Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 482. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1858, 24 janvier. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B9-24.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 635-636.

Discours désabusé de Trousseau sur sa vie de médecin. – Greffes de cerisier envoyées à Bretonneau.

24 janvier 1858.

Cher maître,

Je ne sais si, heureux dans votre vieillesse, vous avez besoin encore de l’amitié de ceux qui vous aiment depuis si longtemps ; mais je sais, moi, qu’il n’est aucun attachement qui me soit aussi précieux que le vôtre, et que je me sens un grand vide au cœur quand je suis resté longtemps sans causer de vous ou avec vous. Je ne crois pas être jamais resté si longtemps sans vous écrire. Ma vie s’arrange de plus en plus mal à mesure que les années se pressent, et je suis maintenant lancé dans un tourbillon médical qui m’empêche même d’être médecin. J’ai beau vouloir me soustraire aux exigences du métier, je suis pris dans l’engrenage et tout y passera. Les compensations d’amour-propre et d’argent sont bien peu de chose en comparais...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search