Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail en question, XVIIIe-XXe siècles

 | 
Christophe Lavialle

Les réformateurs sociaux

Briaune et la question des travailleurs agricoles en 1848

Jean-Pascal Simonin

Texte intégral

  • 1 Briaune, premier professeur d’économie rurale en France, est l’auteur d’une œuvre économique et ag (...)
  • 2 Briaune (1845).

1La question salariale occupe peu de place dans l’œuvre économique de Jean-Edmond Briaune1 essentiellement consacrée aux marchés des produits agricoles. Homme d’ordre mais épris de justice sociale, il ne fut cependant pas insensible à la misère des travailleurs agricoles de son département. La baisse considérable de leur salaire réel à partir de 1842 ainsi que l’effervescence politique qui suit la Révolution de 1848 l’amènent à réfléchir sur les moyens d’améliorer la situation de ces travailleurs. En dehors d’une expérience d’amélioration de l’alimentation rurale2, ses propositions figurent dans deux textes : en 1849, dans l’Almanach du cultivateur et du vigneron dont il est le rédacteur, il préconise des relations paternalistes entre exploitants agricoles et salariés ; dans un rapport écrit en 1848 et publié en 1850, analysant des problèmes analogues à ceux qui ont motivé le développement de l’aide aux pauvres à la fin du xviiie siècle en Angleterre, il va plus loin en proposant la mise en œuvre d’un nouveau type de rémunération.

La misère des travailleurs agricoles de l’Indre à la fin de la Monarchie de Juillet

2Le niveau de vie des travailleurs agricoles de l’Indre baisse considérablement à la fin de la Monarchie de Juillet. Déjà, en 1838, Louis Moll, professeur d’agriculture au conservatoire des Arts-et-Métiers, signale la faiblesse des salaires :

  • 3 Moll (1838), p. 10.

Le salaire des journaliers et celui des domestiques est [sic] ici fort bas. Les hommes se paient 75 c. à 1 fr. en hiver, 1 fr. en été et 1 fr. 25 c. pendant la moisson, sans nourriture ; lorsqu’on les nourrit, on leur retranche de 25 à 30 c. Les femmes se paient 50, 60 et 75 cent. […] Les domestiques se paient, suivant leur âge et leurs fonctions, de 80 à 200 fr. On leur donne ordinairement, outre l’argent, quelques effets, comme une chemise, une paire de souliers, etc., […]. Les servantes et bergères reçoivent de 50 à 130 fr., et pareillement quelques effets.3

  • 4 Gras (1976), p. 406.
  • 5 Gras (1976), p. 407-408.

3En plus de la faiblesse du salaire, la différence de rémunération des journaliers entre l’hiver et la moisson peut aller jusqu’aux deux tiers. Cette amplitude de l’écart, entre le minimum de février et le maximum de l’été, se retrouve sur le graphique 1 qui décrit l’évolution au cours de l’année du salaire moyen du journalier sur la période 1842-1852. Il faut aussi tenir compte d’une période de chômage pendant l’hiver : en année normale, de 50 à 70 jours dans les arrondissements de Châteauroux et d’Issoudun et de 90 à 100 jours dans les arrondissements de La Châtre et du Blanc selon l’enquête de 18524. Lors des mauvaises récoltes, la période de chômage est plus longue, par exemple de novembre à janvier pendant l’hiver 1846-1847 marqué aussi par un effondrement du salaire nominal5. De plus, le recours à cette main-d’œuvre est instable :

  • 6 Demesmay (1859), p. 416.

Quant aux journaliers […] on les loue le matin, on les congédie le soir ; et le lendemain, si on en a encore besoin, on va sur la place publique, où les bras appartiennent au plus offrant et dernier enchérisseur.6

  • 7 Savary (1847), p. 35.
  • 8 Gras (1976), p. 411-413.

4En 1847 au lendemain des troubles de Buzançais, un propriétaire de l’Indre, Louis Savary comte de Lancosme-Brèves, écrit que les ouvriers agricoles de l’Indre sont « bien plus malheureux souvent que les hommes condamnés à la prison ou au bagne »7. Gras calcule que, même en année de récolte normale, le journalier qui n’a pas d’autres ressources ne peut pas assurer les dépenses de sa famille8.

Graphique 1. Évolution moyenne au cours de l’année du salaire nominal du journalier de l’Indre de 1842 à 1852, base 100 avril-mai
[Source : Gras (1976), p. 409].

Graphique 2. Évolutions du salaire nominal du journalier de l’Indre et du prix de l’hectolitre de blé de 1842 à 1852
[Source : Gras (1976), p. 409].

  • 9 George Sand, Correspondance, Paris, Garnier, t. VII, 1970, VII, p. 610.

5La période est marquée par la baisse des salaires nominaux et réels. Selon le graphique 2, le salaire nominal diminue de 1 fr. 45 c. environ en 1842 à moins de 1 fr. 30 c. en 1847 puis un peu plus de 1 fr. 10 c. en 1850. Si en dehors de la cherté de 1846-1847, salaire et prix du blé varient dans la même direction, au cours de la cherté la hausse du prix du blé s’accompagne d’une chute du salaire nominal. Ainsi, George Sand note dans une lettre du 5 février 1847 qui relate les émeutes de Buzançais : « savez-vous que beaucoup d’industriels […] font travailler au rabais, profitant de ce que le désespoir et l’indigence extrême font accepter à ces malheureux sous par jour ? »9.

  • 10 Smith (1776), I, p. 145.
  • 11 Malheureusement, Gras n’explicite pas la méthode de calcul de ce salaire réel.

6Cette phrase évoque les évolutions opposées du prix du blé et du salaire. En 1776, Adam Smith10 note d’une part que les salaires sont relativement rigides face aux variations du prix des denrées et d’autre part qu’ils sont plus élevés en été alors que les dépenses de subsistance (notamment chauffage) sont plus élevées en hiver. Ce dernier schéma peut très bien se retrouver dans l’Indre mais ne peut pas être relié au mouvement saisonnier moyen du prix du blé : sur la période 1842-1852, ce prix est faible en hiver lorsque le salaire nominal est faible, le problème apparaissant au printemps lorsque le pic du prix du blé devance celui des salaires (tableau 1). Cependant les années 1846-1847 n’obéissent pas à ce schéma car le prix du blé augmente dès l’hiver 1846-1847 (tableau 2), ce qui pose problème compte tenu de l’évolution saisonnière du salaire. Par ailleurs, le graphique 2 montre que, sur ces deux années, le prix du blé est fortement croissant alors que le salaire nominal s’effondre. Cette chute du niveau de vie est confirmée par Gras qui calcule l’évolution du salaire réel11 moyen du journalier présentée par le tableau 3.

  • 12 Pour le récit des émeutes dans leur contexte politique, économique et social, cf. Gras (1976). Pou (...)

7Tous ces éléments expliquent les jacqueries de 1847. Elles débutent à Buzançais le 13 janvier 1847 par un arraisonnement de charrettes de grains qui dégénère le 14 janvier en pillage des bourgeois de la ville. L’un deux tue un émeutier avant d’être massacré. Les jours suivants, l’émeute s’étend dans l’ouest de l’Indre, sous forme de désordres sur les marchés, réquisition de grains et fixation d’un prix maximum, pillages de châteaux et destructions de matériel agricole (charrues et batteuses) et de moulins. L’ordre est rétabli par l’armée, à Buzançais les 16 et 17 janvier puis dans les campagnes éloignées. Le procès des émeutiers s’ouvre le 25 février et, le 4 mars, la cour d’assises de l’Indre condamne à mort trois d’entre eux, guillotinés le 16 avril à Buzançais, tandis qu’une vingtaine d’autres sont condamnés aux travaux forcés 1212.

Tableau 1. Prix moyen de l’hectolitre de blé (fr, c.) au cours de l’année de 1842 à 1852 sur le marché de Châteauroux (Indre)
[Calculs de l’auteur à partir de Drame & alii (1991), p. 168].

Tableau 2. Prix de l’hectolitre de blé (fr, c.) au cours de l’année récolte 1846-1847 sur le marché de Châteauroux (Indre).
[Calculs de l’auteur à partir de Drame & alii (1991), p. 168].

Tableau 3. Évolution du salaire réel moyen du journalier de l’Indre de 1842 à 1852.
[Source : Gras (1976), p. 410].

  • 13 Le 8 avril 1848, suite à un conflit avec le maire d’Écueillé pendant les émeutes de 1847, Briaune (...)

8Concerné par ces troubles en tant que juge de paix du canton d’Écueillé, Briaune est aussi impliqué dans les événements de 184813. Sa confrontation à la misère rurale l’amène à réfléchir sur les moyens d’aider les travailleurs agricoles. Ses contributions vont d’une simple vision paternaliste des relations salariales à une réflexion sur les moyens de sortir les salariés de la misère, notamment en changeant le mode de rémunération du travail agricole.

Une vision paternaliste des obligations de l’exploitant agricole envers ses salariés

  • 14 L’octroi est accusé d’augmenter le coût de la vie à Paris. Pour Briaune, cette hausse se répercute (...)

9À la fin de 1849, dans l’Almanach du cultivateur et du vigneron, dont l’éditeur Pagnerre lui a confié la responsabilité, Briaune fait le bilan des actions gouvernementales en faveur de l’agriculture depuis la Révolution de 1848 : création d’une école d’administration avec des chaires d’agriculture, abolition de l’octroi14 à Paris, mise en place du crédit agricole, suppression de l’impôt sur le sel, création de l’Institut national d’agronomie :

  • 15 Briaune (1849), p. 159-160.

Ce n’est pas la faute du gouvernement si de ces projets les uns étaient impraticables, les autres inopportuns. […] Mais il faut reconnaître que si les questions spéciales à une industrie peuvent avoir sur son développement une influence, la cause la plus puissante de sa prospérité tient aux principes généraux de l’ordre social. Le premier besoin de l’agriculture est la sécurité et la foi dans l’avenir. Ses opérations les plus rapprochées ne durent guère moins d’un an, beaucoup d’entre elles exigent la longueur d’un bail, et quelques-unes même ne peuvent être achevées pendant la vie d’un homme. Le jour que la possession est troublée par une cause ou par une autre, les opérations se restreignent, et celles mêmes qui continuent ne reçoivent souvent qu’une préparation incomplète. L’agriculture est donc plus que toute autre industrie, intéressée à l’ordre et à la stabilité.15

10Un des moyens d’obtenir l’ordre et de la stabilité est d’assurer la paix sociale dans les campagnes en amenant les propriétaires à aider leurs salariés :

  • 16 Ibid., p. 160.

Dans une société démocratique comme la nôtre, c’est bien moins la forme politique que les considérations sociales qui les [l’ordre et la stabilité] peuvent maintenir. L’agriculteur doit donc faire tous ses efforts pour rendre la vie facile à ceux qui coopèrent à ses travaux. Il est une foule de petits services que le propriétaire et le fermier peuvent rendre aux ouvriers qui l’entourent : de légers prêts, des secours dans leurs maladies, dans celles de leurs animaux, une participation dans le résultat de quelques récoltes. Tous ces faits réunissent le riche et le pauvre, le patron et l’ouvrier dans une même famille. Sans doute on trouve des ingrats, mais ce n’est pas la reconnaissance qu’il faut chercher, c’est l’habitude, c’est le contentement de sa position qu’elle fait naître.16

11Ce paternalisme s’inscrit dans l’affirmation d’une solidarité entre les industries et entre les classes sociales, le travail ne pouvant gagner qu’au détriment des autres catégories sociales :

  • 17 Ibid.

Mais ce n’est pas seulement autour de soi qu’il faut agir, il faut coopérer partout et toujours à la paix publique. L’individualisme, qui divise déjà trop les voisins divise peut-être plus profondément les diverses branches de l’industrie. Le commerce ne croit profiter qu’aux dépens des manufactures, celles-ci aux dépens de l’agriculture, et le travail aux dépens de tous. Erreur qui nous conduit à la haine et à l’abîme. Toutes les industries sont reliées ensemble, et les souffrances de l’une réagissent tôt ou tard sur les autres.17

12Briaune est attaché à ses recommandations. Cet Almanach ayant été accusé à la fin de 1849 de propager le communisme, Briaune le défend dans l’Almanach suivant. Il insiste sur l’importance des idées énoncées en 1849 et reprend ses propos, notamment ceux sur l’aide que les propriétaires peuvent apporter à leurs salariés. Surtout, il a présenté une analyse plus approfondie dans un rapport écrit en 1848.

La proposition d’un mode de rémunération du travail de l’ouvrier agricole

13En 1848, Briaune est rapporteur d’une Commission de la Société d’agriculture de l’Indre qui étudie les « moyens de remédier aux souffrances de l’agriculture » dans le cadre d’une enquête lancée par une circulaire du Ministre de l’Agriculture du 10 mars 1848 qui invite :

  • 18 Circulaire de M. le ministre de l’Agriculture », Éphémérides de la Société d’agriculture du départ (...)

À délibérer sur les meilleurs moyens de combiner […] les travaux de l’agriculture et ceux de l’industrie manufacturière. La première, dans la plupart des contrées, laisse, pendant un temps plus ou moins long, les bras inoccupés, et, par la combinaison que l’indique ci-dessus, cet état fâcheux cesserait : l’ouvrier agricole verrait sa situation s’améliorer ; beaucoup d’industries se déplaceraient, passeraient des villes au milieu des campagnes, et le consommateur en recevrait des produits moins chers.18

14La Commission centre en fait son rapport sur la misère agricole et Briaune le publie sous son nom en 1850. Il y montre que, bien qu’attaché au maintien de l’ordre, il est épris de justice sociale. Il commence par affirmer le « droit au travail » :

  • 19 Briaune (1850), « Moyens de remédier aux souffrances de l’agriculture », p. 524. On retrouve ainsi (...)

tout homme a le droit de vivre en travaillant ; ce droit, il le tient de Dieu, et la société n’est instituée que pour le lui garantir. Pour qu’il en soit ainsi, il faut que les aliments soient toujours égaux aux besoins, et leur prix toujours en rapport avec le salaire19.

  • 20 Moniteur Universel, 26 février 1848, p. 503.

15Il s’inscrit ainsi dans les idées de la Révolution : dans un décret du 25 février 1848, le Gouvernement provisoire « s’engage à garantir l’existence de l’ouvrier par le travail ; il s’engage à garantir du travail à tous les citoyens ; il reconnaît que les ouvriers doivent s’associer entre eux pour jouir du bénéfice légitime de leur travail »20. À l’automne 1848, a lieu à l’Assemblée nationale un débat sur le « droit au travail » qui suscite l’opposition des économistes libéraux, notamment Léon Faucher (Du droit au travail) et Joseph Garnier (Le droit au travail à l’Assemblée Nationale). Ainsi, bien qu’attaché à la propriété et à l’ordre, Briaune s’inscrit en opposition avec la pensée libérale qui considère que la reconnaissance du « droit au travail » équivaut à la destruction de la propriété.

  • 21 Sur ces points, le rapport de Briaune est qualifié de « lumineux » et longuement cité par Meckenhe (...)

16Briaune fait un certain nombre de propositions visant à remédier aux trois problèmes présentés plus haut : la faiblesse du salaire rural, son caractère saisonnier et sa vulnérabilité au prix du blé. La faiblesse du salaire rural découle de la faible performance de l’agriculture et Briaune énumère les obstacles à son développement : la lourdeur de la fiscalité qui la frappe, les travaux publics qui favorisent l’industrie, la bureaucratie, l’absentéisme des propriétaires fonciers, l’absence de crédit agricole21. Après avoir souligné que la suppression de ces handicaps permettrait d’augmenter l’emploi agricole et de mieux rémunérer les « ouvriers ruraux », il poursuit :

  • 22 Briaune (1850), p. 526.

Mais il ne suffit pas d’augmenter le travail, de le mieux rétribuer, il faut encore le répartir plus également, et lui permettre de suffire en tout temps aux besoins du travailleur et de sa famille.22

17Le premier point concerne le caractère saisonnier du travail agricole. Pour Briaune :

  • 23 Ibid., p. 526-527.

La discontinuité du travail a deux inconvénients : le premier, c’est d’élever nécessairement, dans les moments des grands travaux, le taux du salaire de manière à compenser pour l’ouvrier les jours sans emploi, et de le placer ainsi entre une prévoyance dont il manque souvent, et une misère qui vient périodiquement diminuer ses forces et son activité. Le second, c’est de le livrer, pendant la cessation du travail, aux vices qui naissent de l’oisiveté, la débauche, la paresse et l’envie. Quoique l’agriculture ne cesse jamais ses opérations, cependant elle emploie moins de bras l’hiver que l’été, surtout depuis l’introduction des machines à battre. Il faut donc veiller à maintenir ou à rétablir l’équilibre, en conservant les forêts dont l’exploitation n’est point arrêtée par les gelées, en stimulant la conversion des landes en bois, en encourageant la création des prairies, dont les réparations et l’entretien ont lieu pendant l’hiver, en aidant l’assainissement, le chaulage et le marnage des terres, afin de les rendre cultivables plus tard en automne, et plus tôt à l’approche du printemps ; enfin, en protégeant les fabriques rurales de sucre, de fécule, d’amidon, d’huile, d’alcool. C’est ainsi que sans augmenter le prix de revient de la production, on retiendra l’ouvrier dans les campagnes par une amélioration de salaires résultant d’un emploi plus continu et plus avantageux de ses forces.23

18Le deuxième point, illustré par le graphique 2, concerne l’impact des chertés du blé sur le pouvoir d’achat du salarié agricole :

  • 24 Ibid., p. 527.

Cependant il est des circonstances funestes qui viennent déranger les combinaisons ordinaires. Le salaire se règle à la longue sur le prix de la vie, dont la base en France est le pain. Quand la valeur du blé s’élève au point d’être hors de proportion avec le salaire, l’ouvrier rural souffre au milieu même des récoltes, et son sort est plus triste que celui du serf en tout temps nourri par son maître.24

  • 25 Briaune (1850), p. 528.
  • 26 Boyer (1990), p. 15 ; Clément (1999, 2002).
  • 27 Blaug (1963) ; Boyer (1990).
  • 28 Boyer (1990), p. 94.
  • 29 Sur l’impact de l’aide aux pauvres sur les migrations vers les villes, cf. Boyer (1990), p. 173-19 (...)

19Briaune fait aussi allusion à l’augmentation du salaire pratiqué des villes par rapport à celui pratiqué des campagnes : « Ce qu’il faut se proposer, c’est empêcher à l’avenir l’émigration des populations rurales dans les villes »25. Tous ces points peuvent être rapprochés des causes de la forte croissance de l’aide aux pauvres en Angleterre à la fin du xviiie et au début du xixe siècles. Sa fonction essentielle de 1795 à 1834 fut le versement d’aides aux travailleurs agricoles saisonniers 26. Pour les approches modernes27, cette croissance de l’aide découle de la disparition des ressources qui permettaient à l’ouvrier rural de supporter le caractère saisonnier de son emploi dans les zones de culture des céréales : le développement des manufactures fait disparaître le tissage rural alors que les « enclosures » et le partage des « commons » suppriment la possibilité d’élever quelques bêtes. Pour compenser ces pertes, il aurait fallu augmenter le salaire de telle sorte que le travail saisonnier procure un revenu suffisant pour toute l’année. L’aide aux pauvres, financée à partir des contributions de tous les membres d’une paroisse permet d’éviter cette hausse : les employeurs d’ouvriers agricoles y gagnent puisque, en tant que contribuables, ils ne supportent qu’une partie de l’aide, alors qu’ils auraient dû supporter la totalité du supplément de salaire28. Un autre objectif de l’aide est de maintenir à la campagne la main-d’œuvre nécessaire à la moisson en comblant une partie de l’écart entre salaire urbain et salaire rural29.

  • 30 Sur ce point, cf. Simonin (1999).
  • 31 Faucher (1848), p. 43-46.

20Enfin, l’indexation de l’aide aux pauvres par rapport au prix du blé permet au travailleur rural de supporter les chertés résultant des mauvaises récoltes. L’échelle d’indexation la plus célèbre, établie par les magistrats du Berkshire réunis à Speenhamland près de Newbury le 6 mai 1795, prévoit qu’au-dessus du prix d’un shilling, tout penny d’augmentation de la miche de pain se traduit par une hausse de l’aide accordée de 3 pence pour l’homme et de 1 penny pour chaque autre membre de la famille. Cette indexation est dénoncée par Malthus qui la rend responsable de la hausse de la natalité des pauvres et de la forte hausse du prix du blé lors des mauvaises récoltes30. Pour Léon Faucher, cette « taxe des pauvres » a pour effet que la misère cesse d’être un accident pour devenir chronique et le « droit à l’assistance » est strictement équivalent au « droit au travail » affirmé par la Révolution de 1848, avec le même effet destructeur sur la propriété31. De plus cette aide est dénoncée comme un gouffre financier par les économistes français qui estiment que la France y a échappé en raison du morcellement de la propriété foncière et du grand nombre de petits agriculteurs. Ainsi, Briaune écrit en 1840 :

  • 32 C’est-à-dire en quelque sorte inaliénable.
  • 33 Briaune (1840), p. 42.

Le domaine avait été divisé en fermes, la ferme fut coupée en lambeaux et jetée pêle-mêle aux ouvriers des campagnes, qui se les arrachèrent avec une ardeur plus grande encore que celle des premiers spéculateurs. Ainsi dépecée, la terre ne devait plus être revendue : ce que l’ouvrier voulait, c’était un travail indépendant ; la propriété pour lui devenait de mainmorte32 […]. Admirable pour délivrer l’État de la taxe des pauvres, pour créer et nourrir une race laborieuse et économe, la petite propriété bientôt conduite à son excès de population et de morcellement, ou devient productrice de légumes, ou tombe entre les mains de l’usurier des campagnes ; et, dans tous les cas, enlève, à la vente des céréales et à la production du bétail et des troupeaux, tout ce qu’elle a pu acquérir du sol national.33

21Dans son rapport, Briaune estime que le salaire saisonnier doit être assez élevé pour assurer l’existence du travailleur pendant toute l’année, ce qui pose la question de son imprévoyance et amène Briaune à prôner le développement des activités hivernales. Cet emploi à plein-temps ne protégeant pas l’ouvrier rural contre la cherté du blé, il propose un mode de rémunération qui, comme le système de Speenhamland, assurerait une indexation du revenu de l’ouvrier par rapport au prix du blé :

  • 34 Briaune (1850), p. 527.

Il suffirait de payer une partie de son salaire en grain à un prix moyen en dehors des variations de baisse ou de hausse. Cela se pratique en Écosse, où les ouvriers sont, il est vrai, permanents sur les fermes, tandis qu’en France ils ne s’attachent pas généralement à un seul cultivateur. Mais la loi peut venir en aide à des mœurs différentes : elle peut exciter, favoriser, régler les contrats par lesquels le patron et l’ouvrier s’engageraient réciproquement l’un à payer, l’autre à recevoir une partie du salaire, en grain, à un taux moyen, pour une somme de journées par an, pendant une période d’années déterminée, sauf à régler entre eux, suivant les mercuriales, devant équitable arbitre, en cas de résolution du contrat par une clause quelconque.34

  • 35 Ibid.

22Cette pratique aurait deux effets bénéfiques. D’une part, « on compenserait l’élévation de salaire dans les villes, par la sécurité de la vie dans les campagnes »35. D’autre part, elle atténuerait les effets des mauvaises récoltes sur l’activité économique. En effet, Briaune développe depuis 1840 l’idée que les chertés des grains, en obligeant les consommateurs à diminuer leurs dépenses consacrées à l’achat des autres biens, sont la cause des crises commerciales. La rémunération en nature de l’ouvrier rural, en lui permettant de maintenir sa consommation de produits industriels, soutiendrait l’activité économique.

  • 36 Un exemple de cette défense est celle de Jamet (1849). Le métayage pratiqué dans l’Indre est attaq (...)
  • 37 Les partisans du métayage précisent que ce système ne fonctionne bien que si le propriétaire contr (...)

23Ce mode de rémunération rappelle le métayage, système qui est défendu au xixe siècle par des agronomes français qui le voient comme l’exemple de la coopération patrons-ouvriers36, une des préoccupations de l’époque. Les deux systèmes diffèrent sur le plan du contrôle : l’exploitant contrôle directement la tâche précise donnée à un ouvrier agricole, tandis que le contrôle de l’activité du métayer par le propriétaire est plus difficile37. Ce problème du contrôle explique sans doute cette remarque :

  • 38 Briaune décrit quelques applications de son système dont celle-ci : « j’ai donné 10 hectares de bl (...)
  • 39 Briaune (1850), p. 527.

Ce [son système] serait le premier pas vers les associations entre le patron et l’ouvrier, associations qui présumablement impossibles dans la tenue générale de la ferme, peuvent s’établir sur des produits bruts déterminés. Ainsi le salaire pourrait être établi en tout ou partie sur le produit brut des cultures sarclées pour le prix du sarclage, sur le rendement en grain pour la moisson et le battage, et peut-être même aussi pour le labourage38. Enfin le salaire de l’ouvrier éleveur ou engraisseur pourrait sans doute être combiné avec les bénéfices de l’entrepreneur. Les exemples anciens de métayage, de battage et de cheptel prouvent que si ces questions exigent de l’attention pour être résolues d’une manière équitable, elles ne sont pas sans doute impossibles à résoudre.39

  • 40 Cela vient peut-être du fait que l’effort du travaillleur saisonnier est facilement observable com (...)

24On note enfin que Briaune ne se situe que dans le cadre de la lutte contre la misère du salarié agricole. Il n’envisage son système que du point de vue de l’assurance contre les chertés et non du point de vue de l’efficience économique qui l’amènerait à s’interroger sur l’incitation, au cœur de l’analyse économique moderne du contrat de travail rural, que le partage de la récolte exerce sur l’effort du salarié40.

25On peut s’interroger sur l’originalité de cette proposition. Ce mode de rémunération est signalé en 1835 par un Conseiller général du commerce, Natalis Mallet. Pour lui, les ouvriers des campagnes sont mieux protégés contre les chertés et les crises que ceux des villes :

  • 41 Mallet (1835), p. 207-208.

En effet ils reçoivent pour leurs travaux de la moisson une portion de la récolte sur laquelle le haut ou le bas prix des grains n’a pas d’influence ; ils reçoivent aussi un fort salaire pour certains ouvrages qui ne peuvent se continuer toute l’année […]. Comme la fourmi, ils peuvent amasser l’été pour dépenser l’hiver ; mais plus heureux qu’elle, ils peuvent encore employer leurs bras pendant la mauvaise saison, et c’est alors qu’on les voit entrer en concurrence avec les ouvriers de la ville, auxquels ils sont souvent préférés, parce que, n’ayant besoin que d’une faible addition à ce qu’ils ont économisé pour arriver commodément au bon temps, ils peuvent se contenter d’un prix qui est insuffisant pour leurs adversaires.41

  • 42 Cette position était en 1840 celle de Briaune [Briaune (1840), p. 17].
  • 43 Demonet (1990), p. 71-72, constate qu’en 1852, l’ouest du Berry, c’est-à-dire l’Indre, fait partie (...)

26Ainsi pour Mallet, contrairement à Briaune, les ruraux, dont il postule la prévoyance, bénéficient du caractère saisonnier de leur activité et sont dans une situation plus favorable que les ouvriers des villes42. Ces deux auteurs diffèrent aussi sur la cause du haut niveau du salaire payé pour les activités d’été : pour Briaune c’est la nécessité d’assurer l’existence sur toute l’année, alors que pour Mallet c’est le besoin de main-d’œuvre en été43. Enfin, Mallet considère que le mode de rémunération proposé par Briaune, le partage de la récolte, était déjà pratiqué. Cette pratique n’était pas limitée à son département, la Somme, puisque Martegoutte (1849) signale des exemples dans le sud-ouest de la France. Mais elle n’est pas signalée par Moll en 1838 dans l’Indre où Briaune note la réticence des journaliers face à l’introduction de cette pratique.

  • 44 Demonet (1990), p. 75.
  • 45 Cependant comme les auteurs anglais, Fix (1846), p. 393-394 note que ce système serait un bienfait (...)

27Par ailleurs, à cette époque, une part des salaires agricoles, variable selon les départements, est payée en nature. Selon l’enquête agricole de 1852, la part moyenne des gages payée en nature, nourriture non comprise, est de 13,4 % du salaire total pour les hommes et de 16,6 % pour les femmes, alors que 64,1 % des ouvriers sont payés exclusivement en numéraire44. Selon Michel Demonet le partage des fruits de la moisson comme mode de salaire dépend de l’état de la récolte : les bonnes années, les employeurs ont intérêt à rémunérer leurs ouvriers par une partie de la récolte, abondante mais de peu de valeur, alors que les mauvaises années, où la récolte est faible mais de grande valeur, ils ont intérêt à les rémunérer en monnaie. Cette pratique, incompatible avec la proposition de Briaune pour qui le pourcentage de partage est fixé à l’avance pour une période longue, reporte tout le risque de la variation des prix sur l’ouvrier agricole. Cette proposition est aussi étrangère à l’esprit du Truck System anglais selon lequel l’employeur manufacturier rémunère son salarié en lui fournissant des produits sans rapport avec ceux qu’il produit, à crédit et à un prix trop élevé, dans un magasin qui lui appartient (Tommy Shop) ou en le payant avec une pseudo-monnaie (scrip) qui n’a cours que dans ce magasin. Ce système, supprimé officiellement par le Truck Act de 1831, critiqué comme un instrument d’exploitation des travailleurs, ne peut pas être rapproché du projet de lutte contre la misère proposé par Briaune45.

  • 46 Maindorge (1848), p. 200.

28À la fin de son rapport, Briaune exprime sa position sur les « associations » reconnues par le décret du 25 février 1848 et cheval de bataille des socialistes français. La mise en place de ces associations dans l’agriculture est alors discutée au Congrès central d’agriculture. Si ce système est rejeté par certains comme « une atteinte profonde aux droits sacrés de la famille et de la propriété »46, il est soutenu par les fouriéristes Barral et Considérant. Selon ce dernier :

  • 47 Ibid., p. 200.

Dans cette organisation nouvelle, le salaire se distribuera en deux parts : l’une fixe subvient à la nourriture et à l’entretien du travailleur ; l’autre reste engagée dans l’exploitation et profite des bénéfices dans des limites déterminées. En un mot, chacun de ceux qui prennent part à la production est associé à l’entreprise et touche une certaine somme proportionnelle à son apport, quelle que soit d’ailleurs la nature de cet apport, argent, terre ou travail.47

29Ce système, plus ambitieux que celui de Briaune, est prudemment apprécié par ce dernier :

  • 48 Briaune (1850), p. 527.

Quant aux associations que l’on voudrait former d’un jet, elles peuvent être un jour la garantie simultanée de la propriété et du bien-être de tous ; mais comme leur expérimentation pourrait entraîner des difficultés au-dessus des forces privées, c’est à l’État seul qu’il peut convenir d’en prendre l’initiative et d’en prouver la possibilité. Les simples citoyens, tout à la fois amis de l’ordre et du bien être des travailleurs, ne peuvent qu’en désirer le succès et l’attendre.48

Conclusion

  • 49 Briaune (1879), p. 192.
  • 50 Sur ce point, cf. Simonin (1990).

30La contribution de Briaune au problème de la condition des travailleurs agricoles présente l’intérêt de concerner un sujet négligé, puisqu’à l’époque on associe surtout la misère au développement de la grande industrie. Elle nous montre que la misère rurale était sans doute aussi et peut être plus grande que la misère urbaine. Elle témoigne aussi d’une époque où la notion de « droit au travail », à laquelle Briaune adhère, occupe une place considérable dans les discussions politiques et économiques. Elle a enfin le mérite de proposer une solution originale au problème de la saisonnalité du travail agricole et de sa vulnérabilité face aux chertés des grains. Cependant, cette contribution perd ensuite de son intérêt en raison de la disparition des disettes après 1856 et de la forte hausse des salaires ruraux : Briaune constate en 1879 que le salaire du journalier de l’Indre avait été multiplié par plus de deux depuis 185249. Par ailleurs, si l’on peut penser que ce système remplit les objectifs que lui assigne Briaune, il peut avoir des effets que ce dernier n’a pas envisagés. D’une part, dans la mesure où la consommation de blé du journalier ne transite plus par le marché, il peut y avoir accentuation des fluctuations du prix du blé si sa demande d’autoconsommation est moins élastique par rapport au prix que sa demande exprimée sur le marché50. D’autre part, la rémunération en produits agricoles réduit le montant des règlements monétaires, ce qui peut aboutir à une réduction des échanges monétaires en zone rurale et à un isolement économique encore plus grand de ces zones. Cette situation paraît difficilement compatible avec l’essor des communications qui allait intégrer de plus en les campagnes du centre de la France dans l’ensemble de l’économie.

Notes

1 Briaune, premier professeur d’économie rurale en France, est l’auteur d’une œuvre économique et agronomique importante [Simonin (2006)].

2 Briaune (1845).

3 Moll (1838), p. 10.

4 Gras (1976), p. 406.

5 Gras (1976), p. 407-408.

6 Demesmay (1859), p. 416.

7 Savary (1847), p. 35.

8 Gras (1976), p. 411-413.

9 George Sand, Correspondance, Paris, Garnier, t. VII, 1970, VII, p. 610.

10 Smith (1776), I, p. 145.

11 Malheureusement, Gras n’explicite pas la méthode de calcul de ce salaire réel.

12 Pour le récit des émeutes dans leur contexte politique, économique et social, cf. Gras (1976). Pour leur retentissement dans la littérature et dans les écrits économiques, cf. Simonin (1999).

13 Le 8 avril 1848, suite à un conflit avec le maire d’Écueillé pendant les émeutes de 1847, Briaune est révoqué de son poste de juge de paix. Le 16 avril, il défend l’Hôtel de ville de Paris avec la Garde nationale contre l’extrême gauche.

14 L’octroi est accusé d’augmenter le coût de la vie à Paris. Pour Briaune, cette hausse se répercute sur le salaire dont le niveau attire les ruraux qui sont ensuite mécontents du coût de la vie.

15 Briaune (1849), p. 159-160.

16 Ibid., p. 160.

17 Ibid.

18 Circulaire de M. le ministre de l’Agriculture », Éphémérides de la Société d’agriculture du département de l’Indre, 1848, p. 5-6.

19 Briaune (1850), « Moyens de remédier aux souffrances de l’agriculture », p. 524. On retrouve ainsi les deux sources de famine distinguées par Sen, l’insuffisance globale de nourriture et la perte d’accès à la nourriture pour un groupe donné.

20 Moniteur Universel, 26 février 1848, p. 503.

21 Sur ces points, le rapport de Briaune est qualifié de « lumineux » et longuement cité par Meckenheim (« L’agriculture et l’industrie », p. 291-292).

22 Briaune (1850), p. 526.

23 Ibid., p. 526-527.

24 Ibid., p. 527.

25 Briaune (1850), p. 528.

26 Boyer (1990), p. 15 ; Clément (1999, 2002).

27 Blaug (1963) ; Boyer (1990).

28 Boyer (1990), p. 94.

29 Sur l’impact de l’aide aux pauvres sur les migrations vers les villes, cf. Boyer (1990), p. 173-192.

30 Sur ce point, cf. Simonin (1999).

31 Faucher (1848), p. 43-46.

32 C’est-à-dire en quelque sorte inaliénable.

33 Briaune (1840), p. 42.

34 Briaune (1850), p. 527.

35 Ibid.

36 Un exemple de cette défense est celle de Jamet (1849). Le métayage pratiqué dans l’Indre est attaqué par Crombez (1866).

37 Les partisans du métayage précisent que ce système ne fonctionne bien que si le propriétaire contrôle et dirige l’activité du métayer, d’où Crombez conclut que la relation salariale est encore plus performante.

38 Briaune décrit quelques applications de son système dont celle-ci : « j’ai donné 10 hectares de blé à moissonner et battre pour le septième du produit en grain ; lors même que le froment vaudrait 20 fr., j’en serais parfaitement content ». Il ne précise pas si, dans ce cas, un salaire était versé en complément du partage.

39 Briaune (1850), p. 527.

40 Cela vient peut-être du fait que l’effort du travaillleur saisonnier est facilement observable compte tenu de la nature de ses tâches [Otsuka & Hayami (1992), p. 1974-1975]. Gras (1976), p. 292, estime que pour Briaune le partage de la récolte vise à montrer aux ouvriers « la nécessité du progrès technique », interprétation étrangère au texte de Briaune.

41 Mallet (1835), p. 207-208.

42 Cette position était en 1840 celle de Briaune [Briaune (1840), p. 17].

43 Demonet (1990), p. 71-72, constate qu’en 1852, l’ouest du Berry, c’est-à-dire l’Indre, fait partie des zones où le supplément saisonnier de rémunération versé au moment des moissons est particulièrement élevé. Il s’interroge cependant sur la représentativité de cette année particulièrement favorable (p. 78).

44 Demonet (1990), p. 75.

45 Cependant comme les auteurs anglais, Fix (1846), p. 393-394 note que ce système serait un bienfait si l’employeur fournissait les produits à un prix inférieur à celui du commerce.

46 Maindorge (1848), p. 200.

47 Ibid., p. 200.

48 Briaune (1850), p. 527.

49 Briaune (1879), p. 192.

50 Sur ce point, cf. Simonin (1990).

Table des illustrations

Légende Graphique 1. Évolution moyenne au cours de l’année du salaire nominal du journalier de l’Indre de 1842 à 1852, base 100 avril-mai[Source : Gras (1976), p. 409].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/12923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Graphique 2. Évolutions du salaire nominal du journalier de l’Indre et du prix de l’hectolitre de blé de 1842 à 1852[Source : Gras (1976), p. 409].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/12923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Tableau 1. Prix moyen de l’hectolitre de blé (fr, c.) au cours de l’année de 1842 à 1852 sur le marché de Châteauroux (Indre)[Calculs de l’auteur à partir de Drame & alii (1991), p. 168].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/12923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Tableau 2. Prix de l’hectolitre de blé (fr, c.) au cours de l’année récolte 1846-1847 sur le marché de Châteauroux (Indre).[Calculs de l’auteur à partir de Drame & alii (1991), p. 168].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/12923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Tableau 3. Évolution du salaire réel moyen du journalier de l’Indre de 1842 à 1852.[Source : Gras (1976), p. 410].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/12923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Université d’Angers,
UMR – MA no 49, GRANEM (Groupe de recherches angevin en économie et management).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540