Version classiqueVersion mobile

Nickel

 | 
Yann Bencivengo

3e partie : La succursale calédonienne

Chapitre 7. La mise en œuvre des décisions du siège parisien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les dirigeants de la succursale ont pour tâche de surmonter les contraintes imposées par la mise en œuvre des décisions du siège parisien dans un pays isolé dépourvu d’infrastructures.

À partir de 1889, le centre de Thio devient le pivot des activités de la société qui maintient tout de même sa direction locale à Nouméa. La société étoffe peu à peu son encadrement. Elle s’attache à agrandir son domaine minier et développe des centres qui se déploient le long de la côte est à Canala, Kouaoua et Poro. À Thio, elle étend ses activités le long des plaines côtières et vers l’intérieur de la chaîne en remontant la vallée. La société s’efforce d’anticiper l’augmentation de la demande en multipliant ses travaux d’avenir. Elle recourt aux petits mineurs pour compléter sa propre production.

Le travail des mines présente des particularités en raison de la nature des gisements, de leur localisation et de la nécessité d’acheminer les minerais en bord de mer afin qu’ils soient embarqués pour l’Euro...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search