Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 467. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau [1855]. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. Wellcome Library : Ms 7718/18.

État de santé de Louis.

Cher maître1,

Notre Louis va vraiment très bien. Il est sans fièvre, il est constipé ; il est affamé. J’exige qu’il se lève un peu, sa vessie le tourmente singulièrement. Le sulfate de quinine a bousculé le mal sans le guérir ; mais, une fois ébranlé, il est de meilleure composition. Je fais faire desa frictions périnéales avec la belladone. On donne en lavement quelques gouttes de laudanum. On donne un peu de cubèbes2. Je n’aurais pas peur de lui administrer un peu d’émulsion copahique en lavement. J’espère que lab situation assise et le régime dans lequel on fera prévaloir un peu plus les végétaux verts, nous seront d’un grand secours.

Je suis bienheureux d’être délivré de cet affreux cauchemar ; j’avais toujours, devant les yeux, cet excellent homme et cette excellente femme et j’avais une terreur indicible.

Notre pauvre Bérard va mieux.

Mille tendresses,

A. Trousseau

[Post-scriptum :]
Ne vous enrhumez pas. Cloquet se porte à merve...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search