Version classiqueVersion mobile

La sidérurgie antique dans le Bas Maine

 | 
Florian Sarreste

Introduction

Texte intégral

1Dès le xixe siècle, le premier recensement des sites métallurgiques anciens dressé par A. Daubrée à l’échelle nationale, mentionnait les départements de la Sarthe et de la Mayenne (Daubrée 1868 : 307-309). Toutefois, au contraire de certaines régions sidérurgiques connues, comme le Berry, la Puisaye ou le Jura Suisse, ces départements n’ont pas fait alors l’objet d’une étude. Les mentions de scories se sont retrouvées dispersées dans des dizaines d’ouvrages, notes et autres articles. Il a fallu une découverte exceptionnelle pour les sortir de l’oubli (Bouvet 2001a ; 2001b).

2Il y a maintenant un peu plus de dix ans, les travaux archéologiques préventifs menés sur le tracé de l’autoroute A28, au nord du Mans, ont permis la mise au jour d’un ensemble de sites sidérurgiques (Bouvet 2001b ; Dunikowski, Cabboï 2001 ; Cabboï et al. 2007). Ces recherches ont révélé l’ancienneté et la pérennité de cette activité, du début de la période de Hallstatt à l’époque romaine et même jusqu’à l’époque contemporaine pour les mines de fer (Gallien, Langlois 2001). Les vestiges étudiés fournissaient, pour la première fois, des informations sur les techniques utilisées dans l’ouest de la France, ébranlant ainsi les idées acquises sur l’implantation et la diffusion de la métallurgie du fer sur le territoire national. L’apport inestimable de ces découvertes se trouvait néanmoins limité par leur emprise. L’essentiel se concentrait en effet sur un tracé étroit et d’à peine plus de 10 km de longueur.

3Les ateliers de La Bazoge (Sarthe) constituent une référence incontournable et leur étude est toujours en cours. Parallèlement, les recherches menées par J.-B. Vivet en Ille-et-Vilaine ont permis d’établir les grandes lignes de l’évolution de la production sidérurgique pour cette partie de la Bretagne (Vivet 1997 ; 2001 ; 2007 ; Vivet et al. 2003). Le département de la Mayenne se situe entre ces deux secteurs. Les découvertes réalisées lors des fouilles de la capitale antique de la cité des diablintes, Jublains-Noviodunum, laissaient présager d’une forte activité sidérurgique (présence de scories de forge mais aussi de réduction* du minerai de fer) (Bocquet 2002).

4L’évaluation du potentiel archéo-métallurgique de la Mayenne a fait l’objet d’un mémoire de DEA qui avait pour but d’esquisser une première carte des sites de réduction autour de l’agglomération antique de Jublains (Sarreste 2004a). Les dépouillements bibliographiques et les données du Service Régional de l’Archéologie (SRA) ont surtout mis en évidence l’absence de recherches sur ce sujet. Heureusement, M. Hubert, a commencé, dès 2000, à inventorier les sites à scories. Ces précieux travaux inédits, menés en dehors des cadres de recherches classiques, ont servi de base à la présente étude. Ce premier inventaire mettait en lumière l’abondance des vestiges de la production ancienne du fer dans la région.

5La plupart des sites de réduction directe* ne livrent que rarement du mobilier céramique. La datation par défaut est celle du processus technique qui les a produits. La technique de réduction directe du fer apparaît dans notre région dans les premiers temps de la période de Hallstatt (viiie siècle av. J.-C.) et perdure au moins jusqu’à l’implantation des premiers hauts fourneaux, intervenue ici à l’extrême fin du xve siècle (Belhoste, Bouvet 2003 ; Belhoste, Robineau 2003 : 60). Les résidus laissés par les sites de réduction du minerai de fer au cours de ces 2300 ans présentent de fortes similarités. Même si certaines caractéristiques peuvent parfois permettre de définir des grandes familles, ces classes n’ont pas toujours de signification chronologique. Les sites enregistrés dans cette étude sont donc susceptibles d’être datés du premier Âge du fer au bas Moyen Âge, voire du début de l’époque moderne. C’est donc une période chronologique très vaste qui est couverte même si c’est la période romaine qui est régionalement la mieux renseignée. Le propos est donc centré sur l’Antiquité. Les données acquises seront confrontées aux observations faites sur le reste du territoire national. Dans cette démarche, l’ensemble des facteurs techniques, sociaux, économiques et environnementaux liés à la production du fer à partir des matières premières naturelles sera abordé.

6Cette étude s’inscrit, en cela, dans la lignée des programmes de recherches menés depuis les années 1980 sur la sidérurgie ancienne en France et plus largement en Europe de l’Ouest (Dieudonné-Glad 1991 ; Mangin et al. 1992 ; Pelet 1993 ; Serneels 1993 ; Leroy 1997 ; Eschenlohr 2001). Les méthodes archéologiques et archéométriques utilisées sont en grande partie issues de ces programmes et ne seront pas développées ici (voir Domergue, Leroy 2000a ; Mangin 2004). Les termes techniques, suivis d’un astérisque, sont définis dans le glossaire fourni en fin d’ouvrage.

7L’objectif de cette recherche est de mettre en évidence l’important potentiel sidérurgique d’une région qui ne bénéficie que de très rares mentions historiques sur ce sujet. Seule l’archéologie et les disciplines qui lui sont rattachées, regroupées sous le terme d’archéométrie, sont aptes à fournir les données nécessaires à la compréhension de la production du fer sur le temps long. Cette étude mêle pour cela recherches documentaires, travaux de terrain et données de laboratoire. Ces dernières seront intégrées au texte et serviront à la construction du discours historique.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search