Version classiqueVersion mobile

Nickel

 | 
Yann Bencivengo

3e partie : La succursale calédonienne

Chapitre 8. La question capitale de la main-d’œuvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Notre attention a été tout spécialement sollicitée sur l’importante question de la main-d’œuvre qui est, comme vous le savez l’élément majeur d’une industrie minière. Cette question est particulièrement délicate dans un pays comme la Nouvelle-Calédonie où l’élément pénitentiaire tend à devenir de plus en plus absorbant.1

En deux phrases, David Levat, qui s’adresse ici aux actionnaires en mars 1887, dit l’essentiel : la question de la main-d’œuvre est capitale pour une entreprise minière, a fortiori dans une colonie lointaine faiblement peuplée.

Cette question présente à la fois des caractères similaires et de grandes différences avec celle qui se pose aux entreprises minières dont les exploitations se situent dans les pays industrialisés ou même dans la plupart des colonies. L’équation à résoudre est analogue : comment trouver une main-d’œuvre à la fois suffisamment nombreuse, adaptée au dur travail des mines, docile, bon marché et stable, mais dont on peut se séparer assez rapidement...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search