Version classiqueVersion mobile

L’école des sages-femmes

 | 
Nathalie Sage Pranchère

Chapitre 7. Le personnel des écoles d’accouchement

Texte intégral

1L’institutionnalisation de l’enseignement de l’obstétrique au tournant du xixe siècle multiplie le nombre des acteurs de ces formations. Le tête-à-tête professeur-élève du siècle précédent s’accroît de nouveaux intervenants : le processus de scolarisation de la formation des sages-femmes impose l’adjonction d’un personnel enseignant ou non enseignant, pour veiller sur les destinées matérielles et morales de cette instruction. Autour des élèves sages-femmes, c’est donc un monde nouveau qui se constitue, nécessaire pour répondre aux exigences de l’enseignement (théorique mais surtout clinique), et de l’encadrement dans le contexte de plus en plus fréquent des internats. Au-delà de ce bouleversement numérique du personnel, sa physionomie évolue. Des deux figures qui ont modifié au xviiie siècle l’échelle de la formation obstétricale – l’une, incarnée, Angélique du Coudray, l’autre, archétypal, le démonstrateur accoucheur –, on passe à une répartition hiérarchisée de la transmission du savoir entre des enseignants qui se complètent sans officiellement s’équivaloir : le médecin et la sage-femme. La pratique est plus nuancée, et le triomphe de l’accoucheur à la fin du xviiie siècle aboutit toutefois à un partage du territoire pédagogique, signe d’une reconquête partielle de la sage-femme sur sa propre formation.

Professer l’art des accouchements : un titre, deux postes

La sage-femme et le professeur : une bicéphalie, entre exception parisienne et adaptations départementales

  • 1 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin…, op. cit., p. 113 sq. ; Gelbart N. R., The King’s Midwife…, (...)
  • 2 Parmi ces exceptions, on peut néanmoins citer Louise Chemery, démonstratrice à Montagne-sur-Aisne d (...)

2La reconnaissance exprimée par l’Assemblée nationale à Angélique du Coudray le 4 septembre 1790 semble clore le chapitre de la démonstration de l’art des accouchements par une accoucheuse, malgré le maintien à Marguerite Coutanceau d’une indemnité pour son enseignement. La personnalité de cette sage-femme, le caractère exceptionnel de son itinéraire ont marqué du sceau de l’extraordinaire l’irruption d’une femme dans le champ de l’enseignement obstétrical1. Sa postérité masculine, ponctuée de si rares sages-femmes, dessine une nouvelle figure d’enseignant : le démonstrateur, chirurgien et plus rarement médecin, que la Révolution entérine dans ses entreprises pédagogiques2. L’étude nécessaire de la place respective occupée par les hommes (docteurs) et les femmes (sages-femmes) dans la formation des élèves sages-femmes ne se réduit cependant pas à l’observation d’une mise à l’écart inéluctable et plus ou moins brutale des secondes au profit des premiers. Le mouvement de conquête des postes de démonstrateurs d’accouchements par les chirurgiens s’interrompt et se transforme. Dès lors, l’appréhension précise des rôles respectifs de ces deux corps médicaux passe par la séparation entre le titre de professeur d’accouchement et la transmission du savoir obstétrical.

3Le titre de « professeur d’accouchement » est une invention révolutionnaire mais son profil et ses attributions en font le successeur direct du démonstrateur royal de l’art des accouchements. Le caractère très personnel de la charge évolue néanmoins vers une plus forte intégration dans les nouvelles institutions mises en place par la Convention. Assimilés tout d’abord aux professeurs des écoles centrales, les professeurs d’accouchements voient leur statut et leur rôle se codifier grâce aux textes d’organisation de l’Hospice de la Maternité de Paris et à celui de la loi de ventôse an xi. Ce dernier s’appuie sur la préexistence du titre et son association à un ressort géographique, le département, pour adosser le cours à venir à cette fonction.

  • 3 Beauvalet-Boutouyrie S., Naître à l’hôpital…, op. cit., p. 124-134.
  • 4 RLRES 1, p. 87-88.

4Qu’en est-il justement de la référence parisienne ? Le terme « professeur » n’apparaît pas avant le règlement révisé de 1807, sans doute pour ne pas bousculer la tradition de l’Office des Accouchées. C’est l’application de la réforme de 1802 qui consacre l’entrée en scène de Jean-Louis Baudelocque, accoucheur en chef, dans l’instruction des élèves sages-femmes3. Le domaine du professeur est celui de la formation théorique (deux leçons par semaine d’une à trois heures), tandis que sa participation à l’instruction pratique se limite à la surveillance éventuelle de leurs gestes lors d’un accouchement difficile (art. 11, titre II) et à décider de leur assistance à une dissection (art. 22, titre II). En 1810, le professeur obtient la haute main sur le droit de redoublement des élèves sages-femmes (art. 6), auparavant détenu par le jury de santé des hospices (titre VII, art. 1 et 2)4.

  • 5 Delaunay P., La Maternité …, op. cit., p. 248-249.

5Cette infime modification n’empêche pas le maintien de l’accoucheur en chef en marge de l’institution. La sage-femme en chef est la directrice « effective » de l’Hospice de la Maternité dans sa dimension scolaire et hospitalière. Ayant rang de chirurgien ordinaire, elle perçoit une forte rémunération : 1 500 francs au début du siècle, auxquels s’adjoignent 30 francs par élève sage-femme, puis 2 400 francs à partir de 1824 et toujours 30 francs par élève. En 1826, le conseil général des hospices lui garantit un minimum fixe de 3 600 francs pour compenser la baisse du nombre d’élèves tout en élevant ses honoraires à 2 700 francs5. Sa compétence professionnelle est pleinement reconnue et elle est présente à toutes les étapes de l’instruction des élèves. Seul lui manque, et la nuance n’est pas mince dans ses implications extra-parisiennes, le titre de professeur.

  • 6 Beauvalet-Boutouyrie S., Naître à l’hôpital …, op. cit., p. 131-132.
  • 7 Lefort L., « Discussion sur l’hygiène des maternités », Bulletin de la société de chirurgie de Pari (...)

6Dans le quotidien de l’Hospice de la Maternité, la discrétion de l’accoucheur-professeur s’explique par l’autorité difficilement contestable de la maîtresse sage-femme, qui ne va pas sans occasionner quelques conflits, passé le temps des collaborations respectueuses de Jean-Louis Baudelocque et Antoine Dubois avec Marie-Louise Lachapelle. Mais ces conflits n’ont rien de pédagogique et remettent surtout en cause l’omnipotence de la sage-femme en chef dans la surveillance des accouchées6. L’enjeu est hospitalier et vise à imposer le contrôle du corps médical sur le suivi du post-partum7. La revendication première des chirurgiens en chef de l’Hospice de la Maternité n’est donc pas de prendre intégralement en charge l’enseignement et la sage-femme en chef n’est jamais écartée de la transmission du savoir. La réforme mise en œuvre par l’arrêté du 31 mai 1895 qui donne au corps des accoucheurs des hôpitaux de Paris la direction de l’Hospice de la Maternité subordonne toutefois officiellement la sage-femme en chef à l’accoucheur en chef : elle « participe à l’enseignement théorique suivant un programme tracé par l’accoucheur en chef » et « assure l’enseignement pratique […] sous le contrôle de l’accoucheur en chef ». La formulation place certes les maîtresses sages-femmes au second rang, mais maintient leur intervention dans les deux volets de l’instruction des élèves. Le recul acté l’est dans la direction de la maternité proprement dite.

7L’exemple parisien fournit dans la pratique et quasiment jusqu’à la fin du siècle un schéma de répartition des tâches pédagogiques entre médecin et sage-femme. Sa mise en valeur par le ministère de l’Intérieur, qui fait du règlement de l’Hospice de la Maternité la référence à suivre pour les créations départementales, se heurte cependant à un terreau provincial qui n’est pas a priori favorable à une dissociation de la fonction enseignante.

8Les raisons sont multiples. En premier lieu, le cours d’accouchement se poursuit, se crée ou se recrée dans la continuité d’un cours de démonstration qui fut le cours d’un démonstrateur. Le médecin ou le chirurgien le mieux placé pour prendre en charge le cours est souvent à l’issue de la Révolution celui qui professait avant 1789 ou qui n’a cessé de le faire depuis. De plus, les cours qui s’ouvrent sont toujours dirigés par des hommes. En second lieu, vient la question d’argent : l’unicité du professorat peut s’expliquer par la modestie des fonds alloués par les départements à la formation des sages-femmes pendant la première décennie du xixe siècle. Enfin, l’absence quasi complète de tradition d’enseignement des sages-femmes par les sages-femmes en dehors de l’Office des Accouchées de l’Hôtel-Dieu pèse lourdement sur la légitimité des accoucheuses à briguer les places de professeurs.

  • 8 Cette préférence se maintient au fil du siècle. Voir Léonard J., La vie quotidienne du médecin de p (...)
  • 9 AN, F17/2460, Eure-et-Loir.

9Les articles 30 et 31 de la loi de ventôse an xi ne précisent pas le genre du professeur à nommer. Mais trois ans plus tard, l’enquête de l’an xiv tranche la question en désignant un chirurgien comme seul titulaire possible du poste de professeur d’accouchement. La seule alternative relève du cadre d’exercice (hospice ou ville). Les préfets ne proposent donc comme enseignants que des chirurgiens, privilégiant dans l’ensemble les praticiens des hospices8. Seule exception, très symbolique, le préfet d’Eure-et-Loir souligne que dans le cadre du cours en place à l’hospice de Chartres, la sage-femme « seconde dans ses démonstrations journalières » le professeur9.

10Tout ceci justifie la primauté des docteurs, en médecine ou en chirurgie, dans l’exercice de la fonction de professeur. Ainsi, la plupart des cours en place avant la loi de ventôse an xi ne voient officier qu’un seul enseignant, en général chirurgien (Troyes, Angoulême, Dijon). Ces situations ne perdurent pourtant guère au-delà de la vague de réorganisations qui touche les cours départementaux. En imposant l’adaptation au règlement parisien, le ministre de l’Intérieur provoque une généralisation de la dualité enseignante sur un principe hiérarchique.

  • 10 AN, F17/2458, Charente.

11Les règlements des cours permettent d’entrevoir l’espace accordé aux sages-femmes enseignantes, même si beaucoup d’entre eux sont des transpositions quasi littérales de celui de l’Hospice de la Maternité de Paris. La présence d’une sage-femme hospitalière ne précède pas toujours l’instauration d’un cours ; et même lorsqu’une accoucheuse est déjà attachée à l’hospice qui accueille l’instruction des sages-femmes (Chartres, Orléans, Chambéry, Bourges, Bar-le-Duc, etc.), cela n’implique pas systématiquement qu’elle participe à la formation des élèves. Ainsi à Angoulême où l’enquête de 1806 signale l’aide apportée par une sage-femme au chirurgien des prisons qui dirige la salle d’accouchement, le règlement du cours de 1813 ne la cite pas10.

  • 11 AN, F17/2457, Ariège ; AD Aveyron, 3 X 50.
  • 12 AN, F17/2460, Haute-Garonne ; AD Côte-d’Or, M 7 n I/2.

12Dans un certain nombre de départements en revanche, la sage-femme apparaît en même temps que le cours, pour prendre en charge une partie de la formation ainsi que les soins aux femmes en couches. Elle est dans la plupart des cas nommée par le préfet mais son recrutement est soumis à l’avis voire à l’initiative du professeur (Ariège, Aveyron11). Les commissions administratives des hospices peuvent aussi être consultées sur le choix de la future sage-femme en chef. Le processus de recrutement leur donne plus ou moins de latitude, que leur décision confirme la proposition du professeur et n’ait plus qu’à être entérinée par le préfet (Haute-Garonne), ou qu’elles aient en charge de fournir une liste de candidates inspirée par le professeur et laissée à la discrétion du préfet (Côte-d’Or)12.

  • 13 AD Saône-et-Loire, M 2088 ; AD Haute-Marne, 118 T 1.
  • 14 AD Alpes-de-Haute-Provence, 5 M 6.
  • 15 AD Calvados, M 4087.

13En Haute-Garonne, le règlement lui impose de subir « un examen devant le conseil de santé des hospices, en présence du professeur ». Dans plusieurs départements, elle doit avoir été formée à l’Hospice de la Maternité de Paris pour être retenue (Ain, Meuse)13. Plus rarement enfin, la sage-femme en chef peut être choisie sur concours. Les candidates sont alors interrogées par un jury composé de médecins enseignants et d’administrateurs ; le résultat est transmis au préfet pour approbation et nomination (Marseille14). Les départements ont plutôt recours à ce mode de recrutement lors d’un décès ou d’une démission de sage-femme en chef. En 1866 à Montpellier, une maladie de la maîtresse sage-femme entraîne l’ouverture d’un concours pour lui trouver une remplaçante provisoire. Ces concours donnent lieu à une diffusion de l’information dans toute la France : les archives du Calvados conservent ainsi l’affiche annonçant le concours pour l’emploi de maîtresse sage-femme de Montpellier organisé en 188515.

  • 16 AD Saône-et-Loire, M 2088 ; AD Charente-Maritime, 3 X 299 ; AN, F17/2460, Haute-Garonne ; AD Marne, (...)
  • 17 AD Gers, 5 M 6, les deux règlements (Auch et Dax) prévoient la possibilité de suppléance du profess (...)

14Les règlements de cours départementaux insistent presque tous sur l’infériorité hiérarchique de la sage-femme par rapport au professeur. La mise sous tutelle de la sage-femme en chef est exprimée sans ambiguïté : le professeur est « secondé » (Ain), l’accoucheuse est placée « sous ses ordres » (Charente-Inférieure, Haute-Garonne), voire « sous la surveillance, la direction et les ordres de [l’]accoucheur en chef » (Marne)16. Sa présence peut être facultative, soumise à la volonté du professeur (Gers, Landes), et sa capacité à le suppléer est limitée aux cas où aucun professeur adjoint n’est prévu à cet effet (Aube)17.

  • 18 AD Haute-Marne, 118 T 1.
  • 19 L’un des seuls exemples de sage-femme en chef dispensant un enseignement théorique est celui fourni (...)

15La supériorité hiérarchique est dans l’ensemble nominale, chaque enseignant restant dans son domaine, mais elle peut aussi largement déborder ce cadre et placer la sage-femme en chef sous un régime de vérification permanente : surveillance des répétitions et du cours pratique (Bar-le-Duc18). Ce cas est néanmoins extrême et le principe même d’une répartition des tâches plaide en faveur d’une maîtrise incontestée de la sage-femme en chef dans certains domaines : enseignement théorique19 et répétition, enseignement pratique et encadrement de la formation clinique pour la dimension pédagogique ; surveillance continue des élèves sages-femmes, direction quotidienne de l’établissement pour la dimension fonctionnelle. La maîtresse sage-femme remplit en parallèle des cours théoriques un rôle d’éclaircissement, d’apprentissage et d’illustration. La fonction de répétitrice la met plus fréquemment que le professeur en contact avec les élèves. Là où celui-ci donne en général deux à trois leçons hebdomadaires, la sage-femme en chef dirige chaque jour, voire deux fois par jour les répétitions :

  • 20 AD Charente-Maritime, 3 X 299.

(Charente-Inférieure) Art. 19 : Elle donne deux fois par jour des leçons préparatoires. Elle s’assure, en outre, par les questions et les répétitions nécessaires si les leçons du professeur ont été bien comprises et rectifie, au besoin, les idées erronées qu’auraient pu se former les élèves. Dans la leçon suivante du professeur, elle lui en rend compte.20

  • 21 AD Corrèze, 1 X 162.

(Cher) Art. 28 : Elle fera tous les jours aux élèves, exceptés le dimanche et les fêtes, deux répétitions particulières ou conférences sur les leçons données par le professeur. Chaque conférence devra être d’une heure au moins. L’une se fera le matin et l’autre le soir.21

  • 22 AD Saône-et-Loire, M 2088 ; AD Corrèze, 1 X 162.
  • 23 AD Aube, 5 M 33.
  • 24 AD Corrèze, 1 X 162.

16Si l’on ajoute à cela ses interventions dans le cadre de la formation pratique (manuel de l’art des accouchements) et clinique, il s’avère que les heures passées par les élèves en compagnie de la maîtresse sage-femme sont infiniment plus nombreuses que celles passées au contact du professeur. Au-delà du rôle enseignant, la sage-femme a, dans la plupart des cours, la responsabilité de surveiller les élèves, ce qui justifie dans le dernier tiers du siècle la diffusion du titre de « directrice » attaché à ces fonctions. L’attention requise de la maîtresse sage-femme est définie comme « immédiate et continue » (Ain), et s’exerce à tous les instants de la journée, « soit pendant le jour, soit pendant la nuit, soit pendant les repas » (Cher)22. S’y ajoute une surveillance équivalente des femmes enceintes, en couches et accouchées présentes dans l’établissement. Tout ceci entraîne de fait l’obligation de résidence, et aboutit à une sévère limitation de la liberté de mouvement de la sage-femme, pour ne pas nuire à la continuité du service : congé accordé par le professeur dans l’Aube23 ; autorisation des sœurs hospitalières dans le Cher24.

17Cette rigueur hiérarchique (professeur mais aussi congréganistes) est alors un élément de fragilisation de l’accoucheuse : ses ordres sont toujours susceptibles d’être discutés et son autorité sur les élèves sages-femmes affaiblie. En 1851, le professeur du cours rochelais signale la gêne occasionnée par une telle situation :

  • 25 AD Charente-Maritime, 3 X 297.

[…] quelques modifications apportées au règlement ont soulevé des objections de la part de la maîtresse sage-femme qui, par ces nouvelles mesures, se trouve placée dans une dépendance trop étroite de la sœur surveillante. Il me semble que pour conserver à la maîtresse sage-femme l’autorité morale dont elle a besoin pour diriger les élèves elle ne doit pas être placée dans un état de suspicion continuelle vis-à-vis de la commission de surveillance ou des agents de celle-ci ; elle a besoin d’une certaine liberté d’action, elle a besoin qu’on lui témoigne une certaine confiance. Ainsi il a paru très pénible à cette demoiselle d’être assujettie, comme les élèves, à rentrer dans la maison, même dans l’été, avant huit heures du soir, la porte devant être fermée à cette heure-là et la clé remise à la sœur.25

  • 26 AD Aube, 5 M 33.

18Une solution de compromis est trouvée qui convainc la sœur de ne pas appliquer le règlement dans toute sa rigueur à la maîtresse sage-femme. Une telle hiérarchie nécessite en effet des instances de médiation, comme les commissions des hospices, ainsi que le prévoit la révision du règlement troyen en 183526.

19La coexistence des sœurs et de la sage-femme en chef n’implique cependant pas toujours une subordination de la seconde aux premières. Les champs de compétences respectifs sont alors nettement délimités comme le précise le règlement berruyer en 1817 :

  • 27 AD Corrèze, 1 X 162.

Art. 4 : Le service intérieur sera dirigé, quant à la partie économique, par le régisseur de la maison de Refuge ; quant à l’instruction religieuse et morale, par deux sœurs hospitalières ou de la charité, membres d’une des congrégations que désignera M. l’Archevêque de Bourges ; et quant aux études, par une sage-femme en chef.27

20Certains cours d’accouchement fonctionnent sur un système dissocié de direction du régime intérieur : propreté, entretien du linge, etc., étant confiés aux sœurs ; alimentation des élèves, bon ordre du pensionnat et mobilier, à la sage-femme en chef. Le mobilier désigne dans ce cas tous les objets acquis sur les fonds du département et souvent, plus précisément, le matériel pédagogique.

  • 28 La date en italiques correspond à l'entrée en fonction comme adjoint-e.
  • 29 Baron P. (Dr.), Sages-femmes et maternité à Dijon, op. cit., p. 80-82.
  • 30 AD Corrèze, 1 J 87/10* ; Delmas A., « Origines et jeunesse du professeur Henri-Victor Vallois », Bu (...)

21Au bout du compte, la sage-femme en chef est une figure essentielle de l’enseignement obstétrical. Dès lors qu’un internat accueille les élèves, la maîtresse sage-femme est présente à leurs côtés nuit et jour, suit leurs progrès, travaille de façon permanente à les former. Son influence joue à plein et la pose, aux yeux des élèves sages-femmes, en équivalent féminin du professeur d’accouchement. L’égalité du duo pédagogique peut d’ailleurs être renforcée par la durée d’exercice des uns et des autres. À Dijon, après une succession rapide des deux premières sages-femmes (1821-1826 et 1826-1829), Bénigne Chicotot occupe cette fonction pendant seize ans, jusqu’en 1845, au côté du docteur Guéniard, nommé la même année qu’elle et qui décède en 1841. Un deuxième « duo » se met en place après 1845 avec la titularisation du docteur Naigeon et le recrutement de la demoiselle Lorges ; puis, à partir de 1852, les destinées de l’école d’accouchement sont placées entre les mains du docteur Moyne, ancien professeur adjoint (1845-1852-187928), et d’Honorine Bouot, épouse Gerbaine (1851-1896) qui s’adjoint en 1880 sa petite-fille Maria Coupé, épouse Altenbach (1880-1896-1908), au moment où le docteur Gautrelet (1879-1906) succède à Moyne29. Citons aussi, à Montpellier, le duo constitué dans les années 1890 par le docteur Vallois et la maîtresse sage-femme, Jenny Bazin, en poste depuis 1888, à la suite d’Agnès Puejac restée elle-même près de vingt ans (1868-1886) et du beaucoup plus bref passage de Marie Faure (1886-1888)30. Cette pérennité des collaborations nuance la rigidité des prescriptions règlementaires, et les archives ne fournissent pas de cas d’opposition ouverte entre le professeur et la maîtresse sage-femme. Les rapports présentés annuellement par les médecins-professeurs aux conseils généraux ne sont au contraire qu’une longue suite d’éloges adressés à leur collègue féminine.

  • 31 AD Marne, 32 X 24 ; AN, F17/2463, Loiret.
  • 32 AN, F17/2457, Ariège.
  • 33 Arrêté préfectoral du 11 décembre 1820, art. 3, cité dans Baron P. (Dr.), Sages-femmes et maternité (...)
  • 34 AD Alpes-de-Haute-Provence, 5 M 6.
  • 35 AD Hérault, 1 X 795 ; AD Aveyron, 3 X 51 ; AD Calvados, M 4087.
  • 36 AD Hérault, 1 X 795.
  • 37 Dès lors que la sage-femme en chef est tenue à la résidence continue dans l’établissement, elle per (...)
  • 38 Baron P. (Dr.), Sages-femmes et maternité à Dijon, op. cit., p. 81-82.

22L’infériorité officielle assignée à la sage-femme se lit néanmoins dans sa rémunération. L’obligation de résidence est compensée par la gratuité du logement, de la nourriture, du chauffage, de l’éclairage et du blanchissage pendant la durée du cours, mais cette prise en charge matérielle justifie le maintien de très faibles traitements : ainsi, dans la Marne et le Loiret, l’indemnité est fixée au début du siècle à 150 francs par an31. Le montant des traitements et leur évolution au fil des décennies sont toutefois très divers. S’y retrouve en partie le niveau de richesse des établissements auxquels sont attachées les sages-femmes. À Pamiers, la maîtresse sage-femme reçoit en 1809 200 francs sans qu’il soit précisé si elle est logée ou non32. Il en est de même à Dijon en 182133. À Marseille au contraire, elle touche une indemnité de 600 francs en plus de son entière prise en charge34. La taille de l’école et le niveau des élèves formées comptent aussi dans la définition de la rémunération. À Montpellier où la sage-femme en chef doit instruire de futures accoucheuses de première classe, le traitement qui vient compléter la gratuité du logement, chauffage et éclairage, s’élève en 1861 à 1 200 francs annuels, puis à 1 500 francs en 1866, somme qui ne varie pas pendant les deux décennies suivantes35. En retour, la maîtresse sage-femme montpelliéraine a interdiction de conserver une clientèle privée36. Cette exclusivité professionnelle de la sage-femme en chef se retrouve dans beaucoup de règlements de cours37. À Dijon, l’interdiction est progressive : à partir de 1826, elle vaut pour les accouchements au domicile de la sage-femme, mais l’accoucheuse conserve le droit de s’absenter pour faire des accouchements à l’extérieur ; en 1896, cette latitude lui est complètement retirée, compensée par le passage de sa rémunération de 300 à 2 000 francs annuels38.

  • 39 AD Haute-Vienne, I/L 111.

23La difficile question de l’évolution des traitements ne se résout qu’à l’échelle des institutions. Si certains départements font progresser au cours du xixe siècle la rémunération de leur sage-femme en chef (Hérault, Aisne), d’autres la laissent stagner. Ainsi la titulaire du poste en Haute-Vienne reçoit un traitement de 300 francs de 1836 à 1867, date à laquelle la dame Bastin demande une augmentation. Le conseil général décide alors d’élever la somme à 400 francs pour ne plus la modifier jusqu’à la fin du siècle39. Quoi qu’il arrive, le principe est de ne jamais attribuer à une sage-femme en chef un traitement supérieur à celui perçu par le professeur d’accouchement, même s’il est fréquent que la différence ne soit pas très considérable et que le défraiement complet de la maîtresse sage-femme donne à son traitement plus de valeur que la somme brute ne le laisse présager.

  • 40 RD CG Ain, 1867.
  • 41 AD Aisne, RD CG Aisne, 1875. Cette maîtresse sage-femme est un des plus beaux exemples de progressi (...)

24Le poste de sage-femme en chef peut enfin ouvrir droit à une sorte de pension de retraite. Celle-ci n’a rien de systématique ni d’automatique et les conseils généraux sont toujours amenés à délibérer sur la légitimité d’un tel versement et sur son montant qui correspond, au plus, à un tiers du traitement d’activité. En 1867, dans l’Ain, l’une des deux maîtresses sages-femmes, la veuve Page, demande à quitter son poste après 45 ans de service. Le préfet, approuvé par l’assemblée départementale, propose alors de lui voter une allocation annuelle de 100 francs, soit le quart de sa rémunération précédente40. Dans l’Aisne, le conseil général décide, lors du départ en 1875 de la demoiselle Raguet, maîtresse sage-femme depuis la fondation du cours en 1832, de lui verser une pension de 400 francs, soit un tiers de son traitement41.

  • 42 Daubié J.-V., La femme pauvre au xixe siècle, op. cit., p. 100.

25Ces discussions montrent les limites du statut de la sage-femme en chef : elle n’a pas droit à une pension de fonctionnaire alors qu’elle remplit les charges correspondantes. Autre limite : l’absence d’un traitement minimum pour toutes les titulaires de ce poste, qui restent soumises au bon vouloir des administrations hospitalières et départementales42. Ce bon vouloir est parfois à leur avantage, comme le montre l’exemple de la demoiselle Raguet de Laon, mais l’inverse est aussi vrai. La sage-femme en chef logée, nourrie, etc., est, quel que soit le montant de son traitement, une privilégiée en comparaison de l’institutrice jusque dans les années 1860, mais la faiblesse persistante des traitements la place progressivement en retrait de cette autre profession féminine. La sage-femme enseignante, sage-femme d’hôpital, est souvent cachée par les grandes figures parisiennes ou montpelliéraines du temps, ce qui fait oublier la pauvreté dont elle n’est pas toujours si loin, surtout venu le temps de la retraite. Lorsque le conseil général de l’Aisne reconnaît en 1875 à sa sage-femme en chef le droit à « une honnête aisance », il prend ainsi acte du prestige social acquis par l’exercice de ces fonctions mais aussi de l’insuffisance des revenus qu’elles génèrent.

Le professorat, enjeu de pouvoir

Sage-femme et professeure, l’exception historique

  • 43 Rogers R., « Le professeur a-t-il un sexe ? Les débats autour de la présence d’hommes dans l’enseig (...)

26Assigner à la sage-femme la place de brillante seconde de l’enseignement obstétrical reviendrait toutefois à négliger quelques rares mais remarquables exceptions. Au-delà du cas parisien, ces professeures ou candidates au professorat posent le problème de la légitimité féminine à occuper ce poste, suscitant discussions et écrits. Ceux-ci rejoignent sur le fond les débats qui s’élèvent à partir des années 1830 dans l’enseignement secondaire féminin sur la place respective occupée par les professeurs hommes et les enseignantes43.

27Plus que le contenu de l’enseignement confié à la sage-femme en chef, c’est la dévolution du titre et du statut de professeur qui fait hésiter les administrations. Le xixe siècle compte pourtant deux exemples de femmes professeures d’accouchement : la Gironde et la Corrèze. Un troisième département envisage sérieusement au début du siècle la dévolution de sa chaire à une sage-femme : le Gers.

  • 44 Gélis J., La sage-femme ou le médecin…, op. cit., p. 123 ; Contis A, « Madame du Coudray et Madame (...)
  • 45 Béchir F., Accoucheuses, matrones, sages-femmes à Bordeaux au xviiie siècle, op. cit. ; Penot C., L (...)
  • 46 AD Gironde, 5 M 552.
  • 47 Ibid.

28La Gironde recueille l’héritage d’Angélique du Coudray44. Marguerite Coutanceau et son époux créent alors leur « Office des Accouchées » de province, l’hospice de la maternité de Bordeaux, offrant à la société les garanties rassurantes d’un établissement à la direction masculine et chirurgicale45. La mort de l’époux signe la division durable de la maternité et de l’école d’accouchement, mais n’interrompt l’activité d’aucune de ces institutions. Avant la Révolution, Marguerite Coutanceau est à la fois la survivancière du brevet royal de sa tante mais aussi la détentrice à titre personnel d’un brevet reçu de Louis xvi en 1782. En septembre 1790, la Constituante confirme la valeur de ces titres46. Marguerite Coutanceau se replie néanmoins sur un ressort départemental, et le conseil général de la Gironde la nomme alors « institutrice de l’art de l’accouchement » par arrêté du 16 décembre 1791, au traitement de 1 200 livres annuelles, augmenté le 8 février 1792 de 500 livres pour la défrayer de ses dépenses de logement47. Marguerite Coutanceau tient donc son titre de professeure d’une double autorité, nationale et départementale.

  • 48 AN, F17/2461, Gironde.
  • 49 Cette argumentation est résumée en 1845 dans le formule d’un professeur de pensionnat pour jeunes f (...)
  • 50 AN, F17/2461, Gironde.
  • 51 AD Gironde, 5 M 552.

29La fondation de l’école de l’Hospice de la Maternité de Paris ne remet pas en cause l’institution bordelaise, malgré une tentative de suppression du ministre de l’Intérieur (« J’ajouterai aussi qu’il est impossible qu’un cours d’accouchement fait par une femme soit aussi complet et aussi instructif que ceux qui se font à Paris48 »). Le discours ajoute à la rhétorique ministérielle habituelle une tonalité misogyne spécifique, soulignant une supposée incapacité pédagogique féminine49. Cette tentative de suppression se solde toutefois par un échec, prévenue par la réponse fleuve du préfet girondin qui exprime à chaque phrase son enthousiasme pour les qualités de l’enseignante et l’organisation parfaite de la formation, qualifiée de « prodige50 ». Prenant acte du soutien des instances locales et du repli en bon ordre des menaces de suppression nationale, Marguerite Coutanceau travaille à compter de cette date à faire reconnaître le prestige de son établissement face à l’institution parisienne. Si ses ambitions d’élargissement régional ne débouchent sur rien de concret, elle obtient en revanche en 1815 pour ses cours le titre d’École royale d’accouchement grâce à la recommandation de la duchesse d’Angoulême51.

  • 52 Ibid.

30Mais 1815 est aussi l’année où Marguerite Coutanceau commence à préparer son départ et sa retraite. L’approche de cette succession fait renaître les interrogations sur le sexe du remplaçant à nommer. Dès l’annonce certaine de son départ (qui n’intervient qu’en 1821), un chirurgien bordelais s’empresse de transmettre sa candidature au ministère de l’Intérieur, qui demande à son tour au préfet de la Gironde « d’examiner s’il convient mieux de confier la place dont il s’agit, à une sage-femme qu’à un chirurgien52 ». Le comte de Tournon-Simiane, préfet à cette date, fidèle à la ligne de son prédécesseur, défend l’exception bordelaise :

Je passe à la question relative à la préférence à donner à un homme pour exercer le professorat. Je pense qu’il faut préférer une femme et voici mes motifs : l’école reçoit un grand nombre de jeunes filles pauvres, venant des campagnes. […] Il semble qu’une telle réunion de jeunes filles est plus convenablement placée sous la protection d’une femme que sous celle d’un homme.

  • 53 AD Gironde, 5 M 562.

En deuxième lieu, ces filles sont souvent très ignorantes, elles n’entendent que le patois et il faut une extrême patience et des soins assidus pour se faire comprendre d’elles. Une femme est plus propre à descendre à ces soins que ne le serait un homme.53

  • 54 AD Gironde, 5 M 552.

31Les arguments avancés sont nettement genrés et s’appuient sur le caractère « maternel » des besoins de l’établissement pour justifier la succession féminine de Marguerite Coutanceau. L’abondante correspondance autour de ce remplacement laisse pourtant filtrer des positions plus arrêtées que le discours convenu tenu au ministre. L’attachement du comte de Tournon à la tradition féminine de l’enseignement bordelais, fondé sur une grande admiration pour la titulaire du poste, se manifeste dans une mise à l’écart persévérante des candidats masculins qui se présentent. L’un d’entre eux, le chirurgien du roi Dupouy, s’en plaint d’ailleurs auprès du comte de Breteuil, successeur de Tournon, dans les jours qui suivent sa nomination à Bordeaux en février 1822, assurant qu’il aurait obtenu la place, « si M. de Tournon n’eut témoigné à son Excellence le désir de voir cette place occupée par une femme54 ».

  • 55 AD Gironde, 1 N 3*.
  • 56 AD Gironde, 5 M 552 ; Beauvalet-Boutouyrie S., Naître à l’hôpital …, op. cit., p. 130 ; Carol A., « (...)

32Le nouveau préfet ne revient cependant pas sur la décision de son prédécesseur et c’est Caroline Dupéché, qui reprend le poste de Marguerite Coutanceau en 1823. Sa nomination a lieu sur concours, et c’est le conseil général qui vote lors de sa session de 182155. L’élection de Caroline Dupéché est le triomphe d’un milieu bordelais lié à Marguerite Coutanceau. Lors du vote, la candidate favorite recueille 16 voix sur 18 contre 2 pour Cécile Fougerai, ancienne surveillante de l’École royale de Bordeaux, aucune pour Joséphine Rougé, candidate sans appui, et plus surprenant, aucune pour Marie-Anne Boivin, gloire éternellement recalée de l’obstétrique française56.

  • 57 AD Gironde, 5 M 554.

33Passé le cap de la succession de Marguerite Coutanceau, s’ouvre une période de relative tranquillité pour l’établissement et son professeur. Les arrêtés préfectoraux de 1816 et 1817 ont établi une collaboration entre l’École d’accouchement et l’Hospice de la Maternité, ouvrant aux élèves du cours départemental l’accès à une formation pratique, supervisée par le chirurgien en chef. Cette configuration suscite des ambitions de la part du chirurgien de l’hospice et partant, une opposition sourde au cours départemental et plus encore à son professeur. La campagne contre Caroline Dupéché-Duboscq débute en 1842 ; elle part de l’Hospice de la Maternité, empruntant les relais parisiens des ministères de l’Intérieur et de l’Instruction publique pour plaider la mise à l’écart de la sage-femme professeur, au nom de l’irrégularité de l’institution, non conforme aux exigences de la loi de ventôse an xi. Or, à la différence des années 1820, le préfet y prête cette fois une oreille attentive, encouragé par le ministre de l’Intérieur57. Les raisons avancées touchent à un domaine sensible pour une femme : sa réputation morale, or, c’est en partie sur ce point que s’était joué par le passé le maintien d’une femme à la tête de l’enseignement. S’y ajoute l’accusation d’incompétence professionnelle, doublée d’un constat de prétendue déchéance de l’institution.

  • 58 AD Gironde, 1 N 48*.
  • 59 AD Gironde, 5 M 552.

34Douze ans se passent pourtant avant que la réforme ne soit mise en place, à l’issue de cinq ans de fonctionnement mixte pendant lesquels les élèves sages-femmes suivent leur première année de cours auprès de Caroline Dupéché à l’École et la seconde année à l’Hospice de la Maternité. Pendant ce temps de double professorat, les plaintes continues du docteur Dupouy, chirurgien en chef de l’hospice et ancien candidat malheureux à la succession de Marguerite Coutanceau, visent à réduire les attributions de la sage-femme, au motif que son cours purement théorique relève d’une méthode datée58. Remerciée pour ses « longs services », Caroline Dupéché est mise à la retraite en 1854 avec une confortable pension (1 200 francs annuels). Cette décision met un terme à une situation inédite en France de répartition inversée des rôles pédagogiques, dans laquelle la sage-femme prenait en charge la formation théorique et déléguait au chirurgien en chef toute la dimension pratique. Cette situation aboutissait à un plaidoyer médical en faveur d’un primat de la formation pratique (« fruit de l’expérience ») sur la théorie, développé, dès les années 1820, par le chirurgien Dupouy59. En inversant les hiérarchies locales, l’évolution des années 1840-1850 à Bordeaux a rebattu les cartes de la « théorie » et de la « pratique » dans le discours de l’enseignement obstétrical.

  • 60 Sage Pranchère N., Mettre au monde …, op. cit., p. 257-310.

35L’expérience bordelaise n’a en France qu’un équivalent : l’école départementale d’accouchement de Tulle60. Parmi les similitudes entre les deux établissements, il faut citer la forte personnalité des sages-femmes enseignantes, aux solides qualités de praticiennes et de pédagogues. Mais cela ne va guère plus loin, puisque les Corréziennes sont pour deux d’entre elles de purs produits de Port-Royal. De plus, lors de la création en 1827 de cours d’arrondissement, la Corrèze ne dispose d’aucune tradition hospitalière de réception des accouchées. La solution de continuité entre le cours d’accouchement fait en l’an x par un démonstrateur et la recréation de 1827 a tué dans l’œuf les ambitions pédagogiques des médecins et chirurgiens corréziens dans un département qui ne compte ni école secondaire ni école préparatoire de médecine. Les conditions sont donc réunies pour que le diplôme de l’école parisienne confère toute légitimité à occuper le poste de sage-femme enseignante, dans un contexte où le corps médical cherche plus volontiers son prestige dans les fonctions politiques que dans un professorat d’obstétrique. La sage-femme de l’école tulliste reste seule maîtresse à bord jusqu’en 1887 et ne perd sa primauté qu’à la faveur d’une vacance de la place, dont profite à cette date le médecin attaché à l’école.

36La valeur du diplôme parisien est à l’origine du dernier cas où s’exprime la tentation d’un professorat féminin : celui du Gers. L’exemple précoce (an xiii) éclaire en amont l’évolution corrézienne et s’inscrit dans une logique proposée par le ministre de l’Intérieur, celle d’une élève formée à l’Hospice de la Maternité de Paris devenant la référence obstétricale de ses consœurs provinciales. Après une première demande en floréal an xiii de création d’un cours, le préfet du Gers renouvelle sa requête en thermidor suivant :

  • 61 AD Gers, 5 M 6.

Il me paroîtroit également convenable d’admettre Mme Despez, élève sage-femme de l’école de la maternité qui paroît avoir eu du succès à cette école puisque le jury lui a décerné le premier prix à la clôture du second cours qu’elle y a suivi. D’ailleurs les leçons données en cette partie par une femme seroient mieux écoutées par les filles et femmes qui les suivroient et leur deviendroient plus profitables.61

37Le ministère fait la sourde oreille, tant à la demande de régularisation du cours (reconnu à demi-mot deux ans plus tard) qu’à la proposition du préfet. Les arguments avancés, proches de ceux du préfet de la Gironde, recoupent la même sensibilité à une attention féminine présentée comme plus adaptée aux élèves. En filigrane se lit une manière genrée de comprendre et d’apprendre, que le préfet désigne sans la définir vraiment. L’accouchement, affaire de femmes et de sages-femmes, impose de contenir tout ce qui y a trait dans le champ clos de l’intertransmission féminine. Pour autant, la candidate sage-femme n’est qu’une parmi tant d’hommes et cette infériorité numérique associée à une tradition masculine de démonstrateurs suffit à la repousser.

Homme et professeur, entre norme symbolique et carrières au long cours

38Les contours de la fonction professorale ont évolué depuis l’Ancien Régime. La réduction à la théorie ouvre paradoxalement un espace d’expérimentation pédagogique et de renouvellement scientifique, alors que l’obstétrique est élevée au rang de spécialité médicale. De plus, le réseau des cours départementaux d’accouchement remplit les vides laissés entre les mailles du filet des écoles de médecine ; il permet aux titulaires des postes de professeur de se hausser au niveau de leurs collègues enseignants.

  • 62 Léonard J., La vie quotidienne …, op. cit., p. 123.
  • 63 AD Loire-Atlantique, 127 T 1.
  • 64 AD Gard, 1 N 213*.

39Le gain financier n’est toutefois pas très important et on ne rencontre guère de médecins professeurs rémunérés à la hauteur de Marguerite Coutanceau (3 000 francs annuels) ou de la veuve Porte à l’école de Tulle au début des années 1880 (1 800 francs annuels). Cette modestie s’inscrit dans une pratique générale de faible rémunération des médecins et chirurgiens attachés aux hôpitaux, fondée sur l’idée qu’il serait « indécent de s’enrichir dans ce service de charité62 ». Les propositions d’enseignement gratuit du début du xixe siècle se justifient par le cumul des responsabilités hospitalières et d’une clientèle de ville. Mais à mesure que le siècle avance, ces exemples se raréfient et il faut des circonstances exceptionnelles pour qu’un médecin soit amené à enseigner sans traitement. En Loire-Inférieure, le professeur d’accouchement, par ailleurs professeur à l’école de médecine de la ville, ne reçoit aucune rémunération mais sa situation suscite en 1862 une réclamation du directeur de l’école préparatoire de médecine de Nantes auprès du préfet63. À Nîmes en 1849, le conseil général du Gard décide la fermeture du cours pour 1851 et réduit de 600 à 300 francs la rémunération du professeur avant de la supprimer complètement l’année suivante. Pendant les dix-huit années suivantes, le cours se poursuit toutefois, par la seule bonne volonté du docteur Pleindoux, qui dirige la maternité nîmoise64.

  • 65 Léonard J., La vie quotidienne…, op. cit., p. 123.
  • 66 Lors de la suppression de la chaire d’accouchements de l’école de médecine de Montpellier en l’an x (...)

40Dans la majorité des cas néanmoins, les conseils généraux votent volontiers les traitements des professeurs. Ces rémunérations sont relativement homogènes, puisque la somme la plus souvent allouée s’élève à 600 francs, soit dans la tranche haute des traitements hospitaliers65, et très constantes sur le siècle (Albi, Le Mans). Dans les Basses-Pyrénées, le traitement est fixé à 500 francs lors de la fondation du cours à Pau en 1832 ; il ne connaît qu’une seule évolution en 1841 lorsque le conseil général vote 200 francs supplémentaires annuels. Dans le département voisin des Hautes-Pyrénées, le professeur perçoit 600 francs de 1818 à 1836, puis 900 francs jusqu’à la fermeture du cours de Bagnères-de-Bigorre en 1892. Parmi les hautes rémunérations, on trouve des écoles importantes, proche d’une université ou d’une école de médecine (Strasbourg, Montpellier, Poitiers), ou possédant une aura propre (Bourg-en-Bresse : 800 francs). Les professeurs de Strasbourg atteignent ainsi les 1 000 francs, tandis que le professeur du cours d’accouchement de Montpellier bénéficie de la générosité manifestée envers le premier titulaire de la charge et touche 2 400 francs annuels jusqu’en 1832, puis 1 800 francs par la suite66. Les enseignants d’obstétrique ne font pourtant pas fortune avec ces seuls postes. Prises individuellement, leurs indemnités dépassent tout juste en moyenne la rémunération d’un simple employé de préfecture au milieu du xixe siècle, preuve que l’intérêt de ces charges ne réside décidément pas dans les traitements qui y sont attachés.

  • 67 Sur ce thème, voir Sage Pranchère N., Mettre au monde …, op. cit., p. 287-288.

41La longévité des enseignants à leur poste en fait de véritables figures tutélaires de l’obstétrique locale. Le lien entre professeur et cours d’accouchement est alors si étroit qu’il provoque une intense personnalisation de l’institution. À la mort des professeurs-directeurs dans l’Ain ou dans le Tarn les conseils généraux de ces deux départements se posent même la question du maintien de l’enseignement obstétrical. Dans le cas d’écoles où les enseignants fondateurs restent aux commandes de l’instruction pendant trente, quarante ou cinquante ans, la disparition du professeur semble signer la fin d’une époque et donc la fin d’un établissement. Tout départemental qu’il soit, le cours d’accouchement est alors assimilé à la figure fondatrice et le passage du relais nécessite d’âpres négociations. Aucun n’est toutefois supprimé pour cette raison. Les cours départementaux sont de ce point de vue dans une situation hybride, portés par la légitimité du cadre départemental mais encore très marqués par le processus traditionnel de légitimation de l’institution par les individus67.

  • 68 AD Aube, 5 M 33.
  • 69 AD Gironde, 5 M 561.

42Ce souci de continuité s’exprime dans le mode de recrutement du professeur. Celle-ci s’oppose à la pratique du concours, qui peine à s’imposer. La pratique du concours peine à s’imposer car cette méthode a contre elle d’ouvrir la porte à l’inconnu, de coûter cher et de mobiliser beaucoup d’énergie pour son organisation. Qui dit concours, dit épreuves longues : celui organisé en 1834 à Troyes en comporte quatre et se déroule sur trois journées complètes. Se succèdent une question orale commune aux trois candidats, préparée en 30 minutes et traitée en une heure ; une question écrite en six heures ; une démonstration sur le mannequin d’après les questions du jury pendant une heure complétée d’une seconde question orale à développer pendant la même durée ; et enfin, l’épreuve d’argumentation mutuelle des candidats à partir des textes rédigés pour la question écrite, en une heure aussi68. Le jury contrôle les qualités scientifiques et les capacités d’exposition des candidats. À l’inverse, le « concours » peut se réduire à l’étude par une commission des dossiers de candidature au poste, avant que le préfet ne nomme le nouveau titulaire, comme à Pau en 189269. Dans ce dernier cas, les restrictions aux candidatures (deux ans d’exercice dans le département) dénaturent la forme choisie pour le recrutement pour répondre aux inquiétudes suscitées par la perspective d’un candidat compétent mais inconnu.

  • 70 AD Vaucluse, 5 M 17.
  • 71 AD Charente-Maritime, 3 X 292 ; AD Haute-Marne, 117 T 2. Voir à ce propos J. Léonard, La vie quotid (...)

43Toutefois, le moyen le plus simple de privilégier les personnalités médicales du cru est de réserver au préfet le choix du futur professeur. Cette méthode a souvent pour résultat de rassembler entre les mêmes mains de multiples responsabilités institutionnelles. La désignation préfectorale accorde aussi une valeur particulière à la succession dynastique et permet au détenteur du poste d’en préparer la reprise par son héritier. Dans le Vaucluse, le docteur Clément fils remplace en 1847 le docteur Clément père70. L’obtention du poste s’inscrit aussi dans des réseaux plus larges de familles de médecins comme ceux de la famille Sauvé dans l’ouest de la France ou de la famille Mougeot en Champagne71. Les transmissions intrafamiliales sont donc une constante de la période. Elles marquent la capacité des titulaires de postes à anticiper leur succession, ceux-ci n’hésitant pas à chanter au préfet les louanges de leur candidat favori, lorsqu’ils sentent qu’ils ne pourront plus très longtemps poursuivre leur travail.

  • 72 AD Hautes-Pyrénées, 1 N 3* ; AD Haute-Marne, 117 T 2.
  • 73 AN, F17 /2457, Calvados ; AN, F17/2460, Haute-Garonne ; AD Corrèze, 1 X 162.

44En effet, la mainmise très longue exercée sur les chaires par certains médecins pose de multiples problèmes dont la difficulté croissante à enseigner n’est pas le moindre : surdité, comme celle qui touche le docteur Romain à Bagnères-de-Bigorre en 1825, ou encore impotence comme la « maladie chronique des jambes » dont souffre le docteur Darantière à Chaumont72. Des solutions sont dans tous les cas rapidement trouvées pour garantir la continuité de l’enseignement. Beaucoup de règlements de cours d’accouchement ont prévu ces situations en fixant les modalités de nomination d’un professeur adjoint appelé à suppléer en cas d’absence ou de maladie le titulaire (Calvados, Haute-Garonne, Cher73).

  • 74 AD Côte-d’Or, M 7 n I/2 ; AD Aveyron, 3 X 50.
  • 75 AD Haute-Marne, 117 T 2 ; AD Charente-Maritime, 3 X 292.

45Comme celle du professeur titulaire, la désignation de l’adjoint est à la discrétion du préfet, même si les commissions administratives des hospices proposent parfois une liste de candidats. La qualité d’adjoint ne correspond pas à une charge hospitalière spécifique, à quelques exceptions près comme celle du Calvados, et n’ouvre droit à aucune rémunération (Côte-d’Or, Aveyron74). Il arrive cependant que les services de cet adjoint soient reconnus sous forme d’un traitement, et celui-ci est alors laissé à la générosité du titulaire (Haute-Marne) ou résulte d’un transfert temporaire des émoluments liés au poste (Charente-Inférieure)75. La nomination d’un adjoint peut intervenir concomitamment à celle du professeur titulaire (Côte-d’Or, Puy-de-Dôme), mais aussi se faire dans l’optique de son remplacement. À Chaumont, la nomination du docteur Thivet comme adjoint a lieu tout juste quatre mois avant le décès de Darantière. Dans la quasi-totalité des cas, le poste de professeur est transmis à l’adjoint ou au plus âgé d’entre eux lorsqu’il y en a plusieurs, comme à Clermont-Ferrand dans la seconde moitié du siècle.

46Le recrutement de ces médecins fait jouer des réseaux familiaux ou de sociabilité mais ne verse pas dans le népotisme aveugle. Les fils qui succèdent à leur père ont les qualifications pour le faire. Le remplaçant de Paul Pamard à Avignon en 1862 est son fils Alfred, ancien interne des hôpitaux et hospices civils de Paris et chirurgien en chef de l’hôpital d’Avignon. Les qualités scientifiques des candidats à ce type de fonctions ont une réelle importance dans leur recrutement et les titulaires des chaires d’accouchement possèdent tous une expérience hospitalière.

  • 76 AD Haute-Marne, 117 T 2.
  • 77 AD Haut-Rhin, 1 X 94.
  • 78 Mattéi A., M. le Dr Mattéi, ses titres et ses travaux jusqu’au 1er mars 1860, Paris, impr. de Baill (...)

47L’écriture scientifique revêt une importance particulière dans le profil des professeurs. Pris entre les praticiens de campagne, souvent de seconde classe, et les références médicales des grandes villes, les professeurs de départements sans école de médecine se différencient des premiers par la volonté tenace de se rapprocher des seconds en publiant. Le docteur Thivet de Chaumont évoque en 1869, parmi ses « titres », le fait d’être l’auteur « d’un mémoire sur les grossesses extra-utérines, d’un ouvrage complet sur les fractures et les luxations, d’un traité des dents76 ». Dans le Haut-Rhin, le docteur Morel, titulaire du poste au début du xixe siècle, traduit et fait imprimer en allemand une édition annotée du petit catéchisme de Baudelocque, diffusée à mille exemplaires par la préfecture auprès des sages-femmes et officiers de santé du département77. En Corse enfin, le fugace docteur Mattéi qui enseigne à Bastia entre 1852 et 1855 publie un opuscule retraçant son parcours : M. le Dr Mattéi, ses titres et ses travaux jusqu’au 1er mars 1860, qui rassemble 71 notices d’ouvrages ou d’articles78.

  • 79 Chevreul M., Précis de l’art des accouchements, Angers, impr. de C. P. Marne, 1782. ; Précis de l’a (...)
  • 80 Maunoury C.-M.-A., Salmon P.-A., Manuel de l’art des accouchements à l’usage des élèves sages-femme (...)

48Un contexte favorable comme celui d’une ville moyenne, siège d’une école de médecine, encourage plus encore ces initiatives. Lorsque les professeurs cumulent les cours à destination des étudiants en médecine et des sages-femmes, ils sont particulièrement bien placés pour publier, à partir de leurs leçons, des manuels d’obstétrique dont la diffusion n’est pas négligeable. Le docteur Chevreul, professeur du cours d’Angers depuis les années 1780, est ainsi l’auteur en 1782 d’un Précis de l’art des accouchements publié à Angers, ouvrage mis à jour en Précis de l’art des accouchements à l’usage des étudiants en médecine et des élèves sages-femmes édité à Paris en 1826. Onze ans plus tard, une seconde édition, revue, corrigée et augmentée, paraît dans une des plus importantes maisons d’édition médicale parisienne, chez Méquignon-Marvis79. À Chartres, les docteurs Maunoury et Salmon, médecins de l’hôtel-Dieu et professeurs du cours d’accouchement, publient en 1850 à Paris et chez Baillière un Manuel de l’art des accouchements à l’usage des élèves sages-femmes80. L’ouvrage est un succès puisqu’il connaît deux rééditions revues et augmentées, en 1861 et 1874. Et si la première préface remercie les « confrères de Chartres », celle de 1861 soumet l’ouvrage aux « confrères dans l’enseignement de l’obstétrique pour les élèves sages-femmes », signe de l’ampleur nationale prise par cette publication.

  • 81 Berteau P., Docteurs Flaubert, père et fils, Luneray, Bertout, 2006, p. 28-29.
  • 82 Léonard J., La vie quotidienne…, op. cit., p. 219.

49L’exercice de la charge professorale en obstétrique ouvre donc potentiellement sur une activité scientifique qui contribue à l’aura pédagogique et au prestige social des médecins concernés. Certains y gagnent des fonctions supérieures, comme Michel Chevreul, qui devient en 1820 directeur de l’école de médecine d’Angers. À Rouen, le docteur Achille-Cléophas Flaubert assume la direction du cours d’accouchement pendant la décennie 1820, avant d’accéder à la direction de l’école secondaire de médecine au début des années 183081. Ces exemples montrent le niveau de notabilité professionnelle et sociale auquel peuvent prétendre les professeurs d’accouchement. Nombre d’entre eux sont ainsi les archétypes des « bons docteurs », proches de la population par leurs fonctions qui les placent au contact des indigents et des malades dans les hospices, reconnus par leurs pairs pour leurs qualités professionnelles et pédagogiques, et par l’administration qui leur confie en quantité des postes officiels. Le récit des obsèques en 1850 du docteur Amable Rome, professeur du cours d’accouchement de Grenoble et notable de la localité de Voreppe dans l’Isère, mentionne que le cercueil fut porté ouvert dans les rues de la bourgade pour que les habitants puissent le voir une dernière fois82.

Compléter le savoir des élèves et tenir la maison

Répétitrices et sous-maîtresses : le ballet des aides

50À l’exception des petits établissements, l’encadrement et la formation des élèves nécessite, au-delà du professeur et de la sage-femme en chef, des intervenants supplémentaires. L’enseignement des différentes matières au programme des écoles (art des accouchements, vaccine, saignée, puériculture) se fragmente alors en une constellation de répétiteurs, répétitrices, sous-maîtresses, etc.

  • 83 AD Haut-Rhin, 1 X 94.
  • 84 AD Gard, H Dépôt 12 297.
  • 85 AD Gard, 5 M 25.
  • 86 AD Gironde, 5 M 554.
  • 87 AD Gironde, 5 M 552 ; 1 N 43*.

51Le professeur se trouve ainsi à la tête d’une équipe pédagogique, majoritairement féminine. Les répétiteurs hommes (étudiants en médecine, tout jeunes praticiens) se rencontrent moins souvent que leurs équivalents féminins, pour des raisons qui touchent au refus de la mixité. À Colmar, le professeur Morel propose en 1838 au poste d’adjoint le docteur Engel son répétiteur depuis plusieurs années83. À la fin du siècle, les internes de l’Hôtel-Dieu de Nîmes réclament de pouvoir faire le cours d’accouchement lorsque le professeur en est empêché (or, à cette date, il n’y a aucun professeur titulaire)84. Cette demande est néanmoins prise en compte deux ans plus tard lorsqu’un cours d’accouchement est réorganisé dans l’hôpital85. À Bordeaux enfin, un médecin vient ainsi apprendre aux élèves sages-femmes la pratique de la saignée et de la vaccine, à partir de 181086. Cette charge est d’abord remplie par le docteur Arnezan jusqu’en 1831, puis par le docteur Charles Révolat jusqu’à la réforme de l’école en 1849. Conformément au niveau des traitements versés dans l’établissement, il perçoit pour ces quelques leçons un salaire honorable de 200 francs dans les années 1810, porté à 300 francs au plus tard dans les années 184087.

  • 88 Rogers R., « La sous-maîtresse française au xixe siècle : domestique ou enseignante stagiaire ? », (...)
  • 89 AD Corrèze, 1 X 162.
  • 90 Beauvalet-Boutouyrie S., Naître à l’hôpital …, op. cit., p. 129.
  • 91 Paul Delaunay donne à la fin de son ouvrage dans les annexes la liste des aides de la sage-femme en (...)

52La préférence va pourtant au recrutement d’un personnel auxiliaire essentiellement féminin, placé sous les ordres et la surveillance de la sage-femme en chef. Ces aides sont désignées sous les termes de répétitrices, surveillantes ou sous-maîtresses, les deux derniers renvoyant au modèle de l’enseignement secondaire féminin et plus précisément aux pensions fréquentées par les jeunes filles de la bourgeoisie88. Différence essentielle cependant : la sous-maîtresse d’une école d’accouchement est toujours déjà elle-même une praticienne diplômée pour pouvoir prétendre à cette fonction. Il faut donc différencier clairement ces répétitrices qui appartiennent au personnel du cours d’accouchement des élèves sages-femmes « suffisamment instruites » par lesquelles la maîtresse sage-femme peut « se faire remplacer momentanément pour la répétition […] lorsqu’elle [est] dans l’impossibilité de la faire elle-même89 ». Les modèles de ces figures qui peuplent les plus grandes écoles d’accouchement françaises sont à rechercher du côté de l’Hospice de la Maternité de Paris. Très tôt, la sage-femme en chef s’attache une assistante qui reçoit le titre de surveillante, pratique copiée à Bordeaux quelques années plus tard90. S’instaure aussi l’habitude de nommer aide de la maîtresse sage-femme, une, deux puis trois anciennes élèves ayant reçu la grande médaille d’or ou le premier prix de vigilance clinique à la fin de leur scolarité91. Les jeunes femmes commencent ainsi leur exercice professionnel sans quitter le giron de leur établissement de formation, tout en développant savoir pratique et qualités pédagogiques. Cette charge prédestine dès lors à l’obtention d’un poste de maîtresse sage-femme dans les cours départementaux. Plusieurs anciennes boursières du département de la Corrèze la remplissent pendant la première moitié du xixe siècle dont deux futures professeures de l’école de Tulle : Jeanne Fournial et Céleste Pomarel.

  • 92 AD Gironde, 5 M 552.

53La présence des sous-maîtresses se limite donc aux établissements accueillant beaucoup d’élèves comme Bourg-en-Bresse ou Bordeaux. Le nombre de ces auxiliaires est, tout comme leur choix, à la discrétion des enseignants. À Bourg-en-Bresse, l’école d’accouchement compte pendant ses trente premières années d’activité un personnel d’encadrement pléthorique composé de deux maîtresses sages-femmes et trois sous-maîtresses, toutes anciennes élèves du docteur Pacoud, professeur de l’établissement. Ces jeunes praticiennes sont nourries et logées dans l’école au même titre que les maîtresses sages-femmes et les élèves, et reçoivent un traitement de 200 francs pour quatre mois d’enseignement, soit la moitié de la rémunération des maîtresses sages-femmes. Dans l’École royale d’accouchement de Bordeaux, le nombre des répétitrices varie entre deux et trois pendant les années 1810-182092.

  • 93 AD Haut-Rhin, 1 X 94.
  • 94 AD Gironde, 5 M 562.
  • 95 AD Gironde, 1 N 43*.
  • 96 AD Gironde, 5 M 562.

54Le niveau des traitements est dans l’ensemble faible et le salaire de 600 francs accordé à la sous-maîtresse colmaroise en 1844 ne doit pas faire illusion puisqu’il implique que cette dernière paie sa pension à l’hospice93. Les perspectives de carrière sont minces et ces postes d’adjointes mènent rarement à la succession de la sage-femme en chef. La fin du siècle voit une accentuation de l’exigence de niveau sans qu’elle s’accompagne d’une augmentation de la rémunération. En 1896, l’école bordelaise recrute une répétitrice pour le cours de première année94 avec une indemnité annoncée de 300 francs par an, somme qui n’a pas changé depuis au moins 184995. En revanche, le choix passe désormais par un concours ouvert aux seules sages-femmes de première classe et des épreuves exigeantes (composition écrite d’anatomie ou de physiologie, dissertation orale de pathologie)96. Le jury est composé des trois professeurs attachés au cours départemental d’accouchement et d’un représentant de la commission de surveillance de l’établissement.

55Le devenir de ces auxiliaires pédagogiques est difficile à suivre. Généralement jeunes, encore qu’il faille le nuancer pour le premier tiers du siècle (30 ans pour Marie-Anne Boivin, 39 pour Cécile Fougeray), les sous-maîtresses, adjointes, répétitrices ou surveillantes sont les petites mains des grandes écoles et bénéficient de leur prestige. Le contenu de leurs fonctions peut se limiter à la stricte répétition des leçons aux élèves, mais aussi s’étendre à l’encadrement plus quotidien des pensionnaires, créant des hiérarchies subtiles sous l’autorité première du professeur, relayée par celle de la sage-femme en chef. Bien d’autres questions demeurent : la durée de cette activité, ses effets sur la suite de leur vie professionnelle, la brigue ultérieure d’un poste de sage-femme hospitalière, attachée ou non à un cours d’accouchement. Les réponses manquent, tant les informations sur ce personnel féminin annexe sont fragmentaires et mal conservées, à l’inverse d’un personnel masculin moins nombreux mais bien documenté, et pour qui ce type d’entrée dans le système hospitalier et d’enseignement médical constitue en général un tremplin professionnel. On peut toutefois envisager qu’avoir rempli pendant quelque temps ces fonctions apporte aux sages-femmes nouvellement diplômées deux avantages objectifs : elles y gagnent quelques années susceptibles de leur assurer la confiance d’une clientèle souvent rétive à s’en remettre à de trop jeunes praticiennes, et elles aiguisent leur sens de l’observation clinique au contact permanent des parturientes.

Sous l’autorité des Sœurs…

  • 97 AD Saône-et-Loire, M 2085.

Que Mlle Buellet surveille, suive et fasse suivre votre enseignement, c’est bien ; elle le peut, mais elle est trop jeune et n’a point le costume qui convient pour donner à votre établissement cette garantie que réclament toutes les opinions […].97

56Ainsi s’exprime en 1836 le docteur Pacoud, fondateur de l’école de Bourg-en-Bresse, dans une lettre à son collègue de Saône-et-Loire. L’enseignement des sages-femmes peut être confié à une sage-femme mais pour tout le reste, il faut un « costume », de religieuse s’entend.

  • 98 Langlois C., Le catholicisme au féminin…, op. cit., p. 112-113 ; J. Léonard, « Femmes, religion et (...)
  • 99 Ces communautés bénéficient très précocement d’un rayonnement régional ou suprarégional important, (...)
  • 100 AD Haute-Marne, 118 T 1 ; AN, F17 /2456, Ain ; AN, F17 /2460, Finistère ; sur les sœurs de Saint-Ch (...)
  • 101 Sur la Corrèze, voir Sage Pranchère N., Mettre au monde…, op. cit., p. 278-279 ; sur l’école de Cle (...)

57La place occupée par les religieuses au sein des cours d’accouchement ne se comprend qu’eu égard à la place qu’elles occupent plus largement dans les institutions de soins, d’assistance et dans les prisons au xixe siècle98. L’extension de leur activité aux écoles d’accouchement se fait quasi naturellement, réserve faite des congrégations qui refusent tout contact avec des femmes enceintes. Sœurs de Saint Joseph (Bourg-en-Bresse, Clermont-Ferrand), sœurs de la Charité ou de la Charité de Nevers (Tulle, Bourges, Dax), sœurs de la Sagesse (Toulon), sœurs de Saint-Thomas (Brest) reçoivent ainsi la charge de l’entretien quotidien des cours d’accouchement et des maternités qui y sont annexées99. Lorsque l’enseignement obstétrical est dispensé dans un hospice, le choix se porte sur les sœurs déjà attachées à l’établissement ; lorsque l’école s’installe dans un local propre, ce sont les préfets qui se mettent en quête de religieuses pour veiller à l’économie de la maison. L’ancrage régional de certaines communautés se fait parfois sentir. Dans la Meuse, l’intendance de l’institution est confiée aux sœurs de Saint-Charles, dont la maison-mère est à Nancy ; dans l’Ain, les sœurs de Saint-Joseph viennent de la maison-mère de Lyon ; à Brest, les sœurs attachées à l’école appartiennent à la congrégation de Saint-Thomas-de-Villeneuve fondée à Lamballe100. Au-delà, les correspondances entre préfets et entre médecins font circuler la bonne réputation de certaines congrégations : en 1844, le préfet de la Corrèze fait transmettre par son collègue de l’Ain aux sœurs de la Charité de Nevers, installées à Bourg, une demande d’envoi de religieuses à l’école de Tulle ; en 1831, le préfet du Puy-de-Dôme, lui-même ancien préfet de l’Ain, propose à trois sœurs de Saint-Joseph de prendre la direction et surveillance du cours101.

58L’installation des religieuses ne coïncide pas toujours avec la fondation du cours car la présence des congréganistes se justifie essentiellement par l’existence d’une maternité et d’un internat. L’approvisionnement en nourriture, linge et mobilier de l’établissement, la surveillance de la confection des repas, celle du blanchissage, l’entretien des infirmeries et des dortoirs constituent une occupation à plein temps et provoquent fréquemment, lorsqu’ils sont laissés à la charge de la maîtresse sage-femme, des conflits entre cette dernière et l’administration départementale, toujours pointilleuse sur l’utilisation des deniers publics. Le récit de l’installation à Clermont-Ferrand des sœurs de Nevers illustre l’abandon d’une gestion laïque au profit d’une congrégation :

  • 102 Ibid.

Au début de la création de cette école les religieuses de l’école d’accouchement appartenaient à l’ordre des sœurs de la Miséricorde. Et puis – il n’y a rien de nouveau sous le soleil – un beau jour on laïcisa. À la place des religieuses, on installa une directrice, une cuisinière, une servante laïques ; mais l’économe chargé des dépenses de l’école s’aperçut un beau jour que l’anse du panier dansait des pas absolument échevelés. […] Le département du Puy-de-Dôme avait en ce moment à sa tête un préfet qui venait du département de l’Ain et qui avait vu à l’école d’accouchement de Bourg les sœurs de Saint Joseph. Il proposa de faire venir à Clermont quelques-unes de ces sœurs ; la proposition fut acceptée et en 1831, trois religieuses de Saint Joseph remplaçaient les laïques à l’école d’accouchement de la place Sidoine-Apollinaire.102

  • 103 AN, F17/2458, Charente-Inférieure.

59La remise de ces tâches entre les mains de religieuses contre des traitements qui recouvrent frais de nourriture et de vestiaire entraîne une redistribution des rôles à l’intérieur des établissements. La présence de religieuses permet en outre de leur déléguer ou du moins de partager l’encadrement moral des élèves. En l’absence de sage-femme en chef, la supérieure récupère l’ensemble des obligations que fixe, pour la surveillance des élèves internes, le règlement de l’Hospice de la Maternité de Paris. Ainsi, en Charente, le règlement de 1813 prévoit, dans le chapitre Police de l’établissement, que la supérieure de l’hospice accueille les élèves, leur accorde d’éventuelles permissions de sortie et fasse régner la discipline au besoin par des sanctions103.

60Ce type d’organisation remplit pleinement le projet de claustration des élèves, dans une ambiance qui s’approche du noviciat. L’objectif est de faire des congréganistes des modèles complémentaires des sages-femmes enseignantes, capables de transmettre aux futures accoucheuses les vertus chrétiennes qui irriguent la description idéale de la praticienne. On retrouve cette fonction dans la liste des tâches imparties aux sœurs de la Charité à l’Hospice de la Maternité de Bourges, qui résume bien l’accumulation des attentes envers ces dernières :

  • 104 AD Corrèze, 1 X 162.

Art. 8 : Les deux sœurs hospitalières seront spécialement chargées de la partie morale de l’établissement : en conséquence, elles auront l’inspection sur la conduite des femmes enceintes et des élèves sages-femmes : elles devront leur donner à toutes l’instruction religieuse, leur expliquer le catéchisme sous la direction du chapelain, les instruire à administrer le baptême aux enfans en danger de mort, présider à l’accomplissement de leurs divers devoirs dans la maison, […] et leur apprendre à soigner les malades.104

  • 105 Au cours du xixe siècle, cet apprentissage passe au second plan même s’il est encore régulièrement (...)
  • 106 AD Gironde, 5 M 552 ; 5 M 561.
  • 107 Lalouette J., « Expulser Dieu… », art. cit., p. 29-31 ; Brais B., « Désiré Magloire Bourneville and (...)

61L’instruction religieuse, selon le modèle de l’enseignement primaire et pour permettre l’administration correcte du baptême, tient une place non négligeable dans la formation des sages-femmes105. L’assistance régulière au culte est inscrite dans les emplois du temps des élèves : à Bordeaux, le règlement de 1818 précise l’envoi des élèves catholiques à la messe et des élèves protestantes au temple106. On assiste néanmoins à partir des années 1870 à une remise en cause ponctuelle mais de plus en plus fréquente de la place occupée par les devoirs cultuels dans l’emploi du temps des élèves et, dans le même temps, à une progressive mise à l’écart des religieuses. Le mouvement n’est pas propre aux écoles d’accouchement ; il s’insère plus largement dans le mouvement de revendication de la laïcisation des espaces scolaires et hospitaliers. La formation obstétricale est à la croisée des chemins, mais suit plutôt la voie hospitalière, plus lente à se pourvoir d’un personnel laïc en cours d’apparition pendant ces décennies107.

62Les contestations dénoncent les excès religieux et l’inadaptation des sœurs aux établissements d’enseignement obstétrical. En août 1880, une lettre anonymée parvient à la commission départementale de la Drôme sur le régime de l’école de Bourg-en-Bresse où sont envoyées les boursières de ce département. Reprenant l’organisation de l’emploi du temps dans son courrier, la rédactrice exprime de très vives critiques sur le « carcan » religieux que ferait subir la supérieure aux élèves :

  • 108 AD Drôme, 5 M 20.

2° À cinq heures et quart on se rend à la salle d’études et là jusqu’à six heures, prière d’abord, sermon ensuite débité par la supérieure. Si la prière est un devoir pour quiconque a une croyance, est-ce aussi nécessaire d’écouter chaque matin un sermon ? Quel peut en être le fruit ? Pas autre évidemment que celui de provoquer le sommeil et de faire perdre un temps précieux.108

63Une perte de temps, une perte d’énergie aussi dans un contexte d’études difficiles et exigeantes, telles sont les premières récriminations de l’auteur, bientôt suivies d’aussi vives critiques sur la qualité de l’alimentation, le confort général de l’école et le niveau de la formation. Mais derrière ces premières lignes, perce surtout une conscience heurtée à plusieurs égards :

Puis il faut bien observer que parmi ces élèves, il s’en trouve qui professent des croyances religieuses dissidentes de celles du catholicisme romain, qui sont astreintes comme les autres à prendre part à la prière commune du matin et du soir, à assister à la messe et aux sermons. Toutes pourtant obéissent à l’ordre parce que celles qui s’y refuseraient seraient probablement mal vues et mal notées. […]

15° Ce rapport ne serait pas complet si j’omettais quelques autres renseignements qui ont bien aussi leur valeur. À savoir : […] 2° Que Madame la Supérieure ne concentre pas son zèle à prêcher chaque matin sur la religion ou la morale mais qu’en outre elle s’enhardit jusqu’à manifester sa réprobation pour la forme républicaine. Les rois valent mieux, a-t-elle dit, il faudrait pour roi Henri V, aux femmes mariées qui l’écoutaient, elle a donné le conseil d’engager leurs maris à voter pour un roi.

64Visiblement protestante et républicaine, la jeune femme rejette en bloc tout ce que représente le fonctionnement de l’école de Bourg-en-Bresse. Les dénégations de la préfecture de l’Ain, renforcées de témoignages contradictoires d’autres élèves sages-femmes et du personnel de l’établissement, ne suffisent pas à ramener la pleine confiance chez le préfet et les conseillers généraux de la Drôme. Décision est alors prise d’envoyer dans une autre école les boursières du département.

65Second reproche : l’inadaptation, que celle-ci soit dénoncée sur un mode virulent ou apaisé. La laïcisation de l’école d’accouchement de Tulle en 1881 est concomitante de la laïcisation des hôpitaux parisiens. Les sœurs de Nevers, encensées quelques années plus tôt pour leurs vertus de pureté, douceur et patience, sont clouées au pilori par les conseillers généraux républicains qui n’hésitent pas à manier la référence égrillarde. De même les crédits consacrés au culte sont supprimés par un tour de passe-passe rhétorique qui redéfinit l’institution en « clinique d’accouchement ». La laïcisation tulliste se déroule dans un climat d’unanimité, ce qui n’est pas le cas à Clermont-Ferrand où le remerciement des sœurs de Saint-Joseph en 1896 donne lieu à une violente campagne de presse contre la décision préfectorale. L’indignation toute politique du journaliste de L’Avenir du Puy-de-Dôme se construit sur une déploration de la « mise à la porte » des religieuses, saintes et martyres de la cause laïcisatrice, pour exploser finalement en imprécations contre les anticléricaux :

C’était vrai : on les chasse. Et sœur Pauline me dit tout cela sans un mot de colère, toujours sur le visage le même sourire, immuablement fixé. Il y a 53 ans qu’elle était à Clermont ; elle était bien jeune, elle avait vingt-trois ans quand elle quitta la maison de Bourg pour venir ici. Il y a quelques années, on célébra ses noces d’or.

  • 109 AD Puy-de-Dôme, N 469, L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 octobre 1896.

Sur ses lèvres le sourire s’est arrêté ; derrière les paupières, on devine les larmes, les vraies larmes qui montent du cœur. […] Combien de fois depuis vingt ans ai-je entendu les mêmes choses. Sœurs d’écoles, sœurs d’hôpitaux, toutes sont parties, comme sœur Pauline, sans un mot de haine ou de colère, expulsées les unes après les autres sans aucun motif. […] Espère-t-on faire des économies avec des laïques ? Allons donc. L’expérience est faite aujourd’hui et les contribuables savent ce qu’elle coûte. La laïcisation de l’école d’accouchement de Clermont n’est donc que la conséquence de la campagne anticléricale qui se poursuit en Auvergne : au moment où le vent est à l’apaisement, à l’union de tous les Français, il est triste de constater que des sectaires viennent troubler la paix intérieure et jeter la division parmi nous.109

66De l’Auvergne toute catholique à la Corrèze déjà largement déchristianisée, les conseils privilégient de plus en plus fréquemment une gestion laïque. L’intégration croissante des services de maternité dans les hôpitaux, soutenue par une dynamique architecturale et sanitaire qui renouvelle profondément le visage de l’immobilier hospitalier, participe de ce dessaisissement des congrégations, les écoles suivant les maternités comme c’est le cas à Clermont-Ferrand (ill. 6) ou plus tôt à Bordeaux en 1877. Au-delà, la hausse des exigences en matière d’hygiène, l’essor d’un nouveau corps professionnel laïc, celui des infirmières, et un certain recul de l’idéal claustral pour l’éducation féminine contribuent à rendre les religieuses moins nécessaires à ces établissements, moins congruentes à leur évolution sociale et scientifique.

… et sous l’œil des commissions de surveillance

67Le caractère public des cours départementaux d’accouchement ne se réduit pas à la subvention annuelle du conseil général et à la nomination du personnel. Si les professeurs sont parfois désignés comme les « surveillants-nés » de ces cours (Calvados, 1808), la haute main reste à l’administration. Souvent directeur en titre de ces établissements, le préfet délègue cette charge en l’inscrivant parmi les compétences d’une des divisions de la préfecture, mais une surveillance directe reste pesante pour le personnel administratif. La méthode la plus simple pour remédier à ces inconvénients est de confier à une commission le soin de veiller aux destinées de l’établissement, puis d’en rendre compte au préfet une ou plusieurs fois dans l’année.

  • 110 AD Corrèze, 1 X 162 ; AD Aube, 5 M 33.
  • 111 AD Saône-et-Loire, M 2085.

68L’intégration de nombreux cours d’accouchement dans le système hospitalier désigne naturellement la commission administrative des hospices comme interlocutrice privilégiée du personnel de la formation obstétricale, des élèves sages-femmes et de l’administration préfectorale. Les règlements fixent alors cette délégation d’attribution (Cher, Aube110). Le rôle de la commission s’étend bien au-delà de la surveillance du fonctionnement matériel de l’école, puisqu’elle est sollicitée pour le choix du personnel, qu’elle fournit parfois ce personnel, et qu’elle apparaît en cas de conflit interne comme une instance d’arbitrage. Elle peut être amenée à proposer un règlement intérieur et à préciser de ce fait la répartition des domaines d’autorité, quitte à limiter son propre champ d’intervention : « (Saône-et-Loire, 1833) Art. 21. Les devoirs de chacun étant clairement tracés et définis, il est interdit à qui que ce soit de s’immiscer dans ce qui doit lui rester étranger111. »

  • 112 Baron P. (Dr.), Sages-femmes et maternité à Dijon, op. cit., p. 82-83.
  • 113 AD Aisne, RD CG Aisne, 1834.

69Néanmoins, selon la situation de l’école, sa taille, son fonctionnement dans le cadre d’un réseau multiple d’institutions ou au contraire son autonomie, l’appui sur la commission administrative des hospices n’est pas toujours possible. À Dijon, la première décennie d’existence de la maternité annexée au cours d’accouchement s’écoule sous la seule direction du professeur et de la sage-femme, une surveillance molle étant exercée de loin en loin par un membre du conseil municipal112. La commission peut signifier son désintérêt pour l’affaire (Aisne113) ou ne pas avoir la disponibilité nécessaire au suivi de l’établissement. Deux choix se présentent alors : accepter une prise en main directe avec tous les inconvénients qu’elle comporte ou constituer une commission ad hoc, spécifiquement créée pour le cours d’accouchement et qui prend alors l’appellation de « commission de surveillance ».

  • 114 AD Var, 9 M 5 2/1.

70La nomination au sein de la commission administrative des hospices d’un petit nombre de membres (entre trois et cinq) permet à la préfecture de disposer d’interlocuteurs précis et stables, qu’elle a en général elle-même désignés. Le règlement du cours d’accouchement de Toulon (1814) opte pour ce système114 et détaille les prérogatives de cette commission qui portent, entre autres, sur les modalités d’admission des élèves (articles 6 à 9). Mais la dualité commission administrative/commission de surveillance complique le fonctionnement au lieu de le simplifier et, lors de la révision du règlement en 1832, l’administration des hospices reprend complètement les rênes, sans plus faire mention d’une quelconque commission de surveillance.

  • 115 Allard M., Recueil méthodique des lois, ordonnances, règlements, arrêtés et instructions, relatifs (...)
  • 116 AD Charente-Maritime, 3 X 299.
  • 117 Ibid. ; AD Corrèze, 1 X 177*.
  • 118 AN, F17/2458, Corrèze.

71Cet abandon prend place, de manière surprenante, au moment où le gouvernement décide de généraliser l’institution de commissions de surveillance auprès des établissements publics d’enseignement et au-delà. L’arrêté du conseil royal de l’instruction publique, en date du 14 décembre 1832, instaure auprès de chaque école normale primaire une commission de ce type pour les aspects « d’administration, d’enseignement et de discipline115 ». C’est en substance le résumé des attributions dont disposent les commissions de surveillance des cours d’accouchement jusqu’à la fin du siècle : Tulle (1834), La Rochelle (1850), Rodez (1859). D’autres établissements en créent, à des dates qu’il n’est pas toujours possible de préciser : Bordeaux (1879 au plus tard), Pau (1883 au plus tard). La commission se réunit une ou plusieurs fois par semaine, ses membres font des visites régulières de l’institution (quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle) et rendent compte en séance de leurs observations116. Des registres sont tenus qui enregistrent les délibérations et la commission a toute latitude pour se faire présenter tous les documents ayant trait aux dépenses de l’école117. Elle exerce en outre un contrôle disciplinaire sur les élèves puisqu’elle est seule à pouvoir infliger certaines punitions (privation de plus de quinze jours de parloir, privation réitérée de sortie, chambre de discipline pour plus de quatre jours) et à proposer au préfet l’exclusion des examens et le renvoi d’une élève118.

  • 119 L’exemple corrézien montre un tournant à partir des années 1860 : les médecins auparavant majoritai (...)
  • 120 AD Haute-Marne, 118 T 1.
  • 121 Baron P. (Dr.), Sages-femmes et maternité à Dijon, op. cit., p. 83.

72La composition de ces commissions reste néanmoins floue. Il faut attendre le dernier quart du xixe siècle pour que les textes prennent la peine de définir la nature des membres appelés à entrer dans ce genre de commission. Cette précision accrue se fait souvent au détriment du corps médical119, même si quelques exceptions subsistent comme dans le cas de l’école paloise en 1883 : « Cette commission sera composée de deux dames de la Société de charité maternelle de Pau et de quatre médecins et chirurgiens. Elle sera présidée par le préfet120 ». La réforme de l’élection des conseillers généraux en 1871 accroît le poids des représentants politiques dans les commissions, tandis que s’élève la part des fonctionnaires en charge de services départementaux. Après avoir été gérée depuis 1832 par la commission administrative de l’hôpital qui accueille la maternité, l’école d’accouchement de Dijon est dotée en 1879 d’une commission de surveillance comprenant deux membres du conseil général, deux membres du conseil municipal et les inspecteurs du service des enfants assistés121.

73La présence de conseillers généraux au sein des structures de surveillance des écoles d’accouchement marque après 1871 la reconnaissance incontournable du poids des élus. Au-delà, le conseiller-membre de la commission est par essence un défenseur de l’institution, susceptible avant 1871, et plus encore après cette date, de plaider en sa faveur pendant les sessions annuelles. Cette représentation est une preuve supplémentaire de l’ancrage local des établissements de formation obstétricale, fleurons départementaux à préserver et à exalter.

  • 122 Lefaucheur N., « La création des services de maternité… », art. cit.

74Exceptionnel par la personnalité remarquable de ses enseignants, le fonctionnement pédagogique de l’Hospice de la Maternité de Paris n’en travaille pas moins profondément tout au long du siècle l’enseignement obstétrical français. Si l’on souhaitait réduire cette influence à l’exemplarité réductrice de quelques noms, l’on pourrait dire que la postérité concrète de Marie-Louise Lachapelle a de loin dépassé au xixe siècle celle d’Angélique du Coudray. Le modèle scolaire né à l’Office des Accouchées sous l’Ancien Régime et repris par la fondation de l’Hospice de la Maternité de Paris a consacré une figure neuve : la sage-femme hospitalière, subordonnée mais pleinement enseignante. Il y a objectivement, entre Marie Dugès dans les années 1770 et une sage-femme en chef de province en 1850, un recul d’autorité. Mais l’évolution de la formation des accoucheuses a multiplié les secondes quand la première était aussi omnipotente que seule dans son genre. Le xixe siècle est jusqu’aux années 1870 pour le personnel obstétrical féminin le temps d’une conquête. Les cours publics d’accouchement font aux sages-femmes une place inédite et leur ouvrent les portes de l’hôpital, à part égale avec les congréganistes, mieux placées que les religieuses pour desservir cette invention qu’est l’institution de la maternité. À leurs côtés, les médecins-professeurs de province, éloignés pour beaucoup d’entre eux des enjeux de pouvoir hospitalo-universitaires, confortent leur notabilité, dans une duplication tranquille du modèle parisien, sans les concurrences qui déchirent à partir des années 1880 chirurgiens et accoucheurs des hôpitaux122.

  • 123 Beauvalet S., « Faut-il supprimer les maternités ? », art. cit.

75Monde idyllique alors que celui des cours d’accouchement ? Non sans doute, car traversé des tensions qui pèsent sur la pérennité des institutions, perméable aux débats qui à partir de 1858 clouent au pilori les maternités hospitalières123. Monde paisible pourtant, en terre de hiérarchies intériorisées qui disent par contraste la violence des remises en cause personnelles subies par quelques sages-femmes hors rang. Dans le processus de professionnalisation, la sage-femme a perdu le bénéfice d’intertransmission d’un savoir-faire, pour obtenir une part de la transmission d’un savoir. La mue de l’art des accouchements en obstétrique y a joué plus que son rôle.

Notes

1 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin…, op. cit., p. 113 sq. ; Gelbart N. R., The King’s Midwife…, op. cit., et avant cela du même auteur : « Midwife to a Nation : Mme du Coudray serves France », dans Marland H. (dir.), The Art of Midwifery…, op. cit., p. 131-151.

2 Parmi ces exceptions, on peut néanmoins citer Louise Chemery, démonstratrice à Montagne-sur-Aisne dans la Marne, AD Marne, L 1248.

3 Beauvalet-Boutouyrie S., Naître à l’hôpital…, op. cit., p. 124-134.

4 RLRES 1, p. 87-88.

5 Delaunay P., La Maternité …, op. cit., p. 248-249.

6 Beauvalet-Boutouyrie S., Naître à l’hôpital …, op. cit., p. 131-132.

7 Lefort L., « Discussion sur l’hygiène des maternités », Bulletin de la société de chirurgie de Paris pendant l’année 1866, Paris, Victor Masson et fils, 1867, p. 208-209.

8 Cette préférence se maintient au fil du siècle. Voir Léonard J., La vie quotidienne du médecin de province au xixe siècle, Paris, Hachette, 1977, p. 129.

9 AN, F17/2460, Eure-et-Loir.

10 AN, F17/2458, Charente.

11 AN, F17/2457, Ariège ; AD Aveyron, 3 X 50.

12 AN, F17/2460, Haute-Garonne ; AD Côte-d’Or, M 7 n I/2.

13 AD Saône-et-Loire, M 2088 ; AD Haute-Marne, 118 T 1.

14 AD Alpes-de-Haute-Provence, 5 M 6.

15 AD Calvados, M 4087.

16 AD Saône-et-Loire, M 2088 ; AD Charente-Maritime, 3 X 299 ; AN, F17/2460, Haute-Garonne ; AD Marne, 32 X 24.

17 AD Gers, 5 M 6, les deux règlements (Auch et Dax) prévoient la possibilité de suppléance du professeur par la sage-femme en chef en cas d’absence ou de maladie ; AD Aube, 5 M 33.

18 AD Haute-Marne, 118 T 1.

19 L’un des seuls exemples de sage-femme en chef dispensant un enseignement théorique est celui fourni par le règlement du cours marseillais (AD Alpes-de-Haute-Provence, 5 M 6). L’article est démarqué du règlement parisien mais soumet le programme des leçons faites par la sage-femme en chef à la décision du professeur.

20 AD Charente-Maritime, 3 X 299.

21 AD Corrèze, 1 X 162.

22 AD Saône-et-Loire, M 2088 ; AD Corrèze, 1 X 162.

23 AD Aube, 5 M 33.

24 AD Corrèze, 1 X 162.

25 AD Charente-Maritime, 3 X 297.

26 AD Aube, 5 M 33.

27 AD Corrèze, 1 X 162.

28 La date en italiques correspond à l'entrée en fonction comme adjoint-e.

29 Baron P. (Dr.), Sages-femmes et maternité à Dijon, op. cit., p. 80-82.

30 AD Corrèze, 1 J 87/10* ; Delmas A., « Origines et jeunesse du professeur Henri-Victor Vallois », Bulletin et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 1982, no 9-2, p. 94-95 ; Dulieu L., La médecine à Montpellier, t. 4, De la Première à la Troisième République, Avignon, Presses universelles, 1988-1990, vol. 1, p. 304.

31 AD Marne, 32 X 24 ; AN, F17/2463, Loiret.

32 AN, F17/2457, Ariège.

33 Arrêté préfectoral du 11 décembre 1820, art. 3, cité dans Baron P. (Dr.), Sages-femmes et maternité à Dijon, op. cit., p. 69.

34 AD Alpes-de-Haute-Provence, 5 M 6.

35 AD Hérault, 1 X 795 ; AD Aveyron, 3 X 51 ; AD Calvados, M 4087.

36 AD Hérault, 1 X 795.

37 Dès lors que la sage-femme en chef est tenue à la résidence continue dans l’établissement, elle perd le droit d’exercer en ville.

38 Baron P. (Dr.), Sages-femmes et maternité à Dijon, op. cit., p. 81-82.

39 AD Haute-Vienne, I/L 111.

40 RD CG Ain, 1867.

41 AD Aisne, RD CG Aisne, 1875. Cette maîtresse sage-femme est un des plus beaux exemples de progression salariale par la revendication : elle passe en 1844 de 300 à 450 francs, en 1858, de 450 à 600 francs, en 1865, de 600 à 700 francs et entre cette date et 1875, de 700 à 1 150 francs.

42 Daubié J.-V., La femme pauvre au xixe siècle, op. cit., p. 100.

43 Rogers R., « Le professeur a-t-il un sexe ? Les débats autour de la présence d’hommes dans l’enseignement secondaire féminin, 1840-1880 », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 1996-4 [en ligne].

44 Gélis J., La sage-femme ou le médecin…, op. cit., p. 123 ; Contis A, « Madame du Coudray et Madame Coutanceau. La création des cours d’accouchement en Aquitaine après 1760 », Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, no 15, 2009, p. 77-100.

45 Béchir F., Accoucheuses, matrones, sages-femmes à Bordeaux au xviiie siècle, op. cit. ; Penot C., L’École d’accouchement de Bordeaux au xixe siècle, op. cit. ; Poirier J.-P., Histoire des femmes de science en France, du Moyen Âge à la Révolution, Paris, Pygmalion, 2002, p. 199-200.

46 AD Gironde, 5 M 552.

47 Ibid.

48 AN, F17/2461, Gironde.

49 Cette argumentation est résumée en 1845 dans le formule d’un professeur de pensionnat pour jeunes filles : « Instituteur a un féminin, professeur n’en a pas », voir Rogers R., « Le professeur a-t-il un sexe ? », art. cit.

50 AN, F17/2461, Gironde.

51 AD Gironde, 5 M 552.

52 Ibid.

53 AD Gironde, 5 M 562.

54 AD Gironde, 5 M 552.

55 AD Gironde, 1 N 3*.

56 AD Gironde, 5 M 552 ; Beauvalet-Boutouyrie S., Naître à l’hôpital …, op. cit., p. 130 ; Carol A., « Sage-femme ou gynécologue ?... », art. cit.

57 AD Gironde, 5 M 554.

58 AD Gironde, 1 N 48*.

59 AD Gironde, 5 M 552.

60 Sage Pranchère N., Mettre au monde …, op. cit., p. 257-310.

61 AD Gers, 5 M 6.

62 Léonard J., La vie quotidienne …, op. cit., p. 123.

63 AD Loire-Atlantique, 127 T 1.

64 AD Gard, 1 N 213*.

65 Léonard J., La vie quotidienne…, op. cit., p. 123.

66 Lors de la suppression de la chaire d’accouchements de l’école de médecine de Montpellier en l’an xii, le professeur concerné continue néanmoins de toucher un traitement de 6 000 francs, soit 3 000 francs pour la part fixe équivalente à celle de ses collègues restés à l’école de médecine, et autant pour la part casuelle. Se réservant l’enseignement théorique, Senaux, le titulaire du poste, obtient la nomination d’un adjoint appointé à 3 000 francs par le conseil général. Il faut attendre la transformation du poste en chaire de professeur du cours départemental d’accouchements et le passage de l’enseignement au système du pensionnat pour que le traitement du professeur soit redéfini et fixé à 2 400 francs, voir Delmas P., Sept siècles d’obstétrique…, op. cit., p. 50-52 et AD Hérault, 1 N 3* et 5*.

67 Sur ce thème, voir Sage Pranchère N., Mettre au monde …, op. cit., p. 287-288.

68 AD Aube, 5 M 33.

69 AD Gironde, 5 M 561.

70 AD Vaucluse, 5 M 17.

71 AD Charente-Maritime, 3 X 292 ; AD Haute-Marne, 117 T 2. Voir à ce propos J. Léonard, La vie quotidienne …, op. cit., p. 14.

72 AD Hautes-Pyrénées, 1 N 3* ; AD Haute-Marne, 117 T 2.

73 AN, F17 /2457, Calvados ; AN, F17/2460, Haute-Garonne ; AD Corrèze, 1 X 162.

74 AD Côte-d’Or, M 7 n I/2 ; AD Aveyron, 3 X 50.

75 AD Haute-Marne, 117 T 2 ; AD Charente-Maritime, 3 X 292.

76 AD Haute-Marne, 117 T 2.

77 AD Haut-Rhin, 1 X 94.

78 Mattéi A., M. le Dr Mattéi, ses titres et ses travaux jusqu’au 1er mars 1860, Paris, impr. de Bailly, Divry et Cie, 1860.

79 Chevreul M., Précis de l’art des accouchements, Angers, impr. de C. P. Marne, 1782. ; Précis de l’art des accouchements à l’usage des étudiants en médecine et des élèves sages-femmes, Paris, 1826, Crevot pour cette édition, et Paris, Méquignon-Marvis, 1837, pour la suivante.

80 Maunoury C.-M.-A., Salmon P.-A., Manuel de l’art des accouchements à l’usage des élèves sages-femmes, Paris, J.-B. Baillière, 1850.

81 Berteau P., Docteurs Flaubert, père et fils, Luneray, Bertout, 2006, p. 28-29.

82 Léonard J., La vie quotidienne…, op. cit., p. 219.

83 AD Haut-Rhin, 1 X 94.

84 AD Gard, H Dépôt 12 297.

85 AD Gard, 5 M 25.

86 AD Gironde, 5 M 554.

87 AD Gironde, 5 M 552 ; 1 N 43*.

88 Rogers R., « La sous-maîtresse française au xixe siècle : domestique ou enseignante stagiaire ? », Histoire de l’éducation, 2003, no 98, p. 37-60.

89 AD Corrèze, 1 X 162.

90 Beauvalet-Boutouyrie S., Naître à l’hôpital …, op. cit., p. 129.

91 Paul Delaunay donne à la fin de son ouvrage dans les annexes la liste des aides de la sage-femme en chef, voir La Maternité …, op. cit., p. 425-427.

92 AD Gironde, 5 M 552.

93 AD Haut-Rhin, 1 X 94.

94 AD Gironde, 5 M 562.

95 AD Gironde, 1 N 43*.

96 AD Gironde, 5 M 562.

97 AD Saône-et-Loire, M 2085.

98 Langlois C., Le catholicisme au féminin…, op. cit., p. 112-113 ; J. Léonard, « Femmes, religion et médecine… », art. cit., p. 889 ; Lalouette J., « Expulser Dieu : la laïcisation des écoles, des hôpitaux et des prétoires », Mots, 1991, no 27, p. 29-30 ; Langlois C., « L’introduction des congrégations féminines dans le système pénitentiaires français. 1839-1880 », dans Petit J.-G., La prison, le bagne et l’histoire, Genève, Méridiens, 1984, p. 129-140.

99 Ces communautés bénéficient très précocement d’un rayonnement régional ou suprarégional important, voir von Bueltzingsloewen I., « Confessionnalisation et médicalisation des soins aux malades au xixe siècle », RHMC, 1996, 43-3, p. 636.

100 AD Haute-Marne, 118 T 1 ; AN, F17 /2456, Ain ; AN, F17 /2460, Finistère ; sur les sœurs de Saint-Charles, voir Leclerc X., La vocation hospitalière des Sœurs de Saint-Charles, thèse pour le doctorat en médecine, Nancy I, 1984.

101 Sur la Corrèze, voir Sage Pranchère N., Mettre au monde…, op. cit., p. 278-279 ; sur l’école de Clermont-Ferrand, AD Puy-de-Dôme, N 469, L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 octobre 1896.

102 Ibid.

103 AN, F17/2458, Charente-Inférieure.

104 AD Corrèze, 1 X 162.

105 Au cours du xixe siècle, cet apprentissage passe au second plan même s’il est encore régulièrement mentionné dans les manuels. De débats se poursuivent dans le milieu médical sur l’opportunité d’administrer le baptême in utero, voir Fredj C., « Concilier le religieux et le médical. Les médecins, la césarienne post-mortem et le baptême au xixe siècle », dans Alfani G., Castagnetti P., Gourdon V. (dir.), Baptiser. Pratique sacramentelle, pratique sociale (xvie-xxe siècles), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2009, p. 125-143.

106 AD Gironde, 5 M 552 ; 5 M 561.

107 Lalouette J., « Expulser Dieu… », art. cit., p. 29-31 ; Brais B., « Désiré Magloire Bourneville and French Anticlericalism during the Third Republic », dans Porter D. (dir.), Doctors, Politics and Society : Historical Essays, Amsterdam, Atlanta, Rodopi, 1993, p. 107-139.

108 AD Drôme, 5 M 20.

109 AD Puy-de-Dôme, N 469, L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 octobre 1896.

110 AD Corrèze, 1 X 162 ; AD Aube, 5 M 33.

111 AD Saône-et-Loire, M 2085.

112 Baron P. (Dr.), Sages-femmes et maternité à Dijon, op. cit., p. 82-83.

113 AD Aisne, RD CG Aisne, 1834.

114 AD Var, 9 M 5 2/1.

115 Allard M., Recueil méthodique des lois, ordonnances, règlements, arrêtés et instructions, relatifs à l’enseignement, à l’administration et à la comptabilité des écoles normales primaires, Paris, impr. de P. Dupont, 1848, p. 81.

116 AD Charente-Maritime, 3 X 299.

117 Ibid. ; AD Corrèze, 1 X 177*.

118 AN, F17/2458, Corrèze.

119 L’exemple corrézien montre un tournant à partir des années 1860 : les médecins auparavant majoritaires sont devancés par des hommes de loi et des fonctionnaires, voir Sage Pranchère N., Mettre au monde …, op. cit., p. 236-239.

120 AD Haute-Marne, 118 T 1.

121 Baron P. (Dr.), Sages-femmes et maternité à Dijon, op. cit., p. 83.

122 Lefaucheur N., « La création des services de maternité… », art. cit.

123 Beauvalet S., « Faut-il supprimer les maternités ? », art. cit.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search