Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail en question, XVIIIe-XXe siècles

 | 
Christophe Lavialle

Les réformateurs sociaux

Organisation du marché du travail et législation sociale chez Léon Walras

Jean-Pierre Potier

Texte intégral

Introduction

1Vers la fin de sa vie, au cours du discours prononcé à l’occasion de son Jubilé cinquantenaire d’économiste à l’Université de Lausanne, intitulé « Ruchonnet et le socialisme scientifique », Léon Walras remarquait :

  • 1 Walras (1909), p. 510.

Il est certain, d’abord, que la détermination du salaire au moyen de grèves et de lock-outs, c’est-à-dire, en définitive, par échange de coups de pierre, contre coups de fusil, est un procédé sauvage. Mais il l’est également que, pour substituer à ce procédé celui de la fixation des prix des divers travaux par le mécanisme de l’enchère et du rabais, l’économie politique pure mathématique serait absolument nécessaire.1

2Pour l’auteur, comme dans d’autres domaines, les propositions d’économie politique appliquée doivent s’appuyer sur les résultats théoriques de l’économie politique pure.

3La question du fonctionnement du marché du travail et plus généralement la « question sociale » ont profondément préoccupé Léon Walras durant toute sa carrière, le conduisant à des controverses nourries avec les libéraux et avec les socialistes de son temps. Notre auteur a eu l’occasion de s’exprimer à plusieurs reprises sur le marché du travail, sur les conflits sociaux et sur la législation sociale. En effet, le problème de la détermination des salaires et des grèves apparaît dans ses premiers travaux (1859-1860), puis dans les articles parus dans le journal de la coopération Le Travail (1866-1868). Le problème est réexaminé ensuite dans le Cours d’économie politique appliquée professé à l’Université de Lausanne entre 1871 et 1889, dans les parties consacrées à l’industrie, à l’association et à l’assurance. Plus tard, Léon Walras revient encore sur ces questions dans l’article « L’économique appliquée et la défense des salaires », publié dans la Revue d’économie politique en décembre 1897 et repris l’année suivante dans les Études d’économie politique appliquée.

  • 2 Citons parmi les références anciennes, M. Boson (1951) et (1953) et parmi les références plus réce (...)

4Ces aspects sont peu discutés dans la littérature existante relative à Walras. La publication des Œuvres économiques complètes et en particulier en 1996 celle des cours inédits d’économie sociale et d’économie politique appliquée a permis d’enrichir notre connaissance sur les idées de l’auteur2.

5Dans cette étude, nous retracerons l’évolution des idées de Léon Walras sur le marché du travail, sur les grèves, les coalitions ouvrières et sur le rôle de l’État pour organiser ce marché. Nous examinerons aussi ses idées sur la législation ouvrière et les assurances sociales. Enfin, nous présenterons son point de vue sur les moyens utiles pour maintenir et améliorer le revenu des travailleurs.

Le marché du travail est-il spontanément organisé ?

6Dans son premier texte d’économiste, l’« Introduction à l’étude de la question sociale » (1859), Léon Walras adopte un ton optimiste « à la Bastiat » dans une polémique au sujet de la libre concurrence et du marché du travail qui serait spontanément organisé. Selon lui :

  • 3 Walras (1859), p. 117.

[i]l ne suffit pas, par le fait, d’empêcher toute intervention de l’autorité politique en matière d’économie ; il convient aussi de soustraire la production à toute espèce d’action administrative, ou plutôt il est parfaitement superflu de l’y soumettre. [...] ici en effet l’intérêt privé concourt naturellement et de lui-même à la satisfaction de l’intérêt général.3

7Ainsi, toute forme de réglementation perturberait l’harmonie spontanée issue du principe absolu de la liberté du travail et de l’échange, ou du « laissez faire, laissez passer ». La « fatalité providentielle des lois naturelles » assurerait sans faille une production de richesse à la fois abondante et bien proportionnée. Par conséquent, le principe de la libre concurrence peut être défendu avec succès contre les attaques des « socialistes empiriques », tels que Louis Blanc et Pierre-Joseph Proudhon, qui proposent des réformes sans les étayer par de solides considérations théoriques.

8Dans ce texte de 1859, un dialogue imaginaire s’engage même entre Louis Blanc et le jeune Léon Walras.

  • 4 Blanc (1839).

9Quand Louis Blanc, dans son Organisation du travail4, s’interroge : « La concurrence est-elle un moyen d’assurer du travail au pauvre ? », Walras lui répond dans l’« Introduction à l’étude de la question sociale » :

  • 5 Walras (1859), p. 118-119.

[…] au point de vue d’une société idéale, le mot de pauvre n’a point de sens économique : car un homme, dans une pareille société, est toujours riche au moins de ses facultés personnelles, lesquelles constituent un capital dont le travail est le revenu. Il n’y a de pauvres que les malades, les infirmes, les paresseux ; et tous ces gens sont sous la juridiction de la charité, en dehors du droit économique. La société n’a pas à leur assurer du travail plus particulièrement qu’à personne. La question véritable est donc celle-ci : – La concurrence est-elle un moyen d’empêcher le travailleur de jouir intégralement du revenu de ses facultés ?5

10Dans son livre, Louis Blanc faisait aussi remarquer : « Qu’est-ce que la concurrence relativement aux travailleurs ? C’est le travail mis en enchères ». Ici, la réponse de Walras est franche :

  • 6 Ibid., p. 119.

Évidemment ! c’est-à-dire que c’est l’assimilation du travail, revenu d’un capital, aux autres revenus des autres capitaux. La concurrence […] c’est l’uniformité régulière dans la fixation du salaire, du fermage, du profit.6

11Mais, Louis Blanc se lançait alors dans la description suivante :

  • 7 Blanc (1839).

Un entrepreneur a besoin d’un ouvrier : trois se présentent. – Combien pour votre travail ? – Trois francs : j’ai une femme et des enfants. – Bien. Et vous ? – Deux francs et demi : je n’ai pas d’enfants, mais j’ai une femme. – À merveille. Et vous ? – Deux francs me suffiront : je suis seul. – À vous donc la préférence. C’en est fait : le marché est conclu. Que deviendront les deux prolétaires exclus ? Ils se laisseront mourir de faim, il faut l’espérer. Mais s’ils allaient se faire voleurs ? Ne craignez rien, nous avons des gendarmes. Et assassins ? Nous avons le bourreau. Quant au plus heureux des trois, son triomphe n’est que provisoire. Vienne un quatrième travailleur, assez robuste pour jeûner de deux jours l’un, la pente du rabais sera descendue jusqu’au bout : nouveau paria, nouvelle recrue pour le bagne, peut-être !7

12Léon Walras est lassé par ce langage qu’il juge purement passionnel et il prétend aborder froidement et scientifiquement le problème :

  • 8 Walras (1859), p. 119-120.

Que l’entrepreneur ait une tendance à restreindre les salaires, cela est évident. Il l’aura dans un double but : et pour grossir d’autant le loyer de son capital, et pour diminuer ses prix de revient et de vente et s’attirer la clientèle. Il est encore évident que c’est la concurrence qui lui inspire cette tendance, au moins pour le second motif. Mais la concurrence qui le pousse à diminuer les salaires lui permet-elle de les abaisser indéfiniment ? Voilà la question. Or si la passion superficielle tranche le problème affirmativement, le raisonnement approfondi le résout par la négative. La science impartiale constate une tendance des ouvriers à élever les salaires, tendance favorisée par la concurrence des entrepreneurs, et capable de balancer la première et de maintenir le taux des salaires à l’équilibre normal de leur valeur naturelle.8

13En résumé, selon Walras,

  • 9 Ibid., p. 120-121.

C’est la concurrence des ouvriers qui soutient les entrepreneurs ; c’est la concurrence des entrepreneurs qui protège les ouvriers. La concurrence fait l’équilibre. Et pour troubler cet équilibre dans le sens accusé par M. Louis Blanc, que faudrait-il ? Une coalition d’entrepreneurs que la loi peut réprimer ou qu’elle peut rendre inoffensive en ne défendant pas les coalitions d’ouvriers.9

14Et dans son premier ouvrage, L’Économie politique et la Justice (1860, p. 185-186), notre auteur utilise la même argumentation contre les idées de Pierre-Joseph Proudhon. Le marché du travail serait donc parfaitement organisé ! Dans les propos du jeune Léon Walras, on ne trouve pas les réserves exprimées par Adam Smith, et renouvelées plus tard par Jean-Baptiste Say quoique sous une forme atténuée, sur l’asymétrie du marché du travail au détriment des travailleurs.

15Cependant, Walras modifie son analyse dans les écrits rédigés durant sa période coopérativiste (1866-1868), distinguant déjà le fonctionnement « normal » et le fonctionnement « anormal » du marché du travail, puis il fait évoluer encore ses idées après son installation à Lausanne en 1870, en particulier sur la question de l’organisation de ce marché. Toutefois, il affirmera toujours que les socialistes, quelles que soient leurs orientations, se trompent lourdement lorsqu’ils situent la « question sociale » dans les rapports entre le travail et le capital.

Fonctionnement normal et dysfonctionnements du marché du travail : la question des grèves et des coalitions ouvrières

16Rappelons tout d’abord que Léon Walras reprend et affine l’analyse de son père au sujet de la distinction entre les capitaux, les « services » (ou « revenus ») et leur prix sur le marché, aussi bien dans ses écrits de jeunesse que dans la 20e leçon des Éléments d’économie politique pure. En économie politique pure, le rôle des entrepreneurs, qui ne disposent ni de capitaux ni de services, consiste en principe dans la location des terres, du capital proprement dit et des facultés personnelles, c’est-à-dire dans l’achat sur les marchés des trois services producteurs (rente, profit, travail) et de leur réunion dans les différentes activités économiques.

  • 10 Walras (1874a), p. 281-282.

17Dans la « théorie de la production », à la 18e leçon des Éléments10, Walras envisage le marché des produits et le marché des services producteurs (rente, profit et travail) en interconnections et il énonce les conditions d’équilibre de la production : outre l’égalité entre l’offre et la demande effective des services producteurs et des produits et la fixation de leurs prix, il est nécessaire d’obtenir l’égalité entre le prix de vente des produits et le prix de revient en services producteurs. La conclusion de l’auteur est bien connue :

  • 11 Ibid., p. 284.

à l’état d’équilibre de la production, les entrepreneurs ne font ni bénéfice, ni perte [et il est possible de faire abstraction de leurs interventions pour] considérer non seulement les services producteurs comme s’échangeant contre des produits et les produits comme s’échangeant contre des services producteurs, mais considérer même les services producteurs comme s’échangeant en fin de compte les uns contre les autres.11

18Les « facultés personnelles » des travailleurs représentent un capital naturel, mais périssable, qui fournit le « service du travail » contre le salaire. Comme pour tous les autres « services producteurs », si à un prix donné, la demande effective est supérieure à l’offre effective, les entrepreneurs iront « à l’enchère » et la hausse du prix du « service du travail » se produira ; inversement, si à un prix donné, l’offre effective est supérieure à la demande effective, les travailleurs iront « au rabais » et la baisse du prix du « service du travail » se manifestera. Mais, comme nous le rappellerons plus loin, selon Walras, tout travailleur dispose d’un droit absolu, non pas à un emploi (« le droit au travail »), mais à l’intégralité du service des facultés personnelles et à son prix sur le marché, le salaire.

19Concernant le fonctionnement « normal » du marché du travail, Léon Walras précise dans le Cours d’économie politique appliquée :

  • 12 Walras (1996), 28e leçon : « Des coalitions et des grèves », p. 581. Walras reprend ici l’argument (...)

Lorsque la seule concurrence des industriels entre eux intervient pour réduire l’écart du prix de vente et du prix de revient, l’industrie va bien. L’entrepreneur peut, à la rigueur réduire cet écart jusqu’à zéro. Et comme les consommateurs demandent alors les produits à l’enchère, les entrepreneurs demandent eux-mêmes à l’enchère les services producteurs et, en particulier le travail. C’est le cas où, comme dit Cobden, deux patrons courent après un ouvrier. Il n’y a pas besoin de grève pour faire, en ce cas, la hausse des salaires puisqu’elle se fait d’elle-même.12

20Certes, on peut s’interroger sur la réduction de l’emploi provoquée par le développement du machinisme. Selon Walras, le machinisme réduit le prix des produits fabriqués, accroît la demande de tous les autres produits et donc accroît la demande du « service du travail » ; la conclusion ne peut être qu’optimiste :

  • 13 Walras (1996), 27e leçon : « Des machines », p. 578. Plus tard, Walras réaffirme : « Il n’y a, en (...)

Le raisonnement établit donc qu’après un déplacement momentané, qui constitue à la vérité une crise plus ou moins pénible pour les travailleurs et qu’il faut leur adoucir autant que possible, l’emploi des machines augmente, loin de la diminuer, la demande du travail. Les faits confirment ce raisonnement d’une manière éclatante […].13

21Par ailleurs, dans le cas de l’instauration du libre-échange, le détournement des services producteurs devient nécessaire et celui des services du travail n’est pas « facile », selon notre auteur, qui affirme comprendre le point de vue des travailleurs qui se plaignent de la concurrence des ouvriers étrangers :

  • 14 Walras (1897a), p. 273.

En réalité, les travailleurs qui ont fait, à tort, une si vive opposition à l’emploi des machines, et qui en font, avec plus de raison, une égale à celui des ouvriers étrangers, ne sont pas aussi mal disposés à l’endroit du libre-échange.14

22Mais Walras n’accepte pas ce l’on nomme aujourd’hui le dumping social :

  • 15 Ibid., p. 275.

Je suis un travailleur européen ; j’ai fait mon service militaire et je paie de lourds impôts. La justice exige-t-elle que je vende mon travail au même prix qu’un Hindou ou un Chinois qui ne supporte point de telles charges ? Abolissez les impôts, et alors la partie sera peut-être égale.15

23Cela nous conduit donc à la réforme sociale dont il sera question plus loin.

24Malheureusement, il existe des circonstances qui empêchent le marché du travail de fonctionner normalement. Walras nous indique alors :

  • 16 Walras (1996), 28e leçon, p. 581-582. En fait, Walras reprend ici intégralement un passage de l’ar (...)

Lorsqu’au contraire la concurrence que se font les industriels entre eux n’est plus seule à intervenir pour réduire l’écart qui existe entre le prix de revient et le prix de vente, c’est alors que l’industrie va mal. C’est ce qui arrive, par exemple, lorsqu’une réduction dans les droits à l’importation ou dans les frais de transport produit un abaissement subit et considérable du prix de vente, par l’intervention de la concurrence étrangère. C’est ce qui arrive encore lorsque des changements dans les conditions économiques environnantes : travaux de démolition et de reconstruction des villes, développement de la spéculation et du luxe, amènent l’élévation de valeur des divers éléments du prix de revient tels entre autres que les terrains sur lesquels sont faites les installations industrielles. C’est alors le cas où l’on peut voir deux ouvriers courir après un patron.16

25Dans un tel contexte, selon Walras, la grève est plutôt mal venue, et malheureusement elle se retourne contre les intérêts des travailleurs.

26Toutefois, il convient de mentionner ici que notre auteur s’est beaucoup intéressé à l’histoire de l’interdiction des coalitions et des grèves ouvrières en France. Tout d’abord, il fait l’éloge de l’Édit de Turgot du 9 février 1776 qui abolissait les jurandes et les maîtrises et tentait d’instaurer la liberté du travail en France. S’il accepte, implicitement, la loi d’Allarde, adoptée par la Constituante les 2-17 mars 1791, en revanche, il regrette l’adoption de la loi Le Chapelier (14 juin 1791). Selon Le Chapelier, cette loi vise les « assemblées » qui se donnent pour but de forcer les entrepreneurs à augmenter le prix de la journée de travail et de fomenter des révoltes d’ouvriers d’ateliers. L’article 2 de cette loi indique :

  • 17 Cité par Walras (1996), 28e leçon, p. 579. Cf. aussi Potier (1989).

Les citoyens d’un même état ou profession, les entrepreneurs, ceux qui ont boutique ouverte, les ouvriers et les compagnons d’un art quelconque, ne pourront, lorsqu’ils se trouveront ensemble, se nommer ni président, ni secrétaires, ni syndics, tenir des registres, prendre des arrêtés ou délibérations, former des règlements sur leurs prétendus intérêts communs.17

27La loi Le Chapelier attaque donc de front les coalitions ouvrières. Léon Walras rappelle aussi opportunément le renforcement de l’arsenal juridique contre les coalitions avec la loi du 22 germinal an XI (12 avril 1803), puis avec le Code pénal de 1810. Notons aussi qu’après la Révolution de 1848, on assistera en France au rétablissement du dispositif répressif.

28Tout au long du xixe siècle, les économistes libéraux français restent partagés sur la question des coalitions. Certains se prononcent contre le droit de coalition (Jules Dupuit, par exemple), tandis que d’autres, fidèles au message d’Adam Smith, proclament la liberté absolue de coalition (Joseph Garnier, par exemple), ne souhaitant réprimer que ses abus (intimidations et violences). Walras se situe dans cette dernière perspective car il considère l’interdiction des coalitions patronales et ouvrières comme « inutile et dangereuse » du point de vue de l’efficacité économique :

  • 18 Ibid., 28e leçon, p. 579-580.

Sans doute, on peut par le moyen d’une coalition, créer le monopole d’un produit ou d’un service producteur, et le monopole est contraire à l’intérêt de la société. Mais ce résultat est […] presque impossible à obtenir dans un pays où l’industrie et le commerce seraient véritablement soumis au régime de la libre concurrence […]. Dans un tel pays, il se trouvera toujours des concurrents pour se tenir en dehors de la coalition, à moins que le caractère particulier de l’industrie ne se prête au monopole, auquel cas elle rentre dans la catégorie des monopoles économiques et doit être exercée ou concédée par l’État. Le seul danger serait que par des intimidations, menaces ou violences, les coalisés pussent retenir dans la coalition ceux qui voudraient se tenir en dehors. […]. Ainsi, au point de vue de l’intérêt social, réserve faite de celui du droit naturel, la loi devrait se borner à interdire et à réprimer les intimidations, les menaces et les violences.18

29Toutefois, au cours de la première moitié du xixe siècle, en France, les coalitions restaient possibles et elles échappaient à la justice, en particulier celles des entrepreneurs. En outre, il existait, sans cadre légal et notamment à Paris, des chambres syndicales d’entrepreneurs, dont la compétence était reconnue par les tribunaux de commerce dans les actions judiciaires.

30Durant la phase libérale du Second Empire, à la suite de la multiplication des conflits sociaux, la loi du 25 mai 1864 qui supprime le délit de coalition, a été promulguée. Selon Walras :

  • 19 Ibid., 28e leçon, p. 580.

[il s’agissait d’]une loi pour permettre aux ouvriers de s’entendre et de se concerter, mais sans se réunir et surtout sans s’associer. Du moins, les réunions étaient soumises à la formalité d’une autorisation préalable. Toute restreinte qu’elle fût, cette latitude accordée aux ouvriers a porté des fruits et de bons fruits. En fait, pendant les dernières années du Second Empire, on leur a libéralement accordé l’autorisation de se réunir, et ils en ont usé sans désordre.19

31Il est utile de rappeler aussi que pendant la période de son engagement dans le mouvement coopératif (1866-1868), Walras s’intéresse au projet de création, à côté des chambres syndicales d’entrepreneurs, de chambres syndicales de travailleurs, les deux institutions devant permettre une négociation lors de conflits sociaux. Un collaborateur du journal qu’il dirige, Le Travail, a d’ailleurs préparé une étude sur ce thème 20. Plus tard, dans le Cours d’économie politique appliquée, Walras reprend cette solution qui donnera lieu à Paris à quelques expériences durant les années 1870 :

  • 20 Walras (1996), 28e leçon, p. 580.

Ainsi constituées, les Chambres syndicales de patrons et d’ouvriers débattraient entre elles les questions de salaires et tarifs, bien entendu sans engager en aucune façon les volontés individuelles.20

  • 21 Sabatier (1868), p. 355-363.
  • 22 Des juges de paix peuvent constituer des comités de conciliation ou d’arbitrage.

32Finalement, la loi du 21 mars 1884, dite Waldeck-Rousseau, fera disparaître la loi Le Chapelier en autorisant la formation de syndicats professionnels, sauf pour les fonctionnaires. Dans ce nouveau contexte institutionnel, comment peut-on espérer résoudre les conflits sociaux ? Sur la question des procédures à utiliser ici en cas de conflits sociaux, Léon Walras envisage tout d’abord l’« arbitrage ». Il se réfère ici à l’expérience de la Grande-Bretagne, où des « conseils de conciliation » [courts of conciliation] et des « tribunaux d’arbitrage » [boards of arbitrage] ont vu le jour spontanément en 1860, puis ont été légalisés en 1 867 et en 1872. Notons qu’en France, le système des conseils de prud’hommes (né à Lyon en 1806) a été étendu par le décret du21 février 1810, puis réformé par les lois du 4 juin 1853 et du 7 février 1880. Mais la loi la plus importante est celle du 27 décembre 1892 sur la conciliation et l’arbitrage facultatif entre les patrons et les travailleurs22.

33Cependant, selon Walras, la solution de l’arbitrage, en dehors de l’Angleterre, n’est pas sans limites :

  • 23 Walras (1996), 28e leçon, p. 582.

[I] l ne faut pas se dissimuler qu’il offre plusieurs difficultés dont deux principales. D’abord, les arbitres doivent être des hommes extrêmement versés dans les affaires pour pouvoir constater l’existence et reconnaître la nature des bénéfices […]. Puis les arbitres doivent être aussi des hommes non seulement parfaitement compétents et honorables mais dont en outre la compétence et l’honorabilité soient universellement reconnues. L’Angleterre possède de tels hommes dans le personnel de ses hommes politiques. Dans beaucoup d’autres pays, les arbitres manqueraient ou de compétence ou d’impartialité. Ils seraient immédiatement soupçonnés de s’être laissés ou séduire ou corrompre.23

  • 24 Walras (1897b), p. 254.
  • 25 Ibid., p. 252 et 257.

34À nouveau en référence à l’Angleterre, Walras conseille d’instaurer dans les industries des règles de fixation des rémunérations au moyen d’échelles de prix des produits et des taux de salaires24. Et pour permettre une négociation efficace entre les patrons et les travailleurs, Walras prône désormais la formation, encouragée par l’État, d’« associations syndicales professionnelles » sur le modèle des Trade-union britanniques, à condition qu’elles forment un même corps solidaire et ne posent pas en adversaires déclarées des entrepreneurs25.

Vers l’organisation par l’État du marché du travail

35Au sujet de la solution des grèves au moyen de l’arbitrage envisagé plus haut, Léon Walras s’empressait d’ajouter :

  • 26 Walras (1996), 29e leçon, « Des rapports du travail et du capital », p. 582-583.

[…] c’est une solution excellente mais facultative et non pas obligatoire. En ce sens, c’est une solution extra-scientifique. La solution scientifique et définitive, c’est l’enchère et le rabais sur le marché du travail, enchère des entrepreneurs quand la demande du travail est supérieure à l’offre, rabais des travailleurs quand l’offre est supérieure à la demande.26

  • 27 Ibid., p. 254. Nos italiques.
  • 28 Walras (1897b), p. 256.
  • 29 Walras (1874a), p. 60-61.
  • 30 Voir Molinari (1893a) et son intervention à la Société d’économie politique dans la séance du 5 ju (...)
  • 31 Walras (1876b), p. 303, et (1879), p. 483.
  • 32 Walras (1886), préface, p. 60, et (1898), p. 426.

36En 1897, notre auteur indique à ce sujet qu’il faut viser à « la suppression des grèves au moyen d’une intervention rationnelle de l’État qui s’exercerait ici en vue d’un meilleur fonctionnement des marchés des produits et des services »27. Il observe qu’il n’existe pas de grèves entre les entrepreneurs et les capitalistes, parce que la Bourse ou la banque sont des marchés « un peu mieux organisés que le marché du travail qui ne l’est pas du tout »28. Notons aussi que dans la liste des trois catégories de marchés des plus aux moins organisés, mentionnée dans les Éléments d’économie politique pure29, le marché du travail n’y figure pas. Mais Walras va-t-il souhaiter l’instauration de « Bourses du travail » fonctionnant grâce au développement des moyens d’information et de communication, grâce à un système d’intermédiaires du placement et sans intervention de l’État, comme le souhaite Gustave de Molinari30 ? Walras s’oriente dans une autre direction car il estime que l’État doit se charger de l’organisation du marché du travail. Une telle prise de position peut nous plonger dans la perplexité. Pourtant, il faut rappeler que pour notre auteur, si la libre concurrence représente bien « une tendance naturelle »31 et constitue dans certaines limites un « mécanisme automoteur et autorégulateur de production de la richesse sociale »32, dans certains cas, « il faut aider et gouverner sa marche », ce qui exige le recours à l’intervention de l’État. Dans une telle perspective,

  • 33 Walras (1880), p. 388.

Laissez faire ne doit pas signifier ne rien faire, mais laisser agir la libre concurrence. Là donc où la libre concurrence ne peut agir, il y a lieu, pour l’État, à intervenir afin d’y suppléer ; et là où la libre concurrence peut agir, il y a lieu, pour l’État, à intervenir afin de l’organiser, d’assurer les conditions et le milieu de son fonctionnement.33

37Dans le contexte international de la Grande Dépression, Walras développe, entre les années 1870 et les années 1890, une approche de la libre concurrence organisée. Selon notre auteur :

  • 34 Walras (1897b), p. 256.

[l] es grèves dont nous parlons ont lieu entre des entrepreneurs et des travailleurs d’industries où la production serait à restreindre, en vue du maintien des prix, et dont les premiers veulent produire autant grâce à la baisse du prix des produits, tandis que les derniers veulent travailler autant sans subir la baisse des salaires ; et cela, pendant que, à côté, dans une industrie où la production serait à développer, le prix des produits et les salaires s’élèvent inutilement. Ce sont ces tendances à aller à l’encontre de l’établissement de l’équilibre économique qu’il faut réprimer, de quelque côté qu’elles se produisent, non pas par des articles du code pénal et par des patrouilles de cavalerie, mais en organisant les marchés des produits et des services après avoir organisé les entreprises.34

  • 35 Ibid., p. 258.

38En effet, l’existence de grèves représente un échec du mécanisme de marché et Walras n’hésite pas à affirmer : « quant à la grève, c’est le vélocipède à plat et le vélocipédiste au fond du fossé »35. Dans la même étude, l’auteur précise plus loin :

  • 36 Ibid., p. 255.

Pour amener ou maintenir l’équilibre de la production en ce qui concerne les salaires, il faut, en dernière analyse, détourner du travail des entreprises où les salaires tendent à baisser vers les entreprises où les salaires tendent à monter.36

39Walras ajoute cependant que :

  • 37 Ibid., p. 255-256.

la hausse ou la baisse du salaire n’est qu’une indication ; il la faut très légère, mais il la faut. Et toute la mise en pratique consiste à la laisser apparaître pour la réprimer aussitôt en portant du travail d’un point sur un autre.37

40On peut donc éviter les grèves au moyen de ces très faibles variations de salaires qui agissent comme des signaux. L’État doit faciliter la mobilité des travailleurs d’un secteur à un autre. Le bon fonctionnement du marché du travail exige que l’information y circule largement. Walras préconise la publication de mercuriales, de statistiques du travail qui feront connaître les lieux et les secteurs où les entrepreneurs ont besoin de main-d’œuvre. L’intervention de l’État en ce sens sera appuyée par l’action des « associations syndicales professionnelles » de travailleurs (Ibid., p. 257). On peut aussi ajouter le rôle des écoles professionnelles qui rendraient sans doute plus faciles les transferts de la main-d’œuvre (voir infra sur l’importance de l’éducation).

Législation ouvrière et assurances sociales

41Qu’en est-il maintenant de la législation ouvrière et des assurances sociales dans les écrits de Léon Walras ?

  • 38 Walras (1876a), p. 228-229.

42En Suisse, durant l’été 1875, un projet de loi fédérale sur le travail dans les fabriques est mis en discussion. Ce projet aboutira à la loi fédérale du 23 mars 1877, qui constitue une étape importante dans le domaine de la protection des travailleurs suisses. Sollicité pour commenter ce projet de loi dans la Gazette des tribunaux suisses, Walras livre ses réflexions dans un commentaire publié en février 1876. Sur le fond, il se montre favorable au texte soumis à la discussion, qui contient des dispositions protectrices pour le travail des femmes et des enfants et instaure une limitation de la durée du travail quotidienne des adultes à 11 heures (10 heures le samedi et les veilles de fêtes). Cependant ce projet traduit à ses yeux une intervention légale trop détaillée, donc trop contraignante sur les conditions de travail, susceptible de nuire à l’industrie suisse et à sa présence sur les marchés étrangers38.

  • 39 Walras (1897b), p. 252.

43Une vingtaine d’années plus tard, en 1897, Walras estime que les questions relatives aux conditions de travail en général (moralité, hygiène, durée du travail) ne sont pas à proprement parler des questions d’« économie politique appliquée », mais plutôt des questions relatives à la théorie de la famille et à la théorie du gouvernement, domaines qu’il n’a pas lui-même exploré. Il observe aussi que ces questions sont devenues une spécialité chez les publicistes français formés à l’« école du Droit » et plus ou moins proches du « socialisme de la chaire Allemand »39.

  • 40 Léon Walras avait exploré la possibilité de faire lire au congrès l’article « L’économique appliqu (...)

44Sans doute après la lecture de la série des rapports soumis au Congrès international de législation du travail (Bruxelles, 27 septembre 1897)40, Walras note d’après les statistiques que « la moitié seulement » des grèves réussissent et que les conflits portent pour les deux tiers sur la question du salaire et pour un tiers sur les conditions de travail (hygiène, travail des femmes et des enfants, durée du travail en général).

  • 41 Nous verrons plus loin qu’en principe, Walras ne souhaite pas que les femmes et les enfants travai (...)
  • 42 Walras (1897b), p. 253.
  • 43 Rappelons ici que la réflexion walrasienne se situe dans un contexte dans lequel la durée du trava (...)

45Walras pense que compte tenu de la volonté des entrepreneurs de réduire les prix de revient, l’application spontanée du régime du « laissez faire » conduit à un allongement sans limite de la durée journalière du travail. L’État doit donc instaurer des limites à la durée du travail des ouvriers, mais aussi à celle des femmes et des enfants41 dans les usines : « La fixation d’un maximum s’impose. Et dès lors, quoi de plus naturel que de la confier à l’État qui l’effectuera d’après ses desiderata de moralité, d’hygiène, etc. »42 Cependant, cette limitation ou cette réduction de la durée du travail ne doit pas s’accompagner d’une réduction des salaires43.

  • 44 Sur ce thème, cf. Walras (1897b), p. 253 et note 2.
  • 45 Voir Léon Walras, lettre à Paul Cauwès, 5 avril 1900, dans Jaffé (1965), III, l. 1449, p. 114.
  • 46 Paul Cauwès sera le premier président de la section française.

46Walras estime qu’une législation spécifique est nécessaire sur les conditions de travail, mais elle ne doit pas être trop contraignante pour les entrepreneurs. Selon lui, une « entente internationale » permettrait de résoudre plusieurs questions de réglementation du travail, à condition que l’on se place dans la perspective du libre-échange44. Là encore, Walras cherche un moyen pour éviter le dumping social ! Paul Cauwès, président de la commission d’organisation du Congrès international consacré à la protection légale des travailleurs (Musée social, Paris, 25-28 juillet 1900), sollicite l’adhésion de Walras au comité de patronage ; ce dernier accepte sans réticence la proposition du chef de file de l’« économie politique nationale », en tant que « partisan décidé de la protection légale des travailleurs et disposé à protester en toute occasion contre l’emploi du mot liberté pour couvrir un laisser faire sans démonstration »45. Ce congrès international parisien est important car il aboutit à la création de l’Association internationale pour la protection légale des travailleurs, dont l’assemblée constituante se tiendra à Bâle en 1901. Cette association, organisée en sections nationales46, jouera un rôle décisif dans l’adoption de normes internationales du travail, mouvement qui aboutira en 1919 à la création de l’Organisation internationale du travail.

  • 47 Rappelons qu’en France, en 1893, est instauré l’assistance médicale gratuite en faveur des indigen (...)
  • 48 Walras (1896), p. 403.
  • 49 Walras (1897b), p. 258 ; voir aussi p. 261.

47Léon Walras se déclare hostile à l’assistance publique, à la « fourniture gratuite par l’État des médicaments et soins médicaux47, du pain, etc., etc., toutes fournitures d’intérêt privé et non public »48. Selon lui, il faut attendre bien plus des travailleurs que de l’État et il faut avant tout se méfier de l’« État nourrice »49.

  • 50 Walras (1895a), p. 180.

48Walras critique le système de caisses de secours et de caisses de retraites imposées par l’État aux entrepreneurs50 et il condamne également les lois sociales promulguées par Bismarck mettant en place dans l’industrie allemande un système d’assurance ouvrière obligatoire, avec les trois lois principales relatives à l’assurance-maladie (1883), les accidents du travail (1884), l’invalidité et l’assurance vieillesse (1889). Sur ce point, sa position rejoint celle des libéraux qui s’expriment à la Société d’économie politique de Paris. Dans ses « Notes d’humeur », il recopie un extrait qui lui paraît intéressant d’une chronique parlementaire de Berne relative à la discussion d’un projet de loi sur l’assurance-maladie, parue dans la Gazette de Lausanne (26 juin 1897), dans lequel on peut lire :

  • 51 Walras (2000), p. 577.

L’assurance obligatoire cadre avec l’org[anisation] féodale des corporations de l’Ancien régime. Mais si on veut la combiner avec la liberté moderne du travail, elle refuse ses services précisément à ceux qui devraient en bénéficier en première ligne. Sont, en effet, exclus de l’assurance les travailleurs qui chôment ou qui ne se trouvent pas d’une manière durable au service de la même personne.51

  • 52 Walras (1897b), p. 260.

49L’assurance obligatoire fera son entrée en France avec deux lois, celle du 9 avril 1898 sur les accidents du travail et celle du 5 avril 1910 sur les retraites ouvrières et paysannes. De telles initiatives ne peuvent trouver grâce auprès de Walras. Ce dernier combat tout particulièrement les projets visant à mettre en place un système d’assurance géré par l’État. Selon lui, dans ce cas, « les travailleurs n’ayant pas le mobile de la prime à récupérer sont moins attentifs, les accidents se multiplient et l’État s’obère »52. Il soulève ici le problème bien connu aujourd’hui d’opportunisme ex post (aléa moral).

50D’après Walras, l’assurance doit relever de l’initiative individuelle. Les travailleurs doivent pouvoir librement s’assurer, s’ils le souhaitent contre le chômage, la maladie, les accidents, la vieillesse. Ainsi :

  • 53 Ibid., p. 260.

l’homme qui s’assure lui-même est aussi supérieur à celui qui se laisse assurer par l’État que l’homme qui élève lui-même ses enfants est supérieur à celui qui s’en remet à l’État de ce soin.53

  • 54 Voir Walras (1996), op. cit., Cours d’économie sociale, 10e leçon, « Du bien et de la justice. Des (...)

51Mais, parmi les systèmes de libre assurance, les travailleurs doivent préférer l’assurance mutuelle, qui est susceptible, tout comme l’association, d’améliorer leur sort. Notre auteur soutient donc le principe des sociétés de secours mutuel pour se protéger en cas de maladie ou de chômage et aussi les compagnies d’assurance mutuelle pour les accidents du travail54. Grâce à ce système

  • 55 Ibid., p. 260.

[l]es travailleurs se porteront plutôt vers les industries non dangereuses que vers les industries dangereuses ; le salaire sera plus élevé dans ces dernières. Que les travailleurs qui se sentent plus forts et plus adroits s’y engagent en contractant une assurance mutuelle contre les accidents ; puis qu’ils emploient toute leur force et toute leur adresse à éviter les accidents, de façon à récupérer leur prime sous forme d’un dividende à recevoir dans la société d’assurance mutuelle.55

  • 56 Ibid.

52Toutefois, Walras indique aussi qu’il accepterait en matière d’assurance, tout comme en matière de coopération, tous les compromis dans la pratique, voire même l’« initiation » des travailleurs par l’État56. Finalement, sur le thème de l’assurance, il interpelle les hommes politiques radicaux français :

  • 57 Ibid.

Nous voulons bien que l’armée sociale ramasse ses traînards ; nous demandons seulement qu’elle ne règle pas sa marche sur la leur, sous peine de ne compter bientôt plus que des traînards.57

Des quelques moyens pour maintenir et améliorer le revenu des travailleurs à la nécessaire réforme sociale

  • 58 Walras (1874a), 41e leçon, « Des tarifs et du monopole », p. 657-658 ; Walras (1897b), p. 261.
  • 59 Walras (1879), p. 481-484 ; Walras (1996), Cours d’économie politique appliquée, 29e leçon, p. 585 (...)

53Comment opérer afin de maintenir ou d’améliorer le revenu des travailleurs ? Il n’est évidemment pas question pour Walras d’accepter la fixation d’un salaire minimum, soit par branche, soit au niveau national, sous les auspices de l’État58. Dans plusieurs textes59 qui traitent de la « défense des salaires », il envisage trois moyens qui permettraient de maintenir ou d’améliorer le revenu des travailleurs et qui relèvent de leur initiative individuelle : éviter une hausse de la population ouvrière plus rapide que celle du capital, développer l’éducation et développer la coopération.

54Tout d’abord, Walras met en garde contre les effets d’une hausse de l’offre du travail résultant d’une augmentation trop rapide de la population ouvrière par rapport à celle du capital disponible. L’accroissement de la population doit être précédé par celui du capital. Dans les Éléments d’économie politique pure, il affirme aussi :

  • 60 Walras (1874a), 36e leçon, p. 594.

Nous ne partirons pas de là […] pour aller avec Malthus jusqu’à soutenir que les réformes sociales n’importent guère ; mais nous ne saurions non plus lui contester le mérite d’avoir mis en évidence un point capital d’économie politique pure.60

55D’où il découle le conseil suivant :

  • 61 Walras (1996), Cours d’économie politique appliquée, 29e leçon, p. 585-586.

Ne pas augmenter la quantité du travail par une augmentation irréfléchie de la population. Ne se marier et n’avoir de famille que quand ils sont en état de pourvoir à leur subsistance. […] c’est surtout aux travailleurs à être prudents et réservés en matière de mariage et de famille. Ils doivent savoir, et on ne saurait assez leur répéter, qu’il n’y a pas de société ni de gouvernement qui puisse s’engager à entretenir dans l’aisance autant d’enfants qu’un prolétaire et sa femme peuvent en avoir.61

  • 62 Walras (1897b), p. 259.
  • 63 Ibid., p. 258.

56De plus, Léon Walras trouve les travailleurs « parfaitement inspirés » quand ils se montrent hostiles à la concurrence que leur livrent les femmes et les enfants62. En effet, les hommes doivent pourvoir eux-mêmes à la subsistance de la famille sans faire travailler les femmes, qui doivent tenir leur ménage, ni les enfants, qui doivent être éduqués. Notre auteur note que même si l’égalité entre les hommes et les femmes doit être recherchée au nom de la justice, il ne s’ensuit pas qu’elle doit s’exprimer dans « l’exercice par les hommes et les femmes des mêmes professions manuelles ou intellectuelles »63.

  • 64 Walras (1996), 29e leçon, p. 586 ; Walras (1879), p. 482 et 484.

57En second lieu, Léon Walras souligne la nécessité de la formation de la main-d’œuvre, en vue d’une utilisation plus efficace dans les entreprises. Il convient de rendre l’utilité et la productivité du travail plus élevées grâce à une formation à la fois générale et spécialisée. Cette double formation aurait l’avantage de permettre aux travailleurs de surmonter plus facilement les difficultés liées au machinisme et de profiter de ses avantages. Walras est donc favorable à l’instruction générale et professionnelle sous la forme de cours publics et gratuits organisés par l’État ; un tel système existe d’ailleurs en Grande-Bretagne64.

  • 65 Walras (1996), 29e leçon, p. 586.
  • 66 Walras (1865), p. 72-73. S.-C. Kolm n’hésite pas à affirmer à ce propos que Walras est « l’un des (...)
  • 67 Cf. Walras (1874b), p. 242 ; Walras (1879), p. 482 et 484 ; Walras (1897b), p. 261 ; Walras (1895b (...)

58Enfin, Walras souhaite le développement de la coopération. En 1865, il a publié un livre sur Les Associations populaires coopératives, qui offre une « esquisse d’une théorie économique des associations populaires », thématique qui appartient au domaine de l’économie politique appliquée. Dans la société coopérative de production théorisée par lui, le sociétaire cumule deux fonctions. Comme travailleur, il reçoit un salaire au taux du marché et comme capitaliste, à titre de complément de revenu, il reçoit des intérêts en fonction de sa quote-part dans le capital social, et éventuellement une part des bénéfices (ou bien il doit contribuer aux pertes). Comme travailleur, il reste salarié, mais comme capitaliste, il devient associé. Les coopératives de consommation sont aussi bienvenues, avec livraison « au comptant et non à crédit »65 et bien sûr les coopératives de crédit. Elles ne doivent pas former un secteur protégé par l’État, mais doivent fonctionner dans un environnement concurrentiel. L’administration de la coopérative doit être confiée à un conseil nommé et contrôlé par les sociétaires, mécanisme que l’on peut désigner sous le nom de self-administration66. Aux yeux de Walras, l’association joue un rôle éducatif important et représente une école de démocratie : « un sociétaire, une voix ». Durant toute sa vie, il ne reniera jamais son engagement dans le mouvement coopératif ; entre 1870 et 1900, il se prononce à plusieurs reprises en faveur de l’association coopérative de production et de consommation67.

59Mais au-delà de ces trois moyens destinés à améliorer le sort des travailleurs, notre auteur revient toujours à la nécessaire réforme sociale. En dehors de l’initiative individuelle, il faut faire la place à l’initiative collective afin d’offrir une solution à la « question sociale ». D’après Walras :

  • 68 Walras (1996), 29e leçon, p. 585.

[l]e travailleur n’a droit, comme travailleur, qu’à son salaire débattu librement, à conditions égales, avec les entrepreneurs sur le marché des services producteurs. Mais, par exemple, il a droit, selon nous, à la totalité de ce salaire. Le droit de propriété de l’individu sur ses facultés personnelles, sur le revenu de ces facultés, c’est-à-dire sur son travail, sur le prix de ce travail, c’est-à-dire sur son salaire est susceptible d’une démonstration rigoureuse. Il est absolu. Et l’on ne voit pas, d’ailleurs pourquoi la communauté ou l’État vient, par l’impôt, prélever une partie du revenu des facultés personnelles de l’individu qui travaille alors qu’elle ne prélève rien sur le revenu des facultés personnelles de l’individu qui ne travaille pas.68

  • 69 Déjà en 1867, quand les coalitions et les grèves se multiplient dans la capitale, Walras propose u (...)

60En effet, l’impôt serait en principe un phénomène anormal et injuste. Le travailleur, vivant exclusivement du travail subit différentes taxations sur son salaire, et se trouve empêché d’épargner, donc de devenir partiellement capitaliste. Il est réduit à l’état de prolétaire, ce qui équivaut presque à celui de serf ou d’esclave69.

61Pour respecter l’« inégalité des positions » (personnelles), les facultés personnelles, le service du travail et les salaires appartiennent de droit naturel à l’individu. En revanche, les hommes doivent posséder en commun, par l’intermédiaire de l’État, ce que la nature a donné à tous, les ressources naturelles.

62Par ailleurs, pour respecter l’« égalité des conditions », les terres, le service de la rente et les fermages appartiennent, de droit naturel, à l’humanité tout entière. Tous les individus doivent profiter également des ressources offertes par ce capital naturel. En effet :

  • 70 Walras (1895b), p. 189.

Les terres n’appartiennent pas à tous les hommes d’une génération ; elles appartiennent à l’humanité, c’est-à-dire à toutes les générations d’hommes […]. En termes juridiques, l’humanité est propriétaire, et la génération présente est usufruitière des terres.70

63Or, le représentant légitime de l’humanité ne peut être que l’État. Walras pense que lorsque le grand emprunt pour racheter les terres sera remboursé, le seul montant des fermages permettrait à l’État de financer toutes les dépenses publiques. L’État aurait alors son revenu propre, et il deviendrait possible de supprimer tous les impôts sur les revenus et sur le capital : c’est pour lui la nécessaire « reconstitution économique de l’État ».

Conclusion

64Dans une verve optimiste, Léon Walras affirmait, dans son Cours d’économie politique appliquée :

  • 71 Walras (1996), 29e leçon, p. 584.

Qu’ils constituent, comme ils le font, leurs chambres syndicales, leurs sociétés et caisses de résistance et ils arriveront à avoir, par-devers eux, grâce à l’association, la même mise de fonds que les patrons, et même une mise de fonds encore plus considérable. On peut soutenir sans exagération que ce sont eux qui sont ainsi les plus forts. Jamais, sans doute, ils ne contraindront les entrepreneurs à travailler à perte ; mais ils les contraindront à se réduire à l’intérêt normal de leurs capitaux.71

65Cependant, les idées de Walras sur le fonctionnement du marché du travail, les conflits sociaux, la législation ouvrière, les assurances, les coopératives et la réforme foncière destinée à résoudre la « question sociale » le placent sur une position bien particulière dans les débats qui se déroulent en France durant la seconde moitié du xixe siècle. Ses propositions ne pouvaient rencontrer un écho positif, ni chez les tenants du libéralisme le plus extrême, ni chez les partisans de l’intervention de l’État dans la vie économique, ni chez les socialistes.

Notes

1 Walras (1909), p. 510.

2 Citons parmi les références anciennes, M. Boson (1951) et (1953) et parmi les références plus récentes, Dockès (1996), Potier (1998) et (1999), Rebeyrol (2004).

3 Walras (1859), p. 117.

4 Blanc (1839).

5 Walras (1859), p. 118-119.

6 Ibid., p. 119.

7 Blanc (1839).

8 Walras (1859), p. 119-120.

9 Ibid., p. 120-121.

10 Walras (1874a), p. 281-282.

11 Ibid., p. 284.

12 Walras (1996), 28e leçon : « Des coalitions et des grèves », p. 581. Walras reprend ici l’argument essentiel d’un passage de l’un de ses articles du journal Le Travail, « Discussion sur les coalitions et les grèves à la Société d’économie politique de Paris » [Walras (1 867), p. 210-211].

13 Walras (1996), 27e leçon : « Des machines », p. 578. Plus tard, Walras réaffirme : « Il n’y a, en définitive, que déplacement et non réduction de la demande de travail : ce n’est qu’une transition à ménager » [Walras (1898), p. 429].

14 Walras (1897a), p. 273.

15 Ibid., p. 275.

16 Walras (1996), 28e leçon, p. 581-582. En fait, Walras reprend ici intégralement un passage de l’article du Travail [Walras (1 867), p. 211], cité plus haut.

17 Cité par Walras (1996), 28e leçon, p. 579. Cf. aussi Potier (1989).

18 Ibid., 28e leçon, p. 579-580.

19 Ibid., 28e leçon, p. 580.

20 Walras (1996), 28e leçon, p. 580.

21 Sabatier (1868), p. 355-363.

22 Des juges de paix peuvent constituer des comités de conciliation ou d’arbitrage.

23 Walras (1996), 28e leçon, p. 582.

24 Walras (1897b), p. 254.

25 Ibid., p. 252 et 257.

26 Walras (1996), 29e leçon, « Des rapports du travail et du capital », p. 582-583.

27 Ibid., p. 254. Nos italiques.

28 Walras (1897b), p. 256.

29 Walras (1874a), p. 60-61.

30 Voir Molinari (1893a) et son intervention à la Société d’économie politique dans la séance du 5 juillet 1893 sur le thème « Des conditions auxquelles les Bourses du travail peuvent être utiles » [Molinari (1893b)]. Notons que Walras ne fait jamais référence aux idées de Molinari dans ses écrits.

31 Walras (1876b), p. 303, et (1879), p. 483.

32 Walras (1886), préface, p. 60, et (1898), p. 426.

33 Walras (1880), p. 388.

34 Walras (1897b), p. 256.

35 Ibid., p. 258.

36 Ibid., p. 255.

37 Ibid., p. 255-256.

38 Walras (1876a), p. 228-229.

39 Walras (1897b), p. 252.

40 Léon Walras avait exploré la possibilité de faire lire au congrès l’article « L’économique appliquée et la défense des salaires ». Voir ses lettres à Gustave Maugin et à Victor Brants respectivement des 14 et 19 mars 1897, dans Jaffé (éd.) (1965), II, l. 1304 et 1306, p. 736 et 737-738.

41 Nous verrons plus loin qu’en principe, Walras ne souhaite pas que les femmes et les enfants travaillent dans l’industrie.

42 Walras (1897b), p. 253.

43 Rappelons ici que la réflexion walrasienne se situe dans un contexte dans lequel la durée du travail en France reste encore très élevée. Au milieu du xixe siècle, la durée du travail des ouvriers de l’industrie pouvait atteindre 12 heures par jour et la situation n’évolue guère sous le Second Empire et les débuts de la IIIe République. La loi du 2 novembre 1892, limite la durée quotidienne du travail des femmes et des enfants, puis les lois de 1900, 1902 et 1904 réduisent graduellement la durée du travail de 11 à 10 heures. Ensuite, le combat commence pour la journée de 8 heures de travail, qui ne sera instaurée qu’après la Première guerre mondiale, par la loi du 23 avril 1919.

44 Sur ce thème, cf. Walras (1897b), p. 253 et note 2.

45 Voir Léon Walras, lettre à Paul Cauwès, 5 avril 1900, dans Jaffé (1965), III, l. 1449, p. 114.

46 Paul Cauwès sera le premier président de la section française.

47 Rappelons qu’en France, en 1893, est instauré l’assistance médicale gratuite en faveur des indigents.

48 Walras (1896), p. 403.

49 Walras (1897b), p. 258 ; voir aussi p. 261.

50 Walras (1895a), p. 180.

51 Walras (2000), p. 577.

52 Walras (1897b), p. 260.

53 Ibid., p. 260.

54 Voir Walras (1996), op. cit., Cours d’économie sociale, 10e leçon, « Du bien et de la justice. Des trois principes de relations entre les hommes », p. 152.

55 Ibid., p. 260.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Walras (1874a), 41e leçon, « Des tarifs et du monopole », p. 657-658 ; Walras (1897b), p. 261.

59 Walras (1879), p. 481-484 ; Walras (1996), Cours d’économie politique appliquée, 29e leçon, p. 585-586 ; Walras (1897b), p. 258-261.

60 Walras (1874a), 36e leçon, p. 594.

61 Walras (1996), Cours d’économie politique appliquée, 29e leçon, p. 585-586.

62 Walras (1897b), p. 259.

63 Ibid., p. 258.

64 Walras (1996), 29e leçon, p. 586 ; Walras (1879), p. 482 et 484.

65 Walras (1996), 29e leçon, p. 586.

66 Walras (1865), p. 72-73. S.-C. Kolm n’hésite pas à affirmer à ce propos que Walras est « l’un des meilleurs défenseurs de l’autogestion dans les entreprises » [Kolm (1984), p. 55-56].

67 Cf. Walras (1874b), p. 242 ; Walras (1879), p. 482 et 484 ; Walras (1897b), p. 261 ; Walras (1895b), p. 205 ; Walras (1898), p. 428.

68 Walras (1996), 29e leçon, p. 585.

69 Déjà en 1867, quand les coalitions et les grèves se multiplient dans la capitale, Walras propose une « compensation » consistant à réduire le poids des impôts qui pèsent sur les salaires… la suppression de l’octroi de Paris ! [Walras (1867), p. 212].

70 Walras (1895b), p. 189.

71 Walras (1996), 29e leçon, p. 584.

Auteur

Université Lumière – Lyon 2,
UMR CNRS 5206, Triangle, Action, discours, pensée politique et économique.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540