Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 464. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1855, 24 décembre. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. Wellcome Library : Ms 7718/17.

Traitement de deux malades, notamment par le sulfate de quinine.

24 décembre 1855.

Cher maître,

À bon entendeur, salut ! Encore une fois, je n’ai pas cru une minute à une affaire palustre, pas plus que vous ne croyiez à une infection palustre quand vous donniez de la quinine à Bretinière1. Mais le quinquina est ami des nerfs, et je viens encore de sauver une jeune femme qui, nouvellement accouchée, et ayant un phlegmon du petit bassin, était prise de douleurs de tête avec délire et stupeur qui avaient fait prononcer à Dubois2 le nom de méningite puerpérale.

Elle était parfaitement in extremis. Deux grammes de sulfate de quinine l’ont ramenée de trépas à vie, et maintenant je n’ai plus maille à partir qu’avec le phlegmon.

J’ai bataillé contre l’ataxie et voilà tout. Louis3, avec sa grosse enveloppe, est tout nerfs. Il pisse quand on fait boire de l’eau. Il vomit quand il regarde une cuvette. Il a des fantaisies ataxiques. C’est contre ces fantaisies que j’...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search