Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail en question, XVIIIe-XXe siècles

 | 
Christophe Lavialle

Vers la conception du travail comme facteur de production et source de valeur

À propos du travail stérile : les idées physiocratiques en débat

Pascal Fessard

Texte intégral

Introduction

1L’examen qui suit propose une combinaison entre analyse et sociologie des doctrines économiques. Il s’intéresse à l’évolution du concept de « travail stérile » au sein de l’école physiocrate. Dès l’origine, les idées de ces philosophes d’entresol subirent de vives critiques et aujourd’hui leurs vues sur la stérilité du travail sont considérées à l’unanimité comme une erreur. Les arguments des opposants sont certes solides et, pris hors contexte, paraissent décisifs. Mais si les idées du docteur Quesnay ne semblent à première vue pas évoluer en réponse aux attaques qu’elles subissent, le maître clarifia pourtant progressivement sa vision.

2Nous examinerons successivement les critiques émises par Graslin et Forbonnais. Le premier écrase l’idée de stérilité du travail par une démonstration à partir d’une théorie « matérielle » de la valeur. Le second déplace les débats sur la question monétaire et permet aux physiocrates de reformuler la définition du travail stérile. Ainsi verrons-nous dans le discours physiocratique s’entremêler deux tendances difficilement conciliables : une théorie de la valeur et une approche circuitiste. Cette dernière caractérise particulièrement le paradigme médical du docteur-économiste.

  • 1 Denis (1904).
  • 2 Cartelier & Piguet (1999).
  • 3 Foley (1973).

3Nous nous inspirons des respectueux travaux, déjà anciens, d’un Hector Denis1 et, plus proche de nous, de l’excellente recherche interdisciplinaire de Marie-France Piguet et Jean Cartelier2, ainsi que de l’approche originale de Vernon Foley3. Ces recherches ont en commun un désir d’associer à la rationalité du discours la vision du monde du docteur, comme pour la replacer dans son contexte historique. Si la tentative peut paraître utopique, les méthodes éprouvées par les auteurs cités ci-dessus aboutirent à des résultats forts, qu’on ne peut passer sous silence actuellement.

  • 4 En plus du tribut que nous concédons volontiers aux historiens précités, notre recherche doit beau (...)

4Nous serons moins érudits et moins novateurs qu’eux, mais leurs méthodes et leurs résultats nourrissent notre propre approche historique du concept de travail stérile des sectateurs de Versailles4.

La productivité du travail, une problématique cernée entre valeur vénale et reproduction du capital

5Pour une longue tradition d’économistes depuis Jean-Baptiste Say, la productivité du travail se définit par la mesure des utilités individuelles, tout en s’abstenant de préoccupations métaphysiques : toute chose recevrait une valeur dès que quelqu’un la désire et la demande. Il en découle que le travail employé à la produire aura bien créé une valeur tangible, mesurable par l’échange, ce qui vaudra au labeur de l’artisan ou à celui du domestique, ou encore du laboureur, le qualificatif de productif. Il paraît dès lors futile de donner un sens économique à l’adjectif « stérile » appliqué au travail. Si personne ne s’intéresse à un bien, c’est à tort que l’on reprochera au travail d’être stérile. Le travail a réalisé quelque chose qu’aucun marché n’a voulu. Avec une bonne communication, un bon démarchage, il se peut toutefois que ce qui semblait sans intérêt trouve preneur. Dira-t-on que le travail est devenu productif par le miracle de la publicité ? Verra-t-on tel entrepreneur chercher à améliorer la productivité de ses ateliers en renforçant son service marketing ? Le propos dissone parce qu’il nous est naturel, en parlant de productivité du travail, d’imaginer la « matérialité du produit fini », et ce peut être la courbette du domestique, voire l’habileté du comédien ou du musicien. Même pour des valeurs culturelles ou spirituelles, il existe une sorte de quantification des produits, qui témoigne d’une véritable productivité du travail.

6Le docteur Quesnay fut loin d’être dupe quant à la valeur vénale des biens – c’est ainsi qu’il l’appelait pour souligner le caractère marchand de cette évaluation – elle est la résultante d’un échange, sa réalité est celle d’un prix de marché. Mais dans l’esprit du docteur, elle indique la richesse, elle ne la mesure pas. Comment, en effet, soutenir qu’un tel riche à million, qui se pique par goût pour un objet futile et qui se le procure avec une largesse dépensière sans borne, ait quantifié la valeur exacte d’une pareille bagatelle ? Au mieux exprime-t-il son « utilité », mais l’objet en question demeure une breloque sans intérêt aux yeux de la collectivité. Les spéculateurs y verront peut-être quelque affaire juteuse, mais la richesse nationale n’a pas augmenté pour autant. Et l’économiste politique s’intéresse bien plus au moyen de perpétuer les richesses collectives qu’à celui d’encaisser de jolis bénéfices sur les marchés nationaux.

7Lorsque Quesnay employa le concept de travail stérile, ce ne fut pas dans l’idée de discuter d’un problème de répartition, mais de celui de la reproduction des valeurs. Il ne s’agissait pas d’une discussion sur les prix, mais d’une réflexion à propos du capital. Cependant, elle ne fut pas toujours comprise ainsi, car ces deux plans d’observation se télescopaient à travers les discours physiocratiques.

8La courte explication formulée par Quesnay à propos des fabriques des bas de soie de Nîmes va éclairer cette ambiguïté du discours. Il était admis que la France vendait à l’étranger pour 2,5 millions de livres de bas de soie, alors qu’elle importait pour un million de matière première, ce qui d’apparence devait dégager un profit à mettre à l’actif de l’excellent travail de cette industrie. Mais voilà que Quesnay rajoute une série d’éléments contre cette idée reçue :

  • La France consommerait elle-même 5 millions de bas de soie, et donc elle importerait en réalité 3 millions de matière première afin de satisfaire la demande extérieure et intérieure. Comme elle ne vendrait à l’étranger que 2,5 millions de produits finis, sa balance commerciale serait en réalité déficitaire de 500 000 livres.
  • Qui plus est, en sus des matières premières, le travail de production et de vente coûterait 4,5 millions en entretien des fabricants, entrepreneurs et commerçants. L’ensemble des avances se monterait dès lors à 7,5 millions.
  • Or ce travail ne rapporterait que 7,5 millions, marchés intérieurs et extérieurs confondus. Les coûts équivaudraient aux recettes et donc ce marché ne dégagerait aucun profit, et forcerait même la nation à s’endetter de 500 000 livres vis-à-vis de l’étranger. De quoi conclure que ces fabriques ne sont aucunement productives5 !

9Quesnay introduit une réflexion sur les avances et la reproduction de leur valeur, tout en l’amalgamant à un raisonnement arithmétique démonstratif. Malheureusement, cette méthode trompe et ne s’accorde pas avec l’idée de la valeur vénale. Hormis le fait que les chiffres, dénués d’une signification statistique, ne servent qu’à clarifier l’explication, la solidité du propos vacille si l’on modifie à bon droit les conditions de marchés trop particulières invoquées par le docteur :

  • Supposons que le roi interdise la consommation de bas de soie en France, les fabriques de Nîmes deviendraient subitement productives et retireraient effectivement un tribut de 1,5 million à l’étranger.
  • Supposons encore que des progrès techniques réduisent la main-d’œuvre nécessaire à la fabrication des bas et nous serions obligés d’admettre la productivité du travail de cette industrie.

10Conclure de l’inconséquence de ces quelques points que la théorie du travail stérile serait une sorte de dénigrement impulsif de l’industrie, est une interprétation trop hâtive des idées du docteur. Certes, il est très en butte contre les enrichis et les parvenus, qui profitent de leur fortune afin d’intervenir en politique, non dans l’intérêt public, mais pour défendre leurs affaires. Il a toutefois une vision de l’industrialisation beaucoup plus pertinente que ce que l’on imagine au premier abord pouvoir émerger d’un esprit partisan du royaume agricole. On trouve, par exemple, dans l’article Hommes, une note de bas de page impressionnante de clairvoyance pour quelqu’un fréquentant plutôt la noblesse intellectuelle de cour que la bourgeoisie industrielle et commerçante.

On a interdit à Lion [Lyon] l’usage d’une machine i [n] ventée pour la fabrication du tafetas qui auroit épargné le travail de beaucoup d’hommes occupés, ce qui auroit diminué le prix de cette marchandise, mais on a été embarassé de ce que seroient devenus les hommes emploïés à ce travail, et qui n’avoient d’autre métier pour gagner leur vie. Il auroit falu plutôt les nourrir le reste de leur vie, que de suprimer la machine, et de perpétuer ces ouvriers. Il en auroit moins coûté à les nourrir, même à ne rien faire, et à les éteindre, que de travailler toujours à les emploïer à des travaux onéreux. Les fabricans auroient travaillé pendant la vie de ces hommes à prendre comme auparavant et comme on fait encore, les frais de leur nourriture sur le prix de la marchandise, suposé qu’on n’eut pas peu [pu] les emploïer à des travaux, ce qui ne paroît pas vraisemblable. On a dit-on rejetté le projet d’un canal de la Saône à la Loire, sur les représentations des voituriers. Pour ceux là ils auroient peu [pu] devenir des laboureurs et cet emploi auroit été très profitable.

  • 6 François Quesnay, Hommes, dans : Quesnay (2005), p. 309, note 46.

On avoit projetté aussi des conduites d’eaux pour touttes les maisons de Paris ; ce qui n’a pas été exécuté en considération des porteurs d’eau. Cependant on pouvoit exécuter ce projet lentement, et le nombre des porteurs d’eau auroit diminué peu à peu, et se seroit éteint. Ainsi on peut toujours obvier à des inconvénients passagers pour profiter de pareils avantages.6

11On oublie trop souvent que Quesnay était favorable aux machines et à la baisse des prix industriels. Il ne voulait que le bon prix agricole, avec cette conviction que si l’agriculture se maintient et nourrit le peuple, les autres métiers, s’ils ne sont pas économiquement rentables, c’est-à-dire qu’ils ne couvrent pas les avances, ces autres métiers trouveront toujours à se réinventer ! Quitte à entretenir, serait-ce même à vie, ceux qui sont contraints de chômer. Ces idées nous amènent à une autre interprétation de la stérilité du travail. Il ne s’agit pas de ne rien produire matériellement, mais de le mesurer monétairement, non au sens d’un prix, d’une valeur vénale, mais au sens d’un capital, d’une capacité d’une nation à perpétuer sa richesse. Nous montrons à travers deux débats comment Quesnay en vient à cette subtile distinction.

La querelle entre Graslin et Baudeau, ou le triomphe des adversaires7

  • 7 Cette querelle est admirablement détaillée par Pierre-Henri Goutte, « La correspondance entre M. G (...)
  • 8 Pour une biographie, lire Orain (2008).
  • 9 Passage si souvent cité qu’on le retrouve dans tous les commentaires, dans le cas présent nous nou (...)

12Jean-Joseph-Louis Graslin8, receveur général des fermes du Royaume, prit la plume pour dénoncer les erreurs du dernier ouvrage phare des physiocrates : L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques. Lemercier de la Rivière, qui signe la composition de l’ouvrage, aurait reçu la bonne parole quasi sous la dictée de Quesnay. Mirabeau, qui n’est pas à une confidence près, écrivait dans sa lettre à Longo du 27 mai 1788 qu’il avait « vu l’auteur de l’Ordre naturel travailler six semaines entières en robe de chambre dans l’entresol du docteur, fondre et refondre son ouvrage »9.

13Dans son Ordre naturel, Lemercier argumente sur la question de la productivité et introduit d’emblée une subtile nuance. À son avis, l’industrie rend toute la matière première qu’elle a acquise, puis consommée dans la production, à la même valeur de vente que d’acquisition. Les valeurs à l’achat et à la vente ne sauraient être différentes, sans quoi il y aurait nécessairement production de valeur. Sa justification tient en un paragraphe limpide, qui fut pourtant l’objet de la polémique lancée par Graslin. En voici le propos.

  • 10 Ibid., p. 423. Cité chez Graslin (1777), p. 4. Cf. Quesnay, Dialogues sur les travaux des artisans(...)

Un tisserand achète pour 150 francs de subsistances, de vêtements, et pour 50 francs de lin qu’il vous revend en toile 200 francs, somme égale à celle de sa dépense. Cet ouvrier, dit-on, quadruple ainsi la valeur première du lin ; point du tout : il ne fait que joindre à cette valeur première, une valeur étrangère, qui est celle de toutes les choses qu’il a consommées nécessairement. Ces deux valeurs ainsi cumulées forment alors, non la valeur du lin, car il n’existe plus ; mais ce que nous pouvons nommer le prix nécessaire de la toile ; prix qui par ce moyen, représente 1° la valeur de 50 francs en lin, 2° celle de 150 francs en autres productions consommées.10

  • 11 La querelle épistolaire confrontant Graslin et l’abbé Baudeau débute en août 1767 entre la publica (...)

14Le lecteur remarquera que les calculs de Lemercier mobilisent des mesures en francs et non en quantité de matière. Cet aspect, loin d’être anodin, va entraîner toutes les difficultés d’interprétation de la doctrine, mais retenons pour l’étape qui nous concerne que les physiocrates raisonnent en monnaie et qu’il se pourrait que discuter leur théorie du circuit par des mesures « physiques », en « quantités matérielles », trompe l’interprétation. Toujours est-il que Graslin écrivit une courte réfutation de Lemercier qu’il adressa à la Gazette du Commerce11.

  • 12 Graslin (1777), p. 6-7.

15Pour Lemercier de la Rivière, la valeur produite par l’industrie égale ses coûts de production : 50 francs de lin + 150 francs d’autres biens de consommation nécessaires à la production, donnent 200 francs de toile. En somme, les avances sont reproduites. Au contraire, les cultures multiplient, pour 100 francs de valeurs entrant dans les avances, 200 francs sont produits. Dans ce deuxième cas, l’acte de reproduction mesure un produit net excédentaire. Or, Graslin constate que le calcul est incorrect. Si l’artisan touche 150 francs de biens de subsistance, en plus des matières premières nécessaires à son ouvrage, il est faux de croire que cette valeur s’incorpore directement au produit sans servir plus. Cette subsistance va préalablement nourrir l’artisan qui ainsi consomme cette valeur de 150 francs. A fortiori, si le prix de la toile demeure à 200 francs, à partir de 50 francs de lin considéré comme matière première, 150 francs de valeur nouvelle sont produits par l’artisan, puisque cette valeur de 150 francs cache en réalité une double jouissance ; le calcul devrait la mesurer deux fois et admettre qu’à partir de 200 francs d’avances, l’artisan produit 350 francs12. En ce cas, l’industrie multiplie bel et bien. Résumons par un schéma ces deux positions adverses.

Avances

Ce qui est produit (théorie de Lemercier)

Ce qui est consommé (théorie de Graslin)

150 francs de subsistances 50 francs de lin

200 francs de toile

150 francs de subsistances 200 francs de toile

Tableau 1. Positions adverses de Lemercier et Graslin.

16Lemercier observe ce qui est produit et Graslin ce qui est consommé. Est-il seulement possible de privilégier une théorie plutôt que l’autre ? Chacune décrit à sa manière. Pour la première, le produit se définit uniquement par la valeur de l’objet résultant de l’opération, alors que la seconde admet deux temps distincts, celui de la consommation productive, puis celui de la consommation d’usage. À cette nuance près, les deux auteurs n’appréhendent pas différemment le problème. Et cette différence si infime ne concerne aucunement en soi l’objet produit, mais la mesure de ce produit. Graslin mesure deux fois ce que Lemercier ne mesure qu’une fois ; l’enjeu de la dispute n’est qu’une question de définition : faut-il définir la productivité par la mesure des consommations intermédiaires (productives !) ou non ?

17L’abbé Baudeau, lequel se dressa comme le défenseur des physiocrates contre Graslin l’hérétique, ne sut entrer en discussion. Les adversaires tinrent leurs positions, dialoguant à l’artillerie. Mises à part les accusations gratuites de sophismes, l’abbé Baudeau opposa à son implacable controversiste l’ingénieuse étrangeté du raisonnement circuitiste.

  • 13 Graslin (1777), p. 12-13.

L’ouvrier prend une matière première qu’il n’a pas produite, il la façonne en consommant des subsistances qu’il n’a pas produites ; il en résulte un ouvrage qu’il a fait, mais qui ne vaut qu’à proportion des moyens qu’aura, pour le payer, celui qui en désirera l’usage ou la jouissance.
[…] Or, cherchez tant qu’il vous plaira, les moyens de payer viennent toujours originairement & uniquement de la production territoriale. C’est dans la main de l’Ouvrier, que vous considérez la valeur de cet ouvrage ; mais pour qu’elle soit là, il faut supposer l’ouvrage vendu, par conséquent un acquéreur qui ait donné à l’ouvrier cette valeur. L’Ouvrier ne l’a donc pas produite. Voilà tout ce qu’a dit M. de la Rivière ; voilà ce qu’enseigne la Science. […] Au contraire, les Cultivateurs produisent les premiers & les seuls tout ce qu’ils emploient, tout ce qu’ils consomment ; tout ce qu’emploient, tout ce que consomment les autres. Et voilà la différence entre productif & stérile.13

18Dans cette perspective, l’ouvrier ne produit rien, il applique seulement une forme nouvelle à partir des matières premières et des subsistances qu’il consomme. La valeur ne viendrait pas de cette forme particulière, aussi utile et agréable soit-elle, mais elle résulterait autant des matières qui la composent que de celles qui l’achètent. Des ombres obscurcissent encore l’évidence de l’explication : Baudeau ne raisonne-t-il pas désormais en absence de toute forme monétaire, se contentant de troquer des biens contre d’autres biens ?

  • 14 Ibid., p. 13-14.

19Si la description de l’abbé Baudeau se déroule sans attribuer un rôle particulier à la monnaie, négligeant l’emploi du terme dépense pourtant récurrent chez le maître, il admet toutefois que les échanges ne sont pas des trocs et que de l’argent circule14. Le produit net lui confère miraculeusement sa valeur, son pouvoir d’acheter. Il va de soi que les travaux d’extraction du minerai d’argent, de son transport, ainsi que ceux des artisans de l’hôtel des monnaies par la fonte et la frappe qu’ils appliquent, se ramènent aux subsistances, à la générosité des sols, au produit net. Or, si la monnaie devait être une reconnaissance de dette, une promesse de paiement, lettre de change ou billet à ordre, simple écriture comptable qui rien ne coûte, ni matière sinon un peu de papier et d’encre, ni subsistance sinon quelques secondes de la vie de deux personnes et un serment sur l’honneur ou sur le droit, cette monnaie-là serait, en suivant scrupuleusement la pensée de notre abbé, un pouvoir d’achat sans valeur, un intermédiaire vierge du sceau du produit net… petite obstruction bien désagréable dans les artères du circuit du physiocrate.

20Le problème que nous essayons ici de formuler concerne le pouvoir d’achat de la monnaie. Au cours du débat Graslin-Baudeau, les deux auteurs supposèrent implicitement qu’il s’acquière par l’utilité des biens contre laquelle la monnaie se troque. Elle devient instrument d’échange ; cette question épineuse se résume alors à savoir si l’utilité se définit uniquement par la valeur des biens de subsistance ou si elle concerne toute chose échangée. La réflexion se situe ici au niveau de la répartition des biens, de leur échange. C’est le lieu des prix et de la valeur vénale. Les arguments de Graslin furent décisifs contre Baudeau et toute la physiocratie.

21Graslin trouve dans l’argumentation de l’abbé deux causes explicatives de la valeur d’un bien manufacturé, à savoir une cause nécessaire, l’addition des valeurs des biens de subsistance et des matières premières, et une cause conditionnelle, la valeur des choses destinées à payer ce bien. Décrire et harmoniser les jeux de ces deux causes entièrement différentes dans une définition de la valeur lui semble impossible. Soit l’un des deux principes intervient, soit l’autre, mais superposer les deux embrouille l’explication. Contrairement à Baudeau, Graslin est un esprit concis et analytique, il décortique les arguments et les concepts pour les réduire à leur expression la plus essentielle. Baudeau insistait pour que les biens manufacturés reçoivent leur valeur des choses les achetant, sous-entendu que les cultures, en payant ces biens, leurs confèrent leur valeur, puisque seul le produit net agricole pourvoit le monde de richesses. Graslin persiste contre cette idée de la valeur, car si le principe agit dans un sens, transmettant par l’échange la valeur des cultures aux manufactures, la réciproque est nécessairement vraie.

  • 15 Graslin (1777), p. 21.

Quand vous me donnez votre bled en échange de ma pendule, prenez garde qu’alors je vous donne ma pendule en échange de votre bled, & que le bled ne paie pas plus la pendule, que la pendule ne paie le bled.15

22Ainsi posé, le problème de la valeur dissout la spécificité du produit net. Étant corrélatifs, les biens n’ont pas de marque de valeur inscrite en eux-mêmes. Pour Graslin, l’argument de « causalité conditionnelle », c’est-à-dire l’explication de la valeur d’un bien par cet autre bien qui l’achète, est tout bonnement dépourvu de sens. Fort de cet acquis, il s’évertue encore à démontrer que la valeur ne vient pas du sol uniquement et que les ouvriers sont loin d’être stériles, en approfondissant sa démonstration établie dans la lettre précédente.

  • 16 Ibid., p. 23.

Voilà, en effet, le grand argument de la nouvelle Philosophie économique : mais cet argument n’est qu’un misérable abus de mot. On peut bien dire qu’il n’y a que la terre qui, ou par elle-même, ou sollicitée par le travail de l’homme, puisse produire des choses nouvelles dans l’ordre physique ; mais il est ici question des valeurs des choses dans l’ordre des richesses. Croyez-vous donc qu’il y ait identité entre production du sol & richesse ?16

  • 17 Graslin (1777), p. 23-24.

23Les physiocrates s’illusionnent ; qu’ils plantent de l’ivraie, leur conseille Graslin, et les terres ainsi ensemencées feront leur fortune ! Plus encore, l’œuvre du peintre comme le barbouillage de l’enfant ne valent que nourriture, peinture et toile. Et si l’œuvre du maître vaut plus, c’est que le peintre dévore en quantité bien supérieure aux maigres besoins de l’enfant. Dans le même ordre d’idées, le minerai ou la pendule métallique ouvragée, de poids identique, partageront la même valeur17. Ces exemples tirés de Graslin mouchent les physiocrates. Pourtant la prudence est de mise, car, une fois de plus, le raisonnement a évacué la monnaie de son rôle de moyen d’échange et de mesure de la valeur. Ce point mis à part, l’argumentaire quitte les cas particuliers pour s’insinuer dans l’analyse générale. L’ordre des richesses suppose un étalon de valeur, une sorte d’échelle, de référent. La quantité selon le poids ou le nombre n’entre pas au calcul de la richesse, que celui qui hésite sur la validité de cette proposition barbouille les murs des cathédrales ou multiplie l’ivraie. Pour Graslin, la richesse se confond avec la jouissance des hommes. L’ouvrier qui transforme le lin en toile ne jouit pas de la toile, dont il réserve l’usage à autrui. Par contre, il a consommé sa subsistance, il en a joui, si bien que cette jouissance doit se porter au compte des richesses nationales en addition des jouissances procurées par la toile de lin.

  • 18 Baudeau fut épaulé dans cette querelle par maître Treillard, que Graslin prend pour un personnage (...)

24L’abbé Baudeau dut être bien emprunté, ses ripostes n’égratignaient que faiblement les massifs arguments de Graslin. Il fut surtout submergé par son adversaire ; et le reste de la querelle, malgré quelques anecdotes saugrenues, ne présente pas meilleure défense18. Désarçonnés, les physiocrates ne surent défendre efficacement leur point de vue, car leurs réflexions demeuraient dans le domaine de la répartition, de la circulation des valeurs au moyen de la monnaie. Il existe cependant une autre circulation monétaire, qui se situe dans la perspective de la reproduction des valeurs, de leur pérennité. Il s’agit du maintien du capital et de sa croissance. Ce n’est plus la bonne affaire que tel individu réalisera dans la vente d’un bien, mais l’évolution de la richesse nationale, qui préoccupe le discours de l’économiste. Sous les assauts de ses adversaires, François Quesnay va clarifier son langage.

Les attaques de Forbonnais et les prémices d’une pensée circuitiste

  • 19 Hector Denis (1904) puis plus tard Vernon Foley (1973) montrèrent les liens profonds entre la pens (...)

25Cette évolution doctrinale s’insinue subrepticement ; à première vue elle laisse supposer une unité et une continuité dans la doctrine. La conception « matérialiste » de la valeur est présente dès le début, sans être sérieusement abandonnée dans les derniers écrits. Elle est au fondement de la réflexion ; ce dont les physiocrates vont devoir s’émanciper pour une première fois dans l’histoire. Par ces balbutiements d’une théorie circuitiste à peine esquissée, ils inaugurèrent la grande spécialité d’économie continentale. Toutefois, les réflexions « matérialistes » et « circuitistes » s’associent difficilement, si tant est qu’elles le puissent. Le mérite des physiocrates ne tient dès lors pas dans une cohérence à toute épreuve, mais dans un défrichement, dans la révélation d’une problématique nouvelle pour les idées économiques, bien que plus ancienne qu’elles, puisqu’elle emprunte sa logique au schéma de la circulation sanguine19. L’ensemble éclaire d’un jour nouveau la signification du concept de « travail stérile ».

26François Véron Duverger de Forbonnais fut un autre adversaire, peut-être plus redoutable encore que Graslin, car il attaquait de front le Tableau économique, reprochant un défaut dans la description du circuit :

  • 20 Forbonnais (1767), p. 179.

Or c’est ce que confond le tableau économique. Dans son premier aspect il ne considère la circulation de l’argent que relativement au revenu du propriétaire ; par conséquent il ne doit pas mêler les rapports réciproques qui naissent des dépenses de la terre en industrie, avec ceux que l’industrie paiée par le propriétaire fait à la terre. Car ces deux circulations s’opèrent d’une manière très différente l’une de l’autre, & ont des caractères très distincts.20

27Forbonnais débute sa critique par la description d’une société a-monétaire, échangeant des marchandises contre d’autres marchandises. À notre étonnement, sa réflexion s’engage dans les sillons physiocratiques. Il insiste sur le superflu agricole et son importance cruciale dans le maintien de la population et des autres métiers. Sa description de la circulation monétaire entraîna par contre les réactions de l’abbé Baudeau, une fois encore grand défenseur de la doctrine. Si cependant l’abbé tenait la plume, le docteur dictait.

28Dans la terminologie de Forbonnais, la circulation devient « composée » lorsque les métaux précieux interviennent dans l’évaluation des échanges. Son mécanisme économique se dissocie de la circulation simple ou matérielle, par la double réalité de l’argent qui peut être considéré soit comme une marchandise en elle-même, soit comme un « immeuble fictif ». Sous son premier aspect, la monnaie se comprend comme de l’or ou de l’argent, sous son second aspect elle devient une sorte de capital.

  • 21 Ibid., dans : Daire, p. 216.

[…] dès lors l’argent a produit un revenu à son propriétaire. Il a donc usurpé par fiction la qualité d’immeuble et celle de richesse, et cette fiction a tous les effets de la réalité, relativement au propriétaire de l’argent. Elle ne les a pas pleinement relativement à la société, puisque ce revenu du prêteur n’est qu’une diminution de celui de l’emprunteur, et que l’argent n’occasionne qu’accidentellement et indirectement de nouvelles valeurs dans le commerce.21

29D’où s’ensuit l’accusation contre les physiocrates d’avoir abandonné l’idée d’argent en tant qu’immeuble fictif pour ne le considérer que comme le signe des échanges, grief qui mérite explication.

  • 22 Ibid., dans : Daire (1847), p. 221.

30Forbonnais décrit deux circuits, un premier entre les propriétaires fonciers et les fermiers, un second entre ces mêmes propriétaires et le reste de la société. Mais la qualité d’immeuble fictif accordée à l’argent produit des langueurs dans la circulation générale, puisque les artisans, commerçants et autres agioteurs qui reçoivent les signes monétaires des récoltes ne s’empressent pas nécessairement de les redonner au circuit, leur trouvant une autre utilité par l’intérêt qu’ils produisent22. Ces engorgements n’assureront pas aux propriétaires le retour à temps pour la reproduction et mettront en péril la production générale. Dès lors, Forbonnais justifie l’abondance d’espèces monétaires afin de pallier les ralentissements des monnaies circulantes. En permettant l’accumulation la plus élevée des métaux précieux, le prince garantira la suffisance des signes monétaires afin de vivifier la production de la nation. Pour y parvenir, rien de tel que le commerce extérieur d’exportation approvisionné par les travaux de main-d’œuvre. Les artisans et commerçants tiennent finalement le rôle de l’huile dans les rouages de la circulation, rôle si essentiel pour garantir un haut degré de production générale qu’il paraît malhonnête et faux de qualifier leur travail par le terme « stérile ».

  • 23 Ibid., dans : Daire (1847), p. 225-226, note 1.
  • 24 Forbonnais dans : Daire (1847), p. 215-216.

31Voilà que pour sauver la productivité des ouvriers, Forbonnais s’empare d’arguments mercantilistes. On comprend qu’il ne devait pas convaincre les théoriciens de la valeur-travail, influencés par le théorème humien de l’équilibre automatique de la balance des paiements. Ils rétorqueraient que la masse monétaire s’accroissant, les prix s’envoleraient jusqu’à l’exténuation du commerce d’exportation, remplacé par les bons prix des marchandises étrangères dont l’efficace concurrence aspirerait rapidement les métaux précieux hors du territoire, rétablissant de la sorte les prix à leur niveau initial plus modéré. Et ainsi de suite, le phénomène rééquilibre par cycle la répartition des masses monétaires entre les nations, qu’importe la politique mercantile appliquée. Cependant, le théorème de Hume n’est pas plus décisif ni moins hypothétique que le théorème mercantile de Forbonnais. Il suppose une vitesse fixe de circulation des métaux, donc pas susceptible de corriger les effets liés à la croissance de la masse monétaire. Surtout, Forbonnais lui-même précise que l’excédent monétaire pourrait s’investir en production, engageant des ouvriers, ou servir le luxe en contribuant à l’embellissement de biens meubles, les monnaies redevenant simples marchandises23. De la sorte, la faiblesse de son argumentation n’est pas fondamentalement un problème de balance du commerce, mais de compréhension du circuit économique. Comment peut-on retirer l’argent de la circulation pour recourir à sa fonction d’immeuble fictif, et croire qu’il puisse en même temps procurer un intérêt ? Le bon sens nous invite plutôt à imaginer que le revenu de l’argent est lié à son prêt, donc à sa mise en circulation et non à sa thésaurisation. Étonnant que Forbonnais manque cette conséquence alors qu’il pose tous les éléments explicatifs jusqu’à la justification de l’intérêt de l’argent24.

  • 25 Ibid., dans : Daire (1847), p. 235.

32Signalons encore une fragilité, un peu plus subtile et grandement importante. L’auteur décrit le rôle du papier-monnaie, c’est-à-dire un signe qui n’a de valeur fixe que parce « qu’il s’échange sur l’heure à la volonté du porteur avec l’argent même, comme dans les banques »25. Il s’inspire ici, en partie, du banquier Richard Cantillon afin de défendre une bonne pratique bancaire : il faudra impérativement éviter un accroissement des papiers-monnaies qui ne coïncide pas avec la production du pays, sans quoi elle s’en trouverait au plus mal puisque ses hauts prix l’empêcheraient de se vendre à l’étranger. Il nous faut souligner le caractère paradoxal de cette position. Nous avons observé ci-dessus que l’accroissement de la monnaie métallique n’est pas risqué puisqu’en principe il trouve dans le pays une contrepartie productive, en tirant de l’oisiveté de pauvres gens afin d’en faire des manouvriers. Ce qui est même un bienfait pour le royaume. Par contre, l’accroissement des papiers-monnaies n’entraînerait personne de plus au travail et provoquerait une regrettable hausse des prix. Étrange position de Forbonnais, il est mercantiliste avec les espèces métalliques, mais il adopte le théorème de Hume à propos des monnaies fiduciaires ! Cette conclusion n’a pas de justification convaincante ; Forbonnais n’en formule aucune. Quand les physiocrates réagirent à son système et à ses accusations, ils adoptèrent le principe de différentes circulations entre les classes, mais abandonnèrent son concept exclusif de la monnaie métallique pour risquer, discrètement, les idées d’une monnaie endogène, générée par les pratiques économiques du pays.

  • 26 François Quesnay, Lettres d’un fermier et d’un propriétaire, dans : Quesnay (2005), t. 2, p. 1133.

33Si François Quesnay tourna au ridicule le système de Forbonnais dans ses Lettres d’un fermier et d’un propriétaire26, l’Explication du Tableau économique rédigée par l’abbé Baudeau constitue une critique autrement plus sérieuse.

  • 27 Boudeville (1954), p. 469.

34L’abbé Baudeau rédige dans les numéros des Éphémérides de 1767 et 1768 une didactique Explication du Tableau économique à Madame de ***. Comme pour bon nombre des publications des physiocrates, Quesnay œuvrait en sousmain. En Icare averti, trop proche de l’astre royal, il prenait garde de se brûler les ailes, laissant à d’autres la paternité de ses trouvailles, bien que tous reconnussent en lui le géniteur27.

35Baudeau-Quesnay soutenait à l’encontre du mercantiliste Forbonnais qu’il eût raison de repérer diverses circulations, mais que l’important, surtout, eût été de distinguer lesquelles forment un circuit complet entre toutes les classes, des autres, incomplètes. Auquel cas, les attaques contre la doctrine économique restaient vaines.

  • 28 Baudeau (1767), p. 129.
  • 29 Ibid., p. 132.

36Immisçons-nous dans les Explications au vif du sujet, au chapitre IV, intitulé De la circulation de l’argent entre les trois classes de la Société. La dépense du produit net, en bonne figure sur le Tableau économique, se transforme en « circulation de l’argent monnoyé entre les trois classes de la société »28. On imagine les pièces, l’or, l’argent, les menues monnaies, libérer les dettes, conclure les transactions. Et pourtant ! L’abbé Baudeau dresse une liste exempte des métaux, où se bousculent les « lettres de changes », « les mandements », les « billets au porteur, les « titres efficaces », mais rien qui ne sonne ni ne trébuche29. Où sont les mines, l’hôtel des monnaies, la frappe, les coins, les fontes et refontes ? D’où naît cette monnaie désargentée qui circule toute de papier ?

C’est au premier possesseur de la masse des consommations qu’il appartient sûrement de tirer de cette masse, des billets au porteur, des titres assurés, des mandats acquittables sur le champ & à volonté.

  • 30 Baudeau (1767), p. 134.

Or, c’est à la classe productive qu’est dévolue en première ligne, la propriété des denrées & matières premières, qui sont les fruits de ses avances & de ses travaux. C’est donc la classe productive qu’il faut considérer comme première distributrice de tout l’argent circulant, qui forme actuellement le pécule national.30

  • 31 Par souci d’exhaustivité, disons que le revenu se répartit entre la rente des propriétaires, les i (...)

37Voyez les laboureurs distribuer des titres au produit des cultures. Ils répandent ainsi les fruits de leurs peines, donnant aux nobles et aux citadins. Quel dévouement ! Mais le fermier n’a pas le choix ; il n’est pas le propriétaire. Il doit la rente pour la location des sols, d’où l’émission monétaire. Le fermier concède un papier – un signe, rien de plus – en échange duquel le titulaire s’accapare une partie de la récolte. Chaque papier-monnaie ainsi émis s’acquitte sur la masse des produits de culture. Les propriétaires fonciers payés en papier-monnaie dépenseront une part de ce revenu directement auprès du laboureur, en échange de victuailles, et bouclant de la sorte une première circulation entre deux classes31. Les titres sont retournés à l’émetteur, ils s’annihilent, car personne ne peut s’endetter vis-à-vis de lui-même. Autrement dit, il est impossible de se prêter à soi-même quelque chose dont on ne soit pas déjà possesseur. Le titre est donc détruit à son retour dans les mains du fermier.

38De plus, une seconde circulation naît par émission de papier-monnaie. Comme le fermier a besoin de matériel, préalable nécessaire aux cultures, il concède d’autres titres aux produits accrédités sur les futures récoltes. Cette nouvelle émission circule entre la classe productive et les artisans qui fournissent l’outillage. Quand la terre aura rendu ses bienfaits, la classe stérile achètera ses subsistances et ses matières premières au moyen des titres précédemment acquis. Une fois encore, en pareil cas, le papier-monnaie se détruit par retour à qui l’a émis.

39L’abbé Baudeau considère que ces deux circulations sont imparfaites, car elles ne fréquentent pas les trois classes sociales.

  • 32 Baudeau (1767), p. 138-139.

J’appelle circulation incomplette, le mouvement d’un argent qui ne passe pas successivement dans les trois classes de la Société, mais qui ne roule qu’entre deux seulement.32

  • 33 Ibid., p. 143-146. Il existe encore des échanges monétaires au sein de la classe des artisans, com (...)

40Notre abbé poursuit la description en peignant un circuit complet, lorsque l’argent irrigue toutes les classes. La doctrine physiocratique enseigne que le meilleur équilibre des répartitions des biens à la consommation se constitue d’une égale dépense des propriétaires en produits agricoles et en objets de main-d’œuvre. Le propriétaire de l’exemple précédent a donc déjà écoulé sur les agriculteurs la moitié de ses titres reçus en paiement de la rente. Il reste en sa possession encore d’autres titres dont il se sert afin d’acheter les travaux des artisans et les articles des marchands. Le papier-monnaie passe aux mains de la classe stérile. Il a de la valeur pour chaque personne de cette classe, car il est promesse d’acquisition de subsistances ou de matières premières auprès des producteurs. En conséquence, les gens de la classe stérile ne tarderont pas à faire valoir leurs titres. La boucle s’accomplit, l’argent émis par la classe productive lui revient après une circulation parfaite qui l’a conduit successivement auprès des propriétaires puis de la classe stérile33.

41La dissertation de Nicolas Baudeau s’achève là, en précisant que ces trois circulations forment le Tableau économique complet, désormais offert avec clarté à l’entendement. Il se récapitule par trois diagrammes similaires, dont nous en reproduisons un ci-contre.

42Les deux premières circulations affichent le mouvement du produit net, alors que la troisième présente celui des reprises. La distinction n’est pas si anodine puisqu’elle relate une particularité étonnante du Tableau. Il est parfois interprété comme la circulation exclusive du surplus, du produit net en langage physiocratique. Or, les reprises circulent elles aussi. Comprenons que sur la reproduction totale, c’est-à-dire l’ensemble des produits d’un cycle de production, les reprises constituent un prélèvement pour avancer les dépenses productives du prochain cycle. C’est autant l’amortissement d’un capital fixe (les avances primitives) que l’achat de matières premières et de subsistances (les avances annuelles), ou bien encore un profit légitime, mentionné sans être spécifié plus en détail. Au-delà de ces reprises, l’excédent forme le produit net. Dans le cas de la circulation incomplète entre classe productive et classe stérile, les cultivateurs consacrent un tiers de leurs reprises en achat de matériel directement aux façonniers. Très concrètement, ils émettent des titres de propriété sur la masse des biens reproduits, contre lesquels ils obtiennent des outils, si bien que la monnaie peut-être créée non seulement sur le produit net afin de le transmettre d’une classe sociale à une autre, mais sur d’autres produits, en l’occurrence une part des reprises qui circulent entre deux classes. Ce discours complique une fois encore la compréhension du concept de stérilité du travail.

Tableau 2. Description des circulations selon l’abbé Baudeau.

Conclusion : sur la stérilité du travail

  • 34 François Quesnay, Tableau économique avec ses explications, dans : Quesnay (2005), t. 1, p. 476.

43Sous les critiques fleuves de Graslin et Forbonnais, les physiocrates tentèrent à nouveau l’explication de la stérilité, démarquée, un peu, peut-être involontairement, de l’aspect matériel. Par ailleurs, on trouve dans d’autres textes comme le Tableau Économique avec ses explications un emploi tout particulier du terme « stérile ». Ce n’est plus le travail qui en est affublé, mais la monnaie. Quesnay parle de « fortunes pécuniaires stériles » plus loin, il différencie les principes de la science économique avec ceux de « la science triviale des opérations spécieuses de finance, qui n’ont pour objet que le pécule de la nation et le mouvement de l’argent par un trafic d’argent, où le crédit, l’appât des intérêts, etc., ne produisent, comme au jeu, qu’une circulation stérile »34. Les jeux monétaires opèrent sur la répartition des richesses, octroyant des profits aux plus habiles commerçants et agioteurs. Ils amassent les titres de propriété, sans pour autant accroître la reproduction totale. En somme, ils se servent allègrement. Si l’argument conserve quelque chose d’une vision matérialiste, il n’en devient pas moins circuitiste si l’on se réfère à la monnaie. Lorsqu’un titre de propriété est émis, c’est-à-dire un papier-monnaie, qu’importe la masse des espèces en circulation, nous constatons déjà le signe de la richesse. Dès lors, la distinction entre productif et stérile paraît aisée à comprendre puisqu’il s’agit d’observer la capacité ou non d’une classe à émettre de la monnaie. C’est vers cette idée que tendirent Baudeau et Quesnay dans l’Explication à Madame de ***. L’interprétation n’est pas abusive et ne laisse aucun doute quant à leur « manière de considérer l’argent monnoyé » : l’émission monétaire appartient de facto à la classe productive, quels que soient les profits encaissés par les gens de la classe stérile, qui, même extrêmement juteux, ne corroborent pas une possible capacité productive, mais au mieux un sens indéniable du commerce.

44En réexaminant le schéma des trois circulations, on confirme l’interprétation d’une émission monétaire exclusivement réservée aux cultivateurs. Elle revêt un caractère double puisque la monnaie est émise une première fois afin de distribuer le produit net, et une seconde fois pour les reprises. C’est déjà pointer du doigt l’écueil que d’affirmer que l’émission monétaire ne dépend pas du type de produit qui lui est associé. La volonté des auteurs était d’échapper à la critique matérielle à propos de la stérilité du travail. Ce faisant, ils ne lièrent pas exclusivement la masse de monnaie au produit net, tout en admettant que seuls les cultivateurs l’émettent. L’ambiguïté perdure puisqu’il suffirait d’envisager qu’un industriel paie ses manouvriers à crédit, via des comptes salaires en banque, pour avancer sa production par émission monétaire, sans faire préalablement appel à un fond d’épargne composé de titres de propriété créés à d’autres occasions. Sous un pareil aspect, la classe stérile émettrait un titre et deviendrait ainsi productive, au sens monétaire.

45Mais l’argument des physiocrates ne tient pourtant pas sur le problème technique de la possibilité d’une telle émission monétaire, mais sur celui, moral, de sa justesse. Est-il légitime d’émettre des titres sur n’importe quel bien ? Telle est la question fondamentale dans la discussion de la productivité et de la stérilité du travail. En définitive, la théorie physiocratique de l’émission est un moyen de fixer la masse monétaire vitale à un organisme social par le contrôle juridique des contrats de crédit. Au terme du raisonnement, la question de la matérialité refait surface puisqu’il s’agit, pour le docteur, de ne donner le privilège d’émission qu’à la quantité produite de subsistances et de matières premières, en déniant la pratique du crédit dans le commerce, l’artisanat et les métiers de service.

  • 35 Cf. Loménie (1891). Précisons que l’émission monétaire n’était pas un concept propre à enthousiasm (...)
  • 36 L’expression est de Kaplan (1976), p. 93.

46Il faut convenir que de facto cette conséquence ne devait pas plus séduire que les réflexions « matérielles » sur la stérilité du travail, puisque rarement l’agriculteur, le fermier ou le propriétaire foncier produisaient des titres. Les véritables créanciers et financiers étaient les commerçants, les banquiers et les gens d’affaires, à l’exemple des frères Pâris. Il suffit d’observer combien le marquis de Mirabeau s’activait afin d’obtenir du crédit à l’exploitation de ses terres et de sa mine, pour s’étonner que les physiocrates pussent limiter le principe d’émission monétaire aux cultivateurs35. Une certaine tendance à « l’agromanie »36 explique cette vision, géniale, mais quelque peu déconnectée du monde du xviiie siècle.

Notes

1 Denis (1904).

2 Cartelier & Piguet (1999).

3 Foley (1973).

4 En plus du tribut que nous concédons volontiers aux historiens précités, notre recherche doit beaucoup aux sympathiques encouragements de Jérôme de Boyer des Roches, qui sut nous recentrer, à juste titre, sur les questions monétaires, sans qu’il soit par ailleurs tenu responsable de nos digressions. Nous tenons encore à remercier chaleureusement Jacqueline Hecht, Ramon Tortajada, Alain Clément et Jean-Jacques Friboulet pour les commentaires et critiques avisés dont ils nous gratifièrent.

5 François Quesnay, Réponse à la question… sur les profits de la fabrication des bas de soye en France, dans : Quesnay (2005), p. 845.

6 François Quesnay, Hommes, dans : Quesnay (2005), p. 309, note 46.

7 Cette querelle est admirablement détaillée par Pierre-Henri Goutte, « La correspondance entre M. Graslin et M. l’abbé Baudeau, premier recueil d’un débat de “science économique” », dans Clément (2008), p. 257-287. Dans le même ouvrage, des éléments d’analyse sont proposés par Gérard Klotz, « La controverse Graslin-Baudeau : les fondements analytiques en débat » (ibid. p. 288-305).

8 Pour une biographie, lire Orain (2008).

9 Passage si souvent cité qu’on le retrouve dans tous les commentaires, dans le cas présent nous nous sommes référés à la notice d’Edgard Depitre dans Lemercier de la Rivière (1767).

10 Ibid., p. 423. Cité chez Graslin (1777), p. 4. Cf. Quesnay, Dialogues sur les travaux des artisans, dans Quesnay (2005), p. 976 sq.

11 La querelle épistolaire confrontant Graslin et l’abbé Baudeau débute en août 1767 entre la publication de L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques de Lemercier de la Rivière et L’essai analytique sur la richesse et sur l’impôt rédigé par le même Graslin.

12 Graslin (1777), p. 6-7.

13 Graslin (1777), p. 12-13.

14 Ibid., p. 13-14.

15 Graslin (1777), p. 21.

16 Ibid., p. 23.

17 Graslin (1777), p. 23-24.

18 Baudeau fut épaulé dans cette querelle par maître Treillard, que Graslin prend pour un personnage fictif mis en scène par le physiocrate, et l’abbé Roubaud chargé de conclure les débats. S’il est vrai que la controverse semble pour la forme tourner à l’avantage de Graslin, à cause de l’éditeur qui sélectionne et organise les articles à la faveur du Nantais, sur le fond, il l’emporte aussi, en témoigne Adam Smith qui reprend son argumentation contre les physiocrates. Cf. Goutte dans : Clément (2008), p. 274 sq. ; et Smith (1776), t. II, p. 296.

19 Hector Denis (1904) puis plus tard Vernon Foley (1973) montrèrent les liens profonds entre la pensée médicale du docteur et sa théorie économique.

20 Forbonnais (1767), p. 179.

21 Ibid., dans : Daire, p. 216.

22 Ibid., dans : Daire (1847), p. 221.

23 Ibid., dans : Daire (1847), p. 225-226, note 1.

24 Forbonnais dans : Daire (1847), p. 215-216.

25 Ibid., dans : Daire (1847), p. 235.

26 François Quesnay, Lettres d’un fermier et d’un propriétaire, dans : Quesnay (2005), t. 2, p. 1133.

27 Boudeville (1954), p. 469.

28 Baudeau (1767), p. 129.

29 Ibid., p. 132.

30 Baudeau (1767), p. 134.

31 Par souci d’exhaustivité, disons que le revenu se répartit entre la rente des propriétaires, les impôts du souverain et la dîme de l’Église. Ibid., p. 155.

32 Baudeau (1767), p. 138-139.

33 Ibid., p. 143-146. Il existe encore des échanges monétaires au sein de la classe des artisans, comme des trocs entre les fermiers. Ces deux cas de figure ne créent pas de flux entre les classes, ils n’apparaissent donc pas à la comptabilité de la nation : « Les achats ou échanges que les ouvriers & les marchands font entr’eux, forment un mouvement intérieur dans cette classe seule, dont nous n’avons aucun compte à tenir, parce qu’il est évidemment proportionné aux deux recettes que fait la classe stérile, soit de la part des cultivateurs, soit de la part des propriétaires. »

34 François Quesnay, Tableau économique avec ses explications, dans : Quesnay (2005), t. 1, p. 476.

35 Cf. Loménie (1891). Précisons que l’émission monétaire n’était pas un concept propre à enthousiasmer le Marquis, moins à l’aise que le docteur en la matière, sans doute aussi moins médecin que propriétaire foncier !

36 L’expression est de Kaplan (1976), p. 93.

Table des illustrations

Légende Tableau 2. Description des circulations selon l’abbé Baudeau.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/12851/img-1.jpg
Fichier image/, 188k

Auteur

Fonds national suisse de la recherche scientifique, Université de Fribourg,
EA 3934, PHARE (Pôle d’histoire de l’analyse et des représentations économiques).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540