Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 474. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1856, 7 octobre. – S.L.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B9-21.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 628-629.

Approbation de Trousseau concernant le mariage de Bretonneau avec Sophie Moreau.

7a octobre 1856.

Mon bien cher maître, mon père adoptif,

Je n’ai aujourd’hui rien à approuver, rien à blâmer. J’ai à vous répéter ce que cent fois je vous ai dit, c’est que je n’ai pas oublié que je vous dois peut-être la plus haute, sinon la plus méritée, des positions médicales dans notre pays, c’est que je vous ai toujours trouvé bon, affectueux, dévoué ; que je suis décidé à entourer de respects la personne de votre choix, et à étoufferb par l’éclat de mon approbation, les murmures de ceux qui blâmeront ou qui dénigreront1.

Il serait injuste et injurieux de ne pas me prendre pour témoin.

Adieu, cher maître, je vous aime et vous embrasse bien tendrement,

A. Trousseau

[Post-scriptum :]
Merci de ce que vous me dites à propos de Georges. Tant que je vivrai, l’animal ne prévaudra ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search