Version classiqueVersion mobile

Bretonneau. Correspondance d’un médecin – Tome 3

 | 
Pierre-Fidèle Bretonneau

La correspondance (1841-1859)

No 435. D’Armand Trousseau à Pierre-Fidèle Bretonneau 1852, 17 février. – [Paris]

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

A. BU de médecine de Tours : B9-8.

a. Triaire (Paul), Bretonneau et ses correspondants, Paris : Félix Alcan, 1892, vol. 2, p. 529-531.

Avenir de Georges Trousseau. – Réflexions de Trousseau sur l’éducation d’un jeune homme. – Retour de Georges Trousseau dans la carrière médicale.

17 février 1852.

Cher maître,

Lorsque mon Georges avait voulu se faire laboureur, je l’avais engagé à bien tâter sa vocation, et je lui avais dit et répété que je trouverai tout naturel qu’il revînt au giron paternel, si la vie des champs cessait de lui plaire.

Il y a six mois, je lui ai écrit une lettre solennelle que je l’ai prié de conserver ; je lui montrais l’avenir sous toutes ses faces, et je terminais en lui disant que jamais je ne regarderais comme perdus les 18 mois passés dans une vie de discipline austère, et que je bénirais toujours le ciel de l’avoir éloigné de ce dangereux bitume des boulevards, à l’époque de la vie où il est si facile d’y glisser. Je terminais en lui disant que je tuerais le veau ...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search