Version classiqueVersion mobile

L’école des sages-femmes

 | 
Nathalie Sage Pranchère

Annexes

Texte intégral

Annexe 1 - Tableau récapitulatif des modalités de formation obstétricale par département (1790-1917)

Département

Récapitulatif des modalités de la formation

Ain

Cours fondé par arrêté du 7 ventôse an xii, en fonctionnement jusqu’à l’an xiii. Envois à Paris, puis recréation en 1818 d’un cours ouvert à Bourg-en-Bresse en 1819. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (hospice de Bourg-en-Bresse, puis bâtiment indépendant), avec un internat.

Aisne

Cours existant au début de la Révolution (1790-1791). Projet sans suite en l’an iv-an v. Envois à Paris, puis ouverture d’un cours à l’hospice civil en 1832. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (Hospice civil de Laon) avec un internat.

Allier

Cours à Moulins sous la Révolution, interrompu à une date indéterminée. Demandes de rétablissement du cours entre l’an xii et l’an xiv. Envois à Paris, puis rétablissement d’un cours à Moulins entre 1819 et 1821. Envois d’élèves à Clermont-Ferrand dans la deuxième moitié du siècle.

Basses-Alpes

Création d’un cours à Digne en 1835 mais fermeture de l’école en 1838, après refus du jury médical de recevoir plus longtemps des jeunes femmes sans formation pratique. À partir de 1865, création de bourses d’élèves sages-femmes à l’école d’accouchement de Marseille.

Hautes-Alpes

Cours ouvert à Gap par arrêté du 4 frimaire an xi (fermé entre 1806 et 1809). Entretien parallèle de deux élèves par an à l’Hospice de la Maternité de Paris. Envois à Grenoble à partir de 1821.

Alpes-Maritimes

Cours professé à Sospel en l’an xii -an xiii. Aucun cours n’est mis en place après la réunion du département en 1860, aucune élève boursière n’est envoyée hors du département.

Ardèche

Arrêté du 12 septembre 1807 fondant un cours censé ouvrir à Aubenas le 1er septembre 1808 (non tenu). Envoi des élèves à Paris jusqu’en 1818, puis Bourges jusqu’en 1837, puis Paris.

Ardennes

Envois d’élèves à Paris à partir de l’an xii.

Ariège

Cours à Pamiers sous l’Ancien Régime, non maintenu sous la Révolution. Création à l’hospice de Pamiers en 1809 (règlement du 1er septembre 1809). Réorganisation du cours (arrêté préfectoral du 17 janvier 1838). Suppression en 1916.
Cours hospitalier (Hospice de Pamiers) avec un internat (1878).

Aube

Cours à Troyes sous l’Ancien Régime, interrompu à la Révolution. Envois (irréguliers) à Paris à partir de 1807, réguliers de 1816 à 1835. Cours semi-officiel entre l’an ix et 1814, repris en 1816, officialisé en 1835. Suppression en 1859. Reprise des envois à Paris.
Cours hospitalier (Hôtel-Dieu-le-Comte à Troyes) avec internat.

Aude

Cours à Carcassonne sous l’Ancien Régime, interrompu dans les années 1790. Envois d’élèves à Paris, puis à Montpellier (à partir de 1819 jusqu’à la fin du siècle).

Aveyron

Cours en 1792, puis interruption. Cours fondé à Rodez par l’arrêté du 7 pluviôse an vi, maintenu de façon semi-officielle jusqu’à la réorganisation de 1813. Suppression en 1847. Envois d’élèves à Montpellier. Rétablissement du cours le 1er novembre 1859. Suppression en 1867. Envois à Lyon à partir de cette date. Recréation d’une école en 1917. Établissement indépendant sans internat au xixe siècle.

Bouches-du-Rhône

Cours sous l’Ancien Régime. Pendant la décennie 1810, envois à Paris (de la part des hospices). Arrêté réglementaire pour la création d’un cours à Marseille approuvé le 27 juillet 1813 par le ministre de l’Intérieur, revu en 1818 et de nouveau approuvé par le ministre le 3 juillet 1818 (Hôtel-Dieu, section de la maternité). Faute de fonds, l’établissement n’ouvre qu’en 1822. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (Hospice de la maternité de Marseille) avec internat.

Calvados

Cours à Caen sous l’Ancien Régime, maintenu de façon semi-officielle sous la Révolution, puis réorganisé par l’arrêté du 29 novembre 1809, approuvé par le ministre de l’Intérieur. En parallèle, envoi d’une élève par an à Paris à partir de 1807, puis de deux, à partir des années 1820 jusqu’en 1852. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (Hospice des malades de Caen) avec internat pour les élèves boursières.

Cantal

Envois à Paris à partir de l’an xii jusqu’en 1812, reprise en 1818 et à partir de 1834, envoi d’élèves à Tulle. Maintien par ailleurs d’un envoi à Paris, comme année de perfectionnement pour la meilleure élève sortant de Tulle (jusqu’en 1846). À partir de 1845, envois à Clermont-Ferrand (sauf quelques cas exceptionnels à Paris et Montpellier).

Charente

Cours à Angoulême de l’an vii (arrêté du 12 ventôse) à l’an xi (au moins). Après une interruption pendant laquelle des élèves sont envoyées à Paris, cours recréé par l’arrêté du 23 février 1813 (approuvé par le ministre). Suppression en 1852 puis envois d’élève à Toulouse (jusqu’en 1859) puis à Bordeaux.
Cours hospitalier (hospice général d’Angoulême) avec internat pour les élèves boursières.

Charente-Maritime

Cours fondé à La Rochelle en 1806, régularisé en 1813. Suppression du cours en 1888. Les élèves du département vont à Bordeaux par la suite (mais sans bourse).
Établissement indépendant avec internat (pour les boursières à partir de 1840 et les internes payantes à partir de 1850).

Cher

Cours créé à Bourges en 1818. L’établissement rayonne sur plusieurs départements : Corrèze (1818 à 1820) ; Creuse (1823-1828) ; Ardèche (1818-1836) ; Indre (1818-1836). Suppression en 1836. Envoi des élèves à Paris.
Établissement indépendant avec internat.

Corrèze

Cours sous l’Ancien Régime, interrompu puis cours en l’an x. Envois à Paris à partir de l’an xi et, en plus, à Bourges de 1818 à 1820. Créations de cours d’arrondissement : Tulle (1827), Meymac (1828), Brive (1829). Fondation de l’école départementale en 1834. Suppression en 1895. Envois d’élèves à Bordeaux à partir de cette date.
Établissement indépendant avec internat (1834).

Corse

Médecin chirurgien désigné pour faire un cours par arrêté du 24 vendémiaire an xiv (sans suite). Cours théorique existant dans les années 1810 (sans précision) et interrompu avant 1819. Cours fondé à Bastia en 1852. Suppression en 1860. Aucun envoi hors du département.
Cours hospitalier.

Côte-d’Or

Continuité parfaite du cours à Dijon avec l’Ancien Régime hormis une brève interruption (an iv-an v). Reprise en l’an vi (arrêté du 18 ventôse) jusqu’en 1809. Interruption faute de fonds avant réouverture en 1812. Le cours est réorganisé en 1821 (création d’une maternité). Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (bâtiment particulier à partir de 1845) avec internat partiel (1845).

Côtes-du-Nord

Cours à Saint-Brieuc sous l’Ancien Régime, brièvement interrompu en 1791 puis repris (sous forme fixe ou itinérante) jusqu’en l’an v. Envois d’élèves à Paris à partir de 1807.

Creuse

Envois à Paris à partir de l’an xii, puis à Bourges de 1823 à 1828. Reprise des envois à Paris puis envois à Montpellier à partir de 1876.

Dordogne

Cours à Périgueux de 1792 à l’an v. Envois à Paris dès l’an x jusqu’en 1873 puis à Bordeaux.

Doubs

Cours à Besançon jusqu’en 1790, puis brève reprise entre l’an vii et l’an ix. Un nouveau cours, voté en 1809, approuvé par le ministre en 1812, n’est finalement organisé qu’en 1819 avec adjonction d’une salle de maternité. Cours maintenu en 1917.
Établissement indépendant (maison de refuge de Bellevaux) avec internat.

Drôme

Envois réguliers d’élèves à Paris dès l’an x, transférés à Bourg-en-Bresse à partir de 1836 jusqu’en 1894, puis envois à Lyon. Quelques envois ponctuels à Grenoble dans les années 1840-1850.

Eure

Annonce d’un cours à Évreux à partir du 1er juin 1807 (sans suite pérenne apparente). Envois à Paris.

Eure-et-Loir

Création d’un cours à Chartres le 27 brumaire an x, supprimé en 1814, puis rétabli en 1820. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (hospice de Chartres) sans internat.

Finistère

Projet d’établissement d’un cours à Brest en l’an xiii (sans suite). Nouvelle création en 1816. Suppression en 1827. Envois à Paris puis, à partir de 1839, à Lorient. Rétablissement d’un cours à Brest en 1854. Cours maintenu en 917.
Cours hospitalier (hospice civil de Brest) avec internat (1854).

Gard

Cours semi-officiel à Nîmes à partir de l’an vii, officialisé en l’an ix et poursuivi jusqu’en 1806. Quelques envois à Paris à partir de l’an xiii. Nouvelle création en 1827, suppression officielle en 1850, concrète en 1868. Rétablissement en 1883. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (hospice d’humanité) sans internat.

Haute-Garonne

Existence d’un cours à Toulouse en 1792, interrompu à une date inconnue. Nouveau cours à partir de l’an xi, réorganisé en 1808. Suppression de l’internat des élèves en 1893. Cours non maintenu en 1917 (peut-être supprimé dès la décennie 1890).
Cours hospitalier (hospice Saint-Jacques puis hôpital de la Grave) avec internat (1809).

Gers

Cours à Auch sous l’Ancien Régime et jusqu’au début des années 1790. Cours privé à partir de l’an xi, semi-officiel à partir de 1807 mais ne bénéficiant jamais d’une organisation approuvée par le ministre. Suppression en 1839. Envois à Toulouse.
Cours indépendant (maison départementale de secours), sans internat.

Gironde

Continuité entre l’Ancien Régime et la période suivante. L’administration du département renouvelle en 1791 sa mission à Marguerite Coutanceau (cours semi-itinérant et bordelais jusqu’en l’an viii). Réorganisation en 1816, 1817 au sein de l’école d’accouchement. Réforme en 1849 qui lie plus étroitement école d’accouchement et hospice de la maternité jusqu’à la réunion en 1854 de tous les enseignements à l’hospice de la maternité. Lors de la réforme de 1893, l’école de Bordeaux obtient le droit de faire exception par décret ministériel du 25 juillet 1895. Cours maintenu en 1917.
Établissement indépendant puis hospitalier (annexé aux hospices civils de Bordeaux ; Maternité Pellegrin) avec internat ouvert (1817) puis fermé (1854).

Hérault

Cours à Montpellier sous l’Ancien Régime, interrompu au début de la Révolution jusqu’en l’an v. Rétablissement auprès de l’école de santé, puis à partir de l’an xi, cours surtout théorique à l’hospice de Montpellier. Réorganisation en 1807 puis en 1813. Cours à statut dérogatoire attaché à la faculté de médecine (formation de sages-femmes de 1ère classe). Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (hôpital Saint-Éloi) puis établissement semi-hospitalier indépendant (dépôt de mendicité à partir de 1813) avec internat (1824).

Ille-et-Vilaine

Cours à Rennes sous l’Ancien Régime, interrompu entre 1793 et l’an iv. Rétablissement jusqu’en l’an xi. Envois à Paris de l’an xiii à 1816. Création d’un cours à Rennes, financé par le conseil général à partir de 1820. Réorganisation en 1847. Cours maintenu en 1917.
Cours extra-hospitalier (dépôt de mendicité jusqu’en 1824 puis au domicile du professeur), puis hospitalier (Hôtel-Dieu en 1847 puis hôpital Napoléon III en 1867). « Internat » chez une sage-femme.

Indre

Envois à Paris avec quelques interruptions à partir de l’an xi, puis à Bourges de 1818 à 1836. À la fermeture de l’école de Bourges, les envois à Paris reprennent.

Indre-et-Loire

Cours à Tours sous l’Ancien Régime. Réorganisation (ou rétablissement) du cours d’accouchement à Tours par arrêté du 29 ventôse an x, jusqu’en 1808. Envois à Paris jusqu’en 1818 et la recréation d’un cours à l’hospice de Tours. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (hospice Saint-Clément pour la théorie, hospice Saint-Jacques pour la pratique ; puis maternité de l’hospice général) sans internat.

Isère

Cours à Grenoble depuis l’Ancien Régime, sans solution de continuité pendant la période révolutionnaire. Cours de district au début des années 1790 : Vienne, Saint-Marcellin et Crémieu. Réorganisation du cours en 1816. Cours maintenu en 1917.
Cours extra-hospitalier (maternité du dépôt de mendicité puis en 1813 maison de correction et de refuge de Saint-Robert) puis hospitalier (hospice civil de Grenoble en 1846) avec internat.

Jura

Sans doute existence d’un cours sous l’Ancien Régime. Période révolutionnaire : cours à Arbois (1790-1793), à Saint-Claude (1790-an iv) et à Salins (1789-1794). Envois à Paris à partir de l’an xi, puis à Lyon à partir de 1820 (quelques envois à Paris en 1822-1823). Changement pour Bourg-en-Bresse à partir de 1859 (au plus tard) et Besançon à partir de 1876.

Landes

Existence d’un cours au moins à partir de l’an x, organisé par le préfet en 1809. La reconnaissance officielle par le ministre intervient en 1818. Suppression en 1820. Envois à Paris à partir de cette date.
Cours hospitalier (hospice de Dax) avec internat (1818).

Loir-et-Cher

Cours à Blois sous l’Ancien Régime puis sous la Révolution (pas de dates précises). Après une interruption, le cours est recréé en 1810, signalé supprimé en 1814 et rétabli en 1829. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (Hôtel-Dieu de Blois) sans internat.

Loire

Envois à l’école de Bourg-en-Bresse des années 1830 à 1888. Création d’un cours à Saint-Etienne en 1889 sur une base d’admission biannuelle qui perdure au moins jusqu’en 1913. Le cours n’existe plus en 1917. Cours hospitalier (Hôtel-Dieu).

Haute-Loire

Envois à Paris jusqu’en 1833. En 1845 et 1856 (peut-être 1854), envois de boursières à Lyon jusqu’en 1894.

Loire-Inférieure

Existence d’un cours à Nantes sous la Révolution (an iv), interrompu puis rétabli en l’an viii de façon pérenne. Organisation officielle en 1808. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (Hospice des orphelins puis maternité de l’Hôtel-Dieu, 1873) avec internat.

Loiret

Cours à Orléans sous l’Ancien Régime, interrompu puis recréé en l’an vii. Réorganisation du cours par l’arrêté du 21 brumaire an x qui fonctionne jusqu’en l’an xii. Envois à Paris, puis rétablissement d’un cours en 1808. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (maison de la Croix) avec internat.

Lot

Cours sous l’Ancien Régime, interrompu sous la Révolution. Envois à Paris, puis création d’un cours à Cahors en 1818. Suppression en 1823, puis retour à la pratique d’envois à Paris.
Cours hospitalier sans internat.

Lot-et-Garonne

Cours à Agen sous la Révolution (1791 à l’an x), interrompu. Recréation d’un cours dans les années 1830, officialisé en 1836. Suppression en 1840. Envois à Paris à partir de cette date.
Cours extra-hospitalier sans internat.

Lozère

Cours sous l’Ancien Régime, interrompu à la Révolution. Envois à Paris à partir de 1820, puis à Montpellier à partir de 1844.

Maine-et-Loire

Cours à Angers dès le début de la période révolutionnaire. Réorganisation du cours en 1808. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (hospice des enfants naturels de la patrie puis Hôtel-Dieu) avec internat (1808).

Manche

À partir de 1848, subvention aux élèves sages-femmes, qui vont soit à Paris, soit à Caen.

Marne

Cours (dans différentes villes) sous l’Ancien Régime, qui se poursuivent jusqu’en l’an iv (Reims, Châlons-en-Champagne, Vitry-le-François, Sainte-Menehould, Sézanne). Reprise d’un cours en l’an viii à l’Hôtel-Dieu de Reims. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (Hôtel-Dieu) avec internat (1809).

Haute-Marne

Cours sous la Révolution (an iv), interrompu puis repris à Chaumont à partir de l’an viii. Fondation d’une école en 1834. Cours maintenu en 1917. En 1812-1813 se tient aussi un cours à Langres.
Cours (hospitalier ?) puis établissement indépendant avec internat (1834).

Mayenne

Cours sous l’Ancien Régime et pendant une partie de la Révolution. Interruption puis reprise d’un cours à Laval en 1809. Réorganisation du cours en 1813 et création de cours parallèles à Mayenne et Château-Gontier (encore en fonctionnement dans les années 1830). Suppression en 1876 du cours de Laval, puis envois à Angers.
Cours hospitaliers puis établissement indépendant (hospice de la maternité de Laval) sans internat.

Meurthe puis Meurthe-et-Moselle

Cours sous l’Ancien Régime et jusqu’en 1792. Reprise en l’an vi jusqu’en l’an x. Interruption puis reprise du cours à Nancy en 1805, officialisé en 1808. En 1893, le cours bénéficie d’une exception pour former au diplôme de 1ère classe. Cours maintenu en 1917.
Cours extra-hospitalier (maison de secours de Nancy) avec internat (1808).

Meuse

Cours à Bar et à Verdun par arrêté préfectoral en l’an viii mais supprimés en l’an xii. Envois à Paris. Fondation d’une école à Bar en 1821, en fonctionnement au moins jusqu’aux années 1880 (suppression dans la décennie suivante).
Cours hospitaliers (Hospice de Bar-le-Duc) avec internat (1821).

Morbihan

Cours fait bénévolement à Lorient par un médecin à partir de l’an ix. Le cours est officialisé en 1813 et transformé en école d’accouchement en 1820. Cours maintenu en 1917.
Établissement indépendant avec internat (1820).

Moselle

Cours fondé à Metz par arrêté du 15 germinal an x. En 1804, le professeur du cours, le docteur Morlanne, crée la future congrégation des Sœurs de la Charité maternelle (religieuses sages-femmes). Réorganisation des cours en 1808 et création d’une école en 1831. Suppression en 1850 et envois à Paris et Strasbourg (selon que les élèves sont ou non francophones).
Établissement indépendant avec internat (1843).

Nièvre

Peut-être existence d’un cours début xixe siècle (mais sans précision). Envois à Paris à partir de l’an xiv.

Nord

Cours à Lille sous l’Ancien Régime qui perdure sous la Révolution au moins jusqu’en 1809 (enseignement purement théorique). Envois à Paris dès l’an x. Mise en place dans les années 1830 d’un cours complet à l’Hôtel-Dieu puis à hospice Saint-Sauveur qui dépend de l’école préparatoire de médecine de Lille. Le cours théorique se fait à la faculté de médecine à partir de années 1860.
Cours hospitalier et universitaire sans internat.

Oise

Cours à Beauvais sous l’Ancien Régime, interrompu sous la Révolution. Recréation d’un cours le 31 janvier 1806 qui fonctionne pendant deux ans. Envois à Paris jusqu’à la fin du siècle.

Orne

Cours à Alençon sous l’Ancien Régime et la Révolution (au moins jusqu’en 1792). Interruption et envois irréguliers à Paris pendant le xixe siècle.

Pas-de-Calais

École sous l’Ancien Régime à Arras, conservée en 1790. Cours à Boulogne de 1790 à 1795. Interruption à Arras, cours refondé en 1809 puis re-supprimé après 1814. Recréation en 1826. L’école est transférée à Rouen pendant la Première Guerre mondiale. Cours maintenu après 1917.
Établissement indépendant (maternité d’Arras) avec internat (1838).

Puy-de-Dôme

Cours au début de la Révolution (jusqu’en 1790) puis à partir de l’an iv et jusqu’en l’an xii. Envois à Paris à partir de l’an xiii mais parallèlement à partir de 1807 existence d’un cours à l’école de médecine de Clermont-Ferrand. Création d’une école officielle en 1816, réorganisée en 1821. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand) puis établissement indépendant et école liée à la maternité (1896).

Basses-Pyrénées

Cours sous l’Ancien Régime (depuis 1784), interrompu en 1789 et repris en 1791 mais sans doute rapidement interrompu. Cours semi-officiel sous la Restauration. Envois à Paris jusqu’à la création d’un cours à Pau en 1833. Cours maintenu en 1917.
Établissement indépendant avec internat (1883).

Hautes-Pyrénées

Cours sous l’Ancien Régime et jusqu’en l’an iv (au moins). Cours refondé en 1816, ouvert en 1818 à Bagnères-de-Bigorre. Suppression en 1892 (transfert de la maternité à l’hospice de Tarbes).
Cours hospitalier (hôpital de Bagnères-de-Bigorre) avec internat.

Pyrénées-Orientales

Cours organisé à partir de l’an vii à Perpignan (professeurs rattachés d’abord à l’école centrale puis bénévoles). Officialisation du cours 1814. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (hôpital civil de Perpignan) sans internat.

Bas-Rhin

École d’accouchement fondée à Strasbourg au xviiie siècle (1728 puis 1737), continuité complète avec la période contemporaine. À partir de messidor an xiii, l’école de médecine institue un cours régulier à destination des sages-femmes. En 1814, une école départementale d’accouchement est créée. Elle subsiste par-delà la période prussienne et existe encore lors de la réintégration du Bas-Rhin à la France après 1918.
Cours hospitalier (hospices civils de Strasbourg) puis établissement indépendant avec internat (1838).

Haut-Rhin

Création d’un cours à Colmar par l’arrêté préfectoral du 1er frimaire an xii, officialisé en 1807. Réorganisation du cours sous forme d’école départementale en 1843 et 1846. L’école subsiste par-delà la période prussienne et existe encore lors de la réintégration du Bas-Rhin à la France après 1918. Cours hospitalier puis établissement indépendant (hospice de la maternité) avec internat.

Rhône

Cours sous l’Ancien Régime à Lyon et maintenu sous la Révolution. Le cours n’est jamais interrompu. Lors de la réforme de 1893, le cours obtient un statut dérogatoire pour former des sages-femmes de 1re classe. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (hospice de la Charité de Lyon) avec internat (date indéterminée).

Haute-Saône

Cours à Vesoul sous l’Ancien Régime et au début de la Révolution puis interruption. Envois d’élèves à Paris et parallèlement à Besançon à partir de 1846. La double destination se maintient jusqu’à la fin du siècle.

Saône-et-Loire

Cours à Mâcon de 1782 à l’an iii, interrompu puis repris en l’an viii et officialisé en 1813. Cours maintenu en 1917.
Établissement indépendant puis hospitalier (hospice de la Providence) avec internat.

Sarthe

Cours au Mans sous l’Ancien Régime, interrompu au début de la Révolution et rétabli en l’an vii. Le cours est officialisé en 1808, suspendu en 1821, rétabli en 1826 et supprimé définitivement en 1854. Envois à Angers par la suite.
Cours hospitalier avec internat.

Savoie

Création d’un cours à Chambéry en 1808 (après plusieurs propositions en l’an xii et xiv) maintenu au moins jusqu’en 1815. Création en 1858 pendant la période piémontaise de l’Institut Pillet-Will pour les sages-femmes, devenu école départementale à partir de 1860 à destination des deux Savoies. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (hospice de Chambéry) puis établissement indépendant avec internat.

Haute-Savoie

Envois d’élèves à l’Institut Pillet-Will à partir de 1858.

Seine

L’école d’accouchement de l’Hospice de la Maternité de Paris prend en l’an x le relais de l’office des Accouchées de l’Hôtel-Dieu.
Établissement indépendant avec internat.

Seine-Inférieure

Cours à Rouen sous l’Ancien Régime supprimé en l’an x. Demandes de rétablissement de l’an xi à 1813. Pas de date précise de recréation du cours (circa 1815), réorganisé en 1820. Suppression officielle en 1830 au profit d’envois à Paris (jusque dans les années 1860 avec une interruption dans les années 1850) ; mais le cours continue en réalité de fonctionner. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (Hôtel-Dieu puis hospice général de Rouen) avec internat (1820).

Seine-et-Marne

Envois à Paris.

Seine-et-Oise

Envois à Paris.

Deux-Sèvres

Création d’une école à Niort en 1824, réorganisé en 1832 et supprimée en 1834. Après cette date envois à Poitiers et à Paris.
Cours hospitalier (hospice de Niort) avec internat.

Somme

Cours à Amiens sous l’Ancien Régime, maintenu au début de la Révolution, interrompu puis rétabli en l’an viii. Cours officialisé en 1810 et maintenu au moins jusque dans les années 1840.
Cours hospitalier (Hôtel-Dieu d’Amiens) sans internat.

Tarn

Cours à Albi et Castres sous l’Ancien Régime, interrompus à la Révolution. Envois à Paris puis à Toulouse. Création d’un cours à Albi en 1825. Suppression en 1907.
Cours hospitalier (hospice civil d’Albi) avec internat.

Tarn-et-Garonne

Envois à Paris à partir de 1810.

Var

Envois à Paris en 1814 et 1815 ; puis à Marseille entre 1826 et 1831. Créations de cours à Toulon et Draguignan en 1831. Fonctionnement parallèle des deux cours jusqu’en 1917 où le cours de Draguignan est supprimé.
Cours hospitaliers (hospice du Saint-Esprit à Toulon) avec internat.

Vaucluse

Cours à Avignon de l’an xi à l’an xiv, supprimé. Recréation d’un cours en 1830. Cours maintenu jusqu’en 1917.
Cours hospitalier (hôpital d’Avignon) sans internat.

Vendée

Cours à Fontenay sous l’Ancien Régime, interrompu sous la Révolution. Envois à Paris, puis à La Rochelle (1822-1824), puis Paris, puis Niort (1825-1834), puis Angers (jusqu’en 1873) et enfin Nantes jusqu’à la fin du siècle.

Vienne

Cours à Poitiers sous l’Ancien Régime et jusqu’en l’an ii. Reprise en 1806 mais envois d’élèves à Paris en parallèle. Officialisation en 1813, transformation en école en 1842. Cours maintenu en 1917.
Cours hospitalier (grand hospice de Poitiers) puis établissement indépendant avec internat (1842).

Haute-Vienne

Cours sous l’Ancien Régime à Limoges, interrompu en 1790. Fondation d’un cours en 1818 qui est supprimé en 1829. Rétablissement en 1836, officialisation en 1840. Cours maintenu en 1917.
Cours extra-hospitalier puis établissement indépendant avec internat (1876).

Vosges

Cours à Epinal sous l’Ancien Régime et jusqu’en 1791. Création d’un nouveau cours en 1802, réorganisé en école départementale en 1841 puis à la fin des années 1840. Suppression en 1881 puis envois à Nancy. Établissement indépendant avec internat.

Yonne

Création d’un cours à Auxerre en date du 22 août 1818 mais suppression par manque de fonds dès 1819. Envois à Paris jusqu’en 1850, puis à Troyes jusqu’en 1859 et à nouveau à Paris jusqu’à la fin du siècle.
Cours extra-hospitalier (dépôt de mendicité) sans internat.

Belfort

Envois à Besançon et à Nancy (à partir de 1872).

Annexe 2 - Publications de sages-femmes au xixe siècle

1Andrieu (Mlle), Du rôle de la sage-femme dans la société, Paris, impr. de Alcan-Lévy, 1889.

2Boivin (Marie-Anne), Mémorial de l’art des accouchements ou principes fondés sur la pratique de l’Hospice de la Maternité de Paris et sur celles des plus célèbres praticiens nationaux et étrangers suivi des aphorismes de Mauriceau, Paris, Méquignon l’aîné père, 1812, consulté aussi dans ses trois éditions suivantes, corrigées et augmentées (1817, 1824 et 1836), traduit en italien [Dell’arte di assistere ai parti ; opera classica della signora Boivin, Milano, Giovanni Silvestri, 1822] et en allemand [Handbuch der Geburtshülfe, nach den Grundsätzen der Entbindungs-Anstalt zu Paris und denen der berühmtesten in-und ausländischen Geburtshelfer, nach der 3ten Ausg. d. Originals übersetzt von Ferdinand Robert, durchgesehen u. mit e. Vorrede begleitet von Dietr. Wilhelm Heinr. Busch, Cassel, Krieger, 1829].

3Ead., Mémoire sur les hémorragies internes de l’utérus, qui a obtenu le prix d’émulation au concours ouvert (en 1818) par la Société de médecine de Paris, suivi des Aphorismes d’Andrew Blake sur les hémorragies utérines, Paris, Gabon, 1819.

4Ead., Nouvelles recherches sur l’origine, la nature et le traitement de la môle vésiculaire, ou grossesse hydatique, Paris, Méquignon l’aîné père, 1827, traduit en allemand [Neue Nachforschungen über die Entstehung, das Wesen und die Behandlung der Blasenmola oder Hydatidenschwangerschaft, Weimar, Landes-Industriecomptoir, 1828].

5Ead., Recherches sur une des causes les plus fréquentes et la moins connue de l’avortement, suivies d’un mémoire sur l’intro-pelvimètre ou mensurateur interne du bassin, couronné par la Société royale de médecine de Bordeaux, Paris, J.-B. Baillière, 1828, traduit en allemand [Ueber eine sehr gewöhnliche und noch wenig gekannte Ursache des Abortus, nebst einer Denkschrift über den Intro-Pelvimeter oder innern Beckenmesser, Leipzig, s. n., 1829].

6Ead., Observations et réflexions sur les cas d’absorption du placenta, Paris, impr. de Mme Huzard, 1829.

7Ead.,Dugès Antoine, Traité pratique des maladies de l’utérus et des annexes… accompagné d’un atlas de 41 planches in-fol., gravées et coloriées, représentant les principales altérations morbides des organes génitaux de la femme, Paris, J.-B. Baillière, 1833, 2 vol. in-8o, et atlas in-fol., traduit en anglais [A practical treatise on the diseases of the uterus and its appendages, London, Sherwood, Gibert and Piper, 1834].

8Ead., Dugès Antoine, Anatomie pathologie de l’utérus et de ses annexes, Paris, J.-B. Baillière, 1866, 1 vol., atlas de 45 pl. in-fol., gravées et coloriées.

9Boivin Marie-Anne, traductrice, Rigby (Edward), Nouveau traité sur les hémorrhagies de l’utérus d’Edouard Rigby et de Stewart Duncan… traduit de l’anglais, accompagné de notes, par Mme Vve Boivin,… précédé d’une notice historique sur le traitement des hémorrhagies utérines, et suivi d’une lettre de M. Chaussier sur la structure de l’utérus, Paris, Méquignon l’aîné père, 1818, traduit en italien d’après la traduction de Marie-Anne Boivin en 1829-1830.

10Boivin Marie-Anne, traductrice, Baron John, Recherches, observations et expériences sur le développement naturel et artificiel des maladies tuberculeuses, Paris, Vve Desray, 1825.

11Bouffier Prosper, Dr, Bouffier Mme, Maladies des femmes, métrite chronique, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1862.

12Bourgeois Louise, Récit véritable de la naissance de Messeigneurs et Dames les enfans de France ; Fidelle relation de l’accouchement, maladie et ouverture du corps de feu Madame ; Instruction à ma fille, suivie du Rapport de l’ouverture du corps de feu Madame. Remontrance à Madame Bourcier, touchant son apologie, textes établis et annotés par François Rouget et Colette H. Winn, Genève, Droz, 2000.

13Bretonville Mme, Confidence aux femmes, Paris, au cabinet de consultation de l’auteur, 1843.

14Carrier Henriette, Origines de la maternité de Paris. Les maîtresses sages-femmes et l’office des accouchées de l’ancien Hôtel-Dieu (1378-1796), par H. C., ancienne élève de la maternité, sage-femme de l’hôpital Lariboisière, Paris, Georges Steinheil, 1888.

15Charpentier Mme, Invitation, adressée aux sages-femmes par le Comité de la Société des sages-femmes unies, à prendre part à la souscription ouverte pour « offrir au Gouvernement provisoire une offrande patriotique ». Signé : Mmes Voilquin, Charpentier, Hugonen, Lavanture, Paris, impr. de Galban, 1848.

16Coillot J., Des Principaux empoisonnements et de leur mode de traitement, Besançon, impr. de J. Jacquin, 1846.

17Constant Mme, Avis d’une grand-mère aux mères de famille sur l’éducation physique des petits enfants et sur les premiers soins à leur donner, lorsqu’ils sont malades, Paris, au Comptoir des imprimeurs unis, 1843.

18Coquillard Mme, Mémoire sur les hémorragies utérines, Belleville, impr. de Galban, 1844.

19Coudray Marguerite-Angélique Le Boursier du, Abrégé de l’art des accouchements, Paris, Veuve Delaguette, 1759.

20Coutal Marie Rose, veuve Sol, Abrégé. Traité pratique d’accouchement, par Mme C. S., sage-femme de 1ère classe, Montpellier, impr. de Monnet, 1877.

21Coutanceau Marguerite Guillomance, épouse, Instructions théoriques et pratiques sur les accouchements à l’usage des élèves de Mme Coutanceau, Bordeaux, A. Levieux, an viii.

22Fournier Mme, Une sage-femme devant ses juges, défense présentée par Mme Fournier, maîtresse sage-femme devant le tribunal de Chinon, Tours, impr. Ladevèze, 1862.

23Holleville Marguerite-Caroline, Discours funèbre, déposé sur la tombe du Dr Chaussier, au Père-Lachaise, le 21 juin 1828, Paris, impr. de H. Fournier, s. d.

24Holleville Marguerite-Caroline, Projet de cabinets de lecture populaire, dits « omnibus », spécialement destinés aux ouvriers et hommes de journée, conçu par Mlle Holleville, Paris, impr. de Everat, 1829.

25Lachapelle Marie-Louise, Pratique des accouchements ou mémoires et observations choisies sur les points les plus importants de l’art, publiées par Antoine Dugès, son neveu, docteur en médecine, Paris, J. B. Baillière, libraire, 1821, consulté dans sa 2e édition augmentée (1825) et traduit en allemand [Practische Entbindungskunst ; oder, Abhandlungen und auserlesene Beobachtungen über die wichtigsten Puncte der Geburtshülfe, Weimar, Landes-Industrie-Comptoir, 1825].

26Menne-Vaulot Mme, Mesdames enceintes, malades ou infécondes, Paris, chez l’auteur, 1869.

27Mercier J., Traité complet des manoeuvres de tous les accouchements, avec 180 aphorismes sur les soins que réclament la mère et l’enfant... par E. Adet de Roseville,... et Mme J. Mercier, Paris, Deville Cavellin, 1836. (2e édition en 1837).

28Messager Virginie, Traité pratique des fleurs blanches et des ulcérations de la matrice, Paris, chez l’auteur, 1851, réédité augmenté la même année sous le titre Traité pratique des maladies des femmes.

29Ead., Manuel de la jeune mère, ou Conseils aux jeunes femmes sur les soins que demandent leur santé et celle de leurs enfants en bas âge, suivi d’une instruction sur les soins de la toilette, Paris, chez l’auteur, 1852, consulté dans sa 3e édition (1857).

30Ead., Guide pratique de l’âge critique, ou Conseils aux femmes sur les maladies qui peuvent les attaquer à cette époque de leur vie, suivis de réflexions et d’observations sur les maladies laiteuses, Paris, chez l’auteur, 1859.

31Missart Mme, Conseils à une mère sur l’allaitement et l’emmaillotement des nouveaux-nés, Epinal, impr. de E. Busy, 1882.

32Pau Mme veuve, Aux asthmatiques. Guérison radicale de l’asthme et du catarrhe par le traitement de Mme Vve Pau, Paris, chez l’auteur, 1867. (L’ouvrage connaît au moins huit éditions, chez plusieurs éditeurs différents entre 1867 et 1879).

33Pinel Mme, Adresse à Messieurs du comité de salubrité, à l’Assemblée nationale, pour Mme Pinel, sage-femme, au sujet d’un instrument inventé par elle pour remédier aux abaissements de l’utérus, s. l., 1792.

34Ratier Félix-Séverin, Dr, Recueil de pièces de Mme veuve Breton, sage-femme, relatives à l’allaitement artificiel et à l’usage du biberon inventé par elle, Paris, l’auteur, 1826-1828.

35Renard M., Paris, villa d’accouchements et maison de santé pour dames. 1er novembre 1857, Paris, impr. de Dubuisson, 1857.

36Rondet Marie-Louise Chéon, épouse, Mémoire sur le prolapsus, ou chute de la matrice, et tous les autres déplacements des organes génito-urinaires de la femme, suivi de plusieurs observations et de deux rapports faits à l’Académie royale de médecine de Paris et à la société de médecine pratique, Mémoire envoyé à l’Institut (Académie des sciences) pour le concours aux prix de Monthyon, année 1833, Paris, chez l’auteur, 1833, réédité la même année.

37Ead., Mémoire sur le cystocèle vaginal, ou hernie de la vessie par le vagin, et sur les meilleurs moyens d’y remédier, suivi de quelques observations relatives à divers autres déplacements des organes génitaux de la femme, Mémoire présenté à l’Académie des sciences, Paris, chez l’auteur, 1835, traduit en allemand [Abhandlung über die Vesico-Vaginal-Hernie oder über den Bruch der Blase durch die Vagina und über die besten Mittel, demselben abzuhelfen, Quedlinburg, Leipzig, Basse, 1839].

38Ead., Guide des sages-femmes dans l’art de traiter le prolapsus ou chute de la matrice et autres déplacements des organes génito-urinaires de la femme, suivi d’observations authentiques, Mémoire présenté à l’Académie royale de médecine, Paris, chez l’auteur, 1836.

39Tridon A., Mémoire sur le régime et les soins qui conviennent aux femmes après l’accouchement, Paris, chez l’auteur, impr. de Brun, s. d. (avant 1838).

40Vion M.-H., Maladies de la matrice, ou Exposé succinct des signes qui font reconnaître les diverses affections qui attaquent cet organe, Paris, chez l’auteur, 1837.

41Wion-Pigalle Mme, Le conseiller secret des femmes, ou Conseils sur les moyens de se préserver des maladies qui atteignent spécialement les femmes, Paris, chez l’auteur, 1858, réédité en 1861.

42Ead., De la Peur du choléra et de l’influence pernicieuse que ce sentiment exerce sur la santé, Paris, chez l’auteur, 1865.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search