Version classiqueVersion mobile

Le travail en question, XVIIIe-XXe siècles

 | 
Christophe Lavialle

Subordination et exploitation dans la relation de travail

Travail, force de travail et valeur du travail

Guy Bensimon

Texte intégral

Introduction

1Karl Marx s’est trouvé confronté à un problème qui lui a été légué par la théorie ricardienne de la valeur : comment concilier l’échange équivalent, réglé par l’égalité des quantités de travail incorporées dans les marchandises, avec la présence d’un excédent de valeur à l’origine du profit, la plus-value ? La solution de Marx a consisté à introduire la force de travail, pensée comme distincte de l’individu qui la porte, et à lui assigner les propriétés nécessaires à cette fin : 1. être une marchandise échangée à sa valeur, égale à la quantité de travail nécessaire à sa (re)production, selon le principe de l’échange équivalent, et 2. créer, lors de son usage, une quantité de valeur supérieure à la sienne propre, afin de faire apparaître l’excédent de valeur.

  • 1 Karl Marx (1867), Le Capital, livre I, 6e section, chap. XIX. Les références à Marx (1867) dans ce (...)

2La solution par la force de travail a conduit Marx à rejeter le travail en dehors du monde des marchandises. Il a consacré un chapitre entier du Capital à dénoncer la conception ricardienne du travail comme marchandise1. Son angle d’attaque a été la critique de l’expression « valeur du travail ». Il juge cette expression « irrationnelle », ajoutant qu’elle ne reflète que « les apparences des choses ». Il invoque deux raisons pour rejeter cette expression : 1. le travail n’existant pas au moment où il serait vendu, il ne peut être l’objet d’un échange ; 2. raisonner en termes de valeur du travail au lieu de valeur de la force de travail interdit de penser la plus-value.

3La première raison conduit à se demander à quel moment le travail vient à l’existence. Bien que Marx ait eu conscience que l’existence du travail est, en système capitaliste, subordonnée à la vente de la force de travail, il ne l’a pas démontré.

4La seconde raison conduit à s’interroger sur les propriétés que Marx a assignées à la force de travail. L’introduction de la force de travail comme marchandise et comme distincte de l’individu n’a de sens pour expliquer la plus-value que dans le cadre de la théorie ricardienne de la valeur. Or, il s’avère que dans ce cadre, la valeur de la force de travail est la même chose que la valeur du travail telle qu’elle est pensée par David Ricardo (et non par Adam Smith). En d’autres termes, Marx ne parvient pas à concilier le principe de l’échange équivalent avec la présence d’un excédent de valeur.

5Dans ce qui suit, nous procéderons à l’analyse de l’expression « valeur du travail » et montrerons qu’elle désigne la relation de l’individu à son salaire, sans qu’il soit besoin de supposer l’existence de la force de travail comme distincte de l’individu, ni de supposer que le travail soit de près ou de loin une marchandise. Nous montrerons ensuite que la définition de la force de travail est contradictoire, étant un objet qui à la fois crée et ne crée pas de la plus-value. Finalement, cet objet s’avère être une entité inutile, et d’autant plus inutile que la théorie de la valeur d’Adam Smith permet de concilier sans contradictions le principe de l’échange équivalent et la présence de l’excédent de valeur.

6Ces différents points seront développés dans deux sections. Dans la première, nous montrerons que, dans les conditions de l’organisation salariale de l’économie, ce que Marx appelle « l’achat et la vente de la force de travail », le travail naît dans une relation particulière, la relation de travail, et que celle-ci suit nécessairement la relation salariale. Autrement dit, on est en présence de la séquence relation salariale-relation de travail, la première faisant figure de condition suffisante pour l’existence de la seconde. Dans cette séquence, le salaire est le paiement de l’individu, et non pas le paiement du travail. Dans la deuxième section, nous montrerons que les considérations relatives à la théorie de la valeur et de la plus-value que développe Marx, ainsi que l’introduction de la notion de force de travail, reposent sur une confusion entre deux sens du terme « valeur » et ne permettent pas d’expliquer l’excédent de valeur. La conception smithienne de la valeur du travail permet de lever cette confusion.

Le travail et la relation de travail dans l’organisation salariale de l’économie

7Marx remarque que, comme le laisse entendre l’expression « valeur du travail », le travail devrait exister avant d’être vendu :

  • 2 Marx (1867), livre I, t. II, p. 206.

Pour être vendu sur le marché à titre de marchandise, le travail devrait en tout cas exister auparavant. Mais si le travailleur pouvait lui donner une existence matérielle, séparée et indépendante de sa personne, il vendrait de la marchandise et non du travail.2

  • 3 Marx a eu le mérite de distinguer la relation de travail de la relation salariale. Mais il n’a pas (...)

8Ce qui veut dire que si le travail avait existé avant d’être vendu, il aurait engendré des marchandises, et ce sont elles qui seraient vendues, et non le travail, qui n’existerait plus au moment de sa vente. La question que pose la remarque de Marx est celle de savoir quand le travail vient à l’existence. Il l’avait partiellement résolu car il avait compris que dans les conditions du salariat capitaliste, le travail ne vient à l’existence que dans une relation particulière, la relation de travail3. Après avoir analysé la relation salariale, il introduit la relation de travail :

  • 4 Marx (1867), livre I, t. I, p. 176 et p. 179.

L’aliénation de la force et sa manifestation réelle ou son service comme valeur utile, en d’autres termes sa vente et son emploi, ne sont pas simultanés… Au moment où nous sortons de cette sphère de la circulation simple… nous voyons, à ce qu’il semble, s’opérer une certaine transformation dans la physionomie des personnages de notre drame. Notre ancien homme aux écus prend les devants et, en qualité de capitaliste, marche le premier ; le possesseur de la force de travail le suit par derrière comme son travailleur à lui ; celui-là le regarde narquois, l’air important et affairé ; celui-ci timide, hésitant, rétif comme quelqu’un qui a apporté sa propre peau au marché, et ne peut plus s’attendre qu’à une chose : à être tanné.4

  • 5 Ibid., Livre I, t. II, p. 7-182.

9Marx a étudié en détail la relation de travail, telle qu’elle se manifestait alors, notamment dans la quatrième section du livre premier du Capital5. Mais il n’a pas établi explicitement le lien entre la relation salariale et la relation de travail. Pour établir ce lien, il faut d’abord préciser les conditions d’existence de la relation salariale. Le défaut de l’analyse de Marx sur ce point a consisté à cantonner la relation salariale aux conditions capitalistes telles qu’il les comprenait, alors que dans la réalité la relation salariale organise les groupes productifs dans toute économie complexe, quel qu’en soit le type. Néanmoins, l’analyse de Marx est l’analyse la plus complète de la relation salariale. C’est pourquoi, elle constituera le point de départ qui nous permettra de dégager l’essence de la relation salariale sous sa forme capitaliste et d’introduire la relation de travail.

Conditions d’existence de la relation salariale

  • 6 Marx (1867), livre I, t. I, p. 171.
  • 7 Ibid., p. 172.
  • 8 Marx (1867), livre II, t. I, p. 33.

10Marx formule deux conditions nécessaires à l’existence de la relation salariale capitaliste. La première consiste en l’existence de travailleurs juridiquement libres, propriétaires de leur force de travail. Cette condition implique que le travailleur ne vende jamais sa force de travail que pour un temps déterminé, « car s’il la vend en bloc, une fois pour toutes, il se vend lui-même, et de libre qu’il était, se fait esclave… »6. La seconde condition énonce que les travailleurs ne doivent pas avoir d’autres marchandises à vendre que leur force de travail. Ils doivent être « complètement dépourvus des choses nécessaires à la réalisation de la puissance travailleuse ».7 Ces choses nécessaires sont les moyens de production d’une part, les moyens de subsistance d’autre part. Cette seconde condition est parfois formulée sous la forme d’une condition de « double séparation » : « la force de travail se trouve en état de séparation d’avec ses moyens de production (y compris les moyens d’existence comme moyens de production de la force de travail elle-même) »8. La séparation du travailleur d’avec les moyens de production, et sa séparation d’avec ses moyens de subsistance, s’entretiennent mutuellement :

  • 9 Marx (1863-1866), p. 164.

L’homme ne peut vivre que s’il produit des moyens de subsistance, mais il ne peut les produire que s’il détient des moyens de production, conditions matérielles du travail. Il est facile de comprendre que si l’ouvrier est dépouillé des moyens de production, il l’est aussi des moyens de subsistance, de même qu’inversement, s’il est privé des moyens de subsistance, il ne peut créer ses moyens de production.9

11Ces conditions se rapportent aux individus et non à quelque chose qui serait leur force de travail. Elles forment en fait une seule et même condition, mais formulée de deux façons différentes : l’existence de la double séparation à laquelle est confronté l’individu est pensée par Marx comme existence de la force de travail libre, et l’existence de la force de travail libre est pensée comme l’existence de la double séparation à laquelle est confronté l’individu :

  • 10 Karl Marx (1867), livre I, t. III, p. 155.

Quant au travailleur, au producteur immédiat, pour pouvoir disposer de sa propre personne, il lui fallait d’abord cesser d’être attaché à la glèbe ou d’être inféodé à une autre personne ; il ne pouvait non plus devenir libre vendeur de travail, apportant sa marchandise partout où elle trouve un marché, sans avoir échappé au régime des corporations, avec leur maîtrise, leur jurande, leurs lois d’apprentissage, etc. Le mouvement historique qui convertit les producteurs en salariés se présente donc comme leur affranchissement du servage et de la hiérarchie industrielle. De l’autre côté, ces affranchis ne deviennent vendeurs d’eux-mêmes qu’après avoir été dépouillés de tous leurs moyens de production et de toutes les garanties d’existence offertes par l’ancien ordre des choses.10

12Une fois affranchis des liens du servage et de la hiérarchie industrielle, les travailleurs ne sont pas pensés autrement que comme juridiquement libres. Ils ne deviennent libres vendeurs de leur force de travail qu’après avoir été séparés de leurs moyens de production et de leurs moyens de subsistance. Le processus de cette séparation, qui peut accompagner la dissolution complète des liens féodaux, est lui-même pensé comme accumulation primitive du capital, la séparation étant reproduite par le processus de l’accumulation du capital proprement dite, c’est-à-dire par l’appropriation, sur une échelle toujours plus grande, des conditions extérieures du travail, par les capitalistes.

  • 11 « Aussitôt qu’il y aura des capitaux accumulés dans les mains de quelques particuliers, certains d (...)

13Le défaut de cette formulation des conditions du rapport salarial, que l’on retrouve, avant Marx, chez Adam Smith11, réside dans le fait d’assimiler la présence de ces conditions à celle du phénomène d’accumulation du capital, et par suite, dans la conception de Marx, d’assimiler la présence de ces conditions à celle de certains « rapports de propriété ». Or, la présence de ces conditions du rapport salarial peut être pensée indépendamment de tout rapport de propriété et de toute référence à la force de travail comme marchandise et comme distincte de l’individu.

  • 12 Ibid., p. 55.

14Fixons, au moyen de définitions, le sens des expressions « séparation de l’individu d’avec ses moyens de production » et « séparation de l’individu d’avec ses moyens de subsistance ». Nous dirons, d’une part, qu’un individu est séparé des moyens de production si et seulement si leur possession, c’est-à-dire leur usage, par l’individu, est subordonnée à une décision d’un autre individu. Nous dirons, d’autre part, qu’un individu est séparé de ses moyens de subsistance si et seulement si ces derniers ne sont pas le produit de son travail. Formulée à partir de ces définitions, la condition de double séparation ne présuppose nullement l’accumulation du capital. La première de ces séparations suppose seulement qu’il existe dans la société des individus investis de la fonction de décision relativement à l’usage des moyens de production, individus distincts de ceux qui en usent. Cette fonction peut résulter de l’appropriation des moyens de production, comme c’est le cas du capitaliste, mais elle peut aussi être associée à la fonction de direction d’une cellule productive capitaliste ou de type soviétique. La seconde de ces séparations peut être comprise comme une conséquence nécessaire de la division du travail. D’ailleurs, tant Smith que Marx avaient à l’esprit le fait que la division du travail en est un facteur essentiel. Smith écrit que « la division du travail une fois généralement établie, chaque homme ne produit plus par son travail que de quoi satisfaire une très petite partie de ses besoins. »12 En d’autres termes, par suite de la division du travail, un individu n’est plus à même de pourvoir par son propre travail à ses besoins en moyens de subsistance. Quant à Marx, il ne développe pas un autre point de vue, si l’on se rappelle que, pour lui, le développement de la circulation marchande va de pair avec celui de la division du travail :

  • 13 Marx (1867), livre II, t. I, p. 37.

Pour que la masse des producteurs directs, des salariés, puissent accomplir l’acte T-A-M [vente de la force de travail et achat des marchandises de consommation], il faut que les moyens d’existence nécessaires l’affrontent constamment sous forme vénale, c’est-à-dire sous forme de marchandises. Cet état de choses exige donc un degré déjà élevé de la circulation des produits comme marchandises par conséquent aussi du volume de la production marchande. Aussitôt que la production au moyen du travail salarié devient générale, la production de marchandises est nécessairement la forme générale de la production. Et la généralisation de la production marchande nécessite à son tour une division toujours croissante du travail social…13

  • 14 Sur le rapport salarial en économie socialiste, cf. Bensimon (1996), chap. 7.

15Il est vrai que, aussi bien Smith que Marx n’avaient d’autre expérience de la décision relative à l’usage des moyens de production, ainsi que de la division du travail à grande échelle, que celle réalisée dans les conditions capitalistes primitives. Par la suite, le système socialiste, par exemple, a montré qu’il était lui aussi capable de promouvoir l’une et l’autre à un degré compatible avec la généralisation de la double séparation14.

La relation salariale

  • 15 Karl Marx (1867), livre I, t. II, p. 210.

16Selon Marx, la forme salaire est le « paiement direct du travail »15. Le problème est de déterminer le sens de l’expression « paiement direct ». Cette expression ne peut désigner que le fait que celui qui « paie le travail » permet au travailleur d’acquérir directement ses moyens de subsistance, s’il ne les lui livre pas lui-même. En cela, la relation salariale se différencie à la fois de la relation féodale et du système de rétribution associé à la production marchande simple.

  • 16 Bloch (1968) ; Meuleau & Piétri (1984), p. 731 sq. (on y trouve des relations d’époque de diverses (...)

17Dans la relation féodale, le seigneur met le travailleur en état de se procurer, en résultat de son propre travail, ses moyens de subsistance. Les moyens de subsistance n’y sont donc pas directement acquis, leur acquisition étant médiatisée par le propre travail du producteur. Classiquement, le domaine féodal est divisé en tenures et réserves. C’est par son travail sur la tenure que le serf satisfait ses besoins en moyens de subsistance, déduction faite des redevances sur le produit de son travail versées à son seigneur. Le travail forcé pour le seigneur est effectué sur la réserve. C’est là la description générale du rapport économique serf-seigneur, les rapports concrets étant déterminés par la coutume de la terre, d’une variabilité extrême16.

18Dans le système de la production marchande simple, le travailleur est séparé de ses moyens de subsistance par le produit de son travail, et donc par l’acheteur de ce dernier.

19Dans la forme salaire de rétribution, les moyens de subsistance du travailleur sont le résultat de processus de production autres que celui dans lequel il est impliqué. Dans cette forme de rétribution, donc, le travailleur est séparé de ses moyens de subsistance précisément par celui qui paie le travail. Et ce paiement est un paiement direct en ce qu’il consiste en une livraison au travailleur de moyens de subsistance ou en une livraison de moyens – la monnaie ou des signes de moyens de subsistance – permettant l’acquisition directe, immédiate, des moyens de subsistance.

20Nous avons donc là une première relation, celle par laquelle celui qui paie permet, par son paiement, l’acquisition directe de ses moyens de subsistance par l’individu. C’est cette relation que nous appellerons « relation salariale ». Dans la relation salariale, ce qui est payé directement, c’est l’individu lui-même (le travailleur), et non son travail, puisque la fonction du paiement est précisément de permettre l’acquisition directe des moyens de subsistance.

21Soient deux individus A et B, A étant celui qui paie B, par la livraison directe, ou indirecte sous forme de monnaie ou de signes de moyens de subsistance, des moyens de subsistance ; nous dirons qu’il livre les moyens de subsister. D’après ce qui précède, A et B sont en relation salariale si et seulement si : 1. B est séparé de ses moyens de subsistance, et 2. A paie B. La seule condition requise sur A est qu’il soit en état de « payer », et par là même qu’il sépare B de ses moyens de subsistance. Cet état de A peut résulter du fait qu’il est propriétaire, ou du fait que la fonction de payer d’autres individus lui a été assignée. Cette relation est véhiculée principalement par la monnaie, mais pas seulement : des moyens de subsistance eux-mêmes peuvent la véhiculer, pour la partie en nature du paiement du travail, de même que des objets (des signes) qui désignent certains de ces moyens. La relation salariale est donc décrite comme suit : si A paie, alors B acquiert les moyens de subsister. Par cette relation, A passe à l’état de payeur du travail, et B passe à l’état de salarié. La principale fonction de la relation salariale consiste à faire naître la relation de travail. C’est d’ailleurs pour cela que A apparaît comme payeur du travail.

La relation de travail

22La relation de travail n’est susceptible de naître que si le travailleur est séparé de ses moyens de production, au sens fixé plus haut, le travailleur ne pouvant avoir la possession des moyens de production qu’à la suite d’une décision d’autrui, en principe de celui qui paie le travail ou son représentant. La relation de travail doit bien sûr être comprise comme une relation entre individus. Elle ne peut exister lorsque le travailleur est en état de posséder immédiatement, de son propre chef, les moyens de production. Elle n’existe donc pas dans les conditions féodales, du moins pour la partie du temps de travail du serf affectée à la production de ses moyens de subsistance, ni dans celles de la production marchande simple. Par contre, elle existe nécessairement dans les conditions de la relation salariale. En effet, si l’individu est séparé de ses moyens de subsistance par celui qui lui livre les moyens de subsister, il est nécessairement séparé des moyens de production : 1. il est séparé d’avec les moyens de production de ses subsistances, et 2. il est séparé des moyens de production des produits de son travail.

23L’établissement de la relation salariale fait donc figure de condition suffisante pour l’établissement de la relation de travail. Cette dernière est véhiculée par des ordres : elle est nouée lorsque le payeur décide que le travailleur possède les moyens de production. Le travail consiste en cette possession, et il ne naît donc que par suite d’une décision du payeur. Elle est dans son essence une relation de domination et de soumission, ou de coordination, c’est-à-dire de cosoumission à un même supérieur s’il y a plusieurs subordonnés. La relation de travail est décrite comme suit : si A décide de la possession des moyens de production, alors B possède les moyens de production (travaille). Par cette relation, A passe de l’état de payeur du travail à celui d’employeur, et B passe de l’état de salarié à celui de travailleur-salarié.

Relation salariale et relation de travail

24La relation salariale et la relation de travail se distinguent précisément :

  1. alors que la relation salariale n’est pas en soi une relation de soumission, la relation de travail est une relation de soumission, d’autant qu’elle s’inscrit en général dans les conditions de la coordination du travail ;
  2. alors que la relation salariale est véhiculée par les moyens de subsister, la relation de travail est véhiculée par des ordres concernant la possession des moyens de production ;
  3. alors que dans la relation salariale, A et B se font face respectivement comme « payeur » et comme individu séparé de ses moyens de subsistance par ce dernier, c’est-à-dire comme salarié, ils se font face, dans la relation de travail, respectivement comme employeur, qui décide de la possession des moyens de production, et travailleur, qui possède (use de) ces moyens de production.
  4. les deux relations ne sont pas régies par les mêmes principes ; alors que la relation salariale est régie par le principe du paiement minimum, la relation de travail est régie par le principe de l’extraction d’un maximum de travail du travailleur17.

25Toutefois, la séquence constituée des deux relations rend les partenaires dépendants l’un de l’autre : si B dépend de A, de son paiement, pour acquérir ses moyens de subsistance, A dépend de B, de son travail, pour réaliser ses buts, le profit ou la réalisation des objectifs du plan. C’est probablement l’existence de cette dépendance réciproque qui conduit généralement à ne pas dissocier les relations salariales et de travail, à les fondre en une unique relation, celle par laquelle l’employeur (le payeur) et le salarié (le travailleur) procèderaient à un échange de services, les moyens de subsister sous la forme du salaire contre le travail, sur le marché du travail.

26La nature de la relation salariale, ses liens avec la relation de travail nous permettent de conclure que :

  1. le salaire est le paiement de l’individu ;
  2. le travail est un attribut de l’individu qui, dans les conditions de la relation salariale, ne vient à l’existence qu’à l’occasion de la relation de travail ;
  3. par suite, le salaire n’est pas la contrepartie du travail, mais il est la contre-partie – il vaudrait mieux écrire « il marque » ou « il évalue » – d’autres attributs de l’individu, préexistants à l’établissement de la relation de travail ; en d’autres termes, entre le salaire et le travail, il y a l’individu et certains de ses attributs, tels son degré d’instruction et de qualification, ses relations, son degré de souplesse et de débrouillardise, etc. qui sont mobilisés en vue d’occuper telle fonction ou tel poste de travail.

27Il ressort de notre analyse du salariat qu’elle ne requiert aucunement l’introduction de la notion de force de travail, sauf à l’assimiler à celle d’individu. De plus, cette notion est incapable de rendre compte de la plus-value.

Valeur et force de travail

28L’introduction de la force de travail par Marx ne lève pas le quiproquo qu’il a cru déceler dans la conception ricardienne de la valeur du travail, car ce quiproquo prend racine dans la théorie de la valeur de Ricardo qu’il refuse de rejeter. Le quiproquo perçu par Marx repose en partie sur une confusion à propos du sens du mot « valeur ».

Deux sens du mot « valeur »

29Lorsque l’on sélectionne une grandeur et que la grandeur sélectionnée est une grandeur susceptible d’être mesurée ou évaluée, le résultat de la mesure est un nombre qui, en principe, s’appelle « valeur » : ce nombre est la valeur de la grandeur en question. Dans la théorie de la valeur, en économie politique, le résultat de la mesure de la grandeur et la grandeur elle-même ont le même nom, « valeur ». Cela peut être source de confusions et de paradoxes. Marx en avait conscience, qui utilisait souvent l’expression « grandeur de valeur » pour désigner le résultat de la mesure de la valeur. Dans les théories classique et marginaliste de la valeur, le terme « valeur » possède la signification suivante : la valeur d’une marchandise est un attribut de la marchandise, une grandeur qui lui est rattachée, et qui une fois sélectionné, décrit à lui seul la marchandise. Cet attribut ou cette grandeur sont alors une abstraction de l’objet concret qu’est la marchandise. Dans la théorie de la valeur de Ricardo et de Marx, l’attribut (la grandeur) de la marchandise sélectionné est le fait que toute marchandise résulte du travail. La mesure de cette grandeur est faite par la quantité de travail nécessaire (ou socialement nécessaire).

30Selon Marx, parler de « valeur du travail » dans le cadre d’une théorie de la valeur qui dit que la valeur d’une marchandise est une propriété de la marchandise (celle-ci résulte du travail) et est mesurée par la quantité de travail nécessaire à sa production, conduit à une « tautologie absurde » :

  • 18 Marx (1867), livre I, t. II, p. 206.

Mais qu’est-ce que la valeur ? La forme objective du travail social dépensé dans la production d’une marchandise. Et comment mesurer la grandeur de valeur d’une marchandise ? Par la quantité de travail qu’elle contient. Comment dès lors déterminer par exemple, la valeur d’une journée de travail de douze heures ? Par les douze heures de travail contenues dans la journée de travail de douze heures, ce qui est une tautologie absurde.18

31Ce que Marx prend pour une tautologie n’en est pas une. En logique classique, une tautologie est une proposition, simple ou complexe, toujours vraie. La proposition « x = y » est toujours vraie si le terme « x » est identique en signification au terme « y », c’est-à-dire si « x » et « y » désignent le même objet, et l’on peut alors parler d’identité. La proposition « x = y » n’est pas une tautologie si par exemple « x » désigne 1 et « y » désigne 1, 2, 3, etc. : la proposition « x = y » est vraie lorsque « y » désigne 1, mais elle est fausse lorsque « y » désigne 2, 3, etc. La « tautologie » selon Marx peut être rendue par la proposition : quantité de travail incorporée dans 12 h de travail = 12 h de travail. Il n’y a pas là de tautologie. En effet, dans le membre de gauche de l’égalité, l’expression « 12 h de travail » désigne un objet supposé être une marchandise, la journée de travail de 12 h. Par contre, dans le membre de droite de l’égalité, l’expression « 12 h de travail » désigne la mesure d’une propriété de cet objet, sa valeur. Le résultat de la mesure de la valeur d’une journée de 12 h de travail eut tout aussi bien pu être 20 h ou 6 h. Marx admet d’ailleurs implicitement que la proposition valeur d’une journée de travail de 12 h = 12 h de travail contenues dans la journée de travail de 12 h n’est pas une tautologie lorsqu’il écrit :

  • 19 Ibid., p. 207.

La journée de travail de douze heures se réalise par exemple dans une valeur monétaire de six francs. Si l’échange se fait entre équivalents, l’ouvrier obtiendra donc six francs pour un travail de douze heures… Ou bien il obtient pour douze heures de travail moins de six francs, c’est-à-dire moins de douze heures de travail. Douze heures de travail s’échangent dans ce cas contre dix, six, etc. heures de travail.19

32Cette citation est extraite d’un passage dans lequel Marx assimile la valeur du travail à la valeur du produit du travail. En supposant, comme il le fait, que l’expression « valeur du travail » signifie un échange direct d’argent contre du travail, l’existence d’un tel échange supprimerait la loi de la valeur et la production capitaliste, en ce qu’il supprimerait la possibilité de plus-value :

  • 20 Ibid.

un échange direct d’argent, c’est-à-dire de travail réalisé, contre du travail vivant, ou bien supprimerait la loi de la valeur qui se développe précisément sur la base de la production capitaliste, ou bien supprimerait la production capitaliste elle-même qui est fondée précisément sur le travail salarié… Dans ce cas [cas où l’ouvrier produit une valeur monétaire de six francs et obtient six francs] il [l’ouvrier] ne produirait pas un brin de plus-value pour l’acheteur de son travail, les six francs ne se métamorphoseraient pas en capital et la base de la production capitaliste disparaîtrait. Or, c’est précisément sur cette base qu’il vend son travail et que son travail est travail salarié. Ou bien il obtient pour douze heures de travail moins de six francs, c’est-à-dire moins de douze heures de travail. Douze heures de travail s’échangent dans ce cas contre dix, six, etc. heures de travail. Poser ainsi comme égales des quantités inégales, ce n’est pas seulement anéantir toute détermination de la valeur.20

33Le problème soulevé par Marx dans cet extrait est le suivant : si le travail est payé à la valeur du produit du travail, il n’y a pas d’excédent pour le capitaliste, pas de plus-value, et donc pas de production capitaliste. Si le travail est payé au-dessous de la valeur du produit du travail, il n’y a plus d’échange équivalent et la loi de la valeur n’est plus une loi.

34Le but de Marx dans le chapitre considéré était de lever ce « quiproquo » de l’économie classique. D’après lui, après être remontée des prix accidentels du travail à son prix naturel ou à sa valeur réelle, elle assimila cette valeur à la valeur des biens de consommation nécessaires à l’entretien et à la reproduction du travailleur ; mais, en continuant de supposer que ce que le travailleur échange, c’est son travail et non sa force de travail, et en continuant d’appeler « valeur du travail » ce qui se révèle être la valeur de la force de travail, l’économie classique s’enfermait dans l’impossibilité de fonder la production de plus value.

35Toutefois, à vouloir conserver à tout prix la théorie de la valeur de Ricardo en y introduisant la notion de force de travail afin de formuler sa théorie de la plus value, Marx s’est enfermé de lui-même dans une impasse.

Valeur de la force de travail et valeur du travail

  • 21 Marx cite Bailey, p. 206, pour appuyer son idée de « tautologie absurde » que l’on a examinée plus (...)

36Si dans l’expression « valeur du travail », le travail est une marchandise, sa valeur, selon la théorie ricardienne, vient du fait que le travail est le résultat du travail, et elle est mesurée par la quantité de travail nécessaire à sa production. On aurait alors la proposition d’après laquelle le travail résulte du travail, ce qui est, comme l’écrit Samuel Bailey, « absurde », en vertu du sens du terme « travail »21.

37L’introduction par Marx de la notion de force de travail ne résout pas le problème :

  • 22 Marx (1867), livre I, t. I, p. 170.

Sous ce nom [force de travail] il faut comprendre l’ensemble des facultés physiques et intellectuelles qui existent dans le corps d’un homme, dans sa personnalité vivante, et qu’il doit mettre en mouvement pour produire des choses utiles.22

38Vendue au titre de marchandise par le travailleur, sa valeur, comme celle de toute marchandise, résulte d’une dépense de travail, et est mesurée par la quantité de travail nécessaire à sa production. On obtient alors une proposition qui dit que le travail produit la force de travail. Comme, de la définition du terme « force de travail », il suit que la force de travail et le corps de l’homme forment une seule et même chose et qu’il est impossible d’extraire la force de travail du corps de l’homme, on obtient la proposition qui dit que le travail produit le corps de l’homme, ce qui est une « absurdité » en vertu du sens des termes « travail », « produit » et « corps de l’homme ». Le travail est quant à lui la « mise en mouvement » de cette force, plus précisément :

  • 23 Marx note à cet endroit : « Dans l’ancienne Rome, le villicus, l’économe qui était à la tête des e (...)
  • 24 Ibid., p. 174.

La force de travail se réalise par sa manifestation extérieure. Elle s’affirme et se constate par le travail, lequel de son côté nécessite une certaine dépense des muscles, des nerfs, du cerveau de l’homme, dépense qui doit être compensée. Plus l’usure est grande, plus grands sont les frais de réparation23. Si le propriétaire de la force de travail a travaillé aujourd’hui, il doit pouvoir recommencer demain dans les mêmes conditions de vigueur et de santé. Il faut donc que la somme des moyens de subsistance suffise pour l’entretenir dans son état de vie normal.24

39Marx énonce que la dépense de nerfs, de muscles, de cerveau, en laquelle consiste le travail, doit être compensée. Par quoi ? Par l’absorption par le travailleur de biens de consommation. En indiquant que la dépense de forces doit être compensée, Marx introduit une nouvelle grandeur, précisément la dépense de forces. Celle-ci ne peut être distinguée du travail, elle est le travail lui-même lorsque la dépense de forces consiste en une suite ordonnée d’actions de l’homme en vue de créer un objet utile. Cette dépense de forces n’est, pas plus que le travail, une marchandise. Elle n’est pas susceptible d’avoir une valeur au sens ricardien, car la proposition « la dépense de force résulte du travail » reviendrait à la proposition « le travail résulte du travail ».

40Cela dit, la dépense de forces est une grandeur physique, à ce titre mesurable et mesurée en unités physiques. Les économistes préclassiques et classiques ont d’emblée donné un contenu social et économique à cette grandeur en énonçant qu’elle était compensée par l’absorption de biens de consommation et en identifiant sa mesure à une mesure des biens de consommation. La dépense de forces, grandeur physique, devient le travail, grandeur économique, et sa mesure devient la valeur du travail. Reste à mesurer économiquement les biens de consommation. La solution de Ricardo, reprise par Marx, a consisté à les traiter comme toutes les marchandises, résultant comme telles d’une dépense de travail et possédant ainsi une valeur, elle-même mesurée par la quantité de travail nécessaire à leur production. Ainsi la valeur de la dépense de forces ou valeur du travail est-elle identifiée à la mesure de la valeur des biens de consommation. Rien ne distingue la solution de Marx de celle de Ricardo, pourvu que l’on admette, avec Marx, que la compensation de la dépense de forces en laquelle consiste le travail est réalisée par l’absorption de biens de consommation. Ce que Marx appelle « valeur de la force de travail » n’est donc rien d’autre que la valeur du travail, ce dernier considéré comme une dépense de forces. Dans ces conditions, la plus value au sens de Marx n’existe pas.

41Soit une journée de travail de 12 h, correspondant à une certaine dépense de forces F. Pendant la journée de travail de 12 h, il est produit des marchandises dont la mesure de leur valeur donne 12 h, c’est-à-dire aussi F, puisque F mesure la dépense de forces occasionnée par les 12 h de travail, ce qui n’est rien d’autre que la quantité de travail dépensée pendant les 12 h. Cette dépense de forces est compensée par l’absorption de biens de consommation. La valeur F de la dépense de forces est identique à la mesure de la valeur des biens de consommation. Comme F est égale à 12 h, la mesure de la valeur des biens de consommation est 12 h. En d’autres termes, le capitaliste ne gagne rien sur l’emploi des travailleurs salariés, puisque le produit de leur travail possède une valeur égale à celle des biens de consommation qu’ils acquièrent avec leur salaire. En inventant la force de travail, Marx a créé un objet bizarre qui ne peut pas avoir d’existence empirique. D’un côté, la force de travail a la propriété de créer une plus grande quantité de valeur lors de son usage que la quantité qu’elle recèle et qui détermine sa valeur d’échange, propriété qui est à l’origine de la plus value. D’un autre côté, la valeur d’usage de la force de travail, c’est le travail, la dépense de forces, et la valeur d’échange de la force de travail, qui résulte de la nécessité de compenser cette dépense de forces, c’est la valeur de cette dépense, la valeur du travail, égale à la quantité de valeur des biens de consommation ; mais alors il n’y a plus de plus value. Dans le langage de Marx, tout cela revient à dire que la valeur des biens de subsistance nécessaires à la reproduction de la force de travail, c’est-à-dire la valeur de la force de travail ou le salaire, est égale à la valeur du produit du travail. La force de travail ne peut pas exister car elle possède deux propriétés simultanément et en toutes circonstances incompatibles entre elles, celle de créer de la plus value et celle de n’en pas créer.

42D’un côté, dans son analyse de la relation salariale, Marx montre clairement que le salaire ne paie pas le travail, mais qu’il paie l’individu. D’un autre côté, sa tentative de s’émanciper de la valeur du travail en introduisant la force de travail conduit à la conception que le salaire, équivalent à la quantité de valeur des biens de consommation, paie le travail. Il y a là une incohérence dont la source réside dans la théorie de la valeur de Ricardo à laquelle Marx se rattache. Pourtant, le problème de Marx, concilier le principe d’échange équivalent et la présence d’un excédent de valeur, trouve une solution simple dans le cadre de la théorie de la valeur de Smith.

Échange équivalent et excédent de valeur chez Smith

  • 25 Voir Smith (1776), p. 453. S’agissant des manufactures, il écrit : « Dans celles-ci, la nature ne (...)
  • 26 Marx (1867), livre 1, t. I, p. 58, cantonne les éléments naturels présents dans la marchandise à l (...)

43Pour Smith, le travail, en tant qu’il est la source de la richesse, est l’activité humaine qui consiste à mettre en forme utile à l’homme des éléments qui lui sont extérieurs, en particulier les éléments donnés à l’homme par son environnement naturel25. Aussi la marchandise contient-elle quelque chose de plus que le travail humain grâce auquel elle est produite : c’est le produit brut apparaissant sous la forme matérielle de la marchandise utile. Ce qui distingue la quantité de travail dépensé dans la production de la marchandise de la quantité de travail commandé par cette même marchandise, c’est que la première n’a rapport qu’à la dépense de travail humain, tandis que la seconde a, en plus, rapport à la « quantité de nature » qui y est incorporée, l’ensemble prenant la forme d’une marchandise dont la valeur est mesurée par une certaine quantité de travail humain, la quantité de travail qu’elle commande. Cette dernière est en principe supérieure à la quantité de travail humain que sa production a nécessité, précisément parce qu’elle contient cette « quantité de nature » mise en forme utile26.

44Smith mesure la quantité de travail, qu’il s’agisse de celle qui est dépensée dans la production de la marchandise ou de celle que la marchandise commande, par une mesure du travail lui-même. Pour cela, il se place du point de vue du travailleur :

  • 27 Smith (1776), p. 102.

Des quantités égales de travail doivent être, dans tous les temps et dans tous les lieux, d’une valeur égale pour le travailleur. Dans son état habituel de santé, de force et d’activité, et d’après le degré ordinaire d’habileté ou de dextérité qu’il peut avoir, il faut toujours qu’il sacrifie la même portion de son repos, de sa liberté, de son bonheur.27

45Le sacrifice du travailleur, son travail, est un processus purement physique, orienté vers la création (ou l’acquisition) de richesses. La mesure du travail se ramène donc à la mesure de cette dépense de forces physiques, et Smith la réduit au blé ou à l’unité en laquelle sont mesurées les quantités de blé. Son raisonnement est le suivant.

  • 28 Ibid., p. 104.

46Le blé « est la subsistance de l’ouvrier »28. Le blé est par ailleurs, en tant que subsistance, la contrepartie du travail, de la dépense de forces ; Smith pose une équivalence entre le blé qu’il faut consommer et la quantité de travail employée et dépensée :

  • 29 Ibid., p. 105, nos italiques. Voir aussi p. 112.

Le prix moyen ou ordinaire du blé se règle… sur la valeur de l’argent, sur la richesse ou la stérilité des mines qui fournissent le marché de ce métal, ou bien sur la quantité de travail qu’il faut employer et, par conséquent, de blé qu’il faut consommer, pour qu’une certaine quantité d’argent soit transportée de la mine jusqu’au marché.29

47Cette équivalence revient à dire qu’une quantité donnée de blé contient les substances propres à compenser une dépense de travail donnée. La valeur d’une quantité donnée de blé est fixe puisqu’une quantité donnée de blé recèlera toujours les mêmes quantités de substances dont la consommation par le travailleur permet à ce dernier de compenser une même dépense de forces, et donc une même quantité de travail. Le blé pourra être une mesure de la valeur d’une marchandise puisqu’une quantité donnée de blé commandera ou achètera toujours la même quantité de travail. Le blé résume ici le panier de consommation du travailleur, lequel panier mesure sa dépense de travail. Ce panier de consommation, s’il est en possession d’un individu qui ne le consomme pas lui-même, compense exactement la dépense de travail d’un travailleur qu’il peut commander.

48On ne peut réduire le panier de consommation au panier de consommation physiologique, et a fortiori au blé. De plus il faut tenir compte du fait que, non seulement l’ouvrier est plus ou moins libéralement payé selon les sociétés, comme l’écrivait Smith, mais aussi que les différentes catégories d’ouvriers sont plus ou moins payées au sein d’une même société. En d’autres termes, le panier de consommation possède un substrat physique indispensable à l’autoconservation, mais il est avant tout un objet social. Le caractère social du panier de consommation est pleinement réalisé lorsqu’il prend la forme monétaire du salaire. C’est alors le salaire qui compense et mesure le travail, et à ce titre, il est la valeur du travail.

49Le cadre conceptuel de la théorie de la valeur de Smith permet de concilier le principe de l’échange équivalent et la présence d’un excédent de valeur. Le travail consiste en la mise en forme utile d’éléments extérieurs à l’homme, tirés de la nature, apparaissant sous la forme du produit du travail. Le rapport entre capitaliste et travailleur consiste en un échange du produit du travail contre un panier de consommation. Ce qui est évalué dans le panier de consommation, c’est la dépense de travail qu’il compense, c’est-à-dire le travail commandé qu’il contient. Dans l’échange panier de consommation contre produit du travail, l’échange est à valeurs égales pour la partie du produit du travail concernée : la valeur en travail commandé du panier de consommation est égale à la valeur du travail dépensé dans la production. Celle-ci se retrouve dans la partie « salaires » de la valeur échangeable du produit du travail, aux côtés des profits et des rentes, lesquels représentent l’excédent de valeur.

Conclusion

50Marx a échoué dans sa tentative de concilier l’échange équivalent et la présence d’un excédent de valeur en introduisant la force de travail. De plus, celle-ci n’apporte rien à l’analyse des relations salariale et de travail. Entité inutile à la science, la force de travail devrait être supprimée en vertu du principe d’Occam.

51L’échec de Marx s’explique par le fait qu’il reste dans le cadre de la théorie de la valeur de Ricardo. Celle-ci avait montré ses limites tant en ce qui concerne la mesure des quantités de travail – la mesure de la valeur – que sa capacité à expliquer les prix. Marx a fait apparaître une limite supplémentaire de la théorie : son incapacité à expliquer l’excédent de valeur. Cette limite n’existe pas dans le système conceptuel smithien. Cela incite à réexaminer la théorie de la valeur de Smith dans la perspective de la construction d’un concept de valeur-travail qui ne se heurte pas aux limites inhérentes aux concepts de valeur de Ricardo et Marx.

Notes

1 Karl Marx (1867), Le Capital, livre I, 6e section, chap. XIX. Les références à Marx (1867) dans cet article renverront à l’édition suivante : Marx Karl, Le Capital, Paris, Éditions sociales, 1950.

2 Marx (1867), livre I, t. II, p. 206.

3 Marx a eu le mérite de distinguer la relation de travail de la relation salariale. Mais il n’a pas fait école. La plupart des auteurs réunissent en une seule relation ces deux relations, sous des appellations diverses : « rapport salarial » comme dans l’analyse régulationniste [cf. Boyer (1986), notamment p. 49-50] ; « relation de travail » comme dans l’analyse en termes de conventions [cf. Salais (1989), p. 199-240] ; ou encore « relation d’emploi » comme dans l’analyse de Simon (1957).

4 Marx (1867), livre I, t. I, p. 176 et p. 179.

5 Ibid., Livre I, t. II, p. 7-182.

6 Marx (1867), livre I, t. I, p. 171.

7 Ibid., p. 172.

8 Marx (1867), livre II, t. I, p. 33.

9 Marx (1863-1866), p. 164.

10 Karl Marx (1867), livre I, t. III, p. 155.

11 « Aussitôt qu’il y aura des capitaux accumulés dans les mains de quelques particuliers, certains d’entre eux emploieront naturellement ces capitaux à mettre en œuvre des gens industrieux, auxquels ils fourniront des matériaux et des subsistances… » [Smith (1776), p. 118].

12 Ibid., p. 55.

13 Marx (1867), livre II, t. I, p. 37.

14 Sur le rapport salarial en économie socialiste, cf. Bensimon (1996), chap. 7.

15 Karl Marx (1867), livre I, t. II, p. 210.

16 Bloch (1968) ; Meuleau & Piétri (1984), p. 731 sq. (on y trouve des relations d’époque de diverses coutumes de la terre) ; Duby & Vallon (1992), p. 387 sq.

17 Sur le paiement du travail au minimum, cf. Turgot (1766), p. 126. Sur l’extraction d’un maximum de travail d’autrui, cf. les développements de Marx sur l’extraction de la plus-value dans Le Capital, livre I, t. II.

18 Marx (1867), livre I, t. II, p. 206.

19 Ibid., p. 207.

20 Ibid.

21 Marx cite Bailey, p. 206, pour appuyer son idée de « tautologie absurde » que l’on a examinée plus haut. La citation de Bailey est la suivante : « M. Ricardo évite assez ingénieusement une difficulté qui, à première vue, menace d’infirmer sa doctrine que la valeur dépend de la quantité de travail employée dans la production. Si l’on prend ce principe à la lettre, il en résulte que la valeur du travail dépend de la quantité de travail employée à le produire – ce qui est évidemment absurde. Par un détour adroit, M. Ricardo fait dépendre la valeur du travail de la quantité de travail requise pour produire les salaires, par quoi il entend la quantité de travail requise pour produire l’argent ou les marchandises données au travailleur. C’est comme si l’on disait que la valeur d’un habillement est estimée, non d’après la quantité de travail dépensée dans sa production, mais d’après la quantité de travail dépensée dans la production de l’argent contre lequel l’habillement est échangé. » [Cité par Marx, p. 206, extrait de Bailey (p. 51)] Ce n’est pas de l’absurdité d’une tautologie dont parle Bailey, mais de l’absurdité qu’il y a à énoncer que le travail produit du travail.

22 Marx (1867), livre I, t. I, p. 170.

23 Marx note à cet endroit : « Dans l’ancienne Rome, le villicus, l’économe qui était à la tête des esclaves agricoles recevait une ration moindre que ceux-ci, parce que son travail était moins pénible. »

24 Ibid., p. 174.

25 Voir Smith (1776), p. 453. S’agissant des manufactures, il écrit : « Dans celles-ci, la nature ne fait rien ; la main de l’homme fait tout, et la reproduction doit toujours être nécessairement en raison de la puissance de l’agent » (Ibid., p. 454). Ce passage semble contredire notre affirmation. Mais ce n’est pas le cas car, même si le produit brut extrait de la nature est donné pour les manufactures, on retrouvera dans le produit fini, entre autres, la valeur de ce produit brut : « Ainsi, le travail d’un ouvrier de manufacture ajoute, en général, à la valeur de la matière sur laquelle travaille cet ouvrier, la valeur de sa subsistance et du profit de son maître » (Ibid., p. 417).

26 Marx (1867), livre 1, t. I, p. 58, cantonne les éléments naturels présents dans la marchandise à la valeur d’usage.

27 Smith (1776), p. 102.

28 Ibid., p. 104.

29 Ibid., p. 105, nos italiques. Voir aussi p. 112.

Auteur

Institut d’études politiques de Grenoble,
EA Université Pierre-Mendès-France, CREG (Centre de recherches en économie de Grenoble).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search