Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 466. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Sophie Moreau [1855, 30 Décembre]1. – S.L.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B1-6.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 624-625.

Démarches pour le choix d’une nourrice pour l’impératrice.

Ma bonne petite Sophie2, vous ne pouvez douter de ma confiance en vous, votre charité et votre bienfaisance dont j’ai si souvent abusé est éclairée par un admirable discernement. Aussi, pour vous aider dans votre bonne œuvre, ai-je réfléchi au moyen d’atteindre le but.

Quand l’accoucheur de l’impératrice3 ne douterait pas de mon aptitude à bien apprécier les qualités d’une nourrice, il penserait que, de Tours à Paris, je n’ai pas la vue assez longue pour bien juger. Aurait-il tort, mon petit enfant ?

Voici, ce me semble, un bien meilleur expédient. Le professeur Paul Dubois4 et le professeur Armand Trousseau s’estiment et s’aiment beaucoup l’un et l’autre. Vous savez quelle est la piété filiale de mon bon fils pour son vieux maître. Je reçois de lui une lettre exquise, je réponds à sa lettre.

Pour ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search