Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le travail en question, XVIIIe-XXe siècles

 | 
Christophe Lavialle

Remerciements

Christophe Lavialle

Full text

À la mémoire de Gilles Dostaler, notre collègue et ami commun, disparu avant que ce livre n’ait pu être publié.

1Je voudrais remercier l’ensemble des intervenants à ce colloque, qui ont permis que ce moment soit aussi riche en échanges et en débats que je l’avais espéré. Pour des raisons diverses, les contributions de Françoise Duboeuf, Hervé Defalvard et Bénédicte Reynaud n’ont pas pu être reproduites ici. Qu’ils soient néanmoins associés à cet éloge.

2Je voudrais tout particulièrement remercier, pour avoir accepté de donner au cours de ce colloque une conférence en session plénière et publique, Jean-Pierre Le Crom, Jean-Christophe Le Duigou, Dominique Méda, et les participants à la table ronde finale : Patrick Fridenson, Jérôme Gautié, Yves Schwartz et François Vatin.

3Les contributions au colloque ont fait l’objet d’une double sélection : celle réalisée pour chaque contribution par deux rapporteurs anonymes, et celle réalisée par le comité éditorial pour la publication. Je dois donc aussi rendre hommage à l’ensemble des membres du comité scientifique de ce colloque et du comité éditorial de cet ouvrage, pour avoir contribué, par leur travail de sélection des contributions, de lecture, de suggestion d’amélioration à l’occasion de cette publication, à faire du colloque et des ouvrages qui en sont issus des productions répondant à toutes les exigences requises de qualité scientifique.

4Que soient donc remerciés, pour le comité scientifique, Arnaud Berthoud (Université de Lille 1), Annie L. Cot (Université de Paris 1), Michel de Vroey (Université catholique de Louvain la Neuve), Gilles Dostaler (Université du Québec à Montréal), Ghislain Deleplace (Université de Paris 8), Xavier Galiègue (Université d’Orléans), Bernard Gazier (Université de Paris 1 et centre Cournot pour la recherche en économie), Jérôme Gautié (Université de Paris 1), Gérard Gayot (Université de Lille 3), Georges Gallais-Hamonno (Université d’Orléans), Jacqueline Hecht (INED), Thierry Martin (Université de Franche-Comté et centre Cournot pour la recherche en économie), Nikolay Nenovsky (banque Centrale de Bulgarie), Cyrille Piatecki (Université d’Orléans), Christian Rietsch (Université d’Orléans), Robert Salais (ENS Cachan), Philippe Saucier (Université d’Orléans), Yves Schwartz (Université de Provence), Joaquim Timoteo (Université d’Orléans et CEREQ), Ramon Tortajada (Université Pierre-Mendès-France de Grenoble et past-président de l’ACGEPE), François Vatin (Université de Paris 10) et Hélène Zajdela (Université de Paris 13), et pour le comité éditorial, Alain Clément (Université de Tours et président de l’ACGEPE), Géraldine Rieucau (Université de Paris 8), Nathalie Sigot (Université de Paris 8) et, une seconde fois, Arnaud Berthoud, Michel De Vroey, Ghislain Deleplace, Christian Rietsch, Philippe Saucier et François Vatin.

5Je dois également exprimer toute ma reconnaissance et mon amitié aux membres du conseil d’administration de l’association Charles Gide, qui ont su m’accompagner dans ce périlleux exercice. Leurs remarques, leurs exigences, leur disponibilité, ont été un précieux stimulant. Je remercie tout particulièrement Annie Cot et François Vatin pour avoir accompagné ce projet tout au long de son déroulement, et mes prédécesseurs dans l’organisation du colloque « Gide », les lillois Bernard Delmas et Thierry Demals, d’avoir su me donner toutes les recommandations pratiques utiles.

6Le colloque n’aurait pas pu se tenir sans l’efficacité et le professionnalisme des membres du comité local d’organisation et notamment du secrétariat (Renée-Hélène Saliège, Carole Turpin et Aurélie Pierrel). Je remercie également Anne Lavigne, à l’époque directrice du laboratoire d’économie d’Orléans, de m’avoir soutenu dans ce projet.

7Merci également aux différents organismes qui ont bien voulu subventionner le colloque ou la publication de cet ouvrage : l’université d’Orléans, la région Centre, la ville d’Orléans et le CNRS. Un remerciement tout particulier au centre Cournot, dont la contribution rend possible la présente publication.

8Un dernier remerciement aux Presses universitaires d’Orléans, à Gabriel Bergounioux et Pascale Racaud, pour avoir initialement accepté d’être les éditeurs de cet ouvrage, et à Samuel Leturcq et à l’équipe des Presses universitaires François-Rabelais pour avoir avec enthousiasme poursuivi et achevé ce travail d’édition.

9Enfin une pensée spéciale pour Dominique Méda et François Vatin qui ont accepté de s’investir plus que de raison dans les débats que ce colloque voulait initier. Cette publication porte largement la marque de leurs contributions.

Author

Docteur en science économique, habilité à diriger des recherches, et maître de conférences à l’Université d’Orléans. Chercheur au Laboratoire d’économie d’Orléans (UMR 6221 du CNRS), il dirige la Fédération interrégionale de recherches en sciences du travail (FIRST) des Universités de Tours, Orléans et Poitiers, centre interrégional associé au CEREQ (Centres d’études et de recherches sur les qualifications). Ses recherches portent sur l’histoire de la pensée économique contemporaine, les fondements méthodologiques du débat macroéconomique et ses implications sur les politiques publiques de l’emploi.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540