Version classiqueVersion mobile

Nickel

 | 
Yann Bencivengo

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1914, soit 34 ans après sa création, la société Le Nickel est devenue une affaire florissante. Elle engrange de forts bénéfices, elle a remboursé ses dettes par anticipation, constitué des réserves, et a pu présenter un bilan dans lequel la valeur de ses installations et de ses biens miniers a été très fortement amortie. Elle distribue des dividendes confortables en croissance constante et le cours de ses actions a doublé en dix ans. Cette ère de prospérité qui débute au tournant du siècle succède à une longue et difficile période d’établissement.

Le Nickel présente le cas très classique d’une société dont la création, liée à la découverte de nouveaux gisements métalliques, est le résultat de l’association entre un inventeur (Jules Garnier), des affairistes locaux (John Higginson et Jean-Louis Hubert Hanckar), un industriel intéressé par les possibilités d’un nouveau métal (Henry Marbeau) et un groupe de financiers de la place parisienne (familles Marbeau et Hébert) qui recherchen...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search