressions jurassiques et cénomaniennes constituent l’essentiel des formations rencontrées à l’est de la zone d’étude. La première est limitée, pour ce qui nous concerne, à la région de La Ferrière-Bochard (Orne) et Montreuil-leChétif (Sarthe). Elle est généralement constituée de calcaire ou de grès fin ferruginisés* (Doré et al. 1987 :10). Les dépôts cénomaniens avancent plus largement sur le domaine armoricain et se retrouvent jusqu’à Blandouet (Mayenne). Ils se présentent sous la forme de sables (sables du Maine), de buttes d’argiles ou de grès grossiers connus localement sous le nom de « roussard » (bien que ce terme soit couramment utilisé dans la région pour désigner tous les grès ferrugineux quelle que soit leur origine).

Fig. 2 > Carte géologique simplifiée de la zone d’étude, d'après la carte du BRGM au 1/1000 000e.

17Au Tertiaire, les transgressions éocènes et pliocènes entraînent le dépôt de poches de sables, de graviers et d’argiles. Ces dépôts, détritiques ou sédimentaires, contiennent parfois des grès tertiaires altérés. Dans le bassin de Laval, une formation de calcaire éocène fin pourrait correspondre à une zone légèrement effondrée ouverte sur la mer (Ménillet et al. 1988 : 10). C’est au Pliocène que semble se mettre en place le réseau hydrographique actuel. L’alternance de périodes glaciaires et interglaciaires durant le Quaternaire a contribué à favoriser le creusement des vallées. Les roches dures ont subi une forte cryoclastie et leurs débris ont été étalés sur les pentes au cours des phases de dégel (ibid.).

Contexte géomorphologique et hydrographie

18L’aspect général de la zone étudiée est celui d’un plateau ondulé en pente du nord au sud (fig. 3). Les reliefs sont marqués par trois phases d’érosion dessinant des terrasses successives, qui s’échelonnent des reliefs marqués du nord-est à la pénéplaine de la région de Château-Gontier, au sud. Entre ces deux étages se trouvent des hauts plateaux : Landivy, Lassay, Bais, Villaines-la-Juhel (Musset 1917 ; Naveau 1997 : 45-48 ; fig. 4).

19Les vallées, fortement encaissées, forment des marches dans ces formations et les cours d’eau prennent parfois un régime torrentiel, en raison de la forte pente (Naveau 1992a : 25 ; fig. 5). Pour cette raison, les rivières n’ont jamais constitué un trait d’union mais plutôt un obstacle. Il en va ainsi de la Mayenne, qui traverse toute notre zone d’étude et qui n’a été canalisée que dans le courant du xixe siècle. Avant cette date, cette rivière au cours inconstant n’était traversable qu’en quelques points qui ont servi de centre de peuplement (Mayenne, Laval, Entrammes) (fig. 4). La quasi-totalité de la zone d’étude correspond au bassin-versant de la Mayenne, à l’exception de l’Erve, de la Vaige et de la Vègre qui se jettent dans la Sarthe.

Fig. 3 > Carte des altitudes de la région.

20Les hauteurs des derniers contreforts du Massif armoricain, au nord-est, sont marquées par des altitudes nettement plus élevées que les plateaux environnants (de 100 à 200 m plus hauts). C’est dans cette région qu’on trouve le point culminant du Massif armoricain, au mont des Avaloirs (416 m). Les reliefs les plus forts sont observables dans la haute vallée de la Sarthe, notamment sur la commune de Saint-Léonard-des-Bois (Sarthe). La rivière est ici profondément encaissée et s’écoule entre de véritables falaises. Les précipitations plus importantes, le froid souvent plus marqué, les pentes et les sols ingrats ont valu à cette région, durant l’Ancien Régime et jusqu’au début du xxe siècle, une réputation de pauvreté et de rudesse. Certains noms en témoignent, comme la vallée de Misère, à Saint-Léonard-des-Bois. Cette région est connue localement sous le nom d’« Alpes Mancelles ».

21Au sud de ce secteur, le synclinal des Coëvrons, sur lequel s’appuie la forêt de Sillé, présente également des reliefs notables. La barre formée par ce pli du socle primaire domine de plus de 50 m les terrains qui l’entourent. En outre, les fortes pentes de la forêt de Sillé contribuent à forger la spécificité de ce secteur.

22Au nord de la région étudiée, une longue barre gréseuse tranche nettement dans le paysage, entre Domfront et Bagnoles-de-l’Orne. Ce relief appartient au synclinal de Mortain-Domfront et domine nettement les terres du bocage ornais.

23À la périphérie orientale de la zone d’étude, le contact entre les terrains primaires et secondaires n’offre pas partout le même visage. Au sud, le Bassin parisien avance assez largement et quelques poches d’argiles cénomaniennes se retrouvent en Mayenne (Blandouet). La forêt de Grande Charnie et les bois qui l’entourent (bois du Creux et de Petite Charnie) se trouvent partagés entre les terrains du Massif armoricain et ceux du Bassin parisien, sans que la transition entre les formations géologiques soit perceptible. Dans la région de Sillé, on voit le passage successif des reliefs accidentés des terrains primaires aux buttes d’argiles cénomaniennes de la région des Bercons, puis aux plaines mollement ondulées du secteur de Confie (Champagne).

Les sols et le couvert végétal

24La zone d’étude ne présente pas d’homogénéité ni dans sa couverture végétale, ni dans son exploitation agricole. L’opposition est nette entre le nord du Bas Maine, tourné vers l’élevage et caractérisé par des prairies bocagères, et le sud où les espaces moins accidentés sont largement ouverts et dévolus à une agriculture céréalière intensive.

Fig. 4 > Localisation des lieux évoqués dans le paragraphe précédent.

Fig. 5 > Carte des principaux cours d'eau.

Fig. 6 > Carte des principaux massifs forestiers d’après le fond Corine Land Cover de l'IFEN. 1. Forêt de Grande Charnie ; 2. Forêt de Petite Charme-, 3. Bois des Vallons ; 4. Forêt de Sillé ; 5. Bois d'Hermet ; 6. Forêt de Bourgon ; 7. Forêt de P ail-, 8. Forêt de Multonne ; 9. Forêt de Perseigne ; 10. Forêt d’Écouves ; 11. Forêt de Monnaie ; 12. Forêt de la Motte ; 13. Forêt d'Andaines ; 14. Forêt de Mayenne ; 15. Bois de La Gravelle ; 16. Forêt du Pertre.

25Le couvert végétal est largement tributaire de la géologie. Les grès et les schistes durs des sommets des synclinaux sont peu favorables à l’agriculture et sont couramment couverts par des massifs boisés (forêts de Sillé, de Pail, d’Écouves, de Multonne, de Monnaie, de la Motte, d’Andaines et de Mayenne) (fig. 6).

26Au nord de la Mayenne et dans le bocage ornais, le granité est couvert par une forte épaisseur d’arènes qui conservent mal les eaux de pluie et se prêtent peu à la culture de céréales. Les parcelles cultivées sont rares dans ce secteur, hormis les champs destinés à la culture du maïs fourrager. De même, l’altération des schistes ordoviciens des régions synclinales produit un sol lourd et souvent acide. Le chaulage a été un élément clé de la révolution agricole intervenue dans cette région au début du xixe siècle et explique l’abondance des fours à chaux, notamment dans la région d’Évron (Mayenne) et dans tout le sud-ouest de la Mayenne.

27Plus au sud, les terrains calcaires du synclinal de Laval, les roches briovériennes de l’anticlinal et les poches de graviers pliocènes de la région de Château-Gontier offrent des terrains plus fertiles, largement exploités pour la céréaliculture. Les sols du Bas Maine sont, toutefois, globalement pauvres et humides.

28Malgré les aires cultivées, plus nombreuses au sud qu’au nord, notre zone d’étude est très largement occupée par une végétation permanente (prairies, forêts ; fig. 7). D’après les données de la base de données Corine Land Cover de l’IFEN, près de 45 % des terrains étaient enherbés en l’an 2000 et 7 % boisés.

Fig. 7 > Couverture du territoire en l'an 2000 (d'après fonds Corine Land Cover).

LE CORPUS

Définition des sites recherchés

29Les différentes étapes menant du minerai au métal laissent des marques dans le paysage ou des résidus caractéristiques. Ce sont ces traces qui ont été recherchées. Toutefois, la polymorphie des vestiges sidérurgiques rend difficile la définition univoque d’un « site », comme dans d’autres domaines de l’archéologie (Zadora-Rio 1986 :12-13).

30L’extraction du minerai est la première activité qui laisse des stigmates notables que l’on peut reconnaître sur le terrain malgré le temps. Toutefois, les secteurs miniers ont souvent été exploités durant une longue période. Les excavations forment, dans ces régions, un palimpseste où les tranchées et minières* contemporaines cachent les phases anciennes de l’exploitation. Ailleurs, la présence conjointe de différentes ressources dans les mêmes formations géologiques gêne la distinction entre une dépression laissée par l’exploitation du minerai de fer d’une autre produite par celle du calcaire ou de l’argile. En outre, les techniques d’extraction ayant peu changé entre l’Antiquité et le début de l’époque contemporaine, la chronologie des traces est souvent délicate à établir. N’ont donc été pris en compte que les secteurs immédiatement rattachables à un site de réduction directe ou à une zone de production. L’enregistrement n’a pas été fait à l’échelle de la mine ou de la minière mais les traces ont été groupées au sein de « secteur minier » présentant une cohérence technique et géologique. Les autres traces d’extraction minière n’ont pas été intégrées au corpus mais ont servi à la reconnaissance des zones qui ont pu intéresser la sidérurgie ancienne.

31Les étapes de charbonnage et de préparation du minerai ne sont reconnues que dans de très rares contextes de fouille. Aucune trace d’activité minéralurgique* ancienne n’a été relevée à ce jour dans cette zone d’étude. Les charbonnières visibles dans les massifs boisés sont, pour la plupart, apparemment connectées à l’approvisionnement en charbon des hauts fourneaux et n’intéressent donc pas directement cette étude. En outre, leur nombre très important dans certains massifs boisés – jusqu’à trois ou quatre par hectare – empêche un recensement exhaustif à l’échelle de la zone étudiée. Ces « places » n’ont donc pas été intégrées au corpus.

32Ce sont les résidus du traitement du minerai qui sont les plus visibles. Les scories de réduction, produites en grande quantité, sont restées les vestiges les plus prégnants de la métallurgie du fer ancienne. Les méthodes de recherches utilisées privilégient très nettement ce type de résidus au détriment de ceux issus des autres phases de la chaîne opératoire. Les ferriers* sont caractéristiques de la présence d’un atelier de réduction directe du fer. Ces amas ne disparaissent que très rarement. Même après récupération des scories et des labours répétés, le sol conserve souvent la couleur noire ou brun-rouge laissée par le charbon, l’argile cuite et les scories plus ou moins abondantes. L’enregistrement de ce type de site a été fait à l’échelle de l’amas, chaque ferrier pouvant correspondre à une phase d’occupation différente d’un même site ou à plusieurs ateliers distincts. La même précaution avait été prise par M. Leroy dans son étude sur la Lorraine (Leroy 1997 : 57).

33Les « sites liés à la métallurgie du fer » sont des gisements qui, quelles que soient leur surface, leur conservation ou leur chronologie, livrent des résidus ou des marques dans le sol susceptibles d’être liés à la filière directe* d’obtention du fer. Toutefois, l’enregistrement des sites a été modulé en fonction de la présence de vestiges caractéristiques des différentes étapes de la chaîne opératoire (infra p. 36).

Les données antérieures

Les textes anciens

34La notion de textes anciens recouvre ici les écrits qui auraient pu être contemporains des activités métallurgiques de notre région depuis la Protohistoire et jusqu’au xve siècle ap. J.-C. Par extension, nous pouvons également inclure les quelques textes mentionnant des extractions de minerai liées à l’approvisionnement des hauts fourneaux de la région. Ces derniers documents peuvent en effet apporter des informations précieuses sur la localisation des gisements de minerai ou sur les techniques minières pratiqués durant l’époque moderne.

35Aucun texte littéraire, épistolaire, juridique ou épigraphique datant de l’Antiquité, ne mentionne la métallurgie du fer dans cette région. Rappelons, toutefois, que les indications écrites relatives à la sidérurgie sont très rares pour les Gaules. Seules quelques régions bénéficient de mentions textuelles ou épigraphiques de mines de fer. Ces textes concernent essentiellement le Berry, le Périgord et, par extension, quelques villes mentionnées comme fabriques d’armes dans la Notitia Dignitatum, parmi lesquelles Argentomagus de Saint-Marcel (Indre), Autun, Mâcon ou Strasbourg (Dumasy 1994 ; Dieudonné-Glad, Dumasy 1995 ; Pelet 1970 ; James 1988).

36Un seul argument historique, très ténu, pourrait permettre d’évoquer la présence d’activités métallurgiques dans la cité diablinte, et encore ne s’agit-il pas forcément de l’exploitation du fer. En 1864 et 1865, les travaux d’élargissement du lit de la Mayenne, en amont de la ville du même nom, ont mis au jour un important trésor monétaire au niveau du gué de la voie antique de Jublains à Avranches, près du lieu-dit Gué de Saint-Léonard (Naveau 1992a : 136). Au cours de la fouille de quelques mètres carrés du radier de ce gué une borne milliaire et plus de 26 000 monnaies ont été découvertes. L’étude récente de 22 438 de celles-ci a permis de mettre en évidence une série de marques particulières (Besombes 2004). Certaines monnaies portent ainsi des X, XI ou X barré qui sembleraient être des contremarques légionnaires. L’une d’elles, frappée, serait la contremarque officielle de la Legio X Gemina (García-Bellido, Petac 1998). Les autres marques, gravées ou poinçonnées, pourraient être des adaptations locales (Besombes 2004 :59). Ces monnaies indiqueraient, selon l’auteur, une présence militaire dans la région, et plus spécifiquement celle de la Legio X. Les travaux de M. P. Garcia-Bellido tendent à montrer que cette légion, basée en Tarraconaise jusqu’en 63 ap. J.-C. puis en Pannonie, semble s’être spécialisée dans la gestion des zones minières (or, plomb, étain) (García-Bellido 2000). Rien ne permet toutefois d’affirmer que ces monnaies n’ont pas circulé et ne soient donc pas liées à la présence de cette légion dans la cité diablinte. Et même si c’était le cas, on ne peut dire si cette présence est en rapport avec la production du fer ou l’exploitation de l’or dont on connaît des traces d’extraction dans la région, notamment dans le secteur des Miaules (sud-est de la Mayenne) (Cauuet 2005 : 242-243 ; Meuret 1993 : 229-249).

37Notre étude n’a pas donné lieu à un dépouillement exhaustif des archives médiévales de la région. En effet, plusieurs thèses de doctorat ont déjà largement exploité ces sources (Arnoux 1993 ; Meuret 1993 ; Pichot 1995). Les textes présentés ici figurent déjà pour partie dans ces travaux, ainsi que dans le Cahier du Patrimoine concernant le Maine (Belhoste, Robineau 2003). Ces études réunies couvrent l’ensemble de la zone d’étude. Le bilan de ces recherches est le même : les textes mentionnant les activités sidérurgiques sont rares. Dans son étude du Bas Maine du xe au xiiie siècle, D. Pichot précise même que, pour cette période, « l’exploitation du fer n’est jamais signalée » (Pichot 1995 : 372). Les mentions explicites d’activités sidérurgiques antérieures au xvie siècle sont, en l’état des recherches, au nombre de cinq dans la zone d’étude.

38La première concerne deux actes de donation à l’abbaye de La Roë rédigés entre 1148 et 1170 (Cartulaire... ; Bodard De La Jacopière 1869 ; Meuret 1993 : 511 ; Belhoste, Robineau 2003 : 51 ; Meuret 2007) :

Acte 121
terram que dicitur de Escreneriis in elemosinam absolutepossidendam, quam preterea concessit Raginaldus de Iriaco et Albericus patruus eiu. [Transcription d’E. Zadora-Rio.]
Acte 122
Rursus noticia deEscreniis
In memoria ab omnibus tenentur quod Raginaldus de Iriaco dedit ecclesie Sancte Marie de Rota quicquid juris tam in tallia quam in aliis rebus ipse habebat in illa terra que vocatur de Escreniis et dedit cosdumam ferri quod canonici supra dicte ecclesie possent habere de suis fabricis, tali videlicet pacto ut ipse et pater suus Gaufridus et mater sua et uxor ipsius et heredes in beneficio fraternitatis ejusdem ecclesie reciperentur, videntibus et audientibus : Alberico de Hiriaco, Johanno de Alneto, Maalart de Villa probata, RobertoNigro dorso cum aliis pluribus ; ex parte canonicorum : Michael tune abbate, Radulfus de Bona, Gauterio sacerdote, Hugone forestario, Tebaudo famulo abbatis. Haec postea concessit primogenitus Raginaldus supra dicti Raginaldi de Peletrois, audientibus Paganode Vegia, Nicol Ferale, Roberto Redonensi priore, Herveio de Romuderia. [D’après Hamon-Jugnet 1972.]

39Par ces documents, Renaud, seigneur du Bourg d’Iré, cède aux moines la coutume du fer (cos duma ferri) fabriqué dans les ateliers qu’ils exploitaient sur la terre d’Écrennes. On verra plus loin que ce secteur est exploité peut-être dès l’époque romaine (infra p. 139).

40La partie ornaise de notre zone d’étude est plus riche. La présence en Normandie de métiers de férons, très indépendants des seigneurs laïcs et des religieux, a entraîné la production d’une grande masse de textes qui ont été brillamment étudiés par M. Arnoux (Arnoux 1993). Ces producteurs indépendants sont essentiellement connus par leurs relations avec l’autorité pour l’approvisionnement en minerai et en bois. C’est à ce titre que sont mentionnées les forêts de La Ferrière-aux-Étangs et de Halouze (Orne), situées juste au nord de la zone d’étude. On possède pour ce secteur quatre textes datés entre le milieu du xiiie siècle et le dernier quart du xve siècle (Surville 1920 : 39-40 ; Hubert 1956 ; Arnoux 1993 :130-132,140,592-593 ; AN P 1921, no 45987, copie P 302, no iic LXVI). Plus au nord dans le Bocage, les textes laissent entrevoir une sidérurgie plus ancienne attestée dès le xiiie siècle dans la région de Tinchebray (Arnoux 1993 : 333-334).

41Se fondant sur une copie du xviiie siècle de deux chartes datées du xive siècle de l’abbaye cistercienne de Champagne, près de Sillé-le-Guillaume (Sarthe), M. Philippe a indiqué l’existence de forges médiévales dans ce secteur, forges qu’il lie à la présence de l’abbaye (ADS H 830, actes no 177 et 233 ; Philippe 1991) :

177. Titre françois écrit sur Parchemin par lequel Guillaume Chauvel, clerc, fils et héritier du dit feu Guillaume Chauvel, donne et cedde aux religieux de l’abbaie de Champagne, pour se deliberer et etre quite de la rente portée en l’article cydessus, ensemble des arrerages deux piéces de bois contenantes six journeaux proches le bois de montafrai, plus une autre apellée la jariaie de forges, contenante six journeaux, cotoyant le chemin de tennie ; plus seize journeaux de terre ou environ en trois piéces, dont une est appelée le champ Guillote contenante cinq journeaux ou environ, et l’autre appellée les formes contenante sept journeaux, proche la terre le Gendre, aboutant au chemin de Sillé à Tennie, et la troisième pièce appellée le champ goupille contenante quatre journeaux ou environ aboutant au chemin de la forge et de l’abbaye de Champagne, et cotoye la terre le Gendre ; plus une noe de pré tenante à la dite pièce des formes. Donné en la cour du mans, le mardi après la saint jean Baptiste de l’an 1335.
[ADS H830 Registre in-folio 104 feuillets papiers. xviiie siècle. Inventaire des titres de l'abbaye de Champagne se rapportant à Tennie. Acte 177 (1335).]
233. Titre françois écrit sur parchemin contenant une baillée faite par les religieux de Champagne à Guillaume philippeau et Jeanne sa femme, d’une pièce de terre contenante environ deux journeaux, située paroisse de tennie eu fief de Courmenant, cotoyant d’un côté la terre de Brosse, d’autre côté le chemin par où l’on va de la moisière au pont de forge ; la dite Baillée faite pour le prix de six sols tournois de rente annuelle et perpetuelle payable annuellement au jour et fête de toussaint, et en outre quatre deuniers de devoir envers le Seign. du fief payable au même terme, daté du 16 9bre 1392.
[ADS H830 Registre in-folio 104 feuillets papiers. xviiie siècle. Inventaire des titres de l'abbaye de Champagne se rapportant à Tennie. Acte 233 (1392).]

42Toutefois, à la lecture de ces archives, on constate que La Forge citée est très clairement un toponyme et n’indique en rien la présence d’une installation sidérurgique contemporaine de la rédaction de ces chartes. L’article de M. Philippe mentionne également une série de toponymes présents sur la carte au 1/25 000 et liés, selon l’auteur, à l’activité minière et métallurgique. Une partie de ceux-ci a été visitée lors des prospections. Certains correspondent à des lieux attestés d’extraction, notamment à Rouessé-Vassé, mais aussi sur le site de la mine d’or de Rouez (Guiollard 1993). La chronologie de ces activités est très diverse et ne peut être liée de façon certaine à l’abbaye. On ne peut, à partir de ces informations, attester une activité sidérurgique médiévale connectée à la présence d’une communauté cistercienne dans la région. Le lien entre moines blancs et sidérurgie mis en évidence en Bourgogne (Benoît, Cailleaux 1991) ne semble pas avéré ici. L’étude de M. Arnoux sur la Normandie montre bien qu’il faut chercher en dehors du monde seigneurial et religieux l’origine du dynamisme de la sidérurgie médiévale dans cette région (Arnoux 1993).

43Les documents postérieurs à 1500 n’ont pas été consultés systématiquement car ils concernent, pour l’essentiel, la filière indirecte*. En outre, ils ont fait l’objet d’une synthèse récente dans la collection des Cahiers du Patrimoine (Belhoste, Robineau 2003). Quelques minutes de notaires, datées des xviie et xviiie siècles apportent des informations intéressantes sur l’exploitation du minerai de fer pour les hauts fourneaux de la région. Ces documents, publiés par E. Laurain (1926-1927 ; 1938) seront utilisés en complément des archives minières des xixe et xxe siècles pour établir une carte du potentiel minier de la zone étudiée (infra p. 52).

44Certains fonds d’archives ont été consultés à la recherche d’informations ponctuelles. En revanche, les archives de l’administration préfectorale des mines et carrières, conservées dans la série S des archives départementales, ont été consultées systématiquement, en collaboration avec M. Hubert, afin de cerner les secteurs d’exploitation minière contemporains (archives départementales série S). Ce dépouillement avait pour but de confronter la documentation écrite disponible avec les constatations de terrain et ainsi de tenter de dater une partie des vestiges repérés.

Le temps des érudits (1800-1950)

45Le premier texte mentionnant des amas de scories dans notre région est un manuscrit d’un naturaliste manceau, L.-J.-C. de Maulny (1806). Ce dernier retrace, dans une série de lettres réunies sous la forme d’un cahier, son voyage du Mans à Sainte-Suzanne (Mayenne). Toutefois, contrairement à la lecture erronée qui en a été faite, ces mentions ne concernent que la région de Lavardin/Aigné, et non la forêt de Sillé et n’intéressent donc pas notre zone d’étude (Bouvet 2001a : 439-440).

46L’existence d’importantes quantités de déchets issus de la réduction directe dans l’ouest du Maine est connue très tôt. À la suite de son enquête, A. Daubrée évoque succinctement la présence de scories aux alentours du Mans et dans la structure de voies romaines du département de la Mayenne, plus précisément entre Ballée et Épineux-le-Seguin (Daubrée 1868 : 307-309). Les indications restent cependant floues.

47L’enquête menée par R. de Tryon-Montalembert entre 1908 et la Première Guerre mondiale n’apporte que peu de nouveauté (Tryon-Montalembert 1955 et 1956). Ce dernier se fonde sur les écrits de L. Davy, parus en 1913, et les allusions d’A. Daubrée. Il mentionne seulement des ferriers à Précigné (Sarthe), hors de notre zone d’étude.

48Les informations bibliographiques sont dispersées dans de nombreux manuscrits ou publications, d’une valeur et d’une précision inégales. Trois sources se distinguent nettement :

  • le dictionnaire de J.-R. Pesche (1829-1842) pour la Sarthe ;
  • le dictionnaire de l’abbé Angot (1910) pour la Mayenne ;
  • et l’inventaire de L. Davy (1913), centré sur la région de Segré et Châteaubriant (Maineet-Loire et Loire-Atlantique) et reprenant pour notre zone d’étude les informations des deux textes précédents, mais avec quelques indications inédites.

49Les informations fournies par ces trois documents sont fiables et, dans la plupart des cas, les sites décrits ont pu être retrouvés sur le terrain. Pour le reste, les informations recueillies sont le plus souvent anecdotiques et ne concernent qu’un site ou une zone géographique très restreinte (Bodard De La Jacopiere 1871 ; Guiller 1882 ; Lambert 1865 ; Barbe 1865 ; Leguicheux 1877 ; Joubert 1883 ; 1900 ; Dagnet 1907 ; Ledru 1911 ; Hédin 1913-1914). On peut signaler toutefois l’intérêt d’un manuscrit inédit confié à Michel Hubert par un de ses clients : il s’agit d’une monographie de la commune de Saint-Denis-d’Orques (Sarthe) rédigée par V. Gomer au milieu des années 1930 (Gomer 1935). Ce dernier indique la présence d’une série de ferriers très importants situés sur sa commune et en donne une description précise, ainsi que leur situation (fournissant parfois le numéro de parcelle du cadastre de l’époque). Ce précieux document fait figure d’exception et on peut en fournir la transcription de la section 1 du chapitre dédié à l’« Industrie », consacrée aux « Forges » (transcription : M. Hubert) :

À Joué en Charnie il y eut longtemps un amas considérable de scories dans la lande de Girouard et dans les champs des Bassetières près de Poipailles ; les amas ont disparu.
[…]
En parcourant la commune [de Sainte-Denis d’Orques] nous découvrons en maints endroits des scories tantôt éparpillées sur le sol par la longue suite des temps, tantôt entassées formant un monticule ressemblant à un cône écroulé.
Nous citerons les principaux :
1) Celui de la Minière aux Chartreux : ce tas de scories se trouvait dans la partie ouest du champ de la Minière, section D 11, de 7 hectares environ, il était important. Lors de l’établissement de la ligne de tramway de St. Denis à St. Jean sur Erve il fut employé au ballast de cette ligne à proximité des Chartreux et l’on y trouva des poteries romaines et 3 pièces de monnaie romaine de peu de valeur : 1o sesterce d’Hadrien (empereur romain régna de 117 à 138) ; 2o as d’Antonin Le Pieux (successeur d’Hadrien régna de 138 à 161) ; 3o denier de Vespasien de l’an 75 (empereur romain de 69 à 79). Ces 3 pièces sont aux mains de Mr. Marcignery propriétaire à St. Denis. On peut en conclure que ces scories dataient de l’époque gallo-romaine et provenaient d’une forge à bras ayant commencé à fonctionner dès cette époque ou même un peu antérieurement.
2) En le bois des Chartreux :
a) Dans la partie Sud Est il existe à proximité des sources un amas de scories garenné par le gibier. Sous une souche on découvre assez bien conservée la voûte d’un fourneau de forge à bras établie en maçonnerie. Cette forge devait exister à une époque plus récente vers 1500 probablement.
b) Et dans la partie Nord Est, près du ruisseau du Châtelier se trouve un tas de scories sur lequel existent des gros chênes ayant plusieurs siècles.
3) En forêt de Charnie (voir la Charnie), au Tertre (section B no 1234) on découvre un monticule de scories assez bien conservé. Plusieurs constructions démolies existaient à quelques cent pas et servaient à l’habitation des forgerons. Ces derniers avaient établi pour leurs besoins une fontaine et un lavoir encore existant et utilisé par les habitants du Broussil ; en bordure d’un ruisseau et pour l’usine à fer, ils établirent un étang sur ce ruisseau appelé “l’étang de folle entreprise” qui est à sec depuis longtemps. Cette forge à bras doit avoir une certaine importance pour subsister jusque vers 1600, car on voit les murailles des bâtiments et en 1825 on y voyait encore trace de jardin et des groseilliers. Fut-elle d’une réussite malheureuse d’où le nom de son étang "folle entreprise” ? On ne sait. L’étang était de faible étendue et l’amas de scories de petite dimension. Une partie dut être utilisée pour les chemins et la charroyère qui y accède.
4) Aux Ferrettes ; lieu tirant son nom de “Fer” on y trouve également des scories et une forge à bras y fut installée peut-être à une époque plus primitive.
5) À la Guittière, on y découvre éparses dans les champs de nombreuses pierres de sorne et dans un broussil une butte de scories démontrant qu’autrefois une forge à bras était exploitée dans ces parages.
6) À la Cosnuère près la Ragainière existe le champ de la Grande Ferrière où se trouve aussi du minerai de fer. Dans le bas et vers le milieu de ce champ on aperçoit des ruines de construction et de la sorne, vestige de vieille forge à bras.
7) Au bois du Creux près de la route du Clos Macé se trouve la butte du Charbon Noir ou du Charbonnay, surélévation de scories remplie de garennes où le gibier vient se réfugier. Une forge à bras s’y trouvait autrefois.
8) À Valifer, il y a 2 fermes tirant leur nom de Fer (vallée de fer). Le curé Georget dans sa chronique de 1840 signale que cette vallée appartenait autrefois à un propriétaire nommé “le Fer” d’où l’on aurait formé “Valifer”. Cette assertion paraît fantaisiste et nous n’avons découvert aucune trace de nom d’homme appelé "le Fer”. Mais ce qui est certain, c’est que dans la partie basse près le bois du Creux il existait une butte de sorne enlevée il y a quelques années par Mr. Jupin fermier et utilisée pour l’encaissement du chemin menant au Bas Valifer. Dans ces parages il y avait donc une forge à bras et l’étymologie de Valifer serait probablement de “vallée de fer”.
9) À la Muette, en proximité se trouvaient la coupe et le champ de “la butte à fer”, nombreuses scories, indice de forge à bras.
10) À la Gandonnière : mine à fer en la pièce du Devant abolie vers 1854.
11) Aux Bougrières : en 1836 on y trouva en terre une clé romaine en bronze et ailleurs des scories ainsi qu’une médaille en bronze de Lucille femme de Lucius-Vérus ; on y a découvert encore une ferrière romaine. Là il y avait donc une forge à bras au temps de l’invasion romaine puisque la médaille fut frappée vers 150.

50Il existe une différence sensible entre les données disponibles pour les départements de la zone étudiée. Les archéologues sarthois semblent ainsi avoir de tout temps accordé plus d’attention aux résidus sidérurgiques de leur département. L’éclairage porté sur ce sujet à la suite des découvertes des sites sidérurgiques exceptionnels sur le tracé de l’autoroute A28 a permis de révéler ce potentiel. Le remarquable dépouillement effectué pour la rédaction de la CAG de la Sarthe met ainsi en évidence la richesse de la documentation pour cette région (Bouvet 2001a ; 2001b).

Apport de l'archéologie (1950-2004)

51Le Bas Maine s’est trouvé à l’écart de la reprise de la recherche sur la sidérurgie ancienne intervenue au début des années 1970. Les quelques synthèses historiques réalisées mentionnant les acticités sidérurgiques se bornent à reprendre les données du siècle passé (Termeau 1954 : 92-93) en y ajoutant parfois inexactitude et confusion (Bouton 1962 : 54-55).

52Éloigné des grands centres de recherches constitués autour de Toulouse et Besançon, le Maine, comme tout l’ouest de la France, n’a pas fait l’objet d’études approfondies sur la métallurgie du fer avant la fin des années 1990. Les informations antérieures à cette date et postérieures aux années 50 sont donc rares et ponctuelles. En outre, le désintérêt porté aux résidus sidérurgiques durant cette période a fait qu’ils ne sont que rarement mentionnés et pratiquement jamais spécifiés, les fouilleurs se contentant de noter « scories » au terme de la liste du matériel mis au jour.

53Les bilans dressés pour la Mayenne et l’Orne pour la collection des Cartes Archéologiques de la Gaule (CAG) reflètent bien ce constat (Naveau 1992a ; Bernouis 1999). Les données anciennes sur la sidérurgie (Angot 1910 ; Davy 1913, etc.) en sont absentes et les quelques mentions de scories sont dues aux découvertes de prospecteurs ou à des données de seconde main, à l’instar de celles de J. R. Maréchal (Maréchal 1975a ; 1975b).

54Au cours de ces soixante dernières années, quelques découvertes ponctuelles ou mentions bibliographiques sont venues s’ajouter au corpus. Elles ne sont jamais le fruit de recherches concertées mais seulement de travaux menés par des groupes isolés. On peut citer les travaux de synthèse d’H. Verdier et H. Véron (1984, à prendre toutefois avec précaution), la localisation de ferriers par des géologues chargés de la levée des cartes du BRGM (Clément et al. 1987 : 27), les prospections ou surveillances de travaux menées par des archéologues locaux tels que A. Guéguen (1985 : 47-48 ; Naveau 1992a : 139), C. Lambert, J. Riouffeyt (Bouvet 2001a : 139) et Y. Nevoux (2004).

55Ces différents travaux n’ont pas entraîné de révolution dans la carte des sites sidérurgiques. On note une fois de plus le déséquilibre entre Mayenne et Sarthe, au profit de ce dernier département.

56Les fiches de déclaration de sites des SRA apportent quelques éléments supplémentaires pour les découvertes postérieures à la publication des CAG. Une vérification de ces dossiers a permis d’enregistrer quelques nouveaux sites, principalement dans la partie sarthoise de la zone d’étude. Ces découvertes sont essentiellement dues aux travaux de l’Association Culture Archéologie (ACA) basée à Oisseau-le-Petit (Sarthe).

57La Mayenne, comme le reste de la zone d’étude, n’a pas encore bénéficié d’importants travaux d’archéologie préventive. Seules quatre opérations ont été relevées à ce titre : il s’agit de trois diagnostics et d’une fouille. Trois de ces quatre chantiers se sont déroulés dans le cadre du réaménagement de la RN 162, en deux endroits, au niveau d’Entrammes et de Mayenne.

58À Entrammes, l’élargissement de la route a permis de reconnaître une partie de l’agglomération secondaire gallo-romaine dont les thermes avaient été repérés dans l’église du village au milieu des années 1980 (Valais 2004b ; 2004c). Le rapport de fouille ne signale pas de scories sur le site. Leur présence dans le reste de l’agglomération est cependant fort probable.

59La seconde opération entre dans le cadre du contournement de la ville de Mayenne. Ce tracé passe largement à l’est de la ville et à proximité de l’oppidum de Moulay situé au confluent de la Mayenne et de l’Aron. À l’intérieur, les tranchées de diagnostics ont mis en évidence une forte densité de structures datables de La Tène finale, dont certaines ont livré des résidus d’activités sidérurgiques (Valais 2004a ; 2007 ; Valais et al. 2004).

60Enfin, la dernière opération est un diagnostic préalable à la construction d’un lotissement à Meslay-du-Maine, au lieu-dit La Maison de paille. Les tranchées menées dans la partie occidentale du terrain ont permis de découvrir des fosses datables des xie-xiie siècles emplies de rejet de scories de réduction et de post-réduction*. L’ensemble de ces structures s’organise autour d’un petit chemin (Letho Duclos 2005).

Les méthodes des recherches 2004-2007

La toponymie

61Certains toponymes sont réputés indiquer des sites anciens d’extraction du minerai ou de réduction directe. Les termes les plus souvent retenus sont Forge, Ferrière et Mine ou Minerai (Cordier 1983 ; Aeberhardt 1987 :13 ; Arnaud 1987). La signification de ces termes est toutefois changeante. Ils ont pu en effet être donnés à des dates diverses et leur sens a évolué. En fait, la plupart des toponymes utilisés sont des désignations tardives, postérieures au xviie siècle, faites par les exploitants agricoles.

62Les vestiges sidérurgiques, notamment ceux associés à la réduction du minerai de fer, sont particulièrement visibles et constituent fréquemment un repère dans le paysage pour les agriculteurs. Ces derniers leur ont souvent donné un nom, issu de la sidérurgie moderne, et parfois spécifique à une micro-région. L’étude toponymique menée sur le Berry a ainsi montré que le toponyme Latté, dérivé du mot laitier* apparu au xviie siècle et désignant les résidus issus du haut-fourneau*, indique pourtant des sites de réduction directe (Dieudonné-Glad 1991 :75-77 ; Agriculteurs... 1993 : 37). Plus proches de nous, dans la région de Lavardin/La Bazoge, et plus généralement dans la Sarthe, les scories sont désignées sous le nom de ferrimées (Belhoste, Bouvet 2003 : 26). Ce terme, probablement oral à l’origine, a ensuite servi à indiquer des ferriers dans les registres du cadastre puis dans les publications locales (Hédin 1913-1914 : 295 ; Pioger 1971-1972 : 10, note 15bis). Les recherches réalisées par M. Hubert ont montré que la corrélation entre ce toponyme, lorsqu’il est attaché à une parcelle, et la présence d’un site de réduction directe est très forte. Ce toponyme n’a pas traversé la frontière de la Mayenne et on n’en retrouve pas dans la zone d’étude. Ici, le toponyme le plus répandu est Ferrière. Ce dernier présente toutefois un dérivé peu courant, Ferrette, qui n’apparaît que dans le sud-est du Bas-Maine. Les toponymes oraux attachés à ces vestiges ont dans certains cas été fossilisés dans la toponymie locale à différentes échelles (toponymes parcellaires, lieux-dits habités).

63Les toponymes sont donc souvent polysémiques. En outre, les modalités d’attachement à un lieu ou une parcelle ne permettent pas toujours de savoir ce qu’ils désignent à l’origine. Ainsi la présence d’une préposition, par exemple le Champ de La Ferrière, peut indiquer la présence d’un ferrier dans le champ ou plus simplement signifier que ce champ dépend de la ferme de La Ferrière. Ces difficultés rendent la toponymie souvent délicate à utiliser et lui ont donné mauvaise presse (Zadora-Rio 2001). Certains auteurs ont même souligné le faible intérêt à utiliser cette source pour la recherche des déchets paléo-sidérurgiques (Boukezzoula et al. 1990 : 53 ; Mangin et al. 1992 : 249-258 ; Leroy 1997 : 39-40).

64Tout dépend en fait de l’échelle à laquelle l’enquête est menée. Contrairement aux noms de lieux-dits habités (fermes, hameaux, etc.), les termes désignant des parcelles sont changeants en fonction des époques, du langage, des propriétaires ou de l’évolution du paysage. Par chance, la réalisation de levées cadastrales, entre 1807 et 1845 a permis de figer un état de la microtoponymie nationale. En effet, ce qu’on appelle couramment le cadastre napoléonien comporte en fait trois documents distincts :

  • le plan cadastral lui-même, le plus connu ;
  • la matrice cadastrale où les biens sont répertoriés par propriétaire ;
  • et l’état de section dans lequel les informations de la matrice sont fournies par ordre des numéros de parcelle.

65C’est ce dernier registre qui nous intéresse. Le formulaire utilisé pour la rédaction de ces états de section comporte une colonne « parcelles » dans laquelle l’ingénieur chargé de la levée a reporté le toponyme indiqué par un agriculteur de la commune, non indiqué sur le plan cadastral. Ces tables conservées par les archives départementales dans les fonds 3 P, ont été consultées de façon systématique. Les noms de toutes les parcelles de toutes les communes de la zone d’étude ont été lus à la recherche de toponymes pouvant indiquer un site sidérurgique (à l’exception de la commune de Saint-Victeur dans la Sarthe, dont l’état de section n’a pas été retrouvé aux archives).

66La qualité de cette documentation n’est toutefois pas égale. Les registres utilisés et le zèle des ingénieurs n’a pas toujours été le même partout. Les états de section des communes de l’Orne, dressés dans les années 1810, comportent ainsi très peu de toponymes parcellaires, le registre renvoyant systématiquement à la ferme. La vision offerte par la microtoponymie n’est donc pas uniforme et encore moins exhaustive.

67La définition des termes indicatifs de vestiges sidérurgiques est une étape importante. Pour ceci un test a été mené dès le DEA (Sarreste 2004a : 38). Limité à une zone de 20 km autour de Jublains, comptant 65 communes, cet exercice a permis de se familiariser avec la toponymie locale et de définir les micro-toponymes pertinents. Ce test a démontré que les toponymes Forge(s), très nombreux, correspondent généralement à des forges de villages ou de fermes et dans certains cas à des grandes forges modernes et contemporaines (haut fourneau). La correspondance avec des sites de réduction directe existe toutefois mais, en proportion du nombre de parcelles portant ce nom, elle est négligeable. Ils n’ont donc pas été retenus par la suite. Il en va de même des toponymes : Fosse, Fossé, Creux, Butte, etc. Leur corrélation avec des sites d’extraction étant exceptionnelle et non significative (Mangin et al. 1992).

68Les toponymes de couleur tels que Terres Noires ou Champ Rouge n’ont pas été notés. Ces derniers relèvent en effet plutôt d’anomalies géologiques ou pédologiques amenant à des colorations particulières de terres et ne désignent pas forcément un site archéologique. En outre, ils sont peu nombreux et les corrélations avec des sites sidérurgiques dans d’autres régions se sont avérées rares (trois en Lorraine : Leroy 1997 : 39 ; Mangin et al. 1992 : 255). De même Fourneau n’a pas été pris en compte : l’enquête toponymique réalisée par J.-P. Arnaud sur le département du Maine-et-Loire a prouvé que ces Fourneaux sont en général des fours à chaux, nombreux dans la région (Arnaud 1987 : 45-46).

69Outre l’aspect purement étymologique, deux difficultés supplémentaires doivent être signalées : la graphie et la déformation de nom de personne. Lors de la levée des cadastres, la graphie des F est très proche de celle des P. Les confusions entre Ferrière et Perrière ont été constatées à plusieurs reprises. D’autre part, il existe plusieurs toponymes issus de noms propres et ayant intégré un terme sidérurgique. On peut ainsi évoquer les Godferrières, dérivés de Godfrière, qui vient de Godefroy ou encore les Mâcheferrières, nom porté par plusieurs petits seigneurs de l’époque médiévale (Angot 1910, t. 2 : 740,741 et t. 4 : 579).

70Parmi les toponymes retenus, trois grandes familles peuvent être distinguées :

  • les toponymes fondés sur la racine « fer », parmi lesquels sont inclus, quelle que soit leur orthographe : Ferrière(s), Ferette(s), Mâchefer, Mer de Fer (ou Merde de Fer), Ferrimée ou Ferrinée, Ferrier, Ferré (comme adjectif ou substantif), Ferrant et certains plus douteux : Feroit, Feronnay, Ferrere, Ferreux (adj.), Ferriereau ( ?), Ferrioches, Feurière (peut-être dérivé de Fourière et non de Ferrière) ;
  • les toponymes fondés sur « mine », « minerai » ou « minière » ou assimilés, sans tenir compte de l’orthographe : Mine, Miné, Minière, Minier, Minerie, Minérale et Minereau ;
  • et les toponymes issus du vocabulaire lié aux déchets sidérurgiques contemporains : scories, sorne et laitier.

71Cependant, même parmi ces groupes, le potentiel informatif de chacun des termes est très variable. Ainsi Minée (et variantes de graphie : Minet, Minaie, etc.) désigne une unité de surface, c’est-à-dire la surface que l’on peut semer avec une émine de grains, soit un demi-setier (Arnaud 1987 :47 ; Touati 1997 :183). Les parcelles Mâchefer ou Ferré ne contiennent que très rarement des scories, mais sont plus généralement pierreuses.

La photo-interprétation des clichés aériens verticaux

72Les ferriers sont bien visibles dans les champs labourés. Ils apparaissent sous la forme de tâches brun-rouge à noir, bien tranchées du sol qui les entoure, de forme plus ou moins circulaire ou elliptique. Ces amas, d’une surface rarement inférieure à 100 m2, sont donc visibles du ciel. La confusion avec des colorations dues à des brûlis d’essartage est possible mais ces taches, généralement plus grises, sont habituellement beaucoup plus petites (5 à 6 m de diamètre). Cependant, la prospection aérienne n’a été que très rarement exploitée pour la recherche des sites de réduction directe. Pourtant, l’exemple du Berry montre qu’un œil expérimenté peut reconnaître très facilement ce type de site même sur les photographies aériennes verticales de l’IGN prises à moyennes altitudes (Dieudonné-Glad 1991 : 46-50 ; Agriculteurs... 1993 : 37-38 ; Sarreste 2003 :30-32).

73La validité de cette méthode est bien évidemment liée à la surface de terre cultivée dans la région étudiée et à la couverture végétale (cultures) présente lors des prises de vue. Si les grandes plaines céréalières de la champagne berrichonne fournissent des indices nombreux et le plus souvent explicites (après vérification, neuf indices sur dix se sont révélés être des ferriers : Agriculteurs... 1993 : 38), ce n’est pas le cas des zones d’élevage du nord de la Mayenne et du bocage ornais. En outre, les ferriers sont visibles sur sol nu, c’est-à-dire après labour, d’où l’intérêt de consulter des missions réalisées en mars ou en octobre. Aucun vol à basse altitude n’a été effectué pour cette étude, seuls les clichés de l’IGN ont donc été mis en œuvre. Malheureusement, les missions de prises de vue sont le plus souvent réalisées en été pour bénéficier de meilleures conditions climatiques.

74Malgré ces difficultés, le choix a été fait d’appliquer cette méthode. L’ensemble des photographies aériennes verticales de l’IGN couvrant notre zone d’étude a été examiné. Il s’agit de 22 missions datées de 1949 à 2001, effectuées le plus souvent au début de l’été ou à la fin du printemps. Toutes ne couvrent pas l’ensemble de la zone d’étude. Certaines missions ponctuelles, réalisées pour l’Inventaire des Forêts Nationales (IFN) ou pour des levées cartographiques, ont également été examinées. Les photographies se chevauchant, seule une sur deux a été observée. Ces consultations ont été menées dans les locaux de la photothèque de l’IGN à Saint-Mandé.

75La consultation des tirages papiers a été utilement complétée par l’utilisation des photographies aériennes numérisées mises à disposition par un logiciel grand public nommé Photoexploreur®, qui a précédé de quelques mois la mise en ligne de certains clichés aériens sur le site internet Géoportail. Ces derniers offrent la possibilité de visualiser la dernière couverture en date réalisée par l’IGN, d’effectuer des zooms et de superposer les vues aériennes à la carte au 1/25 000e, permettant ainsi une localisation précise des indices. En outre, ces données sont géo-référencées et permettent donc de fournir des coordonnées géographiques.

76Ces vues aériennes présentent de nombreux avantages :

  • elles indiquent un lieu précis ;
  • elles permettent de repérer des sites dans des parcelles labourées lors de la prise de vue et mises, depuis, en herbage ;
  • elles donnent une vision précise de l’emprise des sites ;
  • elles signalent des sites dans des secteurs difficiles d’accès.

Enquête orale et écrite

77Les ferriers sont, par leur taille, leur relief ou leur couleur, des éléments notables. Les exploitants agricoles en ont souvent noté l’existence sur leurs terres. Ainsi, lorsque cela a été possible, la vérification des indices sur le terrain a été accompagnée d’une enquête orale auprès des agriculteurs. Cette démarche a permis de localiser des sites de petites tailles ou des ferriers entièrement couverts par la végétation et dont la localisation aurait été impossible sans indication. Les conversations avec les exploitants agricoles sont donc précieuses, surtout dans un secteur où près de la moitié des terres est occupée par une végétation permanente (pré, bois). Le rôle joué par M. Hubert pour cette démarche a été important. En effet, les relations entretenues par ce dernier avec les agriculteurs dans le cadre de ses activités professionnelles l’ont amené à découvrir plusieurs ferriers.

78La région de Jublains a en outre fait l’objet d’une tentative d’enquête écrite. Un courrier a été envoyé aux mairies des communes situées dans un périmètre de 10 km autour de la capitale de cité. Cette démarche avait pour but de vérifier l’existence de ferriers dans les environs immédiats de Jublains, sites qui auraient pu être à l’origine des scories découvertes en ville. Le résultat de cette enquête a été très limité. Seules deux communes ont répondu et ont indiqué l’existence de sites sidérurgiques modernes ou contemporains (hauts fourneaux d’Aron et d’Hermet).

Vérification des indices

79Les indications fournies par les méthodes d’acquisition de données évoquées ci-dessus ne suffisent pas à cerner de manière précise les sites sidérurgiques. Leur localisation, leur caractérisation et leur datation passent par une vérification de terrain qui est la caution d’une cartographie fiable et permet une relative homogénéisation des données.

80Il ne s’agit pas à proprement parler de prospection, puisque les visites de terrain sont guidées par un indice. On parlera de vérification.

81La vérification au sol dépend en grande partie de la nature de l’indice. Chaque cas est particulier, en fonction du couvert végétal, de la situation de la parcelle concernée dans le quartier d’exploitation (proximité ou non d’une route ou d’un chemin) et de la présence d’une ferme. L’utilisation des photographies aérienne (Géoportail) est ici un outil précieux pour le prospecteur : elles fournissent un état récent du parcellaire, alors que les cartes au 1/25 000e n’ont parfois pas été remises à jour depuis les remembrements (1960-1970). La localisation est donc plus aisée sur les clichés aériens. En outre, ces photographies, identiques à celles reçues par les agriculteurs dans le cadre de la PAC, permettent aux informateurs potentiels de pointer de manière précise les informations qu’ils ont à fournir.

82Lorsque l’indice est issu de la microtoponymie, un extrait du plan cadastral a été imprimé pour permettre de localiser les anciennes limites parcellaires, bien souvent disparues, et ainsi de prospecter la parcelle concernée par le toponyme.

83Les vérifications au sol ont été effectuées par une équipe de deux à six personnes entre octobre 2004 et mars 2006, pour une durée totale d’environ 100 jours. M. Hubert a poursuivi les travaux, essentiellement en dehors de notre zone d’étude (région de Lavardin/La Bazoge et Cérans-Foulletourte) jusqu’en octobre 2007. L’attention a été portée exclusivement sur les vestiges sidérurgiques. Les parcelles n’ont pas été couvertes de façon systématique, en rangées parallèles, comme c’est le cas pour une prospection systématique sur sol nu (Ferdière 2006). En fonction de la visibilité, la vérification a porté sur l’ensemble du terrain, ou sur des zones où la visibilité était meilleure (pour le cas des chaumes ou des semis notamment). La part importante prise par les prairies dans cette région a nécessité l’adaptation des méthodes de prospection. Dans les prés, l’attention a été portée sur les taupinières, les talus et les tas d’épierrement. En cas de doute, des petits sondages ont été ouverts à la truelle pour vérifier la présence de scories sous l’herbe (en accord avec le propriétaire du terrain).

84Ces vérifications de terrain avaient plusieurs objectifs :

  • vérifier la présence réelle d’un site lié à la métallurgie du fer et le localiser de manière précise ;
  • le caractériser (extraction, réduction, post-réduction) ;
  • ramasser du mobilier en surface pour permettre une datation ;
  • collecter scories et minerai en vue d’analyses chimiques.

85Pour faciliter l’enregistrement de ces informations sur le terrain, un bordereau a été élaboré. Ce document devait permettre d’enregistrer les informations essentielles tout en laissant une certaine latitude pour l’intégration de site dont les caractéristiques n’avaient pas été envisagées lors du travail préparatoire. Une fiche de ce type a été complétée pour chaque indice visité. Les données recueillies ont fait l’objet de bilans annuels prenant la forme de rapports, accompagnés de fiches de déclarations de sites détaillées, auprès des SRA des Pays de la Loire et de Basse Normandie (Sarreste 2004b ; 2005 ; 2006b ; 2007b).

86Les forêts de Grande Charnie, Petite Charnie, des Andaines et de Bellebranche ont fait l’objet de visites, mais les méthodes développées en forêt de Sillé (infra p. 169) n’ont pu être appliquées à ces domaines boisés, faute de temps.

L'établissement des données

L'enregistrement

87Pour permettre un enregistrement précis, deux niveaux d’informations ont été distingués. Le premier est celui de l’indice. Il regroupe l’ensemble des informations recueillies par chacune des méthodes présentées ci-dessus (bibliographie, toponymie, photographies aériennes verticales, enquêtes orale et écrite, données du SRA et de l’archéologie préventive) auxquelles il faut ajouter les découvertes fortuites réalisées par M. Hubert. Pour chaque indice, une fiche a été enregistrée. Ce formulaire comprend l’ensemble des informations nécessaires à la vérification de l’indice (localisation, nature de l’indice, référence, précision de localisation et niveau de certitude) et un certain nombre d’informations sur la vérification (indice visité ? prospecté ? date de prospection, nombre de prospecteurs, conditions de visibilité, couvert végétal, existence d’un site).

88La base de données compte 863 fiches d’indice dans la zone d’étude. Parmi elles doivent être distinguées les découvertes fortuites réalisées au cours des vérifications ou celles, plus nombreuses, fournies par les travaux de M. Hubert antérieurs à cette étude (2000-2004). L’étude documentaire a fourni 685 indices. Dans de nombreux cas, les indices ne proviennent pas d’une seule méthode : il y a de nombreux recoupements.

89La valeur de ces informations est très inégale. La crédibilité et la précision de localisation de l’indice varient en fonction de la méthode qui l’a fourni. La bibliographie donne ainsi des indications attachées à un lieu-dit. Seule une information orale et une enquête sur place permettent de localiser le site. La toponymie est plus précise. Elle permet de limiter la vérification à une ou plusieurs parcelles. Enfin, la photographie aérienne localise de façon juste une zone à couvrir, correspondant en général exactement au site. Toutefois, la précision de localisation des indices n’est pas corrélée à leur crédibilité. Ainsi, la méthode la plus inégale est la toponymie. En fonction du microtoponyme, les chances de découvrir un site ne sont pas les mêmes. Remarquons qu’il en va de même pour la bibliographie, en fonction des auteurs, ou pour les photographies aériennes en fonction de la qualité de lecture sur le cliché. Cette notion de crédibilité, comme celle de localisation, ont été notées lors de l’enregistrement des indices.

90Un site a été enregistré seulement si l’indice a pu être vérifié sur le terrain ou si l’information a été considérée comme suffisamment sûre et bien localisée. La subjectivité entre donc en ligne de compte dans l’intégration d’un site au corpus. Doivent être distingués les sites provenant de la bibliographie de ceux issus des travaux de terrain.

91Un indice positif peut amener à la découverte d’un ou plusieurs sites. C’est pourquoi dès l’origine du travail l’enregistrement de ces deux niveaux a été séparé. La fiche de site comprend tous les éléments descriptifs propres à son identification et à son interprétation fonctionnelle et chronologique. Toutefois, la nature des sites enregistrés est diverse, d’une scorie piégée isolée découverte sur un talus jusqu’à un ferrier de plusieurs milliers de tonnes en passant par un ensemble de puits de mine. Les critères d’enregistrement des sites ont dû être adaptés à la réalité du terrain.

92Les sites les plus nombreux étant des sites à scories, la fiche prend essentiellement en compte les informations sur ce type de déchets (scories coulées, piégées, faciès dominant, présence de scories hétérogènes pouvant trahir la présence sur le site d’activités de post-réduction, laitier). Ces premiers paramètres permettent de déterminer à quel stade de la chaîne opératoire se trouve le site : réduction directe ou indirecte, post-réduction. La conservation des sites apporte des informations sur la présence ou non d’ateliers de réduction ou de forges sur place. Trois niveaux sont donc distingués : scorie isolée, dispersion ou ferrier. Pour les deux dernières catégories, l’emprise du site a fait l’objet d’un schéma positionnant le site par rapport aux limites parcellaires et fournissant les dimensions de l’emprise du site.

L'interprétation

93Les scories de réduction directe peuvent être isolées, dispersées ou en amas. En fonction des lieux et des techniques concernées l’interprétation de la quantité des déchets peut varier. Si un ferrier correspond toujours à un atelier de réduction directe, la signification de déchets isolés ou dispersés dépend essentiellement du contexte. Une scorie de réduction coulée, seule dans une zone de production reconnue n’a pas d’importance, alors que la même scorie dans une région où aucun site de réduction n’a été repéré jusqu’ici est notée car elle pourrait indiquer la proximité d’un site. De même, la présence de scories de réduction coulées dans un tas d’épierrement ou dans l’encaissement d’un chemin ne sera pas systématiquement enregistrée alors que des fragments de scorie piégée dans la même situation feront l’objet d’une fiche de site, car ce type de vestiges, beaucoup plus rare, indique de manière certaine l’existence d’un bas fourneau* sans écoulement de la scorie dans les parcelles alentours.

94La notion de dispersion est également subjective. À partir de quel seuil de densité peut-on parler de scories dispersées ou de ferrier ? Cette question n’a pas de réponse univoque. Cela dépend en fait des conditions de visibilité. Bien sûr les tas de scories de plusieurs mètres de hauteur conservés dans la forêt de Sillé ou les ferriers possédant encore quelque relief dans les parcelles labourées ne posent guère de doute. Par contre dans un pré, la découverte d’une dizaine de scories dans un petit sondage ou dans des taupinières assortie d’un microrelief peut permettre de présumer la présence d’un amas de scories et donc d’un atelier. Dans un chaume de maïs ou un semis de blé, la présence d’une vingtaine de scories par mètre carré a été prise comme seuil minimal pour l’enregistrement d’un site à scories dispersées. Quand les scories étaient jointives sur au moins quelques mètres carrés et que la terre conservait une coloration plus foncée que le reste de la parcelle, même si aucun relief n’était visible, un ferrier a été enregistré.

95L’interprétation de ces différents caractères est elle aussi sujette à discussion. Un site où ne subsistent que quelques scories dispersées ne peut être que le fruit de l’épandage de ces déchets en même temps que les fumures mais, dans certains cas, il pourrait s’agir d’un site de réduction modeste totalement détruit. La prospection ne permet pas de trancher. Quoi qu’il en soit, on peut supposer que ces scories proviennent d’un ferrier proche. L’interprétation de ces sites a donc été formulée de la façon suivante : « proximité d’un site de réduction directe du fer ».

96À l’opposé, les sites présentant une concentration de scories suffisante pour être jugés comme ferriers, mais n’ayant conservé aucun relief, peuvent signaler la présence d’un atelier de réduction sur place. Il pourrait également s’agir de tas rapportés pour l’empierrement des entrées de champ ou liés à la réutilisation plus ou moins ancienne des scories.

97Dans tous les cas, les ferriers ont été interprétés comme « site de réduction directe du fer ». On peut supposer que la part des sites interprétés ainsi de façon erronée compense celle des ateliers qui n’ont pas été pris en compte parmi les sites à scories dispersées (sans tenir compte ici de la localisation et d’éventuelles datations).

98En dehors de ces deux interprétations, plusieurs autres niveaux d’interprétation ont été proposés en fonction de la conservation du site ou des informations livrées par la documentation ancienne :

  • site lié à la métallurgie » : c’est le niveau le plus bas ; il a été utilisé pour qualifier les mentions bibliographiques anciennes pour lesquelles on ne peut spécifier ni le métal travaillé, ni le contexte de découverte. On peut supposer qu’il s’agit le plus souvent de fer, c’est pourquoi ces sites ont été retenus. Dans de rares cas les résidus métallurgiques ont été mis au jour dans des installations permettant de préciser le contexte (« métallurgie en contexte d’occupation rurale ») ;
  • l’interprétation comme « site lié à la métallurgie du fer » a été avancée lorsque des scories de fer ont été indiquées, sans que l’on puisse préciser la position de ces déchets dans la chaîne opératoire ni le contexte. Quand ce dernier est connu, il est précisé dans l’interprétation (« métallurgie du fer en contexte d’occupation rurale ») ;
  • site d’extraction du minerai de fer » ;
  • forge en contexte urbain » correspond uniquement à Jublains.

99Les étapes postérieures à la réduction n’ont été abordées dans ce travail qu’à travers l’exemple du site de Jublains et ne seront pas détaillées dans cette publication.

Bilan chiffré

100En tout, 484 sites ont été enregistrés. Les tableaux des figures 8 et 9, donnent la distribution de ces sites en fonction de leur conservation et de l’interprétation qui en a été faite. Le décalage entre les chiffres obtenus pour la conservation des sites et ceux de leur interprétation doit être expliqué. Ainsi, le nombre de ferriers enregistré est de 273, mais 282 sites ont été interprétés comme des sites de réduction directe. La différence s’explique par la découverte de gisements ne livrant en surface que quelques fragments de scories piégées (gouttelettes, ou grappe caractéristiques de la partie inférieure des blocs de scorie piégée). Ce type de site a été enregistré comme une dispersion mais interprété comme la marque de la présence d’un atelier de réduction sur place.

101De même, les scories piégées ont pu être enregistrées comme scorie isolée lorsqu’un seul individu a été repéré, entier ou fragmenté, mais aussi comme site à scories dispersées, quand plusieurs fragments ont été découverts seuls ou en présence de scorie coulée (cas très rares).

102Enfin, pour les sites d’extraction ainsi qu’une partie des sites mentionnés dans la bibliographie ayant livré des scories, on ne peut spécifier la conservation dans les termes employés pour les autres sites. Ceux-ci apparaissent donc dans la ligne « indéterminée » du tableau des conservations, mais leur interprétation est détaillée.

103Quarante-trois sites ayant livré des scories de fer indéterminées ont été enregistrés dans le Bas Maine. On ne peut pas spécifier leur place dans la chaîne opératoire et seulement dans de très rares cas leur chronologie. Ils ont été souvent inventoriés en se fondant sur des mentions anciennes de scories dont on ne connaît ni la quantité ni la position stratigraphique (rejet primaire, secondaire, remblai ?). Le plus souvent, l’identification de ces déchets comme résidus sidérurgiques relève déjà de l’interprétation, le métal n’étant que rarement spécifié dans les comptes rendus de fouille. Ces quelques sites ne feront pas, par la suite, l’objet de commentaire particulier.

Conservation

Nbre de sites

Scories dispersées

131

Ferriers

273

Scories isolées

22

Indéterminées

58

Total

484

Fig. 8 > Tableau des sites liés à la métallurgie du fer par la filière directe, enregistrés dans le Bas Maine en fonction de leur conservation.

Interprétation

Nbre de sites

Site de réduction directe du fer

281

Proximité d’un site de réduction directe du fer

143

Site lié à la métallurgie du fer

40

Site d’extraction du minerai de fer

7

Site lié à la métallurgie

6

Forge en contexte urbain

3

Métallurgie du fer en contexte d’occupation rurale

2

Métallurgie en contexte d’occupation rurale

1

Total

484

Fig. 9 > Tableau des sites liés à la métallurgie du fer par la filière directe dans le Bas Maine en fonction de leur interprétation.

104Si l’on se réfère au tableau des interprétations, on constate que 425 des 484 sites enregistrés pour cette étude sont liés à la phase de réduction du minerai. La production du métal est donc au centre de cette étude, les données concernant les étapes antérieures et postérieures étant encore très rares.

105Les données de M. Hubert, les découvertes fortuites réalisées au cours des prospections et les travaux effectués dans le cadre du PCR Sarthe ont amené à élargir le champ de recherches, soit pour compléter la vision d’une zone de production qui débordait de la zone étudiée ici (cas de la Ferrière-aux-Étangs ou du sud de la Mayenne), soit pour donner un contexte régional plus large aux découvertes faites dans le Bas Maine (zone de Lavardin/La Bazoge). La base de données informatique compte ainsi plus de 700 sites sidérurgiques, essentiellement liés à la phase de réduction. Ces sites supplémentaires, moins bien connus, ne seront pas intégrés ici à l’analyse spatiale ou chronologique faute de données précises, mais pourront apparaître à titre indicatif pour certains sujets (faciès technique des scories, extension des zones de production) en complément des 484 sites pris en compte pour cette étude.

La représentativité du corpus

Le problème de la récupération des scories

106Le processus de réduction directe est imparfait. Les scories produites par ce procédé contiennent encore en général du fer allié aux éléments issus de la gangue*. Ces déchets n’étaient pas réexploitables par la filière directe mais le sont devenus lors de l’apparition des hauts fourneaux. En conséquence, les ferriers anciens ont attiré l’intérêt des industriels de l’époque moderne pour l’approvisionnement des hauts fourneaux. Les scories étaient plus riches que certains minerais extraits dans la région et présentaient l’avantage de ne nécessiter aucun travail de profondeur, les ferriers étant immédiatement accessibles en surface. Les premiers témoignages de récupération de scories apparaissent dans notre région au début du xixe siècle dans le récit du naturaliste manceau L.-J.-C. de Maulny (1806). Dans son récit ce dernier se réfère à un ouvrage de De Launay daté de 1803 qui montre que l’utilisation des scories comme minerai dans les hauts fourneaux a déjà commencé (De Launay 1803). Dans les années qui suivent, plusieurs textes mentionnent cette récupération, notamment dans les écrits de M. Hédin (1913-1914 : 297-298 ; ADS 8S6). Comme dans d’autres régions de production ancienne du fer, les récupérations semblent s’accentuer à partir des années 1870, époque à laquelle la France a perdu le bassin minier lorrain et cherche partout des ressources en minerai. Ce phénomène atteint son apogée dans la première décennie du xxe siècle.

107On possède un témoignage iconographique de ces récupérations. Il s’agit d’une carte postale représentant une « carrière de minerai de fer » sur la commune de Lignières (Mayenne) (fig. 10). On y voit clairement les ouvriers munis de fourche et posant devant la coupe d’un ferrier. Au second plan se trouve un wagonnet servant au transport des scories. La date d’émission du timbre indique que cette vue est antérieure à 1907. Ce type de document n’est pas exceptionnel en France. On en connaît au moins trois autres en Puysaie (Bouthier 1982 :141 ; Bouthier et al. 1987 :253, fig. 1 ; Mangin 2004 :187, fig. 5). Pour cette région on possède également des photographies montrant des chantiers, notamment celles publiées par F. Chapat (1981 : 65 et 69). Enfin, on peut signaler le cliché du grand ferrier du Domaine des Forges (Les Martys, Aude), dont les scories ont été récupérées pour servir de fondants dans le traitement du minerai aurifère de la mine de Salsigne (Domergueet al. 1993 : 22).

Fig. 10 > Carte postale datée de 1905 environ montrant la récupération d'un ferrier situé sur la commune de Lignières-Orgères (Mayenne). [Archives de la Mayenne 5 Fi 123\23]

108Cette carte postale s’inscrit dans une courte série de documents du même type mise en évidence par M. Hubert dans le département de l’Orne. En effet, trois autres cartes concernant la seule commune de Glos-la-Ferrière (Orne) représentent la récupération de scories (fig. 11 à 13). Cette dernière localité est connue pour être le siège du métier des ferrons durant tout le Moyen Âge (Arnoux 1993). Il serait tentant de lier les très importants ferriers visibles sur ces cartes postales à cette activité. Malheureusement, les données archéologiques font encore défaut.

Fig. 11 > Carte postale datée de mars 1907 montrant la récupération d’un ferrier à Glos-la-Ferrière (Orne). On remarque au premier plan l'utilisation de machines à vapeur. [Communication personnelle M. Hubert]

109Les cartes postales et les documents présentés ici grâce aux travaux de M. Hubert montrent l’importance de la récupération des scories dans la région. Malheureusement, on ne possède pas de données chiffrées pour donner une évaluation du volume de déchets emportés. Un document permet néanmoins de se rendre compte de l’ampleur de la disparition des scories. Dans sa monographie de la commune de Saint-Denis-d’Orques (Sarthe), V. Gomer signale l’existence d’un amas de scories de 7 ha de surface dans la parcelle dite de La Minière des Chartreux (Gomer 1935, supra p. 24). Il situe précisément la parcelle concernée, immédiatement à l’ouest du Bourg. Il ne reste plus dans cette parcelle que des ferriers nivelés, au nombre de six (sites du domaine des Chartreux 1 à 6 : 72 278.09 et 17 à 21). La concentration des ferriers sur cette parcelle rend bien compte de l’importance de ce site pourtant quasiment disparu. De même, le ferrier en cours de démontage sur le cliché de la carte postale de Lignières est haut d’environ 4 m et semble constitué de plusieurs tas jointifs de même importance. Or ce site n’a pas été retrouvé sur la commune, malgré une enquête orale auprès des habitants. Certains sites importants ont ainsi totalement disparu. À l’échelle de notre zone d’étude, ce sont plusieurs milliers de tonnes qui manquent à l’évaluation de la production ancienne.

Fig. 12 > Carte postale datée de septembre 1906 montrant la récupération d'un ferrier à Glos-la-Ferrière (Orne). [Communication personnelle M. Hubert]

Fig. 13 > Carte postale datée de décembre 1907 montrant la récupération d'un ferrier à Glos-la-Ferrière (Orne). On remarque l'utilisation de machines à vapeur. [Communication personnelle M. Hubert]

110La part prise par l’industrie moderne et contemporaine s’ajoute bien évidemment à la réutilisation, dès l’origine de la métallurgie du fer, des scories de réduction pour l’empierrement des voies et chemins ou en remblai pour l’assainissement. Cette récupération n’a pas cessé et certains ferriers sont toujours exploités par les agriculteurs pour l’empierrement des entrées de champs ou des cours de fermes.

La représentativité spatiale

111Malgré la systématisation des recherches documentaires et la vérification au sol, on peut s’interroger sur la réelle signification du corpus réuni. Cette question présente en fait plusieurs facettes. Le nombre de sites enregistrés varie énormément en fonction des étapes de la chaîne opératoire. Les sites d’extraction du minerai de fer n’ont été notés que de façon très exceptionnelle en raison de leur grand nombre et de la difficulté de les définir sur le terrain. On verra dans le traitement des données que de grands secteurs miniers ont été définis pour pallier cette lacune. À l’autre extrémité de la chaîne, les sites de post-réduction sont souvent difficiles à cerner. Ils laissent le plus souvent peu de traces et ne peuvent être mis en évidence que lors de fouilles extensives d’habitat ou la réalisation de diagnostics sur de vaste surface. Ce genre d’opération n’a pas encore eu lieu dans la zone d’étude et on ne peut pas encore réellement établir une cartographie de ce type de site. Les forges de Jublains restent le seul site de post-réduction pour lequel nous possédons suffisamment de données pour permettre une interprétation (Sarreste à paraître a). En fait, ce sont les sites de réduction qui sont les mieux représentés. On a déjà vu que l’ensemble des méthodes de recherches documentaires les privilégie nettement. Leur volume, leur couleur, l’intérêt que leur ont porté industriels et agriculteurs depuis le début du xixe siècle sont autant d’éléments expliquant leur surreprésentation dans le corpus.

112Toutefois, ce phénomène ne doit pas laisser imaginer que nous possédons un inventaire complet des sites de production ayant existé dans le Bas Maine. De nombreux sites ont disparu. Outre le rôle des récupérations intervenues dès l’époque antique (au moins) et jusqu’à la période contemporaine, d’autres facteurs peuvent être avancés.

113Comme nous l’avons vu, le Bas Maine est une région où la couverture végétale constitue un obstacle majeur à la perception des sites archéologiques. Si l’on se fie aux données fournies par la base Corine Land Cover établie par l’IFEN, on peut définir les principaux contextes de découvertes des sites sidérurgiques du Bas Maine. La projection des données obtenues montre que la découverte des sites n’est pas réellement influencée par le type d’occupation du territoire (fig. 14). On aurait pu s’attendre à ce que les sites découverts dans les terrains régulièrement labourés soient mieux représentés par rapport à la surface occupée par ces terres. Ce n’est pas le cas. Les terrains couverts de manière permanente ou semi-permanente sont même des terrains privilégiés pour la découverte de sites sidérurgiques. L’anomalie visible pour les forêts s’explique en partie par les opérations de prospections réalisées en forêt de Sillé. On constate, cependant, une bonne représentativité du corpus de site. La végétation ne peut donc pas être retenue comme un véritable critère pouvant gêner la perception de la répartition générale des sites sidérurgiques de la région. Toutefois, dans le détail, des sites couverts par des prairies ou des landes ont pu plus facilement échapper aux recherches et lorsqu’ils ont été repérés, leur caractérisation a été plus délicate (conservation, forme, dimension, datation).

114La seconde difficulté pouvant entraîner une oblitération dans la perception de la répartition des sites anciens de production du fer est liée aux phénomènes géomorphologiques. Comme tous les sites archéologiques, les sites sidérurgiques ont pu être détruits par l’érosion ou recouverts par des sédiments emportés par celle-ci (colluvions) ou par un cours d’eau (alluvions). Nous possédons deux exemples de ce type sur la commune de Cossé-en-Champagne (Mayenne). Le site de La Bésiguière 1 (53 076.09) a été découvert par M. Hubert dans la coupe d’un ruisseau aménagé. Des plaques de scories en cordons ont été localisées sur environ 50 cm d’épaisseur sous une couche de terre de 40 cm. Au lieu-dit Bellevue/Le Petit Varenne (53 076.11), M. Morand a découvert sur son terrain un important niveau de scories à plus de 80 cm de profondeur. Ce site se trouve dans le lit majeur de la rivière Le Treulon, affluent de l’Erve. Ce cours d’eau est connu pour ses crues. Celles-ci ont recouvert le ferrier implanté sur la rive. Si ces deux sites ont pu être repérés, c’est grâce au hasard. Il est impossible de définir la part des sites localisés en bas de pente et qui sont actuellement invisibles. Pour ce qui est de l’érosion, le phénomène est sans doute moins sensible pour les sites de réduction que pour les autres gisements archéologiques. Même si les ferriers peuvent subir un étalement dû au glissement des sédiments (solifluxion), cela ne gênera pas leur identification. Toutefois, la récupération des scories combinée à ce dernier phénomène peut sans doute rendre difficile la spécification du site (ferrier ou dispersion).

115Les chances de découvertes sont également plus importantes pour les sites les plus grands. Il est évident qu’un ferrier n’a été noté dans la toponymie locale ou dans une monographie communale – ou toute autre recherche ancienne – que s’il était suffisamment important. De même, la photographie aérienne ne permet de percevoir que les sites dont le diamètre dépasse 10 m et dont la couleur sombre est encore marquée (certains ont pu être confondus avec des taches de brûlage). Ces « effets de source » amènent naturellement à la découverte et à l’enregistrement des plus grands sites au détriment des ferriers les plus modestes, plus sensibles à l’érosion et à la disparition.

Fig. 14 > Graphique montrant la répartition des sites sidérurgiques enregistrés en fonction du type d'occupation du sol (comparaison établie en fonction de la part de la surface de la zone d'étude occupée par les différentes catégories).

116La systématisation des recherches et la vérification sur le terrain de près des deux tiers des indices permettent de prétendre à une relative exhaustivité. On peut supposer que la plupart des sites visibles ou connus par les mentions anciennes a été inventoriée. En outre, la localisation des sites a été aussi précise que possible, ce qui autorise une étude fine de leur répartition. Toutefois, la cartographie de ces sites n’est qu’une image déformée de ce qui a pu exister.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Contour de la zone d’étude, correspondant dans les grandes lignes à celui du Bas Maine (d’après Musset 1917) et la cité des Diablintes (d’après Naveau 1995).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 2 > Carte géologique simplifiée de la zone d’étude, d'après la carte du BRGM au 1/1000 000e.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 707k
Légende Fig. 3 > Carte des altitudes de la région.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 4 > Localisation des lieux évoqués dans le paragraphe précédent.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 5 > Carte des principaux cours d'eau.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 6 > Carte des principaux massifs forestiers d’après le fond Corine Land Cover de l'IFEN. 1. Forêt de Grande Charnie ; 2. Forêt de Petite Charme-, 3. Bois des Vallons ; 4. Forêt de Sillé ; 5. Bois d'Hermet ; 6. Forêt de Bourgon ; 7. Forêt de P ail-, 8. Forêt de Multonne ; 9. Forêt de Perseigne ; 10. Forêt d’Écouves ; 11. Forêt de Monnaie ; 12. Forêt de la Motte ; 13. Forêt d'Andaines ; 14. Forêt de Mayenne ; 15. Bois de La Gravelle ; 16. Forêt du Pertre.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Fig. 7 > Couverture du territoire en l'an 2000 (d'après fonds Corine Land Cover).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 10 > Carte postale datée de 1905 environ montrant la récupération d'un ferrier situé sur la commune de Lignières-Orgères (Mayenne). [Archives de la Mayenne 5 Fi 123\23]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Fig. 11 > Carte postale datée de mars 1907 montrant la récupération d’un ferrier à Glos-la-Ferrière (Orne). On remarque au premier plan l'utilisation de machines à vapeur. [Communication personnelle M. Hubert]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 12 > Carte postale datée de septembre 1906 montrant la récupération d'un ferrier à Glos-la-Ferrière (Orne). [Communication personnelle M. Hubert]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 13 > Carte postale datée de décembre 1907 montrant la récupération d'un ferrier à Glos-la-Ferrière (Orne). On remarque l'utilisation de machines à vapeur. [Communication personnelle M. Hubert]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 14 > Graphique montrant la répartition des sites sidérurgiques enregistrés en fonction du type d'occupation du sol (comparaison établie en fonction de la part de la surface de la zone d'étude occupée par les différentes catégories).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/13292/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search