Version classiqueVersion mobile

L’école des sages-femmes

 | 
Nathalie Sage Pranchère

Chapitre 1. « Il se croit dispensé d’entrer dans aucun détail sur la nécessité d’un cours d’accouchement1 »

Texte intégral

  • 1 AD Charente, L 155.
  • 2 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 99.

1Instruire les sages-femmes, former de bonnes accoucheuses : en 1789, le discours est déjà installé, ancien, rebattu même. Jacques Gélis en a montré les racines, puis l’extraordinaire floraison dans la seconde moitié du xviiie siècle, des ouvrages savants d’accoucheurs repris et simplifiés dans des périodiques comme La Gazette de Santé ou le Journal de Médecine2. Le besoin de sages-femmes compétentes, relayé dès les années 1760 par les administrateurs royaux qui font du discours une politique, naît d’une appréhension mal informée des réalités démographiques françaises et d’un rapport nouveau à la mise au monde et à ses risques. La période révolutionnaire correspond à un temps d’amplification et de consolidation du discours, qui ancre à tous les niveaux de la société française et jusqu’à l’autre bout du siècle les craintes qui ont présidé à son élaboration. Si l’argumentaire n’est ni univoque ni immobile, c’est l’accentuation du discours sur la nécessité de formation au tournant des xviiie et xixe siècles qui forme le pivot des politiques ultérieures.

Sur toutes les bouches…

La diffusion du discours

  • 3 Ibid., p. 102-103.

2Du discours d’Ancien Régime sur la formation des sages-femmes à celui de la Révolution, l’évolution se fait tout en nuance et en continuité ; question de degré plus que de nature, d’ampleur de diffusion que d’arguments fondamentaux. Plus que les mots, ce sont les bouches dont ils émanent qui changent progressivement. Dès les années 1730, timidement, puis avec une assurance croissante et triomphante à partir des années 1750, administrateurs et hommes de l’art dénoncent et réclament. Ils joignent pour ce faire les deux versants inséparables du discours sur la matrone coupable et la sage-femme à instruire3. Les plumes savantes se déchaînent sur la question. En un mot, le sujet est à la mode.

  • 4 Diderot D., Alembert J. Le Rond (d’), Encyclopédie ou Dictionnaire Raisonné des Sciences, des Arts (...)
  • 5 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 92-94.
  • 6 AD Corrèze, C 1.
  • 7 AD Aisne, C 629.
  • 8 AD Tarn, L 343 ; ainsi que Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 94-96.

3Il rebondit des médecins et chirurgiens aux philosophes des Lumières. Dans le grand ‘œuvre qu’est l’Encyclopédie, l’article « Accouchement » est co-signé en 1751 du médecin anatomiste Pierre Tarin, du naturaliste Louis Daubenton et de Denis Diderot. Quatre ans plus tard, Louis de Jaucourt signe l’article « Enfantement » et en 1765, l’article « Sage-femme » est rédigé par le chirurgien Antoine Louis4. Quittant les débats imprimés, le discours se transpose dans l’action des administrateurs5 : intendants à l’instar de Turgot6 ou Ballainvilliers7, subdélégués, officiers municipaux ; mais aussi des clercs, prélats en tête comme l’archevêque de Narbonne, président des États de Languedoc8. La parole administratrice et réglementaire se développe et se diffuse à mesure que sont instaurés des cours d’accouchement d’un bout à l’autre du royaume. Les annonces des cours, les lettres circulaires, plus largement la correspondance qui se noue entre intendants et subdélégués, subdélégués et syndics ou curés, sont autant de terrains où se lisent les raisons de l’organisation des cours d’accouchement, leur nécessité et son urgence :

  • 9 AD Corrèze, C 1.

[…] il n’y a qu’une nonchalance blamable qui ait pu faire négliger à vos paroissiens cette occasion de se procurer une ressource aussi nécessaire pour la conservation de leurs femmes et de leurs enfans. Je ne vous dissimule pas que je suis affligé, de ce qu’ils n’ont point profité du service important que je désirois leur rendre […].9

4La portée de ce discours se mesure à l’audience inégale des cours de démonstration, de l’affluence à l’obligation pour l’administration de rappeler à l’ordre communautés urbaines et villageoises, maigres pourvoyeuses d’élèves sages-femmes, comme c’est le cas à Limoges en 1763.

  • 10 Voir Gélis J., « L’enquête de 1786 sur les sages-femmes du royaume », art. cit., p. 299-343.

5Qu’en est-il deux décennies plus tard ? L’enquête de 1786 sur les sages-femmes modifie le point de vue, faiblement encore, mais significativement10. Lancée à l’initiative conjointe du Contrôle général des finances et de la Société royale de médecine, dans la foulée d’une enquête sur les médecins et les chirurgiens du royaume, cette enquête comporte une entrée où peut s’élever une voix nouvelle : les observations sur la façon dont les accoucheuses exercent leur état.

  • 11 Bibl. de l’Acad. de Médecine, SRM, carton 85.
  • 12 AD Aisne, C 632.
  • 13 AD Aube, C 1167.
  • 14 AD Aisne, C 632, généralité de Soissons.
  • 15 AD Aube, C 1167, élection de Troyes.

6L’identité des répondants est floue, masquée par les réécritures successives des subdélégués puis des intendants. Certains se sont cependant révélés plus bavards et ont pris la peine de citer leurs sources. En Limousin, le « public » reste une masse indistincte et l’apparition épisodique des chirurgiens survalorise leur appréciation11. En revanche, dans la généralité de Soissons12 ou dans l’élection de Troyes13, les mentions sont plus précises : « la paroisse », « les paroissiens » et, plus intéressant encore, « les femmes ». Les filtres restent épais qui emprisonnent la spontanéité des locuteurs dans des formules stéréotypées, mais ils laissent percer à l’occasion l’opinion des hommes et des femmes de ces paroisses sur leurs accoucheuses : « à la satisfaction des personnes qui l’emploient », « à la satisfaction des femmes de la paroisse14 », ou encore « les femmes s’en louent et l’employent », « les habitants s’en louent15 ».

  • 16 Ibid.
  • 17 AD Aisne, C 632.
  • 18 Ibid.

7Le concert de louanges n’est pourtant pas uniforme. De certaines femmes, « on ne dit rien », ou « on ne s’en plaint pas16 ». L’éloge ne s’adresse pas systématiquement à des sages-femmes reçues par une communauté de chirurgiens, ou à tout le moins instruites par le suivi d’un cours de démonstrateur. Ainsi à Bouresches (généralité de Soissons), Marguerite Parmentier, âgée de 66 ans, sage-femme non reçue, est « très estimée et surtout très désintéressée17 ». À Bailly (idem), à la sage-femme instruite, « les femmes […] préfèrent deux vieilles femmes sans expérience qui continuent de travailler contre les ordres de feu M. le subdélégué18 ». L’expérience est ici détournée de son sens premier puisqu’elle est confondue avec le savoir théorique, pour, paradoxalement, mieux rejeter l’empirisme.

  • 19 Les résultats de l’enquête conservés dans les dépôts d’archives départementales présentent un état (...)

8L’attitude ambivalente des populations à l’égard de la politique de formation est perceptible dans ces réponses en demi-teinte. Les sages-femmes instruites et reçues sont en général appréciées, mais les matrones « sans principes » sont tout aussi souvent estimées par la population. À ses interrogations, le gouvernement reçoit des réponses moins conformes à la doxa des intendants, dont l’interprétation finale des résultats de l’enquête est toujours plus catastrophiste que l’impression qui ressort de la lecture des tableaux19. L’initiative de l’enquête est à ce titre remarquable. Elle provoque une parole qui réussit à se libérer partiellement du discours médico-administratif, et, sans le vouloir, laisse s’entrouvrir une béance entre les objectifs de ce discours et la réalité perçue par les contemporains.

9Deux ans plus tard les cahiers de doléances prennent le contre-pied de ces réponses nuancées. Les conditions de rédaction des cahiers semblent pourtant favorables à une expression moins prise dans les fils de la parole savante et administrative qu’une enquête du Contrôle général des finances puisque le roi invite ses sujets à lui faire connaître leurs doléances et remontrances, sans cadre imposé, sans formulaire pré-imprimé.

  • 20 Pulz W., « Aux origines de l’obstétrique moderne… », art. cit., p. 593-617. L’auteur montre à trave (...)

10L’impéritie des matrones et la nécessité de former des sages-femmes sont très largement présentes dans les cahiers de doléances. Absentes des cahiers des corporations de médecins et de chirurgiens, les défaillances dans l’art des accouchements apparaissent au cœur de ceux des communautés villageoises ou urbaines, voire de la noblesse et du clergé. De l’Orléanais à la Picardie, de l’Angoumois à la sénéchaussée de Draguignan, du Cotentin à la Lorraine, les plaintes se répètent, selon des formulations si proches qu’elles semblent coulées dans un même et unique moule20 :

  • 21 Cahiers de doléances du bailliage de Cotentin (Coutances et secondaires) pour les États généraux de (...)

(Sauxemesnil, bailliage de Cotentin) N’est-il pas triste que, dans la campagne surtout, des mille de malheureuses mères soient contraintes, n’ayant pas le moyen d’appeler un médecin ou chirurgien, de confier leur vie et celle de leurs enfants à des personnes ignorantes.21

  • 22 Cahiers de doléances des communautés de la sénéchaussée de Draguignan, vœux du clergé et de la nobl (...)

(Aups, sénéchaussée de Draguignan) […] un bon nombre de familles et d’enfants qui tous les ans sont les malheureuses victimes de l’impéritie et de l’ignorance la plus crasse.22

11Aux drames mis en avant répondent deux solutions complémentaires : la formation des sages-femmes et leur assignation dans une paroisse contre rémunération.

  • 23 Cahiers de doléances du bailliage d’Arques (secondaire de Caudebec) pour les États généraux de 1789 (...)

(Derchigny, bailliage d’Arques) Pour le soulagement de l’humanité, la communauté fait des vœux pour la continuité des cours d’accouchement établis par les assemblées provinciales.23

  • 24 Laurent É., Mavidal J., Archives parlementaires de 1787 à 1860 (citées AP), 1. Cahiers des États gé (...)

(Clergé, bailliage d’Amiens) Chirurgiens et sages-femmes. Cet objet est des plus intéressants pour la religion et pour l’humanité ; il est important que les chirurgiens et les sages-femmes soient instruits et placés à des distances convenables, suivant la population et le besoin des cantons, dans plusieurs endroits ; il leur faudrait assigner des émoluments et donner des encouragements pécuniaires à raison de la pauvreté des habitants et de l’étendue des lieux qu’ils auraient à soigner ou à secourir.24

  • 25 Gutton J.-P., « Matrones, chirurgiens et sages-femmes en Lyonnais aux xviie et xviiie siècles », da (...)
  • 26 Sage Pranchère N., « Étude comparée de deux projets de cours d’accouchement à la fin du xviiie sièc (...)
  • 27 Beauvalet S., Renard J., « Des sages-femmes qui sauvent les mères ? », HES, 1994, vol. 13, no 2, p. (...)
  • 28 Léonard J., Les Médecins de l’Ouest…, op. cit., p. 205-206.

12L’omniprésence de cette préoccupation révèle plusieurs processus. Les enquêtes de 1786 sur les différents types de soignants ont exprimé la sensibilité des populations à une notion en cours d’élaboration : l’encadrement médical. La forme de l’enquête, sa définition d’un personnel médical, son inscription géographique dans des ressorts administratifs qui se muent en circonscriptions de référence pour l’estimation du ratio entre soignants et population, sont à la base d’une politique de santé publique. Trois ans plus tard, lors de la rédaction des cahiers de doléances, des cours d’accouchement ont été réorganisés (Lyon25 ou Nancy), ou créés (généralité de Limoges qui s’étend de l’Angoumois à la Marche26.) Dans une grande partie du reste du royaume, la formation des sages-femmes fonctionne avec régularité depuis au moins le début de la décennie 1780, faisant du démonstrateur et de l’élève sage-femme des figures familières. Le cours d’accouchement et ses effets positifs sur la baisse de la mortalité maternelle ont sans doute modifié les attentes vis-à-vis des accoucheuses27. Leur présence dans les cahiers de doléances est de fait le reflet de leur irruption concrète et symbolique dans le quotidien des populations28. À cet égard, 1786 prépare 1789.

Duplication du discours d’Ancien Régime : une parole captive ?

13Pourtant le portrait nuancé des accoucheuses non formées, le poids de l’ancienneté et de la confiance patiemment construite ne peuvent pas avoir leur place dans les cahiers. La doléance implique un désordre d’où découle l’homogénéisation de la parole constatée plus haut car il existe un formulaire de la plainte et remontrance. L’organisation sous forme d’articles, leur caractère énumératif rapprochent les discours et font émerger une norme collective qui est celle des intendants et des chirurgiens. De ce point de vue, le discours des cahiers de doléances est l’aboutissement stéréotypé de la parole savante sur l’art des accouchements et la formation des sages-femmes, aboutissement d’un demi-siècle de publications scientifiques et de pamphlets enflammés, aboutissement aussi de trente ans de vulgarisation pédagogique obstétricale.

14Il serait cependant faux de ne voir dans ces cahiers qu’un point d’arrivée puisqu’ils sont tout autant un point de départ, celui du discours de la France des États généraux proclamés Assemblée nationale. Nœud rhétorique qui lie l’Ancien Régime à la Révolution et plus largement à tout le siècle suivant, les traits essentiels de ce discours reposent sur la reprise d’un nombre limité de motifs argumentaires et sur la réitération stylistique qui progressivement fossilise l’expression. La consultation de 1789 est unique en son genre, la scène devenue nationale a vu se multiplier les acteurs avant que le mandat du représentant et la refonte de l’administration ne réduisent de nouveau le champ d’élaboration et de déclaration du discours et que la parole, appauvrie, ne revienne à ceux qui en disposaient auparavant de façon privilégiée ou du moins à ceux qui les remplacent.

15Les administrateurs, des ministres aux citoyens présents à la tête des districts communaux, les médecins et les chirurgiens, de la Société royale de médecine au simple officier de santé, mêlent leurs voix pour rappeler la nécessité de former des sages-femmes compétentes. Ainsi, dès 1790, les assemblées administratives des départements mettent en œuvre des projets de cours d’accouchement dans un élan qui est bien plus un rebond sur l’héritage immédiat qu’une véritable réponse aux demandes des cahiers.

  • 29 AD Côte-d’Or, L 542.

(Arrêté du 19 novembre 1790) L’assemblée administrative du département de la Côte-d’Or considérant que de tous les établissements que l’humanité et la justice sollicitent en faveur des habitants du département, il n’en est pas de plus nécessaire que ce cours [d’accouchement] […].29

  • 30 AD Sarthe, L 32.

(Arrêté du 10 décembre 1791, Sarthe) Sur le rapport du bureau du Bien public, l’Assemblée [administrative du département] considérant que les malheurs trop fréquens, qui arrivent dans les campagnes, par l’ignorance des sages-femmes, doivent faire rechercher tous les moyens qui peuvent y remédier […].30

16Les niveaux intermédiaires de la hiérarchie administrative (administration de district d’arrondissement et de district cantonal) relaient les décisions de l’autorité départementale jusqu’à la cellule de base qu’est la commune :

  • 31 AD Doubs, L 1343.

(29 janvier 1791, Pontarlier) Le directoire du département vient de nous informer, que le Conseil Général dirigé par des principes de bien public, d’humanité et de bienfaisance, a, dans sa dernière session, délibéré de procurer un cours gratuit d’accouchemens […].31

17La nécessité de l’instruction des accoucheuses n’est pas moins ressentie au plus bas degré de l’échelle, même si les bonnes volontés se heurtent aux difficultés matérielles de l’organisation des cours et du recrutement des élèves sages-femmes :

  • 32 AD Côtes-d’Armor, 3 L 41.

(17 frimaire an iii) La municipalité de Tréméreuc, aux administrateurs composant le directoire du district de Dinan, en vertu de votre lettre du 29 brumaire dernier qui considérant [que] l’humanité a chaque jour à gémir de l’ignorance des sages-femmes ; nous vous faisons savoir que nous n’en avons en notre commune qu’une seule qui refuse d’aller se faire [former] à Saint-Brieuc.32

  • 33 AD Aveyron, 1 N 3* à 5*.

18Le tournant politique du Consulat et les modifications de l’organigramme administratif ne changent pas le discours. Les sessions des conseils d’arrondissement et des conseils généraux inaugurent en l’an viii une longue litanie de demandes d’ouverture de cours d’accouchement ou tout au moins le rappel continuel de l’utilité de ces fondations. Ainsi dans le département de l’Aveyron où, de Saint-Affrique à Rodez en passant par Villefranche-de-Rouergue et Espalion, le cours d’accouchement s’invite dans chaque délibération33.

  • 34 Marais de Beauchamp A., Enquêtes et documents relatifs à l’enseignement supérieur, XXVIII, Médecine (...)

19Soutenus par la volonté politique et dans la continuité naturelle des pratiques d’Ancien Régime, les membres du personnel médical se posent en interlocuteurs privilégiés du pouvoir gouvernemental et administratif. La Société royale de médecine ouvre la marche dès le 25 novembre 1790 avec son adresse à l’Assemblée nationale et la lecture par son fondateur Vicq d’Azyr de son Nouveau plan de constitution pour la médecine en France34 :

  • 35 Ibid., p. 1-2.

Elle a vu que les sages-femmes sont dépourvues, presque partout, des connaissances qui leur sont indispensables […]. La Société de médecine propose des moyens pour remédier aux abus qu’elle dévoile.35

20Quelques années plus tard, l’École de Santé de Paris, instituée en frimaire an iii, annonce pour le mois de pluviôse an v l’ouverture d’un cours d’accouchement à destination des sages-femmes dans une lettre aux administrations départementales et rappelle :

  • 36 AD Marne, 1 L 1248.

Vous savez, citoyens, de quel intérêt il est pour l’humanité de répandre les connaissances d’un art dont les secours sont si utiles et si importants. L’École a dû songer dès lors aux moyens de faire participer le plus grand nombre possible d’élèves à l’instruction que leur offre le gouvernement.36

  • 37 AD Charente, L 155.
  • 38 AD Bas-Rhin, 1 L 840, Antoine Dubois est en 1793 professeur public d’anatomie, chirurgien en chef d (...)
  • 39 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 123-129.

21Partout en France, les anciens démonstrateurs d’accouchement ou de jeunes officiers de santé prêts à endosser ces fonctions multiplient les courriers aux administrations de département. L’officier de santé Raillard envoie le 11 messidor an iv un projet de cours aux administrateurs du Cher et déclare qu’il se trouverait « trop payé si [ses] efforts pouvaient contribuer au progrès de l’art, et au bien de l’humanité souffrante ». Trois ans plus tard, en pluviôse de l’an vii, l’officier de santé Mérilhon d’Angoulême annonce qu’il établira des cours chez lui si le département accepte d’encourager les futures sages-femmes à se rendre à ses démonstrations37. Dans ces correspondances, le bien de l’humanité côtoie de près l’intérêt personnel comme lorsque le chirurgien parisien Antoine Dubois adresse en mai 1793 une lettre circulaire aux directoires départementaux pour vanter les qualités d’un mannequin de démonstration qu’il a mis au point et qui est, d’après lui, utilisé avec bonheur par tous ses disciples dans le cadre des cours qu’ils dirigent38. L’enthousiasme des années 1770-1780 pour la direction des cours d’accouchement39, la mise en valeur astucieuse des publications et inventions pédagogiques perdurent sous la Révolution qui offre au personnel médical les mêmes possibilités de manifester son intérêt pour la formation obstétricale.

  • 40 Ibid., p. 221-223.

22Dès le début de la période révolutionnaire et tout au long de celle-ci (Consulat inclus), le discours sur la nécessité de l’instruction des sages-femmes fleurit, signe d’une redécouverte des besoins de la population en matière d’encadrement de l’accouchement, à laquelle s’ajoute un regard nouveau porté sur l’enfant à naître, futur citoyen40. Les espoirs portés par le nouveau régime imposent de faire aussi bien que la ci-devant administration dans la dénonciation des lacunes de l’art des accouchements et dans les remèdes à y apporter, voire de ne pas hésiter devant la surenchère verbale.

Trame, fil et navette : le tissage d’un discours

Matrones, sages-femmes, accoucheuses : flou du vocabulaire et sévérité du jugement

23Les années 1770-1850 correspondent à un temps de flottement dans la désignation de l’auxiliaire féminine de l’accouchement alors que le discours se polarise sur deux figures antagonistes : la mauvaise et la bonne praticienne de l’accouchement. La production lexicographique, littéraire et documentaire du temps propose trois termes, « accoucheuse », « matrone » et « sage-femme », dont les relations (synonymie, antonymie, hiérarchie) diffèrent en fonction du contexte d’utilisation. Les ouvrages de lexicographie permettent de suivre l’évolution d’un vocable sur le temps long, et de saisir les inflexions fines de signification et d’usage qui peuvent le toucher, comme un écho assourdi des emplois dans les documents de la pratique. Pour cette raison, le corpus retenu couvre une période volontairement large et comporte trois catégories :

    • 41 Furetière A., Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que (...)
    • 42 Féraud J.-F., Dictionnaire critique de la langue française, Marseille, Mossy, 1787-1788.
    • 43 Littré É., Dictionnaire de la langue française, Paris, L. Hachette, 1873-1874.

    Dictionnaires de la langue française : Dictionnaire de l’Académie française (1694 ; 1762 ; 1798 ; 1835) ; Dictionnaire universel de Furetière41 ; Dictionnaire critique de la langue française de Jean-François Féraud42 et Dictionnaire de la langue française de Littré43.

    • 44 Diderot D., Alembert J. Le Rond (d’), Encyclopédie…, op. cit.
    • 45 Larousse P., Grand dictionnaire universel du xixe siècle : français, historique, géographique, myth (...)

    Encyclopédies : Encyclopédie de Diderot et d’Alembert44 et Grand dictionnaire universel du xixe siècle de Larousse45.

    • 46 Le Vacher de la Feutrie T., Moysant F., La Macellerie, Dictionnaire de chirurgie, Paris, Lacombe, 1 (...)
    • 47 Société de médecins, Encyclopédie méthodique, médecine, Paris, Panckoucke, 1787-1830.
    • 48 Société de médecins et de chirurgiens, Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, 1812 (...)
    • 49 Bégin L.-J., et al., Dictionnaire des termes de médecine, chirurgie, art vétérinaire, pharmacie, hi (...)
    • 50 Nysten P.-H., et al., Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoire (...)
    • 51 Beaude J.-P., Dictionnaire de médecine usuelle, 2 tomes, Paris, Didier, 1849.

    Dictionnaires de médecine : Dictionnaire de chirurgie de Le Vacher (1767)46, l’Encyclopédie méthodique (1787-1830)47 ; Dictionnaire des sciences médicales édité par Panckoucke à partir de 181248 ; Dictionnaire des termes de médecine, chirurgie, art vétérinaire, etc., dirigé par Bégin en 182349 ; Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire de Nysten (éditions de 1833 et 1855)50 et Dictionnaire de médecine usuelle de Beaude (1849)51.

  • 52 L’usage d’autres termes est rarissime, à l’unique exception du terme « tatonneuse », AD Isère, L 53 (...)
  • 53 Dans ce dernier cas, le développement explicatif prend place dans l’article intermédiaire « matrone (...)

24La recherche au sein de ce corpus s’est limitée aux trois termes évoqués plus haut (accoucheuse, matrone, sage-femme)52. Ils se sont révélés présents de manière inégale dans le corpus. L’article « sage-femme » bénéficie toujours d’une entrée, quel que soit l’ouvrage considéré, tandis que le terme « accoucheuse » est parfois couplé au terme « accoucheur » (Furetière, Dictionnaire de l’Académie française à partir de sa 5e version de 1835, Littré, Larousse) ou absent (Beaude). Quant au terme « matrone », il fait en général l’objet d’une entrée, à l’exception du Dictionnaire critique de la langue française de Féraud et du Dictionnaire de médecine usuelle de Beaude. Le Dictionnaire de chirurgie de Le Vacher se contente pour sa part de renvoyer des termes « accoucheuse » et « matrone » vers celui de « sage-femme », sans autre forme de définition. Les renvois pour plus ample information se rencontrent plutôt dans les ouvrages de type encyclopédique : ainsi à la fin de l’article « matrone » de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert vers l’article « sage-femme », de même qu’à la fin de l’article « accoucheuse » de l’Encyclopédie méthodique53 ; mais les dictionnaires y ont aussi recours : renvoi à l’article « accoucheur » pour « accoucheuse » dans le Dictionnaire de Féraud, ou encore complément de l’article « accoucheuse » par l’article « sage-femme » dans le Dictionnaire des sciences médicales et le Dictionnaire de médecine de Pierre-Hubert Nysten (première édition).

25L’explication du mot pose des équivalences de signification qui fonctionnent en priorité de « matrone » vers « sage-femme » (Furetière, Dictionnaires de l’Académie, Bégin, Nysten, Larousse) et plus rarement de « matrone » vers « accoucheuse » (Bégin et Nysten). L’équivalence « accoucheuse » « sage-femme », soit l’emploi du premier pour définir le second, est moins fréquente (Le Vacher, Féraud), tandis que le recours à « matrone » pour définir « sage-femme » n’est présent que chez Furetière au tout début de la période. La prééminence du vocable « sage-femme » apparaît nettement. D’un point de vue qualitatif, les mentions d’histoire de l’usage linguistique tendent quasiment toutes à faire du terme « sage-femme » la référence courante et contemporaine de la rédaction, réduisant l’usage d’« accoucheuse » et de « matrone » à une pratique obsolète ou spécialisée (juridique en l’occurrence dans ce second cas) :

Accoucheuse : on dit plutost sage-femme (Académie, 1694 ; Encyclopédie) ; on dit plus communément sage-femme (Académie, 1762 et suivantes, Féraud) ; le mot sage-femme, qui est synonyme, est plus usité (Nysten, 1833) ; on dit plus souvent sage-femme (Nysten, 1855) ; on dit plus ordinairement sage-femme (Larousse).

Matrone : est aussi le nom de celle qu’on appelle proprement sage-femme (Furetière) ; qu’on appelle vulgairement sage-femme (Encyclopédie) ; un usage assez ancien a fait succéder en France au nom de matrone, celui de sage-femme (Encyclopédie méthodique) ; il n’a d’usage qu’en termes de pratique (Académie, 1762 et 1798) ; aujourd’hui, il n’est plus guère usité qu’en termes de pratique (Dictionnaire des sciences médicales, Panckoucke).

  • 54 Cahiers de doléances des communautés de la sénéchaussée de Draguignan…, op. cit., p. 50.
  • 55 Motion d’ordre de Jean-François Baraillon, séance du 14 nivôse an v (3 janvier 1797), EDRES, op. ci (...)

26La hiérarchie lexicale place donc la sage-femme au-dessus de la matrone et, au bout du compte, au-dessus de l’accoucheuse. Le statut de ce dernier terme n’est cependant pas aussi tranché et l’usage comme sa fixation normative hésitent entre infériorité et stricte équivalence avec « sage-femme ». « Accoucheuse » correspond autant à une fonction qu’à une profession, comme le rappelait en 1788 le cahier de doléances d’Aups (sénéchaussée de Draguignan) : « qu’il ne soit permis à aucune sage-femme d’exercer la délicate fonction d’accoucheuse sans avoir fait un cours d’accouchement54 ». À ce titre, le mot revêt une certaine neutralité qui pousse le rédacteur de l’article dans le Dictionnaire des sciences médicales à déclarer : « Ce nom convient mieux que sage-femme ou matrone à celle qui assiste la femme pendant le travail et qui donne les premiers soins à l’enfant. » Cette préférence n’est pas isolée puisque la motion d’ordre présentée au Conseil des Cinq-Cents par le député de la Creuse, Jean-François Baraillon, le 14 nivôse de l’an v, sur les établissements relatifs à l’art de guérir, le mode d’admission du personnel médical et la police de la médecine, n’emploie que le terme accoucheuse55. Quelle explication donner à cette tentative de substitution lexicale ? Rapprocher la dénomination féminine de la dénomination masculine a pu manifester la volonté de relever le prestige de la profession, ou de subordonner plus étroitement les accoucheuses aux accoucheurs devenus officiers de santé en imposant un nom que les sages-femmes n’utilisent en général pas pour se désigner.

  • 56 Ces extraits sont au nombre de 28 entre 1790 et février 1803. Ils émanent de députés au Corps légis (...)

27Qu’en est-il alors de la matrone ? Qu’en est-il surtout de la comparaison entre norme et pratique ? Au corpus lexicographique correspond un corpus documentaire composé d’une part d’extraits des cahiers de doléances de 1788-1789 et d’autre part d’un ensemble de textes rédigés entre 1790 et 180356. Ces extraits s’inscrivent dans une rhétorique de dénonciation des manques obstétricaux et des abus dans ce domaine pour réclamer la mise en place d’un enseignement. C’est le visage sombre de l’auxiliaire de l’accouchement qui est ici présenté.

28Le résultat de l’enquête sur « matrone » dans le groupe des dictionnaires a abouti à une appréciation plutôt neutre du vocable. Assez tôt vieilli, et cantonné dans une utilisation renvoyant à l’expertise judiciaire (vérification de la virginité, de la grossesse ou de l’impuissance masculine), il n’est jamais négativement connoté et bénéficie même, dans l’article « matrones, sages-femmes, accoucheuses » de l’Encyclopédie méthodique, d’une présentation positive :

Ces femmes qui par état facilitent l’accouchement, assistent les femmes en couches, reçoivent les enfants à leur naissance, ont reçu chez tous les peuples un nom qui annonce assez le haut degré de considération dont ont joui celles de ces sages-femmes qui ont mérité la confiance publique. Chez les Grecs, on les appelait maia iatrina, mère médecin ; chez les Espagnols, comadre ou partera, commère, seconde mère ou accoucheuse ; en France, matrones, dames ou mères […].

29À l’inverse, c’est l’accoucheuse qui fait l’objet de l’anathème le plus féroce dans l’article de l’Encyclopédie qui dénonce, en reprenant les propos de Boerhaave, son imprudence et sa témérité, et n’hésite pas à rapporter le propos de La Mettrie selon lequel « il vaudroit mieux pour les femmes qu’il n’y eût point d’accoucheuses ».

30Le corpus documentaire fait en revanche clairement apparaître une utilisation négativement connotée du terme « matrone ». Absent des cahiers de doléances dont la vocation est plus prescriptive que descriptive, il apparaît à neuf reprises dans l’ensemble d’extraits à partir de 1790, toujours associé à un adjectif dépréciatif ou à un récit critique :

  • 57 AD Isère, L 532.
  • 58 AD Cantal, L 587.
  • 59 AD Côtes-d’Armor, 1 L 594.
  • 60 AD Cher, 1 L 625.
  • 61 AD Ille-et-Vilaine, L 965.
  • 62 AD Rhône, 1 L 531.
  • 63 AD Lozère, 1 N 103*.

[…] les suites ont été funestes par la mauvaise manœuvre des matrones (1792)57 ; quelque matrone dont l’ignorance dans cette partie saisit de crainte (1792)58 ; comme l’ignorance est toujours présomptueuse, les matrones de nos jours ne doutent de rien (an ii)59 ; des matrones ygnorantes (an iv)60 ; les mains meurtrières des matrones (an vi)61 ; l’impéritie de la plupart des matrones (an vi)62 ; l’ignorance de nos matrones (an x)63.

  • 64 L’autodésignation par le terme « matrone », rare, existe cependant : Gabrielle Gouïvou Dupluvinage (...)

31Cette récurrence dessine le fossé qui commence à se creuser entre « sage-femme » et « matrone », mais ce fossé est encore mouvant et les occurrences du terme « sage-femme » sont aussi, dans 15 cas sur 17, associées à une qualification péjorative64.

32Une évolution semble pourtant se faire jour dans l’usage de la dénomination de « sage-femme ». L’instruction est devenue un point de référence, comme le rappelle cette lettre du président de l’administration départementale de l’Isère :

  • 65 AD Isère, L 127.

Je dois vous faire observer que vous ne devez comprendre dans ce tableau que les sages-femmes qui ont suivi les cours d’accouchement, et non celles qui n’ont pour principes qu’une routine aveugle et imprévoyante […].65

  • 66 AD Côte-d’Or, L 542.
  • 67 AD Rhône, 1 L 531.
  • 68 AN, F17/2462, Jura.
  • 69 AN, F17/2457, Ariège.
  • 70 AD Alpes-de-Haute-Provence, 5 M 6.

33Des nuances viennent compléter le terme pour différencier l’idéal de la réalité défaillante. Préciser l’origine rurale de la sage-femme amoindrit d’emblée la valeur de la personne évoquée. Se lit souvent aussi l’idée d’usurpation de fonction dans la désignation de la sage-femme : « soi-disant sages-femmes66 », « matrones, qui sous le nom de sages-femmes67 », « certaines femmes qui sans titre se donnent pour accoucheuses68 » (terme relayé par « sage-femme » dans le même paragraphe), etc. La période qui suit la loi sur l’exercice de la médecine du 19 ventôse an xi (1803) voit perdurer ces formulations : « prétendues sages-femmes69 » (1808), « celles qu’on nomme très improprement sages-femmes70 » (1834). Mais la clé de cette évolution linguistique réside dans ce tournant normatif de l’an xi qui sanctionne le choix officiel et définitif d’un terme, « sage-femme », au détriment des deux autres. La pratique lexicale subit dès lors une inflexion forcée puisque « sage-femme » n’est plus seulement un nom de métier, sujet à variations éventuelles, mais un titre qui porte la reconnaissance légale d’une formation et le droit exclusif à l’exercice d’une profession. La ligne de démarcation entre matrone et sage-femme passe au cœur de l’article 35 du titre VI :

Six mois après la publication de la présente loi tout individu qui continuerait d’exercer la médecine ou la chirurgie, ou de pratiquer l’art des accouchements, sans être sur les listes, dont il est parlé aux articles 25, 26 et 34, et sans avoir de diplôme, de certificat ou de lettre de réception, sera poursuivi et condamné à une amende pécuniaire envers les hospices.

Routine et impéritie, aux deux sources du discours dénonciateur

  • 71 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin…, op. cit., p. 102 sq. ; Laget M., Naissances…, op. cit.
  • 72 Voir par exemple Chalk D. L., “Savior, Witness, and Comic Relief : The Midwife in English Texts of (...)
  • 73 Gélis J., « Louise Bourgeois (1563-1636). Une sage-femme entre deux mondes », art. cit. ; Perkins W (...)

34La dénonciation des accoucheuses se situe dans la stricte continuité des textes d’Ancien Régime71. De ce point de vue, le tournant des xviiie et xixe siècles n’invente rien, il amplifie un discours antérieur porté par le corps médical et chirurgical et permet à une nouvelle catégorie d’auteurs de s’en saisir : les administrateurs. Les attaques contre l’incompétence des sages-femmes ne sont pas neuves et, à la différence de ce qui se produit au cours du xviiie siècle et de ce qui perdure au-delà, elles ne font, entre les xve et xviie siècles, aucune distinction entre accoucheuses formées ou non formées, englobant l’ensemble des auxiliaires féminines de l’accouchement dans une même critique et réprobation72. L’exemple de Louise Bourgeois, sage-femme de Marie de Médicis, victime d’une cabale de chirurgiens qui l’accusent d’ignorance et d’incurie après la mort en couches de Marie de Montpensier en 1627, montre à quel point même un office prestigieux ne suffisait pas à protéger les sages-femmes des critiques73. Ces critiques se perpétuent et se précisent dans le courant du xviiie siècle. Dans les années 1780-1790, des thématiques récurrentes scandent le propos des administrateurs et des hommes de l’art. Trois grands types de discours peuvent être mis en lumière qui se recoupent parfois ou se complètent : le discours stéréotypé fonctionnant par formules toutes faites, la rhétorique doloriste et enfin l’argumentaire pragmatique refusant de céder à la tentation du pathos.

  • 74 Laget M., Naissances…, op. cit., p. 202 et 206-207.

35Dans la dénonciation des déviances de l’art des accouchements, les formules sont répétitives, incantatoires : « impéritie meurtrière », « routine aveugle », « coupable ignorance » ou « affreuse témérité » reviennent encore et toujours, reprenant quasiment sans modification le formulaire du « procès des sages-femmes » décrit pour le xviiie siècle74. Le discours qu’elles construisent semble dès lors tourner partiellement à vide. Mais cette première lecture ne peut toutefois laisser de côté quelques évolutions quantitativement mineures mais significatives. La classification thématique établie par l’historienne Mireille Laget comprenait, pour ce qui relève des accoucheuses elles-mêmes, le vocabulaire de l’incapacité, de la violence et de la méchanceté, ce dernier très socialement connoté par l’appartenance au « bas peuple ». Le corpus documentaire de la période révolutionnaire réactive les deux premières thématiques en laissant de côté la dernière, qui n’est plus de mise après 1789. L’origine sociale des sages-femmes, qui n’évolue pas fondamentalement, ne peut plus faire l’objet d’une dénonciation en tant que telle, à travers la stigmatisation de défauts physiques et moraux comme la grossièreté, la lourdeur physique et mentale ou la laideur. À ce titre, le discours révolutionnaire est sans doute plus pragmatique et moins lyrique que ses prédécesseurs.

  • 75 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin…, op. cit., p. 105.
  • 76 Voir le Mémoire dans lequel on s’efforce de démontrer l’utilité de la nécessité de l’établissement (...)

36Cette transformation des sensibilités s’exprime dans la coexistence de deux tendances du discours médico-administratif : la déploration détaillée des accouchements malheureux et l’hésitation devant ce recours à l’émotion et à l’indignation faciles. La première tendance s’inscrit dans une longue généalogie du récit horrifique, du pamphlet anglais anonyme de 1751, The Petition of the Unborn Babies, à sa reprise par le chirurgien Icart de Castres en 1781 sous le titre de la Requête pour les enfants à naître75. Les mémoires qui parviennent aux intendants et à la Société royale de médecine pendant la décennie 1780 en sont d’autres exemples76. Certains médecins et chirurgiens poursuivent dans cette voie sous la Révolution. Dans son Mémoire sur l’établissement des cours gratuits d’accouchement pour l’instruction des sages-femmes de la campagne, adressé aux administrateurs du département du Tarn, Jean-François Icart reprend comme premier argument celui qu’il avait utilisé quelques décennies plus tôt pour justifier l’ouverture de cours d’accouchement à Castres :

  • 77 AD Tarn, L 343.

Il commençait à méditer en 1764 sur les moyens les plus prompts et les plus efficaces de délivrer la patrie d’un fléau aussi dangereux que nuisible lorsque à nos portes une paisanne de Saint Amans diocèse de Lavaur implora le secours d’une matrone de son village. Cette femme trouva les pieds de l’enfant, s’en saisit, tira avec autant de force que de précipitation, la tête ne put résister à la violence des secousses et se sépara du tronc. […] Ce double assassinat pénétra le sieur Icart d’horreur.77

37Quelques années plus tard, peu avant le vote de la loi de ventôse an xi, Pilhès, de l’Ariège, ancien démonstrateur, développe les mêmes images :

  • 78 AN, F17/2457, Ariège.

On les voit journellement déchirer les chairs, meurtrir les viscères, mutiler, arracher les membres et séparer la tête du corps des tendres enfans. On pourroit les peindre encore un crochet de fer à la main, instrument de douleur et de mort, cherchant au hazard dans les entrailles d’une femme éperdue le cher objet de sa tendresse qu’ils y assassinent. C’est la faulx de la mort entre les mains homicides de l’ignorance, qui frappe au milieu des ténèbres. Le nombre des victimes immolées à la brutalité de ces manœuvres a de quoi émouvoir les cœurs les moins sensibles, et fait vivement juger que l’art de secourir un être naissant, ne doit être exercé que par des personnes habiles à lui frayer un libre passage, à travers les dangers dont il est entouré.78

  • 79 Laget M., Naissances …, op. cit., p. 209-210.
  • 80 AD Aude, 1 L 537.

38Certains auteurs cherchent cependant à éviter ces faciles effets de rhétorique pour poser en termes concrets le problème de la formation des sages-femmes et de ses modalités. Ce renoncement aux longues descriptions d’accouchements tragiques, aussi violentes envers les accoucheuses que généralement complaisantes envers le rôle salvateur des accoucheurs79, s’exprime toutefois de manière hésitante, comme sous la plume de Bonnet, ancien démonstrateur à Narbonne, en l’an vii80 qui commence ainsi :

Faute de connaissances sur les moyens qu’il faut mettre en œuvre pour redresser les enfants quand ils viennent mal, ne voit-on pas fréquemment des chirurgiens et sages-femmes ne faire aucune difficulté de les mutiler ? Ces destructeurs du genre humain arrachent impitoyablement les membres de ces malheureuses victimes en se servant de crochet, instrument dont le nom seul fait horreur à l’humanité.

39Puis, saisi par la pudeur, poursuit :

Il n’est que trop vrai que je pourrais rapporter des accouchements de cette nature faits par des chirurgiens ignorants même jusqu’aux principes de leur art, mais je les passe sous silence, ils ne serviraient qu’à affliger les âmes sensibles.

  • 81 Gélis J., « La formation des accoucheurs et des sages-femmes aux xviie et xviiie siècles. Évolution (...)

40La principale raison avancée pour cette subite réserve est la sensibilité du lecteur que les auteurs souhaitent désormais épargner après l’avoir fortement malmenée dans les décennies précédentes. Puisque la compétence des accoucheurs n’a plus besoin, pour être reconnue, de ces narrations oscillant entre la tragédie et l’héroïsme, la répétition des récits dramatiques semble désormais n’avoir pour résultat que de provoquer le malaise chez les interlocuteurs des médecins et des chirurgiens. À l’heure où la vision de la mort et de son incarnation dans le corps malade et le corps mort se révèlent des spectacles moins stoïquement supportés que dans le passé81, la puissance évocatrice de l’écrit risque de s’avérer contre-productive.

  • 82 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 102 ; M. Laget, Naissances …, op. cit., p. 20 (...)
  • 83 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 104-105.
  • 84 Léonard J., Les Médecins de l’Ouest …, op. cit., p. 173-174 et 176.

41Dernier aspect du discours dénonciateur : l’égratignement des chirurgiens. L’accoucheur a établi sa réputation sur les ruines de celle de la sage-femme82, ce qui n’a pas empêché quelques vives réactions contre les accoucheurs incompétents, si isolées qu’elles soient par rapport aux attaques précédentes83. Les écrits de la période révolutionnaire ne consacrent pas non plus la complète apothéose du médecin ou du chirurgien accoucheur. L’intérêt précoce pour la réforme des études médicales ne met à l’abri des critiques aucune catégorie du personnel médical et, de texte en texte, une voix discrète mais tenace rappelle les lacunes de ceux qui revendiquent la prééminence dans l’exercice de l’art des accouchements. Les cahiers de doléances peignent un tableau contrasté du rôle des chirurgiens : démonstrateurs habiles et compétents d’un côté, personnages incapables à la limite du charlatanisme de l’autre84. Les remontrances et les exigences se rapprochent donc de celles observées pour les sages-femmes :

  • 85 Cahiers de doléances du bailliage d’Arques (secondaire de Caudebec) pour les États généraux de 1789(...)

(Derchigny) La communauté, sous le même rapport, fera ses plus vives complaintes sur l’ignorance des chirurgiens de villages et désirerait que plus d’étude de leur part soit constaté pour conserver la vie des hommes.85

  • 86 AD Ille-et-Vilaine, L 935.
  • 87 AD Aude, 1 L 537.

42Sous le Directoire, les accusations contre les chirurgiens refleurissent, portées parfois par les chirurgiens eux-mêmes. En l’an vi, le démonstrateur breton Mahé les traite de « routiniers86 ». L’année suivante, au sud du pays, dans l’Aude, le démonstrateur Bonnet, déjà cité, souligne les irrémissibles défauts de certains de ses confrères : ignorance et cupidité87.

43Moins fréquent que celui qui cloue au pilori les sages-femmes, le discours sur les chirurgiens montre néanmoins, par son existence même, la primauté de l’inquiétude populationniste sur les luttes internes du personnel médical. Mêlées aux enjeux de savoir et de pouvoir, les craintes pour l’avenir de la population française forment un socle immuable de la justification de la formation obstétricale.

« Dans un pays où tous viennent au monde égaux et libres, chaque naissance est une époque importante88 »

  • 88 AD Cantal, L 17.
  • 89 Malthus T., Essai sur le principe de population, Londres, J. Johnson, 1798. Sur la postérité de la (...)
  • 90 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 221.
  • 91 Le populationnisme est une constante des penseurs politiques de l’époque moderne en France puis, to (...)
  • 92 Montchrétien A. (de), Traité de l’économie politique dédié en 1615 au Roi et à la Reine mère du Roi(...)
  • 93 AD Gers, L 280.
  • 94 AD Cantal, L 17.

44Le xviiie siècle est le siècle de la découverte scientifique de la population, de ses évolutions, de la baisse redoutée à l’augmentation souhaitée ou critiquée. Y naissent aux mêmes sources d’une statistique encore balbutiante l’angoisse populationniste de Montesquieu et Damilaville et les théories de Malthus dans son Essai sur le principe de population publié pour la première fois en 179889. Dans le même temps, en France, le discours sur la population la définit comme une source de puissance, guettée par de multiples périls90. La concomitance et l’opposition des thèses développées de part et d’autre de la Manche soulignent la prégnance de l’idéologie populationniste dans la France révolutionnaire91. Rappelant que la grandeur d’un État réside dans le nombre de ses sujets, comme l’écrivait déjà au xviie siècle Antoine de Montchrétien92, les arguments fondamentaux se perpétuent avec des formulations identiques : « […] le grand nombre d’individus fait la richesse d’un état93 » ; « La population est la vraie source de la grandeur des empires94. »

  • 95 AD Doubs, L 1343.
  • 96 AD Isère, L 532.

45L’aphorisme ne résume cependant pas à lui seul la rhétorique populationniste. Celle-ci se charge d’un ensemble de notions complémentaires issues du discours révolutionnaire. L’État n’est plus, dans le discours sur l’art des accouchements, le seul objet des effets d’un abondant peuplement. À ses côtés, émerge la patrie qui unit les citoyens en un corps englobant et non plus surplombant : « […] favoriser un établissement qui en éloignant la mort de l’enfance conserveroit des citoyens à la Patrie […]95 » ; « C’est l’art des accouchements qui fournit à la patrie des bras […]96. »

46À partir du mois de septembre 1792, la République s’ajoute au concert des entités auxquelles la population vient prêter vie et force, entités qui se modifient en fonction des évolutions politiques : de l’État-royaume de la monarchie constitutionnelle à la République-patrie de la Convention puis au couple gouvernement-société du Directoire. Autre horizon privilégié et continu de ces discours, l’humanité, qui forme le cadre de l’action philanthropique portée par les Lumières. Pour tout cela, la population est instrument de pérennisation, d’enrichissement, de défense aussi. La métonymie des bras est à cet égard pleinement signifiante, qui dit le besoin productif ou militaire d’une Révolution menacée par la faim et l’Europe coalisée. L’Empire des guerres napoléoniennes offre plus tard le même visage d’un tonneau des Danaïdes de la conscription.

  • 97 AN, F17/2457, Bouches-du-Weser.

(Bouches-du-Weser, 1812) Je dus être frappé du nombre effrayant de conscrits estropiés qui se présenta devant les premiers conseils de recrutement auxquels j’assistai ; je m’informai de la source d’un mal si grand dont l’humanité avait à gémir, et j’appris avec un vif chagrin, que malheureusement cette source était l’inexpérience des sages-femmes du pays […].97

  • 98 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 103.

47À tous ces besoins répondent les pertes au berceau que les auteurs n’hésitent pas à chiffrer à l’émotion, jonglant avec les milliers ou les dizaines de milliers de morts, selon une habitude ancienne98 :

  • 99 AD Tarn, L 343.

(Icart, 1790) […] forcé de calculer le nombre de mères et beaucoup plus d’enfans qui périssent anuellement par leurs mains, le sieur Icart n’a pu voir sans frémir que par l’aproximation la moins hazardée il devoit la porter annuellement dans le royaume de vingt cinq à trente mille.99

  • 100 AD Finistère, 10 L 163.

(Dubois, 1790) Le suppliant a observé qu’il périssait au moins par chaque paroisse l’une portant l’autre dix individus par an, tant de mères que d’enfants, ce qui fait environ quinze mille sujets dont la Bretagne se voit privée, triste calcul pour des âmes sensibles.100

48Lorsque l’expertise de l’homme de l’art local ne semble pas suffire, c’est à l’Europe démographe et médicale que l’auteur fait appel, ainsi Eyméoud, chirurgien dans les Hautes-Alpes :

  • 101 AD Hautes-Alpes, L 1062.

S’il falloit accumuler des preuves sur des faits déjà trop certains, il suffiroit, Messieurs, de vous rappeler les travaux de plusieurs sçavans de l’Europe amis de l’humanité, qui se sont fortement élevés contre les abus de ce genre et ont prouvé par des observations exactes qu’il meurt près de la moitié des enfans par l’ignorance des sages-femmes de la campagne et que par la même raison, il meurt aussi beaucoup plus de femmes que d’hommes, toutes choses égales d’ailleurs.101

  • 102 Sage Pranchère N., « Étude comparée de deux projets de cours d’accouchement… », art. cit., p. 39-40
  • 103 AD Côtes-d’Armor, 1 L 594.

49En convoquant au banc des arguments une foule de victimes, l’accusateur sait qu’il ne peut laisser son lecteur indifférent. Pourtant cette lamentation du malheur collectif ne doit pas occulter l’émergence tout aussi nette d’une préoccupation pour l’individu justifiant d’autant plus la politique à mettre en œuvre. La rhétorique révolutionnaire définit l’être humain comme une métonymie de la patrie, mais elle le définit aussi d’un point de vue relationnel, pris dans un réseau familial et social, approfondissant un motif antérieur. Le chirurgien Desfarges voyait en 1786 dans la femme enceinte, l’épouse, la fille et la future mère102. À son instar, hommes de l’art et administrateurs des décennies révolutionnaires rappellent que dans la parturiente qui succombe se trouve une mère, mère d’enfants déjà nés ou de celui en train de naître, nécessaire rempart d’un être en devenir : « Alors seulement on ne voiera plus les femmes lutter plusieurs jours contre les douleurs de l’enfantement, y succomber le plus souvent sans donner le jour à l’être prétieux qui devait lui donner le doux nom de mère […]103. »

  • 104 Voir l’exemple de Louis Simon, évoqué par É. Arnoul, « La vie sans elle. Veuvage et solitude des ho (...)
  • 105 AD Côtes-d’Armor, 1 L 594.

50Mais à côté de la mère, pilier de la famille, se tient « l’épouse chérie », pilier du couple. La vision romanesque de l’amour conjugal est passée par là, qui place l’harmonie affective dans le mariage comme garante de la stabilité de la société. La mort en couches et le deuil parfois inconsolable des veufs104, mais tout autant l’infirmité des suites de couches et ses répercussions sur la vie intime des couples sont des éléments de malheur personnel et de désordre familial et social : « […] ou bien n’échapper aux tourments de leurs bourreaux, qu’accablées d’infirmités souvent dégoûtantes, qui écartent des ménages l’amour et la paix, troublent l’ordre et l’harmonie de la société […]105 ».

  • 106 AD Cantal, L 488.
  • 107 Ibid.
  • 108 AD Cantal, L 17.
  • 109 Ibid., L 488.

51Mère, épouse, citoyenne bien sûr, dont la fécondité appelle la bienveillance de l’État. L’enfant naissant n’est pas en reste, lui aussi pris au cœur d’une dense toile familiale, « bon fils, bon mari, bon frère, bon père106 ». Mais aussi… « bon citoyen107 », et à ce titre plus déjà que « bras » au service de la République. Avant le resserrement du Code civil qui fonde la famille comme cellule de la société, la désignation de l’enfant comme citoyen constitue l’atome de la construction révolutionnaire, irréductible et indispensable. L’égalité devant la loi légitime l’individu et son droit à survivre à sa naissance, elle impose des devoirs à ses concitoyens et plus encore à ceux qui sont en charge de l’administration révolutionnaire ou du soin médical : « toutes les fois que cette main aura sauvé la mère et l’enfant, elle aura bien mérité de la patrie108 ». Les images qui fleurissent dans les procès-verbaux d’assemblée départementale présentent le corps social mais n’en oublient pas la cellule primordiale et affirment son égale importance : « […] combien les administrateurs citoyens doivent-ils protéger l’homme dans sa personne, surtout au moment où il arrive au port de la vie !109 »

« C’est d’elles que dépendent souvent la santé et la vie d’un grand nombre d’individus110 »

La mesure d’une ambition : le choix de la sage-femme

52Faire naître, et plus encore faire naître pour faire vivre, l’objectif est clairement exprimé. Former des sages-femmes capables de mener au « port de la vie » l’enfant en train de naître, la solution semble évidente. La réalité de l’enseignement obstétrical l’est cependant bien moins.

  • 111 AD Cantal, L 587.

53Quelques voix troublent la concorde qui s’est quasiment établie sur la légitimité et la pertinence du choix des sages-femmes pour encadrer l’accouchement. Au cœur du département du Cantal, des doutes s’élèvent lors du conseil de district de Saint-Flour en octobre 1792111. En décembre précédent, l’assemblée du département réunie à Aurillac a fermement déclaré : « On n’a sans doute pas besoin de grands raisonnements pour faire sentir la nécessité d’avoir des sages-femmes expérimentées ». À Saint-Flour pourtant, le rapporteur du projet d’instaurer dans chaque district un cours d’accouchement pour les sages-femmes développe une argumentation discordante en s’interrogeant sur trois « inconvénients » du projet : l’exclusivité accordée aux femmes dans le domaine des accouchements, la durée des cours et la rémunération des sages-femmes. L’argumentation se veut concrète et pointe des difficultés supposées insurmontables. Première difficulté et non des moindres :

Le premier [inconvénient] est relatif à la préférence exclusive qu’on donne aux sages-femmes sur des chirurgiens accoucheurs, et cela pour succomber à la modestie des femmes […]. Hors, citoyens, je ne crois pas que dans nos campagnes qui sont couvertes de trois pieds de neige, pendant six mois au moins, des femmes puissent apporter aux malheureuses qui sont en travail d’accouchement des secours pressants dont elles auraient besoin ; j’ajouterai à cela que des accouchements laborieux exigent une consistance morale et un caractère qu’on trouve rarement chez les femmes.

54Le motif climatique avancé ici, difficilement contestable en soi, l’est en revanche beaucoup plus appliqué aux seules sages-femmes, car l’inaccessibilité de certains villages pendant les mois d’hiver fait obstacle à tous, indifféremment. Le premier argument, assurément insuffisant, sert de marchepied à l’idée suivante : l’incapacité féminine à opérer un accouchement laborieux. La concession de l’adverbe « rarement » vient renforcer le caractère générique et définitif de l’assertion : les femmes n’ont pas la force morale pour faire face à un accouchement qui tourne mal. Le déplacement de la critique de l’inaptitude pratique et éventuellement physique de la sage-femme vers celle d’une lacune morale donne à cet argument une très grande force. Après avoir rapidement évincé l’argument de décence, l’auteur affirme donc que, pas plus qu’elle n’est une garantie de respect de la moralité, l’accoucheuse n’est une garantie de confrontation sereine à l’extraordinaire susceptible de surgir au cours de la parturition, toutes qualités définies en creux comme intrinsèquement masculines. Pire que le défaut de force physique auquel l’habilité peut suppléer, pire que l’ignorance, mère d’impéritie, qu’un enseignement et une pratique préparatoires peuvent pallier, pire encore que l’absence de principes moraux que la parole pastorale peut inculquer, la faiblesse d’esprit disqualifie sans retour la gent féminine pour l’exercice de l’art des accouchements. Mettre une femme enceinte entre les mains d’une autre femme est un aveu d’impuissance, au mieux un pis-aller temporaire : « […] dans tous les cas, vous devez presser l’exécution de l’arrêté du 10 septembre 1791 […] qu’on puisse bientôt jouir des avantages que cet établissement peut nous permettre, quoiqu’il n’emporte pas avec lui tous ceux qu’on pourrait désirer ».

55En 1787, l’article « accoucheuse » paru dans l’Encyclopédie méthodique partait de postulats proches, sans aboutir cependant à une conclusion aussi radicale :

  • 112 Société de médecins, Encyclopédie méthodique, médecine, op. cit., t. 1, article « accoucheuse », p. (...)

[…] nous ne pouvons pas passer sous silence quelques inconvénients qui résultent de permettre l’art des accouchements aux sages-femmes. Les personnes instruites savent qu’il est des circonstances où l’accouchement, qui présentait un travail facile dans son commencement, devient très dangereux, et ne peut être terminé que par des opérations délicates, qui exigent toute la capacité d’un habile chirurgien.112

56La différence de compétences est au cœur de la démonstration, mais la mention de l’habileté du chirurgien, qui introduit la notion de talent au sens de qualité personnelle mi-innée, mi-acquise, s’inscrit dans une logique de valorisation de cette figure plutôt que de dessaisissement de la sage-femme à l’inverse de ce que fait le rapporteur de Saint-Flour cinq ans plus tard.

57Seconde difficulté identifiée par l’élu départemental :

  • 113 AD Cantal, L 587.

Je trouve un second inconvénient dans l’intervalle trop long qu’on met entre les instructions annuelles qu’on se propose de donner aux élèves. La plupart de ces élèves ne sauront simplement que lire, elles viendront pendant quatre mois recevoir quelques principes qu’elles comprendront à peine la première année, et elles reviendront ensuite pendant huit mois vaquer à leurs occupations ordinaires, et oublier vraisemblablement tout ce qu’elles auront appris, d’où il résultera que chaque année elles seront nouvelles, que chaque année, elles quitteront l’école sans être assez instruites.113

  • 114 Elle s’inscrit dans une moyenne plutôt haute des formations destinées aux accoucheuses. Dans la Cor (...)

58Les ruptures dans la continuité de l’enseignement fournissent une raison de remettre en cause le système d’enseignement proposé. La durée choisie pour le cours, quatre mois, n’est pas incriminée114 mais rapportée à trois autres éléments.

  • 115 Le taux de signatures des femmes au mariage relevé pour le département du Cantal entre 1786 et 1790 (...)

59Premier élément : le niveau d’instruction primaire des futures élèves sages-femmes de Basse-Auvergne où le pourcentage des femmes maîtrisant lecture et écriture reste faible en cette fin de xviiie siècle115. Penser qu’elles savent lire est même redoutablement optimiste. Au manque d’instruction s’ajoute, second élément, le défaut de compréhension, d’une gravité sans commune mesure avec le fait de ne pas savoir lire ou écrire. En un mot, ces femmes ont la tête dure et l’organisation prévue de la formation par répétition annuelle d’un cours de quatre mois, troisième élément, s’apprête à alimenter un cercle vicieux de l’inaptitude et donc de l’inutilité de l’enseignement.

60Troisième difficulté :

Il existera encore toujours un troisième inconvénient si ces sages-femmes n’ont pas un salaire public […] car citoyens, ne pensez pas que s’il arrive tant de malheurs dans ce genre dans les campagnes, ce soit à défaut de secours : […] c’est parce que le paysan épuisé plaint la dépense pour soulager sa malheureuse compagne, et s’il est obligé de payer la sage-femme, il la laissera dans le péril comme auparavant.

61L’argument met en cause les conditions mêmes d’exercice de l’art des accouchements par les sages-femmes. Selon une perspective intéressante, la sage-femme ne peut qu’être au service du public, pour la bonne et simple raison qu’elle ne peut vivre de son métier en réclamant des honoraires. Là où les honoraires du chirurgien sont perçus comme une rémunération normale, ceux de la sage-femme constituent une innovation inadmissible pour une population particulièrement pauvre. À travers la sage-femme devenue instrument de santé publique, c’est donc la communauté qui doit pourvoir au bien-être de ses membres.

62Les inconvénients soulevés par l’élu de Saint-Flour se complètent et s’entremêlent pour composer le tableau d’une sage-femme par défaut, agent sanitaire temporaire, prompt à endosser tous les vices reprochés aux accoucheuses sans principe. Ils répondent aux « inconvénients » du rédacteur de l’article « accoucheuse » de l’Encyclopédie méthodique en forçant davantage le trait.

  • 116 Il faut attendre 1871 pour commencer à rencontrer dans les procès-verbaux de délibérations de conse (...)

63Qu’en est-il de leur réception ? Premièrement, l’argumentation développée par le rapporteur de Saint-Flour est unique à cette période du moins, dans ce type spécifique de prose que sont les procès-verbaux de délibérations d’assemblées civiles. Deuxièmement, le débat qui a suivi les remarques du rapporteur n’a pas été transcrit, selon l’habitude de l’époque116, mais quelques jours plus tard, le 6 octobre 1792, le conseil de district a mis en forme sa délibération de la manière suivante :

Après une légère discussion sur cette matière, le conseil considérant 1 ° qu’il est très difficile de voyager dans nos campagnes pendant l’hiver, que la délicatesse du tempérament des femmes s’opposera souvent à ce qu’elles puissent apporter les secours nécessaires aux femmes en couche, et qu’il est cependant instant pour l’humanité souffrante de vaincre tous ces obstacles, en rapprochant les secours autant que les localités pourront le permettre ; 2 ° que l’intervalle déterminé entre les instructions annuelles est trop long, qu’il expose les élèves à oublier tout ce qu’elles pourront avoir appris ; 3 ° qu’il serait à propos que les sages-femmes fussent salariées pour pouvoir secourir gratuitement les indigentes […].

64Les trois critiques du rapporteur sont reprises, mais apparaissent désormais sous forme d’« observations », tel est le terme employé, préalables à la déclaration finale qui invite le conseil de l’assemblée départementale à les « peser dans sa sagesse » et à mettre en œuvre le projet de cours d’accouchement « qui promet des avantages aussi essentiels à l’humanité ». Toutes diplomatiques qu’elles soient, les formules rappellent que l’arrêté proposant le cours par arrondissement n’a pas emporté l’unanimité des avis. Pourtant, du rapport à la délibération, la dimension la plus radicale des « inconvénients » a disparu. Le propos a été lissé pour des raisons politiques évidentes mais sans doute aussi par volonté de nuancer une approche trop brutale qui ne pouvait faire l’unanimité. Du strict point de vue concret, contrairement aux affirmations du rapporteur de Saint-Flour, les chirurgiens ne sont ni suffisamment nombreux, ni prêts à opérer la totalité des accouchements du département. Socialement parlant, la prééminence numérique féminine dans ce domaine n’est non seulement pas remise en cause mais, à l’opposé, souhaitée à la fois par les autorités administratives et médicales et par les parturientes.

65Revenons à l’Encyclopédie méthodique. Dans l’esprit de l’article « Accoucheuse » de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, le texte de 1787 pose l’hypothèse d’une exclusivité chirurgicale de l’obstétrique en développant les « inconvénients » de l’exercice féminin et n’hésite d’ailleurs pas à contester farouchement la pertinence et les effets des cours d’Angélique du Coudray :

  • 117 Société de médecins, Encyclopédie méthodique, médecine, op. cit., t. I, article « accoucheuse », p. (...)

Les intendants des provinces ont reçu, il y a quelques années, dans les villes principales de leur ressort, une femme qui prétendait avoir été accoucheuse à l’Hôtel-Dieu de Paris, pour y enseigner l’art des accouchements. […] je n’ai pas remarqué que les accouchements en fussent mieux pratiqués dans les campagnes ; j’en donnerais un grand nombre de raisons, si elles pouvaient trouver place dans cet article.117

66L’attaque est d’autant plus violente qu’elle suspend le lecteur au jugement péremptoire de l’auteur. Angélique du Coudray n’est pas nommée, son statut professionnel même est nié, excellent moyen de dénier ensuite toute valeur à son enseignement.

  • 118 Ibid., tome VIII, article « matrones, sages-femmes, accoucheuses », p. 657-658.

67En 1808 paraît dans la même Encyclopédie méthodique l’article « matrones, sages-femmes, accoucheuses118 » qui se propose de préciser l’article paru en 1787 en lui donnant « quelques développements et [de] rapporter l’extrait des lois nouvelles sur cet objet important ». Plus qu’un complément à l’article « accoucheuse », le nouvel article adopte un point de vue inverse :

Nous ne traiterons point ici de la question de savoir si l’art des accouchements, considéré relativement à la science, a pu être exclusivement exercé par les femmes. Il y a des accouchements qui exigent avec les connaissances théoriques les plus étendues, avec toute la dextérité dont les femmes sont capables, beaucoup plus de force musculaire qu’elles n’en ont ordinairement. […] Plusieurs sages-femmes se sont fait une réputation, non seulement dans la pratique, mais encore dans la théorie des accouchements : quelques-unes ont publié des ouvrages qui ne sont point indignes de la confiance publique […]. [Suivent l’évocation de différentes sages-femmes auteures jusqu’à Angélique du Coudray] Elle parcourut successivement toutes les intendances du royaume où elle fit plus de quatre mille élèves, et d’où elle rapporta les témoignages les plus honorables et les plus flatteurs de l’estime et de la confiance publique.

68Point ici de discussion sur la légitimité des femmes à exercer l’art des accouchements, point de virulente critique de la plus célèbre d’entre elles en ce début de xixe siècle. Le texte de 1808 affirme sans détour le choix de la sage-femme comme recours général des parturientes. Un tel renversement d’opinion s’éclaire par les choix politiques et sociaux confirmés en France depuis la Révolution. La loi de ventôse an xi (1803) achève d’imposer le discours que tenaient une dizaine d’années plus tôt les autorités administratives françaises. Cinq ans plus tard, l’Encyclopédie méthodique en rend compte :

[…] le soin que prennent aujourd’hui les gouvernements de l’Europe, de ne faire accorder des diplômes aux sages-femmes qu’après des études, des épreuves et des examens convenables, est une garantie suffisante de la confiance qui leur est généralement accordée.

69La confrontation des deux visions de la place à donner à la sage-femme s’articule de façon proche, à grande échelle entre le rapport préparatoire du conseil de district cantalien et la délibération qui le reformule et à petite échelle entre deux articles d’une même somme encyclopédique séparés par une vingtaine d’années. L’objet n’est pas d’établir à tout prix une généalogie des références d’un administrateur local en voyant dans l’article de 1787 l’inspiration d’une opinion formulée en 1792, mais plutôt de montrer l’écho local d’une potentialité de choix politique, social et culturel (le chirurgien comme auxiliaire de la naissance), et son rejet nuancé mais ferme. De ce rejet naît la sage-femme, accompagnée pour les décennies à suivre des interrogations soulevées par le choix qui venait d’être exclu.

Mésestime ou lucidité ?

70Le chemin désormais ouvert, il faut l’emprunter. Aux sages-femmes, les accouchements naturels, puisque les chirurgiens ne peuvent y pourvoir. En découle l’impératif pédagogique, très précocement et simplement exprimé en 1790 par la Société royale de médecine dans son Nouveau plan de constitution pour la médecine en France :

  • 119 Société royale de médecine, Nouveau plan de constitution pour la médecine en France, présenté par V (...)

Il serait sans doute à désirer que les accouchements ne fussent confiés qu’aux chirurgiens de cantons. Mais comme il paraît que le préjugé qui fait préférer les femmes pour cet objet se perpétuera encore longtemps, il faut s’occuper des moyens d’en former qui soient propres à le remplir.119

  • 120 AD Haut-Rhin, L 127.

71La nécessité fait loi et la nécessité doit faire le cours. Les dernières phrases du courrier adressé à ses collègues par un membre du département du Haut-Rhin, Chalmy, deux mois avant la présentation du texte précédent, arrivaient aux mêmes conclusions : « […] car il en faut ; mais il faut qu’elles soient instruites120 ».

  • 121 Gélis J., La Sage-femme …, op. cit., p. 125.
  • 122 AD Doubs, L 1343.
  • 123 AD Isère, L 532.

72De fait, les lacunes des futures élèves sages-femmes sont réelles : illettrisme, ignorance générale que la brièveté des cours ne peut combler. En ce sens, les inquiétudes du rapporteur de Saint-Flour sont partagées par nombre d’administrateurs et de médecins, les seconds accédant à partir de la période révolutionnaire de plus en plus fréquemment à la charge des premiers121. Le défaut d’instruction primaire ennuie mais la tendance est à tenter d’y remédier par la sélection des rares jeunes femmes munies de ces compétences. La capacité « d’être élève122 » en revanche se place sur un plan différent, celui de l’aptitude intellectuelle définie comme individuelle et sans rapport avec le sexe. Tâche à ceux qui choisissent les candidates d’être clairvoyants. C’est ce qu’expriment les administrateurs du district de la Tour du Pin en avril 1792 : « […] ce choix doit être fait sur la présentation des municipalités qui auront soin de ne mettre sur les rangs que des femmes qui avec des mœurs paraîtront avoir quelque aptitude123 ».

73Ou encore ceux de l’administration départementale de la Côte-d’Or en nivôse an iii :

  • 124 AD Côte-d’Or, L 542.

Les directoires de districts sont invités pour fournir le nombre de femmes qui leur est demandé à rechercher dans les campagnes de leur arrondissement, celles qui n’ont point encore profité de cet établissement et qui sont à même d’en tirer parti, par la présentation de sujets capables d’instruction.124

74La recherche est menée avec lucidité et se révèle souvent vaine. Elle s’inscrit dans une approche socio-géographique des qualités propres à faire la future sage-femme et fait ressortir la distinction ville-campagne dans l’estimation du poids de l’environnement culturel. Chalmy du Haut-Rhin souligne ainsi à quel point « l’éducation cultivée » des élèves chirurgiens creuse un fossé entre eux et les élèves sages-femmes :

  • 125 Il s’agit ici des élèves chirurgiens.
  • 126 AD Haut-Rhin, L 127.

Celui qui est chargé du soin d’instruire, s’il veut faire quelques fruits, doit mesurer ses expressions, son style, ses leçons, son tems aux talens, à la capacité, à la foiblesse de ses auditeurs : il doit en tout se prêter, se mettre à leur portée. Quelles sont les dispositions, au sortir du village de celles qu’on destine à être sages-femmes ? Peu ou point de connaissance, et d’usage de la langue soit française, soit allemande, rarement du talent, souvent de l’ineptie, plus souvent encore une fausse honte, qui gêne toujours les opérations de l’esprit et du jugement. En ville elles se trouvent réunies dans un même auditoire aux autres élèves125 : elles assistent à des leçons préparées pour tous à la vérité ; mais dont le langage leur est inintelligible, conséquemment le fruit perdu pour elles.126

75S’adapter à son public implique donc de ne préjuger de rien, leçon d’humilité pour le démonstrateur plus encore que critique du niveau des élèves. Mais l’enjeu n’est pas seulement de transmettre un savoir et très souvent, il faut, pour ce faire, corriger l’existant :

  • 127 AD Marne, 1 L 1248.

Je ne dois pas laisser échapper ici une considération bien intéressante, c’est que les femmes de la campagne, pour qui ce cours est particulièrement destiné, ne sont point accoutumées à l’étude, […] elles ont peu ou point d’idées de la chose qu’elles vont entreprendre, et ce qui est encore pis, elles en ont de fausses ou de mauvaises.127

76La fausse science des accoucheuses sans principes, voilà l’ennemi. Une alternative non exclusive s’offre pour le combattre : interdire l’exercice de la profession à ces femmes qui pratiquent déjà ou les former pour les faire correspondre aux attentes morales, scientifiques et politiques. Elle est magistralement formulée en 1791 par le chirurgien Eyméoud dans le mémoire qu’il remet aux administrateurs du département des Hautes-Alpes :

  • 128 AD Hautes-Alpes, L 1062.

S’il n’était pas de craindre que nos accoucheuses villageoises voulussent conserver l’usage de leurs topiques, de leurs secrets superstitieux et ridicules, je proposerois encore que ce fut parmi elles qu’on fit choix des élèves qu’on voudroit instruire à cause de l’habitude où elles sont de servir les malades, et d’une certaine expérience qu’elles ont dû acquérir, et dont elles pourroient tirer parti moyennant une bonne théorie, bien entendu que je n’y comprends pas celles qui ne sçauroient pas lire, ou qui auroient vieilli sous les harnois d’une gotique routine. Quant à celles qui sous quelque prétexte que ce fut refuseroient de se rendre à ces invitations, il leur seroit fait inhibition expresse de pratiquer dorénavant les accouchemens.128

77L’option de la formation des matrones, est une constante dans l’organisation des cours d’accouchement et le recrutement des élèves et s’explique par deux raisons : les matrones ont de leur côté la confiance préalablement acquise des femmes de leur village ou de leur paroisse. Le réemploi des procédures communautaires de désignation mis en avant par le même Eyméoud l’année suivante est une manière de confirmer ce jugement populaire en l’orientant dans le sens voulu :

  • 129 Ibid.

Chaque municipalité rassembleroit à jour fixe les femmes du lieu où il faudroit élire un sujet et après leur avoir fait entrevoir les vues paternelles de l’administration dans un établissement de cette nature, leur laisseroit le soin de faire choix d’un sujet qui réunisse les qualités requises pour se rendre capable dans la profession d’accoucheuse.129

  • 130 Ibid.

78La seconde raison réside dans les connaissances préexistantes. Ces femmes ont l’habitude de pratiquer les accouchements, leur savoir est empirique au sens le plus strict du terme et à ce titre susceptible de constituer le socle d’une formation plus abstraite. Les brèves descriptions qui accompagnent la présentation des candidates aux cours d’accouchement sont révélatrices de cette dimension positive de l’expérience. La pratique antérieure d’accouchements est de fait une garantie de sang-froid, de qualités d’initiative et d’adaptation. Il se crée ainsi une catégorie intermédiaire entre la mauvaise et la bonne praticienne de l’accouchement : la mauvaise praticienne en voie de rédemption par la connaissance. L’appel d’Eyméoud en 1791 ne reste d’ailleurs pas sans lendemain puisqu’en floréal de l’an vii, la commune de La Bâtie-Neuve désigne comme élève sage-femme Élizabeth Saret : « […] femme de Jean Ceinturier dit Morgand, propriétaire, demeurant au Grand Ancelle, âgée de quarante-cinq ans ayant deux enfans et faisant quelque fois le métier d’accoucheuse130 ».

79Parmi ces femmes qui accèdent à une formation obstétricale, certaines ont bénéficié d’un apprentissage ancien non officiellement sanctionné, sans parler ici de la transmission intra-familiale entre accoucheuses. L’influence d’un chirurgien sur la pratique de ces matrones est patente, comme le suggère en 1791, la municipalité franc-comtoise de Frasne :

  • 131 AD Doubs, L 1343.

[…] de vouloir bien accepter Marguerite Françoise Courlet natif de Pontarlier, âgé d’environ trente cinq ans demeurant audit Frasne depuis passé dix-huit ans, étant la femme qui nous a paru la plus propre de notre paroisse, qui nous a dit en avoir beaucoup de disposition et même peut faire une seigné dans les circonstances […].131

80La pratique de la saignée, plus encore que celle des accouchements laborieux, est réservée à la corporation des chirurgiens. Elle correspond à une technique spécifique qui ne s’improvise pas sans risque de mettre en réel danger la vie du malade. Les dispositions évoquées pour Marguerite Françoise Courlet et la mention de cet autre talent signent les leçons d’un homme de l’art.

81La matrone, pour n’être pas reçue par une communauté de métier, est quasi automatiquement définie comme « sans principes », mais elle n’en est pas moins parfois une sage-femme arrêtée à mi-chemin. L’exemple de l’auvergnate Gilberte Delarbre est à ce titre encore plus révélateur :

  • 132 AD Puy-de-Dôme, L 5323.

La municipalité assemblée remontre […] qu’elle désireroit que Gilberte Delarbre, cy-devant domestique pendant douze ans du Sieur Amy, chirurgien, fut admise au concour établi près du département du Pui-de-Dôme : cette fille, d’un certain age, de bonnes mœurs a déjà accouchée trois ou quatre femmes sous les yeux de son cy-devant maitre, ses opérations ont été heureuses. La municipalité désireroit qu’elle s’établit à Manzac chef-lieu du canton et c’est l’intention du sujet qui a beaucoup d’aptitude pour cette profession.132

82La générosité scientifique du chirurgien qui forme sa domestique s’explique par la volonté de compléter et d’élargir sa pratique en épargnant son temps. Dans la recherche éperdue de candidates aux cours d’accouchement que mènent les administrateurs locaux, de la municipalité au département, ces fruits de la vocation démonstratrice individuelle sont des bénédictions, conciliant politique intégratrice et garantie de compétences.

  • 133 Gélis J., La Sage-femme …, op. cit., p. 140.
  • 134 AD Côtes-d’Armor, 1 L 594.
  • 135 AD Charente, L 155.

83L’appel au « recyclage des matrones133 », bonnes volontés potentielles déjà en exercice, est relayé à chaque niveau de la pyramide administrative. Il peut même arriver que le public visé par les cours soit restreint, sous la plume du rédacteur, au seul public déjà en activité. Dans les Côtes-du-Nord en 1792, les élèves du futur cours de Saint-Brieuc sont définis comme « toutes les personnes du département qui se livrent à cette partie intéressante de la chirurgie134 ». La force de l’attente départementale ou plus généralement politique se mesure au degré d’autorité exprimé dans ces avis, arrêtés ou circulaires. Les exemples du début des années 1790 privilégient la formule de l’invitation, qui inscrit le rapport à la matrone dans un contexte pacifié tandis que les exemples de la période du Directoire révèlent des attentes beaucoup plus fermes. En Charente, l’arrêté départemental du 12 ventôse an vii fait « injonction aux citoyennes, qui, sans connaissance, se livrent à l’art des accouchements […] d’assister aux cours gratuits135 ». Dans le Rhône, un arrêté de même nature daté du 7 prairial an vi annonce dans son article premier :

  • 136 AD Rhône, 1 L 531.

Il est enjoint à toutes les matrones, gardes de femmes en couche, ou autres citoyens exerçant l’art des accouchements sans y être autorisés par diplôme des écoles de santé ou des ci-devant collèges de chirurgie, de se faire inscrire audit cours, et de le suivre avec exactitude.136

84Dans les années 1798-1799, le recyclage diplomatique des matrones a vécu, dans le discours du moins, et l’assistance à la formation obstétricale est devenue une obligation morale pour l’heure, légale bientôt. Or l’obligation morale implique la mise au point d’un argumentaire qui fait appel au sens éthique des accoucheuses tout en relevant la valeur de leur rôle social et médical. C’est chose faite en Haute-Normandie en l’an vii, lorsque l’administration départementale transmet la nouvelle de l’ouverture d’un cours d’accouchement pour les sages-femmes à l’École de Médecine de Paris :

Cette destination spéciale pour le sexe prouve combien le gouvernement attache de prix à ce que cet art ne soit exercé que par des mains habiles, et nous ne pouvons trop inviter les sages-femmes à aller puiser, dans cette première école, les lumières qui doivent diriger leurs opérations.

  • 137 AD Seine-Maritime, L 1165.

En conséquence, nous prévenons les personnes du sexe qui se livrent à l’étude de l’art des accouchements, que le premier messidor prochain, l’école de Médecine de Paris ouvrira un cours public en faveur des sages-femmes : celles surtout qui ont déjà des notions premières, doivent profiter de cette occasion de terminer fructueusement leur instruction ; c’est un sacrifice qu’elles doivent à l’humanité, et un devoir que leur impose leur propre conscience ; elles ne peuvent trop bien posséder la théorie d’une profession où l’on ne peut errer sans outrager la nature.137

85Cette exigence ne peut cependant naître que dans le renoncement à la critique véhémente du métier de sage-femme dont la mauvaise réputation, abondamment rappelée à la Révolution lorsqu’il s’est agi de justifier l’organisation des cours, porte en elle son paradoxe. Pour former, il faut prouver qu’il y a matière à réforme, mais pour former, il faut aussi prouver que le jeu en vaut la chandelle et que le métier ne porte pas en lui-même son propre germe de dysfonctionnement. Ce n’est pas une mince tâche et les hommes de l’art chargés des cours l’exposent avec un brin de désarroi :

  • 138 AD Hautes-Alpes, L 1062.

Une autre cause paroit aussi contrarier l’établissement et s’opposer aux vues bienfaisantes de l’administration, c’est un préjugé populaire qui fait de la profession d’accoucheuse un état méprisable.138

  • 139 Ibid.
  • 140 Gélis J., La Sage-femme …, op. cit., p. 140.
  • 141 Sage Pranchère N., Mettre au monde …, op. cit., p. 146.

86Méprisable, ce métier l’est aux yeux de toute une partie de la population car c’est dans les campagnes et dans les bourgs, soit dans la quasi-totalité du pays, un métier du déclassement social : « il est peu de femmes dans nos campagnes qui pensent à embrasser cet état avant l’âge de 40 ans et avant de se trouver réduites à ne pouvoir faire autre chose pour vivre139 ». Le dernier tiers du xviiie siècle a vu naître concurremment l’ambition dans le recrutement de l’élève sage-femme et la lucidité vis-à-vis d’un état qui n’attire pas140. La Révolution et le Consulat sont confrontés aux mêmes désaffections, témoignages des limites d’un discours qui s’est pourtant depuis longtemps ravisé en insistant sur la figure de la sage-femme, mère des peuples. En l’an x en Corrèze, une élève pressentie renonce à suivre le cours. Le maire de sa commune rapporte, que, fille de chirurgien, elle « ne pourrait se résoudre à travailler et exercer son état à venir pour de médiocres honoraires141 ».

87De 1786 à 1803, la parole bâtie autour des sages-femmes et de leur formation est abondante, multiple, mais presque unanimement tendue vers ce grand projet, esquissé au xviiie siècle et construit pour le xixe siècle, de déposer une naissance reconsidérée entre les mains d’une accoucheuse désormais femme de l’art. Mieux, c’est l’enchaînement et le jeu de miroirs entre discours qui donnent vie à ce grand projet, imposant tour à tour l’exclusion de la matrone meurtrière, l’apothéose de la sage-femme formée et durablement légitimée par cette formation, et la rédemption de l’accoucheuse clandestine, dépouillée de ses oripeaux routiniers pour en faire surgir l’élève tant attendue. Démêler l’imbroglio discursif est indispensable pour comprendre la complexité des héritages et la subtilité des évolutions, pour isoler la basse continue d’une parole médico-administrative que l’approche strictement institutionnelle pourrait dissocier à tort.

Notes

1 AD Charente, L 155.

2 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 99.

3 Ibid., p. 102-103.

4 Diderot D., Alembert J. Le Rond (d’), Encyclopédie ou Dictionnaire Raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, 1751-1772, texte reproduit à partir de la première édition, dans le cadre du projet ARTFL de l’université de Chicago, articles « Accouchement », « Enfantement » et « Sage-femme ».

5 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 92-94.

6 AD Corrèze, C 1.

7 AD Aisne, C 629.

8 AD Tarn, L 343 ; ainsi que Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 94-96.

9 AD Corrèze, C 1.

10 Voir Gélis J., « L’enquête de 1786 sur les sages-femmes du royaume », art. cit., p. 299-343.

11 Bibl. de l’Acad. de Médecine, SRM, carton 85.

12 AD Aisne, C 632.

13 AD Aube, C 1167.

14 AD Aisne, C 632, généralité de Soissons.

15 AD Aube, C 1167, élection de Troyes.

16 Ibid.

17 AD Aisne, C 632.

18 Ibid.

19 Les résultats de l’enquête conservés dans les dépôts d’archives départementales présentent un état moins abouti que ceux envoyés par les intendants au Contrôle général des finances et à la Société royale de médecine. Les écritures y sont multiples (subdélégation de Noyon), et l’emploi du formulaire pré-imprimé n’est pas systématique (élection de Troyes).

20 Pulz W., « Aux origines de l’obstétrique moderne… », art. cit., p. 593-617. L’auteur montre à travers l’exemple du dénigrement quasi-systématique de l’ouvrage de Justina Siegemund, sage-femme de la cour de Brandebourg, par les chirurgiens et médecins ultérieurs, les mécanismes de délégitimation du savoir traditionnel des accoucheuses.

21 Cahiers de doléances du bailliage de Cotentin (Coutances et secondaires) pour les États généraux de 1789, t. 2, publiés par É. Bridrey, Paris, 1908, CDIHÉRF, p. 502.

22 Cahiers de doléances des communautés de la sénéchaussée de Draguignan, vœux du clergé et de la noblesse, publiés par F. Mireur, Draguignan, 1889, p. 50.

23 Cahiers de doléances du bailliage d’Arques (secondaire de Caudebec) pour les États généraux de 1789, t. 1, publiés par E. Le Parquier, Lille, 1922, CDIHÉRF, p. 194.

24 Laurent É., Mavidal J., Archives parlementaires de 1787 à 1860 (citées AP), 1. Cahiers des États généraux (clergé, noblesse, tiers état), classés par lettres alphabétiques de bailliages et de sénéchaussées, Paris, 1868, p. 736.

25 Gutton J.-P., « Matrones, chirurgiens et sages-femmes en Lyonnais aux xviie et xviiie siècles », dans Robin I., Poussou J.-P. (dir.), Histoire des familles, de la démographie et des comportements, en hommage à Jean-Pierre Bardet, Paris, PUPS, 2007, p. 112.

26 Sage Pranchère N., « Étude comparée de deux projets de cours d’accouchement à la fin du xviiie siècle », HES, 2009-2, Paris, Armand Colin, p. 37-58 ; AD Haute-Vienne, C 270, et AD Charente, 1 C 4.

27 Beauvalet S., Renard J., « Des sages-femmes qui sauvent les mères ? », HES, 1994, vol. 13, no 2, p. 279-280 : les auteurs ont montré que, pour la période 1777-1807 en Normandie, le taux de mortalité maternelle est de 5,38 pour mille lorsqu’une sage-femme opère, tandis qu’il est de 8,69 pour mille lorsqu’il s’agit d’une matrone.

28 Léonard J., Les Médecins de l’Ouest…, op. cit., p. 205-206.

29 AD Côte-d’Or, L 542.

30 AD Sarthe, L 32.

31 AD Doubs, L 1343.

32 AD Côtes-d’Armor, 3 L 41.

33 AD Aveyron, 1 N 3* à 5*.

34 Marais de Beauchamp A., Enquêtes et documents relatifs à l’enseignement supérieur, XXVIII, Médecine et pharmacie, 1789-1803, projet de lois recueillis et publiés par A. de Beauchamp, (cité EDRES) Paris, 1888, Imprimerie nationale, p. 1-158.

35 Ibid., p. 1-2.

36 AD Marne, 1 L 1248.

37 AD Charente, L 155.

38 AD Bas-Rhin, 1 L 840, Antoine Dubois est en 1793 professeur public d’anatomie, chirurgien en chef de l’Hospice aux Écoles de chirurgie, et professeur en l’art des accouchements à Paris.

39 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 123-129.

40 Ibid., p. 221-223.

41 Furetière A., Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts, La Haye, A. et R. Leers, 1690.

42 Féraud J.-F., Dictionnaire critique de la langue française, Marseille, Mossy, 1787-1788.

43 Littré É., Dictionnaire de la langue française, Paris, L. Hachette, 1873-1874.

44 Diderot D., Alembert J. Le Rond (d’), Encyclopédie…, op. cit.

45 Larousse P., Grand dictionnaire universel du xixe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique…, Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, 1866-1877.

46 Le Vacher de la Feutrie T., Moysant F., La Macellerie, Dictionnaire de chirurgie, Paris, Lacombe, 1767.

47 Société de médecins, Encyclopédie méthodique, médecine, Paris, Panckoucke, 1787-1830.

48 Société de médecins et de chirurgiens, Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, 1812-1822.

49 Bégin L.-J., et al., Dictionnaire des termes de médecine, chirurgie, art vétérinaire, pharmacie, histoire naturelle, botanique, physique, chimie, etc., Paris, Crevot, Béchet, Baillière, 1823.

50 Nysten P.-H., et al., Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire, Paris, J. S. Chaudé/Montpellier, Sévalle, 1833 ; Nysten P.-H., Littré É., Robin C., Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire, Paris, J.-B. Baillière, 1855.

51 Beaude J.-P., Dictionnaire de médecine usuelle, 2 tomes, Paris, Didier, 1849.

52 L’usage d’autres termes est rarissime, à l’unique exception du terme « tatonneuse », AD Isère, L 532.

53 Dans ce dernier cas, le développement explicatif prend place dans l’article intermédiaire « matrones, sages-femmes, accoucheuses », paru en 1808, presque vingt ans avant la parution de l’article « sage-femme ».

54 Cahiers de doléances des communautés de la sénéchaussée de Draguignan…, op. cit., p. 50.

55 Motion d’ordre de Jean-François Baraillon, séance du 14 nivôse an v (3 janvier 1797), EDRES, op. cit., p. 222 sq.

56 Ces extraits sont au nombre de 28 entre 1790 et février 1803. Ils émanent de députés au Corps législatif (2, Creuse et Haute-Garonne), de la Société royale de médecine (1), du ministre de l’Intérieur (1), d’administrations centrales de départements (6, Cantal, Ille-et-Vilaine, Gers, Côte-d’Or, Rhône, Isère), de conseil général de département (1, Lozère), d’administrations de districts (5, Aurillac, Mauriac et Saint-Flour dans le Cantal, Saint-Marcellin dans l’Isère, Dinan dans les Côtes-du-Nord), d’administrations municipales (2, Saint-Georges d’Espéranche dans l’Isère, Dôle dans le Jura), de préfets (1, Ariège), enfin, de médecins et de chirurgiens (9, Icart du Tarn, Dubois des Côtes-du-Nord et du Finistère, Bonnieu des Côtes-du-Nord, Raillard du Cher, Mahé d’Ille-et-Vilaine, Bonnet de l’Aude, Pilhès de l’Ariège).

57 AD Isère, L 532.

58 AD Cantal, L 587.

59 AD Côtes-d’Armor, 1 L 594.

60 AD Cher, 1 L 625.

61 AD Ille-et-Vilaine, L 965.

62 AD Rhône, 1 L 531.

63 AD Lozère, 1 N 103*.

64 L’autodésignation par le terme « matrone », rare, existe cependant : Gabrielle Gouïvou Dupluvinage signe en 1791 « matrone de Lesneven », AD Finistère, 10 L 163.

65 AD Isère, L 127.

66 AD Côte-d’Or, L 542.

67 AD Rhône, 1 L 531.

68 AN, F17/2462, Jura.

69 AN, F17/2457, Ariège.

70 AD Alpes-de-Haute-Provence, 5 M 6.

71 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin…, op. cit., p. 102 sq. ; Laget M., Naissances…, op. cit.

72 Voir par exemple Chalk D. L., “Savior, Witness, and Comic Relief : The Midwife in English Texts of the Fifteenth and Sixteenth Centuries”, Studies in Philology, 2015, vol. 112, no 1, p. 93-113 ; Pulz W., « Aux origines de l’obstétrique moderne… », art. cit.

73 Gélis J., « Louise Bourgeois (1563-1636). Une sage-femme entre deux mondes », art. cit. ; Perkins W., Midwifery and Medicine in Early Modern France, Louise Bourgeois, Exeter, University of Exeter Press, 1996.

74 Laget M., Naissances…, op. cit., p. 202 et 206-207.

75 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin…, op. cit., p. 105.

76 Voir le Mémoire dans lequel on s’efforce de démontrer l’utilité de la nécessité de l’établissement d’une école de sages-femmes dans la capitale de la province de Jean-Baptiste Lamoureux, cité dans Hacquin F., Histoire de l’art des accouchements en Lorraine, des temps anciens au xxe siècle, Nancy, Librairie lorraine, 1979, p. 127-134.

77 AD Tarn, L 343.

78 AN, F17/2457, Ariège.

79 Laget M., Naissances …, op. cit., p. 209-210.

80 AD Aude, 1 L 537.

81 Gélis J., « La formation des accoucheurs et des sages-femmes aux xviie et xviiie siècles. Évolution d’un matériel et d’une pédagogie », ADH, 1977, p. 168.

82 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 102 ; M. Laget, Naissances …, op. cit., p. 206.

83 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 104-105.

84 Léonard J., Les Médecins de l’Ouest …, op. cit., p. 173-174 et 176.

85 Cahiers de doléances du bailliage d’Arques (secondaire de Caudebec) pour les États généraux de 1789, t. 1, publiés par E. Le Parquier, Lille, 1922, CDIHÉRF, p. 194.

86 AD Ille-et-Vilaine, L 935.

87 AD Aude, 1 L 537.

88 AD Cantal, L 17.

89 Malthus T., Essai sur le principe de population, Londres, J. Johnson, 1798. Sur la postérité de la pensée malthusienne, voir Fauve-Chamoux A. (dir.), Malthus hier et aujourd’hui, Paris, Éditions du CNRS, 1984.

90 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 221.

91 Le populationnisme est une constante des penseurs politiques de l’époque moderne en France puis, tout autant et contre l’évolution objective de la population, du xixe et du xxe siècle.

92 Montchrétien A. (de), Traité de l’économie politique dédié en 1615 au Roi et à la Reine mère du Roi [1615], Paris, Plon, 1889.

93 AD Gers, L 280.

94 AD Cantal, L 17.

95 AD Doubs, L 1343.

96 AD Isère, L 532.

97 AN, F17/2457, Bouches-du-Weser.

98 Gélis J., La Sage-femme ou le médecin …, op. cit., p. 103.

99 AD Tarn, L 343.

100 AD Finistère, 10 L 163.

101 AD Hautes-Alpes, L 1062.

102 Sage Pranchère N., « Étude comparée de deux projets de cours d’accouchement… », art. cit., p. 39-40.

103 AD Côtes-d’Armor, 1 L 594.

104 Voir l’exemple de Louis Simon, évoqué par É. Arnoul, « La vie sans elle. Veuvage et solitude des hommes dans la France moderne », Bardet J.-P., Arnoul É., Ruggiu F.-J. (dir.), Les écrits du for privé en Europe (du Moyen Âge à l’époque contemporaine). Enquêtes, Analyses, Publications, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2010, p. 207-225.

105 AD Côtes-d’Armor, 1 L 594.

106 AD Cantal, L 488.

107 Ibid.

108 AD Cantal, L 17.

109 Ibid., L 488.

110 AD Haut-Rhin, L 127.

111 AD Cantal, L 587.

112 Société de médecins, Encyclopédie méthodique, médecine, op. cit., t. 1, article « accoucheuse », p. 86.

113 AD Cantal, L 587.

114 Elle s’inscrit dans une moyenne plutôt haute des formations destinées aux accoucheuses. Dans la Corrèze voisine, le cours de janvier 1789 ne dure qu’un mois, et lorsque le préfet Joseph de Verneilh-Puyraseau décide en germinal an x de refonder un cours d’accouchement, il lui assigne une durée de deux mois, voir Sage Pranchère N., Mettre au monde…, op. cit., p. 145.

115 Le taux de signatures des femmes au mariage relevé pour le département du Cantal entre 1786 et 1790 est entre 10 et 20 %, ce qui constitue un bon indicateur des lacunes d’instruction primaire de cette région, voir Furet F., Ozouf J., Lire et écrire, l’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, Seuil, 1991, p. 60.

116 Il faut attendre 1871 pour commencer à rencontrer dans les procès-verbaux de délibérations de conseils généraux la transcription partielle ou in extenso des débats.

117 Société de médecins, Encyclopédie méthodique, médecine, op. cit., t. I, article « accoucheuse », p. 86-87.

118 Ibid., tome VIII, article « matrones, sages-femmes, accoucheuses », p. 657-658.

119 Société royale de médecine, Nouveau plan de constitution pour la médecine en France, présenté par Vicq d’Azyr, à l’Assemblée nationale le 25 novembre 1790, EDRES, p. 63.

120 AD Haut-Rhin, L 127.

121 Gélis J., La Sage-femme …, op. cit., p. 125.

122 AD Doubs, L 1343.

123 AD Isère, L 532.

124 AD Côte-d’Or, L 542.

125 Il s’agit ici des élèves chirurgiens.

126 AD Haut-Rhin, L 127.

127 AD Marne, 1 L 1248.

128 AD Hautes-Alpes, L 1062.

129 Ibid.

130 Ibid.

131 AD Doubs, L 1343.

132 AD Puy-de-Dôme, L 5323.

133 Gélis J., La Sage-femme …, op. cit., p. 140.

134 AD Côtes-d’Armor, 1 L 594.

135 AD Charente, L 155.

136 AD Rhône, 1 L 531.

137 AD Seine-Maritime, L 1165.

138 AD Hautes-Alpes, L 1062.

139 Ibid.

140 Gélis J., La Sage-femme …, op. cit., p. 140.

141 Sage Pranchère N., Mettre au monde …, op. cit., p. 146.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search