Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 436. De Pierre-Fidèle Bretonneau à Armand Trousseau 1852. – Tours

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 535-544.

Assentiment de Bretonneau que les bronches ne sont pas le point idéal de la diphtérie mais affirmation qu’elle pénètre dans les voies aériennes. – Importance du larynx dans l’enracinement de la maladie. – Utilisation du cathéter dans le larynx. – Projet de Bretonneau concernant son héritage médical. – Abandon de l’idée d’un traité sur la dothinentérie.

Tours, 1852.

Votre propre expérience vous a directement appris que la diphthérie, qui vient de naître dans la trachée ou d’y pénétrer, arrive très vite à une terminaison funeste, bien que la trachéotomie, commandée par l’imminence de la suffocation, intervenant au début de la maladie, et principiis obstans1, semblât pratiquée dans les conditions les plus propres à lui assurer un heureux résultat. Je n’insiste plus sur cette considération pratique, pour vous répéter qu’il faut qu’à travers la porte qui lui est ouverte la médication spéciale...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search