Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 449. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Armand Trousseau 1854, 21 janvier. – S.L.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 558-562.

Rappel des observations et du travail de Trousseau en Sologne pour encourager celui-ci malgré ses défaites face à la diphtérie à Paris. – Évolution de la diphtérie, des narines au larynx, selon Bretonneau.

21 janvier 1854.

Mon ami, en allant hier à Tours subir les exigences des oisifs, des hypocondres, les visitant à leur domicile pour leur échapper plus vite qu’en les recevant, j’ai dû enfin revenir chez moi et me trouver en face d’un horrible cancer, d’une réclamation d’assistance auprès du cardinal, etc., etc.

Votre lettre était là, je l’ai lue. [... ]a Oui, mon bon, mon excellent fils, j’ai lu votre lettre très attentivement, et je l’ai profondément méditée. Je la relis et je trouve que ces diphthéries incurables vous rendent malade.

Votre découragement, votre affaissement, votre humble humiliation, votre défaillance morale me font une peine extrême. L’atteinte si fréquemment réitérée ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search