Version classiqueVersion mobile

L’école des sages-femmes

 | 
Nathalie Sage Pranchère

Chapitre 5. L’élève sage-femme : un portrait social

Texte intégral

1Advenir sage-femme, devenir sage-femme, être sage-femme : trois modes d’incarnation d’une fonction qui devient profession. La matrone advient au hasard d’un premier accouchement de voisinage, l’élève devient par la fréquentation du cours et le contrôle de son savoir, mais des deux, seule la seconde peut, à partir de 1803, être sage-femme aux yeux de la loi. Le tournant des xviiie et xixe siècles est temps d’institution de la sage-femme, au double sens du terme : enseignement de l’élève et installation sociale, publique de la sage-femme. Ce processus scientifique et législatif crée un modèle. Mais cette production réglementaire n’est pas d’un seul tenant ; c’est l’alliage composite de l’héritage du xviiie siècle, des prescriptions du xixe siècle et de l’aspiration de plusieurs milieux sociaux à faire entrer leurs filles dans le giron d’un corps médical redéfini. L’étude de l’origine des élèves accoucheuses présente la réponse de la population française aux sollicitations d’une politique sanitaire, car le substrat à partir duquel les sages-femmes sont façonnées n’est pas inerte. Homogénéité sociale ? Homogénéité culturelle ? Dynamiques familiales à l’œuvre ? Autant de facteurs sur lesquels la volonté gouvernementale n’a guère de prise mais dont l’observation confirme l’adoption générale d’une profession désormais reconnue comme telle.

« Cet état si méprisable » (Pierre Eyméoud, 1791)1

  • 1 AD Hautes-Alpes, L 1062.
  • 2 Au milieu du siècle encore, certains conseils généraux (Ain, Nièvre) continuent de dénoncer les méf (...)

2Dans l’entrelacement des motifs qui fondent la nécessité urgente de semer le territoire français d’écoles pour les sages-femmes, deux éléments principaux émergent : la dénonciation de la matrone et la mauvaise réputation de l’état d’accoucheuse. La première reste l’argument maître, au point de se perpétuer bien au-delà de la création des structures de formation2. D’un point de vue lexical, la loi a fixé les usages respectifs des termes matrone et sage-femme, mais n’a pas complètement libéré cette dernière du poids de la réprobation qui semble s’attacher à sa fonction.

3En 1791 le démonstrateur gapençais Pierre Eyméoud confie aux administrateurs du département des Hautes-Alpes que le fait d’être sage-femme est en soi un obstacle au recrutement des élèves. Il emploie alors très justement le mot « état ». La mauvaise réputation de l’accoucheuse serait donc inhérente au rôle qu’elle occupe auprès de la femme en travail. Plus qu’une profession dont on peut se défaire en cessant de la pratiquer, accepter de « lever » des enfants marque celle qui accompagne l’entrée dans la vie.

  • 3 Bib. Acad. de Méd., SRM, cart. 85.
  • 4 Gélis J., L’Arbre et le fruit. La naissance dans l’Occident moderne (xvie-xixe siècles), Paris, Fay (...)
  • 5 Ibid.

4En 1786, le chirurgien Joseph Desfarges de Meymac écrit que « l’accouchement est l’opération la plus dégoûtante de la chirurgie3 ». À la même période, un de ses collègues limougeauds déclare pareillement qu’il s’agit de la « partie la plus basse et sale de la chirurgie4 ». Faible attirance pour la répétition routinière d’un phénomène physiologique ? Ennui face au peu d’intérêt d’un accouchement qui, lorsqu’il se déroule naturellement, ne permet de faire montre d’aucun talent particulier ? Cela ne suffit pas à expliquer la répugnance – « dégoûtant », « sale » – que fait naître la parturition chez des hommes pourtant accoutumés à la vue du sang et des humeurs corporelles. Ce discours de rejet, produit par les praticiens, se double d’un discours de constat du rejet, propre aux figures d’autorité spirituelle et séculière. Tout en la déplorant pour ses conséquences démographiques, prêtres et officiers se posent en témoins d’une prévention populaire vis-à-vis de celle qui assiste la femme en couches5. Passée la Révolution, les nouveaux administrateurs ne disent pas autre chose :

  • 6 AD Aveyron, 3 X 45.
  • 7 AD Aude, 5 MD 16.
  • 8 AD Gironde, 5 M 550.

(Aveyron, an ix) Un préjugé funeste avait jusqu’à présent inspiré de la répugnance à remplir une fonction aussi utile […]6. (Aude, an xiii) […] on attache à la profession de sage-femme une espèce de honte ou de pudeur qui la fait regarder comme une des fonctions basses de la société7. (Gironde, 1806) […] qu’un préjugé aussi condamnable par la Religion que par l’humanité, écarte les personnes du sexe en ce pays de prendre l’utile et honorable profession de sages-femmes ; 2 ° qu’il est de toute nécessité de tâcher de vaincre ce préjugé […]8.

5« Répugnance », « honte », et « pudeur » répondent ainsi à « l’opprobre » et « l’aversion » des décennies précédentes. Les termes sont forts ; ils déplacent l’analyse du côté des sensibilités, de leur historicité ou de leur permanence. Le jugement de ces administrateurs éclaire maladroitement une dimension anthropologique des comportements qu’ils peinent à expliquer et d’où découle sans doute le caractère laconique et sentencieux de leurs formulations.

  • 9 L’usage de la notion de tabou comme instrument méthodologique doit beaucoup aux recherches de C. Mc (...)
  • 10 Gélis J., L’Arbre et le fruit…, op. cit., p. 178, 248-250, 254-256. Pour le lien entre la fonction (...)
  • 11 La place de la sage-femme dans la société danoise est interprétée d’une manière équivalente, voir L (...)

6Prosaïquement marqué par l’écoulement du liquide amniotique et du sang, vécu concrètement et symboliquement comme un passage pour la mère et l’enfant, l’accouchement vu par les administrateurs justifie sans doute de recourir à la notion de tabou, si informulée qu’elle soit dans l’esprit des rédacteurs en question9. Le contact avec la femme en couches place l’accoucheuse sur le double seuil de l’impureté et du sacré. Par le toucher du corps en travail, de l’enfant naissant, elle participe de cette association, mais s’en extrait du même mouvement puisque son second rôle, aussi essentiel que le premier, est de laver l’enfant, de donner les soins nécessaires à l’accouchée, et donc de réduire cet espace du tabou10. À ce titre, l’auxiliaire de l’accouchement se trouve placée à la fois en marge et au centre de la communauté, et cette position ambiguë est interprétée comme celle d’une réprouvée par ceux qui écrivent à son sujet11.

  • 12 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 40-45.

7Cependant la réprobation qui frappe l’accoucheuse ne se situe pas tant du côté des patientes et de leurs familles que, du point de vue individuel, lorsque se pose la question d’embrasser cette activité. Or c’est peut-être dans ce choix de la profession que réside la réponse à l’incompréhension des administrateurs devant les refus. Pour choisir d’exercer un métier, il faut le percevoir comme tel, et il est probable qu’il n’en aille pas ainsi dans de larges couches de la population rurale. L’espace urbain et le monde rural ne sont, sur le plan de l’encadrement des couches, pas égaux. Le premier a vu éclore au début du xviiie siècle la sage-femme rémunérée, par les particuliers d’une part, mais avant tout par les autorités municipales. La sage-femme y exerce une profession, contrôlée par des règlements, des instances juridiques ; elle se rattache à la corporation des chirurgiens, préfigurant son intégration dans le personnel médical avec la loi de 180312. Les campagnes, au contraire, sont terre de flou règlementaire et d’absence de contrôle, terre d’accoucheuses choisies par le hasard et confirmées par la répétition d’une aide dont la rémunération ne se calcule pas sur une grille d’honoraires, comme le décrit le sous-préfet de Langres en 1817 :

  • 13 AD Haute-Marne, 117 T 1.

Il faut donc qu’il y ait beaucoup de femmes qui se livrent à la pratique [des accouchements] sans autre vocation qu’une dextérité naturelle ; sans autre mission que la nécessité ; sans autre instruction que quelques observations plus ou moins grossières, recueillies au hazard et que l’expérience éclaire peu à peu.13

  • 14 Sage Pranchère N., « Grossesse, naissance et obstétrique, quelle place dans la langue occitane ? », (...)
  • 15 Borst C. G., Catching Babies …, op. cit., p. 14-15.
  • 16 Gélis J., L’arbre et le fruit …, op. cit., p. 172-175.
  • 17 Borst C. G., Catching Babies …, op. cit., p. 54-67.

8La postérité les retient comme matrones, mais aussi may-dou-sou ou mayresajo c’est-à-dire la mère de soi ou la mère sage14, pendants occitans de la « bonne mère » évoquée dans les régions francophones. Ces femmes qui reçoivent l’enfant et délivrent la mère sont dans une relation de proximité quasi-affective avec la parturiente et sa famille. Cette relation naît en général de la vicinité ou de la parenté, dans l’esprit de ce que l’administration américaine définit un siècle plus tard comme les « neighbor women midwives15 ». La pratique de l’accouchement est donc épisodique, limitée par l’aire restreinte d’exercice de cette voisine-accoucheuse qui ne sort qu’exceptionnellement de son village. Elle réclame de la disponibilité pendant le temps de l’enfantement mais n’est au fond qu’une systématisation de la présence habituelle des femmes du voisinage ou de la famille pendant une naissance16. L’exemple nord-américain, si postérieur qu’il soit, éclaire la fréquence de cette « activité ». Parmi les neighbor women midwives recensées à la fin du xixe siècle, la plupart font moins d’une dizaine d’accouchements par an, et beaucoup en ont fait moins dans toute leur existence17. C’est donc une fonction qu’elles revendiquent en se déclarant sages-femmes mais, en aucun cas, une profession.

  • 18 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 305-327 ; id., Accoucheur de campagne sous le (...)
  • 19 AD Aveyron, 1 N 7*.

9La nuance n’est cependant pas perçue par le personnel médical de la seconde moitié du xviiie siècle, et c’est paradoxalement ce qui permet aujourd’hui de la faire ressortir. Médecins et chirurgiens, et à leur suite les administrateurs royaux, raisonnent en professionnels du soin, dont la subsistance repose sur la rémunération de chacun des gestes curateurs. L’entrée de l’accouchement dans le champ de leurs compétences, qu’il s’agisse d’accouchements laborieux mais plus encore d’accouchements naturels, a modifié leur perception de cet événement physiologique18. À l’objet ponctuel d’une aide désintéressée car susceptible de s’insérer dans un tissu plus large d’échanges de services, les hommes de l’art substituent une opération médicale, dont le nouveau statut entraîne la codification (scientifique et pratique) et la tarification. De là l’incompréhension devant le peu d’enthousiasme à profiter des enseignements créés pour former les sages-femmes, de là surtout la cristallisation de la matrone/sage-femme en figure issue de la classe sociale la plus basse. Ce qui n’est, à la fin du xviiie siècle, que constatation d’une homogénéité d’appartenance sociale entre les femmes des communautés villageoises et celles qui les accouchent, se mue en élaboration d’un profil désormais quasiment nécessaire : « (Aveyron, an xii) Les femmes qui se livrent à cet état sont généralement peu fortunées19 […] ». L’accoucheuse est donc une femme « dans le besoin », et cette observation de départ a des répercussions immédiates et constantes, pendant la majeure partie du xixe siècle, sur la délimitation de l’origine sociale des élèves sages-femmes :

  • 20 AD Gers, 1 CG 32/4.

(Gers, 1848) […] cette profession n’est embrassée que par des filles appartenant à des parents très peu fortunés et incapables, par conséquent, de subvenir aux frais de leur instruction spéciale.20

  • 21 RD CG Calvados, 1863.

(Calvados, 1863) […] les élèves sages-femmes du département qui appartiennent, en général, à des familles dénuées de ressources […].21

10La modestie de fortune des accoucheuses, d’abord associée à un état social, devient une caractéristique du recrutement. En liant intimement pauvreté et exercice de l’art des accouchements, par l’anticipation de la faiblesse des revenus, le discours administratif finit par faire de l’indigence le vivier essentiel des futures sages-femmes. La conviction est si profonde qu’en 1822, le préfet des Pyrénées Orientales annonce fièrement au ministre de l’Intérieur la nomination de sa première élève à l’Hospice de la Maternité de Paris par ces mots :

  • 22 AN, F17/2466, Pyrénées Orientales.

Il n’avait pas été possible jusqu’ici de trouver, soit parmi les filles élevées dans l’hospice de Perpignan, soit parmi celles qui appartiennent à la classe indigente des sujets capables de profiter de l’instruction qui se donne à l’école de la maternité.22

  • 23 AD Aube, 1 N 109.
  • 24 Sage Pranchère N., Mettre au monde …, op. cit., p. 388.

11Être née de parents « peu fortunés » prédispose donc à cette profession. La pauvreté familiale impose d’une part aux jeunes femmes de subvenir rapidement et honorablement à leur propre subsistance. D’autre part, le mode de choix et d’entretien des élèves privilégie progressivement le profil de la boursière, communale ou départementale. Cette évolution résulte du constat de l’incapacité des parents à verser leur dû. Ainsi, dans l’Aube en 1849 : « Contrairement à ce qui a eu lieu pendant plusieurs années, les familles ne concourent plus à l’entretien des élèves, et le département pourvoit seul à l’intégralité des dépenses23. » L’élargissement continu de l’attribution de bourses d’études finit par réduire l’accès à cette profession aux seules filles de la classe défavorisée, au point de refuser dans certains départements l’admission d’élèves payantes. La liberté financière des élèves payantes paraît ainsi incompatible avec l’obéissance et le respect exigés vis-à-vis du règlement et de la maîtresse sage-femme. En Corrèze, la commission de surveillance de l’école refuse d’ailleurs à deux reprises, en 1863 et 1874, des candidatures de jeunes filles prêtes à suivre la scolarité à leurs frais24.

« Tirer les élèves de la classe des pauvres25 »

  • 25 Bib. Acad. de Méd., SRM, cart. 85.

12Préciser l’origine sociale des sages-femmes en France au cours du xixe siècle ne peut passer que par l’étude de quelques corpus départementaux (Corrèze, Côtes-du-Nord, Haute-Marne, Maine-et-Loire) ou régionaux (ressort de l’hospice de la Charité de Lyon, ressort de l’école de médecine de Bordeaux) car aucune source ne permet une approche séculaire et nationale de la population concernée. Les approches envisagées sont complémentaires, qu’il s’agisse de l’origine géographique de l’élève (commune rurale ou urbaine), de son statut au sein du cours (élève gratuite, boursière complète ou partielle, payante), et du milieu socio-professionnel dans lequel elle a grandi.

D’où viennent les sages-femmes ?

L’envoi à Paris

13La localisation du cours influe sur l’origine des candidates à la formation obstétricale. L’envoi d’élèves sages-femmes à Paris est encadré par les circulaires ministérielles des 9 thermidor an x et 30 fructidor an xi et par les prescriptions des règlements successifs de la Maternité sur l’âge et les capacités de lecture et d’écriture des élèves sages-femmes. Les vœux des candidates potentielles y perdent donc en portée face à ceux des autorités. Néanmoins, dans une situation de pénurie nationale de bonnes volontés, les souhaits préfectoraux doivent composer avec la réalité culturelle et l’intensité des vocations de leurs administrées. L’origine géographique reflète cette rencontre d’intérêts, illustrée par l’exemple des Côtes-du-Nord (1807-1840) et de la Corrèze (1803-1830).

14Après un bref épisode d’enseignement local pendant la Révolution, les Côtes-du-Nord adoptent, à partir de 1807 et jusqu’à la fin du siècle, une politique d’envoi annuel d’élèves sages-femmes à l’Hospice de la Maternité de Paris. En 1840, une liste récapitule les 94 élèves admises dans la capitale. La Corrèze, pour sa part, adopte précocement une politique similaire en faisant admettre des élèves à Paris dès l’an xi et de manière quasi-exclusive jusqu’en 1830 (34 envois), date à laquelle des cours d’accouchement locaux renaissent dans les trois arrondissements.

15On observe une prééminence nette des élèves sages-femmes originaires de communes assumant une fonction administrative. Dans les Côtes-du-Nord, les chefs-lieux de canton forment, indépendamment de la préfecture ou des sous-préfectures, presque 50 % des élèves envoyées. En Corrèze, ils forment 45 % des mentions, à égalité avec les sous-préfectures, Brive et Ussel. Au total, 61,5 % des boursières des Côtes-du-Nord et 90 % des boursières corréziennes sont nées ou résident dans un chef-lieu de circonscription administrative (canton ou arrondissement), communes qui concentrent abondance de population et structures d’instruction primaire féminine et font à ce titre l’objet d’une veille plus attentive des pouvoirs publics. Leur surreprésentation en Corrèze s’explique par l’urgence à pourvoir les principaux centres de population en accoucheuses dès lors qu’aucun enseignement obstétrical pérenne n’a été délivré dans le département depuis janvier 1789.

  • 26 AD Côtes-d’Armor, 5 M 2.
  • 27 Sur les 19 sages-femmes enregistrées entre 1803 et 1811, 4 résident à Saint-Brieuc et 8 dans des co (...)
  • 28 Furet F., Ozouf J., Lire et écrire …, op. cit., p. 61-62.

16Les Côtes-du-Nord sont dans une position différente. La tradition des cours d’accouchement, solidement ancrée dans cette région, a perduré jusqu’en l’an v. Les sages-femmes instruites avant ou pendant la Révolution sont, pour nombre d’entre elles, encore en exercice lors du passage au nouveau régime médical26. Ce vivier originel d’accoucheuses dans le département justifie sans doute que les chefs-lieux administratifs ne concentrent pas, à eux seuls, le recrutement des élèves sages-femmes. Dans un espace où les principales communes sont déjà pourvues, de plus petites communes se font progressivement une place27. De surcroît, dans cette zone majoritairement francophone, l’obstacle linguistique est moins important et le niveau d’alphabétisation un peu supérieur à celui de la Corrèze28. Pensée comme un système pyramidal, la dispersion d’élèves sages-femmes de l’Hospice de la Maternité de Paris dans un département réserve en priorité ces praticiennes aux centres importants de population, d’où leur savoir est censé rayonner alentour. L’élargissement du bassin de recrutement et d’installation aux simples communes est le signe d’un assouplissement des nécessités et de l’intérêt croissant pour cette profession, y compris dans des zones de moindre circulation et de moindre ouverture économique et culturelle.

17L’envoi à Paris, perçu comme l’accès à une école d’élite, ne fonctionne cependant pas à l’instar du recrutement des écoles départementales. Les boursières sont peu nombreuses et choisies avec soin. La future élève née dans un chef-lieu de canton, et plus encore celle qui a grandi dans une sous-préfecture ou une préfecture, ont un rapport plus immédiat aux réalités urbaines, et sont donc moins rétives au « voyage de Paris ».

Les cours départementaux

18L’origine géographique des élèves de cours départementaux ne reflète a priori pas les mêmes attentes. Pour l’illustrer, reprenons le corpus corrézien, divisé en deux périodes (1827-1833, cours d’arrondissement de Tulle, Meymac et Brive ; 1834-1890, école départementale d’accouchement de Tulle), et comparé aux corpus des écoles de Chaumont (1834-1845), d’Angers (1839-1848) et des élèves du Rhône admises à l’hospice de la Charité de Lyon (1860-1901).

19Malgré les dissemblances chronologiques des corpus, des pistes d’interprétation émergent, liées aux terreaux locaux de la formation obstétricale et au profil démographique des départements. Avec la fondation de cours d’accouchement dans les trois arrondissements corréziens (1827), le taux d’élèves sages-femmes originaires d’une commune chef-lieu (canton, arrondissement, département) passe de 90 % à 61 %. Le but de ces cours (rapprocher l’enseignement des élèves) est donc en partie atteint puisque le bassin de recrutement intègre désormais un nombre croissant de « simples » communes. Le recentrage de l’enseignement sur la préfecture en 1834 n’interrompt donc pas le mouvement initié et l’étude poursuivie jusqu’en 1890 montre l’accentuation du phénomène amorcé depuis 1827. Les simples communes envoient désormais la moitié des aspirantes sages-femmes à Tulle. Le rééquilibrage se fait en fonction d’une baisse non négligeable du poids des chefs-lieux de cantons (de 48 à 35 %) et d’une infime augmentation du poids des chefs-lieux d’arrondissement, la préfecture se taillant désormais la part du lion. La Corrèze connaît donc une ruralisation progressive du recrutement des sages-femmes, sans doute corrélée à une amélioration des moyens de circulation (réseau routier secondaire) qui comprime les distances et à une diffusion croissante, à partir des années 1850, de l’instruction primaire.

20Qu’en est-il pour le Maine-et-Loire et la Haute-Marne ? Ces deux cours s’inscrivent dans une tradition ancienne d’enseignement de l’art des accouchements. Le corpus saisit donc dans les deux cas une situation construite par plus de soixante ans d’instruction locale des accoucheuses. Que les élèves viennent, pour 75 à 90 % d’entre elles, de simples communes rurales témoigne ainsi de la réussite de la politique départementale. Néanmoins, la continuité de l’enseignement obstétrical ne suffit pas à expliquer le décalage entre ces deux départements et la Corrèze. Il faut sans doute y ajouter la vitesse de diffusion de l’alphabétisation féminine, beaucoup plus lente dans ce dernier département (30 % en 1866), que dans le Maine-et-Loire (50 à 60 % à la même date) et en Haute-Marne (90 à 100 %). C’est la combinaison de la tradition pédagogique et de l’instruction qui fait des campagnes un vivier de recrutement des accoucheuses.

21Dernier exemple : celui des élèves sages-femmes nées dans le Rhône, et admises entre 1860 et 1901 à l’hospice de la Charité de Lyon. Les chiffres que fournit le registre des entrées affirment le poids écrasant de la métropole lyonnaise où naissent 38,8 % des élèves sages-femmes (97 sur 250). À l’opposé, 46,5 % des admises rhodaniennes ont vu le jour dans de simples communes (116 sur 250), dont un cinquième seulement dépasse les 2 500 habitants. La spécificité rhodanienne s’exprime dans une structure bipolaire de concentration de population où les niveaux intermédiaires sont attirés dans l’orbite lyonnaise et quasiment absorbés au fil du siècle.

  • 29 Beauvalet-Boutouyrie S., Naître à l’hôpital …, op. cit., p. 141.

22L’étude de l’origine géographique des élèves sages-femmes confirme donc un succès, celui d’avoir porté au cœur des campagnes françaises l’accès à un savoir particulier et à une profession dont l’attrait social croît au cours du siècle29. Le premier élément du profil que l’on peut établir est donc ce lent mouvement d’une future accoucheuse plutôt urbaine à une vraie rurale désormais alphabétisée et que la perspective du dépaysement effraie moins. Dans un contexte de second xixe siècle marqué par les débuts de l’exode rural, le recrutement des cours d’accouchement suit un chemin inverse, irriguant désormais en profondeur bourgs campagnards et petites communes.

Boursière ou « à ses frais » ? Pouvoir payer son instruction

  • 30 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 145-151 ; Sage Pranchère N., Mettre au monde (...)
  • 31 Ibid., p. 386-390 ; 395-396.

23La capacité matérielle des futures sages-femmes à financer leur formation constitue un trait supplémentaire de leur portrait social. La décision départementale ou communale d’accorder un subside aux élèves sages-femmes prend la suite des secours aux élèves de l’Ancien Régime30. La répartition entre élèves subventionnées et payantes éclaire les milieux sociaux d’origine de ces femmes. L’homogénéité du terreau de recrutement peut toutefois être artificiellement accentuée lorsque les autorités de tutelle des établissements font le choix de limiter leur recrutement aux élèves subventionnées, comme c’est le cas de la Corrèze31. Mais la dévolution systématique d’une bourse n’est pas générale et dans d’autres départements, l’étude de la diversité des origines passe bien par celle des différents statuts d’élèves. Deux ensembles de données illustrent cette recherche : le registre des élèves de l’école départementale d’accouchement de la Haute-Marne (1834-1845) et celui des élèves de l’Hospice de la Charité de Lyon (1860-1901).

  • 32 « Les élèves gratuites doivent être nées dans le département du Rhône, ou y être domiciliées depuis (...)

24Les élèves sages-femmes de Chaumont peuvent être boursières (de la commune ou du département), payantes, et semi-payantes. Cette dernière catégorie repose sur l’obtention d’une demi-bourse des collectivités déjà citées. À l’hospice de la Charité de Lyon, trois statuts cohabitent : payante et boursière, mais aussi élève gratuite, statut spécifiquement lyonnais32, seules les premières acquittant les 500 francs annuels de la pension.

  • 33 AD Haute-Marne, 117 T 1.

25À l’école départementale d’accouchement de la Haute-Marne et à l’hospice de la Charité de Lyon, les jeunes femmes dont la scolarité est intégralement prise en charge sont très largement majoritaires (84,3 % pour la Haute-Marne et 81 % pour Lyon). Le statut de demi-boursière est plus rare et parmi les élèves lyonnaises, seules la Haute-Loire (3 élèves) et la Drôme (9 élèves) y recourent. Mais la différence entre boursière entière et demi-boursière repose plus sur les capacités institutionnelles de financement que sur l’écart de fortune entre les postulantes. Marie Viardat, élève admise à Chaumont en 1841 avec une demi-bourse départementale, se révèle incapable de payer la moitié des frais restés à sa charge ; elle demande et obtient alors du département une remise des sommes dues33.

26En théorie, l’attribution des bourses ne repose pas uniquement sur la situation de fortune familiale, et le mérite personnel peut y prendre une part comme le montre l’exemple bordelais où pendant le dernier quart du xixe siècle, la commission départementale combine pour le recrutement concours d’entrée et dossier, associant niveau d’instruction et niveau de ressources pour juger de l’allocation d’une bourse :

  • 34 Les huit notes additionnées portent sur l’orthographe, l’écriture, le calcul, le style, la lecture, (...)

(1880) 1° Laffiteau, 55 points34, dix-huit ans ; son père, préposé des douanes, a de faibles appointements, et subvient aux besoins de deux enfants dont l’un en bas âge ;

2° Dupuy, 54 points, vingt et un ans ; son père vieux, presque aveugle, a pour toutes ressources une pension de retraite de 600 francs ;

3° Moutinard, 52 points, a eu des points supplémentaires en géographie et en histoire. Petite fille d’une sage-femme ; fille d’une sage-femme exerçant sa profession avec un désintéressement et un dévouement constatés par un certificat du médecin des enfants assistés à La Tresne ;

4° Mano, 47 points ; son père, pauvre résinier, joint à sa demande sa feuille d’impôts qui est de 12 francs ;

5° Bernard, 41 points, née à Agen mais habitant Bordeaux depuis vingt ans ; dès l’âge le plus tendre, elle a perdu son père ; sa mère, remariée, a plusieurs enfants du second lit ;

  • 35 AD Gironde, 1 N 81*.

6° Cazeneuve, femme Lescouzières, vingt-neuf ans, 41 points, séparée de corps et de biens d’avec son mari ; elle vit à Bazas avec des parents peu aisés. Sa demande est appuyée par M. le Sous-Préfet et M. le Maire de Bazas […].35

  • 36 AD Gironde, 5 M 550.

27Le vote de la commission confirme le classement du rapporteur qui suit l’ordre des résultats au concours d’entrée, toutes les postulantes obtenant une bourse. La composition de ces dossiers n’a rien d’original : certificats d’autorités locales (maire et plus rarement sous-préfet) pour témoigner de la respectabilité des postulantes et attester « leur défaut absolu de moyens36 » ; données de l’administration fiscale. Les arguments les plus forts sont puisés dans la situation sociale et professionnelle des familles : métiers aux revenus trop modestes, chômage, maladie, infirmité, vieillesse, mais aussi abondance d’enfants, ou veuvage. La formation obstétricale devient alors l’échappatoire rêvée, le moyen pour les familles de « donner une profession », c’est-à-dire tout à la fois un savoir, une nourriture et un état. Ces candidatures reflètent une volonté de s’extraire durablement de l’indigence. S’il y a espoir d’ascension sociale, il reste modéré. La bourse devient alors le moyen de cette minime élévation sociale autant que la récompense d’une misère « décente » et honorable. Filles de pauvres, les sages-femmes sont avant tout, dans le choix qu’en font les administrations, des filles de « bons » pauvres.

De la terre à la boutique

  • 37 Faure O., « Les sages-femmes en France au xixe siècle : médiatrices de la nouveauté », dans Bourdel (...)
  • 38 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 200-202.

28L’exemple bordelais dessine l’arrière-plan familial et social des futures accoucheuses. Dignes veuves vivant d’une « petite industrie », pères petits fonctionnaires, ou petits artisans, telles seraient les familles des sages-femmes37. Pour la fin du xviiie siècle, les recherches de Jacques Gélis soulignent une amorce d’évolution du milieu d’origine des accoucheuses, désignant l’agriculture comme berceau privilégié des matrones, tandis que l’artisanat fournit plutôt les sages-femmes formées. Un autre trait émerge à la même période : l’association de la sage-femme aux chirurgiens, fille ou épouse38. Le corpus des sages-femmes corréziennes et celui des élèves de l’hospice de la Charité de Lyon ont permis de prolonger ces pistes pour le xixe siècle.

De la Corrèze…

29De l’an x à 1894, le nombre de sages-femmes formées dans le département de la Corrèze (ou à ses frais) se monte à 370, nées entre 1745 et 1872. Les données collectées sur l’origine sociale portent sur la profession des parents et sur celle de l’époux. L’extension chronologique offre ainsi le portrait séculaire d’une politique départementale de formation des accoucheuses.

  • 39 Les 69 mentions rassemblent les différentes professions mais aussi les niveaux d’exercice de la pro (...)
  • 40 Marchand O., Thélot C., Deux siècles de travail en France, Paris, Études INSEE, 1991, p. 182.

30Les professions des pères sont relativement bien renseignées (267 mentions soit 68,1 % du total) et offrent un éventail assez large (69 professions ou « états » différents39) Le premier trait marquant à l’échelle quasi-séculaire est la présence relativement faible des cultivateurs, entendus au sens large (propriétaire cultivateur, fermier, journalier) : 22,4 % du total des métiers paternels connus, soit un pourcentage deux à trois fois inférieur au poids de ce groupe parmi les actifs français à la même période (65 % en 1851 puis 44 % en 189140) La Corrèze des sages-femmes, département pourtant majoritairement agricole, présente donc au miroir de la stratification socio-professionnelle une image déformée. Ce chiffre global confirme donc l’impression acquise aux exemples bordelais d’une certaine distance entre le monde paysan et celui des sages-femmes.

  • 41 Corbin A., Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle (1845-1880), [1975], Limoges, PULIM, 1 (...)

31Cette impression générale doit être nuancée puisqu’on observe un accroissement quasi constant de la place des filles de cultivateurs parmi les élèves. Les résultats de la période 1870-1890 (professions exercées dans les années 1850-1870), sont inférieurs à la moyenne nationale mais signalent une évolution remarquable. Vers 1880, plus d’une sage-femme sur trois sort d’une famille d’agriculteurs (38,9 %), ce qui était le cas de moins d’une sur vingt (4,3 %), cinquante ans plus tôt. À cela plusieurs raisons : le passage de l’école nationale (1803-1826) aux cours d’arrondissement (1827-1833) multiplie par quatre la place des filles de cultivateurs. Dans cette constatation se noue le lien entre origine géographique et origine sociale. L’élargissement du recrutement aux « simples » communes, vu plus haut, se double d’une ouverture à une catégorie professionnelle mise à l’écart du vivier parisien. Autre raison qui conforte la première : les relatifs progrès de l’alphabétisation du département à partir des années 1840. Lecture et écriture font très lentement leur entrée dans le monde rural, touchant progressivement au cœur agricole de ces espaces41. Des pères qui savent désormais lire sont autant de possibles promoteurs de l’accès de leur fille à une certaine instruction. La part des cultivateurs parmi les pères d’élèves admises entre 1870 et 1890 se hausse à près de 40 %, signe d’une évolution culturelle majeure de ce groupe.

  • 42 Entre autres : faiseur de chaises (3), maçon (1), maître chapelier (1), sellier (1), serrurier (1), (...)
  • 43 Voir Burgière A. (et al.), dir., Histoire de la famille, 3. Le choc des modernités, Paris, Armand C (...)

32Mais qu’en est-il plus largement des professions paternelles des élèves envoyées à Paris (1803-1826) ? 23 mentions recouvrent en fait 17 états distincts. Le nombre très restreint d’occurrences incite à la prudence. Ressortent pourtant la place des artisans42 et des marchands (12 sur 23) ; la présence du corps médical (4 occurrences de chirurgiens et/ou d’accoucheurs) et celle de petits fonctionnaires ou petits lettrés (huissier, géographe, instituteur). Le milieu qui se dessine est celui d’hommes plutôt instruits, résidant par l’exercice de leur métier dans des zones de concentration de population, et pour certains, assez proches des lieux d’exercice des pouvoirs locaux. L’instruction des pères explique ici en partie l’intérêt pris à l’instruction des filles, surtout quand la seule dot envisageable réside dans la transmission d’une éducation soignée et la capacité à procurer une profession. Cette pratique observée aux siècles précédents en régime de succession inégalitaire prend ici son sens dans l’absence même de profession à léguer43. Avançons dans le temps (1827-1890).

  • 44 Mis en place sous la monarchie de Juillet, le premier réseau des bureaux de poste est relayé dans l (...)
  • 45 Duby G., Wallon A. (dir.), Histoire de la France rurale…, op. cit., p. 316-317 ; Mayeur F., Histoir (...)
  • 46 Corbin A., Archaïsme et modernité…, op. cit., p. 331 sq.

33Le basculement géographique de 1827 se lit dans le tassement du niveau social des professions paternelles. Le corps médical disparaît, à l’exception d’un pharmacien. La rupture avec la complémentarité professionnelle esquissée entre chirurgien et sage-femme dans les décennies précédentes est consommée puisque les nouveaux officiers de santé perdent leur compétence obstétricale. La bourgeoisie de talent et le fonctionnariat perdent en importance relative, même si leur profil se diversifie : notaire, facteur, gendarme, garde-champêtre apparaissent aux côtés des huissiers et des instituteurs44. Les artisans et les commerçants accroissent leur place et, parmi eux, cinq métiers forment à eux seuls un quart des mentions de professions : maréchal-ferrant (8), menuisier (14), aubergiste (13) cordonnier (8), tailleur (7). Si l’on y ajoute l’ensemble des autres professions artisanales et de boutique, la part des pères appartenant à ce milieu se monte à 53,1 %. Les futures sages-femmes grandissent donc dans un milieu où les savoirs primaires sont mieux partagés qu’ailleurs et où le temps d’apprendre leur est plus volontiers accordé. Bien sûr, ces échoppes ne sont souvent pas si éloignées des exploitations agricoles, et l’activité même de ces artisans dépend pour la plus grande part des cultivateurs, mais là où la fille de paysan va garder les vaches, la fille d’aubergiste fréquente les bancs d’une petite école45. Dans cette région où la proto-industrialisation textile n’a guère de prise et où les salariés de l’industrie sont en général alphabétisés46, les filles d’ouvriers se retrouvent parfois à suivre la même voie que les filles d’artisans et de boutiquiers. Distinguer artisanat et industrie dans ces cas est quasiment impossible, à cette caractéristique près que les ouvriers n’ont, encore plus souvent que les artisans, ni terre ni commerce à léguer.

34Les professions des époux d’accoucheuses corréziennes confirment en partie cette appartenance sociale et sa perpétuation par le mariage. Durant toute la période (fin xviiie siècle-1890), le taux de cultivateurs (18,6 %) reste en deçà des chiffres paternels, montrant une réticence des accoucheuses à épouser des agriculteurs, peut-être en raison du poids du travail paysan et tout autant du décalage culturel produit par le contenu et le temps de la scolarité. Les sages-femmes ont été capables de rompre avec leur milieu familial pour suivre un enseignement exigeant, dans un contexte très éloigné de leur monde d’origine ; elles y ont sans doute forgé une indépendance qui justifie leur souhait de poursuivre l’exercice de la profession apprise, difficilement compatible avec l’obligation d’entretenir à plein temps une exploitation agricole.

  • 47 Sage Pranchère N., Mettre au monde…, op. cit., p. 489 sq.

35Mais comme chez les pères et tout au long du siècle, la place prépondérante est occupée par les artisans et commerçants qui forment 50 % des mentions. Les petits fonctionnaires, généralement agents des collectivités publiques (agent voyer, buraliste, employé de préfecture, facteur, huissier, piqueur des ponts et chaussées), sont présents (5,6 %). De nouveaux ensembles émergent à partir des années 1860, avec une fortune spécifique : les militaires (gendarmes, soldats) (7,3 %), les ouvriers spécialisés (manufacture d’armes et imprimerie) (3,4 %), ou encore les professions particulièrement qualifiées : instituteur, professeur et comptable (5 %). Enfin, se rencontrent quelques cas plus originaux liés au monde artistique (musicien) ou à l’essor des nouveaux moyens de transport (employé de chemin de fer). De tout cela il ressort que les sages-femmes épousent en général des hommes plus instruits (pour des raisons chronologiques d’accès à l’école) et un peu plus aisés que leurs propres pères, mais sans changer de milieu. Cette évolution peut tenir au choix de résidence de ces femmes après leur diplôme. En 1880, 57,7 % des sages-femmes corréziennes exercent dans un chef-lieu de canton ou d’arrondissement (plus de 70 % dans l’arrondissement d’Ussel), c’est-à-dire dans un contexte plus urbanisé que celui dont elles viennent à la même époque47.

… à Lyon

36Reste à savoir à présent si ces données peuvent être étendues à d’autres régions françaises. Le corpus de l’Hospice de la Charité de Lyon ne présente pas la même homogénéité que le corpus corrézien et ne le recoupe que pour la seconde moitié du siècle (1860-1901). Parmi les départements fournisseurs d’élèves, ont donc été retenus l’Ain, l’Ardèche, l’Isère, la Loire, la Haute-Loire, le Puy-de-Dôme, le Rhône et la Saône-et-Loire.

37Plus resserré chronologiquement, le corpus de la Charité apparaît aussi moins cohérent que celui d’une école strictement départementale, objet d’une politique spécifique. L’éventail des 132 professions ou états paternels qu’il propose est cependant riche d’enseignements.

38Pour les départements (hors Lyon), la répartition des professions fait ressortir une ventilation des métiers paternels se rapprochant de celle observée en Corrèze. Les cultivateurs y forment presque un tiers du total (30,9 %), toutefois dépassés par le groupe des artisans qui atteint 38,5 %. Les conclusions précédemment esquissées semblent donc transposables à la région Rhône-Alpes élargie à une partie de l’Auvergne. Quelques particularités se font néanmoins jour : la présence des activités à caractère industriel, à mettre en relation avec l’activité minière et sidérurgique dans la Loire ; la baisse marquée du nombre de mentions d’agriculteurs entre la période 1860-1880 et 1881-1901 (de 37 à 22 % des effectifs départementaux). Ce dernier point constitue une divergence notable avec l’évolution constatée en Corrèze. Cette rupture s’explique peut-être par l’essor industriel de la région qui s’étend très largement au-delà de la ville de Lyon, modifiant en profondeur l’organisation socio-professionnelle de ces départements. Elle s’explique surtout en entrant dans le détail départemental des admissions d’élèves. La Haute-Loire compte, après le Rhône, parmi les plus gros pourvoyeurs de filles de cultivateurs, mais cesse quasiment d’en envoyer après 1884. Les raisons du recul de la part des cultivateurs dans le milieu d’origine des élèves sages-femmes sont peut-être à mettre en relation avec la baisse plus générale des effectifs d’élèves admises. Le monde agricole serait le premier touché lorsque le nombre d’élèves boursières se restreint.

39Le corpus strictement lyonnais est caractérisé par la quasi absence du monde de l’agriculture : 2 journaliers sur les 3 mentions toutes antérieures à 1881, soit une réalité professionnelle des années 1840-1860. La part des artisans, des marchands et de l’industrie atteint 71 % des cas. Les ouvriers de la soie y tiennent le haut du pavé (19 sur 80), reflet de la composition professionnelle de la ville, preuve aussi que les subventions accordées pour la scolarité à la Charité touchent leur cible. Les professions libérales n’occupent qu’une place résiduelle dans le corpus (3/80) mais elles appartiennent au personnel médical (deux pharmaciens et un herboriste). Dernière remarque : les évolutions numériques des différents groupes ne découlent pas d’une évolution sociale mais bien de l’élargissement du recrutement local de l’école de la Charité, multiplié par deux pendant la période 1881-1901.

40L’esquisse bordelaise était donc révélatrice d’un phénomène plus large. Malgré les profils régionaux qui peuvent mettre au premier plan certains métiers plus que d’autres (les marins en Charente-Maritime ou dans les Côtes-d’Armor), les résultats des différentes plongées dans les origines sociales des sages-femmes pointent tous dans la même direction. Le monde paysan, l’atelier et la boutique sont les lieux de recrutement privilégiés des futures accoucheuses. Sans être préférentiel chez les filles d’agriculteurs, ce choix professionnel se maintient au fil du siècle, preuve que le monde paysan ne boude pas la possibilité d’intégrer certaines de ses filles au corps médical. Dans les deux autres cas, la stratégie semble plus affirmée : la fragilité mi-structurelle, mi-conjoncturelle de l’atelier et de la boutique paraît un encouragement supplémentaire à ouvrir aux filles les portes de l’instruction primaire et plus tard celles de l’école d’accouchement. Pour mesurer exactement quel élément emporte la décision de commencer cette formation, il faudrait pouvoir replacer les jeunes femmes devenues élèves dans leur cohorte d’âge et leur catégorie sociale. L’origine familiale, ici entendue sous l’angle paternel, complète les effets déjà observés de l’origine géographique. S’y mêlent d’autres critères : influences féminines cette fois (maternelle et sororale), et goûts personnels, par nature moins accessibles.

Filles et sœurs d’accoucheuses, sages-femmes « par famille » ?

Des mères difficiles à atteindre

  • 48 « Il y a certains commerces et métiers affectés aux femmes et filles, lesquelles forment entre elle (...)
  • 49 Bourgeois L., Récit véritable de la naissance de Messeigneurs et Dames les enfans de France ; Fidel (...)

41En raison de la spécificité féminine du métier de sage-femme, l’étude de la possible influence des mères d’élèves sur le devenir professionnel de leur fille est indispensable. Face à un métier bien identifié, cité en premier parmi les corps et communautés spécifiquement féminines dans l’article « Femme » de l’Encyclopédie48, forte est la tentation d’appliquer aux accoucheuses les modèles interprétatifs classiques de la transmission systématique du métier des parents aux enfants. L’Instruction à ma fille de Louise Bourgeois, sage-femme de Marie de Médicis, semble illustrer au début du xviie siècle une telle tendance, parfait exemple d’une transmission professionnelle mère-fille éclairée et concrétisée par l’écriture49. Mais la généralisation de ce cas se heurte toutefois à plusieurs obstacles.

  • 50 Voir Delumeau J., Roche D. (dir.), Histoire des pères et de la paternité, Paris, Larousse, 1990, p. (...)
  • 51 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin…, op. cit., p. 40-45.
  • 52 Ibid., p. 63.

42Premier obstacle : les schémas de la reproduction socio-professionnelle, élaborés pour rendre compte de la relation père-fils et des modalités de réception et de perpétuation d’un patrimoine familial entendu comme masculin et paternel50, peinent à embrasser la spécificité d’un métier féminin. Second obstacle : le métier de sage-femme est « récent ». Les débuts de son contrôle par les autorités civiles et médicales remontent en Europe au xvie siècle, et à l’échelle de la France, sa codification par le pouvoir royal n’intervient pour la première fois qu’en 1692 avant d’être reprise et confirmée en 173051. À ce titre, il n’a pas ni l’ancienneté suffisante pour avoir développé des mécanismes de transmission intergénérationnelle des maîtrises, ni l’autonomie nécessaire en raison de sa dépendance vis-à-vis de la communauté des chirurgiens. Dernier obstacle : les exigences concernant l’âge (avancé) et le statut matrimonial (mariée ou veuve) des accoucheuses pèsent sur l’accès à la profession et limitent la transmission mère-fille52.

  • 53 Voir les statuts de 1730, Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 45.
  • 54 Gélis J., « Sages-femmes et accoucheurs : l’obstétrique populaire aux xviie et xviiie siècles », An (...)

43Malgré tout cela, qu’en est-il d’une éventuelle reproduction professionnelle chez les sages-femmes de la fin de l’époque moderne ? L’ouverture du « recrutement » intervient au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle et dessine un nouveau profil de sage-femme, délivrée de l’obligation matrimoniale et dont la jeunesse est désormais une qualité éminente. Cette ouverture prend racine dans la pratique urbaine croissante des mises en apprentissage de jeunes femmes auprès de maîtresses sages-femmes53. Fondée sur une transmission interpersonnelle, elle trouve son corollaire familial chez les filles de sages-femmes qui se forment auprès de leurs mères. À l’image de ce qu’on peut observer chez d’autres maîtres artisans, la logique à l’œuvre n’est pas celle de l’héritage mais admet un temps de concomitance puisque ces femmes commencent à exercer leur profession du vivant de leur mère, même si elles le font généralement après leur mariage54.

44La reproduction professionnelle existe donc, mais ne dépasse pas le cadre spécifique des villes à communautés de métiers. Dans les campagnes, la matrone tient sa confiance de sa disponibilité et de son expérience, autant de critères qui échappent à tout processus d’acquisition progressive d’un savoir dans le cadre familial. Passées les années 1750, le choix des élèves pour les cours de démonstration répond à deux objectifs urgents (recycler les matrones, former de jeunes sages-femmes) qui n’accordent pas de place à la légitimité d’une succession mère-fille. La scolarisation continue de l’accès au savoir obstétrical, amorcée avec Angélique du Coudray et sanctionnée par l’application de la loi du 19 ventôse an xi, brise le début du mouvement d’apprentissage intra-familial signalé plus haut. Là où un fils de cordonnier peut encore apprendre la cordonnerie auprès de son père en 1830, l’équivalent est devenu impossible pour une sage-femme depuis un bon demi-siècle. Cette dissociation des lieux de la formation et de l’exercice du métier est profonde. L’élève sage-femme n’accède pas à l’art des accouchements par le biais d’une naturalisation in situ. Le seul apprentissage qui lui soit légalement reconnu est celui qu’elle reçoit loin du cadre familial et/ou professionnel, dans le contexte particulier des maternités-écoles. Dans ces conditions, la reproduction professionnelle, perdant l’un de ses principaux vecteurs, repose sur des bases plus ténues : celles de la vocation transmise et de la perspective de reprendre une clientèle, perspective de plus en plus lointaine à mesure que l’âge de l’instruction s’abaisse et que l’espérance de vie augmente. Les corpus corrézien et lyonnais illustrent cette évolution.

45La sous-représentation du travail féminin dans les actes d’état civil est très forte au xixe siècle. L’enregistrement s’améliore toutefois légèrement avec le temps et les mères des élèves corréziennes admises entre 1870 et 1890 sont dans l’ensemble mieux connues. Dans le cas des admises à l’hospice de la Charité de Lyon, les actes de naissance permettent de renseigner 44 % des professions ou états des mères, soit deux fois plus qu’en Corrèze. Les résultats ne permettent donc que des interprétations partielles (à l’exception des mères lyonnaises).

46Le tableau ci-dessous rassemble à titre indicatif les groupes professionnels représentés parmi les mères des élèves sages-femmes corréziennes et de la Charité (mis à part les « sans profession » et les ménagères).

  • 55 Cette colonne correspond aux élèves de la Charité de Lyon ne venant pas de la ville de Lyon mais de (...)

Groupes professionnels

Corrèze (Fin xviiie-1890)

Départements55 (1860-1901)

Lyon (1860-1901)

Cultivatrice

19

24

1

Couturière

4

23

53

Domestique

0

1

4

Ouvrière

0

2

3

Marchande

7

7

1

Sage-femme

32

13

6

Total

62

70

67

Tableau 3. Répartition des professions et états maternels par groupes professionnels, corpus Corrèze (fin xviiie siècle-1890) et Charité (1860-1901).

47À l’instar des pères, le travail de la soie et l’industrie textile occupent une place essentielle dans l’activité de ces mères lyonnaises. Les futures sages-femmes nées à Lyon grandissent dans un contexte où leurs mères participent à l’entretien du ménage par une activité rémunératrice et revendiquée. L’accès des filles à une certaine instruction primaire puis à la formation obstétricale et l’intégration subséquente dans le personnel médical constituent la deuxième étape d’un parcours d’ascension professionnelle féminine qui s’étend sur plusieurs générations.

48Dans les départements proches ou dans la plus lointaine Corrèze, les conclusions suscitées par les données recueillies pâtissent trop du sous-enregistrement pour apporter plus qu’une esquisse de l’éventail professionnel possible pour une femme dans cette période. Les cultivatrices y sont logiquement plus présentes qu’à Lyon, représentant environ un tiers des mentions en Corrèze ou dans les départements du ressort de la Charité et répondant à la part des pères cultivateurs. La variété globale est faible : quasiment pas de domestiques, quelques « marchandes », un nombre conséquent de « couturières » dans le ressort de la Charité, mais moindre en Corrèze, où le textile n’est pas la plus fréquente des industries. Aucune profession ne dessine dans ces départements un profil aussi précis que le corpus lyonnais. Dans la capitale des Gaules, la sage-femme est fille d’artisan et d’ouvrière du textile ; dans les régions limitrophes ou plus à l’ouest, la profession maternelle reste trop floue pour lui accorder une valeur déterminante et systématique, à l’exception d’une, celle de sage-femme.

Mère-fille, tante-nièce, quelle transmission ?

49Venons-en donc aux filles de sages-femmes : 32 sur 62 pour la Corrèze, soit 51,6 %, et 19 sur 137, soit 13,9 % pour le corpus Charité.

  • 56 L’enquête TRA ou enquête dite des 3 000 familles a permis un suivi longitudinal de toutes les famil (...)

50Première évidence : le pourcentage d’accoucheuses parmi les mères est très largement supérieur à la part qu’occupe ce métier parmi les professions féminines (0,1 % des professions d’épouses dans l’enquête TRA56). Deuxième évidence : par-delà la différence flagrante de pourcentage entre les deux corpus, l’exercice de la profession de sage-femme par les mères influence favorablement l’entrée des filles dans les écoles d’accouchement. Le corpus corrézien est marqué par une prédominance absolue des mentions de mères sages-femmes jusqu’à la fin des années 1860, qui tient à la faible densité de population et au cadre départemental strict du recrutement. Le recul des années 1870-1890 découle en partie de l’amélioration de l’état civil et d’une diversification de l’origine des élèves. Du côté de la Charité de Lyon, la largeur du ressort géographique réduit l’impact des stratégies familiales mais la part des mentions de mères sages-femmes reste stable pendant les quarante dernières années du siècle et se répartit de façon assez homogène entre départements.

  • 57 AD Corrèze, 1 X 169.

51Mieux que l’approche statistique, l’étude des lettres de candidature ou de recommandation illustre le rapport à la profession de sage-femme dans la succession familiale. À quelques cas rarissimes près de rejet d’une profession acceptée « avec répugnance et pour obéir à la volonté de ses parents57 », d’un bout à l’autre de la France et du siècle, c’est l’attirance pour la profession de sage-femme qui s’exprime, mêlant aux motifs généraux une dimension familiale très forte :

  • 58 Ibid., 1 X 163.

(Corrèze, 1827) […] elle vous supplie de la faire nommer élève interne dans une maison d’accouchement ; afin de prendre les connaissances qui lui sont nécessaires pour se perfectionner dans un art que sa grand-mère et sa mère avaient exercé en rendant à l’humanité des services signalés […].58

  • 59 AD Charente-Maritime, 3 X 305.

(Charente-Inférieure, 1874) Fille et petite-fille de sage-femme, ma fille, Marie Boinot, âgée de vingt ans, veut avoir la même profession.59

  • 60 AN, F17/2466, Pyrénées-Orientales.

52La qualité maternelle dans l’exercice du métier est le principal « titre » mis en avant. Vocation forgée dans la proximité de l’activité maternelle, l’art des accouchements acquiert le statut de caractéristique familiale. Sa transmission relève alors de la nécessité, accrue à chaque génération. L’intégration rhétorique de cette profession au cursus familial est d’autant plus essentielle que sa pérennisation dépend d’un tiers, détenteur d’une autorité publique. Toutefois la vocation prend naissance dans un contexte d’imprégnation précoce mais limitée, qui ne prétend jamais se substituer à l’instruction officielle : « (Pyrénées Orientales, 1822) L’exposante n’est pas tout à fait étrangère à la carrière qu’elle se voue. Elle en a suivi la pratique dès l’enfance auprès de sa mère60. »

  • 61 AD Corrèze, 1 X 166.

53De leur côté, les autorités de tutelle des établissements d’enseignement obstétrical font de l’instruction « sous les yeux de la mère » une qualité subsidiaire justifiant l’admission d’une candidate. S’opère ainsi une réconciliation partielle des modalités classiques de transmission des compétences professionnelles dans un cadre familial et du système de formation scolaire né au xviiie siècle. Au-delà de l’obligation de scolarité, pleinement acceptée, le prolongement et la spécialisation de la scolarité deviennent un complément souhaitable voire nécessaire. La préférence accordée à une formation parisienne, après deux ans passés dans une école départementale, montre la hiérarchie établie entre les lieux d’apprentissage, de la maison maternelle à Paris, hiérarchie assimilée y compris par la clientèle, susceptible de vivre comme un recul le passage d’une mère, diplômée à Paris, à sa fille, diplômée à Tulle61.

54Le patrimoine mouvant que constitue la clientèle des sages-femmes, c’est-à-dire la confiance des femmes d’une commune ou d’un canton, est un puissant motif de reprise du métier maternel, autant qu’un aiguillon à transmettre sa profession. Mère et fille sont intéressées à parts égales dans ce processus où la confiance acquise auprès des parturientes repose sur la capacité à préparer au mieux sa propre succession. La lignée de sages-femmes peut alors devenir, au fil des décennies, point de référence de familles entières, dans une logique d’incarnation successive, « à chaque fois ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre », de cette fonction.

55La Corrèze fournit, avec la descendance de l’accoucheuse Marguerite Poulot, une illustration exceptionnelle de ce phénomène. Formée à la fin du xviiie siècle, Marguerite Poulot obtient l’admission de ses trois filles, Claudine, Françoise et Marguerite, à l’Hospice de la Maternité de Paris. Les deux aînées y achèvent leurs études, la troisième est renvoyée pour maîtrise insuffisante de la lecture et de l’écriture. À la génération suivante, six des petites-filles, Marguerite, Françoise, Marie, Marguerite et Jeanne Queyriaux, et leur cousine Marguerite Saint-Germain, entrent en école d’accouchement et pour quatre d’entre elles exercent par la suite comme sages-femmes. L’arrière-petite-fille enfin, Marie Madesclaire, est admise à l’école de Tulle en 1865.

56Rare par l’ampleur et la durée du phénomène de reproduction professionnelle, l’exemple témoigne du fonctionnement matriarcal de cette famille, dont le patrimoine professionnel féminin constitue l’axe pérenne. Le hasard d’une descendance majoritairement féminine pour l’aïeule Marguerite Poulot (un fils) et sa fille aînée Claudine (deux fils) initie cette dynamique de transmission et place au cœur des préoccupations familiales une stratégie de reprise et de diversification des clientèles obstétricales. L’invalidité puis le décès précoce de Jean Queyriaux, époux de Claudine Martin, font de la profession de cette dernière le seul moyen de subsistance pour la veuve et les six enfants. Se dessinent alors des trajectoires complémentaires. Des deux filles de Marguerite Poulot, l’aînée reprend la clientèle maternelle, quand la seconde s’installe dans un autre canton. Des quatre filles de Claudine Martin, l’aînée, invalide très jeune, renonce à sa profession d’accoucheuse pour se faire institutrice, la deuxième s’installe dans une autre commune, la troisième change de département dans un mouvement migratoire auquel s’associe le second fils, la quatrième enfin succède à sa propre mère. L’intégrité du patrimoine est préservée par la dispersion géographique d’une partie des filles.

57Dans d’autres circonstances, la transmission peut se faire par l’alliance. Jeanne Queyriaux, née vers 1745, exerce à Ussel pendant le dernier quart du xviiie siècle. Son fils illégitime, François, épouse à la fin des années 1790 une enfant trouvée de l’hospice d’Ussel, Marianne. Cette dernière commence alors son apprentissage auprès de sa belle-mère avant de suivre le cours d’accouchement organisé à Tulle en l’an x. Une sage-femme sans fille se « fabrique » une héritière dans la personne d’une fille sans mère. Ce phénomène d’agrégation se retrouve ailleurs. Dans l’Aube, au milieu des années 1820, le préfet reçoit d’un fabricant de bas résidant à Troyes la demande suivante d’admission à l’Hospice de la Maternité de Paris :

  • 62 AD Aube, 5 M 27.

Disant Monsieur le Préfet que depuis près d’un siècle l’état de sage-femme s’est transmis dans sa famille entre ses plus proches parentes, que sa grand-maman décédé il y a environ dix ans, l’a exercé pendant au moins soixante ans à Bar-sur-Seine, que deux de ses tantes l’exercent également depuis trente ans, qu’une d’elle suit encore, et avec succès, cette profession à l’Andriville ; qu’enfin sa sœur a succédé à cet état à l’une de ces tantes décédé il y a six ans, à Bar-sur-Seine, qu’excité par cette sœur et par d’autres personnes infiniment recommandables, il désirerait que la nommée Magdelaine Mélique, son épouse, âgé de 19 ans, et sans état, apprit celui-ci, pour l’exercer dans cette ville ou dans le lieu qui lui sera désigné […].62

58La vocation de sage-femme s’acquiert donc par le sang et par le mariage. Dépossédées du droit de transmettre directement leur art, les accoucheuses réussissent néanmoins, pour une part d’entre elles, à asseoir la nécessité scolaire sur un acquis familial, qui est aussi moral et social. Dans ce processus, une bonne réputation, une longue durée de pratique sont sûrement des facteurs aussi importants que difficiles à saisir. Ils préparent la reprise filiale de cette fonction-profession et facilitent l’enracinement au-delà de la première génération.

  • 63 Trévisi M., « Les relations tantes, nièces dans les familles du nord de la France », ADH, 2006-2, p (...)

59Moins fréquent que le lien mère-fille, le lien avunculaire s’inscrit dans une transmission diagonale qui met à l’honneur la symétrie de genre. La spécificité du lien tante-nièce a été étudiée pour le xviiie siècle par Marion Trévisi qui a montré son importance en cas de défaillance de la parenté proche63. Au xixe siècle, dans le cas des sages-femmes, il n’est qu’anecdotiquement documenté mais quelques exemples, comme celui du fabricant de bas troyen, sont pourtant révélateurs de la prise en main par la tante de la destinée professionnelle de sa nièce lorsqu’elle n’a pas d’héritière. Proportionnellement plus fréquente chez les oncles et neveux, l’institution d’une succession professionnelle pour combler une carence filiale fonctionne sur le même modèle dès lors que le métier de sage-femme est réglementé et dans la mesure où il le reste grâce à la loi de ventôse.

60L’affection et l’admiration d’une nièce pour sa tante peuvent occuper une place très importante dans l’influence exercée par la seconde sur la première. Le 22 octobre 1873, Jeanne Decoux, après trois années à l’école d’accouchement de Tulle, se fait recevoir sage-femme de deuxième classe à Bordeaux. Née à Masseret en 1852, sa mère est modiste, et son père arquebusier. Elle appartient donc au premier abord à la grande masse d’élèves sages-femmes dont la mère n’exerce pas cette profession. Un examen plus poussé révèle qu’elle est par son père la nièce de Jeanne Decoux, sage-femme diplômée à Tulle en 1828, et par sa mère, celle de Nina Relier, diplômée en 1836. La jeune femme recueille donc une double succession. Or, celle-ci fait le choix de se faire recevoir pour le département de la Gironde, preuve que le choix de poursuivre une vocation familiale ne s’ancre pas seulement dans l’espoir d’hériter d’une clientèle mais bien dans un attachement moral. Ce cas ouvre sur la plasticité des influences familiales féminines qui sont loin de se limiter à une dynamique verticale.

Sororité professionnelle, une voie à part

61En 1840, Jeanne Valéry est admise à l’école d’accouchement de Tulle. En 1847, Jeanne Valéry entre à l’école d’accouchement de Tulle. En 1850, Jeanne Valéry commence sa formation à l’école d’accouchement de Tulle. Dans les registres des naissances de la préfecture corrézienne des décennies suivantes, les noms de déclarantes se répètent, Jeanne-s Valéry-s, entrelacés aux noms d’épouses, seuls éléments distinctifs.

  • 64 Voir Sage Pranchère N., « Sages-femmes et sœurs en France au xixe siècle. La voie à part de la soro (...)
  • 65 Lett D., Frères et sœurs, histoire d’un lien, Paris, Payot, 2009, p. 10-11. Voir aussi Oris M., Bru (...)

62Cette sororie homonymique pose la question du retour adelphique dans le processus d’apprentissage obstétrical. Celui-ci peut certes s’interpréter comme un avatar de la transmission lignagère, en particulier lorsqu’il relève d’une stratégie maternelle, mais l’originalité de ces dispositifs de germanité professionnelle ne doit pas être sous-estimée64. Les récentes études sur les frères et sœurs ont rappelé le poids de ce lien à l’époque pré-industrielle, lorsque la faible espérance de vie promeut une relation caractérisée par sa contemporanéité65. Le xixe siècle est une charnière en ce domaine, où l’orphelin est encore fréquent, confié à la sollicitude de l’aîné de ses frères ou sœurs.

63Quel pourcentage de sœurs parmi les élèves sages-femmes admises aux écoles ? Le poids des élèves sœurs dans les établissements d’enseignement obstétrical est variable : plutôt faible du côté de la Charité de Lyon (45 sœurs, soit 8,5 % des admises), il est plus significatif dans l’espace corrézien (55 sœurs, soit 15,8 % des admises). L’écart entre ces deux pourcentages s’explique par l’espace de recrutement des écoles. La répétition horizontale du métier gagne en fréquence chez les élèves originaires du département où est située l’école, c’est le cas en Corrèze, c’est aussi le cas dans le Rhône où le taux de sœurs s’élève à 13,1 %. La proximité de l’établissement d’enseignement à la commune de naissance est donc un facteur favorable à l’admission consécutive de deux ou trois élèves d’une même famille. À la proximité géographique s’ajoutent les caractéristiques de la politique d’envoi de boursières pratiquée par les départements alentour. Le nombre relativement restreint de bourses, la cherté de la scolarité justifient de ne pas concentrer les secours sur les mêmes têtes et d’éviter le financement de sorories. À l’inverse, dans un cadre strictement départemental comme la Corrèze, une politique de subventionnement systématique des élèves sages-femmes n’exclut pas d’admettre des sœurs, les autorités locales comptant sur la capacité de régulation géographique des familles pour ne pas surcharger une commune en praticiennes obstétricales.

64La fréquence des cas de sorories tend toutefois à baisser au fil du siècle. À la Charité, il passe de 10 % pour les élèves nées avant 1860 à 7,1 % pour celles nées après. En Corrèze, il reste stable (une élève sur cinq) pour celles nées pendant la première moitié du siècle, avant d’être divisé par trois (6,3 %) dans les décennies suivantes, s’approchant alors du taux observé à la Charité de Lyon. L’influence familiale (maternelle ou sororale) s’estompe donc à mesure que le siècle avance jusqu’à ne constituer pour la transmission adelphique qu’un phénomène peu significatif.

65Reste à comprendre ce qui pousse une femme à exercer le même métier qu’une de ses sœurs. Sur 24 cas de sorories professionnelles en Corrèze, il a été possible de reconstituer 17 fratries complètes, de la date de mariage des parents à la naissance du dernier enfant. Les futures sages-femmes naissent dans des familles plutôt nombreuses (6,9 enfants en moyenne, 7 en médiane) et surtout très majoritairement composées de filles (4,8 en moyenne, 5 en médiane). Le grand nombre de filles dont il faut assurer l’avenir impose aux parents de diversifier les moyens de procurer un état à leur progéniture. Dans un contexte de non-reconnaissance quasi systématique du travail féminin, la profession de sage-femme acquiert un statut propre par sa reconnaissance officielle de 1803 et son intégration au personnel médical. À ce titre, elle s’ajoute à la palette des métiers possibles et devient au xixe siècle, avec le métier d’institutrice, une voie privilégiée offerte aux jeunes femmes sans fortune familiale mais issues d’un milieu relativement alphabétisé. Dans ces conditions, on peut considérer que les chances de voir une fille se tourner vers la formation obstétricale s’accroissent parallèlement au nombre de naissances féminines dans une famille.

66Cette progression n’est cependant pas un processus mécanique qui ferait choisir les futures accoucheuses parmi les dernières nées d’une fratrie. Le rang de naissance des sages-femmes au sein des 17 fratries reconstituées montre la prédominance des aînées (de famille – 10 sur 17 – ou des filles – 13 sur 17). Le coût de la fratrie en termes de nourriture, de vêtements, d’éducation atteint en effet son plus haut niveau alors que l’aînée sort de l’adolescence. Son admission dans une école d’accouchement, à Paris ou Tulle, aux frais du département, soulage le budget familial d’une bouche adulte à nourrir. D’autre part, la coexistence de la fratrie complète rend plus immédiate la nécessité d’établir au mieux et au plus vite la première des filles, que son rang de naissance a souvent privilégiée pour l’acquisition d’une instruction primaire. À l’inverse, lorsqu’elle n’est pas l’aînée de sa fratrie, la future sage-femme occupe a priori un rang moins significatif. Parmi les exceptions, citons l’exemple de Marie Cécile et Marie Céleste Pomarel, avant-dernière et dernière filles de leur fratrie. Le choix obstétrical intervient tardivement pour ces jeunes femmes qui ont reçu comme tous leurs frères et sœurs une éducation soignée et il est présenté comme le remède à des revers de fortune familiaux. La profession de sage-femme est alors un maigre palliatif à la descension sociale pour deux jeunes femmes que leurs parents n’ont pas les moyens de doter.

67L’exemple de Marie Cécile et Marie Céleste Pomarel présente une répétition professionnelle immédiatement consécutive, mais cette configuration n’est pourtant pas la plus fréquente (4 cas sur 17). Le calcul de l’écart d’âge entre les sœurs sages-femmes permet de préciser la nature des relations entre germaines qui choisissent d’apprendre le même métier. Pour le corpus corrézien, la moyenne est de 7,65 ans (médiane : 7,5 ans). Chez les sœurs du corpus Charité, la moyenne est proche : 7,2 ans, mais la médiane en revanche plonge à 5 ans. Ces chiffres dessinent deux situations distinctes. En Corrèze, les sages-femmes se suivent dans une même famille à une longue période d’intervalle. Les aînées ont terminé leurs études lorsque leurs cadettes commencent la formation. Le rang de naissance des deuxièmes sages-femmes est dans la moitié des cas égal ou supérieur au cinquième enfant (c’est même la benjamine dans 8 familles sur 17). La relation adelphique fondamentale est donc celle de l’aînée à sa cadette, dans un rapport de modèle et d’imitation.

  • 66 AD Charente-Maritime, 3 X 304.

68La décision d’entamer un cours d’accouchement relève en général pour l’aînée d’une volonté parentale. Mais dans le processus de choix, la seconde sage-femme d’une famille dépend plus sûrement de l’appartenance professionnelle de sa sœur aînée, passant d’une influence verticale à une influence horizontale. L’important écart d’âge qui caractérise les sorories corréziennes donne à la plus jeune un aperçu de la formation reçue par sa sœur et des premières années d’exercice. La transmission se fait au sein d’une même génération en bénéficiant de ce décalage. Elle peut même, en cas de décès maternel, donner lieu à une substitution symbolique par l’aînée qui se manifeste dans la répétition professionnelle. L’accès de certaines sages-femmes à des postes d’enseignement obstétrical renforce encore les effets de l’aînesse. En 1854, en Charente-Maritime, Amélie Bézille, maîtresse sage-femme de l’école rochelaise, demande au sous-préfet de Marennes une place gratuite au cours pour une de ses sœurs66.

69Ces configurations de sœurs enseignantes prenant en charge la scolarité de leur cadette rejouent dans un cadre institutionnel et public les tentatives inabouties d’apprentissage interpersonnel et intrafamilial. Mais cette reprise sororale du rôle maternel n’est pas comparable à la transmission verticale. L’adoption d’un même métier est ici le résultat d’une démarche mimétique sans attente matérielle à l’égard de celle qui l’a inspirée. C’est la preuve indirecte de l’a priori positif qui marque la profession de sage-femme dans une famille sans tradition, puisque deux représentantes de la même génération peuvent décider de l’exercer concomitamment. L’entrée dans le personnel médical par ce biais, l’obtention d’un diplôme constituent à eux seuls de puissants motifs, marques d’une promotion sociale pour les milieux qui forment le vivier des élèves accoucheuses.

70La différence dans l’écart d’âge médian entre Corrèze et région lyonnaise (7,5 ans contre 5) invite à d’autres conclusions. Deux cas de sœurs nées à 25 et 27 ans d’intervalle allongent artificiellement la durée intergénésique, alors que la moitié du corpus présente alors un écart d’âge inférieur ou égal à cinq ans. Les sœurs suivent parfois une scolarité partiellement commune, comme Julie Philomène et Philomène Fettu nées en 1866 et 1867 et admises en 1885 et 1886, ou Geneviève Thérèse et Marie Julie Estéoule, toutes deux admises à l’automne 1882, malgré leurs onze ans de différence. Cette fréquente proximité d’âge atténue les effets de l’aînesse en amenant les élèves sœurs à partager plus intensément les péripéties de leurs scolarités respectives.

  • 67 Sage Pranchère N., Mettre au monde…, op. cit., p. 495.

71La majeure partie des sorories concerne des couples d’individus : 21 cas sur 24 cas corréziens et 21 sur 22 cas parmi les élèves de la Charité de Lyon. Quelques cas de sorories plus abondantes existent, comptant entre trois et cinq futures sages-femmes. Elles ne font cependant pas exception au modèle familial défini à partir des sorories corréziennes (de 5 à 9 enfants avec une majorité de filles). Cette constance sororale dans le choix du métier de sage-femme s’inscrit dans une histoire transgénérationnelle des familles, et manifeste la forme la plus aboutie de reproduction professionnelle verticale. Dans ce contexte, la multiplication des admissions en école peut répondre aux défaillances filiales dans la reprise de l’exercice maternel comme dans le cas de la famille Queyriaux. La relation sororale serait alors la conséquence d’une dynamique lignagère plutôt que son propre moteur dans la répétition du choix professionnel. Cette interprétation, très marquée par l’image qu’en donne Claudine Martin, la mère, n’est cependant pas exclusive d’une participation volontaire des filles au schéma familial et d’une liberté individuelle accrue par l’imitation entre sœurs. Parmi les admises à la Charité de Lyon, Marie Jeanne, Julie Philomène et Philomène Fettu, participent dans les années 1880 d’un modèle proche, marqué par l’influence de Benoîte Marie Barriquand, leur tante, diplômée à Lyon en 1862. Seule exception à ce schéma : les sœurs Valéry dont la mère n’a pas de métier déclaré et dont le père travaille successivement comme perruquier, fournier puis marchand de vin67.

72Ces sorories abondantes ont donc la caractéristique de s’inscrire dans une double expansion verticale et horizontale de la profession de sage-femme, et d’être plus généralement les seules, sur l’ensemble des sorories repérées dans les deux corpus, nées d’une sage-femme, à l’exception de Marthe et Lucie Baret, admises à Lyon en 1891 et 1893 (père pharmacien). La rareté de ce dernier trait confirme l’écart entre deux processus de transmission professionnelle, verticale et horizontale.

73Le dernier trait fondamental de la sororité professionnelle réside dans son lien évident avec la forme donnée par les législateurs à l’enseignement obstétrical. La scolarisation de la formation promeut, par la coexistence dans les classes et au sein d’une promotion d’élèves sages-femmes, une sociabilité horizontale, miroir de la germanité. L’école d’accouchement, et plus encore l’internat sur le modèle parisien, abritent un groupe d’élèves envisagées comme des sœurs sous l’autorité « maternelle » d’une maîtresse sage-femme. La scolarité partagée tisse entre camarades d’études des liens humains et professionnels forts. Il en naît progressivement une conscience de corps. S’y inventent aussi des amitiés sororales qui perdurent au point de susciter de nouveaux liens familiaux. En 1881, Marguerite Delon entre à l’école de Tulle. Elle y partage pendant deux ans la classe avec Marie Issoulier, admise en 1880. Les deux jeunes femmes sont originaires de communes différentes et plutôt éloignées. Pourtant, le 15 décembre 1888, Marguerite Delon épouse Jérémy Issoulier, le frère de sa camarade d’école. Ce surgissement d’alliances dans le milieu des sages-femmes est le rare reflet de relations interprofessionnelles et amicales impossibles à saisir autrement. Quand ces alliances préexistent, elles fonctionnent sur le modèle des sorories, la sage-femme en exercice dispensant conseils et encouragements à sa jeune belle-sœur, comme le fait Jeanne Favori, diplômée en 1846, pour Marie Boyer, sœur de son époux Antoine, qui intègre à son tour en 1851 l’école d’accouchement de Tulle.

74Encourager sa sœur cadette à suivre un même cursus consiste donc à faire partager une expérience scolaire, par souci d’offrir une voie professionnelle connue et balisée. C’est aussi resserrer le lien naturel de la germanité en le doublant d’une germanité professionnelle construite et choisie. Contre toute attente, l’institutionnalisation de la formation obstétricale a suscité dans le cadre familial une reproduction professionnelle qui accompagne l’épanouissement de la transmission mère-fille. En libérant les futures sages-femmes du cadre étroit d’un exercice local et dépendant d’un héritage familial, la scolarisation et le diplôme ont permis l’émergence d’un exercice sororal concomitant capable de répondre aux attentes politiques d’un encadrement obstétrical efficace du pays.

  • 68 Roux L., « La sage-femme », dans Les Français peints par eux-mêmes, Paris, 1840-1842, réédité, Pari (...)

75« La sage-femme paie son terme quand la nature daigne en fixer un pour quelque enfant à naître68 ». Dans Les Français peints par eux-mêmes, Louis Roux trace en quelques pages enlevées le portrait littéraire de cette profession. Maquillées d’un trait de plume, apparaissent les préoccupations anciennes des autorités administratives, religieuses et médicales sur la modestie sociale nécessaire à l’accoucheuse pour remplir au mieux son rôle. Lorsque l’auteur la peint fixant « ses pénates à un quatrième [étage] », il la maintient dans l’humble place que lui assignent médecins et administrateurs dès lors qu’ils font rimer dévouement avec pauvreté. Pourtant, la profession qui naît du tournant scolaire et législatif du début du xixe siècle n’est pas que la systématisation d’une bonne œuvre, condamnant celles qui l’exercent à une indigence honorable. Elle suscite vocations et stratégies, devient un enjeu de savoir et de pouvoir relatif. La formation de la sage-femme, devenue l’alpha et l’oméga de son existence légale, imprègne toutes les facettes du choix professionnel. L’école d’accouchement bat au cœur de ce métier. Par sa géographie, elle ouvre peu à peu le recrutement jusqu’aux tréfonds de l’espace rural ; par ses modes de financement, elle le destine à des catégories sociales – l’artisanat et la boutique – qui en font progressivement le pré carré de leurs filles ; par ses rythmes et sa symbolique, elle suscite même une dynamique familiale originale, la sororité, qui complète les formes de la transmission lignagère de cette profession.

Notes

1 AD Hautes-Alpes, L 1062.

2 Au milieu du siècle encore, certains conseils généraux (Ain, Nièvre) continuent de dénoncer les méfaits des matrones.

3 Bib. Acad. de Méd., SRM, cart. 85.

4 Gélis J., L’Arbre et le fruit. La naissance dans l’Occident moderne (xvie-xixe siècles), Paris, Fayard, 1984, p. 183.

5 Ibid.

6 AD Aveyron, 3 X 45.

7 AD Aude, 5 MD 16.

8 AD Gironde, 5 M 550.

9 L’usage de la notion de tabou comme instrument méthodologique doit beaucoup aux recherches de C. McClive sur la portée des interdits religieux sur les relations sexuelles pendant les menstruations, voir « Engendrer pendant les menstrues : devoir conjugal et interdit sexuel à l’époque moderne », dans Redon O., Teisseyre-Sallmann L., Steinberg S. (dir.), Le Désir et le goût : une autre histoire (xiiie-xviiie siècles), Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2005, p. 245-263.

10 Gélis J., L’Arbre et le fruit…, op. cit., p. 178, 248-250, 254-256. Pour le lien entre la fonction d’accoucheuse et celle de laveuse, voir Verdier Y., Façons de faire…, op. cit., p. 83-156. AD Charente-Maritime, 3 X 301.

11 La place de la sage-femme dans la société danoise est interprétée d’une manière équivalente, voir Løkke A., « The Antiseptic Transformation of Danish Midwives », dans Marland H., Rafferty A.-M., Midwives, Society and Childbirth…, op. cit., p. 109.

12 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 40-45.

13 AD Haute-Marne, 117 T 1.

14 Sage Pranchère N., « Grossesse, naissance et obstétrique, quelle place dans la langue occitane ? », dans Lemaître J.-L., Vielliard F. (éd.), L’occitan, une langue du travail et de la vie quotidienne du xiie au xxie siècles, Ussel, Musée du Pays d’Ussel/Centre Trobar, Paris, Diffusion De Boccard, 2009, p. 185-189.

15 Borst C. G., Catching Babies …, op. cit., p. 14-15.

16 Gélis J., L’arbre et le fruit …, op. cit., p. 172-175.

17 Borst C. G., Catching Babies …, op. cit., p. 54-67.

18 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 305-327 ; id., Accoucheur de campagne sous le Roi-Soleil : le traité d’accouchement de G. Mauquest de la Motte, Toulouse, Privat, 1979, p. 28-30.

19 AD Aveyron, 1 N 7*.

20 AD Gers, 1 CG 32/4.

21 RD CG Calvados, 1863.

22 AN, F17/2466, Pyrénées Orientales.

23 AD Aube, 1 N 109.

24 Sage Pranchère N., Mettre au monde …, op. cit., p. 388.

25 Bib. Acad. de Méd., SRM, cart. 85.

26 AD Côtes-d’Armor, 5 M 2.

27 Sur les 19 sages-femmes enregistrées entre 1803 et 1811, 4 résident à Saint-Brieuc et 8 dans des communes devenues chefs-lieux de canton, soit 12 sur 19.

28 Furet F., Ozouf J., Lire et écrire …, op. cit., p. 61-62.

29 Beauvalet-Boutouyrie S., Naître à l’hôpital …, op. cit., p. 141.

30 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 145-151 ; Sage Pranchère N., Mettre au monde …, op. cit., p. 120-122.

31 Ibid., p. 386-390 ; 395-396.

32 « Les élèves gratuites doivent être nées dans le département du Rhône, ou y être domiciliées depuis deux ans au moins. Elles peuvent être inscrites dès l’âge de seize ans révolus, mais leur admission ne peut être prononcée qu’à l’âge de dix-huit révolus, à tour de rôle et suivant les besoins du service ».

33 AD Haute-Marne, 117 T 1.

34 Les huit notes additionnées portent sur l’orthographe, l’écriture, le calcul, le style, la lecture, la grammaire, la géographie et l’histoire, les deux dernières matières étant subsidiaires. AD Gironde, 5 M 560.

35 AD Gironde, 1 N 81*.

36 AD Gironde, 5 M 550.

37 Faure O., « Les sages-femmes en France au xixe siècle : médiatrices de la nouveauté », dans Bourdelais P., Faure O., Les Nouvelles Pratiques de santé …, op. cit., p. 161.

38 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 200-202.

39 Les 69 mentions rassemblent les différentes professions mais aussi les niveaux d’exercice de la profession (maître, ouvrier) ou les professions doubles (cultivateur menuisier ; maçon marchand, etc.).

40 Marchand O., Thélot C., Deux siècles de travail en France, Paris, Études INSEE, 1991, p. 182.

41 Corbin A., Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle (1845-1880), [1975], Limoges, PULIM, 1999, p. 332-335.

42 Entre autres : faiseur de chaises (3), maçon (1), maître chapelier (1), sellier (1), serrurier (1), tailleur (2).

43 Voir Burgière A. (et al.), dir., Histoire de la famille, 3. Le choc des modernités, Paris, Armand Colin, 1986, p. 87.

44 Mis en place sous la monarchie de Juillet, le premier réseau des bureaux de poste est relayé dans les communes non pourvues par des piétons ou facteurs ruraux. Les premiers exemples de pères d’élèves sages-femmes exerçant ce métier sont strictement contemporains de cette institution, puisqu’ils apparaissent après 1834, voir Duby G., Wallon A. (dir.), Histoire de la France rurale, 3. Apogée et crise de la civilisation paysanne, de 1789 à 1914, Paris, Seuil, 1976, p. 289.

45 Duby G., Wallon A. (dir.), Histoire de la France rurale…, op. cit., p. 316-317 ; Mayeur F., Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France…, op. cit., p. 249 sq.

46 Corbin A., Archaïsme et modernité…, op. cit., p. 331 sq.

47 Sage Pranchère N., Mettre au monde…, op. cit., p. 489 sq.

48 « Il y a certains commerces et métiers affectés aux femmes et filles, lesquelles forment entre elles des corps et communautés qui leur sont propres, comme les Matrones ou Sages-femmes […] », Diderot D., Alembert J. Le Rond (d’), Encyclopédie…, op. cit., article « Femme ».

49 Bourgeois L., Récit véritable de la naissance de Messeigneurs et Dames les enfans de France ; Fidelle relation de l’accouchement, maladie et ouverture du corps de feu Madame ; Instruction à ma fille, suivie du Rapport de l’ouverture du corps de feu Madame. Remontrance à Madame Bourcier, touchant son apologie, textes établis et annotés par F. Rouget et C. H. Winn, Genève, Droz, 2000.

50 Voir Delumeau J., Roche D. (dir.), Histoire des pères et de la paternité, Paris, Larousse, 1990, p. 266-269.

51 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin…, op. cit., p. 40-45.

52 Ibid., p. 63.

53 Voir les statuts de 1730, Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 45.

54 Gélis J., « Sages-femmes et accoucheurs : l’obstétrique populaire aux xviie et xviiie siècles », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1997, 32-5, p. 933.

55 Cette colonne correspond aux élèves de la Charité de Lyon ne venant pas de la ville de Lyon mais des départements alentour.

56 L’enquête TRA ou enquête dite des 3 000 familles a permis un suivi longitudinal de toutes les familles françaises dont le patronyme commence par TRA au xixe siècle.

57 AD Corrèze, 1 X 169.

58 Ibid., 1 X 163.

59 AD Charente-Maritime, 3 X 305.

60 AN, F17/2466, Pyrénées-Orientales.

61 AD Corrèze, 1 X 166.

62 AD Aube, 5 M 27.

63 Trévisi M., « Les relations tantes, nièces dans les familles du nord de la France », ADH, 2006-2, p. 9-31 ; ead., Au cœur de la parenté, oncles et tantes dans la France des Lumières, Paris, PUPS, 2008, p. 304-319.

64 Voir Sage Pranchère N., « Sages-femmes et sœurs en France au xixe siècle. La voie à part de la sororité professionnelle », dans Boudjaaba F., Dousset-Seiden C., Mouysset S. (dir.), Frères et sœurs du Moyen Âge à nos jours, Bern, Peter Lang, 2016, p. 403-423.

65 Lett D., Frères et sœurs, histoire d’un lien, Paris, Payot, 2009, p. 10-11. Voir aussi Oris M., Brunet G., Widmer É., Bideau A. (dir.), Les Fratries, une démographie sociale de la germanité, Francfort-sur-le-Main etc., Peter Lang, 2007.

66 AD Charente-Maritime, 3 X 304.

67 Sage Pranchère N., Mettre au monde…, op. cit., p. 495.

68 Roux L., « La sage-femme », dans Les Français peints par eux-mêmes, Paris, 1840-1842, réédité, Paris, Omnibus, 2003, p. 257. Sur les liens entre enquête sociale et création de types sociaux par la littérature, voir Lyon-Caen J., « Saisir, décrire, déchiffrer : les mises en texte du social sous la monarchie de Juillet », Revue historique, 2-2004, no 630, p. 303-331.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search