Versión clásicaVersión móvil

Nickel

 | 
Yann Bencivengo

Conclusion

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

En 1914, soit 34 ans après sa création, la société Le Nickel est devenue une affaire florissante. Elle engrange de forts bénéfices, elle a remboursé ses dettes par anticipation, constitué des réserves, et a pu présenter un bilan dans lequel la valeur de ses installations et de ses biens miniers a été très fortement amortie. Elle distribue des dividendes confortables en croissance constante et le cours de ses actions a doublé en dix ans. Cette ère de prospérité qui débute au tournant du siècle succède à une longue et difficile période d’établissement.

Le Nickel présente le cas très classique d’une société dont la création, liée à la découverte de nouveaux gisements métalliques, est le résultat de l’association entre un inventeur (Jules Garnier), des affairistes locaux (John Higginson et Jean-Louis Hubert Hanckar), un industriel intéressé par les possibilités d’un nouveau métal (Henry Marbeau) et un groupe de financiers de la place parisienne (familles Marbeau et Hébert) qui recherchen...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search