Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 483. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1858, 15 juillet. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B9-25.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 637-638.

Reprise de la question de la spécificité par Trousseau devant l’Académie de médecine, sans succès. – Espoir de Trousseau que la génération suivante de médecins réussisse mieux à faire admettre cette doctrine.

15 juillet 1858.

Cher maître,

Depuis que la fièvre puerpérale n’est plus en question à l’Académie de médecine, nous sommes ici dans un calme plat médicalement parlant1. J’ai essayé de leur parler spécificitéa, et quoique, depuis 30 ans, je sasse et ressasse ces questions tourangelles, il leur a semblé entendre une doctrine aussi nouvelle que celle de l’Évangile en plein siècle de Marc-Aurèle. Personne ne m’a compris, et, si clair que j’ai pu être, la spécificité est restée à l’état de mythe.

L’anatomisme, même la manie du microscope qui règne souveraine sur la médecine de notre époque, n’ont pourtant rien qui s’oppose à l’intronisation de la spécific...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search