Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Quatre ans de recherche urbaine 2001-2004. Volume I

 | 
Émilie Bajolet
, 
Marie-Flore Mattéi
, 
Jean-Marc Rennes

III. Modifications d’échelles, recomposition des systèmes territoriaux et gouvernance

Choix de localisation en agglomération et externalités de congestion : une approche par l’économie expérimentale (définition de projet)

Jean-Louis Rullière

Testo integrale

  • 1 Économiste, professeur des universités à l’Université Lumière Lyon II et directeur du GATE – Group (...)

1Note portant sur l’auteur1

OBJET DE LA RECHERCHE ET ENJEUX

2La croissance urbaine est une tendance lourde des sociétés contemporaines. Dans les pays industrialisés, non seulement la population de la majorité des zones urbaines augmente, mais on assiste à un étalement urbain : les densités centrales diminuent relativement aux densités périphériques et le développement urbain en périphérie de la ville prend une forme de plus en plus diffuse [voir Anas et al., 1998 ; Péguy et al., 2000 ; et sur le cas français : Le Jeannic, 1996 et 1997 ; Schmitt, Perrier-Cornet, 1998].

3Les travaux empiriques montrent que cette dispersion croissante de la population à l’échelle des villes trouve sa source dans l’accroissement du niveau des revenus, qui permet l’augmentation de la consommation de sol, et dans la diminution des coûts de transport intra-urbains, avec en particulier le développement de l’usage de la voiture individuelle [Zheng, 1991 ; Mieszkowski, Mills, 1993 ; pour une synthèse : Péguy et al., 2000]. Ces recherches se fondent sur des tests économétriques, cherchant à expliquer l’évolution des gradients de rente foncière ou de densité de population par l’évolution de différents facteurs.

4La croissance et l’étalement urbain présentent cependant des spécificités que ce type de méthodologie ne peut que difficilement prendre en compte. Ils résultent en effet de l’agrégation de choix de localisation individuels, dans lesquels les anticipations et les interactions entre les individus peuvent jouer un rôle important. On peut penser à l’influence de l’environnement social sur les choix résidentiels, ou à celle de l’évolution future supposée des densités sur le choix de la surface des terrains à bâtir.

5Ces mécanismes particuliers peuvent justifier d’avoir recours à des cadres théoriques et une méthodologie de test différents de ceux utilisés dans les travaux cités ci-dessus. C’est pourquoi nous proposons de nous référer à des modèles théoriques tirés de la théorie des jeux, et pouvant être testés par l’économie expérimentale. Nous présentons plusieurs pistes de recherche pouvant être développées dans ce cadre.

  • 3 Ces dernières étant définies comme les conséquences, positives ou négatives, des comportements ind (...)

6En termes de thème, nous nous centrons plus particulièrement sur la question des externalités3.

7En effet, on sait que l’étalement des villes et l’accroissement des flux de transport qu’il engendre se traduisent par un coût social : l’augmentation des distances entre domiciles et lieux de travail conduit à une élévation de la congestion des réseaux de transport et de la pollution, source d’une perte de bien-être pour l’ensemble de la société.

8Pollution et congestion sont typiquement des externalités, c’est-à-dire que chaque usager ne peut percevoir individuellement l’accroissement de la congestion et de la pollution que son propre déplacement engendre, ni en supporter effectivement le coût.

9Or, l’économie expérimentale permet, entre autres, en se focalisant sur les interactions entre individus, de s’intéresser de façon spécifique à l’effet des externalités sur les comportements individuels.

DÉMARCHE RETENUE

10À notre connaissance, l’économie expérimentale n’a jamais été utilisée pour analyser des problèmes urbains. Nous abordons donc un domaine nouveau, et à ce titre, nous avons proposé de définir un projet de recherche.

11Dans le cadre de cette définition de projet financée par l’ACI Villes, nous avons suivi une démarche heuristique visant à faire apparaître les thèmes relatifs à l’économie urbaine qui pourraient donner lieu à des tests par la mise en œuvre d’expérimentations. Cela nous a conduit à envisager plusieurs thèmes différents et à montrer comment ils pourraient être traités dans le cadre de l’économie expérimentale.

12Puis, nous avons sélectionné un de ces thèmes pour élaborer de façon plus approfondie une méthodologie de recherche. Ainsi, nous avons développé un modèle urbain avec externalités de congestion du trafic, puis montré comment il pourrait être interprété et réécrit sous forme d’un jeu de ressource commune (traditionnellement appelé « jeu de common pool resource »), ce jeu pouvant de façon classique donner lieu à des tests expérimentaux.

DÉVELOPPEMENTS

13Dans un premier temps, il s’agissait de poser les bases théoriques de notre recherche.

14L’économie urbaine consiste à introduire, dans le programme microéconomique du consommateur, le coût de ses déplacements domicile-travail. Elle permet d’aboutir à des prédictions, validées empiriquement, sur la décroissance des valeurs foncières avec la distance aux emplois, ou sur la localisation dans une ville des différentes classes de revenus.

15L’économie expérimentale vise à obtenir, dans le cadre d’un environnement contrôlé, des données concernant les comportements économiques.

16Le principe de l’économie expérimentale est d’inviter des sujets à agir dans le cadre d’un jeu reprenant la structure d’une situation économique réelle. Chaque décision d’un joueur lui procure un gain (ou une perte), dont le bilan à la fin du jeu est converti en une rémunération effective. L’économie expérimentale concerne principalement trois champs de la théorie économique : théorie de la décision, théorie des jeux et marchés.

17À l’intersection de ces trois champs, deux voies de recherche pourraient être développées : le fonctionnement des marchés immobiliers, d’une part, et les conséquences des interactions entre résidants sur les choix résidentiels, d’autre part.

18Nous avons évoqué deux aspects des marchés immobiliers : le rôle des anticipations rationnelles dans la formation des prix et l’apparition de bulles spéculatives ; le rôle de la prospection et du coût de la recherche dans la formation des prix.

19Deux types d’interactions dans les choix de localisation ont été abordés : les externalités liées aux densités et les interactions de voisinage, d’une part ; les interactions dans les choix de localisation et leur impact en termes de formation de la congestion, d’autre part.

20La question de la contextualisation des expériences s’est posée, et nous avons conclu à la nécessité de développer, sur un même jeu, un protocole expérimental non contextualisé et un protocole contextualisé.

21Nous avons, de façon plus approfondie, développé un modèle urbain avec congestion du trafic pour montrer comment il pourrait être testé par un jeu de ressource commune.

22Le modèle proposé dérive des travaux antérieurs qui ont intégré la congestion des réseaux de transport dans les modèles de localisation résidentielle à la Alonso-Muth. Nous envisageons un modèle dit de second best, dans lequel la taille du réseau de transport est donnée, mais où la puissance publique a la possibilité d’imposer une taxe variable avec la localisation des individus, dans l’objectif d’internaliser la congestion produite par les agents et de les pousser ainsi à se localiser selon un schéma optimal.

23À l’équilibre de marché, les rentes foncières qui découlent du choix de localisation optimal des ménages intègrent l’effet des différentiels de coûts de transport, variable avec le schéma de répartition de la population de la ville du fait de la prise en compte de la congestion produite par les autres résidants. Classiquement, l’optimum diffère de l’équilibre de marché, car l’optimalité suppose que les individus prennent en compte dans leur choix le coût social de la congestion qu’ils produisent eux-mêmes, ce qui ne peut être obtenu que par l’imposition d’une taxe de localisation. Celle-ci doit être égale au coût de la congestion produit en chaque localisation. Ce modèle peut s’interpréter comme un jeu de ressource commune.

24Dans un tel jeu, les agents doivent répartir une dotation fixe dans un bien privé, dont le rendement est connu, et dans une ressource commune, dont le rendement est supérieur initialement, mais décroissant avec la quantité investie collectivement. Il existe donc une externalité négative à la consommation de la ressource commune, de même qu’il existe dans le modèle urbain avec congestion une externalité négative à la consommation d’une quantité importante de sol au niveau individuel, du fait de la congestion du transport.

25Nous montrons ainsi comment le modèle urbain avec congestion du trafic pourrait être interprété comme un jeu de CPR, et donc les comportements individuels dans ce modèle testés par l’économie expérimentale.

26mailto:rulliere@gate.cnrs.fr
GATE – Groupe d’Analyse et de Théorie Économique

UMR n° 5824 CNRS/Université Lyon 2/ENS LSH
93, chemin des Mouilles
69130 Ecully
Tél. : 04 72 86 60 78/60 60

Bibliografia

RÉFÉRENCES

Anas A., Arnott R., Small K.A., (1998), « Urban Spatial Structure », Journal of Economic Literature, n° 36, pp. 1426-1464.

Le Jeannic T., (1996), « Une nouvelle approche territoriale de ville », Économie et Statistique, n° 307, pp. 21-42.

Le Jeannic T., (1997), « Trente ans de périurbanisation : extension et dilution des villes », Économie et Statistique, n° 294-295, pp. 24-25.

Mieszkowski P., Mills E.S., (1993), « The causes of metropolitan suburbanization », Journal of Economic Perspectives, n° 7, pp. 135-47.

Péguy P.-Y., Goffette-Nagot F., Schmitt B., (2000), « L’étalement urbain », dans Baumont C., Combes P.-PH., Derycke P.-H., Jayet H. (dir.), Économie Géographique : approches théoriques et empiriques, Paris, Economica, pp. 241-276.

Schmitt B., Perrier-Cornet P.-Ph. (dir.), (1998), Les campagnes et leurs villes, Paris, INRA-INSEE, collection « Contours et Caractères ».

Zheng X. P., (1991), « Metropolitan Spatial Structure and its Determinants : a Case-Study of Tokyo », Urban Studies, n° 28, pp. 87-104.

Note

1 Économiste, professeur des universités à l’Université Lumière Lyon II et directeur du GATE – Groupe d’Analyse et de Théorie Économique (UMR 5824 Université Lyon II/CNRS).

3 Ces dernières étant définies comme les conséquences, positives ou négatives, des comportements individuels sur l’utilité ou le profit des autres agents économiques, et qui ne sont pas prises en compte par le marché, c’est-à-dire qu’elles ne donnent lieu à aucune contrepartie financière.

Autore

Responsable scientifique

Équipe : Laurent Denant-Boèmont (Université de Rennes 1 – CREREG), Florence Goffette- Nagot (GATE – Université Lyon 2).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540