Version classiqueVersion mobile

Le travail en question, XVIIIe-XXe siècles

 | 
Christophe Lavialle

Subordination et exploitation dans la relation de travail

Nature, déterminants et dynamique de la subordination salariale : le modèle de Karl Marx

Delphine Brochard

Texte intégral

Introduction

1Les périodes de crise profonde, comme celle que connaissent actuellement nos économies, sont l’occasion d’un retour critique sur les théories dominantes et d’une activation ou réactivation de paradigmes alternatifs. La thématique du « travail » n’échappe pas à cette remise en chantier. Les théories du marché du travail reposant sur l’hypothèse d’un travailleur tire-au-flanc et opportuniste, pour lequel le travail n’est qu’une des sources possibles d’accès à la consommation, voit leur attrait diminuer au profit des théoriciens de l’asymétrie de la relation salariale, au premier rang desquels figure John M. Keynes. Une critique plus radicale est aussi à l’œuvre qui explique le récent accroissement des ventes en librairie du livre I du Capital de Karl Marx. Mais quel peut-être le sens d’un retour à Marx sur la question du travail ? En quoi la théorie de cet auteur offre-t-elle une mise à distance qui peut permettre de décentrer notre regard du vécu immédiat pour resituer le débat sur le travail ? La thèse défendue dans cette contribution est que le « détour » par Marx invite à une réflexion délaissée par la théorie économique contemporaine : la question de la subordination salariale.

2Ce thème de la subordination constitue un enjeu fondamental de la relation de travail ; sa reconnaissance est au fondement de notre droit du travail et sa méconnaissance anime la remise en cause de cette législation spécifique, dérogeant au droit des contrats. Or une telle méconnaissance est au cœur de la révolution marginaliste qui, tournant le dos à la théorie de la valeur travail, a dans le même mouvement fait du travail une marchandise comme les autres et abandonné toute réflexion sur les contenus et les formes du travail et leurs liens avec la dynamique du système. Si le thème de la subordination a réapparu, à l’échelle microéconomique, avec la théorie des organisations puis celle des incitations, c’est sous une forme très restreinte. La première analyse la coordination par l’autorité au sein de l’entreprise comme une réponse rationnelle à l’incomplétude propre au contrat de travail. La seconde l’aborde indirectement à travers la question du contrôle de l’effort productif du salarié, et donc la nature de l’incitation à mettre en œuvre, dans un contexte d’asymétrie d’information. Dans les deux cas, la subordination salariale est restreinte à la sphère de l’entreprise et analysée, dans l’univers du choix rationnel, comme une solution non comme un problème. Ce n’est qu’à l’échelle des déterminants macroéconomiques de l’emploi et des salaires, qu’une autre forme d’asymétrie est reconnue par une macroéconomie hétérodoxe (au sens de non-classique), à savoir l’incapacité dans laquelle se trouve le travailleur de créer son propre emploi ; mais celle-ci n’est alors traitée qu’à travers ses effets sur la dynamique du système.

  • 1 Rappelons qu’une des grandes figures de ce courant, John Roemer, après avoir mené une longue étude (...)

3De ce point de vue, la singularité de l’analyse proposée par Marx réside dans le caractère multidimensionnel de son approche de la subordination, que les lectures économiques ont à tort réduit à la théorie de l’exploitation. L’objet de cette contribution est précisément de restituer de façon systématique l’ensemble de ces dimensions traitées par Marx de façon éparse dans différents ouvrages, en commençant par ses écrits de jeunesse. Cette contribution se situe donc à rebours de la démarche analytique généralement suivie, consistant à étudier un élément particulier de la théorie marxienne de la relation salariale pour en déterminer les conditions de validité, démarche qui atteint son apogée mais aussi son déclin, avec le marxisme analytique1. S’il ne s’agit pas de nier l’intérêt de ces débats techniques, qui ont permis de clarifier les présupposés de l’analyse faite par Marx – sans pour autant pouvoir en trancher de façon définitive la validité – il convient de prendre acte du fait qu’ils ont asséché l’intérêt que l’on pouvait porter à cette analyse. Pourtant, loin de ce traitement en forme d’impasse, l’analyse de Marx continue d’irriguer les champs théoriques des relations industrielles outre-atlantique ou de la sociologie du travail en France, autours d’une réflexion sur la dynamique du rapport salarial.

4Dans cette perspective, l’enjeu de cette contribution réside non pas dans une analyse en soi et pour soi des déterminants du salaire, de l’emploi, du chômage ou de l’exploitation chez Marx ; ces déterminants, qui ont fait l’objet de nombreuses controverses, seront supposés ici connus. Il s’agit plutôt de comprendre comment Marx a posé les pierres d’angle d’une analyse des mécanismes économiques, idéologiques et institutionnels permettant la reproduction, l’acceptation mais aussi le dépassement de la subordination salariale. Comprendre comment Marx demeure une figure du « décentrement » ouvrant à une problématique délaissée par la théorie économique dominante et qui pourtant continue d’interroger l’équité de la relation salariale : en quoi le travail est-il soumis à une logique de valorisation du capital ? Comment cette logique s’impose-t-elle à travers la mutation des processus productifs mais aussi des formes salariales ? À travers quelles légitimations opère-t-elle et quelles en sont les limites ?

Le travail salarié ou « l’asservissante subordination » des travailleurs

  • 2 Comme l’explique Béraud (2007), cette thèse proudhonienne se fonde d’une part sur l’idée que les m (...)
  • 3 Artous (2003), p. 44-45.

5La singularité du regard porté par Marx sur la relation salariale apparaît clairement dès l’époque de son énoncé. Son analyse se différencie aussi bien de celle proposée par l’économie classique (dans sa version smithienne ou ricardienne) que de celle mise en avant par les courants socialistes. La comparaison avec Proudhon est, de ce point de vue, révélatrice. Lecteur de Smith, celui-ci fait sienne, comme le montre Alain Béraud (2007), l’idée selon laquelle le produit du travail constitue le salaire naturel du travailleur et, sur cette base, dénonce le salariat comme une expropriation, une usurpation : capitalistes et propriétaires fonciers captent le pouvoir productif conjugué de la terre, des instruments de production et de la force collective du travail. Cette dépossession des fruits légitimes du travail n’a, comme il le lit chez Smith, d’autre origine et d’autre fondement que l’appropriation exclusive des ressources productives et des instruments de production par une classe de non producteurs qui, ce faisant, obtiennent une rémunération sans avoir pris part à la production. Parce qu’ils acquièrent, grâce à cette rémunération, des biens sans contre-partie en termes de travail, ces propriétaires usurpateurs violent la seule règle juste des échanges, celle qui prévalait selon Smith dans l’état primitif et qui doit, selon Proudhon, s’appliquer à toute société, qui ne voit s’échanger que des quantités égales de travail2. On trouve ainsi chez Proudhon, comme le rappelle Antoine Artous3, une des premières formulations de la revendication du droit intégral au produit du travail, qui va fortement marquer le mouvement ouvrier et se traduire par la récurrence dans ce mouvement de « la figure du producteur qui doit redevenir maître du produit de son travail – dont il est dépossédé par le capital ».

  • 4 Marx (1844), p. 46.
  • 5 Ibid., p. 68.
  • 6 Marx, (1875), p. 1420-1421.
  • 7 Marx (1847), p. 43.

6Marx n’aura de cesse de combattre cette vision qui repose, selon lui, sur une critique superficielle. On trouve traces de ces débats dès les Manuscrits de 1844, où Marx fustige « les erreurs commises par les réformateurs en détail qui voudraient ou bien élever le salaire et améliorer ainsi la condition ouvrière, ou bien considèrent (comme Proudhon) l’égalité du salaire comme le but de la révolution sociale »4. Un relèvement autoritaire du salaire ne serait « rien d’autre qu’une meilleure rémunération d’esclaves » ; quant à l’égalité du salaire, elle ne ferait que « généraliser le rapport de l’ouvrier de notre temps à son travail, en en faisant le rapport de tous les hommes au travail »5. Cette bataille est encore d’actualité dans sa critique du programme de Gotha, où Marx s’oppose à l’évocation des catégories « fruit intégral du travail », « droit égal » et « distribution équitable », comme autant de revendications qui restent prisonnières des bases de la société bourgeoise et ne permettent pas de mettre fin à « l’asservissante subordination des individus »6. Ce ne sont, à ses yeux, que les indications d’un socialisme vulgaire qui recherche les conditions de l’application égalitaire de la théorie ricardienne de la valeur7, sans percevoir les contradictions qu’elle porte :

  • 8 Marx (1875), p. 1421.

Le socialisme vulgaire [...] a repris des économistes bourgeois l’habitude de considérer et de traiter la distribution indépendamment du mode de production, et donc de représenter le socialisme essentiellement comme une affaire de distribution.8

7Cette critique socialiste n’atteint pas ce qui constitue, pour Marx, le fondement de la contradiction propre au travail salarié et dont l’économie politique ne laisse apparaître que les manifestations. Elle n’a pas saisi que les « modes de distribution » ne sont qu’une modalité des rapports sociaux déterminant la mise en œuvre des forces productives, donc la force de travail, sur lesquels les travailleurs n’ont aucune emprise.

  • 9 Nous ne souscrivons pas à l’interprétation proposée par Artous (2003) des Manuscrits de 1844. De n (...)
  • 10 Marx (1849), p. 205.

8Si cette conviction émerge très tôt dans les écrits de Marx9, c’est dans le Capital qu’elle trouve sa formulation la plus justifiée, à travers le concept d’exploitation. L’extorsion de la plus-value, qui définit l’exploitation, ne renvoie en effet pas seulement à l’existence d’un travail non payé (et donc à un problème de répartition), mais plus fondamentalement au fait que le travailleur est contraint au « surtravail », qu’il ne peut valoriser sa force de travail qu’en se soumettant à cette contrainte : il ne peut y avoir travail non payé, dans la théorie de la valeur travail incorporé, que parce qu’il y a travail au-delà de ce qui est nécessaire à la simple reproduction de la force de travail. Et cette contrainte trouve son effectivité non dans le pouvoir de tel capitaliste particulier, mais dans celui du capital. Car si le travailleur peut toujours rompre son contrat de travail, « il ne peut planter là la classe tout entière des acheteurs, c’est-à-dire la classe des capitalistes, sans renoncer à vivre »10.

9Autrement dit, ce que Marx dénonce dans la relation salariale c’est l’absence de maîtrise des travailleurs sur les conditions de mise en œuvre de leur force de travail à travers la soumission de ces conditions à celles de la valorisation du capital. Et cette soumission dépasse le cadre du procès de travail – placé sous le commandement direct du capital – pour engager plus fondamentalement l’ensemble du « procès de production de l’existence sociale » du travailleur salarié. En effet, nous dit Marx, ces travailleurs salariés

  • 11 Marx (1848), p. 168.

qui ne vivent qu’autant qu’ils trouvent du travail, et qui ne trouvent de l’ouvrage qu’autant que leur travail accroît le capital [...] sont obligés de se vendre morceau par morceau, telle une marchandise ; et, comme tout autre article de commerce, ils sont livrés pareillement à toutes les vicissitudes de la concurrence, à toutes les fluctuations du marché.11

  • 12 Kawashima (2005) montre très bien comment la « contingence » qui marque le procès de marchandisati (...)
  • 13 Marx (1845-1846), p. 1113.

10Soumis aux mouvements aveugles des mécanismes marchands à travers lesquels s’opère la valorisation du capital, les travailleurs n’ont de garantie ni sur la possibilité de vendre leur force de travail, ni sur le prix de cette vente. Leur existence se trouve ainsi marquée par le sceau de ce que Marx appelle la « contingence »12 et que nous nommons aujourd’hui la « précarité ». Sans maîtrise sur les conditions d’usage et de reproduction de leur force de travail, les salariés sont sans maîtrise sur les conditions de leur « réalité » : « leur propre condition de vie, le travail et, partant toutes les conditions d’existence de la société actuelle, sont devenues pour eux pure chose du hasard, de quoi, individuellement, les prolétaires ne sont nullement maîtres, sur quoi aucune organisation sociale ne peut leur donner de maîtrise »13. Et tel est pour Marx le sens profond de la dépossession propre à la relation salariale, dont l’iniquité de la répartition du produit du travail n’est qu’un symptôme, et qu’aucun code du travail ou système de protection sociale ne peut abolir.

  • 14 Toute la difficulté de cette conception du travail et les controverses qu’elle a fait naître tienn (...)
  • 15 « L’homme qui n’est plus qu’un ouvrier n’aperçoit – en tant qu’ouvrier – ses qualités d’homme que (...)

11Si cette dépossession/subordination reçoit des contenus explicatifs différents, du travail « aliéné » des Manuscrits de 1844 au travail « exploité » du Capital, elle est au cœur de la critique marxienne de la relation de travail quelle que soit l’époque considérée et ne prend sens qu’en référence à une conception très particulière du travail dont Marx ne se départira jamais. Suivant le message hégélien, le travail est en effet analysé par cet auteur comme une médiation par laquelle l’homme actualise ses potentialités, forge sa nature humaine14. La réalisation de l’homme, nous dit le jeune Marx, passe par l’objectivation de ses « forces essentielles », de sorte que les conditions de cette objectivation sont aussi les conditions de sa réalisation15. Cette vision initiée dans les œuvres de jeunesse mais dont on retrouve clairement l’empreinte jusqu’au Capital, conditionne son analyse économique du travail et explique cette conception large de la dépossession. Car si les conditions de cette objectivation sont aussi les conditions de sa réalisation, alors la maîtrise de sa réalisation – son libre accomplissement – impose la maîtrise de ces conditions ; ce que précisément le lien de dépossession/subordination, qui caractérise la relation salariale, interdit :

  • 16 Marx (1857-1858), t. 1, p. 207.

la valeur d’usage que peut offrir le travailleur face au capital, donc celle qu’il peut offrir d’une manière générale à d’autres, n’est pas matérialisée dans un produit, n’existe pas, tout simplement, en dehors de lui, n’existe donc pas réellement, mais seulement potentiellement, comme faculté. Elle ne devient réalité effective qu’à partir du moment où elle est sollicitée, mise en mouvement par le capital [...]. Dès qu’elle est mise en mouvement par le capital, cette valeur d’usage existe comme telle activité productive déterminée du travailleur ; c’est sa vie elle-même orientée vers un but déterminé et se manifestant donc sous une forme déterminée.16

  • 17 Marx (1857-1858), t. 2, p. 101-103.

12Voilà pourquoi le travail est-il décrit comme sacrifice de bonheur et de liberté sous la plume de Smith qui, ce faisant, ne fait que naturaliser le contenu et la forme du travail soumis à la contrainte capitaliste17.

De la marchandisation à la coercition : les mécanismes de l’assujettissement

  • 18 Des auteurs comme Benetti & Cartelier (1980) ou de Vroey (1985) ont vu dans la soumission monétair (...)
  • 19 Ce double assujettissement dépossédant le travailleur de toute maîtrise sur les conditions de valo (...)

13La condition première, fondamentale du salariat réside, chez Marx comme chez Smith, dans la séparation entre les travailleurs et les conditions de valorisation de leur capacité de travail. Mais à une différence majeure près : cette condition initiale fait, chez le premier, l’objet d’un exposé historique montrant que l’appropriation n’est pas le résultat du travail mais son présupposé. Dans l’économie monétaire de Marx, cette séparation contraint les travailleurs non pas à partager le produit de leur travail mais à vendre leur capacité de travail comme marchandise aux « possesseurs d’argent », pour accéder aux moyens de leur subsistance18. Et c’est cette marchandisation de la force de travail qui fonde le double assujettissement caractéristique, selon lui, de la relation salariale19. D’abord l’assujettissement à la contingence, à travers l’incertitude radicale inhérente à la métamorphose de la marchandise « force de travail » en argent sur le marché du travail. Ensuite, l’assujettissement au commandement du capitaliste, une fois franchis les murs de l’entreprise, puisqu’en vendant sa force de travail comme marchandise, le travailleur en concède le droit d’usage à l’acheteur et, ce faisant, accepte de se soumettre à son autorité (sa force de travail étant inséparable de son être), perdant ainsi dans le même mouvement la maîtrise du procès de travail et du produit de ce procès.

14Cette double sujétion, produit de la marchandisation de la force de travail, permet de comprendre les ressorts suivant lesquels la logique de valorisation du capital s’impose au travailleur. D’un côté, la régulation marchande de la relation salariale fait varier le salaire autour d’une norme de reproduction de la force de travail, au grès du rythme d’accumulation du capital qui détermine le niveau de la demande de travail (l’offre étant par hypothèse inélastique à court terme). De l’autre, la régulation par l’autorité détermine l’usage de la force de travail suivant une logique de valorisation des avances productives dont la condition première est la production de « plus-value absolue », c’est-à-dire la prolongation de la journée de travail au-delà du point où le travailleur aurait simplement produit l’équivalent de la valeur d’échange de sa force de travail. Certes, comme cela a été très souvent noté mais aussi très différemment fondé, la force de travail n’est pas une marchandise comme les autres : elle n’a que la forme de la marchandise et non le contenu au sens où elle n’est pas le fruit d’une production marchande. Dès lors, ses conditions de reproduction (modalités de partage des gains de productivité) et d’usage (temps et conditions de travail) reposent-elles nécessairement sur des constructions sociales et historiques, des conventions, dépendant du niveau de développement de l’économie, de l’état du rapport de force entre employeurs et employés et de son institutionnalisation. Mais loin de mettre fin à l’assujettissement, ces conventions ne font qu’entériner des compromis compatibles avec la poursuite de l’accumulation.

  • 20 Le statut de cette catégorie, que Marx développe dans plusieurs ouvrages de la maturité sans lui a (...)
  • 21 Marx (1867), p. 571.
  • 22 Ibid., p. 647-648.
  • 23 Marx (1863-1866), p. 194.

15Cette double sujétion, qui s’impose en veru même de la forme (ou par la seule forme) marchande des rapports qui lient les producteurs directs aux détenteurs des moyens de production, est rangée par Marx sous la catégorie de « subsomption formelle du travail au capital ». Parce qu’elle ne renvoie qu’à la forme salariale du procès de production capitaliste, et fait abstraction de son contenu, la subsomption formelle du travail au capital est une catégorie à la fois logique et historique20. En tant que « base générale du système capitaliste »21, elle constitue une catégorie logique désignant l’obligation de surtravail fondée sur la subordination marchande du travailleur, forcé de vendre sa force de travail pour accéder aux moyens de subsistance. Elle fait apparaître le principe suivant lequel ce mode de production reproduit, par son propre mouvement, la séparation entre force de travail et conditions de travail sur laquelle il repose : comment « il contraint sans cesse le travailleur à vendre sa force de travail pour vivre, et met constamment le capitaliste en mesure de l’acheter pour s’enrichir »22. Mais cette catégorie désigne également, dans le texte de Marx, une forme particulière, dominante dans les premiers temps du capitalisme, où le capital se soumet le procès de travail tel qu’il existe dans son contenu précapitaliste, sans le modifier. À ce double titre, général et particulier, logique et historique, la subsomption formelle se trouve à la fois dépassée et conservée dans l’avènement du mode de production spécifiquement capitaliste, qui se développe « à mesure qu’augmente la production capitaliste, qui révolutionne progressivement la technique du travail et le mode d’existence réel de l’ensemble du procès de travail en même temps que les rapports entre les divers agents de la production »23.

  • 24 Cette « révolution progressive » qui conduit de la « manufacture » à la « grande industrie », est (...)

16Sur la base du contrat salarial, qui octroie au capitaliste la responsabilité de l’organisation et de la direction du procès de travail, se développe en effet, selon Marx, un formatage très particulier des techniques de production qui révolutionne progressivement non seulement l’ensemble du procès de travail mais en même temps les rapports entre les divers agents de la production. Le principe de ce formatage est décrit au sein du Capital dans les chapitres consacrés à la production de la « plus-value relative », reposant sur l’accroissement de la productivité du travail. Le pouvoir de commandement du capital ne se limite plus ici à la surveillance des modes opératoires adoptés par les ouvriers, mais vise à déterminer ces modes eux-mêmes, à les conformer à son objectif de valorisation. Ce modelage des processus productifs, à travers le développement de la « coopération », de la « division du travail » et de la « machinerie », conduit à la réduction progressive des marges de manœuvre et donc de l’autonomie dont disposent les travailleurs dans l’exécution de leur travail, c’est-à-dire dans la mise en œuvre de leur force de travail (son actualisation). Parce que ce procès de laminage se heurte à la résistance des salariés, l’évolution décrite par Marx peut être comprise comme un processus dialectique conduisant à une objectivation du commandement capitaliste, dont nous rappellerons ici brièvement les étapes bien connues24.

  • 25 Marx (1857-1858), t. 2, p. 185.

17La première modification que subit le procès de travail du fait de sa subsomption sous le capital, est la mise en œuvre de formes coopératives de travail, reposant sur l’action conjuguée et planifiée d’un grand nombre de travailleurs. La fonction de direction et de coordination de ce collectif revient alors « naturellement » au capital. Mais parce que ce collectif de travail est à la fois une « ressource » et une « menace » du point de vue de la valorisation [pour reprendre l’expression de Coutrot (1996)], le capital confère à cette fonction une forme despotique et met en place un système de contrôle hiérarchique. Sur la base de cette coopération orchestrée par le capital, est développée une division minutieuse des tâches conduisant à la parcellisation du travail et à la séparation entre les travaux de conception et d’exécution. Cette deuxième phase de modification se traduit pour la majorité des travailleurs par une déqualification et la perte de la maîtrise intellectuelle du procès de travail au profit de sa concentration dans les instances d’encadrement, de contrôle du capital. Ce mouvement de dépossession des compétences et des savoirs productifs trouve son accomplissement dans la mécanisation d’un procès de travail tout à la fois mutualisé et parcellisé. La mise en place d’un « système de machines » transforme le travailleur en simple auxiliaire de la production mécanisée et donne un nouvel essor à la recherche de « plus-value absolue » : « Réduite à une simple abstraction d’activité, l’activité de l’ouvrier est déterminée et réglée de tous côtés par le mouvement de la machinerie et non l’inverse. »25

  • 26 Marx (1867), p. 509.
  • 27 Kawashima (2005).
  • 28 Marx (1857-1858), t. 2, p. 94.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., p. 100. Nous entrons ici, pour reprendre les termes de Suzanne De Brunhoff, dans le registr (...)
  • 31 Ibid.

18Cette révolution progressive des techniques productives conduisant à un accroissement sans précédent de la productivité, ne limite pas ses effets, du point de vue de la relation salariale, à la sphère de la production. Elle induit l’apparition, dans la sphère de la circulation, de « travailleurs superflus » formant une véritable « armée industrielle de réserve » dont l’effectif varie avec le cycle industriel et les besoins conjoncturels du capital26. L’existence de ce volant de chômeurs accroît la contingence qui pèse sur le travailleur salarié, i. e. accentue l’absence de contrôle du travailleur sur les conditions de valorisation de sa force de travail et leur soumission à la valorisation du capital27. L’incertitude provoquée par les mouvements alternatifs d’absorption et de rejet qui secouent le marché du travail au rythme chaotique de l’accumulation du capital, exacerbe la concurrence entre les travailleurs, renforce le pouvoir de marché du capital et, ce faisant, favorise un partage des gains de productivité tel que le salaire reste à un niveau compatible avec l’accumulation. Cette précarité, aussi bien en termes de salaire que d’emploi, qui marque la condition du travailleur industriel, fait de lui « un pauvre en puissance »28. Parce que cette partie paupérisée de la population est « non seulement dénués de toute ressource, mais incapables de se procurer par le travail les moyens de subsistance »29, c’est alors à la société qu’il échoit d’assurer sa subsistance. C’est au corps social et politique que revient l’entretien de cet instrument de travail virtuel tenu en réserve pour une utilisation ultérieure par le capital : une réserve dans laquelle le capital pourra puiser en phase d’accélération de la croissance30. Quant au travailleur, « ne subsistant plus par son travail nécessaire, c’est-à-dire par l’échange de celui-ci contre une partie du capital, il est tombé en dehors même des conditions du rapport apparent d’échange et d’indépendance »31.

19En somme, le modelage des processus productifs opéré par le capital, marquant l’avènement d’un mode de production proprement capitaliste, transforme tout à la fois les conditions de travail et les travailleurs et conduit à un creusement du fossé qui les séparent, assurant par là-même la « subsomption réelle du travail au capital », ce que des auteurs à nous plus contemporains ont appelé la « prolétarisation des travailleurs ». Cette évolution achève le processus de marchandisation de la force de travail qui garantit au capitaliste l’approvisionnement en force de travail et sa soumission aux conditions de valorisation capitaliste. Déqualifiés, la majorité des travailleurs ne peuvent en effet plus trouver aucune utilité à leur force de travail en dehors de la production capitaliste ; plus encore, l’abstraction de leur travail les rend indifférents à son contenu. En ce sens, leur force de travail est devenue, à leurs yeux, « réellement » une marchandise. En somme, si la subsomption formelle assure l’existence du travailleur « libre », la subsomption réelle assure l’existence du travailleur subordonné, permettant de réduire l’incertitude et la variabilité propre à la mobilisation productive du travail au profit du capital.

Mystification marchande et fétichisme du capital : les mécanismes du consentement

  • 32 Cet efficace propre à la forme est un apport spécifique aux œuvres marxiennes de la maturité et ma (...)

20Pour autant, la subordination salariale ne repose pas, chez Marx, uniquement sur la coercition. Celui-ci opère en effet une investigation des mécanismes expliquant l’intériorisation du rapport salarial. Bien que seulement en interstice, il évoque les formes de conscience correspondant aux formes de la réalité salariale et leur confère une efficacité propre. Ces éléments épars permettent de reconstruire une théorie de la « conscience ordinaire », montrant comment l’absence de maîtrise des travailleurs sur les conditions de mise en œuvre de leur force de travail à travers la soumission (formelle et réelle) de ces conditions à celles de la valorisation du capital est réfléchie dans la conscience des travailleurs. Étudiant les formes de conscience associées à la subordination formelle et réelle du capital au travail, Marx décrypte les effets de mystifications comme autant d’obstacles à la prise de conscience qui permettent de comprendre le double assujettissement des travailleurs salariés32.

  • 33 Marx (1867), p. 198.
  • 34 Marx (1857-1858), t. 1, p. 403.
  • 35 Marx (1867), p. 96-97.

21La subordination formelle, nous l’avons dit, s’impose en vertu même de la forme (ou par la seule forme) des rapports qui lient les producteurs directs aux détenteurs des moyens de production. Cette forme contractuelle inscrit la relation salariale dans « un véritable Eden des droits innés de l’homme », où ne règnent que « la Liberté, l’Egalité, la Propriété et Bentham »33. Elle fait en effet apparaître la relation salariale comme un « acte de volonté » commun aux deux parties, impliquant une reconnaissance réciproque des co-contractants comme propriétaires privés34. Bien sûr cette forme constitue pour Marx « une apparence, et une apparence trompeuse », en ce qu’elle mystifie le contenu de ce rapport de droit ou de volonté qui est donné par le rapport de dépendance économique liant le travail au capital et instaurant la soumission du travail aux conditions de valorisation du capital35. Si le travailleur salarié n’est pas l’esclave de tel capitaliste particulier, puisqu’il peut toujours choisir avec qui contracter ou rompre son contrat de travail, il est en revanche celui du capital, puisqu’il ne peut pas ne pas contracter. Mais ce rapport de dépendance dans lequel se trouve le travailleur vis à vis du détenteur des moyens de valorisation de sa force de travail n’est pas matérialisé par le contrat de travail.

  • 36 Marx (1863-1866), p. 180-181.
  • 37 Ibid. ; cf. également Marx (1857-1858), t. 1, p. 235.
  • 38 Marx (1857-1858), t. 1, p. 92-94.
  • 39 Ibid., p. 93.
  • 40 Marx (1845-1846), p. 1112.
  • 41 Marx (1867), p. 88.
  • 42 Marx (1857-1858), t. 1, p. 100.
  • 43 Ibid.

22Ce que fait apparaître la forme contractuelle, c’est l’assujettissement à la contingence marchande des travailleurs qui ne maîtrisent pas les conditions d’échange de leur force de travail, lesquelles varient au gré de la « loi aveugle de l’offre et de la demande ». Et de même que le capital se doit, suivant les « impératifs du marché », d’être mobile de branche en branche de production à la recherche des meilleures opportunités de valorisation, « indifférent à la nature particulière du procès de travail qu’il s’approprie »36, il « exige une même fluidité ou mobilité du travail » et donc une même « indifférence au contenu particulier du travail »37. Mais cette soumission aux mécanismes du marché est vécue par les échangistes comme une forme impersonnelle, objective de dépendance, « comme leur soumission à des rapports existant indépendamment d’eux et nés de l’entrechoquement de ces individus indifférents », comme « une fatalité » qui existe en dehors d’eux38. Et cette « indépendance personnelle fondée sur la dépendance objective »39 apparaît comme une forme nouvelle de liberté : « ... les individus s’imaginent être plus libres sous le régime bourgeois qu’autrefois, leurs conditions de vie étant livrées au hasard »40. De fait, en regard des « ténèbres obscures du Moyen Âge européen [où] la dépendance personnelle caractérise aussi bien les rapports sociaux de la production matérielle que les autres sphères de la vie qui s’édifient sur sa base »41, la contingence est assimilée à un déverrouillage du déterminisme social : « La déterminité qui, dans le premier cas, apparaît comme une limitation personnelle de l’individu par un autre, apparaît dans le second cas, comme s’étant développée en une limitation objective de l’individu par des rapports indépendants de lui et intrinsèques qui reposent sur eux-mêmes. »42 Parce que l’individu singulier ne peut « se dépouiller de sa déterminité personnelle », i. e. celle qui s’attache à sa personne, mais peut, en revanche, « surmonter des rapports extérieurs et se les subordonner, sa liberté semble plus grande », dans le second cas43. Et de fait, le déterminisme n’est pas aussi absolu puisqu’un travailleur peut devenir un capitaliste.

  • 44 Ibid. Et Marx de fustiger « l’ineptie qui consiste à considérer la libre concurrence comme l’ultim (...)

23« Néanmoins, une analyse plus approfondie de ces rapports externes, de ces conditions, montre l’impossibilité qu’il y a pour les individus d’une classe, etc., de les surmonter en masse sans les abolir. L’individu singulier peut par hasard en venir à bout, pas la masse de ceux qu’ils dominent. »44

  • 45 Marx (1867), p. 263.
  • 46 Marx (1857-1858), t. 1, p. 263.

24Mais la mystification propre à la forme contractuelle de la relation salariale ne s’arrête pas à ce sentiment de liberté. Elle touche également le sentiment d’égalité ou d’équivalence charrié par la forme marchande et qui trouve sa traduction par la mise en avant du « prix du travail » comme solde de la transaction, brouillant ainsi la distinction entre travail nécessaire et surtravail. Parce que le surtravail ne possède pas une « forme autonome, perceptible par les sens », il se fond indistinctement dans la journée de travail placée sous le commandement du capitaliste45. Ce faisant, c’est le fondement même de la plus-value (ou survaleur) qui est « obscurci » (selon l’expression de Michael Burawoy), i. e. le fait que le capitaliste reçoive une valeur pour laquelle il n’a donné aucun équivalent46. Dès lors, c’est tout le procès de reproduction du capital, le « renversement des lois de propriété de la reproduction marchande en lois de l’appropriation capitaliste », qui est recouvert d’un « voile mystique ». Dans sa vérité, la valorisation du capital est un processus d’appropriation sans équivalent qui se perpétue en raison même de cette appropriation, de telle sorte que le surtravail permet au capitaliste non seulement de conserver intact son capital mais encore de l’accroître grâce à la plus-value capitalisée. Mais cette vérité est cachée par le fait que le surtravail capitalisé est objectivé dans les moyens de production qui « se dressent face au travailleur et l’affrontent comme “capital” », c’est-à-dire lui font face comme une réalité indépendante et étrangère qui le domine.

  • 47 Marx (1857-1858), t. 1, p. 246.
  • 48 Marx (1863-1866), p. 165.
  • 49 « La domination du capitaliste sur l’ouvrier est, en conséquence, domination de la chose sur l’hom (...)

25L’inversion réelle par laquelle le produit de la force créatrice du travail s’autonomise du sujet producteur et s’oppose à lui sous la forme de conditions de travail extérieures, « comme capital, comme pouvoir d’autrui »47, se double ainsi d’une inversion idéaliste qui la reproduit et la mystifie, ce que Marx appelle le « fétichisme du capital », montrant ainsi que la relation salariale n’échappe pas à la chosification (à la réification) des rapports sociaux propre à l’économie marchande48. En somme, ce que masque la forme marchande de la relation salariale et que révèle Marx, c’est que les travailleurs ne sont l’objet que des puissances qu’ils ont eux-mêmes créées et continuent jour après jour de créer par leur travail49. En ce sens, on retrouve bien ici le schéma de l’aliénation dans et par le travail développé par Marx dans les Manuscrits de 1844, comme l’indique Roche (2005) à une différence notable près : ce qui n’était qu’un schéma interprétatif de la situation existentielle des travailleurs devient un schéma explicatif qui décrypte les ressorts de l’exploitation.

  • 50 Marx (1857-1858), t. 2, p. 186.

26Ce rapport du travail au capital devient d’autant « plus complexe et apparemment plus mystérieux » que se développe le mode de production « spécifiquement capitaliste ». En investissant le procès de travail, le capital matérialise (inscrit) dans les technologies productives cette dépossession des forces créatrices du travail qui est au fondement de l’inversion réelle et donc de sa domination. Forces collectives, puissances intellectuelles, innovations technologiques, etc., ces « forces sociales du travail » sont, sur la base de la subsomption formelle, développées par le capital à son seul profit et en opposition au travail dont elles sont rendues autonomes. Ainsi le travailleur singulier n’est-il plus seulement formellement séparé de ses potentialités créatrices cédées par contrat au capitaliste, mais réellement dépossédé de ses potentialités qui sont cristallisées dans l’équipement productif et les structures de commandement. Autrement dit, ce n’est plus seulement le fruit de ces potentialités mais ces potentialités elles-mêmes qui lui apparaissent désormais comme une puissance étrangère, objectivée dans les moyens de production et personnifiée par leurs propriétaires : le capitaliste. Avec la métamorphose des moyens de production qui culmine dans le « système automatique de machines », cette inversion « acquiert une réalité techniquement tangible » pour l’ouvrier : « L’accumulation du savoir et de l’habileté, des forces productives générales du cerveau social, est ainsi absorbée dans le capital face au travail et apparaît comme propriété caractéristique du capital, et plus précisément du capital fixe. »50

  • 51 Marx (1863-1866), p. 247.
  • 52 Marx (1857-1858), t. 1, p. 247.

27Parce que « ces forces de production sociales du travail ou forces productives du travail social ne se développent historiquement qu’avec le mode de production spécifiquement capitaliste », elles apparaissent comme « immanentes et inséparables de lui »51. Désormais, « le travail lui-même n’est productif qu’en tant qu’il est intégré au capital, que lorsque le capital constitue la base de la production et que le capitaliste est le grand commandant de la production »52. Seul le capital semble pouvoir rendre le travail productif. De fait, le travailleur particulier, déqualifié, dépossédé de la maîtrise matérielle et intellectuelle du procès de travail, n’atteint les potentialités créatrices du travail social que par la médiation du capital qui les incarne comme une réalité extérieure, étrangère et dominatrice. L’inversion réelle et idéelle atteint ici sa forme achevée. Le travail salarié s’impose comme l’horizon indépassable de la valorisation de la force de travail :

  • 53 Marx (1867), p. 829.

Il ne suffit pas qu’à un pôle les conditions de travail se présentent comme capital et qu’à l’autre se présentent des hommes qui n’ont rien à vendre que leur force de travail. Il ne suffit pas non plus de les forcer à se vendre de leur plein gré. À mesure que progresse la production capitaliste, se développe une classe ouvrière portée par son éducation, la tradition et l’habitude, à considérer comme des lois de la nature allant de soi les exigences de ce mode de production. L’organisation du procès de production capitaliste développé brise toute résistance, la génération permanente d’une surpopulation relative maintient la loi de l’offre et de la demande de travail et, partant, le salaire, dans des voies conformes aux besoins de valorisation du capital, la contrainte muette des rapports économiques scelle la domination du capitaliste sur le travailleur.53

Conclusion : vers la fin du travail salarié ?

  • 54 De Brunhoff (1976), p. 8.
  • 55 Ibid., p. 18.

28En somme, aux yeux de Marx, le vice de la relation salariale tient à la soumission qu’elle impose des conditions de mise en œuvre de la force de travail à la valorisation du capital, et donc aux contraintes qu’elle fait peser sur les possibilités d’accomplissement des travailleurs, sur le développement de leurs capacités et l’assouvissement de leurs besoins. Dénué de toute maîtrise sur ces conditions, le travailleur est soumis formellement et réellement à la contingence qui règne sur le marché du travail et à l’autorité du capitaliste qui régit l’entreprise. Il ne maîtrise ni les conditions de sa subsistance ni le contenu de son travail qui se déploie sous le commandement d’une volonté et d’une intelligence étrangère. Cette soumission/dépossession s’appuie sur des mécanismes économiques et idéologiques qui en assurent la reproduction et l’acceptation. Pour autant, comme le note Hai Hac (2003), la soumission du travail au capital n’est jamais ni totale ni définitive, de sorte que ces mécanismes évoluent dans leur forme et contenu, suivant un procès dialectique dont la résistance des travailleurs est un élément moteur. Fondamentalement antagonique, la relation salariale ne repose jamais que sur des compromis transitoires fixant pour un temps les normes d’usage et de reproduction de la force de travail, dont l’État est à la fois partie prenante et garant. La régulation de la relation salariale appelle donc l’intervention étatique. Mais cette régulation ne lève pas le vice de la relation salariale. La gestion étatique de la force de travail, comme la montré De Brunhoff (1976), traite les effets de la subordination salariale, et ce faisant, participe de sa reproduction, mais n’en abolit pas les causes : elle desserre la contrainte qui pèse sur le travailleur salarié mais ne la supprime pas. Ainsi l’État agit-il, à travers différentes institutions, sur « la reproduction de la force de travail dans les limites du maintien d’une insécurité fondamentale de l’emploi et dans des formes qui garantissent le maintien de la discipline du travail »54. Et Brunhoff de rappeler qu’étudiant, dans son ouvrage sur Les luttes de classes en France, le sort des revendications des ouvriers parisiens de 1848 en faveur d’une affirmation constitutionnelle et d’une garantie du « droit au travail », Marx montre comment celles-ci furent transformées en un « droit à l’assistance », c’est-à-dire un droit qui reste compatible avec la domination capitaliste reposant sur le maintien du « risque spécifiquement prolétarien » qu’est le chômage55.

  • 56 Lapides (2002).
  • 57 Marx (1847), p. 128-136 ; et Marx (1849), p. 169-170.

29Évoquons, en guise de conclusion, comment ce vice fondamental de la relation salariale permet de comprendre la façon dont Marx pense tout à la fois la nécessité et la possibilité de son dépassement. Si le salariat ne constitue pas, pour notre auteur, l’horizon indépassable de la valorisation de la force de travail, sa remise en cause, loin de relever d’un déterminisme économique fatal, intervient, dans ses écrits, avec l’ébranlement des mécanismes économiques, idéologiques et institutionnels qui en assurent la reproduction et l’acceptation, sous le coup des conflits que ne manque pas de nourrir cette relation de dépossession/subordination. Ces conflits ont d’abord lieu à l’intérieur des rapports de production, avant de remettre en cause ces rapports eux-mêmes56. Marx décrit ainsi comment les conflits du travail, portant sur les modalités d’usage et de reproduction de la force de travail (salaire, temps et conditions de travail), s’intensifient à mesure que se dégradent les conditions de valorisation du capital imposant une pression grandissante sur les travailleurs. Ces conflits sont pensés comme un vecteur essentiel de coalition des ouvriers et, dans le même mouvement, de prise de conscience de la réalité de la relation salariale. Ils évoluent avec les transformations de la production57 dont ils sont un élément moteur, mais ils ne menacent pas l’existence de cette relation tant que celle-ci n’est pas vécue comme un obstacle à dépasser.

  • 58 Markus (1988), p. 130.

30Or la relation salariale est ressentie comme telle à partir du moment où les transformations du procès de production de l’existence sociale qu’elle soustend conduisent à l’émergence de besoins (besoins vitaux mais aussi besoins de réalisation des individus) et de potentialités productives, « l’énergie pratique des hommes », que cette relation est incapable d’actualiser. Le caractère « borné » du rapport de production liant capitalistes et travailleurs se manifeste ainsi, au niveau des travailleurs, par les limites qu’il fait peser sur leur activité et la satisfaction de leurs besoins, révélant par-là même à leurs yeux la contradiction fondamentale de cette organisation socio-institutionnelle de la production : cette « forme donnée de société, à travers les activités mêmes et les pratiques qui constituent son processus vital, suscite et développe chez les individus productifs des capacités et besoins latents, et en même temps bloque leur satisfaction et leur exercice du fait des exigences fonctionnelles de sa propre reproduction »58. À mesure que ce rapport capital-travail est perçu comme une entrave au déploiement des potentialités humaines, il est remis en cause dans son fondement même par ceux dont il contraint l’accomplissement.

  • 59 Marx (1857-1858), t. 1, p. 264.
  • 60 Marx (1867), p. 548.
  • 61 Ibid.
  • 62 « Cette contradiction absolue abolit tout repos, toute stabilité et toute sécurité dans la situati (...)

31C’est dans cette perspective que s’inscrit le double sens que Marx confère au caractère « révolutionnaire » des mutations du processus productif à l’œuvre dans le capitalisme. Révolutionnaires, ces mutations le sont au sens où elles transforment profondément et de façon incessante les techniques productives. Mais elles le sont également par leur impact sur l’activité et les besoins des travailleurs et, ce faisant, leur potentiel révolutionnaire59. En effet, à mesure que la science investit le processus productif et le révolutionne, le profil des travailleurs dont le capitalisme a besoin évolue : « nécessité de la plus grande polyvalence possible pour l’ouvrier », « disponibilité absolue de l’homme pour les exigences changeantes du travail », nécessité d’un « individu totalement développé pour qui diverses fonctions sociales sont autant de modes d’activité qui prennent le relais les uns des autres »60. Ces exigences de l’industrie moderne, fondée sur l’innovation technologique, d’une plus grande polyvalence, disponibilité et adaptabilité des travailleurs, bref d’un travailleur mobile aux compétences plurielles, s’opposent aux réquisits de la manufacture ou des premiers âges de l’industrie (simple mécanisation de la division manufacturière du travail), à savoir : « l’individu partiel, simple support d’une fonction sociale de détail »61. Elles imposent, a contrario, la montée en qualification de la main d’œuvre et par suite le développement de l’éducation. Mais parce que cette évolution demeure inscrite dans le cadre d’une logique de profit et de concurrence marchande, parce que les déterminants de la division technique et sociale du travail demeurent la contingence marchande et l’autorité du capitaliste, ces potentialités sont développées de façon contradictoire. Ainsi la nécessaire mobilité et polyvalence du travail se traduit-elle par une précarisation croissante des travailleurs62. De même l’enseignement est-il réduit aux connaissances élémentaires.

32Ce développement contradictoire des potentialités productives et humaines, reçoit, dans les Manuscrits de 1857-1858 (Grundrisse), comme l’ont souligné par exemple Texier (1993), Bellue (2007) ou Vercellone (2007), un traitement qui, à bien des égards, apparaît visionnaire. Il y est en effet relié aux évolutions des modalités de valorisation de la force de travail et plus généralement de la création de richesse. Marx y décrit comment, le développement de la science devenant le « facteur décisif de la production de richesse », la valeur ne dépend plus du temps de travail mais de sa « puissance efficace » :

  • 63 Marx (1857-1858), p. 192-193.

à mesure que se développe la grande industrie, la création de la richesse réelle dépend moins du temps de travail et du quantum de travail employé que de la puissance des agents mis en mouvement au cours du temps de travail, laquelle à son tour – leur puissance efficace – n’a elle-même aucun rapport avec le temps de travail immédiatement dépensé pour les produire, mais dépend bien plutôt du niveau général de la science et du progrès de la technologie, autrement dit de l’application de cette science à la production.63

  • 64 Ibid., p. 196.
  • 65 Marx (1857-1858), p. 196.

33Parce que la puissance humaine, le potentiel productif de la force sociale de travail est décuplé par la technologie, l’accroissement de la richesse repose dès lors sur l’élévation du « savoir social général », la « connaissance » devenant « force productive immédiate ». Mais cette élévation du niveau des connaissances ne peut être atteinte que par la formation (initiale et continue) des travailleurs, laquelle ne peut s’accomplir que lors de « temps libre », ce qui implique la « création de beaucoup de temps disponible en plus du temps de travail nécessaire pour la société en général et pour chacun de ses membres (i. e. de loisir pour que se développent pleinement les forces productives des individus, et donc aussi de la société). »64 Or si cet accroissement du temps libre pour tous est une potentialité de l’augmentation sans précédent de la productivité du travail réalisée par la grande industrie, elle ne peut être actualisée dans le cadre du rapport de production capitaliste, où l’on ne réduit le temps de travail nécessaire que pour poser du surtravail : les gains de productivité se traduisent par une contraction de l’emploi et, ce faisant de la demande, entraînant des crises de surproduction. « Plus cette contradiction se développe, plus il s’avère que la croissance des forces productives ne peut plus être enchaînée à l’appropriation de surtravail d’autrui, mais qu’il faut que ce soit la masse ouvrière elle-même qui s’approprie son surtravail. »65

  • 66 Selon Vercellone (2007), Marx anticipe ici l’avènement du « capitalisme cognitif » (ou économie de (...)
  • 67 Car « d’un côté, le temps de travail nécessaire aura sa mesure dans les besoins de l’individu soci (...)
  • 68 Ibid., p. 199.

34Marx décrit ainsi un moment charnière66, où les potentialités humaines développées de façon contradictoire dans et par le capitalisme en ébranlent les fondations. Celles-ci ne peuvent en effet être pleinement réalisées que dans la société post-capitaliste, où les travailleurs associés se sont rendus maître des puissances sociales de la production, mettant ainsi fin à « l’inversion réelle » qui caractérise la relation salariale. Alors le temps disponible cessera d’avoir « une existence contradictoire »67 et pourra nourrir un cercle vertueux de croissance, dont la connaissance est l’élément moteur et la libre et riche individualité, le but : « l’épargne de temps de travail » permet l’« augmentation de temps libre, c’est-à-dire de temps pour le plein développement de l’individu, développement qui agit lui-même à son tour, comme la plus grande des forces productives, sur la force productive du travail »68.

35Alors le temps du travail salarié ne sera plus…

  • 69 Marx (1857-1858), p. 193.

Le surtravail de la masse a cessé d’être la condition du développement de la richesse générale, de même que le non-travail de quelques-uns a cessé d’être la condition du développement des pouvoirs universels du cerveau humain. Cela signifie l’écroulement de la production reposant sur la valeur d’échange, et le procès de production matériel immédiat perd lui-même la forme de pénurie et de contradiction. C’est le libre développement des individualités, où l’on ne réduit donc pas le temps de travail nécessaire pour poser du surtravail, mais où l’on réduit le travail nécessaire de la société jusqu’à un minimum, à quoi correspond la formation artistique, scientifique, etc. des individus grâce au temps libéré et aux moyens créés pour eux tous.69

Notes

1 Rappelons qu’une des grandes figures de ce courant, John Roemer, après avoir mené une longue étude du concept d’exploitation a conclu à la nécessité d’abandonner cette catégorie jugeant qu’elle ne mesurait qu’imparfaitement les inégalités du système qu’elle prétendait dénoncer.

2 Comme l’explique Béraud (2007), cette thèse proudhonienne se fonde d’une part sur l’idée que les moyens de production (les capitaux, le travail et la terre) considérés séparément ne sont pas productifs et d’autre part que la division du travail a fait émerger une force de travail collective, dont le bénéfice est accaparé par les détenteurs des moyens de production. Proudhon en déduit que la seule forme de société possible, la seule juste, la seule vraie est « l’association libre… qui se borne à maintenir l’égalité dans les moyens de production et l’équivalence dans les échanges » (ibid., p. 346), grâce au crédit et à la banque d’échange [Ege (2000)].

3 Artous (2003), p. 44-45.

4 Marx (1844), p. 46.

5 Ibid., p. 68.

6 Marx, (1875), p. 1420-1421.

7 Marx (1847), p. 43.

8 Marx (1875), p. 1421.

9 Nous ne souscrivons pas à l’interprétation proposée par Artous (2003) des Manuscrits de 1844. De notre point de vue, la critique de Marx ne renvoie pas plus dans cet ouvrage que dans ceux de la maturité à une forme et à un contenu particulier du travail (en l’occurrence l’opposition entre le travail industriel et le modèle normatif du travail artisanal), mais à la possibilité pour les travailleurs d’agir sur ce contenu et cette forme, ce qui engage l’ensemble des rapports socio-économiques institutionnalisés. La différence entre les œuvres de jeunesse et celles de la maturité nous semble résider seulement dans l’analyse des causes de ce phénomène de dépossession.

10 Marx (1849), p. 205.

11 Marx (1848), p. 168.

12 Kawashima (2005) montre très bien comment la « contingence » qui marque le procès de marchandisation de la force de travail constitue, pour Marx, une forme de domination du capital. Nous y reviendrons.

13 Marx (1845-1846), p. 1113.

14 Toute la difficulté de cette conception du travail et les controverses qu’elle a fait naître tiennent dans le fait de considérer que le travail est « la » médiation ou bien « une » médiation par laquelle l’homme actualise ses potentialités humaines [cf. Artous (2003) pour une synthèse des débats].

15 « L’homme qui n’est plus qu’un ouvrier n’aperçoit – en tant qu’ouvrier – ses qualités d’homme que dans la mesure où elles existent pour le capital qui lui est étranger. Mais comme le capital et l’homme sont étrangers l’un à l’autre, que leurs rapports sont marqués d’indifférence, d’extériorité et de contingence, il est inévitable que ce caractère étranger manifeste sa réalité. […] L’existence du capital est son existence, sa vie, il en détermine le contenu d’une manière qui ne tient aucunement compte de l’ouvrier » [Marx (1844), p. 106].

16 Marx (1857-1858), t. 1, p. 207.

17 Marx (1857-1858), t. 2, p. 101-103.

18 Des auteurs comme Benetti & Cartelier (1980) ou de Vroey (1985) ont vu dans la soumission monétaire l’essentiel de l’apport de Marx à l’analyse de la relation salariale. Les prolétaires sont ainsi définis comme des agents passifs qui ne possédant pas d’argent et n’ayant pas accès au crédit, sont dénués de tout pouvoir d’initiative sur la production sociale.

19 Ce double assujettissement dépossédant le travailleur de toute maîtrise sur les conditions de valorisation de sa force de travail est absent de l’analyse du travail manufacturier faite par Smith qui, comme le remarquent Diatkine & Diatkine (1991), établit une stricte équivalence entre cession de travail et cession de produit du travail. L’existence de travailleurs démunis de moyens de production et de subsistance fonde seulement leur obligation de céder une partie de leur production pour rémunérer l’avance de terre et/ou de capital que leur octroient directement (sous forme de moyens de travail) ou indirectement (sous formes de moyens de subsistance) leurs possesseurs. Les conditions de cet échange (conditions de travail contre partie du produit du travail) se réalisent alors selon le pouvoir de marché des deux parties, lequel se trouve largement conditionné par des déterminants extra-économiques, fondant une asymétrie conduisant à la reproduction de la relation salariale (cf. Dellemotte & Walraevens, ce volume).

20 Le statut de cette catégorie, que Marx développe dans plusieurs ouvrages de la maturité sans lui accorder toujours la même place est différemment appréciée par les commentateurs. Pour certains, majoritaires, elle constitue la première phase historique du capital, celle où le capitaliste intervient dans un mode de production pré-capitaliste : les travailleurs gardent le contrôle du procès de travail et la contrainte au surtravail se déploie à travers le seul mécanisme de la plus-value (ou survaleur) absolue. À l’encontre de cette interprétation courante, Tran Hai Hac (2003), p. 268, confère à cette catégorie non pas un statut historique mais logique (« théorique »), en la définissant comme « un moment abstrait de la conceptualisation du capital », celui de la contrainte monétaire au surtravail abstraction faite de l’effet des forces productives. Une voie médiane, à laquelle nous souscrivons, consiste à accorder à cette catégorie, comme à toutes les catégories de Marx, le statut de catégorie historico-logique, de catégorie qui donne sens à l’histoire (au sens du matérialisme historique).

21 Marx (1867), p. 571.

22 Ibid., p. 647-648.

23 Marx (1863-1866), p. 194.

24 Cette « révolution progressive » qui conduit de la « manufacture » à la « grande industrie », est différemment interprétée par les commentateurs de Marx, et cela encore dans la littérature récente. Ainsi Ricoy (2003), proposant une reconstruction de l’analyse marxienne, décrit ce développement comme un « processus évolutionniste » au service de l’efficacité productive, rapprochant cette conception des analyses de Allyn Young et de Nicholas Kaldor : « les changements de forme ou de méthode de production qui peuvent se produire sont principalement le résultat du progrès technique », celui-ci étant vu comme « un processus continu d’analyse et de résolution de problèmes dans la sphère de production reposant sur l’interaction de la science et du savoir accumulé par l’expérience au sein de la production et par l’analyse et la résolution des problèmes eux-mêmes » (ibid., p. 75). Au contraire, Vercellone (2007), p. 17, affirme la portée critique de l’analyse marxienne insistant sur « les modalités très spécifiques suivant lesquelles le capital rend endogène le progrès technique à travers la subordination du procès de travail au procès de valorisation » ; suivant cette lecture, « ce n’est pas le niveau du développement technologique qui par lui-même détermine l’application d’une forme déterminée d’organisation du travail mais plutôt son adéquation à un moment donné en tant que soutien à l’extraction de surtravail » (idem). Et Vercellone de souligner l’existence chez Marx d’une dialectique complexe du conflit et de l’innovation, faisant du progrès technique une expression du rapport de forces entre capital et travail. Les indices accréditant cette thèse de non-neutralité de l’innovation sont nombreux dans l’œuvre de Marx, comme l’a montré Ware (1982). Cette thèse a d’ailleurs inspiré toute une tradition de la sociologie industrielle américaine qui interprète les innovations en regard de la volonté de contrôle des capitalistes sur le procès de travail (la nécessité de « sécuriser » l’extraction de la plus-value), que cette volonté soit perçue comme omnipotente ou le comme le fruit de la contestation et de la résistance permanente des salariés [cf. Herman (1982), Ware (1982) pour un résumé critique].

25 Marx (1857-1858), t. 2, p. 185.

26 Marx (1867), p. 509.

27 Kawashima (2005).

28 Marx (1857-1858), t. 2, p. 94.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 100. Nous entrons ici, pour reprendre les termes de Suzanne De Brunhoff, dans le registre de la « gestion étatique de la force de travail » répondant à « un besoin du capital qui ne peut être directement satisfait par le capital lui-même. » De Brunhoff(1976), p. 7. Nous verrons plus loin comment cette gestion assure la reproduction de la force de travail dans les limites du maintien d’une insécurité fondamentale de l’emploi.

31 Ibid.

32 Cet efficace propre à la forme est un apport spécifique aux œuvres marxiennes de la maturité et marque une évolution dans l’analyse de la relation salariale. Comme le note Georges Labica (1987), p. 86, « jusqu’au Manifeste, Marx laissera entendre que le prolétariat est en quelque sorte extérieur à la société, la seule force capable d’en faire sauter et la base et les superstructures, alors que toute la démonstration du Capital s’attachera à montrer au contraire à quel point le prolétariat est prisonnier de rapports d’exploitation qui l’écrasent et dominent ses formes de conscience elles-mêmes ».

33 Marx (1867), p. 198.

34 Marx (1857-1858), t. 1, p. 403.

35 Marx (1867), p. 96-97.

36 Marx (1863-1866), p. 180-181.

37 Ibid. ; cf. également Marx (1857-1858), t. 1, p. 235.

38 Marx (1857-1858), t. 1, p. 92-94.

39 Ibid., p. 93.

40 Marx (1845-1846), p. 1112.

41 Marx (1867), p. 88.

42 Marx (1857-1858), t. 1, p. 100.

43 Ibid.

44 Ibid. Et Marx de fustiger « l’ineptie qui consiste à considérer la libre concurrence comme l’ultime développement de la liberté humaine ; et la négation de la libre concurrence comme la négation de la liberté individuelle et de la production sociale fondée sur la liberté individuelle. C’est qu’il ne s’agit là de libre développement que sur un fondement lui-même borné – celui de la domination du capital. Ce genre de liberté individuelle est donc en même temps l’abolition la plus totale de toute liberté individuelle. À la fois liberté et total écrasement de l’individualité sous le joug des conditions sociales qui prennent la forme de puissances factuelles (Sachlich), voire de choses toutes puissantes – de choses indépendantes des individus et des relations qu’ils ont entre eux » [Marx (1857-1858), t. 2, p. 144].

45 Marx (1867), p. 263.

46 Marx (1857-1858), t. 1, p. 263.

47 Marx (1857-1858), t. 1, p. 246.

48 Marx (1863-1866), p. 165.

49 « La domination du capitaliste sur l’ouvrier est, en conséquence, domination de la chose sur l’homme, du travail mort sur le travail vivant, du produit sur le producteur, car les marchandises, qui deviennent des moyens de domination (en fait uniquement sur l’ouvrier) ne sont elles-mêmes que les résultats du procès de production, ses produits. Au niveau de la production matérielle, du véritable procès de la vie sociale - qui n’est autre que le procès de production - nous trouvons le même rapport qu’au niveau de l’idéologie, dans la religion : le sujet est transformé en objet, et vice versa. [...] Tel est le procès de l’aliénation du travail » [Marx (1863-1866), p. 142].

50 Marx (1857-1858), t. 2, p. 186.

51 Marx (1863-1866), p. 247.

52 Marx (1857-1858), t. 1, p. 247.

53 Marx (1867), p. 829.

54 De Brunhoff (1976), p. 8.

55 Ibid., p. 18.

56 Lapides (2002).

57 Marx (1847), p. 128-136 ; et Marx (1849), p. 169-170.

58 Markus (1988), p. 130.

59 Marx (1857-1858), t. 1, p. 264.

60 Marx (1867), p. 548.

61 Ibid.

62 « Cette contradiction absolue abolit tout repos, toute stabilité et toute sécurité dans la situation de l’ouvrier et menace constamment de lui arracher son moyen d’existence en même temps que son moyen de travail, et de le rendre superflu, lui et sa fonction parcellaire ; [...] le changement de travail ne s’impose plus désormais que comme une loi impérieuse de la nature qui se heurte partout à des obstacles. » [Marx (1867), p. 547-548].

63 Marx (1857-1858), p. 192-193.

64 Ibid., p. 196.

65 Marx (1857-1858), p. 196.

66 Selon Vercellone (2007), Marx anticipe ici l’avènement du « capitalisme cognitif » (ou économie de la connaissance) comme un troisième moment de la relation capital-travail, dans lequel la subsomption réelle est dépassée (la subordination salariale ne reposant plus que sur la dépendance monétaire), mais non l’antagonisme qui prend alors de nouvelles formes. Si l’analyse qui est ainsi menée de la réalité contemporaine à travers le prisme de Marx est extrêmement stimulante, elle nous semble mésinterprèter le sens que Marx donne à cette réflexion. Plus proche de l’interprétation défendue par Texier (1993) et à sa suite Bellue (2007) qui font de cette vision d’une économie de la connaissance un aperçu du communisme, nous pensons que Marx ne renvoie ici qu’à des potentialités de l’industrie moderne, qu’il ne pense pas pouvoir être actualisées dans le cadre du capitalisme.

67 Car « d’un côté, le temps de travail nécessaire aura sa mesure dans les besoins de l’individu social, d’un autre côté, le développement de la force productive sociale croîtra si rapidement que, bien que la production soit désormais calculée pour la richesse de tous, le temps disponible de tous s’accroîtra » [Marx (1857-1858), p. 196].

68 Ibid., p. 199.

69 Marx (1857-1858), p. 193.

Auteur

Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne,
EA 3934, PHARE (Pôle d’histoire de l’analyse et des représentations économiques).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search