Version classiqueVersion mobile

L’école des sages-femmes

 | 
Nathalie Sage Pranchère

Préface

Jean-Pierre Bardet

Texte intégral

1Voilà un ouvrage important qui permet de saisir une entreprise vitale au cœur d’un changement historique qui bouleverse les structures antérieures à la Révolution. Cette histoire poursuit en même temps un effort entamé sous l’Ancien Régime. Le même esprit éclairé inspire les coordonnateurs de l’assistance publique de la Monarchie et des temps révolutionnaires.

2La publication du livre de Nathalie Sage Pranchère apporte une information importante, à vrai dire centrale, sur un personnel médical redéfini au xixe siècle, ce corps national des sages-femmes dont la constitution poursuit, institutionnalise et accroît les initiatives d’Ancien Régime si bien étudiées par Jacques Gélis qui a établi que, bien avant la Révolution, des médecins, des chirurgiens et des sages-femmes, encouragés par des administrateurs éclairés, se sont souciés de réduire les lourds risques de la naissance pour la mère et pour l’enfant. Ainsi ont été proposés en divers lieux des cours d’accouchement plus théoriques que pratiques car la plupart des femmes accouchaient alors à leur domicile. Ces enseignements avaient au moins le mérite d’informer les futures accoucheuses sur les gestes opportuns de la mise au monde, sur ceux à éviter, sur les rythmes à suivre et sur les accidents à prévoir. Ces formations souvent itinérantes ont mobilisé d’assez nombreuses volontaires soucieuses d’aider les parturientes. Sur le terrain, les résultats tels qu’on peut les mesurer ont été limités car les risques infectieux (dont je reparlerai plus loin) étaient ignorés. Malgré tout, ces enseignements ont contribué à améliorer notablement les conditions de la mise au monde et les gestes qui doivent l’accompagner.

3Assez curieusement, la poursuite de leurs efforts après 1789 n’a pas été systématiquement étudiée même si la bibliographie comporte des titres suggestifs et utiles, mais souvent monographiques. L’objectif de Nathalie Sage Pranchère n’était pas de revenir sur les accidents tragiques de la naissance bien connus désormais par les travaux de démographie historique mais d’étudier la mise en place à l’échelle nationale d’un corps médical féminin consacré à l’accouchement. Point de départ de cette vaste enquête, sa belle thèse d’École des Chartes consacrée aux sages-femmes et aux accouchées du département de la Corrèze avait permis à l’auteure de vérifier la pertinence de ce thème de recherche, de bien cerner les pistes documentaires et de mettre au point une grille de lecture pour des sources immenses et dispersées.

4L’objectif est clair. Il s’agit de comprendre comment l’aide apportée aux femmes en couches, rarement professionnelle dans la société traditionnelle et en fait assez diversifiée, se transforme entre le milieu du xviiie Siècle et le début du xxe, grâce à un effort coordonné, en une profession médicale, contribuant au développement de la médecine, reconnue et somme toute efficace. Comment est-on passé de la matrone à l’agent médical ? Cette recherche sur la construction progressive d’une formation professionnelle comporte neuf chapitres, distribués de manière habile et rendant compte des difficultés et des discontinuités de la documentation sans trahir la diversité des situations locales et des rythmes de modernisation. Ces différences interdisaient à la fois le plan chronologique qui aurait brisé les continuités et la description géographique plate qui aurait abouti à un fastidieux inventaire hors du temps. L’habile combinaison des composants s’avère bien plus efficace car elle permet de mettre en valeur l’évolution des institutions et des discours tout en cernant l’ampleur des projets et des réalisations. L’analyse menée par l’auteure révèle les qualités acquises dans sa double formation d’archiviste paléographe et d’agrégée d’histoire et aussi un grand talent d’imagination, une véritable érudition et une extraordinaire intuition pour détecter les sources et les mettre en perspective.

5De la chronologie retenons deux dimensions : la relative rapidité de la décision qui conduit à la constitution d’une profession médicale reconnue et la plus lente mise en place du réseau de ces nouveaux agents de santé qui exigeait des moyens, des formateurs et des candidates capables de s’adapter aux exigences de la formation.

6La loi du 19 ventôse an xi (10 mars 1803) sur l’exercice de la médecine complétée par l’arrêté du 20 prairial (9 juin 1803), textes fondateurs pour tout l’ordre médical, réforment les corps existants et créent de toutes pièces un métier nouveau ou presque. Les sages-femmes étaient déjà présentes dans certains hôpitaux où elles étaient formées sous la houlette des maîtresses sages-femmes et de chirurgiens mais en nombre limité, la plupart des naissances se déroulant à domicile avec l’aide de « matrones » plus ou moins habiles, rarement sous la conduite d’un médecin ou d’un chirurgien. Il s’agissait en fait de bannir les actions dangereuses liées à l’ignorance de certaines intervenantes déjà dénoncées au xviiie siècle. La nouveauté résulte de la définition d’une nouvelle profession à l’échelle de toute la France, bel exemple de l’action de l’État unificateur issu de la Révolution. La définition du contenu des enseignements à prodiguer aux futures accoucheuses et des lieux de formation donna lieu à bien des discussions.

7Ces débats illustrent l’esprit centralisateur des réformateurs : Paris est un instant envisagé comme unique lieu de formation comme disposant des meilleurs spécialistes et de l’énorme maternité de Port-Royal qui accueillait 2 000 accouchées chaque année et offrait évidemment un beau terrain d’apprentissage. Mais devant les réticences des autres départements, on finit par concéder le principe d’une formation locale dans les départements disposant de formateurs (chirurgiens et sages-femmes) et de maternités assez importantes pour offrir la possibilité d’un apprentissage pratique. Tous ne furent pas dotés d’école et, surtout, les centralisateurs imposèrent la reconnaissance de deux classes de sages-femmes – la première, la plus noble, nécessitant un séjour de formation à Paris, au départ tout au moins car, par la suite, les institutions habilitées à attribuer la première classe furent multipliées. L’enjeu avait un réel intérêt pour les bénéficiaires : seules les sages-femmes de première classe pouvaient exercer dans un autre département que celui de leur formation, mais la distinction fut maintenue avec ses obligations de mobilité, de prestige et aussi d’honoraires pendant tout le xixe Siècle et jusqu’en 1916.

8La mise en place de la nouvelle formation fut à la fois rapide et assez uniforme dans son contenu. Autre preuve de la capacité unificatrice du nouveau régime.

9Au-delà de l’aspect institutionnel révélateur aussi de la volonté de l’État d’encadrer et d’unifier la formation des soignantes, il est intéressant de découvrir comment les programmes d’enseignement des sages-femmes ont évolué en lien avec les découvertes médicales (voir par exemple l’adoption immédiate des principes pastoriens et des méthodes antiseptiques destinées à éviter les infections souvent fatales) ce qui confirme que la greffe sur le corps médical avait parfaitement réussi, une greffe particulière qui créait un échelon intermédiaire plus accessible mais compétent entre le médecin et l’accouchée, ce qui ne se passa pas de la même façon dans tous les pays. Ainsi se met en place une auxiliaire médicale qui se substitue aux matrones et autres accoucheuses traditionnelles. L’efficacité de leur savoir acquis dans des cours délivrés par des praticiens bien formés et des spécialistes de l’accouchement n’aboutit pas d’abord à des progrès très palpables, mais tout de même perceptibles, pendant les premières décennies du xixe Siècle avant les découvertes pastoriennes, car la plupart des décès maternels étaient provoqués non par « choc » obstétrical mais par des infections dont la pire était la fièvre puerpérale qui ravageait périodiquement les maternités. Faute d’information et de précaution, les sages-femmes contribuaient parfois à la diffuser involontairement. Longtemps l’accouchement à domicile fut moins dangereux qu’à hôpital car partiellement à l’abri de ces intrusions microbiennes. À partir de Pasteur, la situation se retourna évidemment.

10La croissance progressive des effectifs d’accoucheuses diplômées aboutit à mettre à la disposition des futures mères une sage-femme pour moins de 3 000 habitants, contribuant ainsi à la médicalisation des naissances villageoises. Cela ne veut pas dire que les auxiliaires traditionnelles des mères aient toutes disparu, il en subsistait assurément malgré les menaces assez théoriques de poursuites pour exercice illégal du métier, mais la présence des accoucheuses professionnelles était rassurante, contribuait à la diffusion des gestes efficaces quand elles n’opéraient pas elles-mêmes, ce qui s’est assez vite généralisé.

11Ainsi émerge peu à peu un agent médical nouveau à côté des médecins et des officiers de santé dont le profil est bien tracé dans ce livre. Par ses origines souvent modestes, ses attaches locales, la sage-femme est une soignante présente et appréciée et une intermédiaire précieuse avec les médecins. Son rôle ne s’arrête pas à l’accouchement, elle est consultée en cours de grossesse et conseille les mères et les femmes enceintes.

12Ces quelques réflexions préalables sont destinées à inciter à la lecture de ce livre qui me paraît constituer un modèle pour l’histoire sociale.

13J’ai évoqué les qualités érudites de son auteure, je voudrais aussi souligner la richesse de sa documentation : bibliographie exemplaire, évocation passionnante des sources qui décrit une lecture minutieuse des textes réglementaires et plus impressionnante encore une plongée abyssale dans les sources départementales pour la collecte des documents de la série « M » et une exploration des archives communales. Dans le cadre d’une enquête nationale, il est facile d’imaginer l’inlassable patience qu’exige une telle investigation. On ne sait ce qu’il faut le plus admirer : l’immensité de cet effort documentaire ou la capacité du chercheur à le doser. Ce qui est clair – et c’est important – c’est que cette érudition n’est pas pesante, simplement convaincante.

14Parmi les pièces justificatives, le lecteur appréciera le tableau départemental des formations obstétricales qui permet de suivre pas à pas la mise en place des écoles de sages-femmes. Il découvrira aussi avec intérêt la bibliographie des publications des sages-femmes qui contribue à nous convaincre du sérieux de la formation de ces obstétriciennes.

15Le cheminement adopté par Nathalie Sage Pranchère est très habile. Il accorde beaucoup de place aux débats qui ont surgi avant et pendant la mise en place de ce corps national des sages-femmes : ils sont révélateurs des idées, parfois antagonistes, que se font administrateurs et médecins sur l’importance et les risques de la naissance, sur le rôle des femmes dans la médecine, sur l’organisation et le contenu des enseignements destinés à des intermédiaires médicales, sur leur rapport aux initiatives d’Ancien Régime entre admiration et critique, sur l’esprit nouveau qui conduit à cette vaste construction marquée par les Lumières, empreinte d’un souci démographique et freinée par la nécessité de ménager les finances de l’État. Tous les acteurs en jeu sont décrits avec finesse et le souci de cerner les antagonismes, les enjeux de pouvoir des uns et des autres.

16Ce livre est ainsi une invitation à mieux connaître les parcours des professeurs et des élèves même si l’approche sociale est nécessairement générale. En réalité un tel ouvrage ouvre des pistes en apportant une synthèse solide qui permet de poursuivre l’approche anthropologique des groupes et des individus, au cœur des interrogations des historiens.

Auteur

Professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search