Version classiqueVersion mobile

La sidérurgie antique dans le Bas Maine

 | 
Florian Sarreste

Remerciements

Texte intégral

1Mes premiers remerciements vont à A. Ferdière et à N. Dieudonné-Glad : A. Ferdière a accepté de m’encadrer depuis la maîtrise et m’a fait profiter de ses conseils nombreux et avisés et de son expérience ; N. Dieudonné-Glad m’a initié à l’étude des vestiges sidérurgiques et m’a introduit dans le petit monde des spécialistes de la sidérurgie ancienne. Je leur suis, à tous deux, infiniment reconnaissant.

2Cette thèse a été préparée dans le cadre du Laboratoire Archéologie et Territoires, au sein duquel j’ai appris et je me suis formé à la recherche. Que tous les membres du LAT soient ici remerciés.

3Les pages qui suivent n’auraient sans doute pas le même poids, ni la même richesse de détails sans l’apport d’un passionné, M. Hubert, qui depuis maintenant près de dix ans sillonne le Maine à la recherche de scories*. Il a participé à chaque étape de la réalisation de ma thèse. Je lui dois beaucoup et je le remercie.

4La recherche dont les résultats sont présentés dans cet ouvrage n’a pas été menée de manière isolée : elle a été intégrée à deux programmes collectifs et a reçu le soutien financier et matériel du ministère de la Culture (SRA Basse-Normandie et Pays-de-la-Loire), de trois départements (Mayenne, Orne, Sarthe), d’une communauté de communes (celle du Pays de Sillé), du syndicat du pays de Haute Sarthe et de deux entreprises mécènes (la SAUR et la SOGEA). De très nombreuses personnes ont donc été impliquées dans ce travail et je commence par remercier ceux que j’aurais pu oublier dans les paragraphes qui suivent.

5Mes remerciements vont en particulier B. Mandy, F. Fichet de Clairfontaine et G. San Juan qui ont accordé les autorisations administratives assorties de subventions nécessaires aux travaux de terrain ainsi qu’à l’édition de ce travail de thèse.

6Je tiens également à exprimer toute ma reconnaissance à J. Naveau, A. Bocquet, E. Madigand, E. Paillot et S. Morin du service Patrimoine du conseil général de la Mayenne, qui m’ont accueilli à Jublains. Ils ont en outre mis à ma disposition un hébergement qui a servi de base de prospection et m’ont ouvert les portes du dépôt archéologique départemental.

7Toute ma gratitude va à K. Gruel, co-responsable du PCR sur la Sarthe, qui m’a accueilli au sein de son équipe et a encouragé la réalisation de la fouille du site de Roche Brune.

8J’ai également bénéficié des moyens techniques du CAPRA, auquel j’ai été intégré après ma thèse. C’est dans les locaux de cette association que la présente publication a pu voir le jour. Je remercie mes collègues d’Allonnes pour leur accueil et leur disponibilité.

9D. Béziat et M.-P. Coustures m’ont reçu dans le cadre de l’ACI « histoire de la métallurgie » dans les locaux du LMTG du CNRS à Toulouse. Certains passages de cette thèse doivent beaucoup aux conversations que j’ai partagées avec eux durant mes séjours toulousains. Merci à tous les deux.

10J’ai également bénéficié, grâce à N. Dieudonné-Glad, d’un accès aux locaux et à l’appareillage du LMPM de l’ENSMA. Je remercie les responsables de cette équipe d’avoir permis à un archéologue d’entrer chez les ingénieurs. Ma reconnaissance va notamment à M. Jouiad et J. Cormier qui ont accepté de donner de leur temps pour simplifier mon séjour et m’ont fourni l’accès à des outils auxquels je n’aurais pu prétendre (analyses EDS-MEB par J. Cormier).

11C’est bien entendu les travaux de terrain qui ont mobilisé le plus de personnes et de partenaires. Les trois campagnes de prospections ont reçu le soutien financier des conseils généraux de la Mayenne, de la Sarthe et de l’Orne. J’ai déjà exprimé ma reconnaissance envers l’équipe de Jublains ; celle-ci va également aux services départementaux du patrimoine de la Sarthe (H. de Colombel et B. Séchet) et de l’Orne. Le conseil général de la Sarthe a également participé au financement de la fouille du site de Roche Brune. Celle-ci n’aurait par ailleurs sans doute pas pu être réalisée sans le soutien de M. Quillet, président de la communauté de communes du Pays de Sillé, et de son chargé de mission, P. Mahouet. Ce sont eux qui m’ont introduit auprès des autres partenaires locaux de cette opération : J.-M. Laborde, gestionnaire de la cité scolaire P. Scarron qui nous a accueilli durant deux étés, A. Roquet pour la SAUR, N. Potier pour le syndicat du Pays de Haute Sarthe, M. Lemonnier pour la SOGEA. Je les remercie tous de leur aide et de leur patience.

12Mes remerciements vont également à tous les bénévoles qui ont participé à cette aventure. Je vais tenter de tous les citer : Hicham Abou Chabana, Wael Abu-Azizeh, François Airaud, Julie Alard, Julie Anctil, Samy Ataya, Alix Baëtens, Sylvie Barrier, Cécile Bébien, Sophie Bédanne, Cécile Bertin, Mathilde Bertrand, Pierre Bodet, Coralie Branchu, François Capron, Justine Cartieri, Élie Castagnet, Carole Chaigneau, Sébastien Chauvin, Laureline Cinçon, Marie-Denise Dalayeun, Pierre Dabek, Clarisse Delage, Marion Delannoy, Estelle Delmas, Manoël Derenne, Louis De Weyer, Aurélien Dordes, Arthur Enoch, Elise Fécamp, Alexandra Finet, Caroline Font, Camille Grandjean, Jonas Jacquel, Étienne Jaffrot, Nadège Jouannet, Thomas Lafosse, Marie Lagrange, Emmanuel Le Gemble, Benjamin Lefèvre, Océane Lierville, Yann Lozahic, Coraline Luzet, Flore Marteaux, Chloé Martinier, Sarah Mercier, Laëtitia Noël, Pauline Nuviala, Jean-Charles Oillic, Marine Pajon-Héron, Pierre Papin, Maryse Parisot, Benoît Pescher, Chloé Poirier-Coutansais, Emeline Quilez, Alexandre Régnard, Christine Rimbert, Emilie Roux, Grégory Salomé, Jean-Claude Sarreste, Jocelyn Sarreste, Samira Torki, Jessica Vinsonnaud, Anaëlle Weiss et Suzie Wu.

13Mes pensées vont bien sûr à ma famille qui, depuis plusieurs années, soutient et participe à mes biens étranges occupations. Pour finir, je voudrais remercier mes amis pour leurs encouragements et pour m’avoir accompagné sur les sentiers parfois sinueux de la thèse.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search