Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail en question, XVIIIe-XXe siècles

 | 
Christophe Lavialle

Le travail avant le XVIIIe siècle : les prolégomènes d’une réflexion

La corvée royale au xviiie siècle : le travail forcé en débat

Anne Conchon

Texte intégral

1Depuis quelques années, le travail fait l’objet d’un renouvellement historiographique majeur. L’étude des diverses formes de servitude et la question de l’émergence du travail salarié ont ainsi suscité de nombreux travaux, montrant notamment que le travail libre et le travail forcé n’étaient pas nécessairement exclusifs l’un de l’autre. Si la question de l’esclavage dans l’économie politique a été largement étudiée, la corvée a quant à elle été traitée principalement dans une perspective d’histoire institutionnelle.

2Utilisée dès les années 1680 pour des travaux ponctuels, puis régulièrement pratiquée dans plusieurs contrées du royaume (en Alsace, en Bresse, en Lorraine, en Bourgogne…) au début du xviiie siècle, la corvée royale fut généralisée à l’ensemble des pays d’élection en 1738. Seules quelques provinces du Midi (en Languedoc et en Provence par exemple) l’ignorèrent. À un moment où la monarchie se lançait dans un vaste programme de constructions routières, la réquisition de travail offrait, selon des modalités diverses, un moyen peu onéreux de le réaliser, en même temps qu’elle permettait de pallier l’insuffisance des fonds des Ponts-et-Chaussées. Les communautés situées dans un rayon de quatre lieues (soit environ 16 km) de part et d’autre de la route à construire ou à entretenir, devaient ainsi fournir un certain nombre de jours de travail par an, au printemps et à l’automne. Les corvéables (aussi appelés à l’époque « corvoyeurs ») étaient employés comme manœuvres pour travailler gratuitement à extraire les matériaux et à construire les chaussées, ou s’ils possédaient des bêtes de somme, comme charretiers pour transporter les pierres nécessaires aux chantiers. Même si des citadins pouvaient y être assujettis – comme en Poitou ou en Bretagne – la corvée incombait prioritairement aux paysans. Seuls les enfants, les vieillards, les privilégiés – ecclésiastiques ou nobles –, les officiers et certaines professions en étaient exemptés.

  • 1 Goger (1 988), vol. i.
  • 2 Coats (1958-1959) et Hatcher (1998).

3À partir des années 1750 la corvée, après deux décennies d’application, devint l’objet de nombreux écrits à travers lesquels les auteurs se citent et se répondent d’un texte à l’autre1. Cette controverse qui mit aux prises des « économistes », des ingénieurs, des intendants, des parlementaires, des philanthropes et des philosophes, a cristallisé les aspirations libérales d’une large fraction de l’économie politique. Cette littérature a surtout été étudiée dans la perspective de la politique réformatrice engagée par la monarchie et pensée comme le préalable nécessaire à la suppression inéluctable de la corvée en travail. Un des intérêts de ce large corpus de textes tient aussi à sa logique propre, et notamment à la place centrale qu’y occupe la réflexion sur le travail, à un moment où l’économie politique, qui tend à se constituer en discipline autonome, interroge l’utilité de l’esclavage et remet en question le cadre corporatif. Le travail est alors conçu de moins en moins comme un moyen de répondre à des impératifs de subsistance et à des prescriptions morales, mais comme un vecteur de richesse2. Il agira ici de comprendre dans quelle mesure les textes économiques qu’a suscités la question de la corvée dans la seconde moitié du xviiie siècle participent de cette conception renouvelée du travail.

4Après une première partie centrée sur la critique formulée par les physiocrates qui inscrit la corvée dans une réflexion sur le travail, les deux développements suivants montreront que leur objectif était de disqualifier la prestation en nature comme un système extrêmement coûteux, afin de promouvoir la généralisation de tâches salariées.

La critique physiocratique de la corvée : une réflexion sur le travail

5L’offensive des physiocrates contre la corvée entre 1756 et 1776 a largement contribué à présenter la corvée comme un régime de travail forcé et improductif en contradiction avec le modèle économique qu’ils proposaient.

6Une des premières condamnations de la corvée figure dans l’Ami des hommes (1756) de Mirabeau ; elle fait écho à la critique de Quesnay dans l’article « Hommes » (1757) qu’il rédigea pour l’Encyclopédie : la corvée y est présentée comme une dilapidation du travail paysan, un facteur de ruine pour l’agriculture et une des causes de la dépopulation supposée du royaume. Dans un ouvrage publié anonymement, l’Essai sur les Pont-et-Chaussées, la voierie et les corvées (1759), Charles Pinot Duclos, historiographe du roi et académicien, récusa les arguments de Mirabeau. Sans nier les abus et l’inégalité du régime de la corvée, Duclos réclamait une réforme assise sur une loi qui permettrait de réclamer douze jours de travail gratuit et de salarier ensuite à raison de vingt sols par jour le temps employé à la construction et à l’entretien des infrastructures routières. Mirabeau contre-attaqua dans une Réponse à l’Essai sur la voierie publiée dans le sixième volume de l’Ami des hommes ou Traité sur la population qui paraît en 1760. Sa critique articule des considérations morales sur la dignité des paysans ainsi que l’infamie de la servitude, et un argumentaire économique qui fait de la corvée une des causes du marasme de l’agriculture et de l’appauvrissement de l’État. Tandis que les abus de la corvée découlaient selon Duclos d’une mauvaise administration, ils tenaient d’après Mirabeau au principe même de l’institution. Ce dernier continua à promouvoir l’emploi des soldats en complément de l’adjudication des travaux routiers. Dans le sillage de Mirabeau, Claude Bourgelat publia la même année des Lettres pour servir de suite à l’« Ami des hommes » dans lesquelles il proposait le remplacement de la corvée en travail par une imposition en argent affectée au financement des infrastructures routières. Duclos répliqua dans ses Réflexions sur la corvée des chemins ou supplément à l’« Essai sur la voierie » pour servir de réponse à la critique de l’« Ami des hommes » (1762), pour se défendre d’être un « propagateur des crimes de la corvée » et justifier une nouvelle fois ses propositions antérieures.

  • 3 En 1757, l’intendant Fontette avait été le premier à introduire dans sa généralité de Caen le rach (...)
  • 4 Dupont de Nemours (1769).
  • 5 Dupont de Nemours (1771).
  • 6 Thélis (1771) et (1777).
  • 7 Condorcet (1776).
  • 8 Baudeau (1775).

7La discussion des méthodes de rachat de la corvée expérimentées respectivement par Fontette dans la généralité de Caen à compter de 1758 et par Turgot dans celle de Limoges à partir de 1762, va fortement contribuer à structurer le débat sur la corvée3. Les physiocrates reprirent l’offensive par l’entremise de Dupont de Nemours qui, dans De l’administration des chemins publié en 1767, s’attacha à justifier la commutation de la corvée en travail et à promouvoir la réforme engagée par Turgot. L’ingénieur Guillaume Viallet, encyclopédiste et ami de l’intendant Fontette, dans une lettre à M. N ***, ingénieur des Ponts-et-Chaussées sur l’ouvrage de M. Dupont…, composée en 1769, tout en se défendant de critiquer la méthode choisie par Turgot, indiquait que ce dernier ne tarderait pas à adopter celle pratiquée par son homologue en Normandie. En 1769, Dupont de Nemours rendit compte de ce texte dans le journal physiocratique les Éphémérides du citoyen, et réaffirmait sa préférence pour l’option choisie par Turgot de fiscaliser la corvée dans sa généralité de Limoges4. Viallet rédigea alors une Deuxième lettre à Monsieur N., ingénieur des Ponts-et-Chaussées, sur l’administration des chemins (qui circula comme la première sous forme manuscrite avant d’être publiée en 1779) pour démontrer la fausseté des calculs de Dupont de Nemours. Une nouvelle fois, celui-ci commenta ce second opuscule dans les Éphémérides du citoyen5, en saluant le fait que son contradicteur ait notablement infléchi sa position, allant jusqu’à réclamer l’abolition de la corvée qu’il avait pourtant défendue dans sa première lettre. Le comte de Thélis6, Condorcet7 et l’abbé Baudeau8 allaient continuer au cours des années 1770 à dénoncer les méfaits économiques de la prestation en travail.

  • 9 John Lough, The Contributors to the Encyclopédie, London, Grant & Cutler Ltd, 1973, p. 75. C’est e (...)
  • 10 Art. « Corvée », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et métiers, Paris, 1 (...)
  • 11 Habault (1903), p. 51.
  • 12 Mémoire sur les corvées (1775), cité par Vignon (1862), p. 90.
  • 13 Jean-Jacques Rousseau développa le même argument : « Je voudrais qu’on imposât toujours les bras d (...)

8Les physiocrates accusaient la corvée de soustraire des hommes et des animaux à la production agricole qu’ils plaçaient aux sources de la richesse. Ils entendaient financer la construction des routes grâce à un impôt foncier prélevé sur le produit net et payé par les seuls propriétaires qui utilisaient les routes pour la commercialisation de leurs surplus agricoles et dont les terres situées à proximité d’un axe routier gagnaient en valeur. Les corvéables, paysans pour la plupart, parce qu’ils ne retiraient aucun avantage du travail fourni, n’avaient selon eux pas à contribuer à la construction et à l’entretien des routes. La suppression de la corvée en travail réclamée par les physiocrates contraste avec le pragmatisme de plusieurs ingénieurs, certes conscients des dysfonctionnements de la corvée, mais pour qui la réquisition de travail constituait un mal nécessaire. Ce système permettait de garantir selon eux une force de travail à la fois abondante et gratuite au service du programme routier de la monarchie. Dans l’article « Corvée » que Nicolas-Antoine Boulanger, présenté tantôt comme sous-ingénieur dans la généralité de Tours, tantôt comme inspecteur des Ponts et Chaussées9, - rédigea pour l’Encyclopédie, il insistait sur la nécessité de rationaliser la distribution des tâches et l’emploi de la main-d’œuvre corvéable de façon à réaliser le maximum de travail en un minimum de temps10. Selon les ingénieurs, le travail paysan, outre le fait qu’il tenait compte de la faible monétarisation des campagnes, permettait, tout au moins dans des zones faiblement peuplées, de pallier le faible nombre d’entrepreneurs à qui adjuger les travaux et le manque de main-d’œuvre11. C’est ce que soulignait l’ingénieur François Bertrand : « s’il s’agit d’ouvrages considérables et de les conduire avec célérité, un entrepreneur pourra-t-il rassembler un nombre d’ouvriers assez considérable pour les exécuter ? »12 Cette pénurie de travailleurs ne manquerait pas d’entraîner dans les campagnes une augmentation des salaires et de renchérir le prix des adjudications. À ces motifs, plusieurs auteurs ajoutent le risque de détournement des recettes fiscales affectées à d’autres dépenses que le financement des infrastructures routières13. Face aux affirmations idéologiques des théoriciens, ces agents de la monarchie, souvent en charge eux-mêmes de la direction des travaux, demandent simplement une réglementation de la corvée qui uniformise les prescriptions de travail et corrige les abus les plus criants.

  • 14 Herland (1977), p. 109-133.
  • 15 Grivel (1784), p. 691.

9L’offensive lancée par la Physiocratie contre la corvée est l’occasion pour un grand nombre d’auteurs d’une réflexion sur le travail et ses catégories. Dans le discours des physiocrates le travail de la terre est conçu davantage comme un moyen que comme une valeur, dans la mesure où pour eux la productivité se confond très largement avec la fertilité14. Il n’en reste pas moins que les physiocrates contribuent largement à penser la corvée sur le registre du travail. Elle est volontiers rabattue sur la dimension étymologique du travail associée à la peine et à la souffrance. Guillaume Grivel, premier commis du bureau de l’Agriculture en charge du tome de l’Encyclopédie méthodique consacré à l’économie politique, revient dans son article « Corvée » au « sens primitif [qui] signifie proprement travail & peine de corps »15. Plusieurs auteurs insistent par ailleurs sur les fatigues qu’occasionnent les déplacements auxquels sont contraints les corvéables pour se rendre de chez eux aux ateliers. Plus généralement, l’usage que les physiocrates font du mot « travail » à propos des corvées reste assez équivoque, le vocable pouvant désigner aussi bien l’activité de travail, que la force des hommes ou des animaux, et le résultat dans l’ouvrage réalisé. La suppression de la corvée en nature qu’ils réclament est encore présentée comme un moyen d’économiser le temps des paysans pour leur permettre de se consacrer activement au travail agricole et de garantir la subsistance des plus pauvres.

  • 16 Baudeau (1775), p. 8-10 et p. 20.

10La réflexion sur la corvée s’inscrit dans une interrogation plus générale sur le travail. Ainsi l’abbé Baudeau illustre-t-il son propos critique par plusieurs exemples empruntés au monde du travail pour dénoncer l’erreur économique que représente selon lui le recours à la corvée. Il établit un parallèle significatif entre un fermier « cultivateur en chef » qui salarie des ouvriers agricoles passibles de corvée, et le maître d’une communauté de métier parisien qui emploie des compagnons dans son atelier. Cette comparaison entre le travail forcé et le monde des jurandes articule deux fronts du combat engagé par les Lumières en faveur de la liberté du travail. Est-ce aussi une façon de jouer de la similitude du terme « atelier », employé à l’époque indistinctement pour désigner l’emplacement des travaux routiers et le lieu d’activité artisanale ? De la même façon, l’abbé Baudeau souligne l’absurdité qu’il y aurait à employer des couturières pour allumer les lanternes dans la capitale et à utiliser les chevaux des cochers parisiens pour enlever les immondices de la capitale16. En transposant le problème de la campagne à la ville, il dénonce le détournement des emplois ou des outils de travail, et légitime ce faisant la division sociale du travail impliquant la spécialisation des métiers.

  • 17 Loin d’être l’apanage du discours physiocratique ou plus généralement économique, l’analogie entre (...)
  • 18 Isnard (1781), p. 117 ; Grivel (1784), p. 691. Dans ses Réflexions sur les corvées à Milord***, Co (...)
  • 19 Dupont de Nemours (1767), p. 16 ; Antoine-Laurent Lavoisier s’insurgeait également « […] qu’au mil (...)
  • 20 Isnard (1781), p. 118-119.

11Sous la plume des auteurs physiocratiques la corvée est volontiers assimilée au travail forcé. De fait la corvée, à travers son caractère coercitif (en vertu de la circulaire de 1738 il était interdit aux taillables de se racheter de leur tâche à prix d’argent) et l’arsenal répressif qu’elle mobilise, est communément associée à la contrainte17. Cette analogie entre la corvée et le travail forcé prend tout son sens dans une économie politique qui place les conditions de la liberté individuelle au cœur de son propos. La corvée est ainsi renvoyée à l’époque de l’« asservissement féodal » dont subsistent les exigences seigneuriales18. Synonyme de privation de liberté, elle s’apparente à la servitude qui va de l’esclavage au travail forcé, en passant par le servage19 ou l’emprisonnement20. Le comte de Thélis dénonce ainsi la corvée,

  • 21 Comte de Thélis (1771), p. 17.

qui condamne l’agriculteur à des travaux publics, comme des criminels aux métaux, ou aux galères (encore ceux-ci reçoivent-ils une nourriture, que l’on refuse aux autres), par conséquent, c’est un outrage fait à des hommes qui ont un droit naturel à l’honneur, à la liberté, & même au salaire.21

12Plusieurs des auteurs physiocrates qui traitent de la corvée sont par ailleurs engagés dans le discours anti-esclavagiste comme Mirabeau et Condorcet. L’assimilation de la corvée au travail forcé dessine en creux l’horizon d’attente des revendications libérales. Cette liberté se décline sur plusieurs registres qui vont de la liberté personnelle à la liberté d’organiser son temps de travail, en passant par le choix entre la fourniture d’une prestation en nature ou son rachat par un impôt en argent ; parce que la liberté du travail se confond avec le droit imprescriptible de propriété, l’individu doit aussi pouvoir disposer de sa force de travail.

Le coût du travail requis

13Si la critique de la corvée porte sur l’injustice qu’elle fait subir à ceux qui y sont astreints, elle porte tout autant sur son coût économique. Alors que s’affirme progressivement la valeur du travail, nombreux sont en effet les auteurs qui pointent le paradoxe d’un système de travail en apparence gratuit pour l’État mais qui en réalité se révèle fort coûteux pour la collectivité.

  • 22 « Pour estimer la valeur d’un tel dommage, il faut savoir ce que vaut une de ces précieuses journé (...)
  • 23 Baudeau (1775), p. 14.
  • 24 Isnard (1781), p. 124.
  • 25 Baudeau (1775), p. 33.
  • 26 « Elle les expose à de grands accidents, à une fatigue & à une détérioration considérable […]. Il (...)

14L’argument de la déperdition du temps de travail productif est largement utilisé par les auteurs physiocrates qui abordent le sujet. Comme l’a souligné Turgot dans le préambule de l’édit de février 1776 remplaçant la corvée en travail par une contribution en argent, les pertes qu’occasionne la corvée sont doubles : elles portent autant sur la qualité de l’ouvrage, à cause du défaut d’émulation et de l’inaptitude des corvéables, que sur la quantité de travail réellement accompli, les journées étant largement amputées par les trajets qu’ils devaient effectuer pour se rendre sur les chantiers ou en revenir. Au cours des deux décennies qui précédent la promulgation de cet édit, la critique physiocratique avait donné lieu à toute une série d’évaluations pour mesurer la perte qu’elle représentait en termes de travail à l’année ou à la journée22. Avec dix à douze jours de corvée, la perte de temps équivaut selon l’abbé Baudeau à la 24e partie du travail annuel d’un paysan sur une base annuelle de 240 jours, déduction faite des fêtes chômées et des rigueurs de l’hiver23. Les mêmes arguments sur la dilapidation du temps de travail productif sont formulés par des auteurs qui pourtant n’appartiennent pas aux cercles physiocratiques et qui n’en partagent pas les vues. A.-N. Isnard, par exemple, s’attache à calculer la perte de temps que représentent les voyages effectués par les corvéables pour se rendre aux ateliers : « la perte de temps générale peut être regardée comme égale aux trois dixièmes ou à peu près du tiers de la contribution nécessaire aux travaux des grandes routes »24. À la perte de temps dommageable pour la production agricole s’ajoutent des surcoûts divers. L’abbé Baudeau pointe ainsi les dépenses supplémentaires que ces déplacements entraînaient tant en nourriture qu’en logement : les corvéables domiciliés dans les villages les plus éloignés du chantier routier ne pouvaient pas rentrer chez eux et étaient obligés de loger sur place25. Dupont de Nemours évoque quant à lui la question des risques et du dépérissement de la force de travail26.

  • 27 Etner (1987).
  • 28 Dupont de Nemours (1767), p. 27-28.
  • 29 Grivel (1784), p. 697.

15Si les physiocrates s’attachent avec tant d’application à chiffrer les pertes économiques liées à la corvée27, c’est qu’ils l’accusent, en détournant une partie de la main-d’œuvre rurale du travail de la terre, de porter atteinte au produit net et a fortiori de peser sur les revenus de l’État. Selon eux, le coût économique du travail requis, dont les estimations à l’époque oscillent entre douze millions de livres (selon l’ingénieur Lecreulx) et vingt millions (selon Jacques Necker, non compris les pays d’États et la généralité de Paris), est largement sous-évalué. Alors que la plupart des auteurs se livrent à des considérations générales sur les retombées économiques de la corvée, Dupont de Nemours est un des rares auteurs à proposer une appréciation globale des pertes qu’elle occasionne. Qu’elles soient rapportées à la surface labourée, à la quantité de blé récolté et à la subsistance des familles, la corvée, en prélevant quelques jours de travail par an, diminue non seulement la production agricole mais plus généralement la richesse du royaume. Le préjudice économique serait de l’ordre de 6 000 %28. Ce pourcentage exorbitant avancé par Dupont de Nemours est repris par Grivel une vingtaine d’années plus tard : « il s’ensuit que lorsque, par l’effet d’un travail de cent francs que l’on a fait faire par corvées aux cultivateurs, ce produit net se trouve diminué de 6 000 livres, le fisc public y perd pour sa part plus de 1 700 livres »29. Sous couvert de rigueur mathématique, ces données chiffrées participent de la stratégie discursive de la « secte » qui les met au service d’une rhétorique de l’évidence. Elle oblige plusieurs ingénieurs à contester l’arithmétique spéculative des physiocrates. L’ingénieur Viallet estimait ainsi que l’évaluation proposée par Dupont de Nemours des dommages causés à l’agriculture par la corvée était tout à fait exagérée. Ces ingénieurs sont d’autant plus à l’aise dans cette querelle de chiffres que l’aménagement routier du royaume avait précisément contribué à développer leur usage du calcul.

  • 30 Dupont de Nemours (1767), p. 156.
  • 31 Baudeau (1775), p. 30.

16Le coût économique de la corvée est d’autant plus dommageable selon les physiocrates, que la généralisation de cet impôt en travail résulte selon eux d’une méconnaissance de l’activité agricole. La levée de bouclier est ainsi unanime, notamment chez les physiocrates, contre la notion de « morte-saison » qui avait justifié l’emploi de la main-d’œuvre rurale sur les chantiers routiers en dehors des travaux des champs. L’administration des Ponts-et-Chaussées n’estimait-elle pas que la corvée ne pénalisait pas l’agriculture dans la mesure où les paysans étaient inactifs un tiers de l’année ? À cela, les « économistes » rétorquaient que lors des deux saisons de corvée, le printemps et l’automne, les paysans avaient largement de quoi s’occuper aux travaux des champs. Dupont de Nemours relevait ainsi l’absurdité de « ceux qui ont inventé cette expression [qui] croyaient sans doute que le travail de la terre se bornait à semer et à recueillir »30. Quant à l’abbé Baudeau, il raillait l’ignorance d’auteurs déformés par les mœurs citadines et éloignés des réalités de la nature31.

17Après l’échec de Turgot en 1776, qui avait tenté de mettre en œuvre les propositions physiocratiques en imposant une contribution des propriétaires fonciers, le front de la critique allait, avec le recul de l’audience physiocratique, se déplacer et porter principalement sur les modalités de la commutation du travail de la corvée en un impôt de remplacement.

L’efficience du travail salarié

18Reprenant un argument couramment mobilisé au même moment dans le procès de l’esclavage, les physiocrates s’emploient à montrer que la corvée en travail est un système moins rentable que le travail salarié.

  • 32 Ibid., p. 47-48.
  • 33 Baudeau (1775), p. 46.
  • 34 Vignon (1862), p. 130.

19Comme dans le cas de l’esclavage, les auteurs posent la question de l’efficacité du travail contraint dans une perspective économique. Le caractère improductif de la corvée tiendrait d’abord au fait que les paysans requis sur les chantiers n’avaient aucune connaissance dans l’art de construire les routes. À l’absence de qualification des paysans réquisitionnés s’ajoutait, selon les détracteurs de la corvée en nature, la faible productivité du travail fourni par une main-d’œuvre récalcitrante. Les physiocrates, pour qui le coût économique de la corvée ne se limite pas au coût du travail, se livrèrent ainsi à des évaluations comparées entre le travail des corvéables et celui de manœuvres salariés, pour aboutir à la conclusion que le premier ne valait pas grand-chose au regard du second. L’abbé Baudeau estimait par exemple que « vingt malheureux, sous le joug de la contrainte & de la misère, ne font habituellement guère plus d’ouvrage que dix ouvriers volontaires, allègres, dispos, bien vêtus, bien repus, & payés à la tâche »32. Par ailleurs, contraints de travailler gratuitement, les corvéables rechignaient souvent à se rendre à l’atelier, ou quand ils s’y résignaient, s’acquittaient souvent mal de leur besogne. L’abbé Baudeau l’expliquait par le fait que « l’homme déteste naturellement l’esclavage, la contrainte ; il répugne à l’ouvrage qu’on lui commande avec menaces »33. Dans le préambule de l’édit de février 1776, qui tenta de mettre en œuvre la réforme mûrie par les physiocrates, Turgot déplorait également que les corvéables travaillent « avec langueur et sans intérêt » et « sans intelligence comme sans volonté »34. Dans ces conditions, les travaux étaient de si mauvaise qualité qu’il fallait y revenir constamment. À la corvée gratuite jugée injuste et rendue responsable de malfaçons, nombre d’auteurs, physiocrates ou non, proposent de substituer une prestation payée. Turgot, alors intendant du Limousin, avait songé dès 1761 à payer les journées de corvée à raison de 7 sols en été et 5 sols en hiver, mais Trudaine objecta l’insuffisance de fonds dévolus au service des Ponts-et-Chaussées. Alors que les corvées, au prix d’une surveillance lourde et contraignante, étaient souvent réalisées avec retard ou avec négligence, le recours au travail salarié est donc présenté comme le seul moyen capable de réaliser des gains de productivité et de garantir des ouvrages durables. Outre le fait que l’emploi d’ouvriers spécialisés permettrait l’adoption généralisée des nouvelles techniques de construction, l’État ne manquerait pas de sanctionner par des retenues financières les adjudicataires dont les ouvrages seraient jugés défectueux. La fiscalisation de la corvée est ainsi conçue comme un moyen de normaliser les compétences au travail pour réduire l’incertitude qualitative et garantir une forme de contrôle fondée non plus sur la contrainte mais sur l’exigence de conformité aux directives techniques.

  • 35 Baudeau (1775), p. 62.
  • 36 Servan (1780).
  • 37 Pommereul (1781) et (1787).
  • 38 Cf. notamment Le Scène des Maisons (1786).
  • 39 Pommereul (1784), p. 521.

20Si le travail salarié apparaît comme l’alternative privilégiée à la corvée, quelques voix envisagent toutefois d’autres solutions. Fort de l’exemple des légionnaires romains, guerriers redoutables et cantonniers laborieux, Mirabeau fut un des premiers à suggérer la réquisition des soldats aguerris aux travaux de force. L’abbé Baudeau pour sa part arguait du fait que « des soldats déjà payés & vêtus par le gouvernement, coûteroient moins à salarier que d’autres ; leur tâche distribuée par chambrée, seroit faite allègrement & très bien ; le prix seroit un supplément à leur solde, évidemment trop modique »35. Au discours de l’économie politique sur l’utilisation de la troupe à des travaux d’intérêt général fait écho la figure du soldat-citoyen proposée par Joseph Servan36. Les avis divergent toutefois sur le taux de rémunération de cette main-d’œuvre militaire affectée à des travaux civils. Fallait-il les salarier comme des ouvriers civils ou à un taux inférieur ? Isnard suggérait quant à lui d’employer les soldats aux travaux de terrassement et de construction en les rémunérant au forfait journalier ou à la tâche. Dans le cas où le salaire serait indexé à la tâche à réaliser, il importerait selon lui de plafonner le nombre d’heures de travail pour limiter l’appât du gain. Pour ce qui est de l’entretien des infrastructures, il pouvait être assuré par des vétérans dont la solde ferait office d’allocation de retraite. Plusieurs auteurs, à commencer par Duclos, soulignent toutefois les difficultés que pose l’emploi des troupes. Pommereul, militaire de carrière, redoutait par exemple qu’en cas de conflit les chantiers routiers restent en déshérence ; il proposait la levée d’une imposition sur les propriétaires et les négociants afin de rémunérer la main-d’œuvre réquisitionnée pour ces travaux37. La valorisation des travaux publics est aussi présentée comme une solution à la pauvreté, susceptible d’économiser les structures d’assistance et de satisfaire la demande de main-d’œuvre, notamment en systématisant les ateliers de charité. La mise au travail des mendiants ou des condamnés fut également suggérée comme une alternative à la corvée exécutée par les paysans38. Comme d’autres auteurs, Pommereul souligna toutefois le paradoxe d’un tel projet qui visait à « soumettre au travail des gens qui ne sont la plupart mendiants et vagabonds que par la haine du travail »39.

  • 40 Vignon (1862), p. 170-174.
  • 41 Ibid., p. 108-110. À titre d’exemple, en Berry, où la contribution avait été fixée en 1780 pour di (...)
  • 42 Vignon, (1775), p. 259 et p. 270-271.
  • 43 A. D. Côte d’Or. C 3 862.
  • 44 Letaconnoux (1905), p. 106.

21En consacrant le recours au travail salarié, la critique économique devait nécessairement s’interroger sur les moyens de le financer. La fiscalisation de la corvée devait permettre de payer les entrepreneurs de travaux publics qui passeraient des marchés avec l’État pour la construction des infrastructures et se chargeraient d’embaucher des ouvriers salariés. Elle devait aussi servir à rémunérer des stationnaires (ou cantonniers) responsables de l’entretien d’un tronçon de route. Les initiatives réformatrices de Fontette en Normandie et de Turgot en Limousin avaient, comme on l’a indiqué, largement contribué à alimenter la controverse économique sur la corvée. Dans les dernières décennies du xviiie siècle, l’évaluation du travail en nature afin de déterminer le montant de la contribution en argent susceptible de le remplacer, devint une préoccupation centrale de l’économie politique. La réflexion sur la corvée prit dès lors une tournure résolument fiscale. Il s’agissait non seulement d’évaluer le coût de la corvée en travail pour la fiscaliser, mais aussi de décider qui imposer. Fallait-il assujettir à l’impôt les seuls propriétaires comme l’avançaient les physiocrates, étendre l’assiette à l’ensemble des contribuables ou préférer le péage ? Turgot avait tenté de remplacer cet impôt en nature par une contribution imposée aux seuls propriétaires fonciers, mais l’opposition parlementaire eut raison de sa réforme. Même si la corvée en travail fut rétablie en août 1776, elle fut dans plusieurs circonscriptions progressivement supprimée et remplacée par une prestation en argent. Au mois de septembre de la même année, une instruction avait en effet laissé aux communautés riveraines le choix entre l’exécution des travaux en nature ou l’adjudication de leur tâche40. Plusieurs intendants optèrent dès lors pour la commutation de la réquisition en travail en une contribution pécuniaire (c’est le cas notamment dans les généralités d’Amiens, de Tours, de Poitiers, de Lyon, etc.), mais les taux d’imposition présentaient de fortes disparités selon les circonscriptions41. Parallèlement, et alors que l’échec de 1776 sanctionnait la relégation de la proposition fiscale des physiocrates, se multipliaient les spéculations sur le financement d’un travail salarié (Fer de la Nouerre, Pommereul, etc.). À la suite de la réflexion menée en 1785 par la commission réunie autour de La Millière et composée de plusieurs intendants, la monarchie imposa finalement le rachat de la corvée au moyen d’un impôt en argent sur les seuls roturiers taillables dans tous les pays d’élection. Après l’arrêt du Conseil du 6 novembre 1786 qui ordonnait la levée d’une prestation en argent au marc la livre de la taille à titre d’essai pour trois ans dans toutes les généralités, la déclaration du 27 juin 1787 généralisa la fiscalisation de la corvée en décidant la conversion définitive de la corvée de travail en une imposition proportionnelle à la taille et à la capitation roturière42. Dans l’esprit de la réforme, l’abolition de la corvée en travail devait aussi s’étendre aux pays d’États : si elle n’est plus pratiquée en Bourgogne après le mois de juillet 178843, elle perdura en Bretagne jusqu’à la Révolution, seulement allégée par une taxe sur l’eau-de-vie44.

22La question de la corvée cristallise donc toute une série d’enjeux tels que le statut des travailleurs, la nature des tâches, la compétence de la main-d’œuvre ou encore le temps de travail. La réflexion qu’elle a suscitée dans l’économie politique de la seconde moitié du xviiie siècle, et la campagne orchestrée par le milieu physiocratique, a porté à la fois sur l’inhumanité et le coût du système, pour dénoncer un ordre social difficilement conciliable avec la reproduction sinon la croissance économique. Tandis que les physiocrates ont pointé la stérilisation de la richesse, d’autres voix ont défendu un emploi plus rationnel de la force de travail. La corvée ne constitue à ce titre qu’une des dimensions de la réflexion plus générale engagée dans la seconde moitié du xviiie siècle sur le travail et qui touche à ses différents régimes (réglé, juré, forcé et libre). S’il est indéniable que le discours économique a contribué à rendre irréversible la réforme de la corvée en nature en imposant l’idée d’un travail salarié, il a dans le même temps largement précipité l’abolition de cette forme de servitude par la Révolution française.

Notes

1 Goger (1 988), vol. i.

2 Coats (1958-1959) et Hatcher (1998).

3 En 1757, l’intendant Fontette avait été le premier à introduire dans sa généralité de Caen le rachat optionnel de la corvée. Pour les communautés qui optaient pour l’adjudication des travaux, leur montant était imputable sur la taille payée par les habitants. Quant à celles qui décidaient d’exécuter le travail par corvée, un délai leur était prescrit pour réaliser elles-mêmes les tâches qui leur étaient commandées. Si les travaux n’avaient pas été réalisés dans le temps imparti, l’administration monarchique considérait qu’elles optaient pour le rachat de la corvée par l’imposition. Ce système fut également adopté dans les généralités de Moulins, Rouen, Montauban et Alençon. La manière de procéder décidée par Turgot en 1762 fut différente dans sa généralité de Limoges : la contribution en argent était répartie sur l’ensemble des taillables de la généralité, afin que les paroisses situées à proximité des chantiers routiers ne fussent pas seules à supporter la charge fiscale. Les paroisses non concernées par la corvée étaient ainsi taxées pour une somme équivalente à celle des dégrèvements de taille accordés à celles qui participaient aux travaux.

4 Dupont de Nemours (1769).

5 Dupont de Nemours (1771).

6 Thélis (1771) et (1777).

7 Condorcet (1776).

8 Baudeau (1775).

9 John Lough, The Contributors to the Encyclopédie, London, Grant & Cutler Ltd, 1973, p. 75. C’est en qualité d’ingénieur particulier qu’il accompagne le baron de Thiers pendant les campagnes militaires de 1743 et 1744, avant d’intégrer l’administration des Ponts-et-Chaussées l’année suivante. Envoyé en Champagne et en Lorraine pour la construction de plusieurs ouvrages, il est ensuite affecté dans la généralité de Tours, puis dans celle de Paris.

10 Art. « Corvée », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et métiers, Paris, 1754, t. IV, p. 280-288.

11 Habault (1903), p. 51.

12 Mémoire sur les corvées (1775), cité par Vignon (1862), p. 90.

13 Jean-Jacques Rousseau développa le même argument : « Je voudrais qu’on imposât toujours les bras des hommes plus que leur bourse ; que les chemins, les ponts, les édifices publics, le service du prince et de l’État se fissent par des corvées et non point à prix d’argent. Cette sorte d’impôt est au fond la moins onéreuse et surtout celle dont on peut le moins abuser : car l’argent disparaît en sortant des mains qui le payent, mais chacun voit à quoi les hommes sont employés, et l’on ne peut les surcharger à pure perte » [cf. Rousseau (1771), p. 478].

14 Herland (1977), p. 109-133.

15 Grivel (1784), p. 691.

16 Baudeau (1775), p. 8-10 et p. 20.

17 Loin d’être l’apanage du discours physiocratique ou plus généralement économique, l’analogie entre la corvée et le travail forcé est suggérée par la monarchie elle-même. Dans son Mémoire sur la conduite du travail par corvée (mai 1737), le contrôleur général Orry mettait ainsi en garde les intendants : la rigueur de leur administration devait empêcher que la corvée devienne « une espèce d’esclavage ». De même, en 1756, le parlement de Toulouse évoquait dans ses remontrances le sort de corvéables « traités plus impitoyablement que des forçats » [Vignon (1862), p. 24-25]. Les remontrances du parlement de Rouen (10 mai 1760) condamnaient quant à elle la corvée assimilée au « travail d’esclaves qui met la condition des hommes au-dessous de celle des animaux domestiques, qu’on nourrit au moins pour les services qu’on en tire » [Vignon (1862), p. 43].

18 Isnard (1781), p. 117 ; Grivel (1784), p. 691. Dans ses Réflexions sur les corvées à Milord***, Condorcet fait ainsi des corvées seigneuriales l’archétype des servitudes personnelles pour dénoncer l’oppression du régime féodal [Condorcet (1804), t. XIX, p. 101-137].

19 Dupont de Nemours (1767), p. 16 ; Antoine-Laurent Lavoisier s’insurgeait également « […] qu’au milieu de ce siècle même, sans titre et sans loi, on se soit permis d’enlever les cultivateurs à leurs travaux ; qu’on ait exigé d’eux ce qu’à peine on eût osé demandé à des serfs », « Rapport sur la corvée et les suites de sa conversion en une contribution pécuniaire », dans : Lavoisier (1862-1893), t. 5, p. 308.

20 Isnard (1781), p. 118-119.

21 Comte de Thélis (1771), p. 17.

22 « Pour estimer la valeur d’un tel dommage, il faut savoir ce que vaut une de ces précieuses journées de l’atelier d’un laboureur ». Dupont de Nemours (1769), p. 96-97.

23 Baudeau (1775), p. 14.

24 Isnard (1781), p. 124.

25 Baudeau (1775), p. 33.

26 « Elle les expose à de grands accidents, à une fatigue & à une détérioration considérable […]. Il faut considérer en outre que ce calcul ne comprend point l’estimation des harnois qui se rompent, des charrettes qui se brisent, des animaux de trait & même des hommes qui se blessent & qui s’estropient… ». Dupont de Nemours (1769), p. 96 et p. 109.

27 Etner (1987).

28 Dupont de Nemours (1767), p. 27-28.

29 Grivel (1784), p. 697.

30 Dupont de Nemours (1767), p. 156.

31 Baudeau (1775), p. 30.

32 Ibid., p. 47-48.

33 Baudeau (1775), p. 46.

34 Vignon (1862), p. 130.

35 Baudeau (1775), p. 62.

36 Servan (1780).

37 Pommereul (1781) et (1787).

38 Cf. notamment Le Scène des Maisons (1786).

39 Pommereul (1784), p. 521.

40 Vignon (1862), p. 170-174.

41 Ibid., p. 108-110. À titre d’exemple, en Berry, où la contribution avait été fixée en 1780 pour dix ans à la somme de 236 900 Lt, les paroisses les plus peuplées devaient être imposées au tiers de leur taille et les autres au quart ; pour les communautés qui profitaient indirectement du développement des transports, la contribution était fixée à un taux moins élevé (1/6e) que sur les paroisses traversées par les routes ; dans les villes de Bourges et d’Issoudun, l’impôt serait réparti sur le pied de la capitation. En Haute-Guyenne, l’assemblée provinciale vota quant à elle le remplacement de la corvée en travail par une imposition additionnelle fixée au 1/11e de la taille.

42 Vignon, (1775), p. 259 et p. 270-271.

43 A. D. Côte d’Or. C 3 862.

44 Letaconnoux (1905), p. 106.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540