Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 451. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1854, 3 février. – Paris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 565-567.

Discussion sur la contagion. – Craintes de Trousseau d’avouer haut et fort qu’il partage les convictions de Bretonneau.

Paris, 3 février 1854.

Cher maître,

Je ne crois pas aux générations spontanées, pas plus que vous n’y croyez vous-même, bien entendu. Reste à savoir si la diphthérie naît toujours d’un germe. Je ne doute guère de la chose à l’endroit de la variole ; il faudrait peut-être, pour être conséquent, n’en pas douter davantage à l’endroit de la diphthérie. Ces réflexions m’assiégeaient ce matin comme je faisais la trachéotomie chez un pauvre enfant de vingt-huit mois. En face de son lit était le portrait d’un petit garçon de cinq ans. Le peintre l’avait représenté sur son lit de mort. Il avait succombé, il y a cinq ans, à l’angine maligne. En même temps que lui, la sœur aînée se trouvait atteinte, qui guérissait avec d’énergiques cautérisations pratiquées par le médecin, qui est...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search