Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail en question, XVIIIe-XXe siècles

 | 
Christophe Lavialle

Les réformateurs sociaux

Travail et repos : une réponse à la « question sociale » au xixe siècle

Valérie Lathion

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur ce mouvement associatif, cf. notre thèse de doctorat, Un Dimanche pour Dieu ou pour l’homme ? (...)

1La pensée économique sur le travail ne peut faire abstraction de son corollaire, le repos. Dans la seconde moitié du xixe siècle, les thèmes travail et repos sont au centre des préoccupations des philanthropes chrétiens qui veulent réglementer le monde du travail et proposer une adaptation du modèle libéral de travail continu, sept jours sur sept. La nécessité de reconquérir le jour de repos traditionnel envahi par le travail a engendré un mouvement associatif en faveur du repos et de l’observation du dimanche qui, dès 1861, a rayonné de Genève dans l’ensemble de l’Europe, avec une double mission, religieuse et humanitaire. Il s’agit de la Société pour la sanctification du dimanche (SPSD), fondée en 1861 à Genève par le banquier protestant Alexandre Lombard (1810-1887), lequel quitte les affaires pour se consacrer à son œuvre religieuse et philanthropique. Un échelon suisse est institué cinq ans plus tard, puis la Fédération internationale pour l’observation du dimanche (FIPOD) est fondée lors d’un congrès international réuni à Genève en 1876. Un vaste réseau de comités dominicaux essaime ainsi dans toute l’Europe. Ce mouvement, à l’origine protestant mais collaborant aussi avec des catholiques et des Républicains du milieu de la Réforme sociale, est à la base de la conquête législative du repos hebdomadaire, réalisée toutefois grâce à des arguments socioéconomiques ; cette conquête renouvelle la répartition des temps de travail et de repos, et laïcise la question du repos1.

  • 2 Sur la position complexe des théoriciens socialistes à propos du loisir, cf. Garrigou (1983).
  • 3 Guedj (1997).
  • 4 Lafargue (1880). Pour une analyse de cet ouvrage, cf. Beck (1997), p. 292-293.

2La double thématique travail et repos suscite aussi la controverse chez les socialistes au xixe siècle. À priori, les théoriciens socialistes, à l’instar de Marx et d’Engels, sont plutôt méfiants face à ce qui peut s’apparenter au loisir aristocratique ; « travail » et « classe ouvrière » sont d’ailleurs souvent utilisés comme synonymes2. Même si le « droit au travail » est une revendication prioritaire durant le xixe siècle, l’abaissement de la durée de travail a aussi été constamment réclamé3. De même Paul Lafargue, le gendre de Marx, jette un pavé dans la mare avec son Droit à la paresse publié en 1880 qui justifie idéologiquement le loisir pour la classe ouvrière en dénonçant son obsession pour le travail4.

3Nous désirons dans un premier temps analyser la réflexion des philanthropes du mouvement associatif dominical sur les thématiques travail et repos. Puis nous présenterons la conquête législative du repos hebdomadaire, en prenant comme exemple le cas de la Suisse et de Genève. Nous examinerons enfin le discours de ces philanthropes sur l’emploi du temps libéré, ce qui nous permettra de mettre en évidence l’articulation entre la question sociale et la question morale au xixe siècle et d’analyser l’équilibre entre travail et repos proposé par ces philanthropes chrétiens comme une solution à la question sociale.

La réflexion des philanthropes chrétiens sur la thématique travail et repos

  • 5 L’exposé des principes de la SPSD et de la FIPOD s’appuie sur trois textes bibliques : « Dieu béni (...)

4L’engagement des philanthropes du mouvement associatif dominical s’appuie sur le message biblique : après six jours de travail, un jour de repos5. La corrélation entre le travail et le repos donne un sens à chacune de ces notions qui ne peuvent pas exister individuellement. Mais l’argumentation religieuse et l’injonction divine de se reposer paraissent rapidement insuffisantes pour convaincre leurs contemporains. Leur discours se laïcise donc et des arguments sociaux sont avancés, notamment hygiénistes, moraux et économiques.

La nécessité de se reposer

  • 6 Farre (1869).
  • 7 Sur ce concours, cf. Lathion (2007), p. 272-277 et 697.
  • 8 Cf. Niemeyer (1876), Haegler (1879 et 1889).

5Le principal argument hygiéniste constate qu’un repos hebdomadaire est indispensable pour restaurer les forces du travailleur. La comparaison avec les besoins des chevaux (leur productivité est supérieure s’ils ont un jour de repos) est constamment utilisée comme argument marquant ; cette comparaison avait déjà été utilisée par un médecin anglais devant le Parlement britannique dans les années 18306. L’association diffuse des études menées par des médecins et des professeurs universitaires d’hygiène, qu’elle a suscitées à l’occasion d’un concours international ouvert en 18737. Ces études mettent en lumière les ravages sur la santé individuelle et publique dus à l’absence d’un repos régulier8.

  • 9 Beck (2004).
  • 10 Terme communément employé dans les ouvrages présentant la question du dimanche au point de vue hyg (...)
  • 11 Lombard (1869), p. 24.
  • 12 Un discours de Jules Simon (1814-1896) sur ce thème est d’ailleurs utilisé par Lombard dans son ou (...)

6Les frontières entre discours hygiénistes et moralistes sont fort ténues, notamment à propos de l’alcoolisme, l’un des fléaux du travail continu, en particulier lorsque l’ouvrier prend de lui-même un repos qu’il n’a pas reçu légalement lors de la « Saint Lundi » (c’est-à-dire lors du repos pris le lundi sur sa propre initiative et passé dans des débits de boissons)9. Ou encore à propos de l’« hygiène de l’âme »10, réalisée par un bon emploi du repos, ainsi que de la « dégénérescence de la race »11 – thème du reste cher aux politiciens moralistes français tels que Jules Simon12 – dont la cause serait l’inobservation du repos dominical puisque celle-ci provoquerait un affaiblissement physique des travailleurs et inciterait les hommes à vivre dans l’irréligion et donc dans l’immoralité. La préservation de la famille est également invoquée comme argument à un repos régulier et commun à l’ensemble de ses membres.

7L’argumentaire économique tend à séduire le patronat : il est en effet de l’intérêt matériel du chef d’entreprise de procurer un repos hebdomadaire puisque ce dernier favorise la productivité de l’entreprise (l’ouvrier reposé produit davantage) et équilibre l’offre et la demande (si tout le monde travaillait le dimanche, il y aurait plus de marchandises produites mais comme ce jour perdrait son caractère festif, moins de dépenses seraient occasionnées, notamment en vêtements et en nourriture). Les objections les plus fréquentes sont balayées d’un revers de main : les impératifs techniques disparaissent grâce au progrès (ou en instaurant une rotation entre les ouvriers en cas de nécessité absolue comme dans les usines à feu continu), la concurrence disparaît également si la mesure est générale, enfin le besoin des ouvriers de gagner leur pain quotidien perd son sens si le repos dominical (à l’instar du repos nocturne) n’introduit aucune baisse de salaire. Les promoteurs de la réforme se plaisent à invoquer les témoignages des patrons déjà convertis et à rappeler sans cesse que la nation qui connaît alors la plus grande prospérité industrielle – la Grande-Bretagne – est justement celle qui sait interrompre ses activités industrielles, économiques et commerciales un jour par semaine, voire même un jour et demi.

  • 13 Cheysson (1910).

8D’autres arguments s’adressent aussi à la responsabilité morale du chef d’entreprise par rapport à ses employés et ouvriers en touchant sa fibre chrétienne et humaniste, tout en précisant que là encore son intérêt est en jeu. En respectant l’ouvrier et en lui rendant sa dignité, c’est-à-dire en le considérant comme un être humain, un père de famille et non comme une brute ou une machine, le patron gagne à être lui-même respecté. Le repos dominical contribue ainsi à la pacification des relations entre les classes sociales – ou à « l’harmonie des rapports entre le capital et le travail »13 –, neutralise les ouvriers anarchistes et sert d’antidote aux rapports de force, aux grèves et au développement du socialisme dans les usines. Il contribue ainsi à la paix sociale qui ne peut qu’être profitable à tous. L’ensemble de ces arguments présente donc le repos dominical comme le pivot d’un projet global pour la société, indispensable à sa moralisation, à sa prospérité et surtout à son salut.

Le repos dominical comme condition du progrès social

  • 14 Horne (1998). Le Musée social est une institution fondée en 1894 par le comte de Chambrun et vouée (...)

9Les philanthropes du réseau associatif dominical – dont certains sont issus de dynasties bancaires comme le fondateur du mouvement, Alexandre Lombard – s’érigent en adversaires de cette norme de la première moitié du xixe siècle qu’est le travail continu ; ils refusent de même le présupposé affirmant qu’il faudrait travailler tous les jours pour gagner son pain quotidien. Bien qu’ils dénoncent le libéralisme économique triomphant, ils désirent simplement le tempérer afin de prévenir le socialisme. En cela, ils amorcent la troisième voie proposée plus tard par des personnalités autour du Musée social telles que Charles Gide14. Le bon équilibre entre le temps pour le travail et celui pour le repos apparaît en effet à leurs yeux comme une garantie de la paix sociale et comme un élément indispensable pour résoudre la question sociale. Cet équilibre devient le pivot du dispositif que les patrons et législateurs devraient prendre pour améliorer les conditions de travail des ouvriers. Le repos et l’observation du dimanche permettraient de surcroît de réaliser ce jour-ci l’égalité entre les citoyens devant leur droit évangélique au repos et, grâce à son « bon emploi », de moraliser l’ouvrier en particulier et la société en général. Il se révèle ainsi pour ses promoteurs comme une, voire même la solution à la question sociale puisqu’il englobe autant les aspects économiques que moraux de cette préoccupation.

10La croisade dominicale s’inscrit donc dans le mouvement d’économie sociale porté par les philanthropes, certains patrons et certains politiciens, convaincus du progrès social devant procurer à tout un chacun une parcelle du bonheur auquel, selon les idéaux des Lumières et des révolutions américaine et française, chaque citoyen a droit. Dans le dernier quart du xixe siècle, cette croisade est présentée par ses défenseurs comme une question d’actualité à laquelle nul ne peut échapper, surtout pas ceux qui ont la responsabilité des conditions de travail de la classe ouvrière. Ils se chargent de la tâche de convaincre le patronat et l’État de la nécessité d’un repos hebdomadaire, si possible dominical.

Intervention de l’État ?

  • 15 Lombard (1869).
  • 16 Citons en exemple la législation genevoise qui ordonne en 1817 aux commerces d’être fermés le dima (...)

11L’opportunité d’interpeller l’État a cependant été un sujet de polémique au sein de ce réseau. A priori, les fondateurs du mouvement sont plutôt opposés à son intervention croyant à la force de la persuasion et se méfiant d’une ingérence étatique. Mais devant la difficulté voire l’impossibilité de convaincre l’ensemble du patronat d’octroyer le repos hebdomadaire à tous les employés et ouvriers, ils se rallient à la position du fondateur du mouvement qui considère que non seulement l’État doit donner l’exemple au sein de ses administrations et des entreprises privées qui dépendent d’une quelconque manière de lui (comme les entreprises de chemins de fer qui reçoivent, en Suisse par exemple, leurs concessions de l’État), mais qu’il doit aussi édicter une législation générale sur le repos hebdomadaire pour protéger les travailleurs (comme il protège aussi les femmes et les enfants) tout en garantissant le respect des cultes, de l’ordre public et de la moralité du dimanche15. Ces législations sont donc présentées comme étant modernes, basées sur des arguments socioéconomiques, et renouvelant les anciennes législations sur la sanctification du jour du Seigneur qui datent de la Restauration et qui sont alors fort critiquées en raison de leur fondement exclusivement religieux et de leur complexité due au régime d’exceptions faits à certains commerces et professions16.

  • 17 Ami du dimanche, juillet 1907.
  • 18 Sur la loi du 13 juillet 1906 et son application, cf. Beck (1997), p. 309-326.

12Jusqu’au début du xxe siècle, la polémique sur l’opportunité de l’intervention de l’État divise les rangs des promoteurs du repos hebdomadaire. Même si l’opinion majoritaire appelle l’État à agir, des divergences de vue apparaissent à propos des limites de son intervention. Faut-il contraindre le secteur privé ou simplement réglementer le service public et protéger les êtres juridiquement mineurs (femmes et enfants) ? Pour beaucoup, l’idéal serait que la population soit assez « éduquée » afin qu’elle observe elle-même le repos du dimanche sans que l’État doive intervenir. Pour ceux qui craignent que ce souhait soit une pure utopie, l’État est obligé d’intervenir pour défendre les plus faibles. La polémique est même particulièrement vive en France où les opposants à toute intervention de l’État au nom du libéralisme restent longtemps intransigeants. En plus de refuser toute solution étatique à la question sociale, ils ont peur de réveiller le spectre de la loi cléricale de 1814 qui a été abolie en 1880. Les congrès de la FIPOD sont les vitrines de ce débat et de son évolution. Au début du xxe siècle, les partisans d’un législation ont remportés la bataille. Le onzième Congrès international pour le repos du dimanche qui a lieu en 1906 à Milan proclame « la nécessité et l’opportunité que l’État sanctionne par une loi et en faveur de tous les citoyens la défense de faire travailler le Dimanche »17. Même si la déclaration ne concerne que les employés, le principe de l’intervention de l’État n’est dès lors plus remis en cause, ni même débattu. Au contraire, le débat porte désormais sur l’élargissement de la protection législative et vise à octroyer le samedi après-midi de congé aux travailleurs pour parachever le repos du dimanche. Il est vrai qu’entre-temps, la France a adopté en 1906 une loi fixant le repos hebdomadaire le dimanche sur la base d’arguments laïcs18. Les réticences contre l’intervention de l’État tombent donc au fur et à mesure des victoires législatives de ses partisans.

13L’argumentation des philanthropes chrétiens se préoccupant de repos dominical met en évidence la dualité de leur croisade qui est en même temps un projet conservateur (préservation de l’ordre social, économique, moral et religieux) et vise une ambition réformiste avant-gardiste. En effet, leur volonté de réforme morale et sociale doit permettre de réaliser l’idéal évangélique d’égalité entre les individus, et l’idéal politique d’égalité entre les citoyens d’une démocratie moderne ; elle doit aussi permettre d’améliorer le sort des ouvriers et de doter chaque pays d’une législation protectrice en la matière. Leur idéal vise donc la résolution de la question sociale. En outre, ils collaborent même, au tournant du siècle, avec des socialistes pour conquérir le repos hebdomadaire. Encore que cette appropriation de l’idéal socialiste et ces collaborations soient considérées pour certains comme purement utilitaires et instrumentalisées afin de devancer leurs ennemis. L’action philanthropique dépasse donc les présupposés religieux de départ ; elle se fonde sur un sentiment de révolte face à la misère ouvrière et à la souffrance endurée par chaque être humain qui perd justement son humanité lorsqu’il est asservi par le travail et assimilé aux machines ou aux animaux.

La conquête législative du repos hebdomadaire : l’exemple de la Suisse et de Genève

  • 19 Quatorze congrès dominicaux ont eu lieu entre 1876 et 1915 : Genève 1876, Berne 1879, Paris 1881, (...)

14La conquête législative du repos hebdomadaire a été soutenue en Europe lors de congrès internationaux qui créent une certaine émulation entre leurs différents membres et permettent de faire circuler les informations quant à la meilleure manière d’obtenir les résultats escomptés. Dès le congrès fondateur de la FIPOD en 1876, des congrès dominicaux sont régulièrement organisés soit directement par le comité exécutif de la fédération soit par le biais de comités ad hoc lors des expositions universelles ou internationales dans le cadre desquelles ils ont souvent lieu19. Les débats quant aux fondements du repos et à sa destination suscités par les promoteurs du repos dominical s’inscrivent aussi dans les politiques patronales et syndicales liées à la protection générale des ouvriers, et plus précisément dans l’évolution progressive de la diminution du temps de travail hebdomadaire.

Premières législations fédérales

15Examinons la conquête législative du repos hebdomadaire en Suisse. Les premiers efforts des membres du mouvement associatif dominical se sont naturellement portés vers la législation de leur propre pays, d’autant plus que les autorités fédérales se sont laissées convaincre de leurs responsabilités. Pour eux, la Suisse offre un modèle que peuvent suivre les autres pays européens (continentaux). Avec sa justification socioéconomique, la législation fédérale apparaît avant-gardiste. Son exemple est donc proposé à ceux qui refusent de suivre le modèle britannique en voulant dépasser l’argumentaire religieux.

16Les premiers secteurs visés sont ceux où les abus sont les plus criants : l’industrie, les compagnies de transport ainsi que les autres services publics ou semi-publics (télégraphes et postes). La SPSD entreprend un lobbying constant auprès des chefs d’entreprise et des puissantes compagnies de chemins de fer pour les persuader d’octroyer un repos réparateur à leurs employés, mais aussi et surtout auprès des autorités civiles, fédérales et cantonales.

17Les premières législations protectrices au niveau fédéral sont adoptées dans la décennie 1870 : en 1872, tous les employés des entreprises de transport exploitées ou concédées par la Confédération (chemins de fer, bateaux à vapeur, postes etc.) ont au moins un dimanche libre sur trois ; en 1874, la même disposition est aussi destinée aux employés des postes et télégraphes, tandis que des restrictions d’ouverture des bureaux et guichets ainsi que des distributions à domicile sont prévues par la loi. Dans ces domaines, une double pression a été exercée sur les autorités (l’intervention de l’État est d’ailleurs facilement justifiable puisque ce dernier est soit directement le patron, soit octroie des concessions à des entrepreneurs privés) et sur l’opinion publique, c’est-à-dire sur les usagers (que l’on ne nomme pas encore consommateurs) afin qu’ils prennent conscience des conséquences pour autrui de leur comportement individuel, qu’ils renoncent à utiliser les chemins de fer et la poste le dimanche. Pour les philanthropes chrétiens, les abus dans ces domaines sont d’autant plus intolérables qu’ils sont perpétrés pour des raisons discutables, liées à des exigences de confort et de plaisir de la population et non pour des impératifs économiques.

18Ces législations concourent à l’évolution du rôle de l’État puisqu’elles reconnaissent sa responsabilité envers la classe ouvrière en tant qu’employeur, mais aussi son rôle de régulateur envers les appétits commerciaux privés, en l’occurrence des « barons des chemins de fer ». Mais l’enjeu dépasse les frontières nationales. Les membres du mouvement associatif dominical ont rapidement compris cet impératif. Le réseau européen de son fondateur, renforcé par la création de sa Fédération internationale en 1876, a été utilisé pour convaincre les gouvernements voisins. On retrouve d’ailleurs Alexandre Lombard lors de la première conférence internationale pour unifier le droit concernant les transports par chemins de fer qui a lieu à Berne en 1878 et qui lance les bases d’une Europe des chemins de fer.

  • 20 Ce tournant est symboliquement d’autant plus fort que cette loi, suite au référendum lancé par ses (...)
  • 21 La définition des fabriques selon cette loi laisse une certaine marge d’interprétation : « tout ét (...)
  • 22 Pour la position du Conseil fédéral et des Chambres, cf. « Message du Conseil fédéral à la haute A (...)

19Troisième disposition fédérale à propos du repos hebdomadaire de la décennie 1870 : la loi concernant le travail dans les fabriques du 23 mars 1877 qui marque un tournant important en Suisse dans le domaine de la protection des travailleurs20. Son article 14 interdit le travail le dimanche (sauf cas d’absolue nécessité, et dans ce cas-là, l’ouvrier bénéficie d’un dimanche libre sur deux) dans tous les établissements considérés comme fabrique21. Initiateur de cette loi, le Conseil fédéral justifie sa démarche au nom d’un double idéal, philanthropique et démocratique. La solution à la question sociale est ainsi présentée comme une priorité et une nécessité pour un État démocratique qui se voit ainsi obligé de tempérer le libéralisme économique. Le rôle de l’État comme père protecteur est ainsi clairement affirmé, de même que l’obligation de supprimer les causes d’inégalité sociale (notamment l’exploitation de l’homme par l’homme) qui menace l’égalité politique, base de l’État démocratique22. Pour les promoteurs du repos dominical, cette loi est présentée comme une charnière dans leur lutte car il s’agit non seulement d’une reconnaissance légale de ce repos, sanctionnée positivement par une votation populaire, mais aussi de la victoire de l’idéal humanitaire promu par ce réseau associatif sur laquelle il peut désormais s’appuyer pour étendre les conquêtes législatives, également à l’étranger. L’argumentation socioéconomique laïque s’est donc imposée face au discours traditionnel religieux.

20Mais il va sans dire que l’application des lois fédérales, malgré la mise en place d’inspecteurs fédéraux, sera difficile, si bien que de nouveaux combats seront menés pour veiller à leur respect. L’effort portera aussi sur l’extension des dispositions à ceux qui n’en sont pas encore bénéficiaires, puis sur l’allongement de la durée du repos (notamment par le repos hebdomadaire du samedi après-midi, garanti au niveau fédéral dès 1905).

Réglementation du commerce

21Une fois les premiers résultats obtenus dans le domaine des transports et de l’industrie, l’attention se porte sur le commerce et l’obtention d’une loi générale offrant à tous les employés un repos hebdomadaire. En Suisse, le commerce est régi directement par les cantons. Examinons l’exemple de Genève. Le choix de cette ville est motivé par deux raisons : il est vrai qu’étant le berceau de la Société et Fédération internationale pour l’observation du dimanche, ses membres se sont particulièrement investis dans l’amélioration de la législation cantonale, mais surtout, Genève offre la possibilité d’analyser une particularité du mouvement associatif dominical, la collaboration entre forces divergentes et a priori antagonistes, c’est-à-dire entre philanthropes chrétiens et hommes de gauche. En effet, l’association philanthropique appelle ouvertement à une collaboration active avec toutes les forces qui luttent pour le repos hebdomadaire, c’est-à-dire autant avec les syndicats naissants qu’avec les membres des partis socialistes, malgré leurs différends sur les méthodes employées ainsi que sur le sens et l’emploi du repos souhaité.

  • 23 Dans la première moitié du xixe siècle, la législation genevoise qui protège surtout les heures de (...)
  • 24 La Ligue sociale d’acheteurs fondée à Paris en 1902 est accueillie avec joie par la Société et féd (...)

22Le secteur du commerce est assurément au xixe siècle le domaine où le travail continu est le plus la règle, sans que cela soit considéré comme abusif. Hormis quelques commerçants qui fermaient toute la journée par principe religieux, l’ouverture complète ou fractionnée des commerces a été la norme durant tout ce siècle, surtout dans les quartiers ouvriers où la paie du samedi soir ou du dimanche matin était attendue pour faire les achats23. Le dimanche matin était en outre également un jour de livraisons aux particuliers, non seulement des denrées périssables comme le pain ou les pâtisseries, mais aussi de produits d’usage courant comme le combustible ou d’articles spécialement destinés aux jours de fête comme les vêtements. Plutôt que de recourir aux autorités qui ont beaucoup de réticences à légiférer dans ce domaine, la SPSD entreprend de nombreuses démarches directement auprès du patronat, ainsi qu’auprès de la clientèle, initiant le mouvement de consommation engagée qui prend son essor au tournant du siècle24. Mais des conflits sociaux éclatent dans la dernière décennie du siècle qui obligent l’association bourgeoise d’origine protestante à s’engager d’une manière plus radicale.

  • 25 Cf. Lathion (2007), p. 487-495.

23Deux conflits marquent profondément son action : celui des coiffeurs et celui des charbonniers qui éclatent à Genève en 189325. Non seulement une collaboration s’engage entre la section genevoise de la FIPOD et les syndicats ouvriers respectifs, mais la première leur offre une aide financière et logistique par le biais de son secrétaire (un pasteur qui s’engage personnellement dans l’un des syndicats), collabore aussi avec l’organe syndical faîtier – la Fédération ouvrière, bête noire du patronat genevois –, lance et soutient même un boycottage et une mise à l’index des patrons récalcitrants aux négociations en cours. L’association dominicale demande ainsi à ses adhérents, issus majoritairement de la haute bourgeoisie, de soutenir l’action de la Fédération ouvrière, quelles que soient les méthodes employées, c’est-à-dire même en cas de grève. Celle-ci est finalement évitée, mais l’action de cette association philanthropique fondée sur un idéal conservateur d’ordre social, moral et religieux doit désormais être vue sous un autre angle, d’autant plus que malgré ces collaborations, elle a su maintenir le dialogue et la coopération avec les syndicats patronaux.

  • 26 Loi genevoise sur le repos hebdomadaire du 1er juin 1904.

24Quelques années plus tard, la loi genevoise sur le repos hebdomadaire (octroyant à tous les employés du commerce et de l’industrie qui ne sont pas au bénéfice de la loi fédérale sur le travail dans les fabriques un jour entier de repos hebdomadaire qui doit correspondre au moins une semaine sur deux à un dimanche)26 verra le jour grâce aux efforts conjoints de la SPSD avec l’ensemble des syndicats, ainsi, qu’au sein du Parlement genevois, de l’alliance à priori contre-nature entre les bourgeois moralistes du Groupe national et les députés du parti socialiste (dont certains sont membres du gouvernement cantonal). Malgré les divergences à propos de la signification du repos et de son instrumentalisation idéologique, ils ont su se rejoindre dans un idéal social et moral commun : la défense de la santé et du bien-être des travailleurs, ainsi que la protection de la vie de famille.

L’emploi du temps libéré : question sociale et question morale

25La conquête du repos du dimanche a engendré une préoccupation sur l’emploi du temps libéré. Ses défenseurs chrétiens ne se contentent pas d’entreprendre une œuvre de prosélytisme afin que ce repos soit dévolu à Dieu ; ils ne se limitent pas non plus à une action philanthropique par laquelle le repos permet la restauration des forces des travailleurs et est consacré à la vie de famille, aux divertissements et aux loisirs naissants. Cette réflexion s’inscrit dans une problématique plus vaste, celle de la question sociale vue sous son angle moral. Contribuer au repos et à la sanctification du dimanche signifie pour ses défenseurs autant œuvrer pour l’évangélisation de la société que pour sa moralisation. Le dimanche devient la clef de voûte de cette moralisation puisque s’il est un « bon dimanche », un « dimanche sanctifié », il solutionne plusieurs préoccupations des moralistes, en particulier celles liées à l’alcool et à la famille, et il donne un sens à la société et à la nation.

  • 27 SPSD, Cinquième assemblée générale de la SPSD tenue au temple de l’Auditoire le 16 juin 1868, p. 1 (...)
  • 28 Selon Lombard (1879), p. 9.

26Dans le cadre du projet de moralisation et d’évangélisation de la société par le biais de l’œuvre dominicale, le fléau alcoolique, et surtout l’alcoolisme publique, est au centre des préoccupations puisqu’il domine la question de l’emploi du repos et par là conditionne la lutte pour octroyer à tous un repos hebdomadaire. Cette question prend même une acuité particulière puisque la SPSD a dès son origine essuyé des critiques sur le bien-fondé de son combat si le repos est « mal employé » et s’il renforce le fléau de l’alcoolisme27. Au contraire, l’éradication de ce dernier paraît pour les défenseurs du dimanche comme la solution à de nombreux problèmes connexes. Le fléau alcoolique est alors présenté comme responsable de la ruine de la vie de famille, de la profanation du dimanche religieux et de la déchéance de la société par le biais de certains de ses membres. Associée à une évangélisation des anciens buveurs, la disparition de l’alcoolisme dominical contribuerait à la moralisation de la société et serait indispensable à ce que l’idéal dominical, basé sur les deux piliers de la famille et de la religion, puisse être réalisé. Si l’ouvrier échappe à ce fléau, alors il pourra être « rendu à sa famille »28 et ensemble, ils pourront utiliser leur temps libre selon le modèle de la famille chrétienne diffusé par les associations dominicales.

  • 29 Selon ce modèle, une famille chrétienne doit revêtir ses plus beaux vêtements en signe de fête et (...)

27Ce modèle propose trois types d’activités : religieuses, familiales et philanthropiques29. Sa figure centrale est l’épouse et mère de famille, comme gardienne de la religion, de la moralisation de la famille et, par là, de la société. Le rôle attribué au repos et à la sanctification du dimanche par leurs défenseurs à propos de la survie et de la stabilité de l’institution de la famille ouvre leur réflexion sur la question de la société et de la prospérité des nations.

28Selon eux, en effet, le progrès et la civilisation chrétienne dépendent du dimanche sanctifié et sa sauvegarde est la condition indispensable au salut de la société et de la nation. La conquête du repos hebdomadaire – par un bon équilibre entre le temps pour le travail et le temps pour le repos – et la reconquête de son utilisation chrétienne deviennent ainsi une panacée aux maux de la société moderne et de la civilisation chrétienne jugée en déliquescence. L’œuvre d’évangélisation par le biais du progrès de l’institution du dimanche n’est cependant pas exempte d’une instrumentalisation par ses militants : il ne s’agit pas seulement de mener à bien la reconquête chrétienne, mais aussi d’assurer la paix sociale, la pacification des classes sociales qui ne peut se réaliser que si le christianisme est sauvegardé et progresse. La lutte en faveur du dimanche sanctifié, comme solution à la déchristianisation, apparaît ainsi comme une barrière au péril révolutionnaire et à l’effondrement de l’ordre social. Même si le combat mené par le mouvement dominical au nom de la conservation de l’ordre social existant peut donc s’analyser comme un combat désespéré relevant d’un fort conservatisme politique, il coexiste aussi avec un idéal chrétien égalitaire qui s’exprimerait par le biais du dimanche, faisant preuve d’une vision progressiste de la société et d’une volonté d’assurer le bien-être de l’ensemble des classes sociales dont les barrières s’évanouiraient le jour du Seigneur, devant Dieu.

29Par le débat sur l’utilisation du repos, nous pouvons donc mettre en évidence l’articulation entre la question sociale et la question morale, laquelle est l’une des caractéristiques de la réflexion d’une certaine élite du xixe siècle qui se soucie autant de trouver une solution au paupérisme, de cadrer les masses de la classe ouvrière que de réfléchir sur le fait religieux, de donner une signification chrétienne à son engagement social, et d’œuvrer à la moralisation et à l’évangélisation de la société. De même, la conquête du repos dominical et son contrôle se trouvent à la charnière des différentes questions de moralisation de la société qui se posent alors à cette élite. Le bon équilibre entre le temps pour le travail et celui pour le repos, le « bon emploi » des deux doivent donc permettre la résolution de la question sociale, ainsi que la réalisation de la prospérité économique et morale des nations.

Conclusion

  • 30 Ce rôle apparaît même comme identitaire pour les milieux patronaux protestants français du début d (...)

30Travail et repos : une réponse à la « question sociale » au xixe siècle : en nous interrogeant sur cette double problématique par le biais de l’action philanthropique du mouvement associatif dominical, nous avons voulu poser la question de l’engagement des philanthropes chrétiens, et en particulier protestants, dans la résolution de la question sociale, ainsi que celle de leur rôle dans le cadre de la régulation et de la réglementation du monde du travail au xixe siècle30. La position des défenseurs du dimanche chrétien est digne d’intérêt, notamment leur va-et-vient entre une approche conservatrice (préservation de l’ordre social, consolidation de l’église, contrôle social, moral et religieux de l’ensemble de la population) et une ambition réformiste, avantgardiste (réforme sociale et morale, préoccupation du bien-être de l’homme, des ouvriers, défense des déshérités, réalisation le dimanche de l’égalité entre les êtres humains, les citoyens, résolution de la question sociale, élaboration d’États sociaux). Cette ambiguïté s’est concrétisée dans les liens complexes que la philanthropie a tissés avec les forces progressistes de la société. Par ailleurs, la croisade du repos hebdomadaire et la réflexion à son propos ont engendré un glissement sur les thèmes travail et repos d’une argumentation religieuse à un discours socioéconomique.

31Au début du xxe siècle, le débat peut sembler clos. En effet, la majorité des pays européens dispose désormais d’une législation protectrice en matière de repos hebdomadaire fondée sur des arguments socioéconomiques laïcs ; l’ensemble de ces lois forme ainsi une pièce du puzzle de chaque État social (ou État-providence) qui se met progressivement en place. La France, par exemple, garantit par la loi du 13 juillet 1906 un repos hebdomadaire de vingt-quatre heures le dimanche. Même si de nombreuses exceptions ou dérogations existent (notamment pour déplacer tout ou une partie du repos dominical) ou que des catégories d’employés ne sont toujours pas bénéficiaires de ces législations (la loi française exclut les cheminots, les ouvriers agricoles et les domestiques), le droit au repos et sa garantie législative ne sont plus remis en question par rapport au droit au travail, que ce soit dans le cadre du repos de fin de semaine, ou de la diminution globale du temps de travail. Avec l’avènement des loisirs, la question « travail et repos » prend une nouvelle perspective. Le triomphe de la civilisation des loisirs et le raz-de-marée de la laïcisation de la société durant le xxe siècle renforcent cette évolution.

  • 31 Sur cet argumentaire, cf. Beck (1997), p. 369-371.

32Aujourd’hui, la répartition du travail et du repos reste toujours sujette à polémique, que ce soit dans la durée du travail hebdomadaire ou dans l’existence du repos dominical. Ce dernier invite du reste à réfléchir sur la place du travail, du repos et des loisirs dans notre société, à redéfinir la signification, l’emploi et le déroulement des temps travaillés et libres, à considérer la justification du repos hebdomadaire fixé au dimanche dans une société sécularisée. Pour certains, même si les limites temporelles traditionnelles entre travail et temps libre tendent à s’effacer, le dimanche devrait s’imposer durablement comme le noyau dur d’un bloc de temps libre au sein du « temps choisi » de la civilisation des loisirs, et par là confirmer l’essence laïque de sa protection législative31. Pour d’autres cependant, le repos dominical, surtout dans le commerce, n’a plus de raison d’être. Il entraverait la liberté de ceux qui bénéficient d’un repos, et le dimanche devrait ressembler au samedi. Mais cette vision consumériste des loisirs du plus grand nombre, qui ouvre la brèche du travail dominical pour tous, entraîne toujours de fortes résistances. Actuellement en France, le projet de libéraliser davantage le travail dominical suscite en effet les réticences de ceux qui refusent de mettre en péril le repos dominical pour tous, prouvant ainsi la force de ce dernier. Dans ce débat, les enjeux historiques du repos dominical sont néanmoins souvent mésestimés.

Notes

1 Sur ce mouvement associatif, cf. notre thèse de doctorat, Un Dimanche pour Dieu ou pour l’homme ? Une croisade philanthropique et religieuse pour la défense du dimanche chrétien. Modèles et pratiques aux xixe et début du xxe siècles, soutenue en novembre 2007 à l’université de Genève. Nous reportons à notre thèse pour les questions de méthodologie, de bibliographie et de sources utilisées, mais non mentionnées ci-dessous, en particulier à propos des archives de ce mouvement associatif, le fonds Alexandre Lombard conservé à Genève.

2 Sur la position complexe des théoriciens socialistes à propos du loisir, cf. Garrigou (1983).

3 Guedj (1997).

4 Lafargue (1880). Pour une analyse de cet ouvrage, cf. Beck (1997), p. 292-293.

5 L’exposé des principes de la SPSD et de la FIPOD s’appuie sur trois textes bibliques : « Dieu bénit le septième jour et le sanctifia » (Genèse II, 3), « Souviens-toi du jour du repos pour le sanctifier » (Exode XX, 8) et « Le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat » (Marc II, 27).

6 Farre (1869).

7 Sur ce concours, cf. Lathion (2007), p. 272-277 et 697.

8 Cf. Niemeyer (1876), Haegler (1879 et 1889).

9 Beck (2004).

10 Terme communément employé dans les ouvrages présentant la question du dimanche au point de vue hygiénique.

11 Lombard (1869), p. 24.

12 Un discours de Jules Simon (1814-1896) sur ce thème est d’ailleurs utilisé par Lombard dans son ouvrage cité supra. Simon fera partie de la Ligue populaire pour le repos du dimanche en France, organisation laïque créée sur l’impulsion de la FIPOD à l’issue du Congrès international du repos hebdomadaire au point de vue hygiénique et social organisé en 1889 dans le cadre de l’Exposition universelle.

13 Cheysson (1910).

14 Horne (1998). Le Musée social est une institution fondée en 1894 par le comte de Chambrun et vouée à l’étude de la question sociale et à la promotion de la réforme sociale. Ses réseaux hétérogènes regroupent des le playsiens, des catholiques et protestants sociaux ainsi que des adeptes du solidarisme : cf. Horne (2002) et Chambelland (1998).

15 Lombard (1869).

16 Citons en exemple la législation genevoise qui ordonne en 1817 aux commerces d’être fermés le dimanche à l’exception de certaines boutiques et auberges dont l’interdiction porte seulement sur les heures des services religieux. À partir de 1823, les exceptions se multiplient et leurs horaires diffèrent : une pharmacie peut être ouverte toute la journée, une pâtisserie doit être fermée lors des services divins, une charcuterie à partir de 9 h, une boutique d’« objets en confiturerie » peut ouvrir avant 9 h et après 16 h, etc. : Cf. Lathion (2007), p. 665-671. Tombée en désuétude, cette législation est abolie en 1869. La France connaît la même évolution en ce domaine : cf. Beck (1997), p. 267-269.

17 Ami du dimanche, juillet 1907.

18 Sur la loi du 13 juillet 1906 et son application, cf. Beck (1997), p. 309-326.

19 Quatorze congrès dominicaux ont eu lieu entre 1876 et 1915 : Genève 1876, Berne 1879, Paris 1881, Bruxelles 1885, Paris 1889, Stuttgart 1892, Chicago 1893, Bruxelles 1897, Paris 1900, Saint-Louis (USA) 1904, Milan 1906, Francfort 1907, Édimbourg 1908 et San Francisco 1915. Cf. Lathion (2007), p. 231-244 et p. 691-692.

20 Ce tournant est symboliquement d’autant plus fort que cette loi, suite au référendum lancé par ses opposants, est acceptée par le peuple le 21 octobre 1877.

21 La définition des fabriques selon cette loi laisse une certaine marge d’interprétation : « tout établissement industriel où un nombre plus ou moins considérable d’ouvriers sont occupés simultanément et régulièrement, hors de leur demeure et dans un local fermé » (art. 1). Les ouvriers travaillant sur les chantiers à l’extérieur ne sont donc pas protégés par la loi, de même que ceux travaillant à la pièce chez eux, ou ceux des petits ateliers et industries. Bien qu’il soit prévu que ce soit le Conseil fédéral qui se prononce en dernier recours pour fixer, en cas de litige, les établissements régis par la loi, la situation diffère selon les secteurs industriels et les cantons ; mais aucun atelier de moins de cinq ouvriers n’est concerné par la loi.

22 Pour la position du Conseil fédéral et des Chambres, cf. « Message du Conseil fédéral à la haute Assemblée fédérale concernant le projet de loi sur le travail dans les fabriques. Du 6 décembre 1875 », dans Feuille fédérale suisse, « Rapport de la minorité de la Commission du Conseil des États au sujet de la loi sur les fabriques. Du 23 novembre 1876 », ibid., « Rapport de la majorité du Conseil des États au sujet de la loi sur les fabriques. Du 30 novembre 1876 », ibid. Pour l’ensemble des débats au sein de l’Assemblée fédérale, cf. leurs comptes rendus publiés dans le Journal de Genève de juin 1876, décembre 1876 et mars 1877.

23 Dans la première moitié du xixe siècle, la législation genevoise qui protège surtout les heures des services religieux et fait des distinctions selon les types de commerces est mal appliquée, puis tombe en désuétude. En 1869, l’interdiction du travail en public le dimanche est abrogée.

24 La Ligue sociale d’acheteurs fondée à Paris en 1902 est accueillie avec joie par la Société et fédération internationale pour l’observation du dimanche. Une ligue genevoise est aussi fondée. Sur la ligue française, cf. Chessel (2008).

25 Cf. Lathion (2007), p. 487-495.

26 Loi genevoise sur le repos hebdomadaire du 1er juin 1904.

27 SPSD, Cinquième assemblée générale de la SPSD tenue au temple de l’Auditoire le 16 juin 1868, p. 17-18.

28 Selon Lombard (1879), p. 9.

29 Selon ce modèle, une famille chrétienne doit revêtir ses plus beaux vêtements en signe de fête et se rendre à l’église. Le repas familial doit être simple (si possible froid ou fort simplifié pour éviter du travail à la mère de famille ou aux domestiques), puis l’après-midi est consacré aux délassements familiaux : promenade à la campagne avec un goûter pris dans un panier (ou halte dans une ferme pour y boire du lait), afin d’éviter d’aller se rafraîchir dans un établissement public, et visite aux isolés auxquels on peut lire la Bible. Ainsi le besoin de se délasser est associé à celui, pour les citadins, de sortir de la ville, et surtout à une activité philanthropique et donc chrétienne. La fin de l’après-midi diffère selon le degré de pratique religieuse des auteurs. Pour les plus fervents, il faut rentrer de promenade à temps pour participer au second service religieux de la journée. Pour les autres, la veillée est consacrée à des lectures et discussions de préférence religieuses, puis se termine par un culte de famille. Ce modèle est diffusé dans une multitude d’ouvrages édifiants proposant des tableaux du « bon dimanche chrétien » : cf. par exemple, Bonnaffé (1885), Bost (1884) et Lemaître (1872). Pour une liste plus complète, cf. la bibliographie de Lathion (2007).

30 Ce rôle apparaît même comme identitaire pour les milieux patronaux protestants français du début de la IIIe République. Dépassant le libéralisme économique, ils « luttent pour une certaine intervention de l’État dans la protection des travailleurs et développent l’idée que le patron doit à l’ouvrier “plus que le salaire” ». Les nombreuses œuvres de bienfaisance qu’ils créent, reflet du paternalisme, leur auraient de surcroît assuré un préjugé favorable au sein de la classe ouvrière. Cf. Wolff & Encrevé (2001), p. 126-127. Pour un exemple de la justification protestante de l’action sociale et patronale (notamment dans le domaine du logement ouvrier), cf. Ardaillou (1998).

31 Sur cet argumentaire, cf. Beck (1997), p. 369-371.

Auteur

Université de Genève (Suisse),
Unité d’histoire contemporaine.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540