Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Rhin à la Manche

 | 
Peter Schöttler

Chapitre 5. Deux formes d’« histoire totale ». Ou comment comparer la Volksgeschichte nazie et l’histoire des Annales ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il faut déblayer le terrain des fausses similitudes, qui ne sont souvent que des homonymies. Il en est d’insidieuses.
Marc Bloch1

Dans le sillage de la controverse sur le rôle des historiens sous le Troisième Reich2, certains historiens allemands ont avancé (ou insinué) l’idée d’une relative similitude entre la Volksgeschichte, l’« histoire du peuple », des années 1930 et le phénomène plus ou moins contemporain de l’École des Annales en France. D’une certaine façon, ces deux historiographies auraient visé, l’une comme l’autre, une « histoire totale » ; toutes les deux auraient été interdisciplinaires et inscrites dans les sciences sociales de leur temps. Ainsi, l’évolution de l’historiographie allemande n’aurait pas été si aberrante, mais formé une sorte de « pendant » de l’historiographie pratiquée de l’autre côté du Rhin3.

Dans la controverse, l’hypothèse en question ne joue certes pas un grand rôle – car elle est bien trop spécifique et peu intelligible pour un large public –, mais ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540